Il nous reste quelques anciens numéros dans des placards, maintenant à prix réduit sur le site !
 

Yan Bin : aux origines du féminisme chinois


Texte inédit pour le site de Ballast

À l’o­rée du XXe siècle, la Chine impé­riale des Qing n’est plus qu’une bureau­cra­tie déla­brée : la révo­lu­tion gronde dans les cam­pagnes mais aus­si au sein des élites chi­noises cita­dines, qui ne sup­portent plus la double humi­lia­tion infli­gée par les puis­sances occi­den­tales et la dynas­tie régnante. L’ef­fon­dre­ment pro­gres­sif de l’Empire inau­gure — à tra­vers, notam­ment, les tra­di­tions de pen­sée anar­chiste et com­mu­niste une période d’ef­fer­ves­cence intel­lec­tuelle et révo­lu­tion­naire, sans doute à nulle autre pareille dans l’his­toire chi­noise. C’est dans ce contexte que s’ins­crit le tra­vail de Yan Bin, autrice et mili­tante fémi­niste aujourd’­hui tom­bée dans l’ou­bli. Elle n’en aura pas moins légué un pré­cieux et rare témoi­gnage de la nais­sance du fémi­nisme en Chine : la Revue des nou­velles femmes chi­noises, l’une des pre­mières revues chi­noises conçues pour et par les femmes. ☰ Par Léa Buatois


« Les hommes du monde entier ont été assez chan­ceux pour pos­sé­der seuls des pou­voirs suprêmes et s’en van­ter. Ils les ont alors très soi­gneu­se­ment gar­dés, de peur que les femmes soient ten­tées d’y trem­per un doigt1. » C’est en 1907 que Yan Bin, édi­trice de l’un des plus grands jour­naux de femmes de l’époque, la Revue des nou­velles femmes chi­noises, écrit ces mots. Armée de sa plume révol­tée, drôle et dra­ma­tique à la fois, énu­mé­rant avec patience des argu­ments d’une logique impla­cable pour défendre les droits des femmes, elle signe une quin­zaine d’articles qui for­me­ront l’un des fon­de­ments théo­riques du mou­ve­ment pour les droits des femmes en Chine. Sa revue ras­semble de nom­breuses contri­bu­tions sur l’éducation des filles, le rôle poli­tique des femmes ou encore des textes de vul­ga­ri­sa­tion scien­ti­fique, des poèmes et des cour­riers de lectrices.

« Les hommes du monde entier ont été assez chan­ceux pour pos­sé­der seuls des pou­voirs suprêmes et s’en van­ter. »

Fait presque unique à cette époque, l’équipe de publi­ca­tion est entiè­re­ment com­po­sée de femmes, qui créent pour cela leur propre impri­me­rie, l’Imprimerie coopé­ra­tive des femmes chi­noises (中國新女界社合資印刷所), à Tokyo. Mais, la même année, en 1907, après seule­ment six numé­ros et mal­gré des annonces sur les numé­ros à venir, la revue dis­pa­raît subi­te­ment. Avec elle, Yan Bin et ses cama­rades plongent dans l’oubli. Il reste heu­reu­se­ment de leur pro­jet poli­tique des exem­plaires de ces numé­ros : un petit tré­sor pour l’histoire des mou­ve­ments fémi­nistes, en Chine et ailleurs. C’est leur rendre jus­tice que de retra­cer leur his­toire, de recen­ser les écrits de Yan Bin, d’en lire des extraits et de res­ti­tuer ses idées — en ayant à l’es­prit que c’est tout un pan de la lit­té­ra­ture poli­tique chi­noise pré-révo­lu­tion­naire et révo­lu­tion­naire qu’il nous reste à découvrir.

Car la décom­po­si­tion de l’Empire chi­nois à la fin du XIXe siècle2 est aus­si contem­po­raine d’une effer­ves­cence intel­lec­tuelle sans pré­cé­dent, à laquelle ont pris part de nom­breuses femmes. Des his­to­riennes comme Wang Zheng3, Liu Jen-Peng4 ou Qian Nanxiu5 ont mon­tré qu’à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, les femmes chi­noises ont eu un rôle déter­mi­nant dans la créa­tion d’associations, d’écoles et de jour­naux dédiés aux droits des femmes, qui ren­con­trèrent du suc­cès auprès d’un large public fémi­nin. Entre 1898 et 1911, une qua­ran­taine de groupes ou asso­cia­tions de femmes auraient vu le jour, ain­si qu’une tren­taine de jour­naux de femmes. Parmi les fon­da­trices de ces jour­naux, cer­taines per­son­na­li­tés ont atti­ré davan­tage l’at­ten­tion des historien·nes : c’est par exemple le cas de Qiu Jin (秋瑾) ou de He-Yin Zhen (何殷震). Mais, dans leur ombre, beau­coup moins connue : Yan Bin, et sa Revue des nou­velles femmes chi­noises.

