La lettre-testament de Victor Serge

Notre huitième numéro sort le 19 septembre. Abonnez-vous dès maintenant !


La rubrique MEMENTO publie des textes introuvables sur Internet

Il s’a­git là d’un docu­ment rare. Publié en 1936 dans une bro­chure inti­tu­lée 16 fusillés, où va la Révolution russe ? (édi­tions Spartacus). L’écrivain et mili­tant Victor Serge (dont nous avons déjà par­lé dans nos colonnes) est sous étroite sur­veillance en rai­son de son oppo­si­tion au régime sta­li­nien : il sait que ses jours sont comp­tés et rédige cette lettre en guise de tes­ta­ment, que des amis de pas­sage empor­te­ront en Europe. Funeste pré­mo­ni­tion : le pou­voir l’ar­rê­te­ra peu après puis le dépor­te­ra à Orenbourg, non loin de la fron­tière qui sépare la Russie du Kazakhstan. Plus qu’une archive, un appel intem­po­rel à défendre la liber­té de pen­ser. Et plus encore lorsque l’on se réclame du socia­lisme : celui-ci « ne peut gran­dir dans l’ordre intel­lec­tuel que par l’é­mu­la­tion, la recherche, la lutte des idées ».


stalAu début de 1933, me sen­tant très mena­cé, j’a­dres­sai par une voie détour­née cette lettre à de vieux et fidèles amis. Elle pou­vait être, dans mon esprit, une der­nière lettre. Je la publie aujourd’­hui, en n’y sup­pri­mant qu’une ligne sans impor­tance, car elle me paraît de plus en plus défi­gu­rée et car ce qu’on y voit d’une expé­rience per­son­nelle consti­tue aus­si, après tout, un élé­ment d’ap­pré­cia­tion d’une por­tée géné­rale. Six semaines après avoir écrit ces lignes, j’é­tais, sans cause connais­sable, arrê­té, mis au secret, etc., etc.

Chers amis,

Voici enfin une occa­sion unique de vous écrire. La lettre n’ar­ri­ve­ra sans doute que dans quelques mois. C’est déjà bien beau. Il se peut, et je veux l’es­pé­rer, que, grâce à vos efforts, je ne sois plus loin de la libé­ra­tion. Mais je dois pré­voir le pire, n’ayant jamais consen­tir à vivre les yeux fer­més. J’ai deman­dé un pas­se­port, pour moi seul, en 1928 ; je n’ai ces­sé mes démarches depuis ; d’autres ont été faites en France, dont l’é­chec demeure éton­nant. Dans l’entre-temps, la situa­tion s’est tel­le­ment aggra­vée ici, les mœurs ont tel­le­ment chan­gé, dans le sens d’une into­lé­rance de plus en plus abso­lue, que je suis bien obli­gé de mettre par­fois l’a­ve­nir en doute. (Je parle en ce moment du mien, et plus stric­te­ment du nôtre, puisque nous sommes trois.)

« L’histoire ? Elle n’est tolé­rée qu’à condi­tion d’être faus­sée, tri­po­tée, adap­tée aux goûts du jour. »

Je ne vous décri­rai pas mon impasse : pas un cama­rade ; tous ceux avec que j’ai été lié : dépor­tés, empri­son­nés, morts, per­dus. L’impossibilité d’en­tre­te­nir une cor­res­pon­dance tant soit peu vivante ici ou avec vous. Un boy­cot­tage com­plet, m’in­ter­di­sant toute acti­vi­té intel­lec­tuelle ici. La dif­fi­cul­té énorme et qui risque de deve­nir insur­mon­table de conti­nuer à écrire. L’histoire ? Elle n’est tolé­rée qu’à condi­tion d’être faus­sée, tri­po­tée, adap­tée aux goûts du jour ; et je doute, n’y consen­tant pas, que mes manus­crits par­vien­draient comme naguère à Paris, si je les confiais à la poste. (Le cabi­net noir a ces­sé de se gêner ; il vole tout ce qui lui convient, recom­man­dé ou non.) La lit­té­ra­ture ? La réa­li­té envi­ron­nante est si oppres­sante que j’ai peur de l’a­bor­der. Mes manus­crits par­vien­draient-ils ? L’œuvre com­men­cée est déjà héré­tique à un point que je ne sau­rais dire – et le cau­che­mar pré­sent pèse par­fois sur ma vision du pas­sé – sur ma pen­sée même, que je vou­drais plus libre.

