Il nous reste quelques anciens numéros dans des placards, maintenant à prix réduit sur le site !
 

À la rencontre des Éditions des Lisières


Texte inédit pour le site de Ballast

Nous sommes allés à la ren­contre des Éditions des Lisières : une mai­son au sens pre­mier, qui accueille, recueille et abrite des voix uniques, trop rare­ment édi­tées. Les Lisières, c’est avant tout Maud Leroy, une édi­trice qui a lais­sé la facul­té de phi­lo­so­phie pour un petit ate­lier dans les Baronnies pro­ven­çales. Là, elle s’empare de textes de poé­sie contem­po­raine en espa­gnol, arabe, japo­nais, corse, pour leur don­ner vie dans des livres où la réflexion esthé­tique ali­mente ses par­tis pris poli­tiques. ☰ Par Camille Marie et Roméo Bondon


Dans le coin le moins visible d’une biblio­thèque où la poé­sie est en bonne place, on voit des livres qui se res­semblent. Ils sont hauts et leurs teintes donnent pour la plu­part dans les bruns, ocres, crèmes. La tranche fait ce qu’on attend d’elle, indique nom et titre, mais ce der­nier par­fois est double : en fran­çais et dans une autre langue, celle d’o­ri­gine. Une ini­tiale com­plète le tout, un L majus­cule et une étoile, l’emblème des édi­tions des Lisières fon­dées il y a cinq ans par Maud Leroy, dans un petit bureau atte­nant à son lieu de vie. Depuis, elle a publié vingt-sept ouvrages : de la poé­sie contem­po­raine, sur­tout, mais aus­si romans, nou­velles et mémoires sociales.

« Si on lit peu l’œuvre des femmes, que dire de l’œuvre des femmes qui vieillissent et de celles qui sont déjà vieilles ? »

On se sai­sit d’un titre : Rage / Rabia, de la poète gua­té­mal­tèque Regina José Galindo. Le papier car­ton­né est gris et légè­re­ment rugueux. Par endroits, il semble lis­sé par l’impression des aplats rouges qui com­posent la cou­ver­ture ; en d’autres, ces mêmes gra­vures font relief. C’est que Maud, un temps libraire et désor­mais édi­trice, réa­lise les lino­gra­vures, qui sont comme la signa­ture des livres qu’elle fabrique, et com­pose les cou­ver­tures en typo­gra­phie au plomb. Les formes sont simples ; elles sug­gèrent seule­ment, appellent à dépas­ser cette pre­mière ren­contre. Sur les rabats inté­rieurs, deux infor­ma­tions d’é­gale impor­tance. D’un côté, le nom du tra­duc­teur ou de la tra­duc­trice, trop sou­vent oublié. De l’autre, celui de la col­lec­tion — « Hêtraie », pour ce titre-ci. On se dit alors que ces livres tout en hau­teur sont à l’i­mage d’une futaie aux troncs droits, iso­lés les uns des autres mais soli­daires par les racines et le houp­pier. Quelques jours en com­pa­gnie de Maud nous ont offert la pos­si­bi­li­té de sai­sir de quoi est fait le quo­ti­dien d’une édi­trice qui publie volon­tai­re­ment peu : ce qu’elle n’aime que sin­cè­re­ment ou croit poli­ti­que­ment important.

