Repenser le socialisme avec Victor Serge


Texte inédit pour le site de Ballast

« Autant d’en­trailles que de cer­velle ; rétif, mau­vais carac­tère, pas accom­mo­dant pour un sou. En stra­té­gie de car­rière, zéro poin­té. Irrécupérable. […] Alors, entre le chi­chi artiste et l’emmerdance savante, sau­mâtre entre-deux, un cen­taure mi-russe mi-fran­çais, mi-anar mi-bol­cho, mi-esthète mi-acti­viste, tra­vaille en cachette qua­rante ans durant, contre vents et marées, page après page, à rendre l’a­ve­nir des hommes un peu plus sup­por­table », écri­vit Régis Debray à pro­pos de celui, nous par­lons bien sûr de Serge, « l’homme double », qui, par­mi d’autres, ins­pire notre revue. Sa bio­graphe de réfé­rence, la pro­fes­seure et jour­na­liste amé­ri­caine Susan Weissman, nous appelle à nous réap­pro­prier sa mémoire afin de construire le socia­lisme démo­cra­tique de demain (mais nous n’ou­blions pas, en pas­sant, qu’il y eut der­rière le Trotsky exi­lé et tra­qué un lea­der auto­ri­taire et sec­taire, prêt à tout pour faire taire les marins de Kronstadt et Voline). ☰ Par Susan Weissman


Victor Serge eut un impact consi­dé­rable sur le déve­lop­pe­ment de la conscience des mar­xistes révo­lu­tion­naires, des liber­taires et des anar­chistes du monde entier. Il fut le trots­kyste le plus connu de son temps, bien que sa rela­tion avec le mou­ve­ment trots­kyste ait été pour le moins contro­ver­sée. Lorsque je raconte aux gens que j’é­cris sur Serge, ils me disent, inva­ria­ble­ment, les­quels de ses livres les ont tou­chés ou influen­cés le plus — dans le monde anglo-saxon, il s’a­git le plus sou­vent de son roman dia­lec­tique ayant trait aux purges, L’affaire Toulaév, ou de ses Mémoires d’un révo­lu­tion­naire. En France : S’il est minuit dans le siècle. Quant aux mili­tants trots­kystes, ils men­tionnent géné­ra­le­ment L’An I de la Révolution russe ou De Lénine à Staline, qu’il écri­vit en seule­ment quinze jours, en 1936. En Amérique latine, son tra­vail le plus lu est sa petite bro­chure Ce que tout révo­lu­tion­naire doit savoir sur la répres­sion.

Cela pour dire que Serge ren­voie à l’ex­pres­sion concrète et poé­tique d’une époque. Il était aux côtés des révo­lu­tion­naires mar­xistes qui refu­sèrent de se ral­lier à la contre-révo­lu­tion sta­li­nienne et qui lut­tèrent afin que leurs idées échap­passent aux ten­ta­tives exter­mi­na­trices de Staline. C’est ce qui rend son tra­vail si puis­sant. On a appe­lé Serge le poète, le barde, le jour­na­liste et l’his­to­rien de l’Opposition de gauche¹. Il était éga­le­ment sa conscience. À l’ins­tar de ses cama­rades de l’Opposition, Serge fut mis en marge de l’Histoire parce qu’il reje­tait, d’un même élan, le capi­ta­lisme et le sta­li­nisme. Sa contri­bu­tion conti­nue, aujourd’­hui encore, de nous séduire puis­qu’il n’a jamais com­pro­mis son enga­ge­ment – celui de créer une socié­té qui défend la liber­té humaine, ren­force la digni­té humaine et amé­liore la condi­tion humaine. Serge a vécu dans la tour­mente de la pre­mière moi­tié du XXsiècle mais ses idées demeurent per­ti­nentes pour les débats contem­po­rains qui agitent notre mode post-sovié­tique et post-Guerre froide.

« Mis en marge de l’Histoire parce qu’il reje­tait, d’un même élan, le capi­ta­lisme et le sta­li­nisme. »

