L’université populaire doit l’être vraiment


Texte inédit pour le site de Ballast

Effectuer un détour par l’his­toire des uni­ver­si­tés popu­laires afin de pro­po­ser, pour ici et main­te­nant, quelques pistes de réflexion et d’ac­tion en matière d’é­du­ca­tion et de démo­cra­ti­sa­tion des savoirs : telle est l’am­bi­tion du pré­sent texte. Contre un ensei­gne­ment « ultras­pé­cia­li­sé, inof­fen­sif, hors-sol, excluant tous rap­ports sociaux et toute visée cri­tique au nom de la sacro-sainte objec­ti­vi­té », il loue une édu­ca­tion arti­cu­lée entre l’es­prit et le corps et place le débat au centre de ses dis­po­si­tifs. Une édu­ca­tion qui « tro­que­rait la vision capi­ta­liste d’accumulation de savoirs aca­dé­miques et pres­crip­teurs, dis­pen­sée par des rou­tiers du monde uni­ver­si­taire, contre celle du savoir éman­ci­pa­teur — par la confron­ta­tion directe d’expériences, de dif­fé­rences, d’héritages diver­gents, d’aspirations que cha­cun met­trait au pot. » Ouvrir les portes des ins­ti­tu­tions et pro­mou­voir la gra­tui­té ne suf­fi­ra pas à faire de la culture un bien com­mun. ☰ Par Thomas Moreau


univ9Au 36 rue Marceau, à Montreuil, une his­toire de la digni­té humaine et ouvrière est née. Son concep­teur est un sans-grade. De ceux que l’Histoire aime à oublier. Ce dés­in­té­res­sé de la pos­té­ri­té, Émile Méreau (1859–1922), est ouvrier ébé­niste dans le para­dis de la menui­se­rie et de la char­pente qui se déployait de Charonne à Montreuil, au cou­cher du XIXe siècle. Le mili­tant liber­taire Jean Grave — avec qui il gère les jour­naux Le Révolté puis Les Temps nou­veaux — le décrit comme un « gar­çon calme et pon­dé­ré ». Ses années de pri­son ne changent pas cette nature douce. Dès 1895, en orga­ni­sant chez lui les « soi­rées ouvrières », il prend l’exact contre-pied de la mode spec­ta­cu­laire des atten­tats anar­chistes. Éduquer les subal­ternes est une action au long cours — fer chauf­fé par la patience, for­gé par la tem­pé­rance, trem­pé par le doute. Autour d’une lampe à huile, sa femme et lui accueillent des ouvriers dési­reux de liber­té qui résistent au joug men­tal, éco­no­mique et social qu’ils subissent au quo­ti­dien. Au sor­tir du tur­bin, le labeur du jour pesant sur les corps, ils épuisent, ici et main­te­nant, un thème choi­si en com­mun selon un rite ins­tal­lé : lec­ture intro­duc­tive d’un texte pris dans un livre ache­té ensemble, par­tage des impres­sions, apports per­son­nels à cette réflexion glo­bale. Cette édu­ca­tion mutuelle porte ses fruits avec une évo­lu­tion des sujets qui, de basiques, deviennent de plus en plus scien­ti­fiques et intel­lec­tuels. Un soir, le typo­graphe liber­taire George Deherme se pré­sente et songe à revi­si­ter le concept en le spé­cia­li­sant. Il concré­tise cette inten­tion en fon­dant, en 1899, la pre­mière uni­ver­si­té popu­laire, « La coopé­ra­tion des idées », dans laquelle les intel­lec­tuels et les uni­ver­si­taires vont se tailler la part du lion en ins­tau­rant un rap­port ver­ti­cal dans la dif­fu­sion du savoir.

