Grande-Bretagne : le Labour party pourrait revenir au socialisme


Texte inédit pour le site de Ballast

Et si, à gauche, l’événement de l’été s’é­tait pro­duit outre-Manche ? La cam­pagne pour la dési­gna­tion du pro­chain lea­der du Parti tra­vailliste, le Labour lea­der­ship, a été mar­qué par le suc­cès sur­pre­nant de la can­di­da­ture du socia­liste (au sens pre­mier du terme) Jeremy Corbyn. Ce vété­ran des back­benches, les bancs arrière de la chambre des Communes où siègent les membres du par­le­ment de moindre impor­tance, a réus­si à sou­le­ver l’enthousiasme avec un pro­gramme anti-aus­té­ri­té. Le vote des adhé­rents du Labour par­ty a débu­té le 14 août et se clôt ce jeu­di 10 sep­tembre. Sondages et book­ma­kers convergent pour annon­cer que la confé­rence spé­ciale du Parti tra­vailliste pour­rait intro­ni­ser Jeremy Corbyn comme son lea­der same­di 12 sep­tembre. Que sym­bo­lise cette per­cée ?


corbynMembre du par­le­ment pour Islington-North, une cir­cons­crip­tion du grand Londres, Jeremy Corbyn n’avait pra­ti­que­ment rien pour déchaî­ner la vague mili­tante qui a vu plus de 12 000 volon­taires rejoindre son équipe de cam­pagne. Il faut dire que cet habi­tué des com­bats de gauche est presque par­ti à recu­lons dans la cam­pagne pour le lea­der­ship du Labour. Après l’échec de ses col­lègues de la gauche tra­vailliste lors des pré­cé­dents exer­cices, notam­ment celui de 2010 qui s’est sol­dé par la vic­toire d’Ed Miliband face à son blai­riste de frère David, Corbyn a rele­vé le gant par devoir. À 66 ans, l’essentiel de sa car­rière est der­rière lui, mar­quée par les com­bats contre la guerre du Viêtnam, pour la paix en Irlande du Nord, contre l’Apartheid, pour l’organisation des tra­vailleurs en Jamaïque où il sert pen­dant deux ans… « Il n’y a pas un pays où je sois allé dans lequel je n’ai pas été arrê­té au moins une fois », plai­sante cet intime de Tony Benn, figure tuté­laire de la gauche tra­vailliste aujourd’hui décé­dée. Mais le prin­ci­pal fait d’armes de cet homme dis­cret jusqu’à l’effacement reste d’avoir, par le biais de la Stop the War Coalition dont il est pré­sident depuis sa fon­da­tion, ras­sem­blé deux mil­lions de per­sonnes à Londres en 2003 contre la guerre en Irak, dans laquelle son cama­rade de par­ti et Premier ministre, Tony Blair, a cru devoir impli­quer la Grande-Bretagne. Bien qu’élu à la Chambre des Communes depuis 1983, Corbyn pré­sente donc un pro­fil nou­veau, pour le grand public et les mili­tants tra­vaillistes. Il n’est pas pas­sé par Oxbridge (contrac­tion d’Oxford et Cambridge, le nec plus ultra de l’enseignement supé­rieur bri­tan­nique). Il ne porte pas de cra­vate. Il est plus proche des syn­di­ca­listes et des acti­vistes de ter­rain que de l’esta­blish­ment du Labour, un par­ti dont il a enfreint les consignes de vote à plus de 500 reprises depuis 1997…

« « Il n’y a pas un pays où je sois allé dans lequel je n’ai pas été arrê­té au moins une fois », plai­sante Corbyn. »