D’aucuns se demandent sans doute com­ment le tra­vail de ce révo­lu­tion­naire pour­rait être de quelque uti­li­té à notre époque. Le XXe siècle a tiré sa révé­rence, empor­tant avec lui l’URSS effon­drée ; les colos­sales batailles idéo­lo­giques qu’elle sus­ci­tait dis­pa­rurent par la même occa­sion. De quelles façons, dès lors, les idées et les luttes por­tées par Serge, que l’on a pu dire dépas­sées, pour­raient-elles réson­ner à nou­veau ? Comment Serge pour­rait-il être un homme de notre temps ? Avec la dis­pa­ri­tion du sta­li­nisme, les vain­queurs de la Guerre froide ont eu le loi­sir de pro­cla­mer qu’« il n’y a aucune alter­na­tive » à la démo­cra­tie capi­ta­liste de type occi­den­tal, alors même que les inéga­li­tés se creusent et que les natio­na­listes reli­gieux usent à l’en­vi de la ter­reur. Au regard de l’in­sé­cu­ri­té et de l’in­cer­ti­tude que char­rie notre temps, au regard de l’i­né­ga­li­té et de la gro­tesque réponse réac­tion­naire, une nou­velle géné­ra­tion a pris la rue pour récla­mer un monde meilleur – et, qui plus est, celle-ci insiste sur le fait que cela est pos­sible.

lenine_staline

Lénine et Staline

Parmi les nom­breux bilans qui furent effec­tués du désastre sovié­tique, sur le ter­rain poli­tique et intel­lec­tuel, la voix et le témoi­gnage de Victor Serge se dis­tinguent par leur pro­bi­té, leur rigueur et les pré­oc­cu­pa­tions pro­fon­dé­ment humaines qu’il n’a ces­sé de por­ter. Ses œuvres abordent des ques­tions impor­tantes et pri­mor­diales, pour­tant irré­so­lues à l’heure qu’il est : la liber­té, l’au­to­no­mie et la digni­té. Serge appar­te­nait à une géné­ra­tion révo­lu­tion­naire qui cher­chait com­ment créer une socié­té capable d’at­teindre de tels objec­tifs. Ils échouèrent, mais il pas­sa le res­tant de sa vie à décrire leur ten­ta­tive et à ana­ly­ser leur défaite. Pour cette rai­son, son tra­vail mérite d’être réédi­té, ana­ly­sé, inter­pré­té et, sur­tout, sau­ve­gar­dé. Nous réap­pro­prier Serge peut nous aider à ima­gi­ner – et nous espé­rons à créer – l’a­ve­nir.

« Nous réap­pro­prier Serge peut nous aider à ima­gi­ner – et nous espé­rons à créer – l’a­ve­nir. »

Victor Serge est mort à l’âge de 57 ans, en 1947. Le temps de cette vie, trop brève, il a par­ti­ci­pé à trois révo­lu­tions, a pas­sé une dizaine d’an­nées en cap­ti­vi­té, a publié plus de trente ouvrages et a lais­sé quan­ti­té de tra­vaux inédits. Il est né en exil poli­tique et mort dans un autre. Il était poli­ti­que­ment actif dans sept pays. Sa vie entière s’est pla­cée sous le signe de la contes­ta­tion poli­tique per­ma­nente : Serge s’est oppo­sé au capi­ta­lisme – d’a­bord en tant qu’a­nar­chiste, puis comme bol­che­vik ; il s’est oppo­sé aux pra­tiques anti­dé­mo­cra­tiques du bol­che­visme puis s’est oppo­sé à Staline en tant, nous l’a­vons vu, qu’op­po­si­tion­nel de gauche. Marxiste impé­ni­tent, il s’est dis­pu­té avec Trotsky, de l’in­té­rieur de la gauche anti-sta­li­nienne, et, enfin, s’est oppo­sé au fas­cisme. Bien que ce roman­cier et his­to­rien de la Révolution reste encore peu connu dans l’ex-URSS, il fut l’un des obser­va­teurs les plus lucides de ses évo­lu­tions poli­tiques, décryp­tant, dans ses nom­breux ouvrages, la tra­hi­son bru­tale de la Révolution de 1917.

Son expé­rience poli­tique ne l’a pas conduit à renon­cer au socia­lisme une fois que Staline avait triom­phé, mais à lui appor­ter ce qui avait pu lui faire défaut, le sou­ci des droits indi­vi­duels humains, afin de contri­buer plus encore aux des­seins socia­listes. Il s’est levé contre le sys­tème de par­ti unique, décla­rant, dès 1918 (et éga­le­ment en 1923), qu’un gou­ver­ne­ment de coa­li­tion, bien que source de mul­tiples dan­gers, eût été moins dan­ge­reux que ce qui allait se pro­duire plus tard, sous la dic­ta­ture bureau­cra­tique de Staline et de sa police secrète. Ses pro­po­si­tions de réforme éco­no­mique incluaient la « démo­cra­tie ouvrière » et le « com­mu­nisme des asso­cia­tions », en lieu et place des « plans » rigides, ver­ti­caux et anti-démo­cra­tiques. Serge ne s’est jamais ren­du cou­pable de quelque ana­lyse anhis­to­rique : il n’i­gno­rait pas que les bol­che­viks man­quaient cruel­le­ment de choix au terme d’une impi­toyable guerre civile. Incapables de voir ce qui les atten­dait, ces der­niers crai­gnaient que la Révolution pût être noyée dans le sang par les forces réac­tion­naires — un trop grand nombre de leurs déci­sions furent influen­cées par le patrio­tisme de par­ti

