Incarner la politique

Traduction inédite, en français, pour le site de Ballast

Au pays des « Indignados » du 15 mai 2011 (le fameux mou­ve­ment « 15M »), où la lutte poli­tique s’est vou­lue exté­rieure aux ins­ti­tu­tions et aux par­tis, le pari élec­to­ra­liste — por­té, notam­ment, par Podemos — ne fait pas l’u­na­ni­mi­té dans les rangs de ceux qui, avec ou sans dra­peaux, enten­daient bien chan­ger la donne. Le jour­na­liste espa­gnol Amador Fernández-Savater pro­pose ici un bilan à deux faces : une vic­toire et une défaite. Victoire, car plus per­sonne, dans l’es­pace poli­tique ins­ti­tu­tion­nel, ne pour­ra igno­rer ce sou­lè­ve­ment mas­sif et faire litière de ses reven­di­ca­tions on ne peut plus concrètes et utiles au quo­ti­dien de tous ; défaite, car, l’é­lan retom­bé dans les bras de la repré­sen­ta­tion et de la délé­ga­tion de pou­voir, le peuple est retour­né à son état de spec­ta­teur et de com­men­ta­teur de la « vie poli­tique ». Un appel à « reprendre l’expérimentation à ras le sol ». Par Amador Fernández-Savater


podem1Les âmes et les cœurs

Comment com­prendre la nature pro­fonde de la ges­tion poli­tique de la pré­sente crise éco­no­mique ? Je pense qu’on peut trou­ver une source d’ins­pi­ra­tion dans quel­qu’un qui fait auto­ri­té en matière néo­li­bé­rale : Margaret Thatcher. En 1988, la Dame de fer énonce en toute fran­chise : « L’économie four­nit la méthode, mais l’en­jeu est de chan­ger le cœur et l’âme. » Il me semble que c’est exac­te­ment à par­tir de ce point de vue qu’il convient de pen­ser les poli­tiques menées en Europe depuis 2008. Il ne s’a­git pas uni­que­ment d’une série de coupes bud­gé­taires ou de mesures sévères d’aus­té­ri­té des­ti­nées à « sor­tir » de la crise pour retour­ner à l’en­droit où nous nous trou­vions, mais bien de redé­fi­nir radi­ca­le­ment les formes de vie : notre rela­tion au monde, aux autres et à nous-mêmes. Vu sous cet angle, la crise consti­tue le moment idéal pour la mise en œuvre d’un pro­ces­sus de « des­truc­tion créa­trice » de tout ce qui, dans les ins­ti­tu­tions, le lien social et les sub­jec­ti­vi­tés, fait obs­tacle ou défie la logique de la crois­sance et du ren­de­ment à l’in­fi­ni — qu’il s’a­gisse de ves­tiges de l’État-pro­vi­dence, d’i­ni­tia­tives orga­ni­sées ou spon­ta­nées de soli­da­ri­té ou d’en­traide, de valeurs non com­pé­ti­tives ou non pro­duc­ti­vistes, etc. Détruire ou pri­va­ti­ser tous les ser­vices publics de pro­tec­tion sociale et dépri­mer les sala­riés, c’est encou­ra­ger l’en­det­te­ment et la lutte au coude à coude pour la sur­vie. Il en res­sort un type d’in­di­vi­du pour lequel l’exis­tence est une ten­ta­tive constante d’au­to­va­lo­ri­sa­tion. La vie entière se trans­forme en tra­vail. 

« La san­té n’est plus un droit pour tous, riches ou pauvres ; doré­na­vant, tout dépen­dra du fait que vous soyez assu­rés ou non. »

