Il nous reste quelques anciens numéros dans des placards, maintenant à prix réduit sur le site !
 

Afrin : histoire d’une occupation


Texte inédit pour le site de Ballast

Depuis mars 2018, le can­ton d’Afrin, situé au nord-ouest de la Syrie, vit sous occu­pa­tion turque. Il comp­tait aupa­ra­vant comme l’un des prin­ci­paux ter­ri­toires auto-admi­nis­trés du Rojava. Les enlè­ve­ments, exé­cu­tions, tor­tures, pillages, des­truc­tions de tombes et dépla­ce­ments for­cés y désor­mais sont légion ; selon l’Organisation des droits humains d’Afrin, trente-sept civils ont été enle­vés durant le mois de juillet der­nier par les forces turques et leurs appuis isla­mistes locaux. Fin août, on appre­nait l’en­lè­ve­ment, par les ser­vices de ren­sei­gne­ment d’Erdoğan, de quatre des membres d’une même famille kurde. Tony Rublon, géo­graphe et pré­sident de l’as­so­cia­tion Amitiés kurdes de Bretagne, revient sur l’his­toire d’Afrin.


« On affirme en Orient que le meilleur moyen pour tra­ver­ser un car­ré est d’en par­cou­rir trois côtés », disait Lawrence d’Arabie en 1922, dans Les Sept piliers de la sagesse. Près d’un siècle plus tard, en avril 2019, la Turquie annonce la construc­tion d’un mur de sépa­ra­tion sur les rives est et sud de la ville d’Afrin. Le mur devrait mesu­rer à terme plus de 70 kilo­mètres de long — il vise à iso­ler le dis­trict kurde d’Afrin du reste du ter­ri­toire syrien. La seule fron­tière que les habi­tants du dis­trict pour­ront alors tra­ver­ser leur offri­ra un accès au ter­ri­toire hos­tile du voi­sin du nord : la Turquie. Un tel pro­jet d’i­so­le­ment est déjà mené par Ankara tout le long de la fron­tière syrienne, où un vaste mur est en construc­tion depuis 2016 pour, offi­ciel­le­ment, réduire le flux de réfu­giés syriens et conte­nir l’État isla­mique en Syrie. Sur les 911 kilo­mètres de fron­tière tur­co-syrienne, un mur de pro­tec­tion de 764 kilo­mètres a été éri­gé : 3,60 mètres de haut, pré­sence régu­lière de sol­dats, tours de contrôle et drones de sur­veillance. L’intense mili­ta­ri­sa­tion de la zone fron­ta­lière laisse dif­fi­ci­le­ment place au doute quant aux dési­dé­ra­tas de l’État turc et ses pro­jets d’expansion au nord de la Syrie et de l’Irak.

« L’intense mili­ta­ri­sa­tion de la zone fron­ta­lière laisse dif­fi­ci­le­ment place au doute quant aux dési­dé­ra­tas de l’État turc. »

Totalement iso­lé du ter­ri­toire syrien, au sud, et des ter­ri­toires de la Fédération démo­cra­tique du Nord de la Syrie, à l’ouest — plus connue sous sa déno­mi­na­tion kur­do­phone de Rojava —, le dis­trict d’Afrin est, depuis 2018, com­plè­te­ment encer­clé. Seule sa fron­tière nord reste acces­sible aux ONG et aux obser­va­teurs inter­na­tio­naux, les­quels doivent deman­der à la Turquie une auto­ri­sa­tion pour accé­der à l’enclave. Ankara ne s’est pas conten­tée de « net­toyer » le dis­trict d’Afrin de ses soi-disant « ter­ro­ristes » kurdes : elle a lan­cé une opé­ra­tion mili­taire visant une occu­pa­tion à long terme de la zone, la modi­fi­ca­tion de son équi­libre démo­gra­phique et l’imposition d’une nou­velle sou­ve­rai­ne­té politique.

Opération Rameau d’olivier : quand la Turquie impose sa « paix »

