Révolutionner l’amour


Dans son ouvrage The Kurdish Women’s move­ment : his­to­ry, theo­ry, prac­tice, paru cet été aux édi­tions Pluto, la cher­cheuse et mili­tante kurde Dilar Dirik retrace l’his­toire du mou­ve­ment d’é­man­ci­pa­tion des femmes kurdes. L’occasion pour elle de répondre aux cari­ca­tures — libé­rales ou orien­ta­listes — trop sou­vent pro­duites en Occident. Nous tra­dui­sons un extrait du cha­pitre consa­cré à la ques­tion de l’a­mour révo­lu­tion­naire, tel qu’il est pen­sé par les membres du Parti des tra­vailleurs du Kurdistan (PKK)depuis la fin des années 1970, l’or­ga­ni­sa­tion anti­co­lo­nia­liste et anti­ca­pi­ta­liste lutte pour l’af­fran­chis­se­ment du peuple kurde dis­per­sé, par l’his­toire des grandes puis­sances régio­nales et inter­na­tio­nales, en Turquie, en Irak, en Syrie et en Iran. Un texte écrit d’a­près des ren­contres faites dans les mon­tagnes du Kurdistan Sud.


La musique, la poé­sie et l’art kurdes sont rem­plis de réfé­rences à l’a­mour mais, chaque année, des mil­liers de femmes sont assas­si­nées, muti­lées, vio­lées, har­ce­lées, bat­tues ou pous­sées au sui­cide au Kurdistan au nom de l’a­mour. Libérer l’a­mour de l’op­pres­sion, de la vio­lence et de l’ex­ploi­ta­tion est au cœur de nom­breuses luttes de résis­tance qui tentent d’ex­traire cer­taines formes d’ex­pres­sion de l’at­ten­tion, de l’a­mour et de la rela­tion aux autres hors des logiques d’ex­ploi­ta­tion du patriar­cat et du capi­ta­lisme. […] « Quel que soit le style de vie qu’une femme choi­sit pour elle, elle ne doit jamais se lais­ser être tota­le­ment liée à un homme. Son éner­gie vitale, son tra­vail, son monde inté­rieur ne doivent pas être aban­don­nés à un seul homme. Les femmes doivent se pro­té­ger des idées contre­faites de l’a­mour qui ne servent qu’à saper leur volon­té, leur auto­dé­ter­mi­na­tion et leur capa­ci­té à être elles-mêmes. L’amour basé sur la pro­prié­té et la domi­na­tion est une gra­ti­fi­ca­tion ins­tan­ta­née, un conflit et une trom­pe­rie. Cela ne rend pas jus­tice à l’i­dée d’a­mour1. »

La lit­té­ra­ture du mou­ve­ment des femmes kurdes affirme que dans un contexte de colo­ni­sa­tion (du Kurdistan en par­ti­cu­lier et de la vie en géné­ral — par l’État, le capi­ta­lisme et le patriar­cat), non seule­ment la liber­té, mais aus­si l’a­mour sont ren­dus impos­sibles. Le mou­ve­ment des femmes kurdes défend les droits des femmes et de tous les peuples à l’au­to­dé­ter­mi­na­tion cor­po­relle. Cependant, lors­qu’une per­sonne s’en­gage de façon pro­fes­sion­nelle dans le PKK [Parti des tra­vailleurs du Kurdistan], elle ne renonce pas seule­ment à la pers­pec­tive d’une vie confor­table, avec de l’argent, une mai­son et une car­rière : elle renonce éga­le­ment aux rela­tions sexuelles et roman­tiques. Pour les luttes fémi­nistes qui ont com­bat­tu pour la libé­ra­tion sexuelle durant des décen­nies, cette approche peut paraître conser­va­trice, voire rétro­grade. Dans la lit­té­ra­ture uni­ver­si­taire, certain·es ont attri­bué le phé­no­mène de l’abs­ti­nence dans la gué­rilla à un com­pro­mis avec la socié­té kurde féo­dale, dont le conser­va­tisme exige la pré­ser­va­tion de la vir­gi­ni­té, tan­dis que d’autres le décrivent comme une nou­velle forme de contrôle du corps des femmes. Ces deux argu­ments, l’un met­tant l’ac­cent sur la tra­di­tion, l’autre sur la perte des liber­tés indi­vi­duelles, tendent à igno­rer des décen­nies de théo­ri­sa­tion par les fémi­nistes révo­lu­tion­naires et le mou­ve­ment des femmes kurdes du genre, de la sexua­li­té coer­ci­tive ou obli­ga­toire, et des condi­tions de l’a­mour dans le sys­tème actuel. De plus, ils ne rendent que rare­ment compte du fait que les hommes, eux aus­si, pra­tiquent l’abs­ti­nence. En tant que fonc­tion sociale, l’a­bo­li­tion des rela­tions sexuelles dans la sphère des guérillas/cadres2 en faveur de nou­velles formes d’in­ti­mi­té révo­lu­tion­naire basées sur la cama­ra­de­rie et le sacri­fice vient bous­cu­ler, prin­ci­pa­le­ment en faveur des femmes, un domaine impor­tant uti­li­sé pour mobi­li­ser et éta­blir le pou­voir et la hié­rar­chie dans la socié­té kurde tra­di­tion­nelle. Supprimer la pos­si­bi­li­té d’u­ti­li­ser le sexe et la sexua­li­té comme armes et lieux de repro­duc­tion des rela­tions de pou­voir crée de nou­velles bases pour les inter­ac­tions sociales. L’abstinence n’est pas consi­dé­rée comme quelque chose qui doit être main­te­nu pour tou­jours ; elle peut être inter­pré­tée comme un ser­ment des cadres de s’en­ga­ger à construire une vie dans laquelle les rela­tions inter­per­son­nelles, y com­pris le sexe et l’a­mour, peuvent exis­ter sans ven­geance, honte ou contrôle.