Ma langue même pâtit de cette exis­tence en vase clos, j’i­gnore presque le fran­çais vivant d’au­jourd’­hui et la cen­sure, deve­nue infi­ni­ment plus rigou­reuse que sous l’an­cien régime, ne laisse entrer qu’une quan­ti­té infime de livres et de publi­ca­tions. Pas même la pos­si­bi­li­té de tenir un jour­nal, tête-à-tête avec soi-même… un jour­nal qui pour­rait, chaque nuit, vous être pris pour ser­vir ensuite à Dieu sait quelles basses besognes contre vous et les vôtres.

Pour vivre, et ce n’est pas facile, la néces­si­té de cou­rir après les tâches par­fois nau­séa­bondes à force d’im­bé­ci­li­té, de men­songe, de mal­hon­nê­te­té. Bien heu­reux d’en trou­ver – ce qui peut ces­ser, du reste. À la mai­son, un entou­rage sinistre de gens, les uns ter­ro­ri­sés, hur­lant avec les loups, les autres convain­cus qu’au fond tout leur est per­mis. Trois agents du Guépéou dans l’ap­par­te­ment, dont deux canailles finies, espion­nant, intri­guant, tou­jours guet­tant une occa­sion de mau­vais coup. Chaque lettre ouverte, chaque conver­sa­tion télé­pho­nique épiée, chaque visite obser­vée. En voyage, à M…, le gite posant chaque jour le même pro­blème har­ce­lant. Dormir chez des gens non com­pro­mis ? J’ai peur de les com­pro­mettre et ils ont peur de l’être. Chez des gens com­pro­mis, parents de dépor­tés ou d’emprisonnés ? Ils sont tou­jours en péril et nous mul­ti­plions les uns pour les autres les risques cou­tu­miers. C’est pour­tant ce que je fais. N’allez pas croire avec cela que j’aie une acti­vi­té illi­cite quel­conque. Je n’en ai pas. J’ai mieux à faire. Et il n’y a rien, sinon des acti­vi­tés spo­ra­diques, iso­lées, car la répres­sion et la pro­vo­ca­tion étouffent dans l’œuf toute fer­men­ta­tion de groupes. Les anars, les syn­di­ca­listes, les oppo­sants de toutes nuances n’existent qu’en pri­son ou en exil et sont condam­nés à la dis­pa­ri­tion phy­sique. Voilà des mois qu’une rumeur affirme tan­tôt la mort de Racovski, tan­tôt celle de Zinoviev, par­fois les deux : impos­sible de savoir !

vs-lenine

Lénine

Je reviens à la ques­tion per­son­nelle : aus­si bien a‑t-elle une impor­tance géné­rale. Ma femme n’a pas résis­té à ce régime : com­men­ce­ment de folie. Psychose inter­mit­tente. La peur, l’an­goisse. C’est que, depuis « l’af­faire Roussakov » décrite par Istrati – qui, s’il a dit bien des bêtises, n’en­ten­dant abso­lu­ment rien à la poli­tique et au grand de la révo­lu­tion, nous a peut-être sau­vé la vie à tous – nous vivons entou­rés d’une maf­fia de cor­ri­dor qui se sent assu­rée de l’im­pu­ni­té. Le guet-apens chez soi, en per­ma­nence, pen­dant des années. Les vieux parents de Liouba, en ce moment, sont plus mena­cés que jamais, tra­qués lit­té­ra­le­ment chaque jour : dénon­cia­tions sur dénon­cia­tions, pro­vo­ca­tion, refus de cartes de pain. La petite maf­fia cherche à les pri­ver de pas­se­ports, c’est-à-dire à les faire dépor­ter, c’est-à-dire à les tuer, car une adap­ta­tion, dans les condi­tions indes­crip­tibles de la dépor­ta­tion, ne leur est plus pos­sible, car ils sont mora­le­ment bri­sés. À ce guet-apens domes­tique, s’a­joute l’autre, plus vaste, que l’on sent tou­jours ten­du au-des­sus de soi. J’étais bien obli­gé d’en­vi­sa­ger dans un camp de concen­tra­tion, pen­dant la guerre, l’hy­po­thèse d’une grippe finale ou d’une balle comme on nous en envoyait quel­que­fois dans les fenêtres.

