Véronique Decker : « Aux côtés des élèves, jamais face à eux »

Notre huitième numéro sort le 19 septembre. Abonnez-vous dès maintenant !


Entretien inédit pour le site de Ballast

Les écoles de Seine-Saint-Denis appa­raissent trop sou­vent comme des pri­sons pour ensei­gnants débu­tants, des ter­ri­toires où l’on a remi­sé l’espoir d’un monde meilleur pour les enfants qui y passent. Pourtant, Véronique Decker l’affirme : elle a « tou­jours beau­coup aimé [y] ensei­gner ». À quelques années d’une retraite qu’elle admet tout de même attendre impa­tiem­ment, cette direc­trice d’école pri­maire pour­suit son com­bat pour une école éman­ci­pa­trice au sein d’un éta­blis­se­ment (public, bien sûr) « Freinet », à Bobigny — mais éga­le­ment en dehors. Invitée à Marseille dans le cadre d’un stage syn­di­cal péda­go­gique orga­ni­sé par la CGT, la CNT et Sud, c’est là que nous l’a­vons enten­due la pre­mière fois ; fai­sant part de son expé­rience, elle n’en démor­dait pas : « Enseigner, c’est d’abord un geste poli­tique. » La lec­ture de ses ouvrages, aux édi­tions Libertalia, tour à tour tendres, mili­tants et pleins d’hu­mour, a ache­vé de nous convaincre : un entre­tien s’im­po­sait.


Vous rap­pe­lez, comme le péda­gogue Célestin Freinet en son temps, qu’enseigner est un « geste poli­tique ». Qu’est-ce que cela signi­fie, au juste ?

Enseigner, c’est un ensemble de tech­niques, mais qui ne sont pas indé­pen­dantes des conte­nus. On enseigne quoi à la géné­ra­tion qui nous sui­vra ? On l’enseigne com­ment ? Souhaitons-nous qu’ils soient plus indi­vi­dua­listes, plus coopé­ra­tifs, plus empa­thiques ou plus indif­fé­rents au sort d’autrui ? La poli­tique, c’est la vie de la Cité. L’enseignement, c’est la construc­tion de la Cité de demain. On nous fait croire que les objec­tifs sont dans le champ de la « per­for­mance » mesu­rée au cen­tième de point, alors que l’ob­jec­tif de l’école, c’est de rendre le monde meilleur en for­mant des adultes plus cou­ra­geux, plus déter­mi­nés, plus humanistes1On peut lire sur ce sujet l’excellent entre­tien du Café péda­go­gique avec la cher­cheuse Irène Pereira..

Il est cou­rant que des ensei­gnants qui se consi­dèrent comme « enga­gés » cloi­sonnent leurs enga­ge­ments : d’un côté, ce qui concerne leur pra­tique pro­fes­sion­nelle (c’est-à-dire essen­tiel­le­ment d’ordre péda­go­gique) ; de l’autre, les enga­ge­ments poli­tiques. Cela ne semble pas être votre cas.

« L’enseignement est rem­pli d’enseignants pré­di­ca­teurs qui pro­fessent la bonne parole révo­lu­tion­naire le soir, après le tra­vail, mais qui recherchent en classe une auto­ri­té dic­ta­to­riale. »

L’enseignement est rem­pli d’enseignants pré­di­ca­teurs qui pro­fessent la bonne parole révo­lu­tion­naire le soir, après le tra­vail, mais qui, dans leur pra­tique, ne sont ni fémi­nistes, ni éco­lo­gistes, ni coopé­ra­tifs, et recherchent en classe une auto­ri­té dic­ta­to­riale. Les mili­tants du mou­ve­ment Freinet tentent d’accorder leurs enga­ge­ments per­son­nels, asso­cia­tifs, syn­di­caux et poli­tiques avec leurs pra­tiques réelles — ce qui per­met d’être bien assis sur des chaises à quatre pieds. Nous nous réunis­sons avec les élèves car nous fai­sons la pro­mo­tion d’une démo­cra­tie citoyenne. Nous culti­vons un jar­din et nous recy­clons nos déchets car nous sommes éco­lo­gistes. Nous avons des délé­gués qui se réunissent pour cher­cher des solu­tions aux pro­blèmes car nous sommes coopé­ra­tifs. Nous tra­vaillons avec les filles et les gar­çons à l’égalité des droits dans toutes les cir­cons­tances, car nous sommes fémi­nistes. Enseigner, c’est éle­ver les adultes de demain. Il faut relier l’école à la socié­té, pour réflé­chir ensemble au monde que nous vou­lons et donc à ce que nous vou­lons trans­mettre d’important.