Le gou­ver­ne­ment turc annonce l’opération mili­taire Rameau d’olivier en jan­vier 2018. Brandissant l’étendard de la jus­tice, il file la méta­phore : les sym­boles paci­fistes du bou­clier et du rameau sont invo­qués pour euphé­mi­ser la nature des opé­ra­tions mili­taires et para­mi­li­taires menées en Syrie depuis 2016. Cette cam­pagne est tout sauf une sur­prise pour les chan­cel­le­ries occi­den­tales. Dès juillet 2017, lors du G20 à Hambourg — soit quelques mois après la fin de l’opé­ra­tion Bouclier de l’Euphrate, lan­cée en août 2016 pour évi­ter la jonc­tion ter­ri­to­riale des dif­fé­rents can­tons du Rojava —, Erdoğan annonce qu’« aus­si long­temps que [la menace kurde] per­du­re­ra, nous acti­ve­rons nos règles d’engagement et réagi­rons comme il convient à Afrin ». L’objectif est à peine voi­lé, la cible clai­re­ment annon­cée et la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale infor­mée que la Turquie s’apprête à lan­cer une opé­ra­tion mili­taire vio­lant de mul­tiples conven­tions inter­na­tio­nales. À com­men­cer par la réso­lu­tion n° 2254 des Nations unies sur la Syrie, qui exige la pro­tec­tion des civils, par­ti­cu­liè­re­ment les membres des com­mu­nau­tés eth­niques et reli­gieuses mino­ri­taires, et réaf­firme la néces­si­té pour l’ONU d’assurer la conti­nui­té des ins­ti­tu­tions de l’État syrien et d’œuvrer contre d’éventuelles volon­tés sécessionnistes.

[Prise d'Afrin, le 18 mars 2018, par les forces turques et leurs supplétifs syriens | AFP]

Mais la Turquie sait jouer de ses alliances et de la com­plexi­té de son posi­tion­ne­ment géo­po­li­tique. Multipliant les annonces et dif­fé­rant les actes, Ankara a conscience qu’aucune opé­ra­tion mili­taire en Syrie n’est réa­li­sable sans l’aval de la Russie, pom­pier pyro­mane deve­nu acteur diplo­ma­tique incon­tour­nable au Moyen-Orient. Le 18 jan­vier 2018, c’est donc à Moscou que se rendent Hakan Fidan, chef des ser­vices de ren­sei­gne­ment turcs, et Hulusi Akar, chef d’état-major turc. Pour Ankara, il s’agit de faire com­prendre aux Russes que l’offensive sur Afrin peut per­mettre de mettre en place une riposte gra­duée en réponse aux pro­pos du secré­taire d’État éta­su­nien, Rex Tillerson. La veille, ce der­nier détaillait en effet les axes de la stra­té­gie syrienne des États-Unis : elle impli­que­ra la pré­sence, pour une durée indé­fi­nie, des troupes amé­ri­caines auprès des FDS, les Forces démo­cra­tiques syriennes, et la consti­tu­tion d’une force de sécu­ri­té aux fron­tières (près de 30 000 membres des FDS for­més par les Étasuniens). Cette déci­sion appa­raît aux Russes comme allant à l’encontre d’un accord tacite pas­sé avec les États-Unis l’été 2017, divi­sant sym­bo­li­que­ment la Syrie en diverses zones d’influence et créant de mul­tiples ter­ri­toires aux contours mal défi­nis (dont l’Euphrate for­me­rait une ligne de démar­ca­tion naturelle).

« Quiconque en Turquie s’oppose à cette pro­pa­gande dif­fu­sée par les médias mains­tream, tous dans le giron du clan Erdoğan, se trouve inquiété. »

Plusieurs enjeux sont au cœur des dis­cus­sions entre les dif­fé­rents acteurs d’Astana1, mais la poche de rebelles sou­te­nue par Ankara dans la Ghouta orientale2 consti­tue une zone stra­té­gique que Moscou et Damas sou­haitent voir dis­pa­raître. Pour la Russie, l’enjeu est double : per­mettre au régime d’éliminer les der­niers espaces de rébel­lion et faire com­prendre aux Kurdes qu’elle peut mettre fin au sta­tu quo sur simple accord diplo­ma­tique avec la Turquie. Le 20 jan­vier 2018 au matin, le ministre russe de la Défense annonce le retrait des troupes russes d’Afrin. Le Premier ministre turc d’a­lors, Binali Yıldırım, lance immé­dia­te­ment l’opération Rameau d’olivier en expli­quant qu’elle vise à lut­ter contre « tous les ter­ro­ristes pré­sents à la fron­tière tur­co-syrienne, les YPG et l’EI, puisque ces deux groupes tra­vaillent main dans la main ». Quiconque en Turquie s’oppose à cette pro­pa­gande dif­fu­sée par les médias mains­tream, tous dans le giron du clan Erdoğan, se trouve inquié­té : entre le 20 et le 24 jan­vier, plus de cent cin­quante citoyens de Turquie sont ain­si arrê­tés pour avoir cri­ti­qué, sur les réseaux sociaux ou dans la sphère pri­vée, l’opération mili­taire turque.