Aujourd’hui, j’en arrive par­fois à me deman­der si nous ne devons pas finir assas­si­nés ain­si ou autre­ment, car il y a bien des façons de s’y prendre. C’est en pré­vi­sion de quoi je vous écris ceci. Si je venais à dis­pa­raître – qu’on me fasse un mau­vais coup, légal ou autre, ou que le hasard s’en mêle par ces temps de typhus – faites l’im­pos­sible pour sau­ver mes deux êtres les plus proches, Liouba, déjà bles­sée au cer­veau, et Vladi qui est un brave petit homme, bien doué et mérite de vivre. Entendons-nous bien. Je ne suis pas pes­si­miste du tout. Je pense que nous tien­drons comme nous avons tenu jus­qu’i­ci et que l’a­ve­nir s’ou­vri­ra à nous, meilleur. Confiance en la vie, en l’a­mi­tié, en mes forces – par prin­cipe et par tem­pé­ra­ment. Mais la froide rai­son oblige à envi­sa­ger le pire, je le répète.

« Pourquoi craint-on de me lais­ser sor­tir ? Pourquoi sommes-nous dans ce guet-apens conti­nu ? On craint le témoin – l’ob­jec­teur, l’i­déo­logue. »

Ma récente demande de pas­se­ports était moti­vée par mon tra­vail d’é­cri­vain de langue et d’o­ri­gine fran­çaise (belge), les démarches de mes amis pari­siens, la psy­chose inter­mit­tente de ma femme (deux ten­ta­tives de sui­cide). On nous a admi­nis­tra­ti­ve­ment répon­du : nous nous en fichons. Tout cela peut et doit chan­ger. Je ne vous dis rien sur ce sujet, car Pierre vous aura éclai­ré à fond et entre­te­nu de ma part. Mais si les choses tournent mal pour moi, je vous prie d’u­ti­li­ser en tout ou par­tie – selon les cir­cons­tances – cette lettre et sur­tout la por­tée géné­rale de cette lettre, afin que la lutte que je sou­tiens dans ma pas­si­vi­té et mon impuis­sante appa­rentes reçoive tout son sens.

Pourquoi craint-on de me lais­ser sor­tir ? Pourquoi sommes-nous dans ce guet-apens conti­nu ? On craint le témoin – l’ob­jec­teur, l’i­déo­logue. Je crois qu’on se repent amè­re­ment d’a­voir lâché Trotsky, par exemple. Le régime tend, de plus en plus, de toute sa puis­sance qui est énorme, à la sup­pres­sion morale et phy­sique de l’ob­jec­teur quel qu’il soit, même réduit au silence (et je ne le suis pas entiè­re­ment). Cette crainte, cette hor­reur fau­drait-il dire, tient à la nature pro­fonde du régime qui achève de se créer.

vs3

Victor, son fils et sa com­pagne

Une évo­lu­tion funeste s’est accom­plie et se pour­suit. Le socia­lisme peut être aus­si riche d’as­pects, plus même que le capi­ta­lisme. Le socia­lisme s’est affir­mé en Russie sur le ter­rain à plu­sieurs égards, le moins pré­pa­ré. Il a repris peu à peu une foule d’ha­bi­tudes de la plus vieille Russie, il s’est lais­sé aller à conti­nuer des tra­di­tions qui remontent à Ivan le Terrible. Témoignage de fai­blesse. On est stu­pé­fait, en étu­diant l’his­toire de Russie, d’y retrou­ver les moindres traits des mœurs du pré­sent. C’est tou­jours le même trai­te­ment infli­gé à l’homme, la même into­lé­rance mor­telle, la même inca­pa­ci­té d’é­vo­luer, la même hor­reur de la liber­té, le même fana­tisme gou­ver­ne­men­tal et bureau­cra­tique, le même arbi­traire à tous les degrés de la hié­rar­chie sociale, la même coer­ci­tion impla­cable et téné­breuse.