serge

Victor Serge, en famille

La lec­ture de son tra­vail sur l’URSS demeure indis­pen­sable pour tous ceux qui aspirent à sai­sir l’at­mo­sphère des années 1920 et des années 1930 au sein de l’Union sovié­tique et du mou­ve­ment com­mu­niste. Il mit en lumière les dilemmes des années 1940 avec un sen­ti­ment d’ur­gence et de clar­té. Cela contri­bue à l’ac­tua­li­té de sa pen­sée – parce qu’elle en appe­lait lit­té­ra­le­ment à un autre monde. En sor­tant Serge de l’ombre et de l’ou­bli, nous pour­rons, de nou­veau, sai­sir ce sens vital de l’Histoire, celui qui sauve et qui, pour­tant, devrait tou­jours tenir du truisme : la démo­cra­tie est une com­po­sante essen­tielle du socia­lisme.

Défaite, renouveau et démocratie

« Mieux valait les réduire au silence afin d’é­vi­ter que leurs voix ne trou­vassent un large public. »

Staline crai­gnait pour la sta­bi­li­té de son propre pou­voir et il n’eut plus qu’une obses­sion : éra­di­quer l’op­po­si­tion, sur son sol comme à l’é­tran­ger. Il peut paraître sur­pre­nant qu’il ait fait preuve d’au­tant de fureur et de zèle pour tra­quer le petit nombre de trots­kystes et d’op­po­sants qui contes­taient son auto­ri­té, dans des revues et des orga­ni­sa­tions d’ex­trême gauche, à l’Ouest, à la fin des années 1930 et au début des années 1940. Un tel effort pour éteindre ces petites flammes de défiance semble tota­le­ment déme­su­ré au regard des tâches qu’il avait par ailleurs à accom­plir, comme la pré­pa­ra­tion de la guerre…

Mais les cri­tiques mar­xistes, comme Trotsky et Serge, ne repré­sen­taient pas seule­ment une épine dans le pied de Staline, mais un affront moral à sa loi. Mieux valait les réduire au silence afin d’é­vi­ter que leurs voix ne trou­vassent un large public. Trotsky fut assas­si­né en août 1940 ; Serge a sur­vé­cu et a conti­nué d’é­crire à pro­fu­sion. Il consa­cra ses der­niers essais et ses ultimes pen­sées à ana­ly­ser les tenants et les abou­tis­sants de la période d’a­près-guerre et à mettre en avant la néces­si­té d’une régé­né­ra­tion du socia­lisme afin qu’il pût conser­ver toute sa per­ti­nence. Durant les quatre années qui pré­cé­dèrent l’exé­cu­tion de Trotsky, Serge et lui séjour­naient à l’Ouest et eurent l’oc­ca­sion de tra­vailler ensemble : pen­sez à la puis­sance de leurs voix com­bi­nées et à leurs écrits si convain­cants ! Staline avait com­mis une grave erreur en les expul­sant tous deux : peut-être n’a­vait-il point ima­gi­né qu’ils conti­nue­raient, dans l’exil, à dénon­cer cha­cune de ses tra­hi­sons et cha­cun de ses meurtres…

trotsky

Léon Trotsky

Trotsky avait mené une lutte sou­te­nue contre Staline depuis son expul­sion en 1929, en dévoi­lant l’é­ten­due de ses crimes à la face du monde. En 1936, Serge rejoi­gnit Trotsky en exil : un autre bol­che­vik, avec une voix élo­quente et une plume qui, depuis 1923, avait résis­té aux côtés de Trotsky, pou­vait désor­mais for­ti­fier la lutte contre les exac­tions de Staline. Mais comme il est tra­gique que ces voix anti-sta­li­niennes se soient divi­sées ! Comme il est tra­gique que leur rela­tion ait tour­né aigre ! La mise à mort de Trotsky fut un coup ter­rible pour tous ses par­ti­sans. Ceux qui étaient ins­pi­rés par l’exemple de la Révolution russe n’a­vaient pas l’ex­pé­rience que la géné­ra­tion de Trotsky pos­sé­dait, dans l’or­ga­ni­sa­tion et la construc­tion d’une révo­lu­tion réus­sie. Dès lors, une dépen­dance théo­rique et orga­ni­sa­tion­nelle s’é­tait natu­rel­le­ment déve­lop­pée et ils furent pro­fon­dé­ment affec­tés par sa dis­pa­ri­tion. À cer­tains égards, on peut dire que la pen­sée révo­lu­tion­naire a été gelée dans la men­ta­li­té des années 1940.

