Marek Edelman : résister


Texte inédit pour le site de Ballast

Commandant polo­nais et juif de l’insurrection du ghet­to de Varsovie, car­dio­logue de pro­fes­sion et socia­liste de convic­tion, il tenait le sio­nisme pour une « cause per­due » et n’entendait pas condam­ner la lutte pales­ti­nienne : por­trait d’un irré­cu­pé­rable. ☰ Par Émile Carme


edelman1L’Allemagne a mis la Pologne au pas. Le 16 novembre 1940, l’occupant érige à Varsovie dix-huit kilo­mètres de murs afin d’enfermer la popu­la­tion juive de la ville. Ils sont entre 3 et 400 000, dans 3 kilo­mètres car­rés. Marek Edelman a vingt-et-un ans. Orphelin (son père dis­pa­raît lorsqu’il a cinq ans ; sa mère lorsqu’il en a quinze1Certaines sources font état de deux dates de nais­sance dif­fé­rentes : 1919 ou 1922 — nous optons ici pour la pre­mière, la plus usuelle. : tous deux, socia­listes, avaient fui le pou­voir auto­ri­taire ins­tau­ré par la révo­lu­tion bol­che­vik), piètre élève, déjà anti­fas­ciste. Dans son ouvrage La Vie mal­gré le ghet­to2Marek Edelman, La Vie mal­gré le ghet­to, Liana Levi, 2010., Edelman se décrit comme « un gamin culot­té et mal éle­vé ». Le jeune Polonais milite au sein du Bund, l’Union géné­rale des tra­vailleurs juifs de Lituanie, de Pologne et de Russie — une orga­ni­sa­tion fon­dée en 1897 par des mar­xistes dont la langue écrite est le yid­dish. Ils sont socia­listes et juifs : des Juifs œuvrant pour le socia­lisme uni­ver­sel, en somme, sans volon­té aucune de créer un pou­voir juif mais nour­ris­sant l’espoir de ral­lier le pro­lé­ta­riat juif à la lutte révo­lu­tion­naire.

« Ni Dieu ni fuite vers une terre qu’ils refu­saient d’annexer au détri­ment de ceux qui y vivaient. »

Le Bund, comme mou­ve­ment de masse, s’oppose à deux cou­rants au sein du judaïsme : le tra­di­tio­na­lisme reli­gieux et le sio­nisme — le pre­mier car ses mili­tants sont laïcs et hos­tiles à la main­mise des textes sacrés sur le quo­ti­dien des hommes ; le second car ils estiment que la « ques­tion juive » doit se régler en Europe, sur place, et non dans quelque émi­gra­tion pilo­tée par la bour­geoi­sie juive. Edelman l’expliquera en ces termes : « Les bun­distes n’attendaient pas le Messie, pas plus qu’ils n’envisageaient de par­tir pour la Palestine. Ils pen­saient que la Pologne était leur pays et ils se bat­taient pour une Pologne juste, socia­liste, dans laquelle chaque natio­na­li­té aurait sa propre auto­no­mie cultu­relle, dans laquelle les droits de chaque mino­ri­té seraient garan­tis3Nous tra­dui­sons, de l’anglais. « Marek Edelman », The Telegraph, 4 octobre 2009.. » Ni Dieu ni fuite vers une terre qu’ils refu­saient d’annexer au détri­ment de ceux qui y vivaient — rap­pe­lons qu’en 1922, les juifs ne consti­tuaient que 11 % des habi­tants de la Palestine (pour 78 % de musulmans)4Source : Esco Foundation, 1947.. La lutte pour l’égalité, en tant que citoyen polo­nais, quand bien même une par­tie de la Pologne les reje­tait.

