Souvenirs sur Solano


Texte inédit pour le site de Ballast

Qui fut Wilebaldo Solano ? Un mili­tant du POUM, le Parti ouvrier d’unification mar­xiste — que ral­lia Orwell, lors de la guerre civile espa­gnole, et dont on se sou­vient pour son oppo­si­tion au coup d’État fran­quiste comme au sta­li­nisme. Exilé, arrê­té sous Vichy, Solano devint maqui­sard contre l’occupation alle­mande puis jour­na­liste. Le phi­lo­sophe et socio­logue Edgar Morin retrace ici le par­cours de ce « grand mécon­nu » qu’il côtoya : une vie-Histoire, une fresque du XXe siècle insur­gé. 


poum01J’ai racon­té dans Autocritique com­ment j’avais occul­té ma culture poli­tique d’adolescence (appa­rem­ment effa­cée), for­mée entre 1936 et 1939, en me conver­tis­sant au com­mu­nisme en 1942, quand la guerre devint mon­diale. Conversion qui me fit faire appel à la Ruse de la rai­son de Hegel, à la croyance que les vices de l’URSS sta­li­nienne — que je connais­sais tel­le­ment bien du fait jus­te­ment de ma culture ado­les­cente — étaient les pro­duits de l’arriération tsa­riste et de l’encerclement capi­ta­liste, mais que la vic­toire du socia­lisme à l’échelle mon­diale ferait épa­nouir un socia­lisme de liber­té et de fra­ter­ni­té. Le désen­chan­te­ment qui sui­vit la vic­toire, la cré­ti­ni­sa­tion cultu­relle impo­sée par le jda­no­visme, le retour aux immondes pro­cès de sor­cières effec­tués dans les démo­cra­ties popu­laires, tout cela pro­vo­qua en moi un écœu­re­ment tel que je ne repris pas ma carte du Parti en 1948 ou 1949 — mais je n’osai le dire : il fal­lut attendre mon exclu­sion en 1951 pour que le divorce s’opère ouver­te­ment.

« Il fal­lut attendre mon exclu­sion [du Parti] en 1951 pour que le divorce s’opère ouver­te­ment. »

C’est alors que me revinrent les idées de mon ado­les­cence, mûries et com­plexi­fiées, et en même temps le remords de m’être tu alors que le Parti calom­niait les trots­kystes, les liber­taires, Camus et les sur­réa­listes. Même au Parti, je n’avais pas ces­sé de ren­con­trer ami­ca­le­ment Jean-René Chauvin, admi­rable mili­tant trots­kiste dont je par­le­rai, May Picqueray, la sublime liber­taire, ou Pierre Naville, méta-trots­kiste. Mais, désor­mais, j’allais avec bon­heur à la ren­contre des mau­dits du sta­li­nisme, les conti­nua­teurs de la gauche pro­lé­ta­rienne (d’avant la revue maoïste du même nom), les anciens com­mu­nistes deve­nus anti­com­mu­nistes — Manès Sperber, Lochak, François Bondy —, les tou­jours liber­taires — comme Luis Mercier-Vega —, les grands — André Breton, Benjamin Péret —, les nou­veaux amis de Socialisme ou bar­ba­rie — en pre­mier lieu Claude Lefort, puis en 1956 Cornelius Castoriadis. Ainsi je me recons­trui­sais ma famille spi­ri­tuelle bri­sée par la guerre, tout en y incluant fra­ter­nel­le­ment les ex-com­mu­nistes détrom­pés, depuis ceux des années 1930 jusqu’aux plus récents des années 1940. À quoi se joi­gnirent, à par­tir de 1956, mes nou­veaux amis de l’Octobre polo­nais — Leszek Kołakowski, Janek Strelecki, Roman Zimand —, ceux émi­grés de la révo­lu­tion hon­groise — en pre­mier lieu András Bíró —, et bien sûr le grand mécon­nu espa­gnol Wilebaldo Solano.

