Il nous reste quelques anciens numéros dans des placards, maintenant à prix réduit sur le site !
 

Fanny : une histoire de la grossophobie ordinaire


Texte inédit pour le site de Ballast

Sur 7 mil­liards d’êtres humains, 1,9 mil­liards d’entre eux sont en sur­poids ; en France plus de 8 mil­lions de per­sonnes sont consi­dé­rées comme obèses, soit 17 % de la popu­la­tion. L’ensemble des dis­cri­mi­na­tions qui struc­turent la vie des per­sonnes grosses a désor­mais un nom : gros­so­pho­bie. Si le concept peut encore paraître abs­trait pour cer­tains, il s’ins­crit pour­tant bien dans une réa­li­té maté­rielle et concrète : stig­ma­ti­sa­tions quo­ti­diennes, hos­ti­li­té du milieu médi­cal, dis­cri­mi­na­tions au tra­vail, etc. Fanny, ébé­niste à son compte dans un petit ate­lier du Pays basque, connaît bien tout cela. Tandis qu’une émis­sion de télé­vi­sion se livre à une mise en scène humi­liante des per­sonnes grosses1, Fanny nous raconte ici son par­cours per­son­nel et militant.


Je m’appelle Fanny et je suis ébé­niste, bien que je n’en vive pas inté­gra­le­ment — loin de là. Pour payer les fac­tures, je suis éga­le­ment valoriste2 dans une recy­cle­rie. Une par­tie de mon iden­ti­té est que je suis grosse et qu’on me traite dif­fé­rem­ment à cause de mon poids. Je crois que j’en ai tou­jours eu conscience. Déjà, parce que mon corps et celui de ma sœur obsé­daient ma mère et qu’elle vou­lait à tout prix qu’on ne soit pas grosses — même si elle l’est éga­le­ment. Quand j’a­vais 9 ou 10 ans, elle m’a emme­née chez une dié­té­ti­cienne et c’est à ce moment-là que j’ai pris la mesure de ma « dif­fé­rence ». Je me suis construite avec et j’ai accep­té avec une cer­taine dose de rési­lience la manière dont on me trai­tait. La suite n’est qu’un cata­logue d’é­vé­ne­ments au cours des­quels on m’a trai­tée dif­fé­rem­ment des autres.

« Une par­tie de mon iden­ti­té est que je suis grosse et qu’on me traite dif­fé­rem­ment à cause de mon poids. »

La gros­so­pho­bie est une dis­cri­mi­na­tion dont on parle peu, et quand on en parle, c’est sou­vent pour expli­quer que c’est une fausse dis­cri­mi­na­tion et que les per­sonnes comme moi devraient faire un effort plu­tôt que de se plaindre — c’est l’i­dée que nous nous lais­sons aller, nous les gros·ses, que c’est facile d’être mince. C’est pour ça que les maga­zines nous expliquent tous les étés com­ment avoir un biki­ni body et tous les hivers com­ment res­treindre les effets des fêtes. Ça nour­rit le cli­ché du gros qui serait plain­tif, assis sur son cana­pé à man­ger des McDo en regar­dant la télé. Quand on creuse, pour­tant, on ren­contre tel­le­ment de per­sonnes actives, dyna­miques, fortes et toniques, mais qui sont tou­jours envi­sa­gées ou pré­sen­tées comme des excep­tions dans une masse de gros·ses dégoulinant·es de gras… C’est d’au­tant plus dif­fi­cile de res­ter com­ba­tive ou com­ba­tif quand on est consi­dé­ré comme une excep­tion : en étant exclu du « trou­peau », on n’a pas envie de se battre pour tout le monde. C’est ce que je retiens du monde mili­tant fémi­niste, dont j’ai fait par­tie un temps. J’ai sou­vent été une sorte d’« élue », la preuve qu’on n’est pas tous et toutes pareil·les et qu’il y a bon·ne et mauvais·e gros·se… Le fait que je sois dyna­mique, spor­tive, que j’aime dan­ser, aller aux concerts, faire la fête, et sur­tout que je ne sois pas timide, me place sou­vent en porte-à-faux avec l’image que la socié­té peut avoir des gros·ses. Et loin de chan­ger cette image, ça fait plu­tôt de moi une « excep­tion » : en fait, j’ai sim­ple­ment refu­sé de me lais­ser enfer­mer dans la case qui m’était destinée.

