Écosse, quelle voix pour l’indépendance ?

Texte inédit pour le site de Ballast

« Difficile à arrê­ter, le SNP sera impos­sible à igno­rer », s’est enthou­sias­mé Alex Salmond, l’ex-dirigeant du SNP (Scottish National Party : le par­ti natio­nal écos­sais) dans une inter­view au Guardian. De fait : 56 dépu­tés indé­pen­dan­tistes écos­sais ont fait leur entrée à la Chambre des com­munes. À la vic­toire écos­saise répond la vic­toire des très bri­tan­niques Tories (le Parti conser­va­teur), dont les 36,9 % de voix main­tiennent David Cameron au poste de Premier ministre. Le Labour Party (Parti tra­vailliste) a lui aus­si sur­pris… mais par son faible nombre de voix — avec 30,5 %, il connaît ses pires résul­tats depuis 1987. Neuf mois ont pas­sé depuis le réfé­ren­dum sur l’indépendance de l’Écosse (auquel les Écossais dirent « non » à 55 %) et la ques­tion écos­saise reste pour­tant au cœur du débat poli­tique. Grand vain­queur sur le Parti tra­vailliste en Écosse et cible poli­tique directe de Cameron au niveau natio­nal, le SNP sur­git en outre-Manche, bou­le­ver­sant l’équilibre poli­tique du pays et intri­guant, à l’international, par sa ligne poli­tique : natio­na­liste ou de gauche ? L’un de nous s’est ren­du sur place. 


licorneDès l’origine, la rela­tion entre les nations anglaise et écos­saise s’est mon­trée ambi­guë. Présent sur tous les bâti­ments offi­ciels, l’emblème royal illustre ô com­bien cette rela­tion : un lion, sym­bole du pou­voir royal bri­tan­nique, fait face à une licorne entra­vée. Cet ani­mal légen­daire, méta­phore du carac­tère insai­sis­sable de l’Écosse, est enchaî­né à la cou­ronne d’Angleterre. C’est le trai­té d’Union de l’Écosse au Royaume bri­tan­nique, en 1707, qui par­vint à réa­li­ser cette prouesse : sai­sir l’insaisissable Écosse. D’après le poli­to­logue écos­sais Tom Nairn, l’Union a, dans un pre­mier temps, pro­fi­té à cette région du nord de la Grande-Bretagne, lui per­met­tant l’entrée dans « un sys­tème poli­tique ouvert et un modèle éco­no­mique flo­ris­sant ». Mais les années 1960 et 1970, char­riant la fin de l’Empire et l’aggravation de la crise éco­no­mique, ont fait resur­gir à la sur­face « les pro­blèmes d’un État mul­ti­na­tio­nal archaïque¹ ». Au déclin de la puis­sance bri­tan­nique répon­dait l’émergence de l’Écosse comme puis­sance éco­no­mique. La licorne écos­saise, à même de riva­li­ser avec le vieux lion anglais, reven­dique à pré­sent son indé­pen­dance.

L’indépendantisme à l’écossaise

Parvenir à trai­ter la ques­tion de l’indépendance d’une par­tie d’un pays comme la Grande-Bretagne, de sur­croît de façon démo­cra­tique, c’est l’exploit qu’a réa­li­sé le réfé­ren­dum écos­sais du 18 sep­tembre 2014. Curiosité poli­tique pour les uns, rêve d’indépendance pour d’autres (à com­men­cer par les mou­ve­ments indé­pen­dan­tistes du Pays basque ou de Catalogne). Si le mou­ve­ment écos­sais a reçu le sou­tien de ces deux der­niers, la réci­proque n’a pas eu lieu : le pre­mier ne semble guère s’identifier à ses sup­po­sés homo­logues. Des ana­lo­gies sont tou­te­fois à signa­ler. Des régions à l’identité cultu­relle forte, avec une langue propre ain­si qu’une crois­sance éco­no­mique impor­tante (sou­vent motrice pour le reste du pays), se vivant comme des nations à part entière — dans les trois cas, la reven­di­ca­tion d’indépendance est vue comme un moyen d’officialiser une réa­li­té déjà exis­tante. C’est au niveau poli­tique que les mou­ve­ments indé­pen­dan­tistes marquent leurs diver­gences, et non des moindres. De la Gauche répu­bli­caine (Esquerra Republicana de Catalunya) à la très conser­va­trice Convergence démo­cra­tique (Convergència Democràtica de Catalunya) de Jordi Pujol, la reven­di­ca­tion cata­lane ras­semble l’ensemble de l’échiquier poli­tique. Dans un article paru dans El Pais, le jour­na­liste Lluis Bassets affirme : « L’indépendance écos­saise est clai­re­ment euro­péeiste et de gauche, alors qu’en Catalogne on nous pro­pose le che­min inverse, d’abord déci­der que nous sommes indé­pen­dants et ensuite voir quel type de pays indé­pen­dant nous vou­lons être. »