« Ce que je veux dire, c’est que nous cher­chons de nou­velles normes pour l’a­mour. Sinon, la socia­bi­li­té éthique est impos­sible. »

Pendant mon séjour à Qandil [bases mon­ta­gneuses du PKK au Kurdistan Sud (ira­kien), ndlr], j’ai par­lé de l’a­mour, de sa pos­si­bi­li­té et de son impos­si­bi­li­té sous le patriar­cat, avec Esma et Bese, deux gué­rillas enga­gées depuis plu­sieurs décen­nies et coor­di­na­trices du KJK [Komalên Jinên Kurdistan : Communautés des femmes du Kurdistan]. Elles m’ont expli­qué que l’a­mour moderne, tel qu’il est vécu entre deux per­sonnes et prin­ci­pa­le­ment réduit au modèle de la famille nucléaire, est trop étroit et enfer­mant pour sai­sir le besoin et le désir d’in­ti­mi­té, d’at­ten­tion et de confiance des indi­vi­dus. Leur point de vue sur le carac­tère car­cé­ral de l’a­mour kurde, coin­cé entre la tra­di­tion conser­va­trice et la ter­reur de l’État, m’a d’une cer­taine manière rap­pe­lé les argu­ments des fémi­nistes noires, qui pensent que l’a­bo­li­tion des sys­tèmes oppres­sifs, à l’ins­tar du com­plexe indus­triel car­cé­ral, doit aller de pair avec la créa­tion d’une socié­té alter­na­tive qui trouve des solu­tions durables aux pro­blèmes que l’État, lui, évite de résoudre paci­fi­que­ment lors­qu’il recourt à l’in­car­cé­ra­tion de masse (prin­ci­pa­le­ment des hommes) : inéga­li­té, pau­vre­té, san­té men­tale, édu­ca­tion, culture du viol, etc. Au Kurdistan, où le corps et la sexua­li­té des femmes sont sujets à des tabous très forts et sont socia­le­ment poli­cés, l’i­ma­gi­na­tion ou la pré­fi­gu­ra­tion de rela­tions « libres » reste sou­vent dan­ge­reuse, abs­traite ou limi­tée aux modes de vie indi­vi­duels. L’amour au Kurdistan et au-delà, selon les pers­pec­tives idéo­lo­giques du mou­ve­ment, doit connaître une révo­lu­tion pour que les rela­tions soient vrai­ment libres. Pour qu’une vie amou­reuse soit ren­due pos­sible, les révo­lu­tion­naires doivent en par­ti­cu­lier sur­mon­ter les modèles régres­sifs de l’a­mour tra­di­tion­nel dans le sys­tème et « poli­ti­ser leurs émo­tions » dans leur quête d’a­bo­li­tion du patriar­cat. Esma pré­cise : « Le fémi­nisme ne devrait pas être une ques­tion d’é­ga­li­té entre les femmes et les hommes. Les hommes doivent chan­ger, c’est impé­ra­tif. Dans la mesure où je vois le chan­ge­ment, je peux me sen­tir atti­rée par l’un d’eux. Sinon, je ne peux pas aimer un homme de ce sys­tème. Ce que je veux dire, c’est que nous cher­chons de nou­velles normes pour l’a­mour. Sinon, la socia­bi­li­té éthique est impos­sible. Peu importe com­ment vous appe­lez votre uto­pie de libé­ra­tion, elle doit être basée sur des rela­tions sociales fon­dées sur la liber­té. Sinon, les rela­tions de pou­voir conti­nue­ront à se mani­fes­ter de dif­fé­rentes manières, voire à s’ap­pro­fon­dir dans les faits. Quand nous disons l’a­mour est une vie libre, nous disons que nous ne pou­vons ima­gi­ner la pos­si­bi­li­té de l’a­mour qu’à l’in­té­rieur d’une socié­té libre, c’est-à-dire une socié­té avec une mas­cu­li­ni­té dif­fé­rente de celle qui domine le monde d’au­jourd’­hui. »