Est-ce trop abs­trait, conspi­ra­tion­niste, ou même « méta­phy­sique » d’a­van­cer cela ? Au contraire, c’est tout à fait banal et quo­ti­dien – d’où le triomphe de cette entre­prise de des­truc­tion. Un exemple par­mi d’autres : que révèle le décret-loi Royal 16/2012, approu­vé par le Parti popu­laire, qui exclut des ser­vices de san­té des dizaines de mil­liers de per­sonnes ? Les mili­tants de Yo Sí Sanidad Universal [col­lec­tif de déso­béis­sance civile de pro­fes­sion­nels de la san­té, ayant pour objec­tif de pour­suivre le soin aux per­sonnes désor­mais exclues du sys­tème de san­té, ndlr], qui luttent au quo­ti­dien, ana­lysent ain­si cette mesure : il ne s’a­git pas d’une réduc­tion du nombre de radio­gra­phies ou de chi­rur­giens, mais d’un chan­ge­ment qua­li­ta­tif : désor­mais, la san­té n’est plus un droit pour tous, riches ou pauvres ; doré­na­vant, tout dépen­dra du fait que vous soyez assu­rés ou non. Le décret n’est que le moyen ; l’ob­jec­tif est de repro­gram­mer l’i­ma­gi­naire social en ce qui concerne le droit à la san­té. Autrement dit, d’in­té­grer un nou­veau mode de pen­ser et de sen­tir, au quo­ti­dien – en accep­tant des chan­ge­ments qui, la plu­part du temps, masquent cette ter­rible réa­li­té : les ser­vices de san­té sont doré­na­vant le pri­vi­lège de ceux qui le méritent. Chacun, alors, d’a­gir en consé­quence : guerre de tous contre tous et sauve-qui-peut.

La peau…

Dans cette pers­pec­tive, la fin de l’oc­cu­pa­tion des places du 15M repré­sente un des moments poli­tiques les plus inté­res­sants de ces der­nières années. Parce que l’im­mense quan­ti­té d’éner­gie concen­trée dans l’es­pace-temps des places s’est redé­ployée en méta­mor­pho­sant les dif­fé­rents ter­ri­toires du quo­ti­dien. Des assem­blées de quar­tier ont d’a­bord été créées, puis une vague défer­lante de défense du ser­vice public s’est levée, la PAH [Plateforme des vic­times des hypo­thèques, ndlr] s’est déve­lop­pée et puis mul­ti­pliée, des mil­liers d’i­ni­tia­tives, presque invi­sibles, se sont mises à four­miller par­tout : des coopé­ra­tives, des jar­dins urbains, des banques de temps, des réseaux d’é­co­no­mie soli­daire, des centres sociaux, de nou­velles librai­ries, etc. On peut dire que l’é­vé­ne­ment du 15M a revê­tu l’en­semble de la socié­té d’une sorte de « deuxième peau » : une sur­face extrê­me­ment sen­sible, dans et à tra­vers laquelle cha­cun res­sent comme lui étant propre ce qui arrive à d’autres, incon­nus (l’exemple le plus pro­bant est celui des expul­sions ; mais sou­ve­nons-nous aus­si de la dimen­sion sociale qu’a prise la lutte du quar­tier Gamonal [quar­tier popu­laire de la ville de Burgos, qui s’est illus­tré en 2014 en lut­tant contre un pro­jet d’ur­ba­ni­sa­tion mené par la muni­ci­pa­li­té ; une lutte diri­gée par le Parti popu­laire, ndlr]). Un espace de haute conduc­ti­vi­té dans lequel les dif­fé­rentes ini­tia­tives pro­li­fèrent et résonnent entre elles sans se réfé­rer à aucune ins­tance cen­tra­li­sante (ou du moins à des appel­la­tions telles que « 99 % » ou « 15M ») ; une pel­li­cule ou un film ano­nyme où cir­culent des cou­rants d’af­fects et d’éner­gies impré­vi­sibles et ingou­ver­nables, qui tra­versent allè­gre­ment les caté­go­ries sociales éta­blies (socio­lo­giques, idéo­lo­giques…). Nous com­met­trions une erreur en pen­sant cette « deuxième peau » avec les concepts clas­siques de « socié­té civile », d’« opi­nion publique » ou de « mou­ve­ment social ». Dans tous les cas, c’est la socié­té elle-même qui s’est mise en mou­ve­ment, créant un cli­mat glo­bal de poli­ti­sa­tion qui ne connaît ain­si ni dedans ni dehors, ni tête ni base, ni centre ni péri­phé­rie.

espa1

(AP)