« Perspectives de gauche et ques­tion iden­ti­taire ne font qu’un dans cette région où le Parti conser­va­teur, hon­ni des Écossais, ne compte que quatre repré­sen­tants. »

Au modèle cata­lan de l’indépendance comme fin en-soi répond un indé­pen­dan­tisme pro­gram­ma­tique écos­sais : la reven­di­ca­tion à la sépa­ra­tion per­met, jurent ses par­ti­sans, de mener à bien un pro­gramme poli­tique éman­ci­pa­teur. Perspectives de gauche et ques­tion iden­ti­taire ne font qu’un dans cette région où le Parti conser­va­teur, hon­ni des Écossais, ne compte que quatre repré­sen­tants. L’indépendantisme écos­sais serait-il incom­pa­tible avec une poli­tique de droite ? Conserver l’université publique, défendre le ser­vice de san­té, déve­lop­per une éco­no­mie éco­lo­gique ou encore lut­ter contre la pré­sence du sous-marin nucléaire anglais Trident en mer écos­saise : il ne s’agit pas du pro­gramme de quelque par­ti de la gauche radi­cale, et encore moins des mots d’ordre du Parti tra­vailliste, mais de ce qu’on peut lire dans le Guide pour le réfé­ren­dum écos­sais. Séparation rime ici avec refus de l’austérité et renou­veau poli­tique.

Le mou­ve­ment indé­pen­dan­tiste se ras­semble néan­moins autour d’un par­ti qui se pré­sente comme « natio­nal écos­sais ». Une approche natio­na­liste de la ques­tion, sous des abords pro­gres­sistes ? Donnie Macleod, un fer­mier éco­lo­giste que nous ren­con­trons à Ardersier, petit vil­lage écos­sais, objecte sans tar­der : « Le mou­ve­ment indé­pen­dan­tiste écos­sais n’est pas une reven­di­ca­tion natio­na­liste, mais la pro­messe de construire un meilleur pays, par rap­port à ce qu’on nous auto­rise sous le contrôle de Londres. La jus­tice sociale et éco­lo­gique et une socié­té de par­tage et d’écoute, c’est irréa­li­sable si l’on est blo­qué par le cen­tra­lisme et le va-t-en-guerre anglais. »

reinaLa reine d’Angleterre (DR)

La victorieuse défaite du référendum

55 % de « non » au réfé­ren­dum de 2014, disions-nous. La cam­pagne d’opposition à l’indépendance fut féroce et orga­ni­sée. Médiatique, bien sûr. Quelques jours avant les élec­tions, le Daily Mail titra : « Les experts aver­tissent que l’économie bri­tan­nique per­drait 17 mil­liards de livres d’investissement, l’indépendance écos­saise pour­rait conduire à une nou­velle Grande Dépression. » Les grandes entre­prises mirent la main à la pâte, Marks & Spencer jura d’une impor­tante aug­men­ta­tion des prix et 8 % des entre­prises mena­cèrent de quit­ter l’Écosse en cas de vic­toire du « oui ».

« Soudés le temps de la cam­pagne, les par­tis conser­va­teur et tra­vailliste affi­chèrent, mal­gré leurs dif­fé­rences, entente et conni­vences. »

Politique, aus­si. Tandis que la reine Élizabeth rap­pe­lait dis­crè­te­ment aux Écossais de « vrai­ment bien pen­ser au futur », le Parti tra­vailliste s’allia aux conser­va­teurs ain­si qu’aux libé­raux-démo­crates autour de la cam­pagne « Better Together » (« Mieux ensemble »), enchaî­nant mani­fes­ta­tions et pas­sages télé­vi­sés afin de mar­te­ler, sur tous les tons, l’importance et, même, le carac­tère indis­pen­sable de l’union. Malgré la défaite élec­to­rale, le par­ti écos­sais fut à son apo­gée — le bipar­tisme, pour gagner, fut repous­sé jusque dans ses der­niers retran­che­ments. Soudés le temps de la cam­pagne, les par­tis conser­va­teur et tra­vailliste affi­chèrent, mal­gré leurs dif­fé­rences, entente et conni­vences. Deux jours avant les élec­tions, les trois lea­ders David Cameron, Nick Clegg (par­ti libé­ral-démo­crate) et Ed Miliband (Labour) allèrent jusqu’à publier ensemble le mani­feste « The Vow », assu­rant aux Écossais que la nation obtien­drait davan­tage de pou­voir si le « non » l’emportait. La pro­messe ne sera bien sûr pas tenue ; les par­tis tra­di­tion­nels sor­tirent vain­queurs mais per­dirent en cré­di­bi­li­té, au pro­fit du SNP. Ce der­nier qua­dru­pla en effet son nombre de membres (avec plus de 100 000 mili­tants), deve­nant la troi­sième force mili­tante du pays — et, dès lors, un par­ti de masse. À la vic­toire mili­tante s’ajouta la vic­toire sociale : le réfé­ren­dum per­mit au par­ti écos­sais de mettre en lumière ses capa­ci­tés à fédé­rer les dif­fé­rentes paroles indé­pen­dan­tistes.