Apogée et chute des universités populaires 

Émile Méreau et George Deherme ne peuvent être sépa­rés de leur époque. Le posi­ti­visme et le scien­tisme règnent en maîtres sur ce XIXe siècle : tout s’ex­plique par la science et la Raison, qui rac­com­pagnent à la porte l’in­tui­tion, la liber­té, l’im­pul­sion et la pen­sée ins­tinc­tive. Ils sont l’an­ti­chambre du maté­ria­lisme le plus obtus, éva­cuant la méta­phy­sique comme l’i­déa­lisme. L’idée de pro­grès social s’infiltre par­tout — lar­ge­ment mise en avant par les répu­bli­cains, qui en oublient un peu vite que la classe ouvrière ne les a pas atten­dus pour se doter de biblio­thèques libres et de bourses du tra­vail (pro­mues dès 1886 par le mili­tant syn­di­ca­liste révo­lu­tion­naire Fernand Pelloutier). Les lois du ministre de « l’ins­truc­tion publique » (les mots ont un sens), nous par­lons de Jules Ferry, ont com­men­cé à déployer leurs effets en offrant l’accès à un ensei­gne­ment pri­maire gra­tuit, obli­ga­toire et laïc. Pourtant, de nom­breux enfants des tau­dis et fau­bourgs ne fré­quentent pas l’é­cole répu­bli­caine : leurs parents ne sou­haitent pas qu’on leur y inculque la sou­mis­sion et la rési­gna­tion vis-à-vis des classes supé­rieures — et quel inté­rêt cela aurait-il, puis­qu’au mieux, et à titre excep­tion­nel, seul le titre de bache­lier est envi­sa­geable ? L’université du pays ferme alors les lourdes portes du savoir der­rière elle, pré­ser­vant les ambi­tions des reje­tons de la bour­geoi­sie dans une sur­en­chère d’élitisme social et de fer­me­ture socio­cul­tu­relle propre à la Troisième République.

« Au sor­tir du tur­bin, le labeur du jour pesant sur les corps, ils épuisent, ici et main­te­nant, un thème choi­si en com­mun selon un rite ins­tal­lé. »

Conscient des mou­ve­ments qui tra­versent la socié­té fran­çaise et pris de cours par l’affaire Dreyfus, qui divise le pays, Deherme trans­forme le prin­cipe des uni­ver­si­tés popu­laires en y intro­dui­sant la figure de l’intellectuel. Il espère que le côtoie­ment entre intel­li­gent­sia et mili­tants du mou­ve­ment ouvrier va faire naître, en ordre de bataille, un esprit assez cri­tique pour domi­ner et vaincre l’hydre de l’é­poque, fait d’antisémitisme, de bou­lan­gisme, de césa­risme, de reli­gio­si­té et de scan­dales (Panama). Situées au croi­se­ment de deux volon­tés géné­rales — celle des ouvriers en attente de connais­sances et celle d’intellectuels vou­lant agir sur « les masses » —, les uni­ver­si­tés popu­laires rem­portent un franc suc­cès. Prolongement des bourses du tra­vail et des biblio­thèques libres, elles essaiment mas­si­ve­ment, pas­sant de 15 en 1899 à 124 deux ans plus tard. Le fruit n’en demeure pas moins déjà gâté : si l’objectif com­mun est de créer une opi­nion publique auto­nome et laïque, les fina­li­tés et les moyens dif­fèrent.

univ1

Naissance des syn­di­cats (image du PCF )