Et pour­quoi s’a­git-il d’un moment par­ti­cu­liè­re­ment inté­res­sant ? Parce que le défi qui nous est lan­cé par le néo­li­bé­ra­lisme (si bien syn­thé­ti­sé par la for­mule de Thatcher) y est rele­vé, autant sur le plan de l’éten­due que de l’inten­si­té. Une lutte por­tant sur les formes de vie que l’on sou­haite et celles dont on ne veut plus s’exerce dans tous les recoins de la socié­té, sans acteurs, moments ni lieux pri­vi­lé­giés. Dans chaque hôpi­tal mena­cé de fer­me­ture et dans chaque école sou­mise à des coupes bud­gé­taires, devant chaque voi­sin en plein pro­cès d’ex­pul­sion et chaque migrant sans cou­ver­ture sociale devant les portes d’un centre de san­té, se pose la ques­tion : Comment va-t-on vivre ? Cette ques­tion ne se pose pas sur un plan rhé­to­rique ou dis­cur­sif, mais pra­tique, incar­né et sen­sible. Ce qui nous importe et ce qui ne nous est pas indif­fé­rent, ce qui nous paraît digne ou non, ce que nous tolé­rons ou que nous ne tolé­rons plus. Voulons-nous vivre dans une socié­té où quel­qu’un peut mou­rir d’une grippe, être expul­sé de sa mai­son, ne pas avoir les moyens de sco­la­ri­ser ses enfants… ?

« Comment va-t-on vivre ? Cette ques­tion ne se pose pas sur un plan rhé­to­rique ou dis­cur­sif, mais pra­tique, incar­né et sen­sible. »

Peau ouverte, peau dila­tée, peau forte. Face à la guerre du tous contre tous et au sauve-qui-peut qui ne peut qu’at­ti­ser la logique du béné­fice par-des­sus tout, la dimen­sion com­mune de notre exis­tence se met en mou­ve­ment : soli­da­ri­té, atten­tion et entraide, lien et empa­thie. Face à la pas­si­vi­té, la culpa­bi­li­té et la rési­gna­tion que sème la stra­té­gie du choc, une étrange joie se pro­page un peu par­tout : « Nous sommes fou­tus, mais contents », m’a dit un jour un ami au cœur de ces jour­nées d’as­sem­blées, de marées humaines. Contents de par­ta­ger le mal-être au lieu d’a­va­ler ses larmes en pri­vé, en allant jus­qu’à les trans­for­mer en pos­si­bi­li­tés d’ac­tion. Ce « chan­ge­ment de peau » a pro­duit en très peu de temps des réus­sites véri­ta­ble­ment impres­sion­nantes (que seuls des regards obtus refusent de voir) : la mise en cause de la légi­ti­mi­té des ins­ti­tu­tions poli­tiques et cultu­relles qui domi­naient l’Espagne depuis des décen­nies ; le chan­ge­ment glo­bal dans la per­cep­tion de sujets clés comme les expul­sions ; des vic­toires concrètes, comme celles de Gamonal, de la marée blanche [grandes mobi­li­sa­tions des pro­fes­sion­nels de la san­té contre les réformes (cou­pures bud­gé­taires, pri­va­ti­sa­tions de cer­tains ser­vices…) du sys­tème de san­té en Espagne, ndlr] ou de la loi sur l’a­vor­te­ment de Gallardón [pro­jet de loi conser­va­teur qui visait à rendre qua­si impos­sible les inter­rup­tions volon­taires de gros­sesse, aban­don­né suite aux contes­ta­tions sociales mas­sives à tra­vers le pays, ndlr] ; la neu­tra­li­sa­tion de l’é­mer­gence de fas­cismes à l’é­chelle macro et micro — un risque tou­jours latent en période de crise –, etc. Ces avan­cées ne sont pas dues à un type de pou­voir quel­conque (ins­ti­tu­tion­nel, éco­no­mique, média­tique, etc.), mais bien à l’exis­tence d’une force qui fait vaciller les aspi­ra­tions de la socié­té, se pro­pa­ger une autre sen­si­bi­li­té et se déployer de nou­veaux affects. Cette force sen­sible est, et a tou­jours été, le pou­voir des sans-pou­voir.

