Marah Zahalka : « Fendre la route sur un territoire occupé »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Elles sont les femmes les plus rapides de toute la Palestine : Betty, Marah, Mona, Rhana et Noor font par­tie de l’équipe des « Speed Sisters ». Premières à exer­cer ce sport au Moyen-Orient, elles sla­loment entre les check-point mili­taires israé­liens. Présente durant le Festival Ciné-Palestine, Marah se fait dis­crète lors du débat qui accom­pagne le docu­men­taire de la réa­li­sa­trice Amber Fares — c’est pour­quoi nous avons vou­lu l’interviewer. Nous voi­ci à l’étage du ciné­ma Le Luminor, noyés dans les bruits des verres, en com­pa­gnie d’une jeune pales­ti­nienne aus­si réa­liste que cou­ra­geuse, pour qui la course auto­mo­bile est une véri­table échap­pa­toire.


speedSpeed Sisters semble démon­ter tous les cli­chés à l’en­droit de la Palestine : la guerre, la reli­gion, et puis c’est tout. Pourquoi, en France et ailleurs, ne pense-t-on votre pays qua­si­ment que par ces biais-là ?

Les médias y sont pour beau­coup. Il existe une véri­table culture pales­ti­nienne : nous ne sommes pas que des vic­times ou des mar­tyrs. Nous sommes avant tout des indi­vi­dus qui vivent, qui ont des pas­sions. C’est très frus­trant et aga­çant de consta­ter que tout tourne tou­jours autour de la ques­tion de l’oc­cu­pa­tion, comme s’il n’y avait que ça d’in­té­res­sant à racon­ter. Ma pas­sion, c’est la course ; j’ai fait des études, je tra­vaille aujourd’­hui comme comp­table pour pou­voir être indé­pen­dante finan­ciè­re­ment, je mène une vie nor­male — comme vous, comme tout le monde. Nous avons une vie au-delà du conflit, bien qu’il faille évi­dem­ment com­po­ser avec cer­taines situa­tions déli­cates, faire des détours, sor­tir ses papiers, véri­fier tout, etc. Il faut abso­lu­ment mon­trer la Palestine sous un autre angle que celui de la guerre, parce que nous avons tant de choses à appor­ter…

Qu’est-ce que cela dit aux hommes, dans un sport consi­dé­ré comme mas­cu­lin, qui ne vous croient pas capables de réa­li­ser tout ça ?

« Il faut abso­lu­ment mon­trer la Palestine sous un autre angle que celui de la guerre. »

Peu importe le pays dans lequel on le pra­tique, ce sport a tou­jours été caté­go­ri­sé comme étant un sport d’hommes. Ce n’est pas une ques­tion de Palestine, c’est dans les mœurs de tous les pays. Lorsque des femmes pra­tiquent le foot­ball, c’est pareil : tout le monde les regarde, les admire, les féli­cite, parce que ça paraît infai­sable et excep­tion­nel. Pour moi, c’est avant tout un souffle, c’est une pas­sion qui me per­met de faire le vide, avant d’être un objec­tif visant à écra­ser les hommes ou même les Israéliens en com­pé­ti­tion. Évidemment, à cer­tains moments, j’ai pu vou­loir domi­ner sur le podium et battre un homme pen­dant des com­pé­ti­tions pour dire « regar­dez ce qu’on sait faire ». Je me suis vite ren­due compte que la bar­rière pour gagner, c’est l’argent. Il faut savoir que c’est un sport qui coûte énor­mé­ment, finan­ciè­re­ment. 50 %, c’est de l’entraînement ; les 50 % res­tant, c’est de l’argent, ce que tu peux te payer… ou non. Théoriquement, je devrais chan­ger mes pneus à chaque com­pé­ti­tion ; en réa­li­té, faute de moyens, je les change une fois par an. J’ai, du coup, moins de chance que les plus for­tu­nés. Le manque de finan­ce­ment ralen­tit consi­dé­ra­ble­ment mes chances d’obtenir un meilleur score — et donc, de battre un homme ! (rires)

Les hommes voient-ils vos courses d’un mau­vais œil ?

Pas du tout. Bien au contraire ! Dans le film, ça se res­sent : nous sommes très encou­ra­gées par eux durant nos courses. Il y en a même qui se déplacent de très loin pour venir voir ça. Ça les fait com­plè­te­ment hal­lu­ci­ner de se dire qu’on arrive à faire un tel sport quand les cli­chés tentent d’ex­pli­quer que c’est impos­sible pour nous, les femmes. Ils sont sou­vent épa­tés. Parfois, on pour­rait presque croire que nous sommes impres­sion­nantes — et donc, un peu effrayantes, domi­na­trices ! (rires)

Vous avez toutes des per­son­na­li­tés bien dif­fé­rentes. Dans le film, vous êtes la bat­tante, celle qui se met dans une rage folle lorsqu’elle perd. D’où vous vient cette volon­té ?