Depuis déjà de longues années, la révo­lu­tion est entrée dans une phase de réac­tion. (De même qu’a­près Thermidor, la révo­lu­tion fran­çaise, tout en res­tant, par rap­port à l’Europe de l’an­cien régime, une puis­sance révo­lu­tion­naire, ce qu’elle sera encore sous Napoléon, entre dans une longue période de réac­tion à l’in­té­rieur, sur son propre ter­rain.) Il ne faut pas se dis­si­mu­ler que le socia­lisme a en lui-même des germes de réac­tion. Sur le ter­rain russe, ces germes ont don­né une fleu­rai­son.

À l’heure actuelle, nous sommes de plus en plus en pré­sence d’un État tota­li­taire, catas­tro­phique, abso­lu, gri­sé par sa puis­sance, pour lequel l’homme ne compte pas. Cette machine for­mi­dable repose sur une double assise : une sûre­té géné­rale toute puis­sante qui a repris les tra­di­tions des chan­cel­le­ries secrètes de la fin du XVIIIe siècle (Anna Iohannovna) et un « ordre » – au sens clé­ri­cal du mot – bureau­cra­tique d’exé­cu­tants pri­vi­lé­giés. La concen­tra­tion des pou­voirs éco­no­miques et poli­tiques la plus com­plète, fai­sant que l’in­di­vi­du est tenu par le pain, le vête­ment, le loge­ment, le tra­vail et mis tota­le­ment à la dis­cré­tion de la machine, per­met à celle-ci de négli­ger l’homme et de tenir compte que des grands nombres, à la longue.

« Ce régime est en contra­dic­tion abso­lue avec tout ce qui a été dit, pro­cla­mé, vou­lu, pen­sé pen­dant la révo­lu­tion pro­pre­ment dite. »

Ce régime est en contra­dic­tion abso­lue avec tout ce qui a été dit, pro­cla­mé, vou­lu, pen­sé pen­dant la révo­lu­tion pro­pre­ment dite. Il suf­fit de rap­pe­ler les idées de Lénine sur l’État-Commune, grande démo­cra­tie ouvrière, démo­cra­tie dans les réa­li­tés et non dans les textes, que devait être le sys­tème des Soviets. Il se cris­tal­lise de plus en plus dure­ment. Les chan­ge­ments accom­plis depuis 1926 sont incroyables : tous dans le sens réac­tion­naire. On ne conçoit plus main­te­nant qu’un membre du par­ti se per­mette de poser, dans une réunion, une simple ques­tion poli­tique. L’arrestation d’un vieux bol­che­vik était encore en 1929–30 un petit évé­ne­ment ; elle ne compte plus, elle reste secrète et c’est tout. L’établissement du sys­tème des pas­se­ports – tel qu’il ne fut jamais autre­fois – signi­fie pour les quatre-vingt-quinze cen­tièmes de la popu­la­tion du pays, le régime de l’in­ter­dic­tion de séjour dans les plus grandes villes ; pour des mil­lions d’ha­bi­tants actuels de celles-ci, la dépor­ta­tion avec tout ce qu’elle entraîne de risques et de souf­frances ; pour tout le monde, très pro­ba­ble­ment, le rat­ta­che­ment légal au lieu du tra­vail, c’est-à-dire l’a­bo­li­tion de l’une des der­nières liber­tés indi­vi­duelles, celle de se dépla­cer. Celui qui eut annon­cé pareille chose il y a deux ans, eut été trai­té de fou. (Je veux espé­rer qu’on se heur­te­ra, dans la pra­tique, à trop de dif­fi­cul­tés, à des réac­tions molé­cu­laires inat­ten­dues de la part des masses et que le régime des pas­se­ports ne pour­ra pas s’im­plan­ter.)