Même si le monde mili­tant n’en est pas exempt, le milieu fémi­niste a fait un énorme che­min ces cinq der­nières années. Aujourd’hui, on se retrouve dans des logiques beau­coup plus inclu­sives de toutes les oppres­sions plu­tôt que dans le sté­réo­ty­page d’un mou­ve­ment — mer­ci la troi­sième vague fémi­niste, d’ailleurs. De plus en plus, ce sont les « concerné·es » qui prennent la parole et mènent les débats, et ça change la vie d’ar­ri­ver dans des espaces mili­tants où la parole n’est pas volée par celles et ceux qui ont le plus de « pou­voir ». Personnellement, j’ap­pré­cie énor­mé­ment ces endroits de non-mixi­té, qu’ils soient phy­siques ou sur Internet. Les paroles et les idées sont de plus en plus mou­vantes : on peut clai­re­ment se trom­per, réflé­chir et reve­nir en arrière, droit qui était un peu nié aupa­ra­vant, je trouve. Mais on se retrouve par­fois dans cer­taines luttes de clan, qui sont pour le moins contre-pro­duc­tives : les minces contre les gros·ses, les valides contre les non-valides, etc. J’ai eu une petite alter­ca­tion avec une autre per­sonne grosse il y a quelques mois à pro­pos du fait que cer­taines per­sonnes vivent une oppres­sion en rap­port avec leur mai­greur. Cette per­sonne niait l’exis­tence de cette oppres­sion alors que je l’ai côtoyée au jour le jour, à tra­vers l’his­toire de quel­qu’un dont je suis très proche — et quand je parle d’op­pres­sion, je parle d’im­pos­si­bi­li­té de trou­ver du tra­vail, l’a­mour, des fringues, mais éga­le­ment de remarques agres­sives et dépla­cées quant au corps de la per­sonne concer­née. C’est dom­mage pour le mou­ve­ment d’es­sayer d’é­cra­ser une autre oppres­sion, même si elle est plus rare et moins éten­due dans la socié­té. J’imagine que c’est direc­te­ment en lien avec la souf­france qu’on a vécue et à quel endroit du mili­tan­tisme on se retrouve.

[Laetitia Piccaretta]

J’ai tel­le­ment enten­du de remarques gros­so­phobes qu’à vrai dire, c’est com­pli­qué d’en choi­sir une. Je peux évo­quer cette période, il y a cinq ans, où j’ai fait une grosse dépres­sion durant laquelle j’ai qua­si­ment arrê­té de man­ger. Peut-être parce que je vou­lais me sup­pri­mer ou, en tout cas, réduire mon exis­tence. Comme je per­dais beau­coup de poids — que j’ai repris, bien enten­du —, tout le monde me féli­ci­tait pour les efforts que je fai­sais. J’étais lit­té­ra­le­ment en train de cou­ler dans mon seau de merde et tout le monde trou­vait que j’a­vais l’air d’al­ler très bien. Un jour, j’ai répon­du que non, que ça n’al­lait pas, que j’é­tais en pleine déprime, et la per­sonne m’a rétor­qué que ça m’al­lait très bien la déprime. Autant dire que ça a été une pilule très dif­fi­cile à avaler…

« J’ai vu un méde­cin du tra­vail il y a peu, qui a râlé quand je lui ai deman­dé de prendre un bra­ce­let plus large pour me prendre la tension. »