[Lorser Feitelson]

De la médecine à l’écriture

On pos­sède rela­ti­ve­ment peu d’éléments bio­gra­phiques sur Yan Bin. Originaire du Henan — une pro­vince du centre-est de la Chine actuelle —, de son vrai nom Luo Yanbin (羅燕斌), elle serait née en 1869 et aurait gran­di dans une famille de let­trés. Elle y reçoit les rudi­ments de l’éducation dis­pen­sée à cette époque aux enfants de ce milieu social : un ensei­gne­ment cen­tré autour de clas­siques lit­té­raires et his­to­riques. Sans que l’on sache pré­ci­sé­ment en quelle année, elle se rend ensuite à Pékin, où elle entre­prend des études de méde­cine à l’École des filles de l’Hôpital de san­té et d’hygiène de la ville. En 1905, soit aux alen­tours de ses 35 ans, elle part pour­suivre sa for­ma­tion à l’Université de Waseda, à Tokyo. Elle rejoint ain­si les pre­mières géné­ra­tions d’étudiantes chi­noises à migrer vers le Japon pour y effec­tuer des études supé­rieures, qu’il leur était qua­si­ment impos­sible de réa­li­ser à la même époque en Chine.

« Elle rejoint les pre­mières géné­ra­tions d’étudiantes chi­noises à migrer vers le Japon pour y effec­tuer des études supé­rieures, qu’il leur était qua­si­ment impos­sible de réa­li­ser à la même époque en Chine. »

Devenue l’une des pre­mières Chinoises à faire des études scien­ti­fiques, Yan Bin sera plus tard en mesure de par­ta­ger ce savoir dans ses articles et sa revue. La dif­fu­sion de la connais­sance scien­ti­fique et médi­cale est en effet un élé­ment fon­da­men­tal de sa concep­tion de l’émancipation des femmes. En témoigne son rôle de secré­taire de l’Association des étu­diantes chi­noises au Japon, fon­dée en 1906, qui se don­nait notam­ment pour objec­tif d’encourager les étu­diantes à pour­suivre leurs études sur l’ar­chi­pel, de les aider dans leur vie quo­ti­dienne, d’or­ga­ni­ser des ren­contres et de lever des fonds pour sou­te­nir les plus pauvres d’entre elles. Yan Bin serait ensuite retour­née en Chine pour deve­nir direc­trice d’une école de filles ; après quoi, il semble que l’on ait per­du sa trace. Dans les dif­fé­rentes antho­lo­gies, ency­clo­pé­dies et com­pi­la­tions qui nous ren­seignent sur cette époque, on ne trouve aucune autre pré­ci­sion, sinon qu’elle serait décé­dée en 1931.

Les principes fondateurs

La Revue des nou­velles femmes chi­noises (中國新女界雜誌 Zhongguo xin nüjie zaz­hi) : tout un pro­gramme, dans son titre même ! Le pre­mier numé­ro paraît le 5 février 1907. Chaque exem­plaire est com­po­sé en moyenne de trente-cinq à qua­rante pages. Certains articles, pre­nant la forme d’essais, étaient publiés en épi­sodes d’un numé­ro à l’autre. La typo­lo­gie était variée : des images ou vignettes, des essais ou trai­tés, des discours6, des tra­duc­tions com­men­tées à par­tir de l’anglais ou du japo­nais, mais aus­si des notes sur l’actualité natio­nale et inter­na­tio­nale (avec notam­ment des notes sur les actua­li­tés des mou­ve­ments de femmes en Angleterre, en France ou encore en Australie), des textes lit­té­raires (qui com­prennent des poèmes ou de la prose libre, et des chan­sons, avec les paroles et les mesures), des bio­gra­phies de femmes, des textes de « science popu­laire » et « conseils d’hygiène et de san­té »… Les contri­bu­trices — dix à quinze dif­fé­rentes par numé­ro —, qui se nomment Pei Gong (珮公), Jin Xia (巾俠), Xiao Yin (篠櫽), Qing Ru (清如) ou encore Ci Jian (雌劍), sont éga­le­ment étu­diantes à Tokyo ; elles uti­lisent sou­vent des pseu­do­nymes, ren­dant dif­fi­ciles les recons­ti­tu­tions bio­gra­phiques. Yan Bin est, de loin, celle qui y publie le plus, sur­tout dans les pre­miers numé­ros. La revue jouait aus­si le rôle de com­pi­la­tion d’éléments bio­gra­phiques pour celles qui y écri­vaient. On peut donc ten­ter de recons­ti­tuer, mor­ceau par mor­ceau, la vie et les idées de celle qui fon­da la revue.

Dès le pre­mier numé­ro, Yan Bin écrit : « il faut faire tout notre pos­sible pour appor­ter le chan­ge­ment », « il faut renon­cer aux vieilles cou­tumes que l’on pen­sait uni­ver­selles, et com­battre ce que l’on pen­sait être des véri­tés immuables ». Car, en réa­li­té, pense-t-elle, rien n’empêche les femmes d’être les égales des hommes, si ce n’est les hommes eux-mêmes, qui ont lut­té pour entra­ver leur éman­ci­pa­tion. Il est tout à fait « contre-nature » de voir cette « sépa­ra­tion sin­gu­lière entre les hommes et les femmes7». Les ambi­tions poli­tiques fon­da­men­tales de Yan Bin sont expo­sées dans son « Discours sur les cinq prin­cipes de cette revue » :

Premier prin­cipe : éla­bo­rer de nou­velles théo­ries pour les femmes ;
Second prin­cipe : intro­duire en Chine des élé­ments de la nou­velle culture des femmes dans d’autres pays ;
Troisième prin­cipe : encou­ra­ger le déve­lop­pe­ment d’une nou­velle éthique et pro­mou­voir l’éducation des filles ;
Quatrième prin­cipe : détruire les vieilles super­sti­tions et bâtir une nou­velle société ;
Cinquième prin­cipe : unir les sen­ti­ments et res­ser­rer les liens d’amitié [entre les femmes].