Les forces mili­taires en pré­sence sont alors sen­si­ble­ment les mêmes que celles déjà déployées lors de l’opération Bouclier de l’Euphrate. Le nombre de sol­dats envoyés sur le front est, aujourd’hui encore, dif­fi­cile à déter­mi­ner, mais les com­bat­tants de l’Armée natio­nale syrienne, qui struc­turent la pre­mière et prin­ci­pale colonne de troupes au sol, repré­sentent, selon les chiffres de l’Observatoire syrien des droits de l’homme, plus de 20 000 sol­dats. L’armée turque, forte de 6 000 sol­dats, est consti­tuée de régu­liers, d’islamistes ayant com­bat­tu en Turquie lors des sou­lè­ve­ments kurdes de 2015–2016 et de bataillons mili­taires por­tant le sym­bole des Loups gris. On estime entre 8 et 10 000 le nombre de com­bat­tants et com­bat­tantes du côté des Forces démo­cra­tiques syriennes, pré­sents à Afrin en cette fin jan­vier 2018. Simultanément, les forces de Bachar el-Assad et les milices ira­niennes encerclent la Ghouta orien­tale, atten­dant le feu vert de la Russie pour lan­cer l’assaut final : il sera déclen­ché suite aux intenses bom­bar­de­ments de l’aviation russe du 5 février 2018. Moscou aura entre­temps accor­dé son blanc-seing à la Turquie, en annon­çant le 23 jan­vier qu’elle « n’interviendra pas contre l’opération mili­taire turque Rameau d’olivier ». Deux mois plus tard, la ville d’Afrin tombe entre les mains de l’armée turque et de ses milices dji­ha­distes islamistes.

[Bachar el-Assad auprès de ses forces armées, 2018 | Syrian Arab News Agency]

Afrin : la montagne des Kurdes

Si Afrin revêt une impor­tance cen­trale pour la Turquie en termes géos­tra­té­giques, elle l’est tout autant sur le plan sym­bo­lique et cultu­rel. La région tient son nom du fleuve qui scinde la ville d’Afrin en deux. Mais, en ancien otto­man, on la nomme Kurd Dagh : « la mon­tagne des Kurdes ». Dans sa trans­lit­té­ra­tion turque, la sym­bo­lique est consi­dé­ra­ble­ment modi­fiée. Transformant le « Kurd » en « Kurt », la mon­tagne des Kurdes devient alors « la mon­tagne des loups », en réfé­rence à la mytho­lo­gie natio­na­liste pan­turque. Historiquement, cette région est le refuge des mino­ri­tés eth­niques et reli­gieuses qui s’y sont cha­cune ins­tal­lées sur une mon­tagne : les Druzes, les alé­vis, les Kurdes et les Turkmènes. Au début du XXe siècle, la grande majo­ri­té des habi­tants de la région est kur­do­phone. Arabes, Kurdes ou Arméniens, il semble que tous uti­li­saient comme langue le kur­man­ji dans leur vie quo­ti­dienne, ou l’efrînî, une décli­nai­son locale. L’arabe et le turk­mène sont éga­le­ment pra­ti­qués ; mais, en 2010, sur les 350 000 habi­tants de la région, 98 % avaient le kur­man­jî comme langue mater­nelle. Contrairement à la majo­ri­té des Kurdes, les habi­tants d’Afrin sont sun­nites hana­fites et non cha­féites, héri­tage de l’influence cultu­relle d’Alep sur les tri­bus de la région qui ne se conver­tirent à l’islam qu’au XIIe siècle. Puisant jusqu’alors dans les cou­tumes et les tra­di­tions yézi­dies, les tri­bus conver­ties ne renient cepen­dant pas leurs racines et n’imposent pas l’islam comme reli­gion unique. Au contraire, cer­taines tri­bus kurdes, dont les Robariya, vont se char­ger pen­dant plu­sieurs siècles d’assurer la pro­tec­tion de cette mino­ri­té reli­gieuse qu’un grand nombre de Kurdes à tra­vers le Moyen-Orient consi­dère comme étant leur ancêtre.

« Si Afrin revêt une impor­tance cen­trale pour la Turquie en termes géos­tra­té­giques, elle l’est tout autant sur le plan sym­bo­lique et culturel. »