Dans ses Mémoires du ghet­to de Varsovie5M. Edelman, Mémoires du ghet­to de Varsovie, Liana Levi, 2010., rédi­gées la guerre ache­vée, Edelman retrace sa vie de reclus et de résis­tant. La tutelle alle­mande, c’est « d’être moins qu’un homme — un Juif bat­tu et mal­trai­té ». Les indi­vi­dus, à qui l’on refuse jus­te­ment le sta­tut d’individu, sont broyés, affai­blis, effa­cés. Ils ne songent pas, raconte-t-il, à se sou­le­ver contre ceux qui les oppriment. Du moins pas immé­dia­te­ment. « Vaincre sa propre apa­thie et son déses­poir, se for­cer à agir, aller à contre-cou­rant de la panique géné­rale exige un effort sur­hu­main. » Des murs, on l’a dit, sont bâtis pour enfer­mer les Juifs et les cou­per du monde ; il faut à pré­sent sur­vivre au jour le jour. Si cer­tains, pos­sé­dants, magouilleurs et autres traîtres, peuvent s’en sor­tir, voire vivre dans le faste et le plai­sir des bars dan­sants, d’autres, les hon­nêtes ou les néces­si­teux, mènent une « exis­tence végé­ta­tive d’affamé ». Abcès, ventres gon­flés, puru­lences, typhus, tuber­cu­lose, moi­sis­sures : Edelman liste ce qu’il voit autour de lui. Les gosses men­dient en nombre et l’on ramasse, chaque jour, les cadavres des malades et des misé­rables — cer­tains attendent, nus, dos au sol des rues, d’être trans­por­tés par char­rettes. Les corps débordent, les fosses com­munes crient. Des enfants fran­chissent par des trous le mur afin de rame­ner des pro­vi­sions de la ville. Les auto­ri­tés alle­mandes ont char­gé des poli­ciers, polo­nais et juifs, d’assurer l’ordre au sein du ghet­to ; vient, pour Edelman et ses cama­rades, l’heure de s’organiser et de tenir tête aux bour­reaux — une orga­ni­sa­tion de com­bat, fédé­rant les divers cou­rants poli­tiques du ghet­to, voit le jour dans la nuit polo­naise : l’OJC, l’Organisation juive de com­bat. Edelman en est l’un des trois sous-com­man­dants (il devien­dra com­man­dant à la mort de son supé­rieur hié­rar­chique). Des cours sont don­nés et des jour­naux dis­tri­bués ; ils s’intitulent L’éveilleur, Question du temps, Pour notre liber­té et la vôtre ou encore La voix des jeunes. Edelman a alors vingt-trois ans. Ils les tirent à trois ou cinq cents exem­plaires (chaque ache­teur le fai­sait en moyenne lire à vingt per­sonnes). En plus de l’enfermement, la crainte et la ter­reur : ceux qui sont pris à se rendre clan­des­ti­ne­ment du « côté aryen » sont sitôt exé­cu­tés. « Sans cesse, sans la moindre rai­son, les Allemands tirent sur les pas­sants. Les gens redoutent de sor­tir de chez eux, mais les balles entrent dans les loge­ments par les fenêtres. »

Ghetto de Varsovie, 1941 (DR)

Chacun entend par­ler, en ces murs, des dépor­ta­tions, des exé­cu­tions de masse et des camps d’extermination, mais, rap­porte Edelman, les Juifs du ghet­to peinent à y croire : tout de même, on ne tue pas les gens pour rien, comme ça, juste à cause d’une reli­gion, d’une race… « Nous prê­chons dans le désert » : leurs écrits annoncent dès 1942 les pro­jets alle­mands d’extermination des Juifs — rien n’y fait. Les mili­tants ne dorment pas chez eux. Il faut être aux aguets à chaque ins­tant. Un jour, trois enfants, assis en bas d’un hôpi­tal, sont abat­tus par un gen­darme alle­mand. La rumeur enfle et com­mence à déniai­ser les plus opti­mistes : le ghet­to risque d’être liqui­dé et ses habi­tants dépor­tés ou mas­sa­crés. Et le pré­sage de prendre corps lorsqu’une pre­mière rafle est orga­ni­sée. Par manque d’armes, les résis­tants par­viennent seule­ment, par­fois, bon an mal an, à sau­ver quelques vies. Ils che­minent contre le vent. « L’opinion publique entière est contre nous » : on leur demande de ne pas faire de vagues — peut-être que les Allemands vont arrê­ter, peut-être que leur mettre des bâtons dans les roues accé­lé­re­ra les arres­ta­tions… Chacun, c’est bien humain, craint pour sa peau ; mieux vaut se tapir en priant que le temps passe que de ten­ter le pire. « Défendez-vous bec et ongles », exhorte l’un de ses cama­rades dans l’une des pages de leurs jour­naux ; des acti­vistes de l’OJC par­viennent à pro­vo­quer des incen­dies et à abattre le com­man­dant de la police juive. La répres­sion et les dépor­ta­tions « ordi­naires », par mil­liers chaque jour à cer­taines périodes, frappent la résis­tance de front : « Nous voyons fondre notre orga­ni­sa­tion. Tout ce que nous avons mis sur pied pen­dant de longues et dures années de guerre dis­pa­raît dans le cata­clysme géné­ral. » 300 000 Juifs du ghet­to seront dépor­tés le temps de l’occupation.