[Lorser Feitelson]

Elle déroule :

Si l’on sou­haite faire quelque chose, il faut déjà avoir en nous l’idée, afin de pro­cé­der selon une méthode. En effet, si l’on n’a pas déjà une idée ou un prin­cipe, il est fort à parier que l’on se plon­ge­ra dans la confu­sion la plus totale ; sans les grandes lignes, com­ment espé­rer pou­voir atteindre les choses en détail ?

Mais alors, qu’est-ce qu’une théo­rie ? Cela semble d’abord aisé à com­prendre. Prenons l’exemple d’une femme qui vou­drait libé­rer ses pieds [les libé­rer du ban­dage]. […] Si elle en a l’idée, elle y pen­se­ra chaque jour, elle ne pour­ra l’oublier. Il se trou­ve­ra sur son che­min beau­coup de per­sonnes pour l’en empê­cher, mais mal­gré cela, elle réflé­chi­ra à tous les moyens pos­sibles pour y arri­ver, et n’abandonnera pas. Cela me fait poser cette ques­tion : com­ment, dans de telles condi­tions, fait-elle pour avoir autant de détermination ?

Parce qu’elle a en elle l’idée, elle a éta­bli en elle l’idée ! Si elle n’avait pas en elle de théo­rie éta­blie, elle agi­rait selon les cir­cons­tances. Si aujourd’hui elle entend sa famille dire qu’il est bon de libé­rer ses pieds, alors elle le fera, et si demain elle entend dire que cela est répu­gnant, et que les petits pieds sont plus beaux, alors elle retour­ne­ra se les ban­der. La ques­tion n’est pas tant de savoir si les racines de son action sont solides ou non, de savoir si elle se plie rapi­de­ment aux injonc­tions ou non, c’est ici une ques­tion de théo­rie, de prin­cipe moteur, d’idée. […] 

Ce que j’entends par théo­rie ici dans le cadre de la revue, est issue d’un tra­vail col­lec­tif de l’ensemble des cama­rades et des par­ti­ci­pantes qui, après dis­cus­sions, ont mis au point ces cinq prin­cipes, justes et hono­rables, afin que, une fois la revue créée, ces prin­cipes nous guident et puissent être révo­qués. Ces prin­cipes ne sont donc pas des opi­nions for­gées à par­tir de l’avis d’une seule per­sonne. C’est en cela que la théo­rie dont je parle dif­fère tout à fait clai­re­ment d’opi­nions per­son­nelles que j’évoquais précédemment. […]

Ces cinq prin­cipes sont ceux por­tés par ce jour­nal. Par la suite, peu importe le nombre d’années ou le nombre d’articles et de numé­ros que dure­ra cette revue, tout décou­le­ra de ces cinq prin­cipes, en amont, en aval, à côté, en face. Ainsi, faut-il par tous les moyens don­ner vie et éla­bo­rer ces cinq prin­cipes. Si un conte­nu n’a rien à voir avec ces prin­cipes, alors il ne pour­ra appa­raître dans notre revue. Ainsi pour les cama­rades qui sou­hai­te­raient nous envoyer leurs contri­bu­tions, il fau­dra gar­der cela en tête.

« Elle conce­vait la revue comme un espace d’é­mu­la­tion et de théo­ri­sa­tion qui puisse être repris par les Chinoises pour lut­ter pour leurs droits. »

Elle conce­vait donc la revue comme un espace d’é­mu­la­tion et de théo­ri­sa­tion qui puisse être repris par les Chinoises pour lut­ter pour leurs droits. Création, et non « impor­ta­tion » de théo­ries éla­bo­rées ailleurs ; en effet, écrit-elle : « Si les théo­ries occi­den­tales sont copiées telles quelles, afin d’être uti­li­sées ici, elles ne seront pas per­ti­nentes. Il faut donc que nous créions nous-mêmes nos théo­ries. En effet, au regard de l’état du déve­lop­pe­ment en Occident, et en par­ti­cu­lier la situa­tion des femmes, on ne peut pas dire que celui-ci soit par­fait, et les droits dont jouissent les femmes là-bas ne peuvent nous satis­faire. Il manque encore de nom­breuses choses. » Yan Bin cherche essen­tiel­le­ment à se démar­quer de ses contem­po­rains, mis­sion­naires ou pen­seurs poli­tiques chi­nois, qui importent nombre de théo­ries for­gées en Europe — qu’il s’a­gisse du mar­xisme, de l’a­nar­chisme ou du fémi­nisme — et entendent les appli­quer telles quelles à la socié­té chi­noise. Ainsi, les Chinoises ne doivent pas être un récep­tacle pour ces théo­ries venues d’ailleurs, mais contri­buer elles-mêmes à la créa­tion et à l’ap­pro­fon­dis­se­ment d’une pen­sée fémi­niste qui leur serait propre. En ce sens, le fémi­nisme occi­den­tal ne four­nit aucun modèle à imi­ter, mais consti­tue un exemple fécond qu’il faut res­sai­sir à tra­vers ses par­ti­cu­la­ri­tés sociales et historiques. 