Nicola Sturgeon

« Notre Braveheart à nous, c’est une femme : Nicola Sturgeon », s’amuse Alexandra, mili­tante au SNP, lorsque nous la ren­con­trons à Inverness, la « capi­tale des Highlands ». Le suc­cès du pro­pos indé­pen­dan­tiste lui doit en effet beau­coup. Elle est ado­rée par la presse écos­saise et vili­pen­dée par celle des Anglais — qui l’a rebap­ti­sée « la femme la plus dan­ge­reuse de Grande-Bretagne » (Daily Mail). Si Sturgeon s’avance sous les pro­jec­teurs, son par­ti est avant tout le fruit d’un long tra­vail : né en 1934, ce n’est qu’en 2007, lorsqu’il rem­por­ta les élec­tions par­le­men­taires écos­saises, que le SNP, par­ti jusqu’alors mino­ri­taire et volon­tiers consi­dé­ré comme folk­lo­rique, put faire ses preuves. Sauvegarde du sys­tème de vieillesse et de l’enseignement supé­rieur, résis­tance à la pri­va­ti­sa­tion des ser­vices de l’eau ou du sys­tème de san­té (NHS), oppo­si­tion aux guerres du gou­ver­ne­ment bri­tan­nique : le SNP tient bon. Manquait encore l’engouement popu­laire. « Le coup de maître d’Alex Salmond [diri­geant his­to­rique du SNP, ndlr] a été d’avoir pas­sé le flam­beau à Nicola Sturgeon », nous explique Alexandra. À nou­velle diri­geante, nou­velle poli­tique : le SNP de Sturgeon se veut plus proche des citoyens.

ecoz

Nicola Sturgeon (DR)

Porte-à-porte et créa­tion d’espaces de dis­cus­sions. Plus de 300 centres locaux du SNP voient le jour, ain­si que des « YES » cafés, un mou­ve­ment de jeu­nesse « GenerationYES », le « Collectif National de musi­ciens, artistes et écri­vains » ou encore « Femmes pour l’indépendance ». Le par­ti se veut dyna­mique, moderne, connec­té. « Les conser­va­teurs sont le par­ti des sel­fishs [des égoïstes, ndlr]. Nous sommes le par­ti des sel­fies », va même jusqu’à confier l’une de ses mili­tantes au Guardian. La presse, rem­plie des désor­mais célèbres sel­fies de Sturgeon aux côtés d’anonymes, donne à voir une for­ma­tion poli­tique jeune, acces­sible et modé­rée — mais sous l’apparente décon­trac­tion, Sturgeon n’en démord pas : « Nous pou­vons, si nous le choi­sis­sons, faire en sorte que Westminster s’assoit et prenne note. » La ville où, rap­pe­lons-le, se trouvent les Chambres des com­munes et des Lords.

Les deux meilleurs ennemis

Si la récente vic­toire de David Cameron est incon­tes­table, elle n’est pas confor­table pour autant. Après avoir mené cam­pagne contre le réfé­ren­dum écos­sais, le Britannique a fait de la ques­tion écos­saise le centre de son argu­men­ta­tion pour les élec­tions natio­nales : voter conser­va­teur, c’était l’assurance de blo­quer la route aux vel­léi­tés indé­pen­dan­tistes du SNP. L’ancien lea­der tra­vailliste Gordon Brown accu­sa d’ailleurs les conser­va­teurs d’avoir « mon­té les Écossais contre les Anglais ». Les élec­tions ter­mi­nées, les deux par­tis vont pour­tant devoir tra­vailler ensemble au Parlement. L’arrivée du SNP à la Chambre des com­munes change cepen­dant le jeu par­le­men­taire : si l’Écosse pos­sède son propre par­le­ment (à même de légi­fé­rer sur un cer­tain nombre de com­pé­tences décen­tra­li­sées, du trans­port à l’éducation), l’Angleterre dépend de Westminster. En votant pour des lois à Westminster, les membres indé­pen­dan­tistes pour­ront donc peser sur l’Angleterre tout entière. Situation pour le moins para­doxale.