« Les civils se réfu­gient dans leurs caches ; les résis­tants se placent à leurs postes de com­bat. Les rues sont vides. L’ennemi entre par petits groupes. »

Fin 1942. L’Armia Krajowa — le mou­ve­ment de résis­tance polo­nais à l’extérieur du ghet­to — par­vient à leur faire par­ve­nir des armes. Une poi­gnée, seule­ment. Dix revol­vers. Une pre­mière bataille de rue se solde par un désastre (« Nous y per­dons les meilleurs ») ; il faut chan­ger de stra­té­gie. L’OJC ne dis­pose pas de l’équipement suf­fi­sant pour affron­ter l’ennemi ain­si, au corps à corps, dans un tel dis­po­si­tif ; l’escarmouche est désor­mais pri­vi­lé­giée. Leurs actions, fussent-elles mar­gi­nales, marquent une rup­ture dans les men­ta­li­tés du ghet­to : « Pour la pre­mière fois, les Juifs se convainquent que l’on peut faire quelque chose contre la volon­té et la force alle­mandes. » L’ennemi n’est pas invin­cible, en tout cas pas intou­chable. Plus que le nombre de cadavres alle­mands prime l’impact psy­cho­lo­gique. Ce moment, dans l’air du temps col­lec­tif, où plus rien ne sera plus comme avant. Dehors, dans tout le pays, on gonfle les exploits et les vic­toires de l’OJC. Edelman et les siens s’entraînent : le moral et le corps astreints à une dis­ci­pline mili­taire ; ils collent des affiches aux murs et sur les façades des habi­ta­tions afin de trans­mettre leur mes­sage à la popu­la­tion emmu­rée — de jour en jour, l’organisation s’impose comme la seule force consti­tuée du ghet­to, la seule auto­ri­té res­pec­tée (ou redou­tée). Les Juifs sont de moins en moins nom­breux à se rendre, de façon volon­taire, aux ras­sem­ble­ments décré­tés par les Allemands — ceux-là mêmes qui per­mettent le trans­port, en wagon de mar­chan­dises, vers Treblinka —, et l’OJC pour­suit ses actions de gué­rilla urbaine, incen­diant locaux et trains. « Les Allemands sont de plus en plus mal à l’aise dans le ghet­to. Ils éprouvent non seule­ment l’hostilité ouverte des francs-tireurs, mais aus­si celle de toute la popu­la­tion qui, sans hési­ter, obéit aux ordres du com­man­de­ment de l’OJC»

Un impôt est ins­tau­ré pour l’achat d’armes — l’argent est emme­né « côté aryen » et les pas­seurs reviennent avec armes à feu et explo­sifs. Un ate­lier de gre­nades et de cock­tail Molotov est mis en place et les col­la­bo­ra­teurs juifs abat­tus sans ména­ge­ment (ces « âmes dam­nées ven­dues aux Allemands », note Edelman dans ses Mémoires). Les Allemands ont de plus en plus de mal à vider le ghet­to. Le 19 avril 1943, ce der­nier est encer­clé. Les civils se réfu­gient dans leurs caches ; les résis­tants se placent à leurs postes de com­bat. Les rues sont vides. L’ennemi entre par petits groupes. Puis pénètrent les tanks et les véhi­cules. Le silence, par­tout, et puis, d’un coup, un feu concen­tré. Grenades, rafales, balles de fusil. « La rue est jon­chée de cadavres alle­mands. » Un tank en flammes, bar­ri­cades, ambu­lances, des avions sur­volent les zones de com­bats. Un autre tank est incen­dié. La bataille a duré du petit matin jusqu’au début de l’après-midi : c’est une vic­toire abso­lue pour l’OJC. Nouvel assaut, le len­de­main ; nou­velle vic­toire pour l’OJC. Les com­bats se pour­suivent au fil des jours mais l’effet de sur­prise — les Allemands n’avaient pas ima­gi­né que les Juifs pussent oppo­ser une telle résis­tance — tend à dis­pa­raître, au pro­fit des seuls rap­ports de force numé­rique. Le 1er mai, ils chantent L’Internationale. La « lutte finale » pour la déli­vrance du « genre humain », par­mi les déblais, les cama­rades cre­vés, le sang qui tarde à sécher. « Ces mots et ce chant, écrit Edelman, dont les ruines enfu­mées ren­voient l’écho témoignent que la jeu­nesse socia­liste se bat dans le ghet­to. » Mais les muni­tions manquent, en plus des den­rées. Edelman et ses com­pa­gnons trouvent de l’eau et du sucre dans les loge­ments des familles dépor­tées. L’OJC pos­sède vingt fusils, 500 pis­to­lets, 600 gre­nades et cock­tails Molotov6Chiffres four­nis par Henri Michel dans Et Varsovie fut détruite, Albin Michel, 1984, p. 167. pour affron­ter les deux mille sol­dats de l’armée du Reich. Les chiens de cette der­nière traquent les planques ; le com­man­de­ment de l’OJC finit par être encer­clé, sept jours plus tard.

