Entre Belgique et Angleterre, un campement d’exil


Texte inédit pour le site de Ballast

C’est un cam­pe­ment de for­tune quelque part dans un bois, au sud de la Belgique. Plusieurs dizaines d’exilés y vivent, venus pour la plu­part d’Érythrée et d’Éthiopie. Tous et toutes, anglo­phones, cherchent à gagner la Grande-Bretagne dans l’es­poir d’y trou­ver un tra­vail. Détention en Libye, tra­ver­sée de la Méditerranée, rétri­bu­tion des pas­seurs : « Tu as peut-être vu les images sur la BBC, tu as lu les jour­naux, mais tu n’as pas la moindre idée de ce que c’est, en réa­li­té », raconte une jeune femme, par­ve­nue en Belgique au terme de trois années de voyage. Depuis le début de l’année 2020, les tra­ver­sées de la Manche se sont mul­ti­pliées depuis le lit­to­ral fran­çais : au cours du seul mois d’août, pas loin de 1 500 per­sonnes ont ain­si atteint l’île. D’autres tentent par la route — c’est-à-dire en se cachant à bord d’un camion. On appelle ce cam­pe­ment « la forest » : rencontre, sur place, avec plu­sieurs d’entre elles et eux. ☰ Par Julie Schyns


Juin 2020, dans un vil­lage du sud de la Belgique.

La par­celle n’est pas bien grande. Quelques cen­taines de mètres car­rés de ver­dure par­se­més de grands arbres feuillus. Un lopin de terre boi­sé auquel on a lais­sé ses droits en plein bitume, au cœur d’une petite com­mune de la Belgique fran­co­phone. Ni le can­dide pro­me­neur, ni le curieux n’auraient l’idée de s’y enfon­cer. Et pour­tant, der­rière ces denses bran­chages, à l’abri des regards, vit un véri­table petit vil­lage. Le long d’étroits sen­tiers qui tra­versent un épais sous-bois, on a plan­té des tentes de cam­ping, fice­lé de grandes bâches sur des troncs d’arbres, bâti de frêles mai­son­nettes à l’aide de plaques de fri­go­lite, de planches en bois et de tout ce que l’on a pu récu­pé­rer ici et là. Ce vil­lage, on l’a sur­nom­mé « la forêt ». Ou plu­tôt « la forest », car l’on use ici de la langue par­lée sur l’île qui rythme les rêves et le quo­ti­dien du lieu : la Grande-Bretagne.

« La guerre et la déten­tion dans les camps libyens, l’inénarrable tra­ver­sée de la Méditerranée en bateau, l’arrivée dans une Italie inca­pable de gérer l’accueil des migrants. »

Dans la forest, tous ont en com­mun le far­deau d’un périple long, épui­sant, humai­ne­ment dégra­dant. Zula1, 24 ans, vit à l’orée du bois. Elle dort aux côtés de son mari, Nasih, et de deux autres couples sous une grande toile en plas­tique qui recouvre de fins mate­las et d’épaisses cou­ver­tures. Devant leur abri, une table basse. « Ça c’est la cui­sine. Puis là, il y a la salle de bain », sou­rit-elle en dési­gnant une corde ten­due à laquelle pend un petit miroir et quelques affaires de toi­lette. Zula et son mari ont quit­té l’Érythrée il y a quatre ans. Ils ont fui un régime dic­ta­to­rial consi­dé­ré comme l’un des plus répres­sifs au monde. Un régime qui impose l’enrôlement mili­taire dès l’âge de 17 ans et sans limite, muselle la presse, empri­sonne sans juge­ment, per­sé­cute ceux qui pra­tiquent une reli­gion non recon­nue par le pouvoir2. Un jour, Zula et Nasih ont confié leurs deux enfants à leurs parents et ont enta­mé leur exil vers l’Europe. Un voyage dans lequel ils ont tout inves­ti : argent, temps, éner­gie. Zula résume deux années d’un par­cours chao­tique en quelques phrases. La guerre et la déten­tion dans les camps libyens, l’inénarrable tra­ver­sée de la Méditerranée en bateau, l’arrivée dans une Italie inca­pable de gérer l’accueil des migrants, les mil­liers de dol­lars pour payer les pas­seurs. Partout : la faim, la soif, la fatigue, l’attente. À chaque étape : trou­ver un moyen d’atteindre la sui­vante. Un leit­mo­tiv : conti­nuer. Mais jusqu’où ? En quit­tant l’Érythrée, Zula et Nasih n’avaient pas véri­ta­ble­ment défi­ni de point de chute. L’important était pour eux de trou­ver un lieu où remettre les comp­teurs à zéro, avec leur famille, en sécu­ri­té. « Si nous sommes ici, c’est pour nos enfants. Pour l’instant, ils sont petits, ils ont une belle vie mais dans le futur, ce ne sera pas pareil. On doit se sacri­fier pour eux. » Désormais, leur « eldo­ra­do » a son ter­ri­toire : le Royaume-Uni. La Belgique ne consti­tue pour eux qu’une étape à par­tir de laquelle ils essaient de rejoindre les côtes anglaises clan­des­ti­ne­ment. Cet objec­tif motive tous ceux qui se sont éta­blis dans la forest. Ils sont, dans le cam­pe­ment, plu­sieurs dizaines d’exilés sans-papiers, essen­tiel­le­ment des per­sonnes ori­gi­naires d’Érythrée et d’Éthiopie, à vivre dis­per­sés, par­fois jusqu’à huit sous le même abri. 

La nuit, Zula, Nasih et leurs com­pa­gnons de voyage la passent sur les par­kings auto­rou­tiers, pour « ten­ter leur chance ». C’est-à-dire : ten­ter de se fau­fi­ler à l’arrière d’un camion et espé­rer que le chauf­feur pren­dra la direc­tion de l’Angleterre, via la mer du Nord. Lorsque les ten­ta­tives noc­turnes sur les par­kings res­tent vaines, ils regagnent le cam­pe­ment au petit matin, tentent de se repo­ser avant de reprendre la direc­tion des axes autoroutiers3 la nuit sui­vante. Ou celle d’après. Quand ils montent à bord d’un camion qui prend une tout autre direc­tion que l’Angleterre et ter­mine sa route dans la cam­pagne fla­mande ou en France, il faut mar­cher, mon­ter à bord d’un bus ou d’un train puis reve­nir au cam­pe­ment de base de la forest. Certains s’octroient un peu de repos le week-end en logeant dans des familles d’hébergeurs soli­daires — ici, ou dans une autre région. Avant de retour­ner sur les par­kings dès le lun­di.