Avant le début de la guerre civile en Syrie en 2011, on esti­mait à plus de 25 000 le nombre de Yézidis qui habi­taient l’enclave aux côtés de plus de 3 000 chré­tiens et de 7 000 alé­vis. Jusqu’à la par­ti­tion de l’empire otto­man, à la fin de la Première Guerre mon­diale, la « mon­tagne des Kurdes » appar­tient à la zone d’influence de la ville de Kilis, aujourd’hui en Turquie. Ce n’est qu’une fois les fron­tières des­si­nées par les puis­sances occi­den­tales que les terres fer­tiles de ces mon­tagnes se trouvent divi­sées entre Syrie et Turquie, figeant les iden­ti­tés dans des cadres natio­naux et impo­sant des fron­tières géo­gra­phiques là où l’espace était sans limites. Malgré ces contraintes géo­po­li­tiques, la région d’Afrin demeure une mosaïque reli­gieuse et eth­nique où les diverses com­mu­nau­tés coha­bitent — non sans ten­sions et conflits, mais où l’héritage de la struc­ture otto­mane des millets3 qui répar­tis­sait les non-musul­mans en « com­mu­nau­tés reli­gieuses » béné­fi­ciaires d’une cer­taine auto­no­mie supra­na­tio­nale, a su gar­der sa per­ti­nence et son orga­ni­sa­tion mul­tieth­nique et mul­ti­con­fes­sion­nelle son efficacité.

Dans les années 1980, c’est jus­te­ment dans la région d’Afrin et dans celle de Kobané que le PKK4 trou­ve­ra ses prin­ci­paux sou­tiens. La dimen­sion lin­guis­tique joue alors un rôle impor­tant du fait que ces régions, majo­ri­tai­re­ment kur­do­phones, n’ont été que peu péné­trées par les par­tis poli­tiques kurdes syriens, qui uti­li­saient l’arabe comme langue véhi­cu­laire. C’est éga­le­ment à cette période que les rela­tions entre les par­tis poli­tiques kurdes et le régime de Damas se sta­bi­lisent. Hafez el-Assad, père de Bachar, voit en eux un moyen d’affaiblir l’ennemi turc par le main­tien d’une pré­sence kurde à la fron­tière, tout en jouant avec les divi­sions internes des orga­ni­sa­tions poli­tiques, de façon à gar­der un contrôle sur les popu­la­tions kurdes syriennes. Les élec­tions par­le­men­taires de mai 1990 sont révé­la­trices des divers posi­tion­ne­ments poli­tiques qui frac­turent les régions kurdes de Syrie : la région de la Cizîrê envoie trois dépu­tés proches du PDK5 au par­le­ment syrien, alors que la région d’Afrin y envoie six dépu­tés proches du PKK. Cette irrup­tion sur la scène poli­tique natio­nale des par­tis kurdes ne met­tra pas fin aux poli­tiques natio­na­listes et à la répres­sion que Damas exerce à l’encontre des mino­ri­tés du nord de la Syrie. En revanche, cela pose les jalons d’une rela­tion de confiance entre la popu­la­tion et le PKK et per­met­tra une forte implan­ta­tion, durable, du par­ti dans la région.

[Manifestation, au Rojava, en faveur de la libération d'Öcalan, janvier 2016 | Delil Souleiman | AFP | Getty Images]

La révolution communaliste

Lorsque la Syrie s’embrase en 2011, les pre­mières mani­fes­ta­tions dans les régions kurdes ont lieu dans la Cizîrê, dès le 27 mars. Suite à des dis­cus­sions entre Damas et le PYD, l’aile syrienne du PKK, les troupes syriennes se retirent de Kobané le 19 juillet 2012, et d’Afrin dès le len­de­main. Alors que le régime main­tient une pré­sence dans cer­taines villes de la Cizîrê, comme à Qamishlo et Hassaké, il se retire tota­le­ment d’Afrin, pla­çant de fac­to l’enclave sous contrôle du PYD et de ses forces d’au­to­dé­fense YPG et YPJ. Pour la pre­mière fois, les Kurdes sont en posi­tion de s’auto-administrer et d’appliquer ain­si les prin­cipes du confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique déve­lop­pés par leur lea­der Abdullah Öcalan au début des années 2000. Des prin­cipes pour par­tie ins­pi­rés par les tra­vaux du théo­ri­cien éco­lo­giste Murray Bookchin. Le dis­trict d’Afrin est alors l’un des espaces les moins tou­chés par la guerre civile. On estime à près de 300 000 le nombre de dépla­cés kurdes, arabes et chré­tiens qui fuient Alep ou Damas et y trouvent refuge lors des pre­mières années de la guerre. Renommé « can­ton d’Afrin » par l’auto-administration kurde, il est divi­sé en trois régions — Afrin, Cindirês et Reco — et est offi­ciel­le­ment pro­cla­mé « can­ton auto­nome d’Afrin » le 2 jan­vier 2014. Un conseil légis­la­tif de 101 membres est nom­mé, incluant des repré­sen­tants des diverses mino­ri­tés reli­gieuses (alé­vis, yézi­dis…), des diverses tri­bus et mino­ri­tés eth­niques habi­tant le can­ton, et impo­sant un quo­ta de 40 % de femmes sié­geant au conseil.