Sa der­nière prise de dis­tance avec la posi­tion offi­ciel du Parliamentary Labour Party (le Parti tra­vailliste par­le­men­taire – une des trois com­po­santes du Labour avec les syn­di­cats affi­liés et les adhé­rents directs) remonte au mois de juillet. Lors de la pré­sen­ta­tion du pre­mier bud­get conser­va­teur de la nou­velle man­da­ture, Corbyn refuse de s’abstenir sur les coupes dans l’action sociale pré­sen­tées par le ministre des Finances – et véri­table idéo­logue du par­ti Tory – George Osborne. C’est pour­tant ce que prône Harriet Harman, chef du groupe par­le­men­taire et chef du par­ti par inté­rim depuis la démis­sion d’Ed Miliband, au len­de­main de la défaite élec­to­rale enre­gis­trée par les tra­vaillistes le 7 mai 2015. En déci­dant de voter contre les mesures du gou­ver­ne­ment Cameron, Corbyn tire ses propres leçons du résul­tat des élec­tions géné­rales. Contrairement aux blai­ristes, mino­ri­taires en termes de voix mais très pré­sents au sein du sha­dow cabi­net (le cabi­net fan­tôme qui réunit les poten­tiels ministres si le par­ti d’opposition arri­vait au pou­voir), il estime qu’Ed Miliband n’a pas per­du parce que « son pro­gramme était trop à gauche » et « pas assez cré­dible sur les ques­tions éco­no­miques ». A contra­rio, il prend acte du hold-up élec­to­ral opé­ré par le Scottish National Party, qui s’adjuge 56 des 59 cir­cons­crip­tions en Écosse, ancien bas­tion tra­vailliste, avec une cam­pagne anti-aus­té­ri­té. Corbyn com­prend aus­si ce qu’il se passe quand, à peine un mois et demi après la vic­toire de David Cameron, plus de 250 000 per­sonnes mani­festent contre l’austérité à Londres. Pour la gauche du Labour, c’est l’absence de clar­té du Parti tra­vailliste sur la ques­tion de l’austérité qui est, entre autres, à l’origine de la défaite élec­to­rale. L’autre élé­ment majeur étant l’éloignement des tra­vaillistes vis-à-vis de la classe ouvrière.

C’est sur ces deux points que Corbyn va mener sa cam­pagne, pour ouvrir le débat qui, selon lui, n’a pas lieu dans le par­ti, tant les blai­ristes donnent encore le ton. Bien que leur poids par­mi les adhé­rents dimi­nue au fil des ans, la droite tra­vailliste a encore du poids dans l’appareil. Et dis­pose des moyens finan­ciers que lui alloue le think tank Progress, véri­table par­ti dans le par­ti. C’est peu de dire que, dans ce cadre, Jeremy Corbyn par­tait avec des han­di­caps lourds face à ses trois concur­rents : Andy Burnham, can­di­dat de centre-gauche héri­tier d’Ed Miliband ; Yvette Cooper, can­di­date de centre-droite pour le clan Gordon Brown, du nom de l’ex-rival de Tony Blair ; Liz Kendall, favo­rite du clan blai­riste. Mais ces désa­van­tages sont deve­nus, au fil d’une cam­pagne de ter­rain, nour­rie de dizaines de mee­tings et savam­ment relayée sur les réseaux sociaux, autant d’atouts pour celui qui est pas­sé du stade de can­di­dat par devoir à favo­ri des book­ma­kers en un mois à peine. Aux anti­podes du tri­bun cha­ris­ma­tique, le MP [mem­ber of par­lia­ment, dépu­té] pour Islington-North a su trou­ver les mots pour réveiller le peuple de gauche bri­tan­nique. Dans cette pri­maire inédite en Grande-Bretagne (c’est la pre­mière fois que le Labour vote sur le prin­cipe un adhé­rent une voix), il s’adjuge d’abord le sou­tien de la moi­tié des syn­di­cats affi­liés au Parti tra­vailliste, dont les deux plus impor­tants du pays : Unité et Unisson. Créé par le Trade Union Congress (la confé­dé­ra­tion syn­di­cale bri­tan­nique) pour se doter d’une repré­sen­ta­tion par­le­men­taire, le Labour est encore sta­tu­tai­re­ment finan­cé par les syn­di­cats. Leurs adhé­rents ont donc la pos­si­bi­li­té de deve­nir membres du Parti tra­vailliste. Entre le début et la fin de la cam­pagne offi­cielle, près de 200 000 syn­di­qués vont rejoindre le Labour. De la même manière, plus de 140 000 per­sonnes vont se faire enre­gis­trer comme sup­por­teurs, ce qui leur per­met, moyen­nant une par­ti­ci­pa­tion de trois livres, de par­ti­ci­per à l’élection du pro­chain lea­der. Enfin, les adhé­rents directs sont pas­sés de 195 000 à 299 000 à la clô­ture des adhé­sions le 12 août der­nier. Tous les obser­va­teurs s’accordent sur un constat : la cam­pagne et le dis­cours de Corbyn ont joué un rôle moteur dans ce mou­ve­ment d’adhésion de masse au Parti tra­vailliste, lequel retrouve son niveau d’adhérents des années 1970…