[Stéphane Burlot]

Généralisation d’une politique de répression

En Belgique, on constate que le mot « trans­mi­grant » a com­men­cé à faire son che­min sous la plume des jour­na­listes et dans la bouche des poli­ti­ciens à par­tir de 2015. Les images de per­sonnes exi­lées contraintes de dor­mir dans la gare du Nord et les parcs de Bruxelles se sont répan­dues sur nos écrans. De leur côté, les auto­ri­tés fédé­rales ont pris des mesures ciblées de plus en plus répres­sives afin de « lut­ter contre la migra­tion de tran­sit ». Le plan Medusa a été lan­cé dès 2016 par la coa­li­tion dite « sué­doise » (ras­sem­blant les par­tis de droite : NVA, CD&V, Open-VLD, MR) afin de mettre en lumière la migra­tion de tran­sit en Belgique, grâce à la mise en place de contrôles de police spé­ci­fiques et ciblés aux abords des auto­routes, des trains inter­na­tio­naux, des ports, et des aéroports4. Ceux-ci ont pour effet d’accentuer au sein des équipes de police un contexte géné­ral de traque des migrants5. C’est dans le cadre d’une de ces opé­ra­tions, durant une course-pour­suite qui a eu lieu dans la nuit du 16 au 17 mai 2018, qu’un poli­cier a tiré sur une camion­nette dans laquelle se trou­vaient des migrants qui ten­taient de rejoindre clan­des­ti­ne­ment la France : Mawda, une enfant de deux ans d’o­ri­gine kurde, fut atteinte à la tête. Elle décé­dait quelques heures plus tard.

« C’est dans le cadre d’une de ces opé­ra­tions qu’un poli­cier a tiré sur une camion­nette : Mawda, une enfant de deux ans d’o­ri­gine kurde, fut atteinte à la tête. »

En 2018, Theo Francken et Jan Jambon (NVA, droite natio­na­liste fla­mande), alors res­pec­ti­ve­ment secré­taire d’État à l’Asile et la Migration et ministre de l’Intérieur, défi­nis­saient un plan en 10 points afin de « lut­ter contre la trans­mi­gra­tion illé­gale6 »7. En octobre, le plan était repris dans la note de poli­tique géné­rale « Asile et Migration » de la Chambre des repré­sen­tants. Les auto­ri­tés belges se dotaient là d’une véri­table stra­té­gie poli­tique et média­tique visant à répri­mer la mobi­li­té des per­sonnes migrantes sur le ter­ri­toire belge. 

Face à — ou à cause de — ces poli­tiques, les exi­lés res­tent nom­breux à être atti­rés par les côtes anglaises. Samir, qui par­tage la tente de Zula dans la forest, nous explique : « On a des amis éry­thréens qui ont deman­dé l’asile en Belgique, ça fait deux ou trois ans qu’ils sont en cours de pro­cé­dure et ils n’ont tou­jours pas de papiers. D’autres amis se sont vus refu­ser l’asile ici. » Zula ajoute qu’elle et ses com­pa­gnons font leurs choix en fonc­tion des contacts per­ma­nents qu’ils entre­tiennent avec des membres de leur com­mu­nau­té, en Belgique mais aus­si au Royaume-Uni. « On a des amis en Angleterre et on sait qu’ils y vivent bien. On vou­drait res­ter en Belgique mais on croit vrai­ment qu’on a de meilleures chances d’obtenir des papiers, un tra­vail et de réus­sir à se construire une nou­velle vie en Angleterre. On l’espère en tout cas. » Ces avis sont lar­ge­ment par­ta­gés par les habi­tants de la forest. La langue anglaise, la croyance que les pos­si­bi­li­tés d’emploi, les salaires et les condi­tions sociales seraient meilleurs au Royaume-Uni, le fait que le port de la carte d’identité ne soit pas obli­ga­toire et que les poli­ciers ne puissent pas arrê­ter une per­sonne dans la rue pour lui deman­der la preuve de son iden­ti­té sont autant de rai­sons qui les laissent pen­ser que leur inté­gra­tion sera plus facile au Royaume-Uni. Et, bien enten­du, la pré­sence de membres de la même com­mu­nau­té reste une des pre­mières rai­sons qui motive cette volon­té de pas­ser la Manche.

[Stéphane Burlot]

L’eldorado anglais : mythe et réalité

Iggy, 33 ans, vit lui aus­si dans la forest. Il a quit­té l’Érythrée il y a quatre ans. Sur sa route, les obs­tacles ont été nom­breux. Un des plus durs pro­ba­ble­ment : la pri­son en Libye, où il a dû débour­ser 1 000 dol­lars pour en sor­tir. « Le voyage com­mence dans la dou­leur et finit dans la dou­leur », lâche-t-il. À son arri­vée en Belgique, il a intro­duit une demande d’asile ; après six mois, les auto­ri­tés l’ont infor­mé que sa pro­cé­dure devait être trai­tée en Italie. Iggy a été « dubli­né », comme on dit dans le jar­gon pour dési­gner la pro­cé­dure qui répond au fameux règle­ment Dublin8. Il a débar­qué en Europe via l’Italie, et a été for­cé d’y don­ner ses empreintes digi­tales. Lorsqu’il a deman­dé l’asile en Belgique, son pays d’en­trée a été dési­gné comme res­pon­sable de sa demande : Iggy a été mis en centre fer­mé en Belgique et ren­voyé vers celui-ci. « En Italie, on ne s’occupe pas du tout de nous parce que c’est la porte d’entrée pour les migrants. On ne m’a même pas don­né une place où dor­mir. Alors, je suis reve­nu en Belgique. J’ai dit à mon avo­cat de faire une nou­velle demande d’asile mais il n’a pas vou­lu car j’aurai à nou­veau été dubli­né. Ce règle­ment nous fait beau­coup souf­frir », dénonce-t-il. Comme lui, de nom­breuses per­sonnes exi­lées qui tombent sous le coup du règle­ment Dublin craignent d’être ren­voyées vers la Grèce, l’Italie, l’Espagne, ou encore Malte — autant d’États accu­lés par les demandes d’asile. Voilà cinq mois que Iggy « tente sa chance » au départ de la Belgique. Il confie être épui­sé par son quo­ti­dien. Englué dans une Europe où nulle part on ne veut de lui, il ne voit pas d’autres alter­na­tives que de per­sé­vé­rer dans cette fuite. « Personne n’aime se cacher à l’arrière des camions. On veut juste atteindre l’Angleterre », résume-t-il avec une sinistre sim­pli­ci­té. Il est per­sua­dé que là-bas, le règle­ment Dublin n’est pas appli­qué de manière rigide. « Je ne crois pas que l’Angleterre soit un pays par­ti­cu­liè­re­ment meilleur qu’un autre, mais ils com­prennent mieux la situa­tion des réfu­giés. Ils savent par quoi on est pas­sé. » Difficile de faire la part des choses entre ce qui relève de la réa­li­té ou du mythe.