« Le confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique est donc basé sur un prin­cipe d’autonomie ter­ri­to­riale, et non sur une défi­ni­tion eth­nique ou reli­gieuse du pouvoir. »

Des « com­munes » sont ins­ti­tuées au sein des­quelles s’appliquent les bases du confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique : elles consti­tuent le centre de l’organisation sociale et poli­tique et s’organisent en comi­tés qui sont res­pon­sables loca­le­ment des prises de déci­sion et de leur appli­ca­tion. Le sys­tème est donc basé sur un prin­cipe d’autonomie ter­ri­to­riale, et non sur une défi­ni­tion eth­nique ou reli­gieuse du pou­voir. Malgré un contexte de guerre civile et de siège, blo­qués entre la Turquie au nord et à l’ouest, l’État isla­mique au sud et les sou­tiens du régime à l’est, les habi­tants d’Afrin ont réus­si à pré­ser­ver un espace rela­ti­ve­ment paci­fié jusqu’en 2018. Une zone dans laquelle les mino­ri­tés pou­vaient s’exprimer sans se trou­ver confron­tées à l’autoritarisme d’un État cen­tral por­teur d’un natio­na­lisme agres­sif aux pra­tiques répres­sives. L’offensive turque sur Afrin consti­tue une attaque contre ce modèle poli­tique, contre une socié­té mul­ti­cul­tu­relle aux diverses orien­ta­tions reli­gieuses. L’histoire d’Afrin est, pour la Turquie, l’illustration par l’exemple d’un modèle socié­tal qui pour­rait faire vaciller une République fon­dée sur les bases viciées d’un natio­na­lisme auto­ri­taire et d’une iden­ti­té cultu­relle et reli­gieuse uni­for­mi­sée et impo­sée par la force aux diverses minorités.

« Pas d’autres amis que les montagnes »

Les pre­miers jours de l’opération Rameau d’o­li­vier ne se déroulent pas comme Erdoğan l’avait pré­vu. Les troupes au sol pénètrent dif­fi­ci­le­ment dans l’enclave d’Afrin ; ce n’est qu’au bout d’une semaine de com­bat que le pre­mier vil­lage est cap­tu­ré. À la fin du mois de jan­vier 2018, sur les 366 vil­lages de la région, seuls onze sont tom­bés entre les mains des forces turques et de leurs alliés dji­ha­distes, entraî­nant de vastes dépla­ce­ments de popu­la­tions vers la ville d’Afrin. La maî­trise du ter­ri­toire, la connais­sance du ter­rain et la déter­mi­na­tion des YPG/J leur per­mettent de recon­qué­rir des vil­lages occu­pés par l’armée turque et de ralen­tir consi­dé­ra­ble­ment l’avancée des forces au sol. Si les habi­tants des vil­lages atta­qués ont rapi­de­ment rejoint les forces kurdes pour défendre leurs terres et lut­ter contre les enva­his­seurs, de l’autre côté il n’y a pas de cohé­sion entre les uni­tés turques et les forces de l’Armée natio­nale syrienne.

[Recep Tayyip Erdoğan | DR]

Les pre­mières escar­mouches oppo­sant l’armée turque aux milices syriennes éclatent dès la fin jan­vier, illus­trant les dif­fi­cul­tés pour Ankara de coor­don­ner dif­fé­rents groupes armés ne ser­vant pas les mêmes inté­rêts. En un mois, l’armée turque et ses sup­plé­tifs, béné­fi­ciant de l’armement tech­no­lo­gique de pointe des armées de l’OTAN, ne par­viennent à péné­trer qu’à six kilo­mètres à l’intérieur du ter­ri­toire syrien. Un pre­mier accord est pas­sé au début du mois de février entre les YPG/J et le régime syrien, per­met­tant aux com­bat­tants pré­sents à Kobané et dans la Cizîrê de rejoindre Afrin en tra­ver­sant des zones sous contrôle de Damas. Les YBŞ/YJE, uni­tés de résis­tance de Sinjar consti­tuées de Yézidis d’Irak for­més par les YPG/J après l’offensive de Daech en août 2014, rejoignent éga­le­ment Afrin en nombre. Mais, mal­gré ces ren­forts et l’annonce par le régime syrien de l’envoi de troupes pour sou­te­nir les YPG — sou­tien qui ne se concré­ti­se­ra jamais —, la pres­sion exer­cée par l’aviation turque et la situa­tion de siège affai­blit for­te­ment les capa­ci­tés de défense des YPG/J. Dès mi-février, les gains ter­ri­to­riaux des forces turques deviennent consi­dé­rables, tan­dis que les pre­mières accu­sa­tions d’utilisation de gaz de com­bat par l’aviation turque et de net­toyage eth­nique par­viennent en Europe.