Comment expli­quez-vous la popu­la­ri­té, y com­pris au sein d’une par­tie de la gauche, de la vision dite « trans­mis­sive » de l’éducation2L’approche trans­mis­sive de l’ap­pren­tis­sage consiste en un savoir exclu­si­ve­ment connu de l’en­sei­gnant et trans­mis par lui seul à des élèves à l’é­coute, atten­tifs et pas­sifs. Dans ce cadre, les erreurs sont à évi­ter : non seule­ment elles dési­gnent un manque mais pro­voquent une perte de temps dans le dérou­lé de la trans­mis­sion., por­tée par exemple par l’é­di­to­ria­liste média­tique Natacha Polony ?

Les salons pari­siens adorent les beaux par­leurs, et Natacha Polony est une belle par­leuse. Elle tient un dis­cours qui flatte tous ceux qui pensent que c’était mieux avant. Et elle a par­tiel­le­ment rai­son. Évidemment, à l’époque où il y avait moins de 10 % des enfants qui inté­graient les éta­blis­se­ments du secon­daire, c’était les meilleurs élèves, et le niveau des éta­blis­se­ments était plus éle­vé. L’entourloupe, c’est qu’il s’a­gis­sait du niveau d’établissements sélec­tifs où 90 % des élèves n’al­laient pas… La « mas­si­fi­ca­tion » ne per­met pas à elle seule de faire « mon­ter le niveau » : il faut pour cela de l’engagement, de la for­ma­tion, de la déter­mi­na­tion, de l’accompagnement social. Il faut effec­ti­ve­ment « trans­mettre », mais chaque « trans­mis­sion » est une recons­truc­tion par les élèves des savoirs qui sont appor­tés. Chaque enfant doit s’approprier par son propre che­min le des­sin, la danse, l’équilibre, le cal­cul, le lan­gage, la lec­ture, la nata­tion, la géo­mé­trie, la musique… Tous les parents le savent : il n’y a pas deux petits qui marchent le même jour, pas deux qui deviennent propres au même âge. Il fau­drait par­ler moins et obser­ver davan­tage, mais cela ne per­met pas de briller sous les feux de la rampe. Natacha Polony a ensei­gné un an dans le public, dans le 93, ce qui est léger — léger pour se pré­tendre « spé­cia­liste » du monde édu­ca­tif : elle flotte sur une vision super­fi­cielle, mais tel­le­ment à la mode…

Extrait d’une toile de Joan Miró

Le fameux « mérite » doit-il être un moteur de l’école ?

Quel mérite ? Qu’est-ce qui fonde le « mérite » ? Les résul­tats ? La démarche ? L’effort de l’enfant ? Il y a des enfants dys­praxiques extrê­me­ment méri­tants, qui se battent pour par­ve­nir à faire dif­fi­ci­le­ment ce que d’autres par­viennent à faire sans y pen­ser. Il y a des élèves logés au 115 qui font une heure de trans­port seuls pour venir à l’école. La notion même de « mérite » est une notion de droite, réac­tion­naire, reli­gieuse, qui asso­cie la souf­france au résul­tat. Cela s’oppose au droit de tous d’accéder à leur propre des­tin, au-delà de ce que leur nais­sance leur offre, c’est-à-dire à l’émancipation.