La bour­geoi­sie libé­rale pour­suit un but qu’elle pré­sente comme phi­lan­thro­pique alors qu’il est stra­té­gique. Elle veut « éle­ver le peuple » pour en faire un relais d’opinion tout en per­met­tant la récon­ci­lia­tion entre les classes. La cause des socia­listes est dia­mé­tra­le­ment oppo­sée, puisqu’elle vise à trans­for­mer ces uni­ver­si­tés en espaces d’éducation et de conscien­ti­sa­tion, entraî­nant la levée d’une masse ouvrière ins­truite qui mène­rait la lutte des classes tout en struc­tu­rant le monde du tra­vail. Sur le ter­rain, Jean Jaurès, Léon Blum, le syn­di­ca­liste révo­lu­tion­naire Hubert Lagardelle et Lénine dis­courent à l’université popu­laire de Mouffetard — qui ne tarde pas à deve­nir une tri­bune incon­tour­nable du mou­ve­ment ouvrier. Des orga­ni­sa­tions telles que La Ligue des droits de l’homme, celle de l’Enseignement ou La Libre pen­sée s’engouffrent éga­le­ment dans cette nou­velle forme « d’élévation des masses », comme on le dit alors. Gage d’un suc­cès éphé­mère, ce noyau­tage mili­tant explique en par­tie l’échec de ces struc­tures en rai­son de fina­li­tés uni­que­ment uti­li­ta­ristes et sans por­tée éman­ci­pa­trice. L’autre rai­son de cet échec est la place pré­pon­dé­rante des intel­lec­tuels, qui s’arrogent le conte­nu et l’organisation des confé­rences (ayant à leur dis­po­si­tion plus de temps, de livres et de savoirs). L’élaboration conjointe des pro­grammes et des évé­ne­ments devient conjonc­tu­relle, puis hypo­thé­tique. Les dif­fé­rends s’expriment aus­si sur la forme et la nature des ensei­gne­ments : les mili­tants sou­haitent un débat contra­dic­toire sur leur actua­li­té, tan­dis que les intel­lec­tuels s’engouffrent et s’enfoncent dans leurs habi­tudes uni­ver­si­taires et leurs cours magis­traux. Ces uni­ver­si­tés éphé­mères meurent aus­si vite qu’elles sont venues au monde. Elles sont rem­pla­cées à nou­veau par des bourses du tra­vail, plus offen­sives quant au com­bat social.

Les raisons de l’échec et l’héritage trahi

« L’autre rai­son de cet échec est la place pré­pon­dé­rante des intel­lec­tuels, qui s’arrogent le conte­nu et l’organisation des confé­rences (ayant à leur dis­po­si­tion plus de temps, de livres et de savoirs). »

George Deherme mal­me­na l’expérimentation d’Émile Méreau, qui met­tait d’abord l’accent sur la libé­ra­tion de l’individu de toute forme de main­mise exté­rieure afin d’aller vers plus d’autonomie et de liber­té. Les anar­chistes se méfient déjà de l’école offi­cielle, qu’elle soit répu­bli­caine, réi­fiant l’État et l’incapacité poli­tique, ou confes­sion­nelle, avec Dieu au fon­de­ment de toute chose. Pour les liber­taires, l’éducation est le foyer qui libère per­son­nel­le­ment l’individu en l’émancipant mora­le­ment et intel­lec­tuel­le­ment des doxas impo­sées par le haut et les classes domi­nantes. Quelques décen­nies aupa­ra­vant, le vieux Léon Tolstoï, ermite et mys­tique, avait com­pris l’im­por­tance de pen­ser aus­si la trans­for­ma­tion à l’é­chelle de cet espace infi­ni qu’est la conscience indi­vi­duelle. « Le salut est en vous ! » disait-il, jetant ain­si les graines de la révolte dans les consciences pour mieux lais­ser à la conjonc­ture le soin de les faire ger­mer dans quelque élan révo­lu­tion­naire. Devenu libre, cha­cun est en capa­ci­té de for­ger un idéal qu’il porte avec ses pairs en liber­té.

Fidèle à cette démarche, Émile Méreau avait misé sur l’autonomie, la res­pon­sa­bi­li­té, l’autogestion, la soif de liber­té de cha­cun des membres des « soi­rées ouvrières ». C’est cette ren­contre, entre désir indi­vi­duel d’au­to­no­mie et volon­té de par­tage et d’é­mu­la­tion, qui engendre un savoir mutuel et une connais­sance mutua­li­sée. Cette contre-culture avant l’heure entre en écho direct avec le but assi­gné à l’éducation des « masses popu­laires » par le révo­lu­tion­naire et théo­ri­cien de l’a­nar­chisme Mikhaïl Bakounine — à savoir « qu’il ne puisse se trou­ver désor­mais aucune classe qui puisse en savoir davan­tage, et qui, pré­ci­sé­ment parce qu’elle sau­ra davan­tage, puisse les domi­ner et les exploi­ter1 ». Les « soi­rées ouvrières » d’Émile Méreau sont en effet des cel­lules d’armement phy­sique, intel­lec­tuel et éthique pour des adultes dont la puis­sance à com­prendre le monde a long­temps été lais­sée en friche. Les anar­chistes font le pari d’une édu­ca­tion allant « du maxi­mum d’autorité au maxi­mum de liber­té » (Bakounine), misant sur la coédu­ca­tion et la méthode active d’acquisition du savoir — comme cela sera expé­ri­men­té au sein de l’École liber­taire (1897), de L’Avenir social (1906), de La Ruche (1904), diri­gée par le pro­pa­gan­diste et péda­gogue liber­taire Sébastien Faure, et, enfin, de L’École moderne à Barcelone (1901–1907) de Francisco Ferrer.