J’ai une énorme res­pon­sa­bi­li­té, notam­ment vis-à-vis de mon père qui tra­vaille 20 heures sur 24 pour m’acheter des pneus à 6 000 she­kels [1 420 €, ndlr]. Mon père se démène pour moi ; il fait tout pour que je puisse exer­cer ma pas­sion pour la course. Forcément, c’est un devoir de gagner pour que mon père soit fier de moi. Je dois gagner pour lui. Ma mère aus­si me sou­tient beau­coup. Pas autant que mon père, c’est vrai, mais elle me sou­tient énor­mé­ment. D’ailleurs, je ne com­prends pas d’où vient tout cet amour qu’il a pour moi, parce que je ne suis ni l’aînée ni la cadette. J’ai une posi­tion un peu bâtarde, je suis au milieu. Je n’ar­rive tou­jours pas a com­prendre pour­quoi mon père est aus­si pas­sion­né par ce que je fais, mais il l’est : c’est à la fois une grand coup de pres­sion et, en même temps, une très belle preuve d’a­mour.

© Stephane Burlot

Une place très infime est consa­crée à la reli­gion, à l’é­cran, pour­tant pré­sente dans le quo­ti­dien pales­ti­nien. Quelle place tient-elle dans votre vie, entre deux courses auto­mo­biles ?

Il y a une scène durant laquelle j’explique que je ne jeûne pas et que je trouve ridi­cule de devoir jeû­ner une fois par an pour com­pa­tir avec les pauvres, alors que les pauvres, eux, n’ont jamais de quoi se nour­rir tout au long de l’année. Toutefois, je ne suis pas très fière de ce pas­sage à la camé­ra. Je suis même assez en colère qu’on l’ait conser­vé… Pour moi, la reli­gion est très impor­tante ; je trouve d’ailleurs que c’est ce qui orga­nise notre vie : nous devons vivre selon ce qui est péché et ce qui ne l’est pas. Cette scène durant laquelle je dénigre le jeûne a été fil­mée il y a quatre ans. Aujourd’hui, je pra­tique le jeûne à nou­veau, rigou­reu­se­ment. Je conserve tou­te­fois les convic­tions qui sont les miennes et consi­dère que la manière dont les pra­ti­quants jeûnent actuel­le­ment est tota­le­ment incor­recte par rap­port aux pré­ceptes de l’Islam. Nous, quand on jeûne, on étale de la nour­ri­ture sur de grandes tables, on se goinfre, on en fait trop. C’est tota­le­ment para­doxal. Dans notre reli­gion, le simple fait de jeter un qui­gnon de pain est péché. Malgré ça, on gas­pille énor­mé­ment, on mange beau­coup moins que ce qu’on a sur nos tables ; c’est tota­le­ment contra­dic­toire.

Avez-vous déjà défié des Israéliens durant une course ? Est-ce seule­ment pos­sible ?

« Betty se prend un impact de balle venant d’un sol­dat israé­lien juste parce qu’on s’entraîne. »

Oui, bien enten­du. On nous a d’ailleurs déjà pro­po­sé de le faire et nous avons refu­sé. Vous savez, la course de voi­tures, c’est un moyen d’oublier le conflit ambiant qui règne sur nos vies. C’est un moyen d’évacuer les ten­sions. Ça ne m’intéresse pas de devoir défier les Israéliens. Oui, c’est vrai qu’avoir une petite vic­toire sur eux pour­rait être gri­sant, mais ça enlè­ve­ra toute la pas­sion et le bon­heur qui m’anime lorsque je pilote sur le ter­rain. Lorsque je suis au volant, l’occupation n’existe plus et, pen­dant quelques minutes, je suis libre. Le fait de concou­rir contre les Israéliens n’au­rait aucun sens : si je pra­tique ce sport pour fuir le conflit, je ne trouve aucune rai­son valable pour lui accor­der une place dans ce qui consti­tue mon souffle.

Combien de temps consa­crez-vous à l’entraînement ?