J’ai connu Wilebaldo, je crois, en 1956. Dans les années fié­vreuses du rap­port K[hroucht­chev], de l’Octobre polo­nais et de la révo­lu­tion hon­groise. Il avait alors rédi­gé un appel (que j’avais cosi­gné) à Nikita Khrouchtchev pour qu’il réha­bi­lite Trotsky ain­si que les condam­nés des pro­cès de Moscou — qui, dans les années 1930, avaient été exé­cu­tés comme « traîtres » et « hit­lé­ro-trots­kystes » (dont les diri­geants bol­che­viks, com­pa­gnons de Lénine durant la révo­lu­tion d’Octobre 1917). Mais il était sur­tout obsé­dé par la néces­si­té de réha­bi­li­ter Andreu Nin, diri­geant du POUM (Parti ouvrier d’unification mar­xiste), assas­si­né par les agents de Staline durant la guerre d’Espagne et dont la mémoire demeu­rait souillée par d’abjectes calom­nies. Wilebaldo était né en 1916. Il avait com­men­cé des études de méde­cine qu’il inter­rom­pit pour se vouer à sa pas­sion révo­lu­tion­naire. La guerre d’Espagne a débu­té le 17 juillet 1936 par un putsch mili­taire contre la République espa­gnole ; Wilebaldo a alors 20 ans et milite à la Jeunesse com­mu­niste ibé­rique (la Juventud ibe­ri­ca com­mu­nis­ta), affi­liée au POUM : le par­ti avait été créé en 1935 à Barcelone, à par­tir de la fusion entre Izquierda com­mu­nis­ta, diri­gé par Andreu Nin, et le Bloque Obrero y Campesino, diri­gé par Joaquín Maurín, issus l’un et l’autre d’une rup­ture avec le Parti com­mu­niste sta­li­nien. Toutefois, le POUM res­ta indé­pen­dant de la IVe Internationale trots­kyste, bien que par­ta­geant les cri­tiques de Trotsky contre le sta­li­nisme et dénon­çant les pro­cès de Moscou. Mais il refu­sait de suivre l’ordre de Trotsky de déser­ter les syn­di­cats pour créer des soviets.

spa1

(Espagne, ©Maxence Emery)

Après la mort, le 19 juillet 1936, de Germinal Vidal au début de la guerre civile, Wilebaldo devint secré­taire géné­ral de la Jeunesse com­mu­niste pou­miste et direc­teur de l’hebdomadaire Jeunesse com­mu­niste (1936–1937). Andreu Nin, secré­taire géné­ral du POUM, est ministre de la Justice dans le pre­mier gou­ver­ne­ment de la Généralité de Catalogne, mais perd ce poste en décembre 1936. Dès le début de la guerre civile, il y a conflit entre anar­chistes et pou­mistes, d’une part, et gou­ver­ne­ment « bour­geois » et sta­li­niens, d’autre part. Les anar­chistes cata­lans et ara­go­nais, dans les cam­pagnes, pensent que l’ère liber­taire est adve­nue. (Ici, je dois faire une paren­thèse : j’en ai eu le témoi­gnage au Chili en 1961, par… je ne me sou­viens plus de son nom. C’était un anar­chiste fran­çais qui, insou­mis en 1914, s’était éva­dé en tuant son gar­dien. Il ne fut donc pas amnis­tié après-guerre mais revint en France dans les années 1930. Quand advint la décla­ra­tion de guerre à l’Allemagne en sep­tembre 1939, son ami — et plus tard mon ami — Luis Mercier-Vega lui don­na le moyen de par­tir au Chili. Il fut d’abord gar­dien en Patagonie, où les chas­seurs d’oreille avaient exter­mi­né les indi­gènes pour les grandes com­pa­gnies anglaises qui y éle­vaient les mou­tons en masse. Par une ter­rible nuit ven­teuse d’hiver, on frap­pa à la porte de sa cabane. À sa grande sur­prise, car il avait appris qu’il n’y avait plus d’indigènes en Patagonie, il vit une femme, por­tant un enfant, qu’il fit entrer : il la nour­rit, lui don­na un lit et s’apprêtait à la revoir à son lever quand il décou­vrit que la femme avait dis­pa­ru. Puis il fut au ser­vice d’une entre­prise rou­tière dans les Andes, au sud Chili ; comme la route devait pas­ser par un ter­ri­toire indi­gène, il fut char­gé d’acheter le droit de pas­sage au peuple de ce ter­ri­toire. Les anciens de ce peuple refu­sèrent les sommes, de plus en plus éle­vées, que leur offrait mon ami. Ils ne deman­dèrent que quelques sacs de blé. Puis cet ami s’est ins­tal­lé à Santiago où Luis Mercier me don­na son adresse. C’est au cours d’un de nos repas, arro­sés alors de vins vieux de très haute qua­li­té, qu’il évo­qua, à Lucien B. et à moi, ses sou­ve­nirs de la guerre d’Espagne et pleu­ra au sou­ve­nir du bon­heur des pay­sans anar­chistes d’en finir avec la mon­naie et l’État, en brû­lant les billets de banque dans les églises pro­fa­nées. Plus tard, j’ai été bou­le­ver­sé par le film Land and Freedom, de Ken Loach.)