« Personne n’aime se cacher à l’arrière des camions. On veut juste atteindre l’Angleterre. »

En jan­vier 2020, le Centre fédé­ral Migration Myria a publié un rap­port inti­tu­lé « La Belgique, une étape vers le Royaume-Uni »9 : il y énonce notam­ment les rai­sons qui expli­que­raient ce choix comme des­ti­na­tion finale. Les auteurs, qui confirment que cer­taines croyances ont la vie dure, pré­sentent des sta­tis­tiques afin « d’offrir une idée claire des pré­ju­gés qui sont (par­tiel­le­ment) (in)justifiés10 » mais pro­cé­de­rait à un plus grand nombre d’éloignements effec­tifs vers un autre État membre11. Mais il est dif­fi­cile de démê­ler le vrai du faux…

Violences et arrestations policières

Zula, Nasih et Samir, eux, tentent de rejoindre l’Angleterre depuis plus d’un an et demi. Ils ont per­du le compte du nombre de ten­ta­tives. Avec ses grands yeux doux et le sou­rire aux lèvres, Samir nous raconte : « Une fois, je suis res­té quatre jours dans un camion. Il s’était garé au port de Zeebrugge. Je pen­sais qu’il allait conti­nuer sa route vers l’Angleterre sur un bateau. Il y avait d’autres gars avec moi. C’était l’été, il fai­sait très chaud, on n’avait rien à man­ger et juste un peu d’eau. Après le qua­trième jour, le camion n’avait pas bou­gé, on est sor­ti et la police nous a attra­pés, elle m’a gar­dé pen­dant deux jours. Ça arrive… Il arrive aus­si que le chauf­feur nous voie et appelle les poli­ciers. Parfois, ils nous gardent, par­fois ils nous laissent repar­tir. » Les poli­ciers qui patrouillent le long des auto­routes, affirme-t-on ici, peuvent se mon­trer très agres­sifs, par­fois vio­lents — par­ti­cu­liè­re­ment en Flandre.

[Stéphane Burlot]

Dans une enquête réa­li­sée auprès de 440 per­sonnes migrantes à Bruxelles, l’ONG Médecins du monde relève que 25 % d’entre elles ont décla­ré avoir été vic­times de vio­lence poli­cière d’ordre phy­sique (coups de poings, de pieds, de matraque, mor­sures par des chiens poli­ciers…) et/ou psy­cho­lo­gique (racket d’argent sans vio­lence, mises à nu for­cées lors de fouille, pri­va­tions d’eau, de som­meil, de nour­ri­ture et de sani­taire pen­dant les incar­cé­ra­tions, confis­ca­tion d’objet per­son­nel, etc.)12. Pour l’ONG, « les pro­pos tenus par le ministre de l’Inté­rieur et son secré­taire d’État à la migra­tion », qui ont « dis­qua­li­fié jusqu’à l’humanité même des migrants », ne sont pas sans impact sur le com­por­te­ment de cer­tains poli­ciers. « Les corps de police, locale et fédé­rale ont été mis sous pres­sion dans une chasse aux migrants coû­teuse, inutile et bles­sante », ajoute-t-elle. Dans une enquête publiée en février 2019, le Comité per­ma­nent de contrôle des ser­vices de police concluait de son côté que « la police traite les trans­mi­grants de manière cor­recte et humaine lors des contrôles et arres­ta­tions de grande ampleur13 ». Le centre Myria insiste quant à lui sur l’obligation pour les auto­ri­tés de mener une enquête effec­tive pour chaque allé­ga­tion défen­dable de vio­lence, même en l’absence de plainte14.

« Ce soir, Marianne rem­plit les gamelles de pou­let, de salade et d’œufs mimo­sa concoc­tés par Olga à l’aide d’invendus. »

Nasih a déjà été emme­né deux fois au centre fer­mé de Bruges, où il est res­té plu­sieurs semaines. Pour adou­cir un peu la rudesse de cette vie, un groupe de citoyens béné­voles a créé, en novembre 2017, un relais d’accueil dans le bâti­ment en dur qui jouxte la forest. L’idée : offrir un lieu convi­vial en soi­rée, avec des sani­taires, des repas chauds, des vête­ments, la pos­si­bi­li­té de faire des les­sives, des prises de télé­phone ou encore une connexion wifi. Le lieu a été fer­mé durant la crise du Covid. Mais tous les soirs, un peu après 18 heures, les béné­voles conti­nuent de se relayer pour effec­tuer une maraude dans la forest. Aujourd’hui, ce sont Joëlle, Françoise et Marianne qui en ont la charge. Il n’était plus pos­sible non plus pour elles d’ignorer la pré­sence de ces exi­lés dans les rues du vil­lage.