« Son approche hété­ro­doxe fut cri­ti­quée aus­si bien par Trotsky que par ses par­ti­sans. »

Serge était un maillon essen­tiel de cette géné­ra­tion, même s’il n’a­vait débar­qué sur la scène sovié­tique qu’au mois de jan­vier 1919, c’est-à-dire un peu plus d’un an après la prise de pou­voir des bol­che­viks. Les agents sta­li­niens de la Guépéou s’ac­ti­vèrent, avec force, à divi­ser les mili­tants de l’Opposition de gauche inter­na­tio­nale, et Victor Serge fut vic­time de leur sale tra­vail de sape. Mais les dif­fé­rences, en terme de poli­tiques et de pra­tiques orga­ni­sa­tion­nelles, furent éga­le­ment res­pon­sables de la cris­pa­tion de sa rela­tion avec Trotsky² : Serge s’im­pli­qua dans la Quatrième Internationale mais il jugea l’at­mo­sphère étouf­fante et « ne put [y] trou­ver l’es­poir por­té par l’Opposition de gauche en Russie en un renou­vel­le­ment de l’i­déo­lo­gie, de la morale et des ins­ti­tu­tions du socia­lisme³ ». Serge était convain­cu que « le socia­lisme devait aus­si se res­sour­cer dans le monde d’au­jourd’­hui, et que cela devait s’ef­fec­tuer par l’a­ban­don de l’au­to­ri­ta­risme et de l’in­to­lé­rante tra­di­tion du mar­xisme russe du début de siècle ».

Pareilles pers­pec­tives le pla­cèrent en contra­dic­tion vis-à-vis du mou­ve­ment trots­kyste en Occident : il était un talent incon­tes­table de l’Opposition de gauche et le trots­kyste le plus connu dans de nom­breux milieux intel­lec­tuels, mais son approche hété­ro­doxe fut cri­ti­quée aus­si bien par Trotsky que par ses par­ti­sans – cela l’af­fec­ta per­son­nel­le­ment et l’i­so­la du mou­ve­ment oppo­si­tion­nel dans son ensemble, auquel il avait pour­tant consa­cré tant d’an­nées (et à quels risques !).

serge_victor

Victor Serge (au centre)

De Serge à nous

Soixante ans plus tard, son appel à une renais­sance reste sans réponse. Il semble pour­tant plus urgent que jamais. Examiner les ques­tions qui le pré­oc­cu­paient dans ces années noires nous donne du grain à moudre pour défraî­chir notre temps, même si les époques s’a­vèrent, à l’é­vi­dence, pour le moins dif­fé­rentes : com­ment aurait-il pu ima­gi­ner la fin de l’URSS, le déclin de la social-démo­cra­tie, les néo­li­bé­raux, les néo-conser­va­teurs et la mon­tée des ter­ro­ristes obs­cu­ran­tistes et reli­gieux ?

« Soixante ans plus tard, son appel à une renais­sance reste sans réponse. »

Pourtant, les ten­dances qu’il a rele­vées et les ques­tions qu’il a posées ne manquent pas d’in­té­rêt. Il eut même cette pré­mo­ni­tion : si un col­lec­ti­visme his­to­ri­que­ment conscient ne se mon­trait pas en mesure de défier le col­lec­ti­visme tota­li­taire du sta­li­nisme et du fas­cisme, cela signi­fie­rait tout sim­ple­ment la fin du socia­lisme pour une époque entière. Serge a jugé que les axiomes de la Révolution russe n’é­taient plus adap­tés : il notait, en 1943, que tout – la science, la pro­duc­tion, les mou­ve­ments sociaux et les cou­rants intel­lec­tuels – avait chan­gé. L’Histoire n’as­sure la sta­bi­li­té appa­rente qu’aux dogmes reli­gieux. Un réar­me­ment intel­lec­tuel était néces­saire. Comme il l’a sou­li­gné, « la pau­vre­té du socia­lisme tra­di­tion­nel coïn­cide avec l’im­mense crise révo­lu­tion­naire du monde moderne, qui, indé­pen­dam­ment de l’ac­tion du socia­lisme, n’a pas man­qué de mettre à l’ordre du jour de l’Humanité tout entière ce pro­blème qu’est la réor­ga­ni­sa­tion sociale, dans une pers­pec­tive ration­nelle et juste4. »