Savoir-faire

« Hêtraie », c’est une col­lec­tion dédiée à la poé­sie écrite par des femmes, en édi­tion bilingue. Les contextes géo­gra­phiques et sociaux ont par­fois peu en com­mun : Terre de femmes (Terre di donne) donne à lire douze poètes corses tan­dis qu’Aya Mansour relate dans Seule elle chante son enfance ira­kienne et son quo­ti­dien à Bagdad. Les langues dia­loguent, de la page de gauche à celle de droite, et la poé­sie revêt des gra­phies et des sono­ri­tés dif­fé­rentes. Et si les Brouillons amou­reux de la poète et tra­duc­trice Souad Labbize ont été écrits en fran­çais, le prin­cipe reste le même : une tra­duc­tion en arabe est pro­po­sée en vis-à-vis du texte d’o­ri­gine. Maud s’ex­plique de cette diver­si­té : « J’ai publié beau­coup de voix de femmes — c’est presque à la mode aujourd’hui, mais c’est impor­tant. Les poèmes de Jean Paira-Pemberton par exemple : c’est la voix d’une femme de 90 ans qui écrit depuis 70 années. C’est une écri­ture simple, plu­tôt clas­sique, mais très belle. Ce n’est pas une voix par­ti­cu­liè­re­ment sexy, mais ne pas la lais­ser dans l’ombre m’a paru impor­tant et presque résis­tant : on pour­rait dire que ce sont des écrits de vieille femme. » S’ils ne sont pas ceux de l’exil ou de la guerre, les vers de Jean Paira-Pemberton ont cela de pré­cieux qu’ils disent à la fois le temps pas­sé — celui de l’Histoire — et les années vécues par l’au­teure, qui ont fait d’elle une femme âgée à la voix dou­ble­ment tue. Si on lit peu l’œuvre des femmes, que dire de l’œuvre des femmes qui vieillissent et de celles qui sont déjà vieilles ? Ce serait réduire la por­tée de tels livres que de les consi­dé­rer seule­ment comme maté­riaux his­to­riques, comme archives. Ils n’ar­rêtent jamais de dire l’in­time, qui n’est pas l’a­pa­nage de la jeunesse.

[C.M.]

Des prises de posi­tion qui rejoignent celles de struc­tures amies, pour qui « édi­ter en fémi­niste » n’a rien de l’op­por­tu­nisme édi­to­rial. Maud a récem­ment cosi­gné une tri­bune enjoi­gnant les petites mai­sons d’é­di­tions réso­lu­ment fémi­nistes à dia­lo­guer afin que ces enga­ge­ments se tra­duisent dans les cata­logues comme dans les rela­tions au sein du domaine du livre. En effet, « com­ment agir face à des mai­sons d’édition mas­sives qui voient dans le fémi­nisme une façon de diver­si­fier leur cata­logue à peu de frais, alors qu’elles ne chan­ge­ront par ailleurs rien à leurs pra­tiques et pour­ront s’enrichir sur les pen­sées et les enga­ge­ments de celles et ceux qu’elles publient ? » On se dit que Maud répond à sa manière, en édi­tant ces femmes poètes, de tous âges et toutes natio­na­li­tés, en met­tant en valeur leur langue d’origine.

« Il faut trou­ver sa voix spé­ci­fique, sa manière de faire, de dire, qui exprime aus­si la sin­gu­la­ri­té de ce qu’on a à dire, de notre manière d’être au monde. C’est ça qui est poli­tique dans la poé­sie. »

Ainsi Les Lisières se dis­tingue par son atten­tion au contexte d’é­non­cia­tion et d’é­cri­ture de la poé­sie tra­duite. En ce sens, Maud inter­roge : « Je ne sais pas exac­te­ment com­bien il y a de locu­teurs et locu­trices arabes en France, par exemple, mais quand on voit le nombre de publi­ca­tions en langue arabe, il y a de quoi se poser des ques­tions. » Comment expli­quer, en effet, que si peu de textes en langue arabe soient tra­duits en fran­çais, et inver­se­ment ? La col­la­bo­ra­tion de Maud avec Souad Labbize lui a per­mis de pal­lier ce manque, à son échelle. La langue arabe, écrite depuis la Syrie ou l’Irak, trouve aux Lisières de farouches ambas­sa­drices. Et, à mesure que la dis­cus­sion s’étend, il revient sou­vent que son tra­vail consiste à tra­cer une voie autant qu’à don­ner voix. L’homonymie n’est pas for­tuite : chaque texte qui lui est adres­sé et qui résonne assez en elle trouve un che­min sûr pour deve­nir livre, par son tra­vail éditorial.