Esma défi­nit le concept de « hev­jiya­na azad » (vie com­mune libre) du mou­ve­ment comme étant « une lutte contre le sys­tème par tous les moyens pos­sibles ». Afin de se récon­ci­lier avec les hommes, les femmes ont dû « décla­rer une guerre totale au sta­tu quo mas­cu­lin ». Ce pro­ces­sus de lutte contre les hommes dans tous les domaines de la vie, paral­lè­le­ment à la quête auto­nome d’au­to­dé­ter­mi­na­tion des femmes, per­met­trait à son tour de nou­velles pos­si­bi­li­tés d’in­te­rac­tion, créant ain­si un nou­veau contrat social. « Nous ne pou­vons pas dire que nous avons atteint la hev­jiya­na azad, même au sein de notre mou­ve­ment. Au contraire, nous sommes en lutte constante, et ce n’est qu’a­vec cette dyna­mique de lutte que nous pou­vons conti­nuer à nous appro­cher d’une vie libre. Nous ne pou­vons pas dire si l’a­mour existe ou non. Mais je peux dire qu’in­di­vi­duel­le­ment, j’ai main­te­nant de nou­velles valeurs, des attentes dif­fé­rentes. Grâce à notre lutte, les femmes et les hommes ont com­men­cé à éta­blir de nou­velles normes, qui sont accep­tables pour leurs rela­tions mutuelles. Nous ne nous com­pa­rons plus avec les rôles tra­di­tion­nels conser­va­teurs. Bien sûr, nous ne nous consi­dé­rons pas non plus comme sépa­rés de la socié­té en géné­ral. En aimant une per­sonne, on doit être capable d’ai­mer les gens en géné­ral et, en fait, d’ai­mer l’u­ni­vers. Nous vivons l’a­mour d’une façon très par­ti­cu­lière ici. Les étran­gers nous regardent et disent que nous inter­di­sons l’a­mour. Ce n’est pas cor­rect. Nous disons : Nous reje­tons consciem­ment les rela­tions dans ce sys­tème, et nous lut­tons pour que l’a­mour ait un sens. »

[Qandil, Kurdistan Sud (irakien) : les lectures collectives sont suivies de discussions pour expliquer ou faire émerger des idées collectives | Loez]

De la même manière, Bese fait valoir que dans un monde fon­da­men­ta­le­ment patriar­cal, il est dif­fi­cile de pré­fi­gu­rer ou d’i­ma­gi­ner concrè­te­ment, au-delà des modes de vie indi­vi­duels, à quoi res­sem­ble­rait une socié­té libé­rée avec des iden­ti­tés et des rela­tions de genre libé­rées, puisque de nou­veaux concepts et de nou­velles approches se déve­loppent pen­dant et à tra­vers cet acte ardu qu’est l’or­ga­ni­sa­tion et la lutte. Cependant, lut­ter pour des hori­zons alter­na­tifs ici et main­te­nant a déjà créé de nou­velles iden­ti­tés et pos­si­bi­li­tés pour l’a­mour, l’in­ti­mi­té et l’amitié.