Serge sou­li­gna avec insis­tance le fait que le mou­ve­ment socia­liste devait se libé­rer de sa pen­sée fos­si­li­sée et que les condi­tions qu’ils avaient à affron­ter, ter­ribles et sans pré­cé­dent, exi­geaient une autre approche : la pen­sée dia­lec­tique com­bi­née à l’ac­tion poli­tique ain­si qu’une forme d’hu­ma­nisme actif. Serge se trou­va aux prises avec de nou­velles incer­ti­tudes, frus­tré par l’in­ca­pa­ci­té des socia­listes à appré­hen­der la conjonc­ture mon­diale de façon plas­tique et créa­tive. L’URSS a incar­né une force inédite dans le monde, qui ne fut ni capi­ta­liste ni socia­liste, mais elle a modi­fié la nature de la lutte des classes : elle fut d’ailleurs un obs­tacle au socia­lisme en ce qu’elle conti­nue d’exer­cer une influence néga­tive sur les mobi­li­sa­tions – nous avons encore à pan­ser ces bles­sures. Elle per­mit tou­te­fois de com­prendre que le col­lec­ti­visme n’é­tait pas syno­nyme de socia­lisme (comme l’a­vaient d’ailleurs pen­sé Serge et ses cama­rades) et qu’il pou­vait même être l’in­verse abso­lu, en met­tant en place des formes d’ex­ploi­ta­tion jus­qu’a­lors inex­plo­rées.

« Nous avons encore à pan­ser les bles­sures de l’URSS. »

Les vieilles théo­ries n’é­taient plus en mesure d’ex­pli­quer l’ex­pan­sion sta­li­nienne. Le Petit Père des peuples a noyé le socia­lisme dans le sang et a créé un sys­tème effroyable que l’on assi­mi­la au mar­xisme. La fai­blesse intel­lec­tuelle du mou­ve­ment socia­liste (vidé de ses forces par la redou­table machine sta­li­nienne) ne pou­vait être dépas­sée que par une « phase insur­rec­tion­nelle5 ». Peut-être y entrons-nous, même si nous assis­tons sur­tout à d’i­né­gales « érup­tions ». En France, en 2005, des jeunes chô­meurs d’o­ri­gine immi­grée, pri­vés d’ar­ma­ture intel­lec­tuelle, ont expri­mé leur colère et leur frus­tra­tion en se rebel­lant de façon confuse ; un an plus tard, aux États-Unis, des tra­vailleurs immi­grés sur­ex­ploi­tés ont mani­fes­té en masse. L’espoir per­siste que l’é­co­no­mie et la socié­té puissent être orga­ni­sées afin de ser­vir l’hu­ma­ni­té et la com­mu­nau­té – et non l’in­verse. 

stalineflags

Pour Serge, la démo­cra­tie devait signi­fier la démo­cra­tie dans le tra­vail ; la liber­té devait signi­fier la liber­té per­son­nelle et poli­tique. Nous sommes encore très loin de la réa­li­sa­tion de ces objec­tifs. En réponse aux nom­breux socia­listes qui reve­naient à la mys­tique chré­tienne ou à ceux qui se reti­raient dans des actes indi­vi­duels de conscience, Serge fit savoir que les scru­pules et la pro­bi­té morale étaient des néces­si­tés abso­lues mais qu’elles n’a­vaient aucune valeur sociale – sauf à les lier à une action sur le long terme, col­lec­tive et capable d’at­ti­rer le plus grand nombre. Cela date de 1945 mais cela eût pu être écrit pour aujourd’­hui. Serge est arri­vé à la conclu­sion qu’un mou­ve­ment pro­gres­siste qui pos­sé­dait le sens de l’Histoire et admet­tait que la démo­cra­tie et le contrôle par la base étaient des choses essen­tielles s’a­vé­rait néces­saire. Encore une fois, le fléau sta­li­nien a presque éra­di­qué l’i­dée que le socia­lisme était, et est, avant tout une véri­table démo­cra­tie : il est même allé jus­qu’à implan­ter dans les têtes qu’il était anti­dé­mo­cra­tique !