Il y a d’a­bord le dédale des épreuves typo­gra­phiques et des ten­ta­tives de gra­vures, que Maud réa­lise chez elle. Dans une pièce exi­guë, une table porte une presse. Tout autour, des car­tons rem­plis de livres à expé­dier, de plaques de lino­gra­vure tra­vaillées ou neuves encore, de papiers aux teintes et gram­mages dif­fé­rents pour les essais. Ceux-là effec­tués, la com­po­si­tion finale part non loin, pour le vil­lage de Visan et l’im­pri­me­rie Harpo & tenue par l’é­di­teur et typo­graphe Pierre Mréjen. Vient ensuite la dif­fu­sion, dont Maud prend la charge sans sous-trai­ter avec un pro­fes­sion­nel — une visi­bi­li­té moindre et autant de tra­vail sup­plé­men­taire pour exis­ter. Il faut ren­con­trer les libraires sus­cep­tibles d’ac­cueillir ses ouvrages, les tenir au cou­rant des paru­tions afin que les livres finissent sur une table bien en vue, plu­tôt qu’­hors de por­tée des curieuses et curieux. Alors seule­ment une voix peut reten­tir dans un appar­te­ment tout autre que le sien, dans la tête d’autres lec­teurs et lec­trices. « C’était l’idée des Lisières, depuis le début. Il y a beau­coup de choses dans ce mot, lisières : il y a le tis­su, la nature et aus­si tout ce qui se trouve dans un entre-deux. » À l’interface pour­rait-on dire : inter­face des langues, des géo­gra­phies, des genres. Des écrits à la limite de soi et qui vont à la ren­contre — à l’orée, donc. Ce qui les ras­semble, aus­si, c’est leur explo­ra­tion de l’intime, thème sur lequel Maud ne tran­sige pas. Si elle regrette que cer­tains de ses pro­jets n’aient pas abou­ti — elle n’a pas pu, par exemple, obte­nir la tra­duc­tion des poèmes d’Audre Lorde —, l’é­di­trice reste fidèle à cette ligne et à l’ex­pé­rience sen­sible qu’elle fait des textes. Elle a dû en refu­ser cer­tains qu’elle avait pour­tant deman­dés à des auteurs qui lui sont chers. Elle s’en explique : « Il faut trou­ver sa voix spé­ci­fique, sa manière de faire, de dire, qui exprime aus­si la sin­gu­la­ri­té de ce qu’on a à dire, de notre manière d’être au monde. C’est ça qui est poli­tique dans la poé­sie. »

[Olivier Sybillin | photographie-sybillin.fr

Du poétique au politique

L’association est assu­mée : l’é­di­trice a décou­vert la poé­sie alors qu’elle était au col­lège, avec les poètes de la Résistance — depuis, le désir de tra­vailler ce lien entre poé­sie et poli­tique ne la quitte plus. Une quin­zaine d’an­nées plus tard, c’est deve­nu le cœur de son pro­jet édi­to­rial. Le livre maté­ria­lise cette parole : de lui, les voix, enfin, sourdent. Il ne les fige pas, mais les rend vivantes, lisibles, audibles. À mesure que son cata­logue s’é­toffe, la ligne poli­tique de la mai­son se des­sine. En 2016, alors qu’elle est en train de créer la mai­son d’é­di­tion, Maud ren­contre l’intellectuelle et mili­tante turque en exil en France, Pιnar Selek, et publie son pre­mier conte, Verte et les oiseaux1. Plusieurs tirages en font le livre qui a obte­nu le plus d’é­cho jus­qu’à pré­sent au sein du cata­logue. De quoi sou­te­nir des pro­jets dont les auteur·es sont moins reconnu·es. En 2020, la col­lec­tion de témoi­gnages ras­sem­blés par Mathieu Gabard dans CRA2 — 115 pro­pos d’hommes séques­trés — obtient le prix René Leynaud : un joli hasard pense-t-on, ce prix ayant été fon­dé en hom­mage au poète et résis­tant dont il porte le nom. Comme une manière pour Maud de faire une boucle entre ses pre­mières émo­tions poé­tiques et ses enga­ge­ments actuels.

