Il nous reste quelques anciens numéros dans des placards, maintenant à prix réduit sur le site !
 

Palestine-Israël : voix de femmes (2)


Texte inédit pour le site de Ballast

Deuxième volet : ren­contre avec une Israélienne de 35 ans, Tammy Katsabian, issue d’une famille juive iranienne.


[lire le pre­mier volet]


Comme toutes les filles issues de la com­mu­nau­té miz­ra­hie [Juifs orien­taux, ndlr], j’étais embar­ras­sé par le fait que mes parents par­laient far­si — sur­tout que ma mère avait un très fort accent… Imaginez une seconde : elle est arri­vée ici lors­qu’elle avait 20 ans. Quand j’étais en pri­maire, presque tous les enfants se moquaient de son accent. Et moi, j’avais honte de mes propres tra­di­tions. Je les trou­vais… bar­bares. J’allais à l’école à Tel Aviv, où la majo­ri­té de la popu­la­tion est ash­ké­naze — et, en plus, c’était une école reli­gieuse ! C’était très com­pli­qué. Je n’étais ni d’ici, ni d’ailleurs. Avoir cette iden­ti­té hybride était très dif­fi­cile à l’adolescence ; on a l’impression de n’être de nulle part, de ne pas avoir d’endroit à soi. C’est seule­ment plus tard, lorsque j’ai décou­vert ma propre iden­ti­té, en tant que miz­ra­him, et que j’ai déve­lop­pé une conscience poli­tique que j’ai pu dire « J’ai une culture fabu­leuse et je veux la connaître ! ».

« Aux États-Unis, si tu es noir, tu as beau­coup plus de chances de te faire condam­ner pour har­cè­le­ment sexuel que si tu es blanc. C’est la même chose pour un Mizrahi — et encore plus pour un Palestinien en Israël. »

À l’origine, mes parents sont venus d’Iran. D’ailleurs, ils sont cou­sins… Ils sont d’Achad, une petite ville du pays. Mon père est arri­vé en Israël quand il avait envi­ron 13 ans. Ma mère, peu avant la révo­lu­tion de 1979. Ils sont sur­tout venus ici parce qu’ils redou­taient de ce qui allait se pas­ser en Iran ; ils avaient une très belle vie, pour­tant, là-bas. Combien d’his­toires sur l’Iran ai-je enten­dues, durant mon enfance ! Elles venaient, la plu­part du temps, de ma mère : elle est bien plus liée à ce pays, à sa culture. Elle me racon­tait des his­toires per­son­nelles, des tas d’anecdotes sur les rela­tions qu’ils entre­te­naient avec les musul­mans ira­niens, des blagues locales, des chan­sons. Ils ont vrai­ment une culture très riche.

À l’armée aus­si, je me suis sen­tie étran­gère. Je me suis retrou­vée dans les ser­vices du ren­sei­gne­ment, dans une uni­té où j’étais la seule femme. Les sol­dats étaient machos bien comme il faut. Sans par­ler du malaise que me pro­cu­rait ma condi­tion sociale et de mon iden­ti­té. J’ai pas­sé mon pre­mier diplôme en droit, à l’Université de Bar Ilan. Je fai­sais par­tie d’une bourse réser­vée aux Mizrahis. Nous avions des pro­grammes dans les­quels nous enten­dions par­ler de la culture et de l’i­den­ti­té miz­ra­hies, d’un point de vue poli­tique : c’é­tait abso­lu­ment incroyable. J’ai ain­si pu éta­blir un grand nombre de connexions. Puis je suis allée à l’université de Tel Aviv et j’ai tra­vaillé au Tmura Center, il y a envi­ron trois ans. On y œuvre à deux niveaux. Le pre­mier est un pro­jet qui concerne les femmes confron­tées au har­cè­le­ment sexuel : on s’appuie sur la juri­dic­tion en matière de res­pon­sa­bi­li­té civile délic­tuelle afin de remé­dier à la situa­tion. Et on se sert du droit pri­vé pour don­ner davan­tage de visi­bi­li­té publique aux affaires que l’on traite. Le deuxième type de pro­jet que nous menons concerne le racisme à l’égard des Mizrahims en Israël. On se concentre en par­ti­cu­lier sur les Juifs arabes ou per­sans. Beaucoup d’autres orga­ni­sa­tions s’occupent des Arabes ou des Juifs, mais aucune ne s’adresse aux Juifs arabes, en se basant sur le droit pour faire évo­luer leur situa­tion. On a dès lors beau­coup d’affaires en cours au tribunal.