Et le men­songe que l’on res­pire comme l’air ! Toute la presse pro­cla­mait, il y a quelques jours, que l’exé­cu­tion du plan quin­quen­nal abou­tis­sait à une aug­men­ta­tion des salaires de 68 % et à la sécu­ri­té de l’ou­vrier : pas de chô­mage. Or, le rouble a bais­sé envi­ron trente fois pen­dant que se pro­dui­sait cette hausse des salaires mini­maux ; et, dans ces jours mêmes, il n’é­tait ques­tion que de licen­cie­ments de per­son­nel ; des luttes d’une âpre­té innom­mable se dérou­laient autour des cartes de pain, l’in­sé­cu­ri­té maté­rielle et morale du tra­vailleur attei­gnait un point culmi­nant. Ainsi sans cesse, ain­si de tout.

vs1

Victor Serge et son fils Vlady

Il a fal­lu, pour arri­ver à ces résul­tats, outre de bien grandes dif­fi­cul­tés en quelque sorte natu­relles – l’i­so­le­ment de la révo­lu­tion, l’é­tat arrié­ré du pays – une longue série de fautes gros­sières qui eussent été faciles à évi­ter, semble-t-il, si le régime bureau­cra­tique n’a­vait exer­cé sans cesse, sur lui-même, la plus obs­ti­née des sélec­tions à rebours, para­ly­sé toutes les ini­tia­tives et les intel­li­gences et, fina­le­ment, dres­sé presque tout le monde contre lui : tous ceux qui n’en pro­fitent pas direc­te­ment. La méca­ni­sa­tion de toute l’ac­ti­vi­té sociale et l’ex­trême concen­tra­tion du pou­voir en pré­sence d’une popu­la­tion pro­fon­dé­ment aigrie et désen­chan­tée, dont la masse immense s’a­dapte pas­si­ve­ment et se débrouille sans illu­sions, accroissent, au plus haut degré, l’im­por­tance de quelques hommes qui exercent en fait une dic­ta­ture sans contrôle, et sans même pou­voir connaître une opi­nion publique. Ces quelques hommes sont encore de vieux socia­listes convain­cus, de la géné­ra­tion for­mée avant 1917. Ils peuvent être pro­di­gieu­se­ment inca­pables, accou­tu­més à se fier sur­tout aux aux méthodes de force ; leur bonne foi com­mu­niste n’est pas en ques­tion et c’est actuel­le­ment la seule et bien fra­gile garan­tie de la « ligne géné­rale » sui­vie par la grande machine qu’ils dirigent.

Mais ils ne sont pas per­pé­tuels. Le régime ne per­met pas la for­ma­tion d’é­quipes de rechange ; il porte inévi­ta­ble­ment au pou­voir des adap­tés de seconde zone, n’of­frant aucune garan­tie de révo­lu­tion­na­risme ou de convic­tion socia­liste. Quand, de façon ou d’autre, des hommes nou­veaux, incon­nus d’au­jourd’­hui, met­tront la main sur les leviers de com­mande de cet État tota­li­taire, où ira-t-il, que fera-t-il ? Ce sont là de ter­ribles points d’in­ter­ro­ga­tion iné­luc­tables.

« L’égoïsme se camoufle au goût du moment et se répète ser­vi­le­ment des phrases sur l’é­mu­la­tion socia­liste. »

En haut comme en bas, une redou­table puis­sance de réac­tion s’ac­cu­mule. Quels types foi­sonnent en bas ? Aucun cou­rage civique n’est tolé­ré, aucun dés­in­té­res­se­ment n’est pos­sible dans une lutte pour la vie d’une telle âpre­té (on s’en­tr’é­gorge à coups de déla­tions pour une chambre, pour une carte de pain ; on se bat pour une place en tram­way), aucune opi­nion publique n’en­tre­tient un esprit de mora­li­té col­lec­tive. Les mots écrits sur les écri­teaux font sou­rire presque tout le monde et bafouent ceux qui vou­draient les prendre au sérieux. L’égoïsme se camoufle au goût du moment et se répète ser­vi­le­ment des phrases sur l’é­mu­la­tion socia­liste.