« Maud s’est for­mée seule à la lino­gra­vure et à l’u­ti­li­sa­tion de la presse à épreuve : elle achète il y a cinq ans un peu de maté­riel d’oc­ca­sion et se lance. »

Dans le salon, par­mi des manus­crits, des livres en cours et d’autres à lire, plu­sieurs sur la Syrie. Le pro­chain titre à paraître est Lettres à Samira de Yassin Al-Haj Saleh, intel­lec­tuel syrien oppo­sant au régime Assad. La com­pagne de ce der­nier, la mili­tante com­mu­niste Samira Khalil, est por­tée dis­pa­rue depuis son enlè­ve­ment en 2013, com­man­di­té par un groupe armé sala­fiste — son mari sou­tient, pour sa part, que c’est le régime en place qui s’en est char­gé. C’est là une cor­res­pon­dance qui ne peut attendre de réponse. 

Sammour, le monde est en pleine déca­dence et devient de plus en plus syrien. Je ne suis pas le seul à le dire et je n’exa­gère pas. Partout existe un sen­ti­ment assez par­ta­gé que le monde s’ef­fondre à tous les niveaux. La démo­cra­tie est en crise, la jus­tice et la place de la loi aus­si. Les réserves d’es­poir du monde sont au plus bas depuis des géné­ra­tions. Je pour­sui­vrais dans ma pro­chaine lettre. Je t’en prie, prends soin de ta san­té, c’est tout ce qui compte à mes yeux. Je t’embrasse, Yassin3.

On peut aus­si lire la poé­sie d’Ali Thareb, poète ira­kien, membre de la Milice de la Culture4, qui ébauche le por­trait d’un pays en guerre et illustre les dif­fi­cul­tés à l’habiter, quand le sang fait tache dans les rues, que la mort est tou­jours immi­nente. Les Brouillons Amoureux, de Souad Labbize tracent les contours des corps qui s’aiment, se séparent et par­fois, seule­ment, se réparent.

J’ai pis­té tes traces
quelques indices
sur la neige d’une nuit
le désir cou­rait plus vite
que mes jambes
mon haleine fiévreuse
fai­sait fondre
l’empreinte de tes pas5.

[Maud Leroy]

Des corps de nou­veau, mais ceux-là déchi­rés. On lit dans Rage / Rabia les poèmes de la Guatémaltèque Regina José Galindo, dépei­gnant « notre triste Guatemala / notre Guatemala malade, malade », où les femmes sont quo­ti­dien­ne­ment exploi­tées, domi­nées, vio­lées. Le titre du recueil est un indice : la poé­sie est un com­bat et un lan­gage pour se battre lorsque les corps sont contraints, souillés, muti­lés, dépe­cés. « Le monde m’a mor­du le cœur / et m’a trans­mis sa rage », écrit ain­si l’auteure. Ces poèmes sont des éclairs de vio­lence, des manières de sur­vie — peut-être — dans un monde tris­te­ment banal où cha­cune se demande chaque jour com­ment échap­per au meurtre, pièce de viande à por­tée de toutes les mains. Pas de lyrisme enle­vé ou de contem­pla­tion dépouillée. C’est d’une poé­sie aus­si vio­lente que ce qui est subi qu’a besoin Galindo pour par­ler de sa vie, du des­tin de ses sœurs, de la froide cru­di­té de son pays.

Sortons dans les rues pour vio­ler des gamines
C’est jour de fête
Attrapez celle que vous préférez
La plus tendre
Ouvrez-lui les jambes, vous gênez pas
Et jouis­sez de ce fes­tin de dou­leur6.

« Une lit­té­ra­ture écrite par une mino­ri­té en une langue qui n’est pas la sienne, mais qui est la seule à même de se raconter. »