Médicalement, j’ai plu­sieurs sou­cis de san­té depuis quelques années et je me fais bala­der par les méde­cins. Mon géné­ra­liste est très cor­rect, mais la pre­mière endo­cri­no­logue [spé­cia­liste des hor­mones, ndlr] que j’ai vue m’a pro­po­sé une chi­rur­gie baria­trique alors que jamais, lors de nos ren­dez-vous, je ne me suis plainte de mon poids, et que jamais — du moins, j’a­vais cette impres­sion — mon but n’a été de mai­grir. J’aimerais sim­ple­ment arrê­ter d’a­voir mal (canaux car­piens, cer­vi­cales et dou­leurs mens­truelles), mais ça n’a pas l’air d’in­té­res­ser beau­coup le corps médi­cal. J’ai vu un méde­cin du tra­vail il y a peu, qui a râlé quand je lui ai deman­dé de prendre un bra­ce­let plus large pour me prendre la ten­sion. Heureusement que je sais que la ten­sion prise aurait été fausse ! J’ai de la peine pour toutes les per­sonnes qui, sans s’en aper­ce­voir, subissent un regard mal­veillant et désap­pro­ba­teur ; du coup, ce méde­cin a bien fer­mé sa bouche quand je lui ai dit que j’é­tais en phase avec mon poids et mon corps. Si j’a­vais eu en face de moi une oreille atten­tive, peut-être que je lui aurais par­lé de mes pro­blèmes phy­siques — comme j’ai la chance de pou­voir le faire avec mon géné­ra­liste. Mais je m’en suis aus­si pri­vée face au méde­cin du tra­vail, parce que je sen­tais que je ne serai pas entendue…

Dans la rue, on passe des regards et remarques rigo­lardes aux remarques hyper­sexuelles et féti­chi­santes de cer­tains hommes libi­di­neux. « Toi, ma grosse, je vais t’en faire trem­bler les bour­re­lets », « Ça sent la vieille fille », « Mate-moi la grosse, là-bas »… Des remarques clai­re­ment envoyées pour être enten­dues. Ou bien des regards de dégoût. Avec les années, je sou­tiens les regards et je réponds aux remarques. J’ai déci­dé d’exis­ter plus fort face à des per­sonnes qui com­mentent une chose qui ne les regarde pas. Mais, bon sang, ça a été un che­min long et dif­fi­cile ! Et, encore aujourd’­hui, je sais avant d’en­trer n’im­porte où que dans 90 % des situa­tions je suis la per­sonne la plus grosse de la pièce : je m’y pré­pare sys­té­ma­ti­que­ment. Et puis il y a les ami·es et leurs petites phrases « sans faire exprès » : « Tu serais tel­le­ment mieux si tu fai­sais un petit effort », « T’es sûre que tu vas bien ? », « Tu fais plus de sport ? », « Ça t’i­rait bien le noir », « T’es pas grosse, t’es ronde, toi », « Tu devrais essayer [tel produit/plante/nourriture/régime miracle], ma mère a per­du 20 kilos comme ça. » C’est ter­rible d’être trai­tée d’une manière dif­fé­rente par les gens qu’on aime.

[Laetitia Piccaretta]

Ma gros­seur ne sera jamais mon fer de lance, même si c’est évi­dem­ment un des élé­ments de mon iden­ti­té. Pour autant, j’ai un immense res­pect pour celles et ceux qui s’engagent plus que moi dans leur cause et notam­ment dans la lutte contre la gros­so­pho­bie. J’aimerais en faire par­tie, mais la dis­tance — j’habite en pleine cam­pagne —, le temps — cumu­ler deux bou­lots et réno­ver une mai­son —, et toutes les autres excuses que je me trouve ne me per­mettent pas d’être de la par­tie autant que ce que j’aimerais. Les militant·es d’aujourd’hui per­mettent réel­le­ment de faire avan­cer le débat et de le relan­cer sys­té­ma­ti­que­ment, dès que quelque chose est pro­blé­ma­tique. On ne peut pas oublier que mal­gré des avan­cées énormes, il y a encore aujourd’hui des émis­sions bien dégueu­lasses sur des chaînes très en vue, qui font leurs choux gras de per­sonnes en souf­france qui sou­haitent perdre du poids et qui se retrouvent sur le devant de la scène comme des bêtes de foire. Sans les dénon­cia­tions des militant·es, ça pas­se­rait sans faire de vague : peu de gens relèveraient…