Soldats alle­mands dans le ghet­to incen­dié (DR)

Ordre a été don­né par les auto­ri­tés nazies d’incendier la tota­li­té du ghet­to. Les habi­tants de Varsovie aper­çoivent les flammes par-des­sus l’enceinte — cer­tains Juifs, pris à leur piège, se défe­nestrent. L’asphalte fond sous les pieds et les vitres implosent. Nombre de résis­tants se sui­cident plu­tôt que de tom­ber dans les mains alle­mandes ; l’un d’eux abat mère et sœur, avant de retour­ner l’arme contre lui ; Edelman et quelques autres par­viennent à se diri­ger dans les égouts — des gre­nades ont été dis­po­sées par l’ennemi, à chaque sor­tie, et des gaz sont déver­sés dans les gale­ries. Ils y passent deux jours : « Les secondes durent des mois. » Le 10 mai, à dix heures du matin, ils sou­lèvent une plaque d’égout ouvrant sur la ville : des cama­rades, qu’ils avaient pu pré­ve­nir, les y atten­daient. Bernard Goldstein racon­te­ra, dans L’Ultime com­bat : « La foule assis­ta avec stu­pé­fac­tion et ter­reur à une scène extra­or­di­naire. Blones et quelques autres bon­dirent près du camion, la mitraillette bra­quée sur les pas­sants attrou­pés. Malgré leur aspect d’épuisement, la flamme qui brillait dans leurs yeux indi­quait clai­re­ment leur réso­lu­tion farouche de tirer sur qui­conque ose­rait s’approcher. Leurs com­pa­gnons, sque­let­tiques, pareils à des reve­nants, la mitraillette accro­chée au cou, sor­tirent un à un de l’égout. Ils avaient per­du tout aspect humain. Une fois mon­té dans le camion, cha­cun met­tait son arme en posi­tion, prêt à défendre chè­re­ment sa vie. Quand tous furent embar­qués, le camion démar­ra en trombe et gagna le bois de Lomianki près de Varsovie, où nous avions pré­pa­ré des cachettes pro­vi­soires7Bernard Goldstein, L’Ultime com­bat — Nos années au ghet­to de Varsovie, Zones, 2008.» Certains ne par­viennent pas à sor­tir de l’égout. La plaque retombe… « Nous qui avons sur­vé­cu, note Edelman, nous vous lais­sons le soin d’en conser­ver tou­jours la mémoire vivante. » Ainsi s’achèvent ses Mémoires.

« L’homme est modeste mais la réa­li­té dément ses dires : à peine sor­ti du ghet­to, il rejoint la résis­tance polo­naise et par­ti­cipe aux com­bats. »

