Il nous reste quelques anciens numéros dans des placards, maintenant à prix réduit sur le site !
 

Liban : l’État prêt à tout pour mater la révolte


Texte d’abord paru en espagnol dans El Salto

Le 17 octobre 2019, des mil­liers de Libanais et de Libanaises inves­tis­saient les rues afin de récla­mer le départ d’une classe poli­tique jugée res­pon­sable de la déroute du pays. Dans un Liban au bord de la faillite, pri­son­nier d’un sys­tème confes­sion­nel à bout de souffle et objet d’ingérences étran­gères, ce mou­ve­ment de contes­ta­tion — bap­ti­sé « Thawra » (« révo­lu­tion », en arabe) — va faire vaciller l’État liba­nais pen­dant de longs mois. La riposte des élites au pou­voir ne s’est pas faite attendre : avec des mil­liers de mani­fes­tants bles­sés, d’arrestations et de pro­cé­dures judi­ciaires, la classe diri­geante va ten­ter par tous les moyens d’étouffer le cri de la rue. Jusqu’à répri­mer les per­sonnes qui, jour et nuit, pal­liaient l’absence de l’État au len­de­main de l’ex­plo­sion qui a frap­pé Beyrouth l’é­té der­nier. Une stra­té­gie répres­sive aus­si dis­crète que redou­table : repor­tage. ☰ Par Laurent Perpigna Iban et Zeina Ziadeh


« D’abord, l’argent est venu à man­quer. Puis la nour­ri­ture. Comme si ça ne suf­fi­sait pas, mon fils risque d’être empri­son­né. Il a seule­ment mani­fes­té avec ses amis pour récla­mer une vie meilleure. Est-ce cela, son crime ? » Lina Omar a les traits tirés. En cette fin du mois de juillet 2020, cette mère de famille, rési­dente de la région de la Bekaa, mani­feste devant le Palais de Justice de Beyrouth. À ses côtés, d’autres mères de jeunes pla­cés sous contrôle judi­ciaire en réponse à des mani­fes­ta­tions ; elles ne cachent pas leur épui­se­ment. « Nous n’en pou­vons plus, il faut que ça s’arrête », lâche l’une d’entre elles. Toutes dénoncent des arres­ta­tions arbi­traires, une absence totale de preuves et un har­cè­le­ment moral de chaque ins­tant. Dans un pays exsangue où les foyers les plus modestes sont condam­nés à la sur­vie, elles s’estiment frap­pées par une invi­vable double peine.

Un harcèlement judiciaire systématique

« Toutes dénoncent des arres­ta­tions arbi­traires, une absence totale de preuves et un har­cè­le­ment moral de chaque instant. »

De prime abord, le Liban ne souffre pour­tant pas d’une répu­ta­tion sul­fu­reuse en matière de répres­sion : pas de pri­son­niers d’opinion, des incar­cé­ra­tions sou­vent de courtes durées et une liber­té d’expression garan­tie par la Constitution. L’envers du décor semble tou­te­fois moins relui­sant. Selon Ayman Raad, avo­cat à la cour, depuis le 17 octobre 2019 — et le début de la Thawra, le sou­lè­ve­ment liba­nais —, plus de 1 500 per­sonnes ont été inter­ro­gées par les dif­fé­rents corps des forces de sécu­ri­té. « Certaines ont été arrê­tées durant des mani­fes­ta­tions, d’autres ont seule­ment été contrô­lées puis convo­quées a pos­te­rio­ri. Il y a éga­le­ment celles qui ont été appe­lées sans pré­avis, sur la base d’une pré­ten­due iden­ti­fi­ca­tion. La qua­si-tota­li­té de ces 1 500 per­sonnes sera jugée, dans quelques mois, voire dans quelques années », nous explique l’avocat. Car, au Liban, les pro­cé­dures judi­ciaires peuvent s’a­vé­rer très longues : des per­sonnes conti­nuent de com­pa­raître devant les tri­bu­naux suite au pré­cé­dent cycle de contes­ta­tion — la crise des ordures — qui avait secoué le pays en 2015.