Des bénévoles qui pallient

Ce soir, Marianne rem­plit les gamelles de pou­let, de salade et d’œufs mimo­sa concoc­tés par Olga à l’aide d’invendus récu­pé­rés auprès d’une ferme du coin et de com­merces locaux. Nathalie s’occupe de récol­ter le linge sale qu’elle ira por­ter chez la « lavan­dière » de la bande, après la maraude. Françoise effec­tue un tour de la forest munie d’une trousse à phar­ma­cie. La veille, un des hommes du cam­pe­ment a fait une chute ; les béné­voles l’ont conduit aux urgences. Sa bles­sure néces­site désor­mais des soins dif­fi­ciles à obte­nir, absence de papiers oblige. « Je vais juste véri­fier que tout aille bien, glisse-t-elle. En géné­ral, si un des gars souffre de quelque chose de grave, j’essaie de trou­ver un méde­cin soli­daire. »

[Stéphane Burlot]

La maraude, c’est sur­tout l’occasion de prendre des nou­velles des uns et des autres. Rapidement, on mesure l’importance des liens qui se sont créés entre béné­voles et exi­lés — les pre­miers pré­fé­rant d’ailleurs le terme « ami » à celui de « migrant », trop sou­vent conno­té péjo­ra­ti­ve­ment. Entre deux salu­ta­tions affec­tueuses, on demande : « Did you try yesterday? » (« As-tu essayé hier ? ») On rétorque de laco­niques « Yes » et « No », avant que les conver­sa­tions ne s’égarent vers d’autres pré­oc­cu­pa­tions. « On fait de l’aide huma­ni­taire, on donne un repas à des per­sonnes qui sont à la rue, c’est ça notre rôle », pré­cise Joëlle. Pas ques­tion, pour elle, d’essayer de stop­per les migrants dans leur voyage vers le Royaume-Uni. « Ça ne nous ravit pas de savoir qu’ils paient des sommes folles pour mon­ter sur des bateaux. Mais on prend les migrants pour des per­sonnes en tant que telles, avec leurs pro­jets de vie. On cherche à les accom­pa­gner du mieux qu’on peut dans leur paren­thèse belge, c’est tout. Parfois, il y en a qui ont des familles qui ont tout sacri­fié pour leur don­ner les moyens d’aller en Angleterre. Si c’est leur pro­jet, on n’a aucun droit de leur dire qu’ils doivent s’arrêter. Par contre, s’ils décident d’entamer une pro­cé­dure pour res­ter en Belgique, on peut bien enten­du les orien­ter. »

« Le gou­ver­ne­ment ne nous donne pas de moyens finan­ciers pour assu­mer ça, affirme le res­pon­sable com­mu­nal. »

Françoise, elle, a héber­gé plus d’une cen­taine d’exilés en tran­sit à son domi­cile depuis novembre 2017. Une pho­to de cha­cun de ces « héber­gés » est accro­chée à un tableau dans sa cui­sine. Elle estime qu’environ 80 % d’entre eux vivent aujourd’hui au Royaume-Uni. Certains ont de la chance et atteignent leur but après quelques semaines ; d’autres tentent par­fois durant plus de deux ans avant d’y arri­ver. Un jour, mal­gré elle, Françoise fut la témoin d’une his­toire qui aurait pu mal tour­ner : « C’était le matin, un gars m’a appe­lée sur mon télé­phone. Il était enfer­mé, avec d’autres, dans un camion fri­go à l’arrêt. On a fini par trou­ver le camion en ques­tion. Ils étaient 12 là-dedans, depuis 2 heures du matin. Un des gars n’arrivait plus bien à res­pi­rer. C’était vrai­ment impres­sion­nant de voir dans quelles condi­tions ils s’étaient mis… Tous ser­rés les uns contre les autres à l’arrière de ce camion. Heureusement le fri­go n’était pas bran­ché, ils n’étaient pas en hypo­ther­mie. »

Tolérance communale et opérations de police

Dans la petite com­mune wal­lonne où nous nous trou­vons, la forest est ce que l’on appelle un secret de poli­chi­nelle. Le cam­pe­ment est ins­tal­lé sur une par­celle pri­vée. « Le pro­prié­taire est au cou­rant. Il n’est ni pour ni contre, c’est un peu tacite », indique Joëlle. Les agents de la Zone de police locale connaissent l’existence du cam­pe­ment, qui fait l’objet d’une cer­taine « tolé­rance » dans la com­mune. Mais la vie est loin d’être un long fleuve tran­quille entre les auto­ri­tés com­mu­nales et les habi­tants de la forest, sou­te­nus par le groupe de béné­voles. Lorsque le confi­ne­ment a été impo­sé par le gou­ver­ne­ment belge suite à la crise du Covid, les res­pon­sables poli­tiques locaux ont ordon­né le déman­tè­le­ment du cam­pe­ment et la fer­me­ture du relais d’accueil. Après de vives ten­sions entre les par­ties, des solu­tions d’hébergement ont pu être trou­vées. Cependant, l’intervention des res­pon­sables poli­tiques, accom­pa­gnés des forces de l’ordre pour vider le cam­pe­ment, a été per­çue comme vio­lente et très mena­çante par les habi­tants de la forest. Il arrive éga­le­ment que les auto­ri­tés com­mu­nales — se disant dému­nies face à la situa­tion et n’ayant qu’une marge de manœuvre limi­tée — envoient la police pour délo­ger des per­sonnes migrantes ins­tal­lées dans d’autres lieux du ter­ri­toire. « On est dépour­vus d’infrastructure, on n’a pas les bud­gets afin de mettre en place des équipes pour offrir des repas. Le gou­ver­ne­ment ne nous donne pas de moyens finan­ciers pour assu­mer ça », affirme ain­si le res­pon­sable com­mu­nal.

[Stéphane Burlot]

La forest n’est pas un cas iso­lé. Ces der­nières années, les migrants ont été nom­breux à s’éloigner des zones por­tuaires de Calais et de Zeebruges, mais aus­si de la capi­tale, afin de s’installer en Flandre occi­den­tale ou ailleurs en Belgique — dans des petites com­munes à proxi­mi­té de grands axes auto­rou­tiers. La prin­ci­pale rai­son de cet exode vers l’intérieur du pays est cer­tai­ne­ment la hausse de la pré­sence poli­cière et des arres­ta­tions ciblées aux alen­tours des ports et de Bruxelles, qui font suite au plan de répres­sion mené par le gou­ver­ne­ment ces der­nières années15. Myria note une hausse « consi­dé­ra­ble­ment éle­vée » des arres­ta­tions d’Érythréens et de Soudanais. Selon le centre, cette aug­men­ta­tion pour­rait s’expliquer par l’attention poli­tique accor­dée au phé­no­mène de la migra­tion de tran­sit.