Les res­ca­pés sont au nombre de 40, sur les quelques cen­taines qui se sou­le­vèrent du 19 avril au 16 mai 1943 — c’est-à-dire vingt-huit jours (les chiffres varient : 220 insur­gés, entre treize et vingt-deux ans, selon Edelman ; 700, selon l’historien Henri Michel dans son essai Et Varsovie fut détruite ; cer­taines sources vont jusqu’à 1 000). Au terme de ce mois de com­bats, le ghet­to compte 13 000 morts juifs et l’Allemagne reven­di­que­ra, offi­ciel­le­ment, 17 sol­dats morts et 93 bles­sés. Un héros, Marek Edelman ? Le com­man­dant de l’insurrection refuse le qua­li­fi­ca­tif. Les membres de l’OJC, racon­te­ra-t-il, savaient tous que le com­bat était per­du d’avance mais ils pré­fé­raient mou­rir les armes à la main que nus dans une chambre à gaz. Le vrai cou­rage, dira-t-il, c’était eux : « Leur mort était beau­coup plus héroïque8Nous tra­dui­sons, de l’anglais. « Marek Edelman », The Telegraph, op. cit. » L’homme est modeste mais la réa­li­té dément ses dires : à peine sor­ti du ghet­to, il rejoint la résis­tance polo­naise et par­ti­cipe aux com­bats. L’armée alle­mande, mieux équi­pée et en sur­nombre, les contraint à capi­tu­ler après de vio­lents affron­te­ments. Varsovie sera détruite à 90 % pour punir les Polonais. La guerre prend fin et le pays se mue en République popu­laire, diri­gée par un gou­ver­ne­ment sous l’égide de Staline.

Contre le « communisme » de caserne

Edelman est deve­nu un car­dio­logue, des plus répu­tés, à l’hôpital Sterling de la ville de Łódź. Il y res­te­ra — mal­gré un ren­voi, à la fin des années 1960, occa­sion­né par une cam­pagne anti­sé­mite — jusqu’en 2007, alors âgé de 88 ans. Dans une post­face à ses Mémoires, écrite en 1993, il fait entendre que « le géno­cide marque l’échec de vingt siècles de pro­grès de la civi­li­sa­tion ». Et conclut sur ces lignes : « Puisse l’homme ne pas détruire son espèce. Puisse le meurtre ne pas deve­nir titre de gloire. » En 2008, dans les pages d’un autre ouvrage, La Vie mal­gré le ghet­to, il se confie (chose rare : sa plume, de cou­tume, est sèche, lapi­daire, peu expan­sive) : « Jusqu’à aujourd’hui, j’ai gar­dé tout ça dans mes tripes. » Après s’être oppo­sé à l’intégration du Bund au sein du Parti com­mu­niste, l’ancien résis­tant se met en tra­vers du régime en place au nom des idéaux éman­ci­pa­teurs qui l’animent depuis sa jeu­nesse : il milite, en 1976, au sein du Comité de défense des ouvriers, qui s’oppose à la répres­sion des tra­vailleurs en grève et imprime, clan­des­ti­ne­ment, des textes du socia­liste bri­tan­nique George Orwell. Quatre ans plus tard, Edelman milite au sein de Solidarność, une fédé­ra­tion de syn­di­cats née en 1980 et menée par Lech Wałęsa. Un an après, le méde­cin est mis aux arrêts — cinq jours durant. Il refuse par ailleurs de célé­brer les qua­rante ans de l’insurrection du ghet­to de Varsovie aux côtés du pou­voir : on ne peut, dira-t-il, louan­ger la liber­té sous un régime de coer­ci­tion. Le mur de Berlin s’écroule et la IIIe République de Pologne est pro­cla­mée, au pre­mier jour de l’an 1990, mar­quant la fin du régime pro-sovié­tique. « N’est pas seule­ment enne­mi celui qui te tue, mais aus­si celui qui est indif­fé­rent. […] Ne pas aider et tuer, c’est la même chose9« Minorités », L’Autre Europe, L’âge d’homme, 1986, p. 72. », pense Edelman : ne reste que l’action comme éthique de vie.

Wladka Meed et Marek Edelman, 1966 (DR)