Quelle réception ?

Dans un milieu très mas­cu­lin, la ques­tion du finan­ce­ment de la presse fémi­nine demeure déter­mi­nante. Comment les rédac­trices ont-elles réus­si à récol­ter les fonds pour les pre­miers numé­ros ? Il s’agissait vrai­sem­bla­ble­ment de réserves per­son­nelles, mais aus­si de « par­te­na­riats », de dons et de publi­ci­tés. Au début de chaque numé­ro, se trouve une liste très impor­tante de « sou­tiens », c’est-à-dire l’ensemble des « dona­teurs et donatrices8 », ain­si que les « par­te­naires » (per­sonnes qui don­naient plus de dix yuan, et qui avaient le droit de rece­voir une part des béné­fices). Malgré cela, les appels à dons se font de plus en plus pres­sants au fil des paru­tions, annon­cia­teurs de la faillite.

[Lorser Feitelson]

Au sixième numé­ro, cette liste des contri­bu­tions fait déjà plu­sieurs dizaines de pages. Elle consti­tue un docu­ment impor­tant pour mieux connaître l’influence qu’a eu cette revue, et sa dif­fu­sion. Cette liste pré­cise le nom des dona­teurs ou dona­trices (avec l’indication « Monsieur » ou « Madame »), ain­si que le mon­tant, par­fois le titre (« direc­trice d’école », par exemple) et la ville. On s’aperçoit que ces villes ne se limitent pas aux points de dis­tri­bu­tion pré­vus ini­tia­le­ment, que sont les grandes métro­poles (Tokyo, Shanghai, Tianjin, Pékin, Nanjing), puisqu’un nombre non-négli­geable des dona­teurs et dona­trices venaient de petites villes au Hubei, au Sichuan ou encore au Yunnan. La liste de dona­teurs s’allonge en seule­ment quelques mois, entre février et novembre 1907 : cela témoigne de la très large cir­cu­la­tion que la revue a pu avoir en si peu de temps. Cet engoue­ment est confir­mé par les cour­riers de lec­trices, dont la plu­part sont adres­sés direc­te­ment à Yan Bin : ils sug­gèrent une large dif­fu­sion, non seule­ment dans les écoles de filles mais aus­si dans les cercles ami­caux ou fami­liaux — où les femmes lisent leurs textes à voix haute.

« La revue de Yan Bin regorge de for­mi­dables pièces d’ar­chives pour la com­pré­hen­sion du mou­ve­ment des droits des femmes en Chine. »

Le tirage est esti­mé à dix mille exem­plaires pour chaque numé­ro, ce qui est consi­dé­rable pour l’époque9. Autre indice de sa popu­la­ri­té et de son influence : les publi­ci­tés pour la revue dans de grands jour­naux. On y trouve trace de vingt-cinq encarts publi­ci­taires dans le jour­nal Informations (時報 Shibao), ain­si que deux encarts publi­ci­taires dans le jour­nal Actualités (新聞 Xinwen). Cette revue est ain­si consi­dé­rée comme l’un des trois organes de presse fémi­nines en langue chi­noise les plus influents de la fin de la dynas­tie Qing10 ; les deux autres étant le Journal des femmes de Chine (中國女報 Zhongguo nübao) de Qiu Jin et le jour­nal Justice Naturelle (天義報 Tianyi bao), de He-Yin Zhen — tous deux éga­le­ment édi­tés à Tokyo la même année.

La revue de Yan Bin regorge de for­mi­dables pièces d’ar­chives pour la com­pré­hen­sion du mou­ve­ment des droits des femmes en Chine. On y retrouve en effet les règle­ments inté­rieurs et pho­tos de classe des pre­mières écoles pour filles, des mani­festes de groupes et d’associations de femmes, des por­traits bio­gra­phiques, et même des por­traits pho­to­gra­phiés de femmes : autant de docu­ments his­to­riques inédits et uniques qui, par leur rare­té même, témoignent de ce que les femmes doivent s’en remettre leurs propres forces pour consti­tuer leurs archives. Car quelle revue intel­lec­tuelle mas­cu­line, même révo­lu­tion­naire, aurait consen­ti à enga­ger un tel tra­vail ? Il semble désor­mais clair que cer­taines infor­ma­tions ne pou­vaient cir­cu­ler autre­ment que par leurs jour­naux. Il appa­raît éga­le­ment, à la lec­ture des « Principes » de Yan Bin, qu’elle accorde un rôle pri­mor­dial à la connais­sance et au savoir dans la lutte des femmes. L’Histoire lui don­ne­ra rai­son : la faillite de la revue fera dis­pa­raître la trace de Yan Bin et des autres autrices. 

[Lorser Feitelson]

En quête de droits

Comme il était de cou­tume dans la presse, Yan Bin ne signait pas tous ses articles de son nom mais d’un pseu­do­nyme : Lian Shi (煉石). Ou, lit­té­ra­le­ment « celle qui fond la pierre ». Il s’a­git d’une réfé­rence au per­son­nage mytho­lo­gique Nüwa, cette déesse qui aurait eu le pou­voir de créer les humains, de contrô­ler l’eau, de fondre et mode­ler la pierre, de déclen­cher le feu — jouant ain­si un rôle fon­da­men­tal dans la Création, en s’occupant d’emplir le Ciel de ses créa­tures. Cette figure a alors influen­cé et obsé­dé bien des mili­tantes pour les droits des femmes : elle appa­raît comme une femme puis­sante, à l’origine de toute chose et maî­tri­sant les élé­ments naturels.