Il y a bien une caté­go­rie de croyants, les mêmes que par­tout : inté­res­sés les uns, jeunes et sin­cères de jeu­nesse les autres. Tout jeune homme sain appar­tient quelques années à la « géné­ra­tion enthou­siaste » et s’en va… Les belles qua­li­tés des sin­cères sont gâtées par leur suf­fi­sance, leur igno­rance du monde exté­rieur à l’URSS, mépri­sé en bloc, leur étroi­tesse de pen­sée qui cor­res­pond à la bigo­te­rie des pas­sifs et des pro­fi­teurs. Il y a encore toute une nom­breuse jeu­nesse en voie d’a­mé­ri­ca­ni­sa­tion, prise du goût des choses concrètes, avide de tra­vailler et de jouir, scep­tique sur les idées, égoïste et dure mais capable d’ac­tions de masses, car, joi­gnant à un indi­vi­dua­lisme vigou­reux assez pri­mi­tif le mépris de l’in­di­vi­duel. Ceux-là diront leur mot à l’a­ve­nir.

staline-vs

Photo de M. Mitskevich, 1934

Pas un mot dans tout ce que j’é­cris que je ne puisse étayer, illus­trer, démon­trer, hélas ! Quand on en est là et qu’on lit, ayant dans les yeux, l’es­prit, la peau la sen­sa­tion de cette réa­li­té, des proses de voya­geurs ou des décla­ra­tions d’oc­ci­den­taux bien inten­tion­nés, mais abso­lu­ment inca­pables de péné­trer les choses, on éprouve ce que devaient éprou­ver les sol­dats des tran­chées à lire les copies des jour­na­listes de l’ar­rière. La réac­tion au sein de la révo­lu­tion met tout en ques­tion, com­pro­met l’a­ve­nir, les prin­cipes, le beau pas­sé même de la révo­lu­tion, fait naître pour elle un dan­ger inté­rieur beau­coup plus réel à l’heure pré­sente que les dan­gers exté­rieurs dont on parle – pré­ci­sé­ment par­fois pour igno­rer les pre­miers. Une révo­lu­tion socia­liste aus­si malade à l’in­té­rieur trou­ve­ra-t-elle, le jour où elle en aura besoin, un nombre suf­fi­sant de défen­seurs et d’i­mi­ta­teurs au dehors ? La ques­tion est vidée. C’est sans doute de ce mal que vient, dans une large mesure, l’ex­trême fai­blesse (et la divi­sion) du pro­lé­ta­riat dans la crise mon­diale.

En défi­ni­tive, ma convic­tion est que le socia­lisme ne vain­cra ici et ailleurs, ne s’imposera que s’il se montre supé­rieur au capi­ta­lisme, et non dans la fabri­ca­tion des tanks, mais dans l’organisation de la vie sociale ; s’il offre à l’homme une condi­tion meilleure que le capi­ta­lisme ; plus de bien être maté­riel, plus de jus­tice, plus de liber­té, une digni­té plus haute. Le devoir est de l’y aider ; le devoir est donc de com­battre les maux qui le gan­grènent. Le devoir est double : défense exté­rieure et défense inté­rieure. Cette der­nière devient de beau­coup la plus impor­tante. Et ceux qui ferment les yeux sur le mal se font ses com­plices par igno­rance, aveu­gle­ment, pusil­la­ni­mi­té ou inté­rêt.

Les oppo­sants pré­co­nisent une réforme ; ils ont évi­dem­ment rai­son, mais elle est impos­sible et ne pour­ra se réa­li­ser qu’a­vec le temps – de longues années – au prix de luttes longues et pénibles. Et rien n’est moins cer­tain que sa réus­site. Tout est mis en ques­tion. Je me suis bien écar­té de moi-même. Rien de ce qui pré­cède n’est à publier, sauf au cas où je vien­drais à dis­pa­raître. Je vou­drais qu’a­lors ma voix fût enten­due de quelques-uns au moins. Ce n’est qu’une expli­ca­tion entre nous – mise au point de vues per­son­nelles.