« Sans les dénon­cia­tions des militant·es, ça pas­se­rait sans faire de vague : peu de gens relèveraient… »

Pour autant, est-ce que le mili­tan­tisme doit être le seul outil pour pro­té­ger, infor­mer et ras­su­rer ? Déjà, ça pose la ques­tion de ce que c’est et de qui l’incarne. Je ne peux pas être mili­tante sur le ter­rain toute la jour­née, je n’en ai pas la capa­ci­té men­tale et phy­sique. C’est un bou­lot énorme, fas­ti­dieux, épui­sant, d’où mon res­pect pour celles et ceux qui s’exposent et se mettent dans des posi­tions plus que désa­gréables. J’ai cepen­dant une posi­tion mili­tante, idéo­lo­gi­que­ment par­lant, sur le sujet de la gros­so­pho­bie, et je suis per­sua­dée que prendre ma place dans la socié­té, assu­mer qui je suis et vivre comme je l’entends sont des actions mili­tantes. Il m’est plus facile de mili­ter dans un cercle pri­vé. Pouvoir par­ta­ger ce que pensent, disent et éla­borent des Daria Marx, Gabrielle Deydier, Stephanie Yeboah, Nicole Byer, Barbara Butch, c’est incroyable. Et il y en a tel­le­ment ! C’est sans fin, et c’est pas­sion­nant, qu’on ait enfin le droit d’exister et d’être qui nous sommes, d’avoir des repré­sen­ta­tions fidèles et heu­reuses de nos corps et de nos identités.

Aujourd’hui, je vois mon corps comme un véhi­cule. Ce n’est peut-être pas le meilleur ni le plus per­for­mant mais c’est le mien, et ça ne va pas chan­ger, que je le déteste ou que je l’aime. Par contre, ma vie serait lar­ge­ment dif­fé­rente — et pas dans le bon sens — si je pre­nais l’angle de vue le plus néga­tif quant à ma mor­pho­lo­gie. Plus nous serons nom­breux et nom­breuses à témoi­gner, plus les per­sonnes qui se détestent parce qu’elles détestent leurs corps pour­ront décons­truire puis recons­truire cette par­tie de leur iden­ti­té. Cette décons­truc­tion qui m’était « offerte » en tant que grosse a pris une dizaine d’années. Je pense qu’elle a démar­ré vers 2000, au lycée, quand j’ai déci­dé d’exister tout sim­ple­ment. D’avoir le droit d’être là — même si j’étais la plus grosse et la plus moche : ma sen­sa­tion à l’époque. Mes parents bos­saient comme des dingues, Internet com­men­çait à exis­ter, je lisais énor­mé­ment et je me ren­sei­gnais beau­coup sur le monde et ce qui s’y pas­sait. Le fémi­nisme m’a frap­pé en pleine tête. J’ai inté­gré du mieux que je pou­vais, seule et dans mon coin, les deux pre­mières vagues ; j’ai pris part à la troi­sième qui se des­si­nait, en fai­sant par­tie de plu­sieurs asso­cia­tions. J’ai ren­con­tré des per­sonnes homo­sexuelles et j’ai beau­coup appris de leurs his­toires. Surtout, j’ai appris à me taire et à écou­ter les récits d’op­pres­sions des autres. Appris à m’écouter, à essayer de com­prendre ce qui m’avait été impo­sé et ce que je pou­vais gar­der de mon édu­ca­tion, de la socié­té, des rap­ports humains — ce qui m’était tolé­rable et ce qui ne l’était pas du tout.