Vous vous récla­mez des prin­cipes fon­da­men­taux de la péda­go­gie Freinet. Pouvez-vous expli­quer, pour qui la décou­vri­rait, ce que cela signi­fie pour vous ?

« La notion même de mérite est une notion de droite, réac­tion­naire, reli­gieuse, qui asso­cie la souf­france au résul­tat. »

La péda­go­gie Freinet, ce n’est pas simple… Il y a des prin­cipes de fonc­tion­ne­ment comme le tâton­ne­ment expé­ri­men­tal, le conseil de coopé­ra­tion, l’entraînement indi­vi­dua­li­sé, le texte libre et le des­sin libre, les sor­ties sco­laires, les classes trans­plan­tées, les pro­jets coopératifs3Nous pou­vons ajou­ter à la liste de Véronique Decker ce que l’on nomme les « inva­riants péda­go­giques », qui fondent une bonne par­tie des pra­tiques de la péda­go­gie Freinet. Ceux-ci se trouvent résu­més ici., des pra­tiques tou­jours aux côtés des élèves et de leurs parents, et jamais face à eux. Il y a un enga­ge­ment dans l’école publique, un enga­ge­ment syn­di­cal, poli­tique, asso­cia­tif qui place les mili­tants Freinet en pre­mière ligne. Car notre péda­go­gie forme aus­si de jeunes mili­tants, des enfants capables de se réunir, de s’organiser, de réflé­chir col­lec­ti­ve­ment, de tra­vailler ensemble pour abou­tir à quelque chose.

La socio­logue Monique Pinçon-Charlot expli­quait récem­ment aux Cahiers Pédagogiquesque « Montessori et Freinet ont été d’emblée tota­le­ment adop­tés par la grande bour­geoi­sie ». Vous ensei­gnez dans une école REP+4Réseau d’é­du­ca­tion prio­ri­taire ren­for­cé. de Bobigny, où la grande bour­geoi­sie n’est pas la classe sociale la plus repré­sen­tée !

Montessori a créé une entre­prise qui vend de la péda­go­gie ; Freinet a fon­dé un mou­ve­ment mili­tant qui était en lien avec le syn­di­cat, qui était proche du Parti com­mu­niste jusqu’à ce que Freinet en soit exclu. Le mou­ve­ment Freinet s’est tou­jours gar­dé d’être le sous-fifre d’un par­ti. On y trouve des mili­tants de toutes sortes d’associations et de par­tis, de toutes sortes de syn­di­cats et des non-syn­di­qués. Néanmoins, si des écoles pri­vées se réclament de Freinet, c’est juste parce que nous ne sommes pas une marque dépo­sée. Aucun mili­tant du mou­ve­ment Freinet ne tra­vaille dans une école pri­vée pour bour­geois. Freinet a été obli­gé de faire une école pri­vée car il a été exclu de l’Éducation natio­nale à la demande d’autorités aca­dé­miques, en lien avec l’extrême droite de l’époque — il y a immé­dia­te­ment accueilli des enfants réfu­giés de la guerre d’Espagne et d’autres des bidon­villes de Gennevilliers, avec un accord de la muni­ci­pa­li­té PC de l’époque. La péda­go­gie est un exer­cice dif­fi­cile quel que soit le milieu où on la pra­tique. Tous les enfants de la bour­geoi­sie ne sont pas bien éle­vés ; tous les enfants du peuple ne sont pas des voyous ; toutes les classes sociales ont leur lot d’enfants han­di­ca­pés ou malades. Le mou­ve­ment Freinet a fait le choix clair de l’école publique, celle qui peut accueillir tout le monde. Ce qui rend les choses dif­fi­ciles dans les quar­tiers popu­laires, c’est l’effondrement de l’entourage social de l’école et non la ques­tion péda­go­gique.

Extrait d’une toile de Joan Miró

Que pen­sez-vous des écoles pri­vées qui cherchent à pro­mou­voir des péda­go­gies pro­gres­sistes ou éman­ci­pa­trices ?