D’ailleurs, nous avons rem­por­té plu­sieurs vic­toires. Toutefois, à l’heure qu’il est et suite à l’année que j’ai pas­sée à Yale, j’en suis venue à me méfier de la loi : je remets en doute notre capa­ci­té de nous baser sur le droit pour faire véri­ta­ble­ment bou­ger les choses. Ça marche pour trai­ter des situa­tions immé­diates, mais ce n’est pas suf­fi­sant. Il faut des leviers plus puis­sants, sur le plan de la com­mu­ni­ca­tion et de la poli­tique, il faut aller mani­fes­ter en plus de ce tra­vail juri­dique. Aux États-Unis, si tu es noir, tu as beau­coup plus de chances de te faire condam­ner pour har­cè­le­ment sexuel que si tu es blanc. C’est la même chose pour un Mizrahi — et encore plus pour un Palestinien en Israël. On se sert de la loi pour lut­ter contre la dis­cri­mi­na­tion mais la loi elle-même par­ti­cipe de la dis­cri­mi­na­tion. On veut uti­li­ser la loi pour com­battre le racisme à l’ex­té­rieur mais aus­si à l’intérieur de la loi elle-même. C’est dif­fi­cile parce qu’à l’inverse des Palestiniens, qui sont recon­nus comme une com­mu­nau­té vic­time de dis­cri­mi­na­tion, les gens ne sont pas prêts à recon­naître le racisme visant les Mizrahims. C’est encore plus com­pli­qué parce que cela se passe au sein de la com­mu­nau­té juive et que per­sonne ne veut par­ler de ces luttes dans la socié­té juive ! Le truc, c’est qu’on est tous cen­sés être juifs, on fait tous par­tie d’Israël, bla bla bla, alors c’est plus dif­fi­cile de mon­trer qu’il existe de la discrimination.

« J’ai pris conscience de l’Occupation. Il n’est pas ques­tion que je me batte pour que des femmes aillent occu­per le ter­ri­toire d’un autre État — cela n’aurait plus rien à voir avec le féminisme. »

Je peux clai­re­ment voir une pers­pec­tive fémi­niste dans ma pra­tique du droit. On fait avan­cer les droits des femmes, mais on le fait aus­si de plu­sieurs autres manières. On explique aux femmes ce qui leur arrive et on leur donne le choix. Moi, je n’ai que les outils du droit ; elles, elles ont la matière, leurs his­toires, et elles peuvent choi­sir d’en faire ce qu’elles veulent. Mon fémi­nisme a évo­lué avec le temps, de dif­fé­rentes façons. Au début, j’étais une fémi­niste libé­rale, une fémi­niste blanche, disons (même si je ne suis pas blanche). Et je trou­vais que la meilleure déci­sion en matière de jus­tice avait été d’ac­cor­der aux femmes le droit de par­ti­ci­per au ser­vice mili­taire, au même titre que les hommes. Puis j’ai pris conscience de l’Occupation. Et il n’est pas ques­tion que je me batte pour que des femmes aillent occu­per le ter­ri­toire d’un autre État — cela n’aurait plus rien à voir avec le féminisme.

Et puis, peu à peu, on se rend compte qu’il existe une hié­rar­chie entre les femmes : entre les femmes juives et les femmes pales­ti­niennes, entre les femmes ash­ké­nazes et les femmes miz­ra­hies. Pour quelle cause se bat-on, exac­te­ment ? Comprendre tout ceci m’a­vait radi­ca­li­sé. Aujourd’hui, je me sens plus proche de l’ac­tion « cultu­relle », disons. On a tou­jours besoin de décons­truire la socié­té et les rela­tions entre les hommes et les femmes, mais j’avoue que j’en ai un peu marre de faire face à toutes ces dif­fi­cul­tés, de me battre… Et j’as­pire à agir avec d’autres moyens. À avoir un autre dis­cours — qui aurait plus à voir avec le fémi­nisme « cultu­rel » et la ques­tion psy­cho­lo­gique : a‑t-on été élevé·es comme ça ou sommes-nous né·es ain­si ? De nos jours, la dis­cri­mi­na­tion est deve­nue quelque chose de plus com­plexe, de plus sophis­ti­qué — ce qui la rend plus dif­fi­cile à combattre.

Mais tout, abso­lu­ment tout est lié. Il y a un lien entre ce qui se déroule au sein de la socié­té juive et ce qui se passe entre les Palestiniens et nous, en Israël comme dans les ter­ri­toires occu­pés. Pourtant, ce n’est pas tou­jours facile de mettre ces liens en évi­dence : la plu­part des Juifs arabes et per­sans sont de droite. Pourquoi ? Tenter de l’expliquer est toute une affaire… D’une cer­taine manière, on peut dire qu’ils ont besoin de haïr une part d’eux-mêmes pour prendre part à la socié­té. Ils ont besoin de détes­ter cette part arabe ou per­sane en eux pour affir­mer : « Cela ne fait pas par­tie de moi ! » Ainsi, ils peuvent se sen­tir tota­le­ment inté­grés à un État juif. Il faut le dire : c’est éprou­vant d’être un mili­tant en Israël, aujourd’hui. Surtout quand on est fémi­niste, et de gauche de sur­croît. On a l’impression de devoir se battre tout le temps.


[lire le troi­sième volet]


Photographie de ban­nière : Juifs Mizrahim ori­gi­naires du Yémen, dans un camp de migra­tion israé­lien (DR)


Sur le même sujet :
Shimrit Lee

Autrice et enseignante.

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.