Si Maud explore le quo­ti­dien et le loin­tain, elle s’at­tache éga­le­ment à se faire l’é­cho des langues peu audibles ou des peuples étouf­fés. La poé­sie de Michael Wasson, membre de la tri­bu nimíi­puu, et celle de Kimberly Blaeser, membre de la tri­bu chip­pe­wa, écrites en anglais, donnent à voir ce que cela implique de gran­dir dans une réserve aux États-Unis lorsque l’on est natif amé­ri­cain — « ta gorge / a peur / de sa propre langue7 », relate ain­si le pre­mier. Les haï­kus d’Iboshi Hokuto, poète aïnou du début du XXe siècle, jamais tra­duits en fran­çais, racontent un peuple colo­ni­sé par le Japon, la misère sociale et éco­no­mique qu’a­mène inévi­ta­ble­ment la domi­na­tion, les petits bou­lots pour sur­vivre péni­ble­ment, oublié·es du monde, agrippé·es à une langue et une culture que la puis­sance natio­nale s’applique à dis­soudre. À l’i­mage de Kafka avec l’al­le­mand, c’est là œuvre de « lit­té­ra­ture mineure8 », au sens d’une lit­té­ra­ture écrite par une mino­ri­té en une langue qui n’est pas la sienne, mais qui est la seule à même de se raconter.

La petite voix
De cet insecte qui crie
Ne serait-ce pas
Ma propre voix qui s’élève
Lorsque je songe à mon peuple9.

Hors les villes

Comment se faire le relais de voix si loin­taines lorsqu’on parle soi-même depuis un espace éloi­gné des grands centres de pro­duc­tion et de dif­fu­sion des livres ? Les édi­tions des Lisières logent dans la Drôme, dans le vil­lage de Curnier. Un bourg de 200 habi­tants au bord de la val­lée de l’Eygues, des mai­sons de pierres, des toits de tuiles, le blanc du cal­caire qui fait relief et des pins pour en sur­mon­ter les formes. Une val­lée à dix minutes de Nyons, une heure de Montélimar, deux heures de Marseille et de Lyon. La démarche esthé­tique et la démarche poli­tique semblent pour­tant s’y retrou­ver : c’est là une confluence que l’on n’avait pas ima­gi­née. Maud vient elle-même d’une région indus­trielle, aux alen­tours de Saint-Étienne. Elle a étu­dié la phi­lo­so­phie puis s’est tour­née vers le milieu de la librai­rie et de l’é­di­tion. En s’ins­tal­lant dans la Drôme pro­ven­çale, elle retrouve le « sens des choses qui prennent du temps ». Maud s’est for­mée avec quelques stages auprès de typo­graphes à la lino­gra­vure et à l’u­ti­li­sa­tion de la presse à épreuve : elle achète il y a cinq ans un peu de maté­riel d’oc­ca­sion — un meuble ancien d’im­pri­meur typo­graphe, des carac­tères, une presse — et se lance.

[Olivier Sybillin | photographie-sybillin.fr

Mais com­ment trou­ver une place tan­dis que 70 000 nou­veaux livres sont réfé­ren­cés chaque année en France ? Les Lisières, c’est cinq ouvrages par an à quelques cen­taines d’exem­plaires, un peu plus de mille pour cer­tains titres. Si Maud publie peu, ça n’est pas seule­ment parce qu’elle tra­vaille seule, mais aus­si parce qu’elle sait le temps que néces­sitent la lec­ture et les relec­tures des écrits qu’elle aime, la fabri­ca­tion, la com­mu­ni­ca­tion, la dif­fu­sion, étapes toutes néces­saires pour faire vivre les textes. « Si je fais le choix de ne publier que cinq livres par an, c’est parce que je ne veux pas faire plus. C’est de la micro-édi­tion, tout prend du temps. Et ce n’est pas grave, c’est un savoir-faire. C’est ce qui me plaît aus­si dans les tem­po­ra­li­tés qui sont celles de la cam­pagne : les choses bonnes, l’a­li­men­ta­tion, l’ar­ti­sa­nat, sont des choses qui prennent du temps, et qui ne sont pas immé­diates. »

On peine à ima­gi­ner Les Lisières — et Maud — dans le brou­ha­ha d’une grande ville quel­conque. Le cadre du hameau, les tech­niques gra­phiques employées, l’at­ten­tion por­tée aux détails, le petit ate­lier per­son­nel dans un loge­ment com­mu­nal, au-des­sus de la Mairie : un hasard, peut-être, mais qui est sur­tout l’ex­pres­sion de choix tech­niques et esthé­tiques qui font la cohé­rence lit­té­raire et poli­tique de la mai­son. Des choix qui trouvent écho dans l’un des pre­miers titres publiés, au sta­tut un peu à part dans le cata­logue des Lisières : Être pay­sans ensemble, un recueil de récits à pro­pos du syn­di­ca­lisme pay­san dans la Drôme entre 1960 et 1990. Une manière de s’ins­crire dans le ter­ri­toire où elle vit et d’ho­no­rer des liens qui ont pu s’y tisser.