Elles ont rai­son. Cela se vend bien, et comme leur pro­jet est un pro­jet com­mer­cial, elles doivent vendre du rêve aux parents. Maintenant, si on est com­plai­sant avec les parents pour avoir un bon salaire, si on fait ce qui leur fait plai­sir et non ce qui est bon pour leurs enfants, c’est plus dif­fi­cile de tra­vailler à une édu­ca­tion éman­ci­pa­trice : par nature, l’émancipation, pour un enfant, c’est la pos­si­bi­li­té de ren­con­trer des gens que ses parents ne lui auraient pas fait connaître, de visi­ter des lieux dans les­quels ses parents ne l’auraient pas emme­né, de lire des livres que ses parents ne lui auraient pas ache­tés. Les écoles pri­vées sont un peu obli­gées de deve­nir les « lar­bins » des parents.

Vous sem­blez avoir aimé ensei­gner en Seine-Saint-Denis. L’académie de Créteil peine pour­tant à recru­ter et les dépres­sions y sont nom­breuses par­mi les ensei­gnants. Quels conseils don­ne­riez-vous à celles et ceux qui y débutent ou y éprouvent des dif­fi­cul­tés ?

« La majo­ri­té des jeunes ensei­gnants qui arrivent en res­pon­sa­bi­li­té n’ont aucune sécu­ri­té ortho­gra­phique ni gram­ma­ti­cale. »

Il faut tra­vailler en équipe, se for­mer rigou­reu­se­ment, ne pas avoir peur des autres, des étran­gers, des cultures qui ne sont pas celles aux­quelles nous sommes habi­tués, ne pas céder sur l’émancipation, sur les conte­nus, sur la démo­cra­tie. Il ne faut pas cher­cher à « dres­ser » les enfants des ban­lieues. Les bibles du débu­tant, c’est le livre de Martine Boncourt, L’Autorité à l’école, mode d’emploi, et celui de Catherine Chabrun, Démarrer en péda­go­gie Freinet. Il faut aller à des stages, par­ti­ci­per à un groupe péda­go­gique, visi­ter d’autres classes. On apprend sou­vent davan­tage entre ensei­gnants qu’avec des for­ma­teurs, sur­tout quand on débute.

En 2016, le Conseil natio­nal d’évaluation du sys­tème sco­laire (CNESCO) publiait un rap­port indi­quant que l’école fran­çaise accen­tuait les inéga­li­tés sociales. Quelles en sont les causes ?

Je ne sais pas. Je ne suis pas une cher­cheuse, je n’ai pas les élé­ments scien­ti­fiques pour répondre à ce genre de ques­tions. Ce qui est cer­tain et que je peux voir de là où je suis, c’est que le niveau social des classes popu­laires est en baisse avec une explo­sion de la pré­ca­ri­té, des horaires déca­lés, des loge­ments sur­peu­plés, des dif­fi­cul­tés d’accès aux droits sociaux (san­té, école, pro­tec­tion) et que cette pré­ca­ri­té sociale pèse lour­de­ment sur les résul­tats des élèves.

Sur quels leviers l’Éducation natio­nale devrait-elle alors jouer en prio­ri­té pour inver­ser cette ten­dance ?

La for­ma­tion. Le niveau de for­ma­tion des ensei­gnants s’est effon­dré. Les cours des ESPE5Écoles supé­rieures du pro­fes­so­rat et de l’é­du­ca­tion, qui rem­placent les IUFM. sont trop uni­ver­si­taires, trop rapides. La for­ma­tion au métier est trop faible. Il ne suf­fit pas de dire aux gens qu’il existe des « res­sources en ligne » pour qu’ils les intègrent. Je plaide pour cinq années de for­ma­tion rému­né­rée, avec deux années sans classe en res­pon­sa­bi­li­té, et une prise de poste pro­gres­sive sous forme de stages en res­pon­sa­bi­li­té accom­pa­gnée, puis d’une jour­née par semaine ou deux après quatre années de for­ma­tion (non seule­ment sur les dis­ci­plines, mais sur les conte­nus des pro­grammes). Aujourd’hui, la majo­ri­té des jeunes ensei­gnants qui arrivent en res­pon­sa­bi­li­té n’ont aucune sécu­ri­té ortho­gra­phique ni gram­ma­ti­cale ; ils peinent à cor­ri­ger les cahiers et pré­fèrent alors faire des pho­to­co­pies que lais­ser leurs élèves écrire et faire des erreurs qu’ils ne sau­raient pas cor­ri­ger. Leur connais­sance de l’expérimentation scien­ti­fique en classe est très faible, ils ne savent pas uti­li­ser le maté­riel de mani­pu­la­tion en maths, ne savent pas diri­ger une séance de sport… Cela rend les débuts dans le métier trop dif­fi­ciles : par­fois, dans la même école, il y a huit débu­tants sur douze postes.