« L’amour n’est pas un phé­no­mène qui peut être sépa­ré des condi­tions sociales. Il peut se mani­fes­ter plus sin­cè­re­ment dans une socié­té libé­rée qui abo­lit les rela­tions non-libres. Par-des­sus tout, il faut créer un nou­veau type d’être humain et de nou­veaux modes de rela­tions qui rendent l’a­mour pos­sible. La famille patriar­cale telle qu’elle existe aujourd’­hui est comme un trou noir qui englou­tit les femmes en les met­tant à l’é­cart de la socié­té et de la vie. Comment com­po­ser un soi authen­tique, aimant et tour­né vers l’autre dans un sys­tème capi­ta­liste et libé­ral qui glo­ri­fie l’in­di­vi­dua­lisme et domes­tique les femmes, les isole dans des foyers et des rela­tions patriar­cales ? Comment pou­vons-nous être nous-mêmes lorsque ce sys­tème détruit quo­ti­dien­ne­ment notre culture et notre his­toire ? Une autre forme de rela­tion est pos­sible : celle qui crée des par­te­naires égaux ain­si que des rela­tions sociales qui ont le pou­voir d’embrasser le monde entier dans leur cœur à tra­vers une lutte pour la jus­tice. Pour que cela advienne, contre le sys­tème patriar­cal toxique, nous devons déter­mi­ner quel type d’homme peut être aimé : nous disons que c’est celui qui lutte pour une socié­té dif­fé­rente, celui dont l’ap­proche ne pro­cède pas d’ob­jec­ti­va­tion de nous, exploi­tante et orien­tée vers le pou­voir. Si de tels hommes n’existent pas, nous devons les faire appa­raître et les créer par la lutte. Nous refu­sons d’ac­cep­ter le mâle domi­nant dans nos vies. De même, sans libé­ra­tion, les femmes ne peuvent pas non plus se trou­ver en capa­ci­té d’être aimées. Le véri­table amour doit être fon­dé sur des prin­cipes. Si tu m’aimes, alors lut­tons ensemble pour la liber­té, pour un monde dans lequel l’a­mour peut être libé­ré. »

« Si tu m’aimes, alors lut­tons ensemble pour la liber­té, pour un monde dans lequel l’a­mour peut être libé­ré. »

[…] La lutte contre la vio­lence et pour des rela­tions éga­li­taires a un long che­min devant elle. Dans la sphère civile, des pro­grammes télé­vi­sés sur la lutte des femmes à la res­pon­sa­bi­li­sa­tion des com­mu­nau­tés contre les vio­lences domes­tiques, la culture poli­tique du mou­ve­ment cherche acti­ve­ment à dénor­ma­li­ser la domi­na­tion sexiste. Au Kurdistan et dans la dia­spo­ra, les couples mariés qui se sou­tiennent mutuel­le­ment dans leur enga­ge­ment poli­tique sont sou­vent féli­ci­tés parce qu’ils incarnent la vision du mou­ve­ment en matière de démo­cra­ti­sa­tion de la famille. Dans des endroits comme le Rojava, où de nom­breux quar­tiers s’or­ga­nisent en com­munes, le mou­ve­ment encou­rage les formes com­mu­nau­taires et soli­daires d’or­ga­ni­sa­tion de la garde des enfants, de la pro­duc­tion, par oppo­si­tion au modèle d’une famille nucléaire pri­vée dépen­dante de l’État.

Pour les couples de la jeune géné­ra­tion, ceux qui ont gran­di en étant expo­sés aux idéaux du mou­ve­ment, il est de plus en plus cou­rant de par­ta­ger les res­pon­sa­bi­li­tés fami­liales telles que la garde des enfants et les tâches ména­gères afin de per­mettre un enga­ge­ment plus égal dans les acti­vi­tés sociales, éco­no­miques et poli­tiques. Dans les centres com­mu­nau­taires kurdes, des sémi­naires sont orga­ni­sés sur la manière d’é­le­ver les enfants sans ren­for­cer les rôles sexistes. Récemment, les pro­grammes télé­vi­sés ou les publi­ca­tions écrites du mou­ve­ment des femmes se sont de plus en plus inté­res­sés à la ques­tion d’une édu­ca­tion non sexiste. Ces pers­pec­tives sont enri­chies par les efforts de recherche des comi­tés de jineolojî3. Il n’y a pas de for­mule toute faite mais les conseils don­nés par les gué­rillas au sujet des rela­tions, tels que ceux pré­cé­dem­ment cités, imprègnent la vie quo­ti­dienne des femmes kurdes dans la sphère civile proche du mouvement.