Grève vers 1910 autour de la pre­mière bourse (cré­dit : Archives muni­ci­pales, ville de Toulouse)

Revisiter le projet initial d’Émile Méreau

Les fra­cas du XXe siècle ont chan­gé les voies de dif­fu­sion de la culture popu­laire. Elle s’infiltre dans les consciences par le mili­tan­tisme, les syn­di­cats, l’as­so­cia­tif. Les apôtres de ce mou­ve­ment sont au moment du Front popu­laire le ministre de l’Éducation natio­nale Jean Zay, le pré­sident du Conseil Léon Blum, le sous secré­taire aux loi­sirs et au sport Léo Lagrange. À la Libération, le futur direc­teur du Théâtre natio­nal popu­laire, Jean Vilar, et André Malraux reprennent le relais. Si les axes prio­ri­taires de déve­lop­pe­ment et la démo­cra­ti­sa­tion cultu­relle éri­gée en but par Malraux n’ont pas rem­pli leurs objec­tifs, ils ont au moins per­mis de mailler le ter­ri­toire. L’accès à la culture semble faci­li­té par le déploie­ment des espaces d’éducation — tels les mai­sons de la jeu­nesse et de la culture MJC, les centres de res­sources, d’ex­per­tise et de per­for­mance spor­tive CREPS, les théâtres, les média­thèques et les acti­vi­tés cultu­relles sub­ven­tion­nées par une galaxie d’acteurs publics.

« Elle tro­que­rait la vision capi­ta­liste d’accumulation de savoirs aca­dé­miques et pres­crip­teurs, dis­pen­sée par des rou­tiers du monde uni­ver­si­taire, contre celle du savoir éman­ci­pa­teur. » 