« Le chan­tage aux migrants qu’exerce Erdoğan sur l’Union euro­péenne para­lyse autant qu’il jus­ti­fie l’i­nac­tion des ins­tances inter­na­tio­nales depuis 2015. »

Le 28 février, le conseil de sécu­ri­té de l’ONU adopte una­ni­me­ment la réso­lu­tion n° 2401, exi­geant l’arrêt immé­diat des com­bats en Syrie et l’établissement d’une trêve d’au moins 30 jours pour que l’aide huma­ni­taire puisse atteindre l’enclave. La réac­tion d’Ankara est sans appel : le ces­sez-le-feu ne sera pas res­pec­té à Afrin. Les opé­ra­tions mili­taires conti­nue­ront puisqu’il s’agit de lut­ter contre des orga­ni­sa­tions « ter­ro­ristes », ce que la réso­lu­tion per­met : elle pré­cise en effet que les opé­ra­tions contre les orga­ni­sa­tions consi­dé­rées comme ter­ro­ristes sont exemptes de l’obligation de ces­sez-le-feu. Or, les YPG/J ne figurent pas sur la liste des orga­ni­sa­tions ter­ro­ristes dres­sée par l’ONU. Pourquoi le Conseil de sécu­ri­té a‑t-il fina­le­ment tolé­ré la pour­suite d’une inter­ven­tion qu’il avait lui-même désa­vouée ? La ques­tion migra­toire et le pacte signé entre la Turquie et l’Union euro­péenne en 2016 ne sont pas étran­gers à ce qui se joue autour de l’invasion d’Afrin. En fer­mant tota­le­ment la fron­tière entre la Turquie et l’Union euro­péenne, c’est plus de quatre mil­lions de réfu­giés syriens qui se sont retrou­vés blo­qués en ter­ri­toire turc, deve­nant de fait un pro­blème éco­no­mique et social pour l’AKP, le par­ti d’Erdoğan.

L’objectif d’Erdoğan, une fois Afrin tom­bée, est bien de dépla­cer une par­tie des réfu­giés syriens pré­sents sur le ter­ri­toire turc en Syrie, dans la pro­vince d’Afrin. Emine Erdoğan, femme du Reis, annonce le 18 février 2018 que près de 500 000 Syriens réfu­giés en Turquie seront réins­tal­lés à Afrin dès la fin des com­bats. Quelques semaines après le retrait des YPG/J, Erdoğan deman­de­ra même la coopé­ra­tion de l’Union euro­péenne pour finan­cer la réins­tal­la­tion des réfu­giés, cher­chant ain­si la recon­nais­sance légale par les ins­tances inter­na­tio­nales d’une opé­ra­tion de net­toyage eth­nique. Le chan­tage aux migrants qu’exerce Erdoğan sur l’Union euro­péenne para­lyse autant qu’il jus­ti­fie l’i­nac­tion des ins­tances inter­na­tio­nales depuis 2015. La crainte de voir les réfu­giés syriens péné­trer en Europe ; le retour des natio­na­lismes dans une Europe assié­gée par le dogme de l’ultralibéralisme éco­no­mique : ces fac­teurs conju­gués offrent à la Turquie une forme d’impunité diplo­ma­tique sur la scène inter­na­tio­nale lorsqu’elle agite le spectre de l’ouverture de la fron­tière tur­co-grecque. En mars 2018, la ville d’Afrin voit sa popu­la­tion tri­pler, des dizaines de mil­liers de dépla­cés y trou­vant refuge. Plus de 250 000 habi­tants de la région sont contraints de fuir la ville le 17 mars 2018 pour ne pas périr dans les com­bats. Afin d’éviter un mas­sacre, les YPG/J annoncent le même jour leur repli de la ville et leur retrait du can­ton d’Afrin. Les affron­te­ments prennent fin : Afrin est tom­bée aux mains des Loups gris et des djihadistes.

[Forces d'autodéfense YPJ | DR]

La 82e province turque

À la fin du mois d’avril 2018, les Nations unies esti­maient à 70 000 le nombre d’habitants tou­jours pré­sents dans la ville d’Afrin, vivant sous le joug des milices isla­mistes qui ont consi­dé­ra­ble­ment res­treint les liber­tés des femmes et inter­dit aux mino­ri­tés reli­gieuses de pra­ti­quer leur reli­gion. Les uni­tés spé­ciales et les ser­vices secrets turcs ont immé­dia­te­ment inves­ti les bureaux des YPG et des Assayech6, pre­nant pos­ses­sion des docu­ments admi­nis­tra­tifs et des états civils de la popu­la­tion. De nom­breux postes mili­taires turcs ont été éta­blis à tra­vers la pro­vince, contrô­lant les dépla­ce­ments, éla­bo­rant dif­fé­rentes zones, toutes pla­cées sous le contrôle de la « Syrian Task Forces », connue éga­le­ment comme les « com­man­dos turcs », sous les ordres de la Direction géné­rale de la sécu­ri­té turque. Constituée de douze uni­tés, elle est appuyée par les Forces spé­ciales syriennes, inté­grées aux forces de police syrienne, elles-mêmes pla­cées sous le com­man­de­ment des ser­vices secrets turcs.