Extrait d’une toile de Joan Miró

En 2015, Franck Lepage nous expli­quait que l’école avait inté­gré les méthodes du mana­ge­ment de l’entreprise, avec notam­ment la « péda­go­gie par pro­jet » et l’évaluation par « com­pé­tences ». Partagez-vous ce constat ?

Pas du tout. La péda­go­gie de pro­jet, c’est super. Et l’évaluation par com­pé­tences est une excel­lente idée. Par contre, les libé­raux n’ont pris que le mot et pas le conte­nu, ce qui donne une mer­veilleuse entour­loupe. Ils appellent Ferrari une 2 CV, et paque­bot un bateau gon­flable ! Lorsque mon ins­pec­trice me demande mon « pro­jet d’école », elle ne demande pas du tout com­ment on (tous les ensei­gnants de l’école) se pro­jette pour emme­ner les élèves dans des appren­tis­sages l’année sui­vante. Elle veut un docu­ment à trous qu’il faut rem­plir par des mots pré­vus à l’avance, dans le cadre d’un contrat d’objectifs tout à fait res­sem­blant à un contrat d’objectifs mana­gé­rial d’un com­mer­cial. Pour l’évaluation par com­pé­tence, c’est pire encore. Les ultras libé­raux sou­haitent plus que tout éli­mi­ner les diplômes et éra­di­quer les der­nières conven­tions col­lec­tives qui reposent sur cette assise. Donc ils veulent que chaque per­sonne ait un « port­fo­lio de com­pé­tences », qui per­met­tra de payer cha­cun selon un rap­port de force stric­te­ment indi­vi­duel, dans lequel indi­vi­duel­le­ment nous serons cha­cun man­gés tout cru. Alors que dans la péda­go­gie Freinet, il s’agit de rendre l’enfant acteur de ses appren­tis­sages en le posi­tion­nant comme sujet de sa propre éva­lua­tion, com­pé­tence par com­pé­tence, afin de ne pas être l’objet d’une trac­ta­tion entre l’école et ses parents qui finit par des baffes si on a 0 en dic­tée. Et puis 0 en dic­tée, cela ne me dit rien sur ce qu’il ne sait pas faire : tenir un sty­lo ? écrire des mots bien ortho­gra­phiés ? accor­der des plu­riels ? mettre de la ponc­tua­tion ?

Les parents d’élèves — et plus géné­ra­le­ment, les familles — font par­tie des acteurs majeurs de l’école, pour­tant par­fois oubliés ou cari­ca­tu­rés. Pensez-vous que l’école leur laisse une place suf­fi­sante, ou au contraire, trop anec­do­tique ?

« Ce qui rend les choses dif­fi­ciles dans les quar­tiers popu­laires, c’est l’effondrement de l’entourage social de l’école, et non la ques­tion péda­go­gique. »