« La prin­ci­pale rai­son de cet exode vers l’intérieur du pays est cer­tai­ne­ment la hausse de la pré­sence poli­cière et des arres­ta­tions ciblées. »

Le gou­ver­ne­ment belge a éga­le­ment libé­ré 160 places dans les centres fer­més (127bis et CIB) afin de les dédier aux migrants en tran­sit arrê­tés. Par ailleurs, comme pré­vu dans ledit plan en 10 points, les auto­ri­tés ont ouvert un CAT (Centre admi­nis­tra­tif pour trans­mi­grants) en sep­tembre 2018, dans une aile du centre fer­mé 127bis — ceci afin d’y déte­nir toutes les per­sonnes arrê­tées dans le cadre de la migra­tion de tran­sit, pen­dant 24 heures, avant de déter­mi­ner quel serait leur sort. Peu uti­li­sé, le CAT a été fer­mé en décembre 201916. La chose est révé­la­trice de la poli­tique migra­toire menée en Belgique, mais éga­le­ment dans toute l’Europe : faire des effets d’an­nonce pour dis­sua­der les per­sonnes migrantes et, dans le même temps, ras­su­rer toute une par­tie de la popu­la­tion qui a le sen­ti­ment d’être enva­hie. Des mesures tota­le­ment inef­fi­caces, voire contre-pro­duc­tives.

Face à cette poli­tique, les auto­ri­tés locales qui tolèrent la pré­sence de migrants sur leur ter­ri­toire (ce qui est loin d’être tou­jours le cas) disent se retrou­ver dans une posi­tion schi­zo­phré­nique. Nombreux, du reste, sont les res­pon­sables d’entités locales qui se cachent der­rière la poli­tique fédé­rale pour jus­ti­fier leur inac­tion en matière d’aide aux per­sonnes migrantes pré­sentes sur leur com­mune, sou­vent per­çues comme indé­si­rables par leur élec­to­rat. L’action des com­munes dites « hos­pi­ta­lières » se résume sou­vent à fer­mer les yeux sur la situa­tion et, dans le meilleur des cas, à sou­te­nir ponc­tuel­le­ment un réseau de béné­voles déjà orga­ni­sé (par l’octroi d’une enve­loppe « one shot » ou la mise à dis­po­si­tion d’un bâti­ment par exemple) — les béné­voles étant, en fin de course, les seuls à garan­tir les droits fon­da­men­taux (loge­ment, nour­ri­ture, digni­té, sécu­ri­té) de ces per­sonnes en exil. Un volon­ta­riat qui tend depuis quelques années à s’institutionnaliser.

[Stéphane Burlot]

La rudesse des condi­tions de vie éprou­vée par les migrants est sou­vent assi­mi­lée à « une indi­gni­té, une épreuve qu’ils n’avaient pas pré­vue et à laquelle ils ne s’attendaient pas à vivre en Europe », observe l’association Médecins sans fron­tières (MSF), dans une enquête réa­li­sée auprès de migrants qui ont béné­fi­cié des soins en san­té men­tale au sein du hub humanitaire17. Il est clair, pour l’ONG, que la météo et les aspects maté­riels, comme le manque de « vrais » lits, contri­buent à rendre l’épreuve pour le moins dure à vivre. « L’eau potable est rare et les migrants ont peu à man­ger puisqu’ils n’ont pas d’argent. Ils doivent essen­tiel­le­ment s’en remettre aux dis­tri­bu­tions faites par des asso­cia­tions ou des ONG », lit-on dans le rap­port. Un répon­dant sur quatre y déclare que ses pro­blèmes en san­té men­tale sont direc­te­ment liés à cer­taines condi­tions en Europe et en Belgique, telles que le règle­ment de Dublin, le fait de dor­mir dans la rue ou le manque d’opportunités. « Bien que tous les migrants et réfu­giés inter­ro­gés aient subi des formes de vio­lences avant leur arri­vée en Europe, ils déve­loppent ici de l’anxiété, des troubles liés à une dépres­sion et des pen­sées sui­ci­daires », pour­suit MSF. Il faut ajou­ter que des opé­ra­tions poli­cières de « chasse aux migrants » ont par­fois lieu la nuit à Bruxelles, ce qui a pour effet de pri­ver ces der­niers de som­meil, déjà épui­sées.

Un flou total

Juillet 2020, retour à la forest.

« Ils sont nom­breux à chan­ger de base pour quelque temps, au gré des des­ti­na­tions des camions. Une manière de mul­ti­plier les stra­té­gies. »

L’été fleure bon dans la petite com­mune. Les mesures liées à la crise sani­taire se sont quelque peu assou­plies, ce qui a per­mis l’ouverture d’un nou­veau relais d’accueil pour les per­sonnes migrantes, dans le haut du vil­lage. Le lieu offre, du lun­di au ven­dre­di, en soi­rée, des douches, des repas, des prises élec­triques, la pos­si­bi­li­té de télé­pho­ner quelques minutes à leur famille res­tée au pays. Près du bâti­ment, Iggy pro­fite des rayons du soleil, un thé dans les mains. Son moral contraste avec la dou­ceur de cette fin de jour­née. « C’est vrai­ment très dif­fi­cile de pas­ser vers l’Angleterre en ce moment », dit-il, fati­gué. Il envi­sage de réin­tro­duire une nou­velle demande d’asile en Belgique, en espé­rant échap­per à la pro­cé­dure Dublin18. Zula et Nasih, eux, ont quit­té la forest pour plu­sieurs semaines afin d’aller « ten­ter leur chance » depuis Calais. Ils sont nom­breux à chan­ger de base pour quelque temps, au gré des des­ti­na­tions des camions. Une manière de mul­ti­plier les stra­té­gies.