« J’avais 16 ans en 1937, et je m’étais éveillé à la conscience poli­tique après la vic­toire du Front popu­laire en France. »

Nin fut écar­té du gou­ver­ne­ment de Catalogne sur pres­sion com­mu­niste. Le POUM avait accru ses effec­tifs depuis le début de la guerre civile, pas­sant de 6 000 à 30 000 (prin­ci­pa­le­ment en Catalogne et dans le pays valen­cien) — mais il res­tait mino­ri­taire par rap­port aux com­mu­nistes, dont les effec­tifs s’accrurent de plus en plus, et aux anar­chistes. Alors que le Parti com­mu­niste aban­don­nait toute pers­pec­tive révo­lu­tion­naire immé­diate mais noyau­tait les orga­nismes de l’Espagne répu­bli­caine, le POUM, comme les anar­chistes, sou­te­nait le mou­ve­ment col­lec­ti­viste spon­ta­né et pro­mou­vait l’idée de trans­for­mer la répu­blique bour­geoise en répu­blique révo­lu­tion­naire. Le POUM sera bien­tôt dénon­cé par le Parti com­mu­niste comme col­la­bo­ra­teur des fran­quistes. En février 1937, Wilebaldo par­ti­cipe direc­te­ment à la créa­tion du Front de la jeu­nesse révo­lu­tion­naire, for­mé à la base par les Jeunesses liber­taires et celles du POUM. Le 3 mai 1937, à Barcelone, le chef de la police bar­ce­lo­naise, le com­mu­niste Eusebio Rodríguez Salas, accom­pa­gné de deux cents hommes, tente de prendre de force le cen­tral télé­pho­nique — qui est, depuis le début de la guerre, sous le contrôle de la CNT. La CNT résiste et, crai­gnant des attaques contre d’autres bâti­ments, dis­tri­bue des armes pour les défendre. Des bar­ri­cades sont rapi­de­ment éle­vées dans toute la ville, oppo­sant la CNT et le POUM d’un côté, la police et les sta­li­niens de l’autre. Les diri­geants de la CNT, en par­ti­cu­lier les ministres au gou­ver­ne­ment cen­tral, appellent leurs mili­tants à dépo­ser les armes, bien­tôt sui­vis par les diri­geants du POUM. Alors qu’ils sont mili­tai­re­ment maîtres de la ville, les ouvriers quittent les bar­ri­cades. Le 6 mai, les hos­ti­li­tés cessent, les bar­ri­cades sont démon­tées, mais le PCE, et à sa suite le gou­ver­ne­ment de Juan Negrín (cryp­to-com­mu­niste qui rem­pla­ça Francisco Largo Caballero), répri­me­ra les anar­chistes et le POUM, décla­ré illé­gal. Les sta­li­niens, à la suite d’une grande opé­ra­tion de pro­pa­gande menée par Otto Katz et Willi Münzenberg (qui seront plus tard assas­si­nés par Staline) selon laquelle le POUM serait « hit­lé­ro-trots­kyste » et com­plice des fran­quistes, pour qui il aurait déclen­ché les émeutes de mai à Barcelone, exigent et obtiennent son inter­dic­tion.