« Les mini­ma sociaux m’as­surent un petit reve­nu, qui me per­met, là encore, de prendre mon temps, de ne pas publier dans l’empressement, comme si je devais ou vou­lais en vivre. »

Si Maud cherche à s’an­crer, elle n’est en rien décon­nec­tée des mai­sons d’é­di­tions, typo­graphes et poètes qui se trouvent dans une situa­tion proche de la sienne. À peine s’est-on ren­con­trés qu’elle sort de sa biblio­thèque les livres qu’elle aime et qui l’ont ins­pi­rée dans son tra­vail. Sur la table s’a­mon­cellent peu à peu les ouvrages. On se sai­sit de quelques-uns, étu­die le soin appor­té à la com­po­si­tion, jette un œil sur quelques mots dans la hâte de trou­ver le temps pour lire plus avant. Maud évoque alors d’autres ini­tia­tives sem­blables, tout à coup à nos yeux comme une constel­la­tion de fabriques de livres : l’Atelier du Hanneton situé de l’autre côté du dépar­te­ment ain­si qu’Harpo & et leur inven­ti­vi­té typo­gra­phique ; les édi­tions la Boucherie lit­té­raire, sises non loin dans le Lubéron, et la viva­ci­té du poète et édi­teur, Antoine Gallardo ; L’Archa des Carmes, une librai­rie à Arles où la poé­sie est enfin mise en avant — et nous de rêver d’un tour de France de la micro-édi­tion, de la poé­sie et de la typo­gra­phie, en visite auprès de celles et ceux qui font exis­ter autre­ment, avec soin et pas­sion des livres uniques.

[Maud Leroy]

Dire qu’é­di­ter de la poé­sie contem­po­raine ou des mémoires sociales est une tâche dif­fi­cile dans la masse de publi­ca­tions actuelles est un euphé­misme. D’autant plus lorsque la plu­part des librai­ries portent une atten­tion limi­tée à la poé­sie, ne met­tant en évi­dence que des mai­sons d’é­di­tion bien iden­ti­fiées et dura­ble­ment ins­tal­lées. Depuis le début de son explo­ra­tion des lisières poé­tiques, Maud tra­vaille béné­vo­le­ment. Elle « rentre dans ses frais », nous dit-elle avec un sou­rire. Pas de salaire pour ce tra­vail, donc. Elle ne peut pour l’ins­tant s’y consa­crer que grâce aux mini­ma sociaux : « Ils m’as­surent un petit reve­nu, qui me per­met, là encore, de prendre mon temps, de ne pas publier dans l’empressement, comme si je devais ou vou­lais en vivre. » C’est là une réa­li­té qu’on ima­gine aisé­ment pour les auteur⋅es, moins pour celles et ceux qui les éditent. Si les salons et fes­ti­vals, les ren­contres en librai­rie ou en média­thèque et les inter­ven­tions sco­laires sont pour Maud autant d’oc­ca­sions de défendre ses auteur·es, ce temps pas­sé n’est pas recon­nu par les orga­ni­sa­tions comme du temps de tra­vail. Bien rares sont les cas où l’é­di­trice est ne serait-ce que défrayée. C’est pour­tant le moyen de faire connaître un cata­logue dont elle a seule la charge de dif­fu­ser. Les dépla­ce­ments sont fré­quents : une soi­rée à Paris où la poé­sie de l’au­teur ira­kien Fadhil Al-Azzawi est à l’hon­neur, un fes­ti­val de poé­sie à Nice, quelques jours en Bretagne en com­pa­gnie de l’ar­tiste mexi­caine Citlali. Des kilo­mètres de train à effec­tuer afin d’ho­no­rer ces auteur⋅es qui par­fois viennent des États-Unis ou d’Irak pour don­ner chair à leurs mots devant quelques dizaines de lec­teurs et lectrices.