L’égalité

Comme d’autres autrices, Yan Bin défen­dait l’i­dée que l’inégalité entre les hommes et les femmes découle de rap­ports de force ancrés dans l’Histoire ; que l’égalité, au contraire, est « natu­relle » (ce à quoi elle fait réfé­rence en par­lant de « créa­tion » et du « Ciel »). Il fal­lait donc dési­gner les hommes eux-mêmes comme res­pon­sables de la confis­ca­tion des droits des femmes : une idée qui appa­raît peu chez d’autres autrices chinoises11, et encore moins chez les auteurs mas­cu­lins qui traitent de la « ques­tion des femmes » (婦女問題 funü wen­ti). On peut lire avec inté­rêt sa vision de l’évolution dans cet extrait du texte « Discussion sur les droits des femmes » :

Quand s’ouvre le pre­mier acte, on voit appa­raître par­mi les hommes des hommes cruels et auto­ri­taires, puis­sants et forts, qui, armés de cœurs cruels, ras­semblent leurs forces pour se ven­ger d’autres tri­bus, éta­blir des chefs de tri­bu, déci­der des forts et des faibles, et fon­der ain­si l’organisation de la socié­té en classes sociales, comme nous la connais­sons aujourd’hui.

Les flammes des pas­sions se sont alors pro­pa­gées jusqu’aux femmes, qui étaient pour­tant jusque là leurs égales, et les plus gen­tilles et aimantes.

Par leurs mots miel­leux, ils ont impo­sé leur contrôle sur elles, et par la force, ils leur ont don­né des ordres et les ont sou­mises. Ils les ont pié­gées pour satis­faire leurs dési­rs égoïstes et leurs ambitions. […]

Or, ce n’était pas là l’intention du Ciel. Ces cri­mi­nels peuvent être consi­dé­rés comme les pre­miers enne­mis des femmes dans l’Histoire, et le seul enne­mi com­mun de « l’humain ». Au début, il devait y avoir par­mi les femmes quelques-unes qui étaient très fortes, avec des idéaux nobles, emplies de cou­rage et de téna­ci­té, et armées d’un esprit qui se refu­sait à plier et à se soumettre.

C’est en s’ap­puyant sur un tel récit, révé­lant le carac­tère ins­ti­tué de la domi­na­tion mas­cu­line, que Yan Bin entend mener la lutte des femmes :

Il faut que l’on s’empare de cette image, que l’on étende et encou­rage cette idée. Mettons-nous rapi­de­ment à l’action, hur­lons de toutes nos forces, afin de por­ter et de pro­mou­voir notre bataille contre les hommes pour assu­rer notre place dans l’évolution. Peu importe le coût et le temps que cela pren­dra, il nous fau­dra pour­suivre la lutte, et ne pas aban­don­ner face aux dif­fi­cul­tés terribles.

Mes sœurs n’ont en effet pas eu de chance ; elles se sont retrou­vées dans une posi­tion d’êtres conquis et sou­mis depuis des siècles, et leur situa­tion s’est même aggra­vée avec le temps. Leur intel­li­gence a été ense­ve­lie, leur carac­tère a été bri­sé, et tout cela a mené peu à peu à la situa­tion que nous connais­sons main­te­nant. Pour toutes ces rai­sons, en tous lieux et en tous temps, il y a une voie qui s’ouvre à nous : retrou­ver la majo­ri­té de nos droits comme l’ont fait les Européennes et Américaines en défen­dant les droits des femmes. […]

Les femmes doivent se lever pour se sai­sir de la liber­té de mariage, la liber­té d’étudier, la liber­té de tra­vailler, toutes ces liber­tés qui ne devraient pas être les pri­vi­lèges des hommes. Pas à pas, il ne nous sera pas impos­sible d’atteindre l’égalité. Non, mes sœurs, ne dites pas qu’il est impos­sible d’obtenir les droits des femmes comme l’ont fait les femmes euro­péennes et amé­ri­caines, car ces droits ne sont pas spé­ci­fiques. Ces femmes sont des femmes comme moi, comme nous, bien que nous n’appartenions pas à la même race (zhong­zu)12, le prin­cipe de la créa­tion est pour­tant le même, et les femmes ont été faites de manière identique.

Si elles [les autres femmes] ont réus­si à retrou­ver une par­tie de leurs droits, com­ment se ferait-il que je ne puisse, à mon tour, faire de même ? Les droits des femmes n’ont pas été inter­dits par la créa­tion ; ces droits sont innés.

Je déclare alors que, sans espoir de liber­té, sans espoir de retrou­ver nos droits, je pré­fère mettre fin à mes jours.

L’égalité natu­relle cor­res­pond, pour elle, à une série de droits, dont le droit à l’éducation et le droit de se consti­tuer en tant qu’être poli­tique. Dans ses textes, elle s’attache à défendre la figure de « citoyenne » (女國民 nüzi guo­min) — et non de « mère de citoyens » (國民之母 guo­min zhi mu), comme on peut le lire chez des intel­lec­tuels mas­cu­lins, à l’ins­tar de Jin Tianhe13. Dans son article « Les femmes et la nation », paru dans le deuxième numé­ro de la revue, elle défend l’i­dée que les femmes doivent avoir un rôle poli­tique en votant et en se fai­sant élire, et qu’une « nation » ne peut être recon­nue comme telle si « la moi­tié des per­sonnes qui y vivent » sont pri­vées de ce droit.