Dans la forest, Mary, 19 ans, et les trois autres filles qui par­tagent sa tente, se pré­parent pour la nuit qui les attend. Mary vivait en Érythrée. Elle a quit­té son pays avec sa mère et son frère pour l’Éthiopie, lorsque son père, un employé du gou­ver­ne­ment, a été empri­son­né du jour au len­de­main. Après sept années à enchaî­ner des petits bou­lots qui ne per­met­taient pas de com­pen­ser le coût de la vie, elle s’est lan­cée, sans sa famille, dans un voyage vers l’Europe accom­pa­gnée de com­pa­triotes. Elle avait 16 ans. « Parfois on dor­mait dans une tente dans la forêt, par­fois dans une mai­son. Le pire ? La tra­ver­sée en bateau ! C’était la chose la plus dure de ma vie. Tu as peut-être vu les images sur la BBC, tu as lu les jour­naux, mais tu n’as pas la moindre idée de ce que c’est, en réa­li­té », nous confie-t-elle. Il aura fal­lu trois années de voyage à Mary pour arri­ver en Belgique, où elle « tente sa chance » depuis huit mois. Elle confie ado­rer la Belgique et cette com­mune où tant de béné­voles se fédèrent pour prendre soin d’elle. Elle rêve­rait d’y trou­ver un tra­vail, de s’y ins­tal­ler et d’y construire sa nou­velle vie ; mais, comme d’autres, elle a peur de ne pas obte­nir l’asile ou de devoir affron­ter des délais de pro­cé­dure inter­mi­nables.

[Stéphane Burlot]

« Les migrants en tran­sit sont sou­vent dans un flou total quant à leur situa­tion et à leurs options face à la com­plexi­té des règles en matière de séjour des étran­gers, d’asile et de pro­tec­tion inter­na­tio­nale. Ce flou est aggra­vé par la par­ti­cu­la­ri­té de chaque situa­tion et les rumeurs qui cir­culent19 », pointent dans un rap­port les ONG qui œuvrent au sein du hub huma­ni­taire. Les asso­cia­tions plaident notam­ment pour la mise en place d’un centre d’orientation et un assou­plis­se­ment de l’application du règle­ment Dublin. « C’est leur situa­tion, c’est-à-dire le jeu de ping-pong auquel se livrent les États euro­péens vis-à-vis des migrants en tran­sit, qui crée leur errance, leur mise sur orbite et leurs allers-retours inces­sants au sein de l’UE. Ils ne sont en tran­sit que parce que la Belgique, se cachant der­rière l’application d’une règle euro­péenne injuste et défaillante en termes de droits fon­da­men­taux et de droit d’asile, ne veut pas exa­mi­ner leur besoin de pro­tec­tion inter­na­tio­nale20 », concluent les ONG.

Une politique toujours plus dure

« Le fait que les migrants en tran­sit n’aient pas l’intention de s’é­ta­blir n’exonère pas les pou­voirs publics de leur obli­ga­tion d’é­la­bo­rer une poli­tique qui récon­ci­lie maî­trise de la migra­tion et droits de l’Homme. »

Myria dénonce l’approche pure­ment répres­sive des diri­geants à l’égard des migrants en tran­sit, en contra­dic­tion avec le res­pect de leurs droits fon­da­men­taux, ain­si que la cri­mi­na­li­sa­tion de l’aide aux per­sonnes exi­lées. « Le fait que les migrants en tran­sit n’aient pas l’intention de s’é­ta­blir en Belgique n’exonère pas les pou­voirs publics de leur obli­ga­tion d’é­la­bo­rer une poli­tique qui récon­ci­lie maî­trise de la migra­tion et droits de l’Homme, en col­la­bo­ra­tion avec les pays de tran­sit et de des­ti­na­tion », plaide-t-elle ain­si. L’institution indé­pen­dante rap­porte notam­ment le cas de Niknam Massoud, qui, après 15 années d’errance et cinq demandes d’asile, est mort en ten­tant de gagner l’Angleterre à la nage, et celui d’un homme éry­thréen qui s’est sui­ci­dé au centre fer­mé Vottem alors qu’il devait être rapa­trié en Bulgarie dans le cadre d’une pro­cé­dure Dublin21. En août 2020, la presse a fait état du décès d’un jeune Soudanais de 16 ans, dont le corps a été retrou­vé sur la côte anglaise.

Cette approche est une facette cohé­rente de la ligne poli­tique migra­toire glo­bale menée depuis une ving­taine d’années. En Belgique, la poli­tique migra­toire n’a ces­sé de se dur­cir ces der­nières années. Quelques-une des actions du gou­ver­ne­ment : éla­bo­ra­tion d’un Master Plan qui vise à construire trois nou­veaux centres fer­més d’ici à 2021 (le nou­veau centre fer­mé d’Holsbeek a déjà vu le jour en mai 2019), aug­men­ta­tion des arres­ta­tions et enfer­me­ment des per­sonnes migrantes, cam­pagnes de dis­sua­sion dégui­sées en cam­pagne d’information22, réduc­tion des droits d’accueil pour les deman­deurs d’asile, retour à la pra­tique de l’enfermement des familles avec enfants en centre fer­mé, pro­jet de loi pour ins­tau­rer des visites domi­ci­liaires, cri­mi­na­li­sa­tion de la solidarité23.

[Stéphane Burlot]

En jan­vier 2020, la ministre de l’Intérieur Maggie De Block annon­çait deux nou­velles mesures pri­vant d’ac­cueil en Belgique les deman­deurs d’a­sile ayant déjà obte­nu la pro­tec­tion dans un autre État membre de l’Union euro­péenne ain­si que les can­di­dats « dubli­nés24 ». La ministre, qui mul­ti­plie les décla­ra­tions stig­ma­ti­santes dans la presse, n’a pas hési­té à accu­ser les migrants « dubli­nés » de pra­ti­quer un « shop­ping de l’asile », expres­sion déjà usi­tée par son pré­dé­ces­seur. En juillet der­nier, la ministre annon­çait que « les migrants qui refusent de quit­ter le ter­ri­toire belge pour retour­ner dans le pays par lequel ils sont entrés en Europe risquent d’être pri­vés de liber­té ». Et ajou­tait que les migrants « tentent d’abuser du sys­tème25 ».

See you in UK?

Dernier pas­sage à la forest.