« Le chat conser­va­teur gagne en s’attaquant à la sou­ris écos­saise, qui, de son côté, jouit de son image de vic­time de la machine conser­va­trice. »

Cette situa­tion conduit le Premier ministre à envi­sa­ger un rema­nie­ment de l’ordre poli­tique de l’union. Il s’agirait de ren­for­cer le pou­voir des par­le­men­taires anglais face aux écos­sais ; une loi devra être votée par la majo­ri­té de la Chambre des com­munes et par la majo­ri­té des dépu­tés anglais afin d’être approu­vée. Cette idée sonne comme un aveu de la part de David Cameron : les élec­tions n’ont rien réglé à la ques­tion écos­saise — deve­nue, à pré­sent, une ques­tion ins­ti­tu­tion­nelle. Si les ten­sions s’avèrent pro­fondes, on serait pour­tant ten­té d’y voir un jeu du chat et de la sou­ris : le chat conser­va­teur gagne en s’attaquant à la sou­ris écos­saise, qui, de son côté, jouit de son image de vic­time de la machine conser­va­trice. C’est contre l’autre, mais par l’autre, que cha­cun de ces deux mou­ve­ments par­vient à des­si­ner son iden­ti­té poli­tique et à construire sa propre image. Lorsque David Cameron pro­met la tenue d’un réfé­ren­dum sur le main­tien dans l’Union euro­péenne pour 2017, Nicola Sturgeon réplique aus­si­tôt : « Nous ne vou­lons pas être mis en dehors de l’UE, donc nous étu­die­rons ça, c’est au public de déci­der » — sous-enten­dant la tenue d’un nou­veau réfé­ren­dum sur l’indépendance en cas de sor­tie de l’UE. Meilleurs enne­mis, les affaires de l’un font les affaires de l’autre et le jeu poli­tique bat son plein.

Un séparatisme au secours de la gauche britannique ?

La gauche est morte, vive le SNP ? C’est ce que semble dire la presse inter­na­tio­nale au vu des résul­tats élec­to­raux. À l’extraordinaire per­cée du SNP (qui n’obtenait que six sièges en 2010, pour les 56 actuels) répond l’impressionnante défaite du Labour : 100 sièges, der­rière les 331 conser­va­teurs élus. Tandis que la revue amé­ri­caine Jacobin conclut sans détour à « la fin du Labour », l’économiste Tony Travers élar­git la crise au reste de l’Europe, avec son article « L’échec des gauches en Europe à répondre à la crise » (Médiapart). Quand les uns perdent pied, le SNP assume un pro­gramme de défense des ser­vices publiques et de rejet de l’austérité. La vic­toire de ce der­nier signi­fie­rait-elle la nais­sance d’une nou­velle gauche — ou, du moins, d’un renou­veau de la gauche bri­tan­nique ? Au niveau par­le­men­taire, force est de consta­ter que le SNP se trouve en posi­tion d’impulser des réformes et des lois de gauche — il pour­rait même, iro­nie du sort, deve­nir un rem­part bri­tan­nique contre les poli­tiques d’austérité qui frappent le Royaume-Uni. « Le rôle du SNP à Westminster doit être de cau­ser autant de pro­blèmes que pos­sible aux Tories [conser­va­teurs]. La prin­ci­pale oppo­si­tion reste le Labour, mais l’aide du SNP les ren­dra plus fort et leur main­tien­dra la pres­sion de gauche », nous dit à ce sujet Donnie Macleod.

ekoscam

David Cameron à Giant’s Causeway (National Trust/Harrison)