[Lorser Feitelson]

Les catégories en question

Elle va plus loin en décré­tant que les caté­go­ries d’« hommes » et de « femmes » relèvent d’une déter­mi­na­tion arbi­traire, dans la mesure où ces déno­mi­na­tions elles-mêmes ne vont pas entiè­re­ment de soi. Dans le même texte, elle pour­suit ainsi :

Si les noms avaient pu être chan­gés et mis en place autre­ment, alors les titres de mari ou femme, le sys­tème de mariage, l’idée de dure­té [en tant qu’attribut de viri­li­té] et de dou­ceur [en tant qu’attribut de fémi­ni­té], la supé­rio­ri­té des hommes et l’infériorité des femmes, la divi­sion inté­rieur-exté­rieur, et toutes les normes injustes, immo­rales et arti­fi­cielles [faites par l’humain], tout cela aurait pu être inver­sé dès l’origine, au moment où ces sta­tuts ont été déci­dés.

Les maris auraient pu être des épouses et les épouses des maris, les femmes auraient été asso­ciées à la dure­té et les hommes à la déli­ca­tesse, les femmes auraient été décla­rées hono­rables et les hommes mépri­sables, les femmes seraient sor­ties pen­dant que les hommes seraient res­tés à l’intérieur, et les véri­tés immuables que l’on asso­cie au mariage ou aux valeurs du yin et du yang, tout cela aurait pu être inver­sé. Les prin­cipes aux­quels on obéit aujourd’hui découlent d’habitudes sociales et de conven­tions. Ainsi, ceux que l’on appelle hommes se tien­draient aujourd’hui à la place de celles que l’on appelle femmes.

L’émancipation pratique

« Un der­nier point théo­rique fon­da­men­tal concer­nant Yan Bin et sa revue est l’importance qui y est accor­dée aux sciences, à la méde­cine et aux savoirs pra­tiques. »

Un der­nier point théo­rique fon­da­men­tal concer­nant Yan Bin et sa revue est l’importance qui y est accor­dée aux sciences, à la méde­cine et aux « savoirs pra­tiques ». Une rubrique entière y est consa­crée à chaque numé­ro, avec pour fina­li­té de vul­ga­ri­ser des savoirs scien­ti­fiques auprès des femmes. Grâce à sa for­ma­tion en méde­cine, Yan Bin signe plu­sieurs textes sur l’hygiène, les bac­té­ries et les mala­dies infec­tieuses (cho­lé­ra, rou­geole), en croi­sant des don­nées his­to­riques (nombre de morts, lieux des épi­dé­mies) et des conseils scien­ti­fiques pour les évi­ter (règles d’hygiène, pro­to­cole en cas d’infection). Pei Yue (陂月), une autre contri­bu­trice, pro­pose dans le qua­trième numé­ro un article de « chi­mie ordi­naire », dans lequel elle décrit les phé­no­mènes de com­bus­tion, de décom­po­si­tion et de fer­men­ta­tion, en pre­nant l’exemple de la cuis­son des ali­ments et du lait. Dans ce même numé­ro, un autre article aborde les types d’insectes qui appa­raissent en été, les dan­gers ou nui­sances pos­sibles et les trai­te­ments recom­man­dés. Dans l’article « Les femmes et la méde­cine » de Xiao Yin (篠櫽), paru dans le pre­mier numé­ro, l’autrice explique que les femmes, parce qu’elles sont ame­nées à « don­ner nais­sance » et à « éle­ver des enfants », doivent avoir plus encore de connais­sances sur la san­té et le corps que les hommes. Elle déplore que ce ne soit pas le cas, et que cela les mette en dan­ger, elles et leurs enfants.

C’est donc en écho à la vie quo­ti­dienne des femmes que ces articles offrent des connais­sances pour contri­buer à l’é­la­bo­ra­tion d’un savoir popu­laire et à l’émancipation pra­tique. Ces textes éla­borent une « science du quo­ti­dien », fidèle à l’am­bi­tion de la revue, qui sou­hai­tait jouer le rôle de « manuel d’éducation », de guide pour les femmes chi­noises. C’était en somme un point de vue assez prag­ma­tique sur la libé­ra­tion : des femmes qui avaient appris cer­taines choses — parce qu’elles avaient notam­ment pu faire des études scien­ti­fiques — les trans­met­taient à d’autres. On retrouve cet aspect dans la quin­zaine de por­traits bio­gra­phiques dres­sés dans la revue ; ils pro­posent de « nou­veaux modèles » pour les femmes : des direc­trices d’écoles, des jour­na­listes, des méde­cins, des édu­ca­trices, loin des figures de femmes-mar­tyres et autres héroïnes qui hantent l’imaginaire natio­na­liste. De quoi, sans doute, rendre la revue plus acces­sible. Et peut-être plus en accord avec les attentes et inté­rêts des lectrices14.

