Palestine-Israël : voix de femmes (3)


Article inédit pour le site de Ballast – Troisième partie

Shimrit Lee, uni­ver­si­taire amé­ri­caine d’o­ri­gine israé­lienne, a lan­cé en 2011 le pro­jet Women’s Voices afin de don­ner la parole à des femmes pales­ti­niennes et israé­liennes. Des mono­logues, uni­que­ment : les récits sont bruts, par­fois ano­nymes, tou­jours por­teurs d’une his­toire qui les dépasse. « Ce pro­jet d’his­toire orale est éga­le­ment, explique Lee, un outil de recherche fémi­niste : il offre aux femmes un espace pour racon­ter leurs his­toires, avec leurs propres mots. » Nous publie­rons ici plu­sieurs de ces témoi­gnages. Aujourd’hui : une femme bédouine ori­gi­naire du Néguev, Huda Abu Obaid.


ptitePour des gens de New York, nous serions une famille nom­breuse ; pour ceux de Lakiya [vil­lage bédouin dans le sud d’Israël], pas tel­le­ment ! Nous sommes neuf : mon père et ma mère, mes quatre soeurs, mes deux frères et moi. Mes deux parents sont ori­gi­naires de Lakiya. Ma mère vient de la tri­bu Al-sana ; mon père vient d’une petite famille. Jusqu’à mes douze ans, j’ai étu­dié au vil­lage. Puis, en 5ème, mes parents ont déci­dé de m’en­voyer dans une école juive. Ce fut très dif­fi­cile pour moi puisque : tout le monde par­lait hébreu et je n’en connais­sais que quelques mots. Et je n’a­vais pas d’a­mis là-bas. J’y ai étu­dié jus­qu’à ce que je ter­mine le lycée, en ter­mi­nale. Difficile, oui, en tant que bédouine, en tant que femme, en tant qu’a­rabe… Disons que je ne suis pas le genre de per­sonne à res­ter silen­cieuse. Je suis plu­tôt de celles qui parlent et se battent, par­fois. À Lakiya, j’é­tais une res­pon­sable de classe très active, mais lorsque j’ai chan­gé d’é­cole, je ne connais­sais pas la langue, je ne com­pre­nais pas ce que disaient les pro­fes­seurs : je me sen­tais mise à l’é­cart. J’ai alors com­pris ce que c’é­tait d’ap­par­te­nir à une « mino­ri­té ».

« J’ai com­men­cé à ren­con­trer des femmes du Néguev et d’ailleurs, des per­son­na­li­tés fortes, et à prendre conscience de nos droits. »

Puis, vers l’âge de seize ou dix-sept ans, j’ai com­men­cé à par­ler hébreu mieux que mon arabe natal ! À l’u­ni­ver­si­té, à Beersheva, je me suis mise à étu­dier le Moyen-Orient et les études de genre. C’est ma troi­sième année. Je me plais ici ; j’aime ce que j’ap­prends. J’étudie le Moyen-Orient parce qu’à l’é­cole on apprend uni­que­ment l’his­toire juive. Moi je veux apprendre, non pour en faire une pro­fes­sion, mais par soif de savoir. Je m’in­té­resse éga­le­ment aux ques­tions de genre parce que je suis une sorte de fémi­niste ! Ça a com­men­cé à la mai­son, quand j’é­tais petite. Nous étions deux filles pour un gar­çon, et Mohammad, mon frère, a tou­jours vou­lu être « l’homme fort ». J’estimais qu’il y avait beau­coup d’in­jus­tices. Lorsqu’il me deman­dait, par­fois : « Huda, apporte-moi un verre d’eau », je répon­dais : « Tu as deux jambes et deux bras, tout comme moi. Tu peux aller à la cui­sine sur tes propres jambes, et te ser­vir un verre d’eau, tout comme moi. Alors débrouille-toi ! » C’est là que ça a com­men­cé ! Et à l’âge de qua­torze ans, j’ai rejoint l’Association des Femmes de Lakiya. J’ai com­men­cé à ren­con­trer des femmes du Néguev et d’ailleurs, des per­son­na­li­tés fortes, et à prendre conscience de nos droits.