… et le théâtre

Où en sommes-nous aujourd’­hui ? Le point de vue domi­nant dans la lec­ture des impasses ren­con­trées par les mou­ve­ments 15M au cours du second semestre de 2013, est que ceux-ci avaient atteint « un pla­fond de verre » : les marées se heurtent à un mur (la fer­me­ture ins­ti­tu­tion­nelle), mais ce mur ne cède pas. Aucun chan­ge­ment tan­gible n’est inter­ve­nu dans la poli­tique d’en­semble du pays et son orien­ta­tion géné­rale : les expul­sions, les coupes bud­gé­taires, les pri­va­ti­sa­tions et l’ap­pau­vris­se­ment se pour­suivent. Ce diag­nos­tic por­tait en lui-même sa réponse : la voie élec­to­rale s’est pré­sen­tée comme l’u­nique che­min pos­sible pour sor­tir de l’im­passe et bri­ser ce « pla­fond de verre ». Podemos en pre­mier lieu, les can­di­da­tures aux muni­ci­pales ensuite — avec des formes et un style très dif­fé­rents —, ont cana­li­sé l’in­sa­tis­fac­tion sociale et le désir de chan­ge­ment. (En Catalogne, c’est le pro­ces­sus indé­pen­dan­tiste qui semble redi­ri­ger le mal-être, mais une ana­lyse de cette situa­tion pré­cise dépas­se­rait le cadre de cet article). Comment inter­pré­ter les résul­tats de ce « tour­nant élec­to­ral » ? Ma lec­ture et ma sen­sa­tion sont assez ambi­va­lentes : nous avons gagné et per­du à la fois. Nous avons gagné, parce que, presque sans res­sources ni struc­tures et mal­gré les cam­pagnes de peur, les nou­velles for­ma­tions ont riva­li­sé avec suc­cès face aux grandes machines des par­tis tra­di­tion­nels, en bou­le­ver­sant une carte élec­to­rale qui jusque-là sem­blait immo­bile. À pré­sent, il y a des chances rai­son­nables pour que les nou­veaux gou­ver­ne­ments (muni­ci­paux pour le moment) cris­tal­lisent cer­taines reven­di­ca­tions de base des mou­ve­ments (sur les expul­sions de loge­ment, les coupes bud­gé­taires, etc.) et remettent en cause, au moins en par­tie, les cadres nor­ma­tifs qui repro­duisent la logique néo­li­bé­rale de la concur­rence dans dif­fé­rents domaines de la vie quo­ti­dienne. Nous avons per­du, parce que les logiques de la repré­sen­ta­tion et de la délé­ga­tion, de la cen­tra­li­sa­tion et de la concen­tra­tion qui ont été mises en cause par la crise et la pres­sion de la rue lors du 15M se sont réins­tal­lées dans l’i­ma­gi­naire social.

espa2

(AFP)

Finalement, la force d’at­trac­tion élec­to­ra­liste a fait plier la peau dans ce qu’on pour­rait appe­ler un « volume théâ­tral », c’est-à-dire un type d’es­pace (maté­riel et sym­bo­lique) orga­ni­sé autour des divi­sions dedans/dehors, acteur/spectateur, plateau/scène, scène/coulisses. Schématiquement, il s’a­git là d’une manière de faire très rhé­to­rique, fon­dée sur le dis­cours, met­tant au pre­mier plan les « acteurs les plus doués » (lea­ders, stra­tèges, « poli­to­logues »), pola­ri­sée autour d’es­paces et de moments bien déter­mi­nés (la conjonc­ture élec­to­rale, le pro­gramme et les pro­messes élec­to­rales) et foca­li­sée sur la conquête de l’o­pi­nion publique (les fameuses « majo­ri­tés sociales »). Cela a suc­cé­dé à une façon de faire davan­tage fon­dée sur l’ac­tion, acces­sible à tous, s’exer­çant dans des temps et des espaces hété­ro­gènes, auto­dé­ter­mi­nés et en rap­port étroit avec la vie maté­rielle (un hôpi­tal, une école, une mai­son) ; une façon de faire qui s’a­dresse aux autres non pas en tant que votants ou spec­ta­teurs, mais en tant que col­la­bo­ra­teurs et égaux avec qui pen­ser et agir en com­mun. Si le 15M a mis au centre le pro­blème de la vie et des formes de vie, la ten­ta­tive de conquête des ins­ti­tu­tions a remis au centre la ques­tion de la repré­sen­ta­tion et du pou­voir poli­tique.

« Une façon de faire qui s’a­dresse aux autres non pas en tant que votants ou spec­ta­teurs, mais en tant que col­la­bo­ra­teurs et égaux avec qui pen­ser et agir en com­mun. »