[Lorser Feitelson]

Qiu Jin, elle aus­si édi­trice mais éga­le­ment autrice pro­li­fique de textes poli­tiques et lit­té­raires, cri­ti­quait la revue de Yan Bin pour sa « tié­deur », son carac­tère « modé­ré » : elle « n’osait pas dire les choses », comme Qiu Jin l’é­crit en avril 1907 dans son texte « Lettre à l’équipe de rédac­tion du Monde des femmes15. Mais il semble que le sujet soit plus com­plexe. Si Yan Bin ne dif­fuse pas de conte­nu révo­lu­tion­naire (et d’ailleurs n’emploie pas ce mot), si elle sou­tient la reven­di­ca­tion de droits comme le tra­vail sala­rié et le suf­frage uni­ver­sel (qui ne bou­le­versent pas fon­da­men­ta­le­ment l’ordre social éta­bli), elle aborde la ques­tion de la confis­ca­tion des droits et emprunte des outils d’analyse de la domi­na­tion à la tra­di­tion anarcho-communiste16.

La disparition de la revue

« L’enjeu est aus­si, pour les luttes fémi­nistes en cours et à venir, de pui­ser dans une his­toire riche. »

Les cir­cons­tances de la dis­pa­ri­tion de la revue res­tent floues. On a long­temps pen­sé que la répres­sion et la cen­sure des auto­ri­tés japo­naises avaient conduit à fer­mer l’imprimerie et la revue. Mais les recherches récentes de l’his­to­rien Wang Qingyi mettent plu­tôt en avant le fac­teur éco­no­mique. D’après ses calculs17, le der­nier numé­ro ne fit aucun béné­fice. Par ailleurs, bien que la pério­di­ci­té devait être men­suelle, les numé­ros se sont rapi­de­ment espa­cés, chaque publi­ca­tion pre­nant un peu plus de retard18. Les publi­ca­tions ont ces­sé au terme de la sixième paru­tion, alors que le calen­drier pré­voyait onze numé­ros. En paral­lèle, le prix des exem­plaires n’a fait qu’aug­men­ter (pas­sant à 2 jiao 50 dès le pre­mier numé­ro, au lieu des 2 jiao annon­cés). Le coût éle­vé de l’impression dans les impri­me­ries japo­naises était l’une des rai­sons qui avaient pous­sé les édi­trices à fon­der leur propre impri­me­rie ; son ouver­ture est célé­brée dans le sixième numé­ro, qui en détaille les avan­tages : l’indépendance (idéo­lo­gique), la per­cep­tion de l’ensemble des recettes et des béné­fices, une liber­té dans l’organisation du temps ain­si que la pos­si­bi­li­té d’imprimer des livres et d’autres revues pour élar­gir leur public. La publi­ca­tion de romans et d’es­sais était annon­cée par la même occa­sion — ils n’ont jamais vu le jour. Tous ces indices concourent à prou­ver que les édi­trices ont cruel­le­ment man­qué de moyens.

Cette courte exis­tence de la revue laisse un goût amer : d’autres jour­naux et revues sur la « ques­tion des femmes », diri­gés et ani­més par une majo­ri­té d’hommes, ont duré davan­tage, comme c’est le cas du Monde des femmes (女子世界 Nüzi shi­jie), revue qui s’étala de 1904 à 1907 sur dix-huit numéros.

*

Alors que d’autres jour­naux sur « la ques­tion des femmes » les rédui­saient sou­vent à une pos­ture pas­sive (celles qui « devaient être libé­rées », « devaient être éveillées », sous-enten­du : par les hommes), la Revue des nou­velles femmes chi­noises de Yan Bin ana­lyse les causes pro­fondes de l’i­né­ga­li­té en réta­blis­sant le rôle actif des hommes dans l’oppression, et pro­pose un outil concret pour l’émancipation des femmes. Au fil des numé­ros, les articles se sont effor­cés de reflé­ter les cinq prin­cipes for­mu­lés au départ : écrire en tant que femmes, pour les femmes, pour leurs droits et leur accès à la connais­sance. Les dis­pa­ri­tions de la revue et de Yan Bin témoignent des obs­tacles ren­con­trés et de la néces­si­té de pour­suivre aujourd’­hui un tra­vail d’ar­chives visant à faire res­sur­gir l’his­toire des femmes. L’enjeu est aus­si, pour les luttes fémi­nistes en cours et à venir, de pui­ser dans une his­toire riche, en met­tant en lien des témoi­gnages, récits, expé­riences et réflexions issus d’aires cultu­relles et géo­gra­phiques variées.  