À seize ans, j’ai par­ti­ci­pé à un pro­jet appe­lé « Building Bridges for Peace », aux États-Unis. Ils fai­saient venir des femmes du Moyen-Orient — d’Israël, des Arabes, des Juives et des Américaines — pour deux semaines de ren­contres, à Denver, dans le Colorado. Nous avons pu y par­ler des femmes, de la paix, du tra­vail, de pro­jets, d’é­coute… Comment écou­ter et com­ment par­ler, com­ment par­ler de soi et de sa com­mu­nau­té, de ses ori­gines ? C’était une belle expé­rience, même si elle ne fut pas facile. Après ça, après avoir ter­mi­né le lycée, j’ai tra­vaillé comme béné­vole durant un an à l’AJEEC, le Centre pour l’Égalité, l’Émancipation et la Coopération Arabe et Juive. Chaque fois que j’y repense, j’ai­me­rais revivre cette période. Je fai­sais du béné­vo­lat dans les écoles des vil­lages non recon­nus, des acti­vi­tés avec les enfants. Mon pro­jet était un pro­jet ara­bo-juif ; j’a­vais un par­te­naire israé­lien. Quand les forces israé­liennes venaient pour détruire des mai­sons, nous allions aider les gens.

« Quand les forces israé­liennes venaient pour détruire des mai­sons, nous allions aider les gens. »

J’essaie de faire une dif­fé­rence, pas à pas. J’apprends qu’il y a de bonnes et de mau­vaises per­sonnes dans chaque socié­té. C’est impor­tant pour les Bédouins de réa­li­ser que les Israéliens ne sont pas si mau­vais. Et c’est impor­tant pour les volon­taires juifs de ren­con­trer d’autres per­sonnes, et de réa­li­ser à leur tour que les Bédouins, les Arabes, ne sont pas les seuls res­pon­sables des crimes et des conflits. Pour coexis­ter, les deux bords ont besoin de bons lea­ders, des lea­ders forts qui par­viennent à trou­ver des solu­tions — on ne peut pas res­ter dans cette situa­tion ! J’ai com­men­cé à tra­vailler à Sidreth il y a deux mois : c’est une orga­ni­sa­tion de femmes ori­gi­naires de Lakiya. C’est très com­pli­qué de tra­vailler dans les vil­lages non recon­nus puis­qu’il n’y a pas de trans­ports pour s’y rendre. Sans par­ler du fait d’être une femme dans cette socié­té patriar­cale, où seuls les hommes sont habi­li­tés à prendre des déci­sions… Je dois tou­jours par­ler plus fort qu’eux si je veux que les gens m’é­coutent — au début, per­sonne ne m’en­ten­dait. Ils savent bien com­ment se battre les uns les autres, mais ils ne savent pas écou­ter ! Maintenant, après deux années à tra­vailler dans ces vil­lages, les gens me connaissent et ils com­mencent à m’é­cou­ter. Une fois que les gens savent qui vous êtes et qu’ils savent que vous tra­vaillez avec eux, qu’ils comptent pour vous, ils finissent par vous accep­ter. Mais ils ont besoin de vous connaitre, vous et votre famille, vos pères et mères et frères et soeurs, et de savoir si vous tra­vaillez, si vous êtes mariée… Il ont besoin de tout savoir de vous — ensuite, ils vous lais­se­ront agir. Ça prend des années.

Mais je pense qu’il y a de l’es­poir. Les gens res­te­ront sur leurs terres, même si la police est déjà venue tout détruire, et revient, et revien­dra encore et encore. Il faut que nous res­tions ! On parle là de 3 % des terres du Néguev, et nous repré­sen­tons 20 % des gens qui vivent au Néguev. 3 % de 20 %, ce n’est pas bien gros. J’espère que l’État d’Israël fini­ra par recon­naître tous les vil­lages. Moi, en tout cas, je conti­nue­rai cette lutte.


Lire la suite

Shimrit Lee
Shimrit Lee

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.