Pour Wadih el-Asmar, pré­sident du Comité liba­nais pour les droits de l’Homme (CLDH), cette stra­té­gie répres­sive se veut prag­ma­tique autant que réa­liste : « Avoir des pri­son­niers poli­tiques n’intéresse pas le régime liba­nais, qui se sait dépen­dant de l’aide inter­na­tio­nale et qui doit par consé­quent pré­ser­ver l’image du pays. Se retrou­ver avec des pri­son­niers d’opinion n’est pas une option envi­sa­geable. La parade, c’est un har­cè­le­ment judi­ciaire sys­té­ma­tique, loin des regards. Ces per­sonnes-là vont subir une pres­sion ter­rible pen­dant les années que dure­ra leur ins­truc­tion. Le régime part du prin­cipe qu’une per­sonne qui a une affaire en cours devant la jus­tice réflé­chi­ra à deux fois avant de retour­ner mani­fes­ter dans la rue. Il y a une ins­tru­men­ta­li­sa­tion claire de la jus­tice dans la répres­sion. » Face à la recru­des­cence de pro­cé­dures, près de 70 avo­cats se sont regrou­pés au sein du Comité pour la défense des mani­fes­tants. Ils n’en sont pas à leur coup d’essai : l’organisation a pris le relai d’une impli­ca­tion col­lec­tive d’avocats ini­tiée en 2015. Une hot­line avait alors été mise à la dis­po­si­tion des mani­fes­tants inquié­tés. « Aujourd’hui, nous sommes beau­coup plus nom­breux et beau­coup plus orga­ni­sés. Notre rôle prin­ci­pal est d’intervenir immé­dia­te­ment dès que quelqu’un est arrê­té », nous explique Ayman Raad.

[Le mouvement entre alors dans son deuxième mois, le 19 novembre 2020 (Laurent Perpigna Iban)]

La Coalition de défense de la liber­té d’expression — fraî­che­ment créée en juillet 2020 — rap­porte, en outre, que près de 60 per­sonnes ont été convo­quées pour des inter­ven­tions sur les réseaux sociaux depuis le début de la Thawra. Si la Constitution liba­naise garan­tit la liber­té d’expression, le code pénal, lui, condamne la « dif­fa­ma­tion » et « l’outrage » à l’égard des repré­sen­tants de l’État. « Au Liban, ces lois pénales ont un effet dis­sua­sif en matière de liber­té d’expression, ce qui est inac­cep­table. […] Le recours de plus en plus fré­quent à ces dis­po­si­tions et le trai­te­ment mani­fes­te­ment biai­sé que les auto­ri­tés réservent à ces affaires créent un envi­ron­ne­ment hos­tile à la liber­té d’expression et décou­ragent la popu­la­tion de s’exprimer libre­ment », alarme l’organisation dans un communiqué.

Frapper les corps, marquer les esprits

« Décourager la rue, c’est l’ob­jec­tif que semble s’être don­né l’État liba­nais. En témoigne le spec­ta­cu­laire chan­ge­ment de ton obser­vé depuis le début de l’année 2020. »

Décourager la rue, c’est l’ob­jec­tif que semble s’être don­né l’État liba­nais. En témoigne le spec­ta­cu­laire chan­ge­ment de ton obser­vé depuis le début de l’année 2020 : « Il n’y a plus aucune pro­por­tion­na­li­té dans la réponse des forces de sécu­ri­té. Des per­sonnes sont déli­bé­ré­ment ciblées, au cœur de cor­tèges fami­liaux. Le résul­tat escomp­té, c’est que la masse ne revienne plus dans la rue. Beaucoup, après avoir assis­té à de telles scènes de vio­lences, ne veulent plus redes­cendre mani­fes­ter en famille », nous dit Wadih el-Asmar. Un tour­nant par­ti­cu­liè­re­ment visible au milieu du mois de jan­vier 2020. La police anti-émeute, qui n’a pas lési­né sur les tirs de balles en caou­tchouc, a été accu­sée d’avoir cau­sé de nom­breuses bles­sures irré­ver­sibles à des mani­fes­tants. Human Rights Watch a ain­si dénon­cé « le niveau inac­cep­table de vio­lence contre des mani­fes­tants en grande par­tie paci­fiques », accu­sant du reste les forces de police « de tirer des balles en caou­tchouc en visant les yeux ». Un pre­mier virage dans la stra­té­gie répres­sive : selon la Croix-Rouge liba­naise, 546 per­sonnes ont été bles­sées sur les seules jour­nées du 18 et 19 jan­vier 2020, dont plu­sieurs ébor­gnées. La cam­pagne « Arrêtez de viser les yeux » s’était répan­due comme une trai­née de poudre sur la toile.