*

À quelques mois de dis­tance, c’est dans un lieu tout autre que l’on croise de nou­veau la route des édi­tions des Lisières. On arpente cette fois les rues d’une ville moyenne de l’ouest de la France, rues dont les com­merces sont pour la plu­part fer­més — la faute à la délo­ca­li­sa­tion d’une usine dont la ville ne se remet pas, ain­si qu’à une inter­mi­nable asphyxie sani­taire. On entre dans l’u­nique librai­rie du centre. Le choix est néces­sai­re­ment éclec­tique et pri­vi­lé­gie la nou­veau­té. Pourtant, à gauche de l’en­trée, une table bien char­gée attire l’œil. C’est habi­tuel­le­ment l’en­droit où se situe le maigre rayon poé­sie. On s’é­tonne de le voir ain­si inves­ti. On s’é­tonne plus encore de recon­naître la plu­part des titres expo­sés. Il y a là bon nombre de mai­sons d’é­di­tion pré­sen­tées par Maud lors des quelques jours pas­sés en sa com­pa­gnie. Et par­mi celles-ci, une qui nous est fami­lière : des cou­ver­tures au papier rugueux, des gra­vures sin­gu­lières. De la poé­sie qu’on ne sau­rait trop recom­man­der et qu’on se plai­ra désor­mais à gar­der à por­tée d’œil et de main.


Photographie de ban­nière : Maud Leroy
Photographie de vignette : C.M.


  1. Voir à ce sujet notre entre­tien avec Pιnar Selek, Ballast, n° 10, 2020.
  2. Centre de Rétention Administrative.
  3. Extrait de la lettre du 16 juillet 2017 de Yassin Al Haj Saleh, Lettres à Samira, tra­duc­tion de Souad Labbize, édi­tions Les Lisières, 2021.
  4. Groupe de poètes per­for­meurs ira­kiens qui dénoncent la guerre en cla­mant leurs poèmes dans des lieux dévas­tés et en fil­mant ces lec­tures.
  5. Extrait de Souad Labbize, Brouillons Amoureux, édi­tions Les Lisières, 2017.
  6. Extrait de Regina José Galindo, Rage / Rabia, tra­duc­tion de Laurent Bouisset, édi­tions Les Lisières, 2020.
  7. Extrait de Michael Wasson, Autoportrait aux siècles souillés, tra­duc­tion de Béatrice Machet, édi­tions Les Lisières, 2018.
  8. Gilles Deleuze et Félix Guattari, Kafka, pour une lit­té­ra­ture mineure, Minuit, 1975.
  9. Extrait de Iboshi Hokuto, Chant de L’étoile du Nord, tra­duc­tion de Fumi Tsukahara et Patrick Blanche, édi­tions Les Lisières, 2018.

REBONDS

☰ Lire notre article « Audre Lorde : le savoir des oppri­més », Hourya Bentouhami, mai 2019
☰ Lire notre article « Forough Farrokhzad, une rébel­lion ira­nienne », Adeline Baldacchino, mars 2019
☰ Lire notre article « Poésie, anar­chie et désir (II) », Adeline Baldacchino, sep­tembre 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Abdellatif Laâbi : « La bataille des idées est de nou­veau devant nous », juin 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Pierre Siméon : « La poé­sie comme forme d’ob­jec­tion radi­cale », décembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Tristan Cabral : « J’ai la chance de n’être pas dans le milieu soi-disant lit­té­raire », mai 2015

Camille Marie

Doctorante en géographie et en anthropologie.

Découvrir d'autres articles de

Roméo Bondon

Étudiant en géographie, historien amateur et amateur d'histoires. Il a publié Le Bestiaire libertaire d’Élisée Reclus (ACL, 2020) et a coordonné avec Elias Boisjean Cause animale, luttes sociales (Le Passager clandestin, 2021).

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.