« La pro­bi­té morale est une néces­si­té abso­lue mais elle n’a aucune valeur sociale – sauf à la lier à une action col­lec­tive. »

Le monde que Serge avait pros­pec­ti­vé n’a pas exis­té. Nous vivons dans l’ère du néo­li­bé­ra­lisme en faillite et du capi­ta­lisme finan­cier can­ni­bale. Notre sécu­ri­té et notre sta­bi­li­té, pour le moins spé­cieuses, sont inter­rom­pues par les rap­pels incon­for­tables des inéga­li­tés aber­rantes et des aspi­ra­tions anéan­ties, par des émeutes spon­ta­nées et des rébel­lions de masse, par des actes ignobles de ter­reur indi­vi­duelle qui causent des ravages et entraînent en retour la res­tric­tion des liber­tés civiles… La super-puis­sance sur­vi­vante – les États-Unis d’Amérique – se prend les pieds dans son propre déclin et se montre, semble-t-il, inca­pable (à moins qu’elle ne le veuille pas) de répondre aux catas­trophes que sont les condi­tions de vie natu­relle, poli­tique et éco­no­mique – elle ne sait que répri­mer et atta­quer les condi­tions quo­ti­diennes de vie (voir, par exemple, le 11 sep­tembre, l’ou­ra­gan Katrina ou la crise des sub­primes en 2008). La gauche demeure mar­gi­nale en Occident et une poi­gnée de fon­da­men­ta­listes reli­gieux, prin­ci­pa­le­ment basée au Moyen-Orient, pros­père là où, jus­te­ment, la gauche a sys­té­ma­ti­que­ment été matée, assas­si­née ou contrainte à l’exil. En quoi la pen­sée de Serge nous est-elle utile, dans le pré­sent qui nous occupe et l’a­ve­nir auquel nous sommes confron­tés ? Que peut-on pré­le­ver dans ses écrits, tant tout a chan­gé ?

Le cœur du socialisme

« Le socia­lisme sans démo­cra­tie n’est, tout sim­ple­ment, pas le socia­lisme. »

Nous devons batailler pour une démo­cra­tie véri­table. Dans le monde souf­frant de l’a­près-Guerre froide, la démo­cra­tie par­le­men­taire s’an­nonce pro­fon­dé­ment dégra­dée. S’engager pour la démo­cra­tie, à l’heure qu’il est, implique une lutte directe afin d’ins­ti­tuer de nou­velles formes de prise de déci­sion démo­cra­tique — autre­ment dit : qui par­ti­raient de la base. La démo­cra­tie n’est pas un acces­soire du pro­ces­sus révo­lu­tion­naire : elle est au cœur du pro­jet socia­liste. Le socia­lisme sans démo­cra­tie n’est, tout sim­ple­ment, pas le socia­lisme. Celui d’an­tan fit des Soviets ou des Conseils la forme d’or­ga­ni­sa­tion la plus élé­men­taire : les tra­vailleurs allaient deve­nir les maîtres de leur des­tin – les gens s’or­ga­ni­se­raient col­lec­ti­ve­ment, à tous les niveaux, de bas en haut, pour s’ap­pro­prier leur tra­vail, leur vie et leur ave­nir. La Révolution russe a ini­tia­le­ment tenu cette pro­messe mais elle s’est condam­née, par trop iso­lée, et s’est bri­sée contre l’as­cen­sion de Staline. Au regard de l’in­fluence de pre­mier plan que cet évé­ne­ment eut, ensuite et par­tout, sur les révo­lu­tion­naires, on peut dire que les cir­cons­tances par­ti­cu­lières qui ont conduit à étouf­fer la démo­cra­tie en URSS furent négli­gées tan­dis que le modèle auto­ri­taire se géné­ra­li­sa. Tout ce qui garan­tit la bonne san­té d’une révo­lu­tion – les organes de contrôle démo­cra­tique par le bas en tant que par­tie inté­grante d’une tran­si­tion révo­lu­tion­naire réus­sie – a été relé­gué au rang de simple rhé­to­rique.

kolyma

Camp de tra­vail sovié­tique, à la Kolyma

Les quelques révo­lu­tions qui ont triom­phé depuis l’ex­pé­rience russe se sont déve­lop­pées sur le modèle de l’Union sovié­tique sta­li­ni­sée : socié­tés bureau­cra­tiques, auto­ri­taires, anti-démo­cra­tiques et natio­na­listes – peu de res­sem­blances, dès lors, avec le socia­lisme… Pourtant, dans l’Occident d’a­près-guerre, les avan­cées démo­cra­tiques ont été rem­por­tées par les socia­listes au sein du mou­ve­ment ouvrier, ayant pour effet d’a­mé­lio­rer la démo­cra­tie dans son ensemble. Serge avait recon­nu que « le socia­lisme n’a été capable de se déve­lop­per que dans le cadre de la démo­cra­tie bour­geoise (dont il fut dans une large mesure le créa­teur6) » et avait pré­ve­nu que de nou­velles avan­cées seraient pos­sibles à condi­tion de se mon­trer par­ti­cu­liè­re­ment intran­si­geant à l’en­contre du sta­li­nisme et du conser­va­tisme capi­ta­liste. Il avait com­pris que ce com­bat de prin­cipe serait de nature révo­lu­tion­naire.