blair

Tony Blair (DR).

Ce fai­sant, la cam­pagne Corbyn a plan­té le der­nier clou dans le cer­cueil du blai­risme. « Battling Tony » vou­lait un par­ti de pro­fes­sion­nels, tout entier tour­né vers la conquête du pou­voir. En ouvrant les vannes de l’espoir, le vieux socia­liste a redon­né aux mili­tants, aux béné­voles, aux acti­vistes toute leur place, au détri­ment de l’appareil. Dans toutes les cir­cons­crip­tions, des jeunes gens goûtent la joie du pre­mier enga­ge­ment tan­dis que des vieux de la vieille, qui avaient quit­té le Labour après la guerre en Irak, reviennent prendre du ser­vice. Des mili­tants syn­di­caux de pre­mier ordre, qui avaient choi­si de ral­lier l’une des innom­brables cha­pelles qui mor­cellent la gauche radi­cale bri­tan­nique, renouent avec le Labour. Un Labour qui se sou­vient, enfin, de ses racines ouvrières, de son ancrage socia­liste, qui se décline jusque dans les églises angli­canes… comme ce dimanche 6 sep­tembre où Corbyn ras­semble plus de 1 500 per­sonnes dans et dehors l’édifice reli­gieux de la vieille Cambridge pour une des plus impor­tantes réunions que la gauche ait orga­ni­sée dans la ville uni­ver­si­taire depuis des décen­nies. Un suc­cès qui sanc­tionne à la fois les orien­ta­tions poli­tiques du can­di­dat mais aus­si sa manière de faire. Il a fait très fort en assu­rant que les adhé­rents du Labour auront désor­mais une voie pré­pon­dé­rante dans l’élaboration du pro­gramme poli­tique du par­ti. C’était jusqu’alors la chasse gar­dée du lea­der et du Parliamentary Labour par­ty.

« La cam­pagne Corbyn a plan­té le der­nier clou dans le cer­cueil du blai­risme. Un Labour qui se sou­vient, enfin, de ses racines ouvrières, de son ancrage socia­liste, qui se décline jusque dans les églises angli­canes… »