On parle des « parents » dans les quar­tiers riches, des « familles » dans les quar­tiers popu­laires et des « grands frères » dans les cités déses­pé­rées. La place des parents, des familles et des frères n’est pas celle de l’école. Les parents doivent trans­mettre ce qu’ils savent, leur culture, leur manière de cui­si­ner, leur reli­gion, leur façon d’être au monde. L’école doit trans­mettre autre chose : sou­vent, l’émancipation ne fait pas réel­le­ment plai­sir aux parents. Car l’école doit être l’endroit où les croyants fré­quentent des incroyants, où les juifs donnent la main aux musul­mans, où les chré­tiens étu­dient les pro­cès en sor­cel­le­rie du Moyen Âge, où les Noirs apprennent les poèmes d’Aimé Césaire, même lorsque leur mère s’enduit chaque soir de crème blan­chis­sante, où les pères auto­ri­taires doivent faire face aux pro­jets sur l’égalité filles-gar­çons de la classe de leur fille, où les mères abu­sives doivent aban­don­ner leur gar­çon pour un départ en classe verte, où les parents racistes doivent faire lire le soir des romans anti­ra­cistes à leur enfant, où les homo­phobes doivent ava­ler que leur enfant va regar­der Tomboy ou Billy Elliott en classe… Il faut donc être ouvert à tous et toutes et poser les limites qui sont celles d’une école éman­ci­pa­trice et soli­daire.

On parle sou­vent de la mixi­té sociale comme l’un des moyens de réduire les inéga­li­tés à l’école…

C’est en par­tie vrai, car une part de l’enseignement est assu­rée par les autres élèves, par les ani­ma­teurs, par les agents de ser­vice. Lorsque l’école est ghet­toï­sée, que les agents crient dans la can­tine « C’est qui qui reveut des frites ? », que les ani­ma­teurs disent aux enfants « Wesh, on tape un foot ? », que leurs parents disent « Va-z‑y, t’fais pas chier la maî­tresse, hein ? » comme encou­ra­ge­ment le matin, trop de res­pon­sa­bi­li­té sur la trans­mis­sion de la langue fran­çaise repose sur les épaules des ensei­gnants — insuf­fi­sam­ment for­més à l’enseignement actif du lan­gage, en plus. Dans les quar­tiers dis­po­sant d’une cer­taine mixi­té sociale, les parents les plus impli­qués fondent des asso­cia­tions de parents, font « vivre » le quar­tier, et cela aide aus­si l’école qui, dis­po­sant de parents com­ba­tifs, est mieux recon­nue par la muni­ci­pa­li­té, l’Inspection et les auto­ri­tés en géné­ral.


Illustration de ban­nière : Joan Miró
Portrait en vignette : Yann Levy


REBONDS

☰ Lire notre article « Freire, hooks, Freinet : les péda­gogues révo­lu­tion­naires », Rachid Zerrouki, mai 2017
☰ Lire notre article « L’université popu­laire doit l’être vrai­ment », Thomas Moreau, avril 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Manuel Cervera-Marzal : « Travail manuel et réflexion vont de pair », mars 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Emmanuel Daniel : « L’émancipation ne doit pas être réser­vée à ceux qui lisent », jan­vier 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Franck Lepage : « L’école fabrique des tra­vailleurs adap­tables et non des esprits cri­tiques », juin 2015

NOTES   [ + ]

1.On peut lire sur ce sujet l’excellent entre­tien du Café péda­go­gique avec la cher­cheuse Irène Pereira.
2.L’approche trans­mis­sive de l’ap­pren­tis­sage consiste en un savoir exclu­si­ve­ment connu de l’en­sei­gnant et trans­mis par lui seul à des élèves à l’é­coute, atten­tifs et pas­sifs. Dans ce cadre, les erreurs sont à évi­ter : non seule­ment elles dési­gnent un manque mais pro­voquent une perte de temps dans le dérou­lé de la trans­mis­sion.
3.Nous pou­vons ajou­ter à la liste de Véronique Decker ce que l’on nomme les « inva­riants péda­go­giques », qui fondent une bonne par­tie des pra­tiques de la péda­go­gie Freinet. Ceux-ci se trouvent résu­més ici.
4.Réseau d’é­du­ca­tion prio­ri­taire ren­for­cé.
5.Écoles supé­rieures du pro­fes­so­rat et de l’é­du­ca­tion, qui rem­placent les IUFM.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.