« Sans doute n’est-ce pas for­tuit si l’ef­fon­dre­ment de l’URSS a accé­lé­ré le déclin de la social-démo­cra­tie. »

Il peut sem­bler para­doxal que l’Union sovié­tique ait écra­sé la démo­cra­tie sur son sol et tra­hi la pro­messe révo­lu­tion­naire tout en ren­dant pos­sible cer­taines réformes démo­cra­tiques dans les pays capi­ta­listes indus­tria­li­sés. Les élé­ments de pre­mier ordre qui façonnent une poli­tique démo­cra­tique avan­cée – son­geons au suf­frage uni­ver­sel, à la démo­cra­tie repré­sen­ta­tive, à la liber­té d’ex­pres­sion et à quelques autres droits fon­da­men­taux – ont pu être arra­chés grâce à l’exis­tence de l’Union sovié­tique (de crainte, pour les régimes bour­geois, de voir la contes­ta­tion gros­sir sur leur propre ter­ri­toire). Les acquis démo­cra­tiques de la seconde moi­tié du XXe siècle – qu’il s’a­gisse du tra­vail, des droits civiques et de l’é­man­ci­pa­tion des femmes – ont per­mis, au sein des régimes indus­triels modernes, de ren­for­cer de façon consi­dé­rable l’i­déal démo­cra­tique, sans tou­te­fois par­ve­nir à contri­buer, de façon sub­stan­tielle, à la démo­cra­ti­sa­tion de l’é­co­no­mie ou à de nou­veaux droits pour les tra­vailleurs (si ces der­niers ont vu leurs droits s’a­mé­lio­rer, à échelle indi­vi­duelle, et s’ils sont davan­tage pro­té­gés contre les dis­cri­mi­na­tions, cela s’est effec­tué au détri­ment des droits et des pro­tec­tions syn­di­cales).

Si ces réformes ont affer­mi la démo­cra­tie, elles ont éga­le­ment rogné sur la ren­ta­bi­li­té capi­ta­liste. Avec la dés­in­té­gra­tion de l’Union sovié­tique et de l’Europe de l’Est, les conces­sions faites par les sociaux-démo­crates s’a­vé­raient moins néces­saires qu’a­vant – et, du reste, de plus en plus dif­fi­ciles à accor­der à l’ère du capi­ta­lisme finan­cier. Sans doute n’est-ce pas for­tuit si l’ef­fon­dre­ment de l’URSS a accé­lé­ré le déclin de la social-démo­cra­tie. L’affaiblissement de la démo­cra­tie bour­geoise est visible, comme nulle part ailleurs pro­ba­ble­ment, aux États-Unis. Et cela s’a­vère par­ti­cu­liè­re­ment criant dans les soi-disant démo­cra­ties de l’an­cien bloc sovié­tique ain­si qu’en Irak occu­pé. La pro­messe de la démo­cra­tie est puis­sante, et même ris­quée, puisque de plus en plus de gens l’exigent au sens réel du terme, et non plus comme simples bidouillages élec­to­raux (son­geons, à ce tire, aux « révo­lu­tions colo­rées »). Le XXIe siècle s’ou­vrit sur le pes­si­miste « TINA » (« Il n’y a pas d’al­ter­na­tive ») tan­dis que le cri de ral­lie­ment des mili­tants oppo­sés à la glo­ba­li­sa­tion était qu’« un autre monde est pos­sible ».

États-Unis, 2012

Le réar­me­ment intel­lec­tuel vou­lu par Serge n’a pas encore eu lieu. Même dans les rangs des liber­taires, et par­fois au sein de l’aile anar­chiste des anti­mon­dia­listes de gauche, les attaques de classe contre les droits démo­cra­tiques et le niveau de vie ont pu entraî­ner une sin­gu­lière nos­tal­gie pour l’État-nation – ce der­nier étant per­çu comme une inof­fen­sive struc­ture pié­ti­née par la glo­ba­li­sa­tion. Les tra­vailleurs cherchent en vain dans l’État-nation une pro­tec­tion contre les forces de la mon­dia­li­sa­tion du capi­tal ; ils attendent de lui qu’il garan­tisse les acquis sociaux-démo­crates conquis de longue lutte. Mais ces acquis furent, en grande par­tie, la réponse du capi­ta­lisme à la Révolution russe. En dépit de cer­taines avan­cées, les mou­ve­ments ouvriers et socia­listes ont été affai­blis sous le règne du capi­ta­lisme finan­cier – un phé­no­mène direc­te­ment lié au déclin de la démo­cra­tie bour­geoise.