« Je crois qu’il faut, pour cela, tout revoir en com­men­çant par ins­ti­tuer, entre cama­rades des ten­dances les plus diverses, une col­la­bo­ra­tion réel­le­ment fra­ter­nelle dans la dis­cus­sion et dans l’ac­tion. »

La plu­part des consi­dé­ra­tions qui pré­cèdent ne sont pas en rap­port avec la crise actuelle de l’URSS (disette, effon­dre­ment du rouble, mesures dra­co­niennes ten­dant à impo­ser le tra­vail quand on ne veut pas le sala­rier de façon à per­mettre au tra­vailleur de vivre) qui doit avoir une fin : assez prompte et facile si l’on donne un coup de barre à droite, ce qui ferait naître par ailleurs bien des dan­gers poli­tiques ; beau­coup plus lente si l’on per­sé­vère dans la voie adop­tée, qui est celle de l’é­ta­ti­sa­tion à outrance et des mesures de contrainte. Il fau­dra, en ce cas, des années pour reve­nir au pauvre stan­dard de vie de 1925 qui paraît aujourd’­hui – à tout le monde – para­di­siaque. Les dif­fi­cul­tés actuelles me paraissent moins graves, en dépit de leur hor­reur réelle, que le carac­tère du sys­tème les a fait naître et qui arrive à réa­li­ser pra­ti­que­ment le contre-pied de toutes les pro­messe de la révo­lu­tion.

Je me suis reti­ré, par la force des choses, de toute acti­vi­té poli­tique directe. Ma posi­tion de retraite de non-consen­tant est la sui­vante. Voici, en d’autres termes, ce que j’af­fir­me­rai tran­quille­ment ici et ce que je veux qu’on sache si cela me vaut quelque per­sé­cu­tion. Je ne vois aucune erreur mar­quante dans les idées que j’ai sou­te­nues en 1923–28 au sein du Parti. Je n’ai rien à rétrac­ter de tout ce que j’ai écrit depuis. Coupé du mou­ve­ment ouvrier et com­mu­niste d’Occident, n’ayant lu aucun ouvrage ou docu­ment poli­tique publié à l’é­tran­ger depuis plus de cinq ans (sauf des frag­ments, et bien rare­ment), je ne puis me soli­da­ri­ser plus étroi­te­ment avec aucun groupe. Je sym­pa­thise avec tous ceux qui vont contre le cou­rant, cherchent à sau­ver les idées, les prin­cipes, l’es­prit de la révo­lu­tion d’Octobre. Je crois qu’il faut, pour cela, tout revoir en com­men­çant par ins­ti­tuer, entre cama­rades des ten­dances les plus diverses, une col­la­bo­ra­tion réel­le­ment fra­ter­nelle dans la dis­cus­sion et dans l’ac­tion.

Staline, par F. Chourpine

Sur trois points essen­tiels, supé­rieurs à toutes les consi­dé­ra­tions de tac­tique, je reste et res­te­rai quoi­qu’il puisse m’en coû­ter, un objec­teur, un non-consen­tant avoué, net, et qui ne se tai­ra que contraint.

I. – Défense de l’homme, res­pect de l’homme. Il faut lui rendre des droits, une sécu­ri­té, une valeur. Sans cela pas de socia­lisme. Sans cela tout est faux, raté, vicié. L’homme, quel qu’il soit, fût-ce le der­nier des hommes, « Ennemi de classe », fils ou petit-fils de grand bour­geois, je m’en moque. Il ne faut jamais oublier qu’un être humain est un être humain. Ça s’ou­blie tous les jours, sous mes yeux, par­tout c’est la chose la plus révol­tante et la plus anti­so­cia­liste qui soit. Et, à ce pro­pos, sans vou­loir rayer une ligne de ce que j’ai écrit sur la néces­si­té de la ter­reur dans les révo­lu­tions en dan­ger de mort, je dois dire que je tiens pour une abo­mi­na­tion inqua­li­fiable, réac­tion­naire, écœu­rante et démo­ra­li­sante, l’u­sage conti­nu de la peine de mort par une jus­tice admi­nis­tra­tive et secrète. (En temps de paix ! dans un État plus puis­sant que nul autre !)

Mon point de vue est celui de Dzerjinski au début des années 1920, quand la guerre civile parais­sant ter­mi­née, il pro­po­sa aus­si­tôt – et obtint sans peine de Lénine – la sup­pres­sion de la peine de mort poli­tique (elle fut réta­blie peu après à la suite de l’a­gres­sion polo­naise). C’est aus­si celui des com­mu­nistes qui pro­po­sèrent pen­dant des années de réduire les fonc­tions des Commissions extra­or­di­naires (Tchéka ou Guépéou) à l’en­quête. Le prix de la vie humaine est tom­bé si bas, et c’est si tra­gique, que toute peine de mort est à condam­ner dans ce régime.