Pour être hon­nête, cela fait deux ans que je ne m’entraîne plus. Avant, on s’entraînait sur une place de mar­ché mais nous n’a­vons plus le droit. L’homme qui a ache­té le ter­rain refuse que l’on revienne. Pour lui, les deux heures d’en­traî­ne­ment, c’est une perte d’argent consi­dé­rable : pen­dant que nous occu­pons la place, il ne peut pas vendre. Et puis, en soi, c’était déjà très com­pli­qué de s’entraîner avec la pré­sence israé­lienne. Vous avez pu le voir dans le docu­men­taire : Betty se prend un impact de balle venant d’un sol­dat israé­lien juste parce qu’on s’entraîne. Nous nous sommes sou­vent faites insul­ter, aus­si. On s’entraînait à Bétunia, aux abords d’une pri­son israé­lienne. Je me rap­pelle d’une fois où ça nous a posé pro­blème : des Israéliens nous ont insul­tées par méga­phone — sans rai­son. C’est com­pli­qué de s’entraîner entre les routes pour­ries, la sur­veillance israé­lienne et les foules de gens sur les places de mar­ché…

© Tanya Habjouka

Comme tous les concou­ristes, vos courses sont finan­cées par des spon­sors. Est-ce que c’est tou­jours le cas pour vous, aujourd’­hui ? Est-ce que le docu­men­taire est un appui sup­plé­men­taire ?

J’ai été sou­te­nue finan­ciè­re­ment par une équipe de Formule 1, et plus par­ti­cu­liè­re­ment par un pilote pales­ti­nien qui vit en Finlande, Rami Jaber. Il m’envoyait l’équivalent de 5 000 she­kels par course, ce qui me per­met­tait de chan­ger mes pneus à chaque fois. C’était en 2015 — la pre­mière fois de ma vie que j’avais une aide de cette ampleur. Puis, du jour au len­de­main, il n’a plus don­né de nou­velles — depuis, je n’ai plus d’aides. J’ai dû me débrouiller seule, et ce n’était pas simple. Je tra­vaille à pré­sent comme comp­table dans une entre­prise. La course, c’est plus de sacri­fices qu’autre chose, et en Palestine, c’est encore pire. Quant au film, j’aimerais pou­voir vous dire que ça nous a aidé, que ça nous a per­mis de finan­cer nos courses, mais ce n’est pas le cas. Ni au niveau citoyen, ni au niveau ins­ti­tu­tion­nel — rien. Je pen­sais vrai­ment que ça allait nous aider, mais j’étais dans mon monde. J’ai moins d’espoir qu’il y a quatre ans.

Vous sem­blez com­plè­te­ment pes­si­miste, pour la suite… 

« Fendre la route sur un ter­ri­toire occu­pé, ça donne une sen­sa­tion uto­piste de liber­té. »

Je me suis dit que c’était fini, effec­ti­ve­ment. D’autant plus qu’il y a d’autres prio­ri­tés : mes deux frères ont inté­gré une uni­ver­si­té et ça coûte très cher, en Palestine. C’est un luxe de pou­voir étu­dier. Et même sans ces frais-là, nous n’avions pas assez d’argent. Il y a quatre ans, mon père a ache­té un ter­rain : il aime­rait pou­voir bâtir une mai­son sur ses terres. On laisse la course de côté, mais je sais que mon père ne lais­se­ra pas tom­ber. Il est ma force et ma moti­va­tion pour ne pas perdre pied. Dès qu’on aura un autre finan­ce­ment, je repren­drai les courses — ça me manque d’ailleurs déjà beau­coup.

Vous avez beau­coup d’admirateurs et d’admiratrices. Si une jeune femme pales­ti­nienne sou­hai­tait exer­cer la même pas­sion que vous, lui diriez-vous de ne rien ten­ter, que c’est trop pre­nant, ambi­tieux et trop coû­teux ?

Franchement, mal­gré toutes les galères que ça implique, je l’encouragerais à vivre à fond cette pas­sion. Même si ça n’a jamais été simple, les courses m’ont tou­jours aidée à vivre un quo­ti­dien très dif­fi­cile. Fendre la route sur un ter­ri­toire occu­pé, ça donne une sen­sa­tion uto­piste de liber­té.

© Tanya Habjouka

© Tanya Habjouka


REBONDS 

☰ Lire notre article « Israël : la mort vue du ciel », Shimrit Lee, juillet 2015
☰ Lire l’en­tre­tien avec Georges Habache (Memento)
☰ Lire notre série « Palestine-Israël, voix de femmes », Shimrit Lee, jan­vier 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Frank Barat : « François Hollande a déci­dé de sou­te­nir l’oppresseur », novembre 2014
☰ Lire la lettre du poète Breyten Breytenbach à Ariel Sharon (Memento)

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.