[Laetitia Piccaretta]

La manière dont je me suis construite a fait que, pen­dant long­temps, j’étais « OK » avec l’idée de ne pas être nor­male. C’est à par­tir de 2008 que j’ai vrai­ment com­men­cé à me voir comme quelqu’une de tout à fait accep­table et légi­time. Il n’est pas hors de ques­tion de vou­loir mai­grir, d’être en meilleure san­té, de chan­ger de mode de vie, mais ce sont des ques­tions plei­ne­ment per­son­nelles : elles n’ont pas à être trai­tées par les autres. Les autres, ce ne sont pas que les per­sonnes qui nous entourent, ce sont aus­si les médias, du jour­nal de 13 heures à la météo, à la radio, en pas­sant par les maga­zines et le gou­ver­ne­ment, la morale géné­rale. Ce qui est bon pour moi — si je suis vrai­ment hon­nête —, je le sais, et je peux le mettre en place seule ou avec de l’aide. Même si cette aide est ter­ri­ble­ment dif­fi­cile à trou­ver. Je crois que ça amène beau­coup de per­sonnes grosses (pour ne par­ler que de la gros­so­pho­bie, mais c’est aisé­ment trans­po­sable à d’autres oppres­sions) à se fondre dans un moule qui les voit et qui les veut de telle ou telle manière.

Avec Internet, si le mili­tan­tisme anti-gros­so­pho­bie a trou­vé une cer­taine place et voix, on a aus­si vu arri­ver des cou­rants éhon­té­ment gros­so­phobes : des­sins « humo­ris­tiques », chaînes de fit­ness qui asso­cient direc­te­ment bonne san­té et régime, réac­tions par­ta­gées durant le confi­ne­ment… Les mèmes et les publi­ca­tions gros­so­phobes pul­lulent et ne sont que très rare­ment modé­rés par les pla­te­formes. Rien qu’à voir le nombre de publi­ci­tés sur Facebook et sur Instagram, je sens bien que l’al­go­rithme cherche à me dire quelque chose. Heureusement, il y a des vic­toires : la créa­tion de Gras Politique. Enfin, un col­lec­tif a réus­si à se créer autour de la seule ques­tion de la gros­so­pho­bie ! Le G.R.O.S. en était déjà un, où on consi­dé­rait les gros·ses comme des patient·es à part entière, à prendre en charge de manière humaine. Mais Gras Po, c’est… mer­veilleux de radi­ca­li­té. Ça demande plus que de la consi­dé­ra­tion : du res­pect pour ce que je suis. C’est un peu la pre­mière fois que je me suis sen­tie abri­tée sous un para­pluie poli­tique. Il y en avait d’autres pour éco­per la fuite sur le bateau. J’ai arrê­té d’a­voir honte d’être grosse en per­ma­nence. C’est un truc de fou, ça change la vie d’as­su­mer ce qu’on est.


Photographies de ban­nière et de vignette : Laetitia Piccaretta | www.laetitiapiccarreta.com


  1. Il s’a­git de l’é­mis­sion « Opération renais­sance », dif­fu­sée sur M6 durant trois lun­dis du mois de jan­vier 2021. Initialement pré­vue en cinq épi­sodes, seule­ment trois seront dif­fu­sés : la faible audience et une forte mobi­li­sa­tion — notam­ment ini­tié par le col­lec­tif Gras Politique — auront rai­son d’elle.
  2. Opérateur ou opé­ra­trice de quar­tier qui assure, dans des déchet­te­ries ou recy­cle­ries, une inter­ven­tion tech­nique visant à limi­ter les déchets en favo­ri­sant leur réuti­li­sa­tion. Peut éga­le­ment être ame­né à sen­si­bi­li­ser les habi­tants au réem­ploi des objets, ain­si qu’aux gestes de tri.

REBONDS

☰ Lire notre article « 30 ans après, (re)lire Backlash de Susan Faludi », Rafaëlle Gandini Miletto, juin 2020
☰ Lire notre entre­tien « Boxer contre les sté­réo­types de genre », Yann Renoult, février 2020
☰ Lire notre entre­tien avec Melissa Blais : « Le mas­cu­li­nisme est un contre-mou­ve­ment social », décembre 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Mona Chollet : « Construire une puis­sance au fémi­nin », sep­tembre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Emma : « Faire péter le patriar­cat en même temps que le capi­ta­lisme », avril 2018

Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.