[Manbij (Rojava), avril 2018 : maison des femmes ; Shadia prend la parole | Loez]

Il est dif­fi­cile d’af­fir­mer si et dans quelle mesure la mas­cu­li­ni­té kurde s’est trans­for­mée grâce au mou­ve­ment. Lorsque les hommes plai­santent avec le mou­ve­ment des femmes en disant qu’elles vont « par­fois un peu trop loin », c’est sou­vent une expres­sion d’ad­mi­ra­tion autant que d’an­xié­té. Dans les cercles sociaux du mou­ve­ment, en rai­son des struc­tures auto­nomes des femmes et des écrits d’Öcalan, les hommes kurdes sont au moins cen­sés recon­naître l’im­por­tance de l’é­ga­li­té. Bien que cela crée une norme morale mini­male cri­tique dans la com­mu­nau­té, pro­té­gée par des méca­nismes tels que les assem­blées auto­nomes ou la copré­si­dence, l’ap­proche qu’en ont les hommes peut aus­si se résu­mer à de simples paroles en l’air. Les jeunes femmes, sur­tout, le vivent ain­si : même si les hommes expriment leur res­pect pour la lutte des femmes, ceux qui appar­tiennent au mou­ve­ment peuvent avoir ten­dance à creu­ser des fos­sés mora­li­sa­teurs entre les femmes kurdes en les caté­go­ri­sant. C’est là l’une des plus anciennes pra­tiques du patriar­cat : oppo­ser « révolutionnaire/libérée » à « classique/traditionnelle », la guer­rière à la femme mariée, l’ac­ti­viste à la femme au foyer.

Le mou­ve­ment des femmes tente de défendre les femmes et leurs acquis contre ces nou­velles formes de contrôle patriar­cal sur leur conduite, leur corps et leur pen­sée en adop­tant une double approche. D’une part, en créant des méca­nismes d’or­ga­ni­sa­tion auto­nomes qui repré­sentent la volon­té col­lec­tive des femmes dans la lutte. D’autre part, en s’en­ga­geant dans la « mis­sion » de trans­for­ma­tion des hommes. Dans le cadre de for­ma­tions auto­nomes, de la sphère de la gué­rilla aux centres com­mu­nau­taires dans la dia­spo­ra, les femmes cri­tiquent les caté­go­ri­sa­tions patriar­cales dont elles sont l’ob­jet et redé­fi­nissent ce que signi­fie être une « femme tra­di­tion­nelle » ou une « femme en lutte », au-delà des divi­sions impo­sées par les hommes sur le sta­tut per­son­nel ou poli­tique des indi­vi­dus. Dans tous les cas, les hommes ne reçoivent pas de cer­ti­fi­cat pour avoir « tué » leur côté domi­nant [allu­sion à la célèbre sen­tence du PKK, for­mu­lée par Öcalan : « Le prin­cipe du socia­lisme est de tuer le mâle domi­nant », ndlr]. Tuer l’homme est un pro­ces­sus indi­vi­duel et social conti­nu et dyna­mique de réflexion et de trans­for­ma­tion. Cela fait par­tie d’une révo­lu­tion en constante évo­lu­tion pour « libé­rer la vie », d’une lutte col­lec­tive qui ne réus­sit que si cha­cun s’en sent per­son­nel­le­ment responsable.


Traduit de l’anglais par la rédac­tion de Ballast | Dilar Dirik, The Kurdish women’s move­ment : his­to­ry, theo­ry, prac­tice, PlutoPress, 2022.
Photographies de ban­nière et de vignette : Loez


  1. Entretien avec Bese, gué­rilla et coor­di­na­trice du KJK à Qandil en 2015.
  2. Les cadres (kadro) sont les militant·es professionnel·les du PKK [ndlr].
  3. Littéralement : « science des femmes ». Réflexion théo­rique du mou­ve­ment des femmes kurdes, qui inclut les réflexions du fémi­nisme occi­den­tal mais s’en dis­tingue, le jugeant insuf­fi­sant pour la lutte des femmes kurdes, dans un contexte d’op­pres­sion patriar­cale et colo­niale [ndlr].

REBONDS

☰ Lire les bonnes feuilles « Le principe du socialisme est de tuer le mâle dominant », juillet 2021
☰ Lire les bonnes feuilles « Rojava : la révolution des femmes », mars 2021
☰ Lire les bonnes feuilles « Un jour nous vaincrons — par Zehra Doğan », décembre 2019
☰ Lire notre article « Audre Lorde : le savoir des opprimées », Hourya Bentouhami, mai 2019
☰ Lire notre traduction « La démocratie radicale contre Daech », Dilar Dirik, mai 2017
☰ Lire notre dossier consacré au Kurdistan
Sur le même sujet :
Dilar Dirik

Originaire de la Turquie, elle milite pour la cause féministe et la reconnaissance, à l'international, de la lutte du peuple kurde. Elle travaille comme doctorante en sociologie à l'université de Cambridge.

Découvrir d'autres articles de



Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.