(J’avais 16 ans en 1937, et je m’étais éveillé à la conscience poli­tique après la vic­toire du Front popu­laire en France. Je lisais Essais et Combats des étu­diants socia­listes « gau­chistes », Solidarité inter­na­tio­nale anti­fas­ciste, de ten­dance anar­chiste, La Flèche « fron­tiste », qui prô­nait la lutte sur deux fronts — contre le fas­cisme et contre le sta­li­nisme —, et Le Canard enchaî­né : toutes mes lec­tures réprou­vaient le com­mu­nisme sta­li­nien, dénon­çaient l’imposture des pro­cès de Moscou, révé­laient la répres­sion que subis­saient dans le camp répu­bli­cain anar­chistes et pou­mistes, et fai­saient état de la dis­pa­ri­tion de Nin. Aussi, comme si un fil invi­sible me liait à cette mino­ri­té répri­mée et oppri­mée, je fis mon pre­mier acte poli­tique en allant au siège de la SIA [Solidarité inter­na­tio­nale anti­fas­ciste], qui deman­dait des béné­voles pour faire des colis aux com­bat­tants anar­chistes et pou­mistes. Il a fal­lu, quatre ou cinq ans plus tard, la résis­tance sovié­tique devant Moscou et l’espérance que la vic­toire ferait dépas­ser l’âge de fer du com­mu­nisme pour que s’estompe dans mon esprit ce qui était si vif à ma conscience durant mon ado­les­cence.)

spa2

(Espagne, ©Maxence Emery)

Nin dis­pa­raît peu après, en sor­tant du siège du POUM. Les sta­li­niens déclarent qu’il a fui chez Franco et dénoncent donc le POUM comme « hit­lé­ro-trots­kyste ». Ils publient une fausse lettre de Nin à Franco, lui indi­quant les for­ti­fi­ca­tions de Madrid, encore tenue par les répu­bli­cains. La police répu­bli­caine, sur la base de faux docu­ments démon­trant la col­lu­sion du POUM avec l’ennemi fran­quiste, inves­tit le 16 juin 1937 le siège du POUM et y arrête ses diri­geants. Des mili­tants du POUM, dont la presse est inter­dite, avaient posé sur les murs de Barcelone la ques­tion « Où est Nin ? ». La presse sta­li­nienne répond que Nin a été libé­ré par ses « amis » de la Gestapo et se trouve « soit à Salamanque, soit à Berlin ». Le POUM est inter­dit, ses uni­tés com­bat­tantes dis­soutes. Wilebaldo conti­nue­ra son acti­vi­té en publiant clan­des­ti­ne­ment La Batalla et devien­dra membre du Comité exé­cu­tif clan­des­tin du POUM à par­tir de juillet 1937. Il est arrê­té en avril 1938, empri­son­né à la pri­son « Model » de Barcelone — alors que Barcelone va tom­ber entre les mains fran­quistes (fin jan­vier 1939) ; Wilebaldo et les autres déte­nus du POUM (Julián Gorkin, Juan Andrade, Pere Bonet) sont trans­fé­rés à la pri­son de Cadaquès — dont ils réus­sissent à s’évader. Militants et diri­geants se réfu­gient en France, comme des cen­taines de mil­liers d’autres répu­bli­cains, où ils subissent le régime des camps d’internement. La guerre d’Espagne se ter­mine le 1er avril 1939. Wilebaldo est libé­ré. Il s’établit à Paris, où il essaie de réor­ga­ni­ser le POUM et publie de nou­veau La Batalla.

« Le POUM est inter­dit, ses uni­tés com­bat­tantes dis­soutes. Wilebaldo conti­nue­ra son acti­vi­té en publiant clan­des­ti­ne­ment La Batalla. »