« Les exac­tions, les arres­ta­tions et les dis­pa­ri­tions visent sur­tout les popu­la­tions kurdes de la région, sus­pec­tées d’entretenir des liens avec les YPG ou d’être membre du PKK. »

Les fac­tions de l’Armée natio­nale syrienne ayant par­ti­ci­pé à l’opération mili­taire ont été inté­grées à ces forces armées et consti­tuent un appa­reil sécu­ri­taire dense, aux ordres d’Ankara. Une par­tie de ces milices, dont Sultan Murad et Sultan Suleyman Shah, est éga­le­ment uti­li­sée comme proxy de l’État turc dans les conflits en Libye, ou der­niè­re­ment au Haut-Karabagh. De nom­breuses exac­tions ont été com­mises par ces fac­tions pen­dant les pre­mières semaines de l’invasion : des­truc­tions, expul­sions, pillages, vols et assas­si­nats. Un véri­table réseau d’exportation des biens volés et de la pro­duc­tion agri­cole d’Afrin a par la suite été mis en place en direc­tion des zones pré­cé­dem­ment occu­pées par la Turquie en Syrie, suite à l’opération Bouclier de l’Euphrate. De nom­breux sites cultu­rels et reli­gieux ont été détruits ou pro­fa­nés, de nom­breux temples yézi­dis et des cime­tières sac­ca­gés. Selon la com­mis­sion d’enquête de l’ONU de sep­tembre 2020, l’Armée natio­nale syrienne s’est ren­due cou­pable de viols et d’agressions sexuelles sur les femmes et les jeunes filles, de déten­tions arbi­traires, d’enlèvements et de tor­ture dans les centres péni­ten­ciers. Les exac­tions, les arres­ta­tions et les dis­pa­ri­tions visent sur­tout les popu­la­tions kurdes de la région, sus­pec­tées d’entretenir des liens avec les YPG ou d’être membre du PKK.

Les struc­tures de gou­ver­nance locale ont éga­le­ment été modi­fiées, dès avril. Des conseils locaux ont été ins­tau­rés dans diverses villes de l’enclave. On en compte dix, dont des décli­nai­sons en conseils de quar­tier pour les grandes villes comme Afrin, Azaz ou Albab. Chaque conseil est consti­tué de quinze à vingt membres élus, res­pec­tant les quo­tas eth­niques. Mais leur champ d’action est for­te­ment res­treint puisque, comme l’explique un membre du conseil de Cînderes, « notre rôle est stric­te­ment enca­dré par le Gouverneur turc local, nous ne pou­vons rien faire sans leur auto­ri­sa­tion ». Dans les faits, la pro­vince est comme inté­grée au sys­tème admi­nis­tra­tif, poli­tique et éco­no­mique de l’État turc. Depuis l’invasion, plus de 400 000 Arabes et Turkmènes ont été ins­tal­lés par la Turquie dans le can­ton d’Afrin, où les Kurdes ne repré­sen­te­raient plus qu’un quart de la popu­la­tion. Le can­ton est admi­nis­tra­ti­ve­ment rat­ta­ché au gou­ver­no­rat de Hatay, en Turquie, et le dra­peau turc flotte sur tous les bâti­ments admi­nis­tra­tifs et les écoles. Les réseaux d’électricité et de télé­phone sont connec­tés à ceux de la Turquie ; les imams, nom­més et payés par la direc­tion des Affaires reli­gieuses turques ; les pro­grammes sco­laires, impo­sés par le minis­tère de l’Éducation turque ; des pho­tos d’Erdoğan sont accro­chées sur les murs des écoles, et la lire turque est impo­sée comme mon­naie d’échange commerciale.