Aux côtés des partisans de Palestine

Le géné­ral Ariel Sharon décla­ra un jour : « Personne n’a le droit — per­sonne ! — de tra­duire Israël en jus­tice devant le tri­bu­nal du monde10Cité par Régis Debray dans À un ami israé­lien, Flammarion, 2010, p. 101.. » L’énoncé a le mérite de la fran­chise. Edelman, fumée de gau­loises et whis­ky, ignore lui aus­si com­ment tour­ner autour du pot : il parle dru, cru. Une jour­na­liste venue d’Israël l’interroge un jour de 200611Pour le Yediot Aharonot, tra­duit et publié par Courrier inter­na­tio­nal le 12 avril 2006.. N’est-ce pas légi­time de se « défendre », même bru­ta­le­ment, et de conte­nir la vio­lence pales­ti­nienne ? « Ça, c’est votre phi­lo­so­phie d’Israélienne, celle qui consiste à pen­ser qu’on peut tuer vingt Arabes pour­vu qu’un Juif reste en vie. Chez moi, il n’y a de place ni pour un peuple élu ni pour une Terre pro­mise. » Mais n’était-il pas per­ti­nent de créer un foyer juif en Palestine ? « Il eût mieux valu créer un État juif en Bavière ! » La jour­na­liste lui rétorque que Mahmoud Ahmadinejad tient le même dis­cours ; Edelman pouffe, caus­tique : « Il a rai­son, le cli­mat y est excellent ! » Mais Israël n’a-t-il pas été fon­dé pour pan­ser les plaies béantes du géno­cide juif ? « Si Israël a été créé, c’est grâce à un accord pas­sé entre la Grande-Bretagne, les États-Unis et l’URSS. Pas pour expier les 6 mil­lions de Juifs assas­si­nés en Europe, mais pour se par­ta­ger des comp­toirs au Moyen-Orient. » Et le bun­diste d’accuser Israël d’avoir anéan­ti l’illustre mémoire juive et yid­dish : « Israël s’est créé sur la des­truc­tion de cette immense culture juive mul­ti­sé­cu­laire ». Aux Israéliens d’assumer leur envi­ron­ne­ment géo­gra­phique, plu­tôt que de se voir en cita­delle occi­den­tale assié­gée : « Quand on a vou­lu vivre au milieu de mil­lions d’Arabes, pour­suit-il, on doit lais­ser le métis­sage faire son œuvre. » Edelman envoie le coup final : « En Israël, je me sens comme un tou­riste en terre étran­gère. » Auprès des jour­na­listes Anka Grupinska et Wlodzimierz Filipek, il avait déjà confié en 1985, pour le jour­nal CZAS, que le sio­nisme était et res­te­rait « une cause per­due » et que « les Arabes » avaient entiè­re­ment « rai­son » d’estimer que c’était à l’Allemagne de payer les pots cas­sés et non à la Palestine — et Edelman de pré­dire que l’État d’Israël, arti­fi­ciel dans sa construc­tion même, n’a que de peu de chances de per­du­rer de la sorte.

« Ça, c’est votre phi­lo­so­phie d’Israélienne, celle qui consiste à pen­ser qu’on peut tuer vingt Arabes pour­vu qu’un Juif reste en vie. Chez moi, il n’y a de place ni pour un peuple élu ni pour une Terre pro­mise. »

Le car­dio­logue pes­tait contre « les pro­fes­sion­nels de la mémoire » qui ins­tru­men­ta­li­saient le ghet­to de Varsovie et avait sus­ci­té, quatre ans aupa­ra­vant, les foudres de nombre d’Israéliens en adres­sant, le 1er août 2002, une lettre ouverte, via Haaretz, à « tous les chefs d’organisations pales­ti­niennes mili­taires, para­mi­li­taires ou de gué­rilla, à tous les sol­dats de groupes mili­tants pales­ti­niens ». En pleine seconde Intifada, donc — les atten­tats-sui­cides pales­ti­niens frap­paient alors de plein fouet la popu­la­tion civile. Après s’être pré­sen­té et avoir rap­pe­lé que l’OJC n’avait jamais, par res­pect des prin­cipes et des valeurs humaines, atten­té à la vie d’un seul civil alle­mand, l’ancien résis­tant lan­çait : « Regardez autour de vous. Regardez l’Irlande. Après cin­quante ans d’une guerre san­glante, la paix est arri­vée. D’anciens enne­mis mor­tels se sont assis à la même table. Regardez la Pologne, Wałęsa et Kuron. Sans coup férir, le sys­tème cri­mi­nel com­mu­niste a été défait. À la fois vous et l’État d’Israël devez chan­ger radi­ca­le­ment d’attitude. Vous devez vou­loir la paix pour sau­ver des cen­taines et peut-être des mil­liers de gens, pour créer un meilleur ave­nir pour ceux que vous aimez, pour vos enfants. Je sais de ma propre expé­rience que l’actuel dérou­le­ment des évé­ne­ments dépend de vous, les chefs mili­taires. L’influence des acteurs poli­tiques et civils est beau­coup plus petite. […] Peut-être cette guerre, la guerre qui ne peut être gagnée, peut-elle être stop­pée et rem­pla­cée par des pour­par­lers qui mènent à un accord. Peut-être devrions-nous cher­cher un média­teur, qui n’a pas besoin d’être un poli­tique, mais plu­tôt une per­son­na­li­té d’autorité morale irré­fra­gable, quelqu’un qui place la vie dans la digni­té et la paix pour tout le monde au-des­sus de tout objec­tif poli­tique. » Son nom et son pré­nom, en guise de conclu­sion.