L’Allemagne attaque la Pologne le 1er sep­tembre, la France et l’Angleterre lui déclarent la guerre le 3. Le POUM adopte une posi­tion de « défai­tisme révo­lu­tion­naire », adhé­rant au Front ouvrier inter­na­tio­nal contre la guerre (créé en sep­tembre 1938). Alors que les troupes alle­mandes enva­hissent la France, Wilebaldo se réfu­gie à Montauban, qui fait par­tie de la zone Sud vichys­soise non occu­pée. L’État de Vichy réprime les orga­ni­sa­tions espa­gnoles en exil. Wilebaldo est arrê­té en 1941, avec d’autres diri­geants du POUM, et condam­né par le tri­bu­nal mili­taire de Montauban à vingt ans de tra­vaux for­cés. Il est déte­nu à la cen­trale d’Eysses à Villeneuve-sur-Lot. Voici ce que Wilebaldo m’a racon­té : à la pri­son, il y avait des com­mu­nistes déte­nus par le gou­ver­ne­ment Daladier après l’approbation du Pacte ger­ma­no-sovié­tique par leur par­ti, ain­si que des anar­chistes, un trots­kyste et le mathé­ma­ti­cien Gérard Bloch, pour avoir pro­mu le défai­tisme révo­lu­tion­naire — un catho­lique, aus­si, qui avait sans doute mani­fes­té son oppo­si­tion à Vichy. Gérard Bloch ne taris­sait pas de sar­casmes contre Staline auprès des déte­nus com­mu­nistes. Ceux-ci, orga­ni­sés en cel­lule, déci­dèrent de le liqui­der phy­si­que­ment. Le catho­lique avait eu vent de cette déci­sion et, indi­gné, s’en était ouvert à Wilebaldo. Celui-ci se trou­va dans un dilemme cor­né­lien : aver­tir la direc­tion de la pri­son et ain­si col­la­bo­rer avec l’ennemi de classe, ou se taire et lais­ser exé­cu­ter Gérard Bloch. Il se réso­lut à aver­tir la direc­tion, qui mit Gérard Bloch à l’isoloir. Bloch, peu affec­té par la soli­tude, fai­sait des équa­tions sur les murs de sa pri­son et gar­dait ses espé­rances révo­lu­tion­naires (il sur­vé­cut à la dépor­ta­tion et, après la Libération, se pré­sen­ta aux élec­tions légis­la­tives dans le IXe arron­dis­se­ment. Le Parti com­mu­niste appo­sa une affiche sur les pan­neaux et les murs : « À bas Bloch l’hitlérien ».)

Du coup, Wilebaldo fut mis en qua­ran­taine par ses codé­te­nus com­mu­nistes — d’autant plus qu’il dénon­çait les men­songes des com­mu­nistes espa­gnols à l’égard du POUM. Il arri­va que le res­pon­sable de la cel­lule com­mu­niste tom­ba malade et que ses cama­rades deman­dèrent à la direc­tion de le trans­fé­rer à un hôpi­tal, et cela d’autant plus que l’infirmerie de la pri­son était assu­rée par Wilebaldo, qui, comme je l’ai indi­qué, avait com­men­cé des études de méde­cine. La direc­tion refu­sa l’hôpital et, après débat, lui-même cor­né­lien, la cel­lule déci­da de confier le malade à « l’hitléro-trotskyste ». Par chance, Wilebaldo gué­rit le malade et le Parti com­mu­niste ces­sa sa qua­ran­taine ; la guerre deve­nue mon­diale, tous furent d’accord pour sou­hai­ter la défaite du nazisme. La zone Sud fut occu­pée par l’Allemagne en novembre 1942 et, au cours de l’année 1943, un offi­cier SS vint visi­ter la pri­son pour choi­sir les déte­nus à trans­fé­rer dans les camps nazis d’Allemagne ou de Pologne. Communistes, trots­kystes, pou­mistes furent par­mi les dépor­tables. Or l’officier SS, qui fut dans sa jeu­nesse un mili­tant trots­kyste, recon­nut Wilebaldo, qu’il avait fré­quen­té lors d’une ren­contre de jeunes révo­lu­tion­naires euro­péens. Aussi ne l’inscrivit-il pas sur sa liste.

spa3

(Espagne, ©Maxence Emery)