La démo­cra­ti­sa­tion cultu­relle est sac­ca­gée dans les années 1980, sous un gou­ver­ne­ment de gauche qui aggrave un tro­pisme éli­taire de la culture — en créant une par­ti­tion entre cultures popu­laires, mépri­sées car consi­dé­rées comme des voies d’accompagnement socio-cultu­rel, et une culture offi­cielle, réser­vée et valo­ri­sée car por­tée direc­te­ment par le Ministère et ses pro­lon­ge­ments (son­geons aux 22 direc­tions régio­nales des affaires cultu­relles, les DRAC). La culture réser­vée fabrique de l’entre-soi en ne cher­chant plus le sens : ce qui importe est la démarche. Y avoir accès est donc phy­si­que­ment pos­sible puisque les portes sont ouvertes ; mais son appro­pria­tion est dis­cri­mi­nante, créant des auto-exclu­sions a prio­ri inté­rio­ri­sées par ceux qui cherchent à l’ap­pro­cher. Les sen­tiers de la connais­sance sont trop rare­ment emprun­tés par les plus humbles ; ils ne s’en sentent trop sou­vent pas capables ni auto­ri­sés. À rebours de cet éli­tisme cultu­rel, les uni­ver­si­tés popu­laires renaissent dans les années 1990 afin d’of­frir des espaces de dif­fu­sion des savoirs — mais encore faut-il que la voie soit bali­sée et ne repro­duise pas les erreurs pas­sées dans la manière de faire et le conte­nu du savoir… L’accès à la culture pour les publics les plus éloi­gnés du savoir est maté­riel­le­ment assu­ré par la gra­tui­té, l’accès libre et la non-obten­tion d’un diplôme. Pour autant, cette appa­rente faci­li­té ne réduit pas une seconde les appré­hen­sions d’ordre cultu­rel quant aux conte­nus et aux formes de savoirs, par trop éli­tistes. Une révo­lu­tion radi­cale est à mener. Copernicienne, même ! Elle tro­que­rait la vision capi­ta­liste d’accumulation de savoirs aca­dé­miques et pres­crip­teurs, dis­pen­sée par des rou­tiers du monde uni­ver­si­taire, contre celle du savoir éman­ci­pa­teur — par la confron­ta­tion directe d’expériences, de dif­fé­rences, d’héritages diver­gents, d’aspirations que cha­cun met­trait au pot. Dans ce troc, les savoirs deviennent utiles. Les audi­teurs se trans­forment en sujets poli­tiques ; ils conquièrent une capa­ci­té d’action poli­tique de trans­for­ma­tion sociale. Comment, le sachant, espèrent-t-ils faire gran­dir l’au­di­teur ? En gra­vant dans le marbre la dis­tan­cia­tion au quo­ti­dien entre sachant et igno­rant, par l’é­non­cé d’un cours magis­tral dont le spec­ta­teur ne retien­dra sou­vent pas grand-chose puis­qu’il n’y pro­jette aucun affect ? Doit-on encore lais­ser l’exposé intel­li­gent — pas sou­vent intel­li­gible — du confé­ren­cier prendre le pas sur les débats de la salle, qui per­mettent la remon­tée d’un savoir d’usage por­té par le non-sachant ? Certainement pas !

L’intellectuel spé­cia­li­sé (ou spé­ci­fique) doit accep­ter de des­cendre de son pié­des­tal aca­dé­mique en adop­tant une posi­tion plus modeste, de retrait, par rap­port aux audi­teurs. Le confé­ren­cier atta­ché à une mis­sion d’éducation popu­laire doit veiller à l’installation d’un enca­dre­ment des débats très lâche, dans lequel il s’interdit d’imposer ses réfé­rences, sa pro­blé­ma­tique et ses conclu­sions de manière auto­ri­taire. Il che­mine le long des échanges en appor­tant des réponses concrètes aux ques­tion­ne­ments spon­ta­nés des audi­teurs (qui ont l’avantage cer­tain de rai­son­ner sans être encom­brés par des savoirs mul­tiples). Leur savoir empi­rique et exis­ten­tiel éclaire les débats, mais per­met aus­si au confé­ren­cier d’embrasser la com­plexi­té du monde en inté­grant une contra­dic­tion dont il n’a plus l’habitude. Il ne perd pas la main ; il insuffle un objec­tif et une dyna­mique tout en gar­dant en tête que seul compte l’aiguisage des capa­ci­tés cri­tiques des par­ti­ci­pants. C’est une quête col­lec­tive de la recherche du sens et des connais­sances à usage concret et immé­diat. Agrandir sa sphère de réflexion sur le monde, c’est se libé­rer des contraintes qu’il nous impose pour l’ha­bi­ter comme on le sou­haite en accord avec ses valeurs. L’auditeur — qu’on devrait renom­mer acteur — ren­force sa capa­ci­té à faire des choix et à diri­ger sa vie. C’est donc à une stricte inver­sion du pro­to­cole actuel des confé­rences auquel on devrait assis­ter — avec une place plus consé­quente pour le débat, qui per­met­trait de sur­mon­ter les inhi­bi­tions des par­ti­ci­pants. Ce dérou­lé rend plus vivant ce moment d’instruction : il intègre l’imprévu, la passe d’armes, le conflit des visions du monde. Tout le monde y gagne — à com­men­cer par le confé­ren­cier, qui n’entre plus dans la faci­li­té d’une pen­sée auto­ma­tique dont il a rodé chaque élé­ment de lan­gage, chaque dia­po­si­tive, chaque plai­san­te­rie en forme d’appel du pied (comme le sou­li­gnait la phi­lo­sophe Simone Weil, il s’agit de contrer la « domi­na­tion de ceux qui savent manier les mots sur ceux qui savent manier les choses² »).