Chacune de ces options a ses consé­quences. La divi­sion entre le « théâtre » et ceux qui n’en font pas par­tie affecte en retour les forces de mobi­li­sa­tion, tant en ampleur qu’en inten­si­té, fra­gi­li­sant ain­si la lutte contre le néo­li­bé­ra­lisme. D’un côté, ce qui reste en dehors des murs du théâtre perd en valeur et en puis­sance et se révèle réduit et déva­lué. Un exemple très clair : les mou­ve­ments deviennent l’objet d’une simple réfé­rence rhé­to­rique, ou bien s’in­ter­prètent comme des reven­di­ca­tions ou demandes à entendre, à syn­thé­ti­ser ou à arti­cu­ler par une ins­tance supé­rieure, ce qui efface alors com­plè­te­ment leur dimen­sion essen­tielle de créa­tion d’un monde ici et main­te­nant – nou­velles valeurs, nou­velles rela­tions sociales, nou­velles formes de vie. Le théâtre rend absent ce qu’il repré­sente ; on perd ain­si la rela­tion vive avec l’éner­gie créa­trice des mou­ve­ments. D’un autre côté, ce qui se voit à l’ex­té­rieur du théâtre est une pro­jec­tion de l’in­té­rieur. Je fais réfé­rence à quelque chose de très concret et de très quo­ti­dien : la réqui­si­tion com­plète de l’es­prit social (pen­sée et regard, atten­tion et désir) par ce qui se passe sur la scène. Combien de temps de notre vie récente avons-nous per­du à par­ler du tout der­nier geste de l’un de nos superhéros/héroïnes (Iglesias, Monedero, Carmena, Garzón, ou n’im­porte qui d’autre) ? Avec la nou­velle poli­tique, les œuvres et les acteurs changent, il y a de nou­veaux décors et de nou­veaux scé­na­rios, mais on demeure comme avant des spec­ta­teurs, des com­men­ta­teurs et don­neurs d’o­pi­nion devant nos écrans, per­dant ain­si le contact avec notre centre de gra­vi­té : nous-mêmes, nos vies, nos pro­blèmes, ce que nous sommes dis­po­sés à faire et ce que l’on fait déjà, les pra­tiques qu’on invente plus ou moins col­lec­ti­ve­ment, etc. Hypersensibles aux sti­mu­li qui nous viennent d’en haut, indif­fé­rents et anes­thé­siés quant à ce qui arrive autour de nous (peau fer­mée). Et ça ne sert à rien de cri­ti­quer le théâtre : l’at­ten­tion reste foca­li­sée des­sus, même quand elle s’y oppose.

Rouvrir la peau

Pour résu­mer, le néo­li­bé­ra­lisme n’est pas un « régime poli­tique », mais un sys­tème social qui orga­nise la vie entière. Ce n’est pas un « robi­net » qui fait cou­ler ses poli­tiques vers la base et qu’on peut sim­ple­ment fer­mer en conqué­rant les lieux cen­traux du pou­voir et de la repré­sen­ta­tion : il s’agit d’une dyna­mique de pro­duc­tion des affects, des dési­rs et des sub­jec­ti­vi­tés (« La fina­li­té est de chan­ger les cœurs et les âmes ») en œuvre dans une mul­ti­tude de domaines. La voie élec­to­rale-ins­ti­tu­tion­nelle a ain­si ses propres « pla­fonds de verre ». C’est peut-être cela que nous pou­vons apprendre du feuille­ton tra­gique de Syriza : à l’intérieur des cadres éta­blis de l’accumulation et de la crois­sance, la marge de manœuvre du pou­voir poli­tique est très limi­tée. Changer pour d’autres modèles (pen­sons par exemple à la décrois­sance) ne peut pas se « décré­ter » d’en haut : cela requiert au contraire toute une redé­fi­ni­tion sociale de la pau­vre­té et de la richesse, de ce qu’est la belle vie et le dési­rable, que seuls « ceux d’en bas » peuvent sus­ci­ter. Pour cette rai­son, consti­tuer le pou­voir en des­ti­tuant la force (pas­ser de la peau au théâtre) est catas­tro­phique. Ce sont tou­jours les nou­veaux pro­ces­sus de sub­jec­ti­va­tion, les nou­veaux chan­ge­ments de peau qui redé­fi­nissent les consen­sus sociaux et ouvrent le champ des pos­si­bles, même pour les gou­ver­ne­ments. Il s’agit alors de rou­vrir la peau (la tienne, la mienne, celle de tout le monde).