La grande mani­fes­ta­tion du 8 août, qui a fait suite à l’explosion tra­gique sur­ve­nue quelques jours plus tôt, est consi­dé­rée par de nom­breux Libanais comme un autre point de bas­cule. D’après les chiffres com­mu­ni­qués par la Croix-Rouge liba­naise et le Corps isla­mique de secours d’ur­gence, 728 per­sonnes ont été bles­sées lors de cette seule jour­née. Un bilan qui, sym­bo­li­que­ment, pèse lourd : par­mi les vic­times, beau­coup contri­buaient à pal­lier, jour et nuit, l’ab­sence totale de prise en charge de l’État. Une situa­tion ren­due plus inac­cep­table encore par les bles­sures pro­vo­quées par des balles en gre­naille de plomb. L’avocat Firas Hamdan, éga­le­ment membre du Comité de défense des mani­fes­tants, docu­men­tait cette jour­née lorsqu’il a été lui-même tou­ché : « J’ai été très vite trans­fé­ré en soins inten­sifs. J’ai subi une opé­ra­tion, mais ils n’ont pas pu enle­ver une de ces billes, venue se coin­cer dans mon cœur. C’était trop ris­qué. L’intervention a lais­sé une immense cica­trice sur mon torse. » D’après dif­fé­rentes sources, plus d’une dizaine de per­sonnes ont dû subir une opé­ra­tion chi­rur­gi­cale, et trois ont per­du un œil suite à l’usage de ces armes.

[100e jour du soulèvement, à Beyrouth (Laurent Perpigna Iban)]

Face à la gra­vi­té des faits, la police et l’armée ont immé­dia­te­ment reje­té toute res­pon­sa­bi­li­té. Les Forces de sécu­ri­té inté­rieures liba­naises (FSI) ont confir­mé dans une inter­ven­tion publique ce que beau­coup pres­sen­taient : c’est la police par­le­men­taire — une force qui ne prend ses ordres ni du pou­voir exé­cu­tif, ni du com­man­dant des armées — qui est à l’origine de ces tirs. « Au Liban, c’est deve­nu comme une milice, plus qu’une police. La milice du pré­sident du Parlement, Nabih Berrih. Il faut rap­pe­ler que ces der­niers ne pro­té­geaient en aucun cas l’édifice, qui se trou­vait à plus de 500 mètres de la scène », nous rap­porte Ayman Raad. Une semaine plus tard, une tren­taine de mani­fes­tants sera convo­quée par la jus­tice, cou­pable de pré­su­mées « vio­lences ». « Comme sou­vent, les per­sonnes inquié­tées sont issues des régions de la Bekaa et de Tripoli. Ce n’est pas un hasard : ce sont sou­vent les mani­fes­tants les plus dému­nis et les plus vul­né­rables qui sont atta­qués », expliquent quant à eux les avocats.

Une impossible sortie de crise ?

« Les mani­fes­tants ne manquent pas de rap­pe­ler que le maté­riel uti­li­sé dans le main­tien de l’ordre au Liban est, en grande par­tie, d’origine française. »

« Je le dis au nom des Français : nous serons tou­jours aux côtés du peuple liba­nais ». Cette petite phrase du pré­sident fran­çais sur son compte Twitter, le 1er sep­tembre 2020, a pro­vo­qué la colère de nom­breux mani­fes­tants ; ils ne manquent pas de rap­pe­ler que le maté­riel uti­li­sé dans le main­tien de l’ordre au Liban est, en grande par­tie, d’origine fran­çaise. Et les car­touches de gaz lacry­mo­gène — estam­pillées SAE, Société d’armement et d’études Alsetex — n’en sont que les marques les plus visibles. Une ran­cœur par­ti­cu­liè­re­ment tenace : lors des célé­bra­tions du cen­te­naire du Grand Liban, alors qu’Emmanuel Macron s’entretenait avec des poli­ti­ciens liba­nais à l’ambassade de France, les mani­fes­tants étaient, une fois de plus, vio­lem­ment répri­més. « Monsieur Macron est venu pour sou­te­nir le peuple liba­nais, mais nous n’avons même pas vu un com­mu­ni­qué de l’ambassade de France en sou­tien aux dizaines de per­sonnes bles­sées ce jour-là », enrage Ayman Raad. Interrogé ce soir-là en direct par une jour­na­liste de MTV, le pré­sident fran­çais a élu­dé tant bien que mal la ques­tion ; un numé­ro d’équilibriste qui lui vau­dra de pas­ser, pour beau­coup de Libanais, du sta­tut de « sau­veur » à celui de « com­plice ». « Ces ventes de maté­riel d’armement sont un éter­nel débat. La France four­nit en effet des armes non létales au Liban. Mais, pour moi, la ques­tion cen­trale concerne l’usage qui trans­forme ces armes non létales en armes poten­tiel­le­ment mor­telles », sou­ligne pour sa part Wadih el-Asmar.