Illustrations de ban­nière et de vignette : Lorser Feitelson


  1. Yan Bin, « Discussion sur les droits des femmes », Revue des Nouvelles Femmes Chinoises, n° 1, 1907.
  2. Il s’a­git de la chute de la der­nière dynas­tie impé­riale chi­noise, celle des Qing.
  3. Wang Zheng, Women in the Chinese Enlightment : Oral and Textual Histories, 1999.
  4. Liu Jen-Peng, Jindai zhong­guo nüquan lun­shu — guo­zu, fanyi yu xing­bie zhengz­hi [Essai sur le fémi­nisme en Chine moderne : Nation, tra­duc­tion et poli­tique du genre], 2000.
  5. Qian Nanxiu, « Revitalizing the Xianyuan Worthy Ladies Tradition : Women in the 1898 Reforms », Modern China, 2003.
  6. Ici, dis­cours signi­fie sur­tout que les textes étaient rédi­gés dans un style plus oral, qui met­tait en scène une adresse directe aux lec­trices.
  7. Tous les extraits de ce para­graphe sont issus du texte « Discussion sur les droits des femmes », issu du pre­mier numé­ro de la revue de Yan Bin.
  8. Les termes ne sont jamais gen­rés en chi­nois, sauf men­tion expli­cite « femme ». Je choi­sis donc de tra­duire à chaque fois par le mas­cu­lin et le fémi­nin afin de ne pas impo­ser un genre non-pré­ci­sé en chi­nois.
  9. Ce chiffre est issu de Lü Junxian, Wanqing zhong­guo xin nüjie zaz­hi yu tia­nyi bao nüxing lun­shu bijiao chu­tan [Esquisse d’une com­pa­rai­son des théo­ries fémi­nistes de la Revue des Nouvelles Femmes chi­noises et du jour­nal Justice natu­relle], Wenxue qianz­han, 2015.
  10. Dynastie d’o­ri­gine mand­choue, la der­nière à avoir régné sur la Chine, entre 1644 et 1912.
  11. Il serait inté­res­sant, en ce sens, d’é­tu­dier les liens que l’on pour­rait éta­blir entre le fémi­nisme de Yan Bin et d’autres fémi­nismes dits « du Sud ». Car on retrouve dans l’i­dée d’é­ga­li­té natu­relle et ori­gi­naire entre les êtres non seule­ment une ins­pi­ra­tion taoïste, mais aus­si l’i­dée, par­ta­gée par cer­tains pen­seurs contem­po­rains de Yan Bin, d’un matriar­cat pre­mier et har­mo­nieux qui aurait dégé­né­ré avec l’ins­ti­tu­tion du patriar­cat et le sur­gis­se­ment d’un pou­voir sépa­ré. Une telle idée est par exemple encore pré­sente chez Lu Xun, qui, en 1933, publie un article inti­tu­lé « La théo­rie de l’é­vo­lu­tion du genre mas­cu­lin », lequel retrace de manière sati­rique les dif­fé­rents stades his­to­riques de l’op­pres­sion des femmes.
  12. Le concept de « race » tra­verse les textes de cette époque et occupe une place impor­tante dans les textes de Yan Bin. En effet, l’i­dée d’une huma­ni­té divi­sée en « races » (décou­page au sein duquel les Chinois·es appar­tien­draient à la « race jaune »), d’abord issue che­min dans le milieu intel­lec­tuel chi­nois à la fin du XIXe siècle. Pour Yan Bin, l’idée de « race » ne fait qu’asseoir l’idée d’égalité : de même que les hommes et les femmes ont été « ran­gés » sous des éti­quettes arbi­traires, elle estime aus­si que le décou­page des « races » est arbi­traire et qu’il n’y a pas de dif­fé­rence innée entre celles-ci, mais seule­ment des rap­ports de pou­voir décou­lant des cir­cons­tances his­to­riques — comme elle le montre dans cet extrait sur l’« ori­gine de l’inégalité » entre les hommes et les femmes.
  13. Jin Tianhe (1873–1947) est un poète, éru­dit et homme poli­tique : il est connu pour être l’un des pre­miers théo­ri­ciens fémi­nistes en Chine.
  14. D’où sa dif­fu­sion impor­tante (si on la com­pare notam­ment à des revues ou jour­naux plus théo­riques, écrits dans une langue plus com­plexe, comme c’est le cas de la revue de He-Yin Zhen).
  15. Deuxième para­graphe de la « Lettre à l’équipe de rédac­tion du Monde des Femmes », 秋瑾至女子世界记者书 Qiu Jin zhi nüzi shi­jie jizhe shu, dans Zhongguo nübao 中國女報, n° 2, avril 1907.
  16. Pour une syn­thèse de la cri­tique de l’op­pres­sion et de l’i­né­ga­li­té par une ana­lyse du sys­tème des classes sociales et de la confis­ca­tion des res­sources, voir Agathe Senna, « Petite his­toire de l’a­nar­chisme chi­nois », lun­di­ma­tin.
  17. Wang Qingyi, « Xin faxian de zhong­guo xin nüjie zaz­hi di liu qi ji qi kao­cha » [Analyse et décou­verte du sixième numé­ro de la Revue des Nouvelles Femmes Chinoises], in. Media Observer, 2019.
  18. À titre d’exemple, le numé­ro 5 qui devait sor­tir en juin a été publié en octobre.

REBONDS

☰ Lire notre tra­duc­tion « Élisabeth Dmitrieff : fémi­niste, socia­liste, com­mu­narde », Carolyn J. Eichner, juillet 2021
☰ Lire notre article « Anna Jaclard, la liber­té enfin », Élie Marek, mars 2021
☰ Lire notre article « Claude Cahun, aucune femme n’est une île », Adeline Baldacchino, sep­tembre 2020
☰ Lire notre article « Forough Farrokhzad, une rébel­lion ira­nienne », Adeline Baldacchino, mars 2019
☰ Lire notre article « Goliarda Sapienza, vivre abso­lu­ment », David Guilbaud, février 2019

Léa Buatois

Étudie l'histoire du féminisme et de l'anarchisme en Chine, enseigne l'alphabétisation et le français langue étrangère, et milite pour un accès inconditionnel à l'apprentissage et au savoir pour toustes.

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.