Après le débar­que­ment des Alliés, la Libération approche et des FFI libèrent les pri­son­niers de la cen­trale d’Eysses le 17 juillet 1944. Les com­mu­nistes pro­posent à Wilebaldo de les suivre chez les FTP ; il refuse et, avec des codé­te­nus anar­chistes, orga­nise le bataillon Libertad — indé­pen­dant des maquis et sous contrôle com­mu­niste. Il va déli­vrer son cama­rade Juan Andrade de la pri­son de Bergerac, dans laquelle il avait été main­te­nu après la libé­ra­tion de la ville. La France une fois libé­rée, La Batalla repa­raît offi­ciel­le­ment à par­tir de juillet 1945. L’objectif du POUM est de ren­ver­ser le fran­quisme en Espagne, mais Solano et Andrade n’ont guère d’espoir, étant cer­tains que les États-Unis et le Royaume-Uni ont inté­rêt au main­tien de Franco au pou­voir. En 1948, Wilebaldo Solano est secré­taire géné­ral du POUM en exil. Les mili­tants en France sont éva­lués à 300 per­sonnes par les ser­vices de ren­sei­gne­ment fran­çais. Puis le POUM dépé­rit. Wilebaldo tra­vaille pour l’AFP de 1953 à 1981. Mais il ne cesse d’être obsé­dé par la néces­si­té de réha­bi­li­ter Andreu Nin, à qui il consacre une bio­gra­phie.

« Durant quatre nuits, des convois de camion, conduits par des Soviétiques, trans­por­tèrent 510 tonnes d’or de leur cache dans les mon­tagnes jusqu’au port de Carthagène. »

L’occasion qua­si mira­cu­leuse se pré­sente après l’effondrement de l’Union sovié­tique. Wilebaldo apprend que les archives du KGB (suc­ces­seur du NKVD) peuvent être consul­tées. Il orga­nise au début 1990 une expé­di­tion à Moscou de jour­na­listes et d’opérateurs de la télé­vi­sion cata­lane pour décou­vrir la véri­té sur la mort de Nin. Effectivement, des offi­ciers du KGB acceptent de « vendre » les docu­ments concer­nant Nin. Il s’agit de deux lettres à Staline du géné­ral Orlov, chef des ser­vices secrets sovié­tiques en Espagne durant la guerre civile. (Ces archives ont été uti­li­sées par José María Zavala dans son livre En bus­ca de Andreu Nin — « À la recherche d’Andreu Nin »  et fil­mées dans un docu­men­taire de la télé­vi­sion cata­lane consa­cré à Nin.)
Dans la pre­mière lettre, Orlov pro­pose un plan à l’approbation de Staline : il fera enle­ver Nin par des poli­ciers espa­gnols de confiance, le fera trans­fé­rer dans le sous-sol d’une vil­la qui appar­tient au com­man­dant des forces aériennes répu­bli­caines, et lui fera avouer sa com­pli­ci­té avec Franco. Il pour­ra même orga­ni­ser un pro­cès public à l’image des pro­cès de Moscou, où sera pré­sen­tée une fausse lettre de Nin à Franco lui livrant les plans des for­ti­fi­ca­tions de Madrid. Nin fut enle­vé, enfer­mé, tor­tu­ré, n’avoua rien et mou­rut assas­si­né le 20 juin 1937. Son cadavre fut enter­ré dans un champ et il fut annon­cé que Nin avait fui en ter­ri­toire fran­quiste. La seconde lettre du géné­ral Orlov relate ces évé­ne­ments ; elle est contre­si­gnée par cinq res­pon­sables du Komintern, dont deux Espagnols dont les Soviétiques ont effa­cé les noms1Quand les Catalans ont ache­té (payé) au KGB les deux docu­ments, ils ont trou­vé rayés et illi­sibles les noms des deux témoins espa­gnols : est-ce qu’ils ont fait ça pour vendre leur silence aux com­mu­nistes espa­gnols ?

Qui était et que devint le géné­ral Orlov ? Après une car­rière d’agent secret en diverses capi­tales, il fut assi­gné à Madrid durant la guerre d’Espagne. Il com­mit l’exploit, en octobre 1936, d’organiser le trans­port de tout l’or de la République espa­gnole de Madrid à Moscou. Le gou­ver­ne­ment répu­bli­cain avait secrè­te­ment accep­té ce trans­fert en avances pour le paie­ment de four­ni­tures d’armes à venir. Durant quatre nuits, des convois de camion, conduits par des Soviétiques, trans­por­tèrent 510 tonnes d’or de leur cache dans les mon­tagnes jusqu’au port de Carthagène. Là, sous la menace des bom­bar­de­ments de la Luftwaffe, l’or a été répar­ti entre quatre stea­mers sovié­tiques qui par­tirent pour Odessa. De là, l’argent fut convoyé jusqu’à Moscou dans un train spé­cial blin­dé. Une fois l’or en sûre­té, Staline fit bom­bance en assu­rant que jamais les Espagnols ne rever­raient leur or. Orlov fut déco­ré de l’ordre de Lénine. Toutefois, la prin­ci­pale acti­vi­té d’Orlov en Espagne fut d’arrêter et exé­cu­ter trots­kystes, anar­chistes, catho­liques pro-fran­quistes ou sup­po­sés tels.

