Alain Bihr / Bernard Friot — Droits de réponse


Droit de réponse pour le site de Ballast

Dans un entre­tien paru le 19 sep­tembre 2015, sur le pré­sent site, l’économiste et socio­logue Bernard Friot repro­cha au socio­logue com­mu­niste liber­taire Alain Bihr de suc­com­ber à une forme de domi­no-cen­trisme — l’Histoire s’écrivant tou­jours du côté des stra­té­gies gagnantes des classes domi­nantes — de la socio­lo­gie cri­tique. Ce der­nier nous a deman­dé un droit de réponse.


BHIRFRIOTSelon Bernard Friot, je ferais par­tie de « ces mar­xistes (et ils sont hélas nom­breux) qui pensent qu’il n’y a pas de sujet révolu­tion­naire effec­ti­ve­ment en train de se construire à l’échelle macro­so­ciale, que la seule classe qui existe est la classe capi­ta­liste ». Bien pire, je serais un digne repré­sen­tant « d’un bas-cler­gé [de la reli­gion capi­ta­liste] d’autant plus effi­cace qu’il cri­tique une domi­na­tion capi­ta­liste dont il nie qu’elle ait com­men­cé à être radi­ca­le­ment mise en cause ». Bigre ! Sur quoi fonde-t-il donc de pareilles accu­sa­tions dont il recon­naît lui-même qu’elles sont graves ? Sur le seul fait que je refuse d’accorder une por­tée révo­lu­tion­naire à ce qu’il nomme « les ins­ti­tu­tions anti­ca­pi­ta­listes du salaire » telles que le salaire à la qua­li­fi­ca­tion ou la coti­sa­tion sociale. En somme, qui n’est pas d’accord avec Bernard Friot sur l’interprétation qu’il donne de ces der­niers serait ipso fac­to un traître à la cause éman­ci­pa­trice des tra­vailleurs. Hors de lui, point de salut ! Ce mode de polé­mique pour­rait faire sou­rire s’il n’évoquait le sinistre sou­ve­nir d’une période de l’histoire du mou­ve­ment ouvrier, dont on aime­rait pen­ser qu’elle appar­tient défi­ni­ti­ve­ment au pas­sé, où l’exclusivisme dog­ma­tique se pro­lon­geait volon­tiers par des moyens de police pour faire taire ceux et celles que l’argument d’autorité n’impressionnait pas.

« En somme, qui n’est pas d’accord avec Bernard Friot sur l’interprétation qu’il donne de ces der­niers serait ipso fac­to un traître à la cause éman­ci­pa­trice des tra­vailleurs. »

Mais sor­tons du registre de la polé­mique qui n’a guère d’intérêt. Puisque Bernard Friot m’accorde que « les classes ne pré­existent pas à leur conflit et que ce sont les luttes de classes qui pro­duisent les classes », je ne vois pas quelle inco­hé­rence il y a à recon­naître qu’une classe puisse être domi­née sans pour autant ces­ser d’être une classe, ain­si qu’il me le reproche. Car qui dit domi­na­tion dit néces­sai­re­ment lutte : lutte pour impo­ser, par­faire, ré-impo­ser la domi­na­tion, en trans­for­mer les moda­li­tés, répli­quer aux coups de l’adversaire, etc., d’un côté ; lutte pour résis­ter à la domi­na­tion, la limi­ter et l’affaiblir, la sub­ver­tir et la défaire, etc., de l’autre ; et, de part et d’autre, c’est à tra­vers cette lutte que se consti­tue la classe sociale. Par consé­quent, dire du pro­lé­ta­riat (ou de l’encadrement ou de la petite-bour­geoi­sie) qu’elle est ou reste une classe domi­née, ce n’est nul­le­ment lui ôter son carac­tère de classe. Pas plus que la bour­geoi­sie n’a atten­du de deve­nir classe domi­nante pour se consti­tuer en tant que classe dans et par sa lutte contre l’aristocratie féo­dale (pour reprendre sa propre ter­mi­no­lo­gie), pas plus il n’est néces­saire d’attendre que le pro­lé­ta­riat accom­plisse sa révo­lu­tion (qu’il abo­lisse le capi­ta­lisme) ou de sup­po­ser qu’il est en train de l’abolir par la sub­ver­sion du rap­port sala­rial pour lui recon­naître son carac­tère de classe sociale.