[Forces étasuniennes présentes en Syrie | Delil Souleiman | AFP | Getty Images]

Les jour­na­listes et les orga­ni­sa­tions huma­ni­taires ne peuvent péné­trer dans l’enclave sans auto­ri­sa­tion de l’administration turque, qui ver­rouille tota­le­ment l’accès à la région. Des camps de réfu­giés ont été construits par l’AFAD, l’Agence turque de ges­tion des catas­trophes et des situa­tions d’ur­gence, pour accueillir les dépla­cés d’Idlib et de la Ghouta orien­tale. Les membres de l’Armée natio­nale syrienne se sont appro­priés les habi­ta­tions des familles ayant fui l’offensive ; les terres agri­coles et les oli­ve­raies, prin­ci­pales res­sources éco­no­miques de la région, ont été confis­quées et don­nées à des com­mer­çants turcs. Les der­niers rap­ports de mars 2021 évoquent éga­le­ment des taxes impo­sées par les milices sur les récoltes et l’extraction d’huile d’olive domes­tique, leur mon­tant variant selon les milices qui contrôlent la région dans laquelle se trouve l’exploitation.

« Aujourd’hui, Afrin est deve­nu la 82e pro­vince turque, en vio­la­tion de toutes les conven­tions inter­na­tio­nales pro­té­geant l’intégrité du ter­ri­toire et de l’État syrien. »

Le 13 octobre 2014, alors que la Turquie lais­sait les dji­ha­distes de l’État isla­mique enva­hir Kobané, le HDP7 appe­lait à mani­fes­ter à tra­vers toute la Turquie pour dénon­cer l’inaction du gou­ver­ne­ment. La répres­sion fut vio­lente. 37 per­sonnes trou­vèrent la mort pen­dant qu’Erdoğan dénon­çait les mani­fes­tants, les qua­li­fiant « de nou­veaux Lawrence d’Arabie dégui­sés en jour­na­listes, en reli­gieux, en écri­vains et en ter­ro­ristes qui se cachent der­rière la liber­té de la presse, la guerre d’indépendance ou le dji­had ». Demain, ces « Lawrence d’Arabie turcs », citoyens ou ter­ro­ristes, seront pour­sui­vis par la jus­tice turque pour avoir por­té atteinte à l’intégrité de l’État en orga­ni­sant ces mani­fes­ta­tions de sou­tien au can­ton de Kobané.

Aujourd’hui, Afrin est deve­nu la 82e pro­vince turque, en vio­la­tion de toutes les conven­tions inter­na­tio­nales pro­té­geant l’intégrité du ter­ri­toire et de l’État syrien. C’est bien en bâtis­sant des murailles sym­bo­liques et maté­rielles qu’Erdoğan exporte et nour­rit une idéo­lo­gie mor­ti­fère en dehors de ses fron­tières. C’est sur ce point que le Reis a sur­pas­sé les pro­pos de l’espion anglais : il ne s’agit pas de tra­ver­ser des espaces, mais de s’y ancrer pour y semer les graines du chaos.


Photographie de ban­nière : occu­pa­tion d’Afrin | DR
Photographie de vignette : ate­lier de cou­ture au Rojava | Janet Biehl


  1. Accord mul­ti­par­tite signé entre l’Iran, la Russie et la Turquie le 4 mai 2017, por­tant sur la mise en place de quatre zones de ces­sez-le-feu en Syrie.
  2. Partie est du ter­ri­toire for­mé par les terres irri­guées et culti­vées autour de Damas.
  3. Découpage admi­nis­tra­tif et ter­ri­to­rial de l’empire otto­man.
  4. Parti des tra­vailleurs du Kurdistan, dont le lea­der Abdullah Öcalan est empri­son­né en Turquie depuis 1999.
  5. Parti affi­lié à la famille Barzani, au pou­voir dans la région auto­nome kurde d’Irak.
  6. Les forces de police du Rojava.
  7. Parti démo­cra­tique des peuples : coa­li­tion de par­tis de la gauche turque et kurde pro­gres­siste, par­mi les­quels le par­ti pro-kurde DBP, dont le pro­gramme s’inspire du confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique.

REBONDS

☰ Voir notre port­fo­lio « Rojava : à la base de la révo­lu­tion », Loez, juin 2021
☰ Lire notre repor­tage « À Diyarbakır : effa­cer la mémoire et réécrire l’Histoire », Loez, avril 2021
☰ Lire notre entre­tien avec le com­man­de­ment mili­taire des FDS : « Rojava — « Les popu­la­tions en veulent pas de la Turquie, ni d’un retour du régime syrien » », décembre 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Guillaume Perrier : « Erdoğan, un rêve de pré­si­dence omni­po­tente », juin 2018
☰ Lire notre article « L’émancipation kurde face aux pou­voirs syriens », Raphaël Lebrujah, mai 2018
☰ Lire notre dos­sier consa­cré au Kurdistan

Sur le même sujet :
Tony Rublon

Géographe, mène un travail de thèse sur les phénomènes de politisation de la diaspora de Turquie en Europe.

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.