En cette soi­rée de juillet, Joëlle, Marianne et Maria gèrent la maraude. Au menu : pâtes aux épi­nards. Une énorme cas­se­role. Avec la dyna­mique de la forest, on ne sait jamais très bien com­bien « d’amis » seront pré­sents pour le sou­per. Mais on veut être sûr que cha­cun mange à sa faim. Après la maraude, béné­voles et « amis » se quittent en se congra­tu­lant d’un « See you in UK ». Une manière de nour­rir l’espoir mais aus­si la pro­messe de gar­der le contact, même lorsque la Manche sera fran­chie. « On va par­fois les voir Angleterre », avoue Joëlle, les yeux qui brillent. À ces paroles, on se rap­pelle que deux heures seule­ment séparent Bruxelles de Londres en Eurostar. Deux heures contre six mois, une année, une vie pour cette géné­ra­tion d’évadés qui répètent inlas­sa­ble­ment les mêmes gestes afin d’atteindre le bout le plus extrême du conti­nent euro­péen. Dernier lieu dans cette aber­rante for­te­resse qui auto­rise encore les rêves les plus humbles.


Photographies de ban­nière et de vignette : Stéphane Burlot


REBONDS

☰ Lire notre article « Le busi­ness de l’en­fer­me­ment d’é­tran­gers », par Yanna Oiseau, 4 mai 2020
☰ Lire notre article « Machine à expul­ser : Brussels Airlines à la manœuvre », Brussels Airlines Stop Deportations, décembre 2019
☰ Lire notre ren­contre « Penser l’immigration : Olivier Besancenot et Danièle Obono », novembre 2018
☰ Lire notre témoi­gnage « Semira Adamu — résis­ter en centre fer­mé », sep­tembre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec le Gisti : « Droit d’asile, ça se dur­cit d’année en année », novembre 2017