Un choc, oui, pour Israël : Edelman, bien que condam­nant les actions kami­kazes, parle d’égal à égal avec les uni­tés de com­bat pales­ti­niennes et, usant du terme com­bien pré­cis et conno­té de « par­ti­sans », induit l’idée que les com­bat­tants pales­ti­niens sont des résis­tants et non, selon le vocable en usage, des « ter­ro­ristes ». Partisan, comme lui le fut contre le nazisme. Edelman — que le phi­lo­sophe Edgar Morin pré­sente, dans son indis­pen­sable Le Monde moderne et la ques­tion juive, comme un « judéo-gen­til rétif à l’israélo-centrisme12Gentil au sens de « goy ». Voir Edgar Morin, Le Monde moderne et la ques­tion juive, Seuil, 2007, p. 180. » — n’a « pas bonne presse13Voir « Marek Edelman, le révol­té du ghet­to », Le Monde, 19 avril 2008. » dans l’État hébreu, déclare un ancien ambas­sa­deur d’Israël en France. Il est à noter que le docu­men­taire L’Énergie du déses­poir — La révolte du ghet­to de Varsovie ne men­tionne jamais le nom d’Edelman, au pro­fit de la mémoire des seuls insur­gés sio­nistes.

Un enfant pales­ti­nien dans Gaza bom­bar­dée, le 19 octobre 2014 (Mahmud Hams, AFP)

« Ironie de l’histoire, écrit dans Sur la fron­tière le mili­tant paci­fiste israé­lien Michel Warschawski, le sio­nisme, qui vou­lait faire tom­ber les murailles du ghet­to, a créé le plus grand ghet­to de l’histoire juive, un ghet­to sur­ar­mé14Michel Warschawski, Sur la fron­tière, Pluriel, 2009, p. 297. ». Et Warschawski de se por­ter en faux, à plu­sieurs reprises, contre l’embrigadement israé­lien de la mémoire du ghet­to de Varsovie — ain­si de ce jour de 2009, dans les colonnes de L’Humanité : « Comme à Varsovie, où les faibles se bat­taient contre les puis­sants, de petits groupes contre une immense armée, des inno­cents contre des bar­bares (hymne aux com­bat­tants du ghet­to que, dans ma famille, on lisait chaque année, le soir de Pâque), et comme à Varsovie, dans le ghet­to Gaza, les dam­nés de la terre sont en train d’infliger des pertes dou­lou­reuses aux forces occu­pantes15Michel Warschawski, « Ghetto Gaza – L’appel », L’Humanité, 8 jan­vier 2009.»

*

Sur son cer­cueil, en octobre 2009, le dra­peau rouge du Bund. Une cho­rale entonne l’hymne du mou­ve­ment, Di Shvue… « Di fon, di royte, iz hoykh », « Le dra­peau rouge est haut »… Lorsqu’on lui deman­da naguère ce qui était le plus impor­tant dans la vie, Edelman répon­dit « la vie elle-même ». Et « la liber­té16« Marek Edelman nie żyje », www.dziennik.pl, 2 octobre 2009. ». Triste impair, que l’on ne sau­rait pas­ser sous silence : en 2003, Edelman approu­va la guerre contre l’Irak, per­sua­dé que cela pou­vait mettre un terme au régime « dic­ta­to­rial » et « fas­ciste » de Saddam Hussein. Il expli­qua dans un entre­tien accor­dé à la chaîne polo­naise TVN24, puis publié dans l’hebdomadaire Przekroj, que la non-inter­ven­tion des Alliés, en Pologne, l’avait à ce point mar­qué qu’il n’entendait pas que l’on pût res­ter les bras croi­sés lorsqu’une nation, de par le monde, se voyait en proie à la ter­reur d’un régime. De la même façon que les Américains avaient par­ti­ci­pé à la libé­ra­tion de l’Europe, durant la Seconde Guerre mon­diale, Edelman esti­mait, han­té par la figure d’Hitler, qu’ils pou­vaient jouer un rôle posi­tif en Irak. Il mour­ra six ans plus tard — et l’avenir, dans sa cruelle fac­tua­li­té, se char­gea de lui don­ner tort : le 25 octobre 2015, Tony Blair en per­sonne alla jusqu’à pré­sen­ter ses « excuses » et admettre que l’émergence de Daech n’était, il est vrai, pas sans liens avec ladite guerre « démo­cra­tique ».