univ5

Atelier popu­laire des Beaux-Arts, 1968

Pour autant, renou­ve­ler la méthode et l’orienter vers un tra­vail col­lec­tif de la rai­son cri­tique est insuf­fi­sant. Il faut, dans la mesure du pos­sible, récon­ci­lier dans les conte­nus la pen­sée théo­rique et la pra­tique, l’esprit et le corps, l’intellect et l’émotion. Pour se maté­ria­li­ser, cette récon­ci­lia­tion peut pas­ser par un regrou­pe­ment avec la culture des acti­vi­tés de soli­da­ri­tés (Économie sociale et soli­daire, AMAP, ate­liers d’autonomie avec des thé­ma­tiques comme « se nour­rir », « faire son vête­ment », etc.), les cafés et les res­tau­rants soli­daires. Ce côtoie­ment des acti­vi­tés et la prio­ri­té don­née à l’expérience sen­sible per­mettent de vivi­fier ces struc­tures en assu­rant la pré­sence de tous les publics. Il érige aus­si des pas­se­relles entre les savoirs dans l’acte de l’apprentissage. Enfin, il fait naître une atmo­sphère quo­ti­dienne de convi­via­li­té. Le groupe d’auditeurs-acteurs gagne en auto­no­mie spi­ri­tuelle, intel­lec­tuelle et maté­rielle. Cette forme et ces méthodes pro­pre­ment popu­laires cor­res­pondent au « pro­jet d’éducation poli­tique des adultes » vou­lu par Condorcet comme Saint-Fargeau, qui lui assi­gnaient la fonc­tion d’empêcher l’apparition d’une socié­té inéga­li­taire fon­dée sur les savoirs. Cette éla­bo­ra­tion cri­tique du savoir dans les uni­ver­si­tés popu­laires serait un cra­chat lan­cé à la face du conser­va­tisme actuel de l’enseignement supé­rieur, qui cherche à tout prix à empê­cher l’énonciation du conflit social par un ensei­gne­ment ultras­pé­cia­li­sé, inof­fen­sif, hors-sol, excluant tous rap­ports sociaux et toute visée cri­tique au nom de la sacro-sainte objec­ti­vi­té. L’autonomie des uni­ver­si­tés et l’entrée « par­te­na­riale » du monde de l’entreprise témoignent de cette volon­té de façon­ner un Homo capi­ta­li­cus, selon les besoins, les sou­haits et les attentes du Capital. À l’envers de ce modèle, l’université popu­laire mène un exer­cice de décons­truc­tion des savoirs morts, mais dote sur­tout ses membres de savoirs pra­tiques qui leur donnent la « puis­sance d’agir » décrite par Spinoza. Ils peuvent ver­ba­li­ser ce qu’ils vivent et contrer la dimi­nu­tion pra­tique comme séman­tique de leur réa­li­té sociale d’exploités et d’exclus.


NOTES

1. Michel Bakounine, « L’instruction inté­grale », L’Égalité, n° 28 à 31, 31 juillet-21 août 1869.
2. Simone Weil, « En marge du comi­té d’étude », L’Effort, n° 286, 19 décembre 1931, p. 69.


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Manuel Cervera-Marzal : « Travail manuel et réflexion vont de pair », mars 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Emmanuel Daniel : « L’émancipation ne doit pas être réser­vée à ceux qui lisent », jan­vier 2016
☰ Lire « Appel à un mou­ve­ment socia­liste et popu­laire – par George Orwell » (Memento), jan­vier 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Franck Lepage, « L’école fabrique des tra­vailleurs adap­tables et non des esprits cri­tiques », juin 2015

Thomas Moreau
Thomas Moreau

Révolté nourri aux mamelles de la liberté et de l'égalité. Milite pour une pratique communiste libertaire et pour un collectif libérateur.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.