  1. Les pré­noms ont été chan­gés pour pré­ser­ver l’i­den­ti­té des indi­vi­dus
  2. Pour en savoir plus sur la situa­tion en Érythrée : « Eritrea — Events of 2019 », Human Rights Watch
  3. Dans son Myriadoc 10, « La Belgique, une étape vers le Royaume-Uni » (p. 36), Myria relève sur la base de témoi­gnages recueillis auprès de la police de navi­ga­tion et des béné­voles aux alen­tours du port de Zeebrugge, que depuis 2018 les migrants seraient de moins en moins nom­breux à res­ter dans la zone. Cependant, ces der­niers mois, les médias bri­tan­niques ont rap­por­té une aug­men­ta­tion des tra­ver­sées par bateau depuis le port de Calais : « Channel migrants : 235 people in 17 ves­sels stop­ped in one day », BBC News, 07/08/2020 et « More than 4,000 have cros­sed Channel to UK in small boats this year », The Guardian, 09/08/2020.
  4. Myria, « Retour, déten­tion et éloi­gne­ment », p. 225, 2016.
  5. Quelques élé­ments pour cer­ner l’am­pleur du phé­no­mène. L’absence de chiffres offi­ciels oblige aux approxi­ma­tions. Depuis quelques années, le nombre de per­sonnes migrantes qui tran­sitent depuis l’est ou le sud de l’Europe en direc­tion du nord-ouest afin de rejoindre l’Angleterre serait en aug­men­ta­tion. En 2018, selon le Centre fédé­ral Migration, Myria, ins­ti­tu­tion publique indé­pen­dante, 25 071 inter­cep­tions ont eu lieu à la fron­tière avec le Royaume-Uni ou au Royaume-Uni. Ce chiffre reprend les per­sonnes arrê­tées à un poste de contrôle sur le ter­ri­toire bri­tan­nique ou au poste-fron­tière du Royaume-Uni sur le ter­ri­toire bri­tan­nique ou belge (La gare de Bruxelles-Midi dans ce der­nier cas). Sont éga­le­ment comp­ta­bi­li­sés les per­sonnes qui se sont volon­tai­re­ment pré­sen­tées à la police à leur arri­vée au Royaume-Uni. Pour la France, ce chiffre était de 13 265, contre 391 pour les Pays-Bas. Une dimi­nu­tion s’observerait en 2019. Ces chiffres res­tent cepen­dant peu fiables puisqu’il s’agit du nombre d’interceptions et non de per­sonnes, une même per­sonne pou­vant être inter­cep­tée plu­sieurs fois. En outre, cer­tains migrants res­tent tota­le­ment hors des radars poli­ciers. En rai­son de la com­plexi­té du phé­no­mène et de son carac­tère clan­des­tin, il est impos­sible d’obtenir des don­nées chif­frées valables sur le nombre de per­sonnes qui cherchent à rejoindre le Royaume-Uni depuis la pénin­sule euro­péenne. Il est dif­fi­cile dès lors d’affirmer qu’il s’agisse d’un phé­no­mène récent.
  6. « Negenpuntenplan tegen trans­mi­gra­tie », NVA, 10/09/2018.
  7. Au pro­gramme, notam­ment : dou­ble­ment de la capa­ci­té des centres fer­més des­ti­nés aux migrants de tran­sit, contrôles de police le long des iti­né­raires emprun­tés, éva­cua­tion du Parc Maximilien à Bruxelles, meilleure pro­tec­tion du port de Zeebruges, col­la­bo­ra­tion plus étroite entre la Belgique et le Royaume-Uni, meilleure pro­tec­tion des aires d’autoroute avec grilles et camé­ras, cam­pagne de dis­sua­sion dans les pays d’origine, convaincre les migrants en tran­sit arrê­tés d’introduire une demande de pro­tec­tion inter­na­tio­nale, etc.
  8. Règlement (UE) No 604/2013 du Parlement euro­péen et du Conseil du 26 juin 2013 éta­blis­sant les cri­tères et méca­nismes de déter­mi­na­tion de l’État membre res­pon­sable de l’examen d’une demande de pro­tec­tion inter­na­tio­nale intro­duite dans l’un des États membres par un res­sor­tis­sant de pays tiers ou un apa­tride. Cette règle euro­péenne vise à déter­mi­ner, selon dif­fé­rents cri­tères, un seul État membre res­pon­sable pour l’examen de la demande d’asile d’un can­di­dat. En géné­ral, celui-ci sera le pre­mier pays d’arrivée du deman­deur d’asile.
  9. Myria, « La Belgique, une étape vers le Royaume-Uni », Myriadoc 10, jan­vier 2020.
  10. Ibid., p. 37.
  11. Ainsi Myria relève qu’en 2018, les taux de pro­tec­tion au Royaume-Uni sont de 93 % pour les Erythréens, de 76 % pour les Soudanais et de 58 % pour les Irakiens alors qu’en Belgique, ils étaient de 92 % pour les Erythréens, de 39 % pour les Soudanais et de 80 % pour les Irakiens. En ce qui concerne les trans­ferts Dublin, Myria relève 2 019 trans­ferts Dublin effec­tifs au départ du Royaume-Uni vers un autre État membre en 2018, et 5 510 demandes de reprise adres­sées à un autre État. Pour la Belgique, il y a eu 792 trans­ferts Dublin effec­tifs et 8 834 demandes envoyées à un autre État membre. D’après les chiffres, le Royaume-Uni aurait donc deman­dé un nombre de trans­ferts infé­rieur à la Belgique. À noter que ces sta­tis­tiques ne per­mettent néan­moins pas de défi­nir le nombre exact de per­sonnes effec­ti­ve­ment « dubli­nées » car une demande envoyée par un État membre à un autre peut res­ter sans réponse ou se voir refu­sée.
  12. Médecins du monde, « Violences poli­cières envers les migrants et les réfu­giés en tran­sit en Belgique », octobre 2018.
  13. Comité per­ma­nent de contrôle de ser­vice de police, « Le contrôle et la déten­tion de trans­mi­grants par la police à l’oc­ca­sion d’arrestations admi­nis­tra­tives mas­sives », février 2019.
  14. Myria, « Note : Police et migrants de tran­sit. Respecter la digni­té et enquê­ter sérieu­se­ment sur les vio­lences », sep­tembre 2019.
  15. Selon les chiffres publiés par Myria, la migra­tion de tran­sit ne repré­sen­tait en 2014 que 8 % du nombre total d’in­ter­cep­tions, mais ce chiffre a atteint 35 % en 2018. Près de 13 000 arres­ta­tions admi­nis­tra­tives ont eu lieu dans le cadre de la migra­tion de tran­sit en 2018, soit 37 % de plus qu’en 2017.
  16. Myria, op.cit., p.68.
  17. Le hub huma­ni­taire est un pro­jet créé en 2017 par diverses ONG avec l’objectif d’offrir un peu de digni­té aux per­sonnes exi­lées qui dorment dans la gare du Nord à Bruxelles, le parc Maximilien et leurs alen­tours. « Une fuite sans fin – Soins en san­té men­tale au hub huma­ni­taire de Bruxelles », Médecins sans fron­tières, février 2019. Entre sep­tembre 2017 et sep­tembre 2018, les psy­cho­logues et psy­chiatres de MSF ont reçu 309 patients en 1 118 consul­ta­tions. L’enquête en ques­tion a eu lieu en juillet 2018, auprès de 47 visi­teurs du pro­jet qui ont été inter­ro­gés à l’aide d’un ques­tion­naire semi-struc­tu­ré et d’une inter­view.
  18. Le « trans­fert Dublin » doit avoir lieu dans un délai de six mois à comp­ter de la réponse expli­cite ou impli­cite d’un État membre. Ce délai peut éga­le­ment être aug­men­té à 12 mois en cas d’emprisonnement, ou 18 mois en cas de « fuite avé­rée de la per­sonne ». Une fois ce délai pas­sé, la pro­cé­dure Dublin est annu­lée.
  19. « Migrants en tran­sit en Belgique. Recommandations pour une approche plus humaine », Caritas International, le CIRÉ, la Pateforme d’hébergement citoyenne de sou­tien aux réfu­giés, NANSEN, Vlutchlingenwerk Vlaanderen. février 2019.
  20. Ibid., p. 33.
  21. « La Belgique, une étape vers le Royaume-Uni », Myriadoc 10, jan­vier 2020, pp.94–95.
  22. Le site web www.factsaboutbelgium.be/?lang=fr regorge d’information très sélec­tive du type « la vie en Belgique n’est pas si facile », « sui­vant l’accord du gou­ver­ne­ment, il n’y aura plus de régu­la­ri­sa­tions col­lec­tives. », ou encore de témoi­gnages du genre « je suis tel­le­ment recon­nais­sant d’être de retour à la mai­son ».
  23. La Belgique punit l’aide accor­dée lors de l’entrée et du séjour irré­gu­lier, même sans but lucra­tif : Art.77 de la loi des étran­gers en appli­ca­tion de l’art. 1.1 a) de la Directive 2002/90/CE du Conseil du 28 novembre 2002 défi­nis­sant l’aide à l’en­trée, au tran­sit et au séjour irré­gu­liers.
  24. « Maggie De Block prive d’ac­cueil les deman­deurs d’a­sile qui contournent les règles », La Libre, 4 jan­vier 2020.
  25. « Asile et migra­tion : Maggie De Block veut s’at­ta­quer fer­me­ment aux abus rela­tifs au règle­ment de Dublin », RTBF, 13 juillet 2020.
Julie Schyns
Julie Schyns

Militante chez Migrations Libres (https://migrationslibres.be). Aimerait vivre dans un monde « No border, no gender ». Pratique le voyage sac au dos de manière très assidue.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Notre neuvième numéro est disponible en ligne et en librairie ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Marie et Thierry : le pain et la terre (Roméo Bondon) ▽ Les ouvriers sacrifiés de l'industrie du verre (Léonard Perrin) ▽ Rencontre avec Aminata Traoré ▽ Émancipation socialiste et religions (avec Stéphane Lavignotte et Nedjib Sidi Moussa) ▽ Le pouvoir chinois en quête du nouvel Homme (Wang Daoxiu) ▽ Une grève de femmes de chambre (Louise Rocabert) ▽ L'eau est si belle que je m'y suis baignée (Magali Cazo) ▽ Animaux de laboratoire : voir la réalité en face (Audrey Jougla) ▽ Quand on sabote la montagne (Élie Marek et Lucas Guazzone) ▽ Suprématie mâle : histoire d'un concept (Francis Dupuis-Déri) ▽ La Nouvelle Métisse : paroles de Gloria Anzaldúa (Maya Mihindou) ▽ Hirak algérien, An I (Awel Haouati) ▽ Drôle de temps, ami (Maryam Madjidi) ▽ Déplacements (Laëtitia Ajanohun) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.