Une fois l’an, Edelman se recueillait devant le monu­ment à la mémoire des com­bat­tants du ghet­to. Son fichu carac­tère était légen­daire — revêche, âpre, auto­ri­taire, franc jusqu’à la bru­ta­li­té —, son cou­rage aus­si. Il pré­fé­rait la paix mais esti­mait que la guerre demeu­rait par­fois néces­saire tant il avait souf­fert des démis­sions et des lâche­tés que cer­taines paix entraînent. Et si Edelman n’était pas croyant (il jurait même qu’il n’avait « rien de com­mun avec Dieu17Entretien pour CZAS, mené par Anka Grupinska et Wlodzimierz Filipek, 1985. »), il n’en était pas moins juif : un Juif de mémoire et de culture. Dans un entre­tien publié par les édi­tions L’âge d’homme, à la ques­tion de savoir ce que signi­fiait être juif à ses yeux, le car­dio­logue répon­dit : « Il sera tou­jours contre le pou­voir. Le Juif a tou­jours un sen­ti­ment de com­mu­nion avec les faibles18« Minorités », L’Autre Europe, op. cit., p. 72.» Mais « mal­heu­reu­se­ment, jura celui qui pas­sa sa vie à son­der les cœurs, il y a plus de haine, dans l’homme, que d’amour19Entretien à la chaîne polo­naise TVN24. ».


Photographie de ban­nière : Paweł Kula/PAP


REBONDS 

☰ Lire notre article « Israël : la mort vue du ciel », Shimrit Lee, juillet 2015
☰ Lire notre série « Palestine-Israël, voix de femmes », Shimrit Lee, jan­vier 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Frank Barat : « François Hollande a déci­dé de sou­te­nir l’oppresseur », novembre 2014
☰ Lire le Memento avec Georges Habache
☰ Lire la lettre du poète Breyten Breytenbach à Ariel Sharon (Memento)

NOTES   [ + ]

1.Certaines sources font état de deux dates de nais­sance dif­fé­rentes : 1919 ou 1922 — nous optons ici pour la pre­mière, la plus usuelle.
2.Marek Edelman, La Vie mal­gré le ghet­to, Liana Levi, 2010.
3.Nous tra­dui­sons, de l’anglais. « Marek Edelman », The Telegraph, 4 octobre 2009.
4.Source : Esco Foundation, 1947.
5.M. Edelman, Mémoires du ghet­to de Varsovie, Liana Levi, 2010.
6.Chiffres four­nis par Henri Michel dans Et Varsovie fut détruite, Albin Michel, 1984, p. 167.
7.Bernard Goldstein, L’Ultime com­bat — Nos années au ghet­to de Varsovie, Zones, 2008.
8.Nous tra­dui­sons, de l’anglais. « Marek Edelman », The Telegraph, op. cit.
9.« Minorités », L’Autre Europe, L’âge d’homme, 1986, p. 72.
10.Cité par Régis Debray dans À un ami israé­lien, Flammarion, 2010, p. 101.
11.Pour le Yediot Aharonot, tra­duit et publié par Courrier inter­na­tio­nal le 12 avril 2006.
12.Gentil au sens de « goy ». Voir Edgar Morin, Le Monde moderne et la ques­tion juive, Seuil, 2007, p. 180.
13.Voir « Marek Edelman, le révol­té du ghet­to », Le Monde, 19 avril 2008.
14.Michel Warschawski, Sur la fron­tière, Pluriel, 2009, p. 297.
15.Michel Warschawski, « Ghetto Gaza – L’appel », L’Humanité, 8 jan­vier 2009.
16.« Marek Edelman nie żyje », www.dziennik.pl, 2 octobre 2009.
17.Entretien pour CZAS, mené par Anka Grupinska et Wlodzimierz Filipek, 1985.
18.« Minorités », L’Autre Europe, op. cit., p. 72.
19.Entretien à la chaîne polo­naise TVN24.
Émile Carme
Émile Carme

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.