« Tout cela est impos­sible si l’argent régente le pro­ces­sus poli­tique. »

Une démo­cra­tie véri­table – contrô­lée, ne crai­gnons pas d’in­sis­ter, par le bas – exige un niveau suf­fi­sant de com­pré­hen­sion et d’é­du­ca­tion : cela est impos­sible si l’argent régente le pro­ces­sus poli­tique. À bien des égards, ce com­bat est une lutte révo­lu­tion­naire en ce qu’il oblige à inven­ter des formes démo­cra­tiques encore plus auda­cieuses que celles vou­lues par les pre­miers Soviets : aspi­rer à cette démo­cra­tie ne signi­fie rien d’autre qu’as­pi­rer à deve­nir révo­lu­tion­naire. Nous ne pou­vons savoir, aujourd’­hui, quelles voies les tra­vailleurs pren­dront lors­qu’ils agi­ront enfin par et pour eux-mêmes. En 1943, Victor Serge écri­vit que « nous sommes pri­son­niers de sys­tèmes sociaux prêts à rompre », tout en déplo­rant le fait que même l’in­di­vi­du le plus clair­voyant fût à moi­tié aveugle et rem­pli d’es­poirs confus. Ce qui était vrai milieu du XXe siècle le reste. La régé­né­ra­tion du socia­lisme implique que nous reje­tions avec force les der­niers restes du socia­lisme auto­ri­taire et les divi­sions cor­rup­trices du capi­ta­lisme, tout en retrou­vant l’au­dace et l’in­ven­ti­vi­té des révo­lu­tion­naires du début du XXe siècle. Être socia­le­ment effi­cace impose de la luci­di­té, du cou­rage et de l’es­poir. Serge tenait éga­le­ment à nous rap­pe­ler qu’il ne fal­lait jamais perdre de vue l’ir­ré­pres­sible élan humain pour la liber­té, la digni­té et l’au­to­no­mie.


NOTES

1. Serge a été iden­ti­fié comme le chantre de l’Opposition de gauche par Richard Greeman ; le jour­na­liste de l’Opposition par Ernest Mandel et l’his­to­rien de l’Opposition par Susan Weissman.
2. Pour un déve­lop­pe­ment plus détaillé de leurs dif­fé­rences poli­tiques, voir Susan Weissman, « Cronstadt et la Quatrième Internationale », dans Les Cahiers Serge-Trotsky, édi­tés par David Cotterill, Pluto Press, 1994, p. 150–191.
3. « Je me sou­ve­nais contre Trotsky lui-même d’une phrase éton­nante de pers­pi­ca­ci­té qu’il écri­vit en 1914, je crois : « Le bol­ché­visme pour­ra être un bon ins­tru­ment de conquête du pou­voir, mais il révè­le­ra ensuite ses aspects contre-révo­lu­tion­naires… » […] Il m’ap­pa­rais­sait que notre oppo­si­tion avait eu à la fois deux signi­fi­ca­tions contraires. Pour le plus grand nombre, celle d’une résis­tance au tota­li­ta­risme au nom des aspi­ra­tions démo­cra­tiques du début de la révo­lu­tion ; pour quelques-uns de nos diri­geants vieux bol­ché­viks, c’é­tait par contre une défense de l’or­tho­doxie doc­tri­nale, qui n’ex­cluait pas un cer­tain démo­cra­tisme tout en étant fon­ciè­re­ment auto­ri­taire. Ces deux ten­dances confon­dues avaient don­né en 1923 et 1928 à la forte per­son­na­li­té de Trotsky une puis­sante auréole. Si, ban­ni de l’URSS, il s’tait fait l’i­déo­logue d’un socia­lisme renou­ve­lé, d’es­prit cri­tique et crai­gnant moins la diver­si­té que le dog­ma­tisme, peut-être eût-il atteint à une nou­velle gran­deur. » Serge, Mémoires d’un révo­lu­tion­naire. 

4. « Necesidad de una reno­va­ción del Socialismo », Mundo, Libertad y Socialismo, Mexique, juin 1943.
5. « Pour un Renouvellement du Socialisme », Masses / Socialisme et Liberté (n ° 3, juin 1946).
6. Carnets, 10 décembre 1944. 

Susan Weissman
Susan Weissman

Auteure de la biographie « Dissident dans la révolution. Victor Serge, une biographie politique ».

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.