Abominable éga­le­ment, et injus­ti­fiable, la répres­sion par l’exil, la dépor­ta­tion, la pri­son qua­si-per­pé­tuelle, de toute dis­si­dence dans le mou­ve­ment ouvrier – c’est-à-dire l’ap­pli­ca­tion, contre les tra­vailleurs, de mesures excep­tion­nelles édic­tées dans le feu de la guerre civile contre les enne­mis de la Révolution.

« Je tiens la véri­té pour une condi­tion de san­té maté­rielle et morale. Qui parle de véri­té parle de sin­cé­ri­té. »

II. – Défense de la véri­té. L’homme et les masses y ont droit. Je ne consens ni au tri­pa­touillage de la lit­té­ra­ture, ni à la sup­pres­sion de toute infor­ma­tion sérieuse dans la presse (réduite à un rôle d’a­gi­ta­tion). Je tiens la véri­té pour une condi­tion de san­té maté­rielle et morale. Qui parle de véri­té parle de sin­cé­ri­té. Droit de l’homme à l’une et à l’autre.

III. – Défense de la pen­sée. Aucune recherche intel­lec­tuelle, dans aucun domaine, n’est per­mise. Tout se réduit à une casuis­tique nour­rie de cita­tions. Il a fal­lu, l’an der­nier, que Staline s’en mêlât et fît écrire dans la Pravda qu’on a tort de vou­loir impo­ser à la gyné­co­lo­gie les for­mules mar­xistes. La peur inté­res­sée de l’hé­ré­sie abou­tit au dog­ma­tisme bigot le plus para­ly­sant. Je tiens que le socia­lisme ne peut gran­dir dans l’ordre intel­lec­tuel que par l’é­mu­la­tion, la recherche, la lutte des idées ; qu’il n’a pas à craindre l’er­reur, tou­jours répa­rée, avec le temps, par la vie même, mais la stag­na­tion et la réac­tion ; que le res­pect de l’homme sous-entend pour l’homme le droit de tout connaître et la liber­té de pen­ser. Ce n’est pas contre la liber­té de pen­ser, contre l’homme que le socia­lisme peut triom­pher, mais au contraire par la liber­té de pen­ser, en amé­lio­rant la condi­tion de l’homme.

Et je ne fais pas ici une apo­lo­gie du libé­ra­lisme ; je rap­pelle seule­ment ce qui est consa­cré par la consti­tu­tion sovié­tique, ce qui a été recon­nu et pro­cla­mé par tous les socia­listes, y com­pris ceux qui font exac­te­ment le contraire de ce qu’ils disent.

Chers amis, je finis. J’ai écrit ceci à la hâte, par bribes, dans les condi­tions les plus mau­vaises. À peine si je puis, tout aus­si hâti­ve­ment, me relire. Je bâcle. Faites-moi abso­lu­ment com­prendre que vous avez reçu et lu. À titre d’ac­cu­sé de récep­tion, envoyez… Essayons peut-être de reprendre cer­tains points par lettre. Si vous me désap­prou­vez sur cer­tains points, tâchez de me le lais­ser entendre, faites-moi vos objec­tions dans la mesure du pos­sible. Bien pauvre même !

Ma cor­res­pon­dance est extrê­me­ment pré­caire. Avec l’Espagne, elle vient de ces­ser il y a trois mois, com­plè­te­ment. Le cabi­net noir a visi­ble­ment déci­dé de cou­per. Il coupe. Il peut tout. Je sou­ligne qu’aus­si mal­me­née qu’elle soit, la cor­res­pon­dance a pour moi, pour nous, un inté­rêt vital ; ne lais­sez pas cou­per ce fil.

J’espère vous revoir bien­tôt. Je ne per­drai pas cet espoir. Je conti­nue­rai à lut­ter comme je pour­rai. Je tien­drai en tout cas, et si ça tourne mal, j’au­rai fait mon pos­sible, tenu de mon mieux jus­qu’au bout. Ce n’est cer­tai­ne­ment pas inutile. À vous de cœur.

Moscou, 1er février 1933.

V.S.

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.