(DR)

Au niveau intime, cela exige de cha­cun de nous qu’il résiste à la cap­ture de l’attention et du désir, de la pen­sée et du regard par les logiques repré­sen­ta­tives et spec­ta­cu­laires. Si le théâtre joue chaque jour le spec­tacle du mariage funeste entre le pou­voir poli­tique et les moyens de com­mu­ni­ca­tion (y com­pris, mal­heu­reu­se­ment, les médias alter­na­tifs, tout aus­si hyp­no­ti­sés par la « conjonc­ture »), nous le repro­dui­sons tous, dans n’importe quelle conver­sa­tion entre amis ou en famille, lorsque nous le lais­sons orga­ni­ser le cadre de nos ques­tions, pré­oc­cu­pa­tions et opi­nions : popu­liste ou mou­ve­men­tiste ? confluence ou uni­té popu­laire ? untel ou untel ? Il faut inver­ser ce mou­ve­ment cen­tri­pète et fuir de tout centre : cen­tri-fuir. Récupérer son axe. Partir de nous-même. Regarder autour. Au niveau géné­ral, il s’agit de reprendre l’expérimentation à ras le sol et à hau­teur des formes de vie : pen­ser et essayer de nou­velles pra­tiques col­lec­tives, inven­ter de nou­veaux outils et moyens pour les ren­for­cer et les déve­lop­per, ima­gi­ner de nou­velles cartes, bous­soles et lan­gages pour les nom­mer et les com­mu­ni­quer. L’impasse de 2013  [en 2013, les grandes mobi­li­sa­tions des années 2011–2012 sont arri­vées à une impasse face à l’im­mo­bi­lisme du gou­ver­ne­ment de Mariano Rajoy, ndlr] était en grande par­tie due, si on porte le regard sur soi et non vers l’ex­té­rieur – en cher­chant un impact sur le pou­voir poli­tique –, à une inadé­qua­tion radi­cale entre nos sché­mas de réfé­rence (formes d’or­ga­ni­sa­tion, images du chan­ge­ment, etc.) et ce qui était en train de se pas­ser.

Bien sûr, cela est et res­te­ra une longue route, dif­fi­cile, frus­trante par­fois, mais aus­si réelle et en ce sens satis­fai­sante. Parce que la pro­messe qui nous est lan­cée depuis la scène d’un « chan­ge­ment » qui ne va rien exi­ger de nous, sinon d’aller voter pour le bon par­ti le jour des élec­tions, n’est rien d’autre qu’une mas­ca­rade. Être à la hau­teur du défi néo­li­bé­ral passe par le déploie­ment d’une « poli­tique expan­sive » : non pas réduite ni res­treinte à des espaces déter­mi­nés (média­tiques et ins­ti­tu­tion­nels), à des temps déter­mi­nés (la conjonc­ture élec­to­rale) et à des acteurs déter­mi­nés (par­tis, experts), mais bien plu­tôt éten­due au niveau de cha­cun, col­lée à la multiplicité/matérialité des situa­tions de vie, créa­trice de valeurs capables de riva­li­ser face aux valeurs néo­li­bé­rales de la concur­rence et du suc­cès. Le mot « poli­tique » en lui-même ne suf­fit plus pour nom­mer une telle chose, tant il nous tra­hit tou­jours en dépla­çant le centre de gra­vi­té vers le pou­voir, la repré­sen­ta­tion, l’État, les poli­ti­ciens, le théâtre. Il ne s’agit pas d’opérer un chan­ge­ment de régime, mais d’alimenter un pro­ces­sus mul­tiple d’autodétermination de la vie. La poli­tique est la méthode, mais le défi, c’est de chan­ger nos âmes et nos cœurs.


NOTE DE L’AUTEUR

C’est la lec­ture de Écono­mie Libidinale de Jean-François Lyotard qui m’a sug­gé­ré les images de la peau et du théâtre. Ce texte éla­bore les idées nées des conver­sa­tions avec Marga et Raquel, Leo, Franco, Diego, Ernesto, Álvaro, Marta, Ema…


Texte ori­gi­nal : « La piel y et tea­tro. Salir de la polí­ti­ca », www.eldiario.es, 16 octobre 2015. Traduit de l’es­pa­gnol par Arthur Moreau, Cihan Gunes et Luis Dapelo, avec l’ai­mable auto­ri­sa­tion de l’au­teur.


REBONDS

☰ Lire notre article « #AlertaPatio : le squat madri­lène sonne l’alerte », Arthur Moreau, octobre 2015
☰ Lire l’en­tre­tien avec Pablo Iglesias : « Faire pres­sion sur Syriza, c’est faire pres­sion sur Podemos, pour mon­trer qu’il n’y a pas d’alternative », (tra­duc­tion), mai 2015
☰ Lire notre série d’ar­ticles sur Podemos, « Que pense Podemos ? », Alexis Gales, avril 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Paul Ariès, « La poli­tique des grandes ques­tions abs­traites, c’est celle des domi­nants », mars 2015

Amador Fernández-Savater
Amador Fernández-Savater

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.