Sur l’a­ve­nir poli­tique et éco­no­mique du Liban, celui du mou­ve­ment de contes­ta­tion et de la stra­té­gie de l’État vis-à-vis de la colère de son peuple, l’in­cer­ti­tude domine. Mais beau­coup craignent une sur­en­chère de vio­lence à chaque nou­velle mani­fes­ta­tion : « L’État liba­nais est prêt à tout pour endi­guer les mani­fes­ta­tions, même à tuer, il l’a prou­vé », com­mente amè­re­ment l’avocat Firas Hamdan, encore meur­tri par ses bles­sures. Un drame est-il inévi­table ? S’il est dif­fi­cile de répondre à cette ques­tion, le 8 sep­tembre der­nier, il était proche : alors qu’un cor­tège s’élançait à proxi­mi­té du palais pré­si­den­tiel, des gardes des forces armées ont tiré des coups de feu, pro­vo­quant une panique géné­rale. « J’ai com­pris que nos vies ne comp­taient pas dans ce pays. Si on ne meurt pas à cause d’une pan­dé­mie, de la pau­vre­té, ou d’une explo­sion, alors nous pou­vons mou­rir à cause de per­sonnes qui pré­fèrent pro­té­ger les élites cor­rom­pues plu­tôt que le peuple », nous rap­porte Katia Moghrabi, une jeune activiste.

[100e jour du soulèvement, à Beyrouth (Laurent Perpigna Iban)]

Alors que les Libanais enterrent une année 2020 défi­ni­ti­ve­ment dra­ma­tique, les élites du pays le savent : s’il semble pour l’heure confi­né et encore son­né, le mou­ve­ment de contes­ta­tion — seul motif d’espoir pour un peuple à bout de souffle — n’est pas mort. Il est même capable de renaître de ses cendres à tout moment. D’autant que les causes pro­fondes qui ont pro­vo­qué ce sou­lè­ve­ment au pays du Cèdre demeurent vives. « Nous le savons. La route pour chan­ger ce sys­tème est longue et pleine d’embûches. Nous ne devons pas perdre espoir. Ni la cor­rup­tion, ni la vio­lence, ni la répres­sion ne nous frei­ne­ront », nous confie Katia Moghrabi, en manière de conclusion.


Photographies de ban­nière et de vignette : Laurent Perpigna Iban
Traduit de l’es­pa­gnol par les auteurs eux-mêmes, pour le site de Ballast | « 
El Estado liba­nés está dis­pues­to a todo para conte­ner las mani­fes­ta­ciones », El Salto, 26 décembre 2020


REBONDS

☰ Lire notre tri­bune « Iran : un an après le sou­lè­ve­ment de novembre 2019 », Collective 98, décembre 2020
☰ Lire notre port­fo­lio « Liban : quand la rue se sou­lève », Laurent Perpigna Iban, février 2020
☰ Lire notre article « Chili : la nais­sance d’un sou­lè­ve­ment », Mario Garcés D., novembre 2019
☰ Lire notre article « Algérie : chro­nique d’un refus », Awel Haouati, mars 2019

Laurent Perpigna Iban

Journaliste indépendant. Il travaille essentiellement sur la question du Proche et du Moyen-Orient, ainsi que sur les « nations sans État ».

Découvrir d'autres articles de

Zeina Ziadeh

Activiste libanaise.

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.