Autrement dit, une classe n’a nul­le­ment besoin d’être une classe révo­lu­tion­naire pour être une classe, comme semble le pen­ser Bernard Friot. Sans quoi, seule la bour­geoi­sie serait une classe puisque, jusqu’à preuve du contraire, elle seule a réus­si à réa­li­ser une révo­lu­tion jusqu’à pré­sent : à ren­ver­ser un ordre social dans lequel elle était classe domi­née en engen­drant un autre ordre social dans lequel elle se trouve classe domi­nante. Et c’est du coup Bernard Friot qui se retrou­ve­rait sur la posi­tion qu’il me reproche (à tort) d’adopter : celui de faire de la bour­geoi­sie la seule véri­table classe. À par­tir de là, on peut aus­si déve­lop­per une autre com­pré­hen­sion du salaire à la qua­li­fi­ca­tion et de la coti­sa­tion sociale que celle pro­po­sée par Bernard Friot, comme je l’ai fait dans la cri­tique de L’enjeu du salaire. Ne pas y voir des ins­ti­tu­tions anti­ca­pi­ta­listes comme lui, ce n’est pas pour autant « faire du mou­ve­ment ouvrier concret un idiot utile du capi­tal » : c’est tout sim­ple­ment, là encore, en faire une cris­tal­li­sa­tion d’un cer­tain rap­port de forces entre capi­tal et tra­vailleurs sala­riés dans un espace géo­po­li­tique (celui des for­ma­tions cen­trales du sys­tème capi­ta­liste mon­dial) et une phase his­to­rique (la phase for­diste) bien déter­mi­nés de la lutte des classes. Que ces ins­ti­tu­tions aient contri­bué à la repro­duc­tion du rap­port capi­ta­liste de pro­duc­tion dans cet espace-temps n’implique pas qu’elles n’aient pas simul­ta­né­ment et contra­dic­toi­re­ment per­mis de satis­faire des reven­di­ca­tions fon­da­men­tales du sala­riat et même dis­po­ser des points d’appui pour d’ultérieures entre­prises de sub­ver­sion de ce rap­port. C’est ins­crire la contra­dic­tion des inté­rêts de classe, donc la lutte des classes, au cœur de ces ins­ti­tu­tions mais refu­ser d’en faire l’œuvre uni­la­té­rale d’une classe qui agi­rait en toute auto­no­mie de son adver­saire : ce qu’il m’accuse à tort de faire pour la bour­geoi­sie mais qu’il n’hésite pas à faire, de son côté, pour ce qu’il nomme « la classe sala­riale ». Bis repe­ti­ta


Mise à jour : Bernard Friot a tenu à répondre au droit de réponse ci-haut.


Pour dis­qua­li­fier ma réponse à la cri­tique qu’il fait de mon tra­vail dans l’entretien qu’il avait don­né à Ballast, Alain Bihr la ravale au rang de « polé­mique » (avec une insi­nua­tion par­ti­cu­liè­re­ment inju­rieuse), tout en fai­sant la leçon, comme il en a l’habitude avec moi, à quelqu’un qui n’a rien com­pris à Marx : j’ignorerais qu’une classe peut exis­ter « en soi » même si elle ne l’est pas « pour soi ». C’est las­sant ; c’est sur­tout trop facile.

« Je pro­pose un cadre ana­ly­tique que j’estime urgent de sou­mettre au débat dans une période de déses­pé­rance popu­laire où la laï­ci­té est récu­pé­rée par la droite et l’extrême droite. »

Interrogé sur ce que je dis de la reli­gion capi­ta­liste, j’ai mon­tré que, comme toute reli­gion, elle natu­ra­lise la vio­lence de la classe diri­geante. Dans le pas­sage qu’incrimine Alain Bihr, je pré­cise en ajou­tant que, comme toute reli­gion, elle tire son effi­ca­ci­té de sa capa­ci­té non seule­ment à faire accep­ter leur situa­tion par les domi­nés mais encore à cana­li­ser leur révolte. Une reli­gion tra­di­tion­nelle (comme dans nos pays les reli­gions chré­tiennes) réus­sis­sait à conso­ler le peuple en disant – et c’était là le rôle du bas-cler­gé en contact avec le peuple – que certes en cette vie il y a des riches et des pauvres, et que c’est nor­mal, mais qu’après la mort les riches iront peut-être en enfer et les pauvres au para­dis. De même la reli­gion capi­ta­liste, de loin la plus active dans nos socié­tés, dis­pose d’un bas-cler­gé qui console le peuple en disant que, certes, hier il n’a pas réus­si à sub­ver­tir de façon déci­sive la domi­na­tion du capi­tal, mais que, demain, ça sera peut-être pos­sible. C’est la posi­tion de trop de cher­cheurs en sciences sociales, qui pensent qu’un ave­nir éman­ci­pa­teur est pos­sible mais qu’il n’y a pas, aujourd’hui, d’institutions, conquises par le mou­ve­ment ouvrier, d’une éman­ci­pa­tion déjà-là.

Je pro­pose là un cadre ana­ly­tique que j’estime urgent de sou­mettre au débat dans une période de déses­pé­rance popu­laire où la laï­ci­té, faute de s’intéresser à la reli­gion capi­ta­liste, est récu­pé­rée par la droite et l’extrême droite. J’invite Alain Bihr à le prendre plus au sérieux pour l’interprétation de la situa­tion actuelle tant des sciences sociales que de la classe ouvrière, d’autant qu’il confirme sa per­ti­nence dans son droit de réponse en évo­quant, comme tou­jours, « d’ultérieures entre­prises de sub­ver­sion » (c’est moi qui sou­ligne) du rap­port capi­ta­liste de pro­duc­tion.


REBONDS 

☰ Lire notre entre­tien avec Bernard Friot : « Nous n’avons besoin ni d’employeurs, ni d’actionnaires pour pro­duire », sep­tembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Alain Bihr : « Étatistes et liber­taires doivent créer un espace de coopé­ra­tion », mai 2015

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.