Le dis­cours social, autre­fois por­té par le Labour, s’est dépla­cé vers le SNP. Bilan impla­cable pour les tra­vaillistes : lan­ce­ment de la cam­pagne du « non » au réfé­ren­dum écos­sais, alliance avec les conser­va­teurs et les libé­raux-démo­crates et main­tien du dis­cours néo­li­bé­ral d’austérité au niveau natio­nal — des réduc­tions bud­gé­taires dans la san­té et l’éducation au main­tien de la très impo­pu­laire « Bedrom Tax » (impôt sur le nombre de chambre par foyer) : tra­vaillistes et conser­va­teurs che­minent d’un même pas. Le Labour, comme le Parti socia­liste en France, s’est lui-même cou­pé de ses élec­teurs et de son ancrage popu­laire en s’intégrant, sans cil­ler, au sys­tème d’alternance unique. Si les coupes tra­vaillistes s’annoncent moins dras­tiques que celles pro­mises par les conser­va­teurs, l’original, élec­to­ra­le­ment, séduit tou­jours plus que la copie. L’absence d’une alter­na­tive poli­tique à l’austérité a géné­ré un vide poli­tique que le SNP n’a pas eu grande dif­fi­cul­té à com­bler. Traditionnellement tra­vaillistes de géné­ra­tion en géné­ra­tion, des zones entières ont rapi­de­ment viré aux cou­leurs du SNP.

« Le Labour, comme le Parti socia­liste en France, s’est lui-même cou­pé de ses élec­teurs et de son ancrage popu­laire en s’intégrant, sans cil­ler, au sys­tème d’alternance unique. »

Le SNP s’est mis à la tête d’un puis­sant mou­ve­ment de la socié­té civile. Par ses occu­pa­tions des places (comme à Glasgow) et la mise en avant de la par­ti­ci­pa­tion citoyenne, le par­ti rap­pelle par­fois, par ses méthodes inclu­sives, les grands mou­ve­ments citoyens d’Espagne ou de Grèce. Les cam­pagnes se font à pré­sent par les citoyens, via les tour­nées d’affichages, et en leur nom, via les réunions de quar­tier où cha­cun est appe­lé à s’exprimer. La jeu­nesse écos­saise joue ici un rôle majeur : auto­ri­sés à voter dès l’âge de seize ans, les Écossais per­çoivent dans l’indépendance un pro­jet plus ambi­tieux et sti­mu­lant que l’accablante ren­gaine aus­té­ri­taire. Pourtant, en dépit de l’image pro­gres­siste et éman­ci­pa­trice que le par­ti est par­ve­nu à se for­ger, ses diri­geants veillent à ne pas divi­ser les Écossais ; deux idées doivent à leurs yeux pré­do­mi­ner : la nation écos­saise a voca­tion à se doter de son propre État et l’unité natio­nale sup­plante la divi­sion sociale. Discours non sans ambi­guï­tés, on l’imagine bien. La nation et non la lutte des classes : le SNP serait « de gauche » du bout des lèvres, « de gauche » tant la gauche ins­ti­tu­tion­nelle aime désor­mais à pen­ser à droite (une gauche écos­saise sans vision mar­xiste ni pers­pec­tive nette de remise en cause de la répar­ti­tion des richesses). De ce point de vue, le SNP se dif­fé­ren­cie radi­ca­le­ment des mou­ve­ments sociaux comme Podemos et, plus encore, Syriza. Le pro­blème se situe à l’extérieur de la nation — Westminster — et non en son sein, comme la caste vive­ment dénon­cée par l’organisation espa­gnole.

Mais l’indépendantisme écos­sais demeure un mou­ve­ment ample et hété­ro­gène, qui, quoique ras­sem­blé sous la ban­nière du SNP, peut se dis­tin­guer de la ligne de ses lea­ders. Dans le cadre du réfé­ren­dum comme des der­nières élec­tions, le mou­ve­ment de gauche radi­cale Radical Independence fut un élé­ment incon­tour­nable de la cam­pagne. Animant les actions de proxi­mi­té et les réunions de quar­tier, il tend à tirer le SNP sur sa gauche. Un rap­port de force entre le mou­ve­ment radi­cal et le par­ti (ou, plu­tôt, sa direc­tion) s’est enga­gé — les élec­tions par­le­men­taires écos­saises de 2016 main­tiennent plus encore la pres­sion. Une chose est sûre, la vic­toire du mou­ve­ment indé­pen­dan­tiste a enclen­ché un nou­veau temps poli­tique en Grande-Bretagne. L’Écosse a ôté ses chaînes : bien­tôt son entière libé­ra­tion ? Les pro­chains scru­tins écos­sais et le réfé­ren­dum sur la pré­sence bri­tan­nique dans l’UE vien­dront cer­tai­ne­ment y répondre.


NOTES

1. « A Scottish Watershed », New Left Review, sep­tembre-octobre 2014.


REBONDS

☰ Lire notre série « Que pense Podemos ? », Alexis Gales, avril 2015

Arthur Brault Moreau
Arthur Brault Moreau

Membre du syndicat Solidaires étudiant.e.s et militant.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.