(Espagne, ©Maxence Emery)

Durant les pro­cès de Moscou, où même les com­pa­gnons de Lénine furent exé­cu­tés, Staline se méfia de tous ceux qu’il avait envoyés en Espagne, pen­sant qu’ils y auraient subi des influences délé­tères, notam­ment trots­kystes. Aussi empri­son­na-t-il, voire exé­cu­ta, ceux qui furent rapa­triés. Orlov apprit que les Soviétiques qui ren­traient d’Espagne à Moscou étaient arrê­tés. Aussi, quand il fut rap­pe­lé en 1938 avec l’ordre de prendre un navire sovié­tique à Anvers, s’enfuit-il avec sa femme et sa fille au Canada puis aux USA. Mais il envoya, par le tru­che­ment de l’ambassadeur d’Union sovié­tique à Paris, deux lettres, l’une à Staline, l’autre à Iejov, alors chef du NKVD, annon­çant qu’il révé­le­rait tous les secrets des opé­ra­tions du NKVD s’il arri­vait mal­heur à lui et aux siens. Orlov envoya éga­le­ment une lettre à Trotsky, le pré­ve­nant de la pré­sence de l’agent du NKVD Zborowski auprès de son fils Lev Sedov (qui fut assas­si­né), mais Trotsky consi­dé­ra cette lettre comme une pro­vo­ca­tion : il fut aus­si aveugle sur son infor­ma­teur que Staline le fut quand son agent à Tokyo, Sorge, le pré­vint en juin 1941 de l’imminence d’une attaque alle­mande contre l’URSS. Orlov ne révé­la jamais les noms des agents du NKVD opé­rant à l’Ouest, y com­pris quand il fut inter­ro­gé par le FBI et une com­mis­sion séna­to­riale amé­ri­caine. Mais trois ans après la mort de Staline, en 1956, il écri­vit un article pour Life Magazine, « The Sensational Secret Behind the Damnation of Stalin ». Il y disait que des agents du NKVD avaient trou­vé, dans les archives tsa­ristes, des docu­ments prou­vant que Staline avait été un agent de la police secrète tsa­riste, l’Okhrana. Ces agents auraient alors pré­pa­ré un coup d’État avec le chef de l’Armée rouge, le maré­chal Toukhatchevski, mais Staline avait décou­vert le com­plot — d’où l’exécution de Toukhatchevski et la san­glante purge dans l’Armée rouge.

Orlov demeu­ra dis­si­mu­lé aux États-Unis, sans que Staline ne cherche à le décou­vrir. Il publia ses mémoires après la mort de Staline en 1953 : L’Histoire secrète des crimes de Staline. Orlov est mort dans son lit en 1973. Wilebaldo est mort en 2010 à 78 ans. Nous nous sommes revus à diverses reprises, à Paris et à Barcelone. Mais nous nous sommes per­dus de vue au début de ce siècle ; c’est tar­di­ve­ment que j’ai appris sa mort, à 94 ans.


REBONDS

☰ Lire notre article « Juana Doña, une mémoire de la guerre d’Espagne », décembre 2014

NOTES   [ + ]

1.Quand les Catalans ont ache­té (payé) au KGB les deux docu­ments, ils ont trou­vé rayés et illi­sibles les noms des deux témoins espa­gnols : est-ce qu’ils ont fait ça pour vendre leur silence aux com­mu­nistes espa­gnols ?
Edgar Morin
Edgar Morin

Philosophe et sociologue, Edgar Morin est né en 1921 : il est notamment l'auteur de « La Méthode ».

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.