Au vu de ces élé­ments, même la droite tra­vailliste le recon­naît, le Labour ne sera plus jamais comme avant. Que Corbyn gagne ou non, il a déjà impo­sé son style et son agen­da poli­tique. Ses pro­po­si­tions de rena­tio­na­li­sa­tion du réseau fer­ro­viaire et de l’énergie ont été reprises par Andy Burnham. La can­di­date blai­riste, Liz Kendall, est très lar­ge­ment dis­tan­cée. Et seule Yvette Cooper s’oppose vive­ment à un Corbyn qui pro­pose de faire fonc­tion­ner la planche à billets pour relan­cer l’économie, sur un mode très ins­pi­ré des théo­ries de Keynes. Mais là encore, le can­di­dat de la gauche est deve­nu cen­tral dans le débat poli­tique. La nature de l’attaque menée par Cooper témoigne aus­si de l’échec des pro­cès ins­truits suc­ces­si­ve­ment en inéli­gi­bi­li­té (« on ne peut pas gagner à gauche ») puis en anti­sé­mi­tisme (Corbyn est connu pour ses posi­tions pro-pales­ti­niennes). C’est comme si, à quelques jours de l’annonce des résul­tats, l’esta­blish­ment du Labour par­ty avait finir par se rési­gner à l’inéluctable. Chuka Umunna, MP [dépu­té] blai­riste qui avait décla­ré pen­dant un temps qu’il refu­se­rait de ser­vir dans un sha­dow cabi­net diri­gé par Corbyn, a admis fina­le­ment qu’il tra­vaille­rait avec le lea­der élu, quel qu’il soit. De son côté, « Jez », comme ses sou­tiens l’appellent affec­tueu­se­ment, a mul­ti­plié les gestes d’apaisement envers les ténors tra­vaillistes. Il n’est guère que la presse orien­tée à droite pour conti­nuer à titrer sur une poten­tielle vic­toire au finish d’Yvette Cooper. Un book­ma­ker et non des moindres, Paddy Powers, a déci­dé de payer les paris don­nant Corbyn gagnant à la mi-août, y com­pris pour des sommes à six chiffres.

Si les échos de ter­rain venaient à se confir­mer, la vic­toire de Corbyn serait un « séisme poli­tique », selon les termes du poli­to­logue Philippe Marlière. Et pas qu’en Grande-Bretagne. Deuxième par­ti social-démo­crate en Europe der­rière le SPD Allemand, le Labour dis­pose d’un rayon­ne­ment bien plus impor­tant que son homo­logue ger­ma­nique. Il faut écou­ter Pablo Iglesias, lea­der de Podemos, qui saluait la per­cée de Corbyn pour se rendre compte de l’électrochoc que consti­tue­rait son élec­tion, sur la base d’un pro­gramme réfor­miste et anti-aus­té­ri­té, dans le pay­sage social-démo­crate euro­péen conver­ti aux thèses blai­ristes. En Europe, la gauche qui gagne, ces der­nières années, c’est celle qui s’oppose à l’agenda aus­té­ri­taire de la Commission euro­péenne et de la Banque cen­trale ; c’est celle qui pro­pose des pistes alter­na­tives pour la crois­sance au ser­vice du bien com­mun. C’est ain­si que Syriza a pu gagner en Grèce, c’est ain­si que Podemos a rem­por­té les élec­tions muni­ci­pales en Espagne. Il faut relire le livre de Jean-Numa Ducange, Philippe Marlière et Louis Weber, La Gauche radi­cale en Europe, pour mesu­rer ce qui bouge à l’échelle du conti­nent. La lec­ture de cet ouvrage nous rap­pelle où se situent les dyna­miques poli­tiques et met en lumière com­ment la vic­toire de Corbyn pour­rait contri­buer au renou­vel­le­ment pro­fond de la gauche euro­péenne. Parce que, comme à plu­sieurs reprises déjà, la gauche bri­tan­nique a un rôle majeur à jouer en la matière.


REBONDS 

☰ Lire notre article « Écosse, quelle voix pour l’indépendance ? », A. Moreau, juillet 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Philippe Marlière : « La République est un consen­sus mou », juin 2015
☰ Lire notre tra­duc­tion de l’en­tre­tien de Pablo Iglesias : « Faire pres­sion sur Syriza, c’est faire pres­sion sur Podemos », mai 2015

Nathanaël Uhl
Nathanaël Uhl

Journaliste politique et militant PCF.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.
Nous déménageons notre site ! Les commandes et abonnements sont temporairement indisponibles, nos articles restent accessibles.
+