Nous qui n’étions pas nés en 68


Semaine Daniel Bensaïd

Sort en salles, dans deux jours, le der­nier film de Carmen Castillo : On est vivants. Un docu­men­taire qui donne à voir les luttes de tous ces ano­nymes qui, de Saint-Nazaire au Mexique, de Marseille à la Bolivie, défient le cours des choses. Daniel Bensaïd — l’homme et son œuvre — y fait office de fil rouge : le long-métrage se déploie dans le sou­ve­nir du pen­seur-mili­tant, dis­pa­ru en 2010. Nous pro­fi­tons de cette sor­tie pour rendre hom­mage, le temps d’une semaine, au phi­lo­sophe qu’il fut. Nous aimions chez lui son exi­gence « du double refus et du double front », une exi­gence « étroite, sou­vent périlleuse » ; nous aimions son « pari incer­tain », celui d’une lutte poli­tique qui, bien qu’of­frant plus de défaites que de vic­toires, mérite qu’on la mène, quitte à tâton­ner ; nous aimions aus­si son écri­ture — le pen­seur écri­vait par­fois en poète. Que Sophie Bensaïd soit ici remer­ciée pour sa confiance : le pré­sent texte, écrit en 1998, pro­vient de ses archives personnelles.


Lutte_prolongeeNous qui n’étions pas nés en 68,
Nous qui ne connais­sons que l’univers impi­toyable de la jungle libérale,
Nous qui n’aurons pas encore trente ans en l’an 2000…
Nous avons aus­si notre petite idée de Mai 68,

Pas celle des célé­bra­tions mor­bides et des céré­mo­nies cadavériques,
Pas celle des funé­railles grises des illu­sions perdues,
Pas celle des vété­rans dûment nos­tal­giques, ral­liés à la froide rai­son « consen­suelle et ges­tion­naire » de l’ordre exis­tant ; de leurs sou­ve­nirs tris­te­ment tison­nés, de leurs nos­tal­gies recuites, de leur satis­fac­tion d’être enfin « arri­vés » — mais dans quel état !

Il y a leur 68, il y aura le nôtre.
S’ils ont rêvé jadis de chan­ger le monde, leur rêve nous inté­resse plus que la rési­gna­tion assa­gie de ceux et celles qui sont reve­nus de tout, sauf d’eux-mêmes.
Car le monde d’aujourd’hui n’est pas meilleur, ni plus accep­table que celui d’hier.
À cer­tains égards (chô­mage, inéga­li­tés, exclu­sions, pau­vre­té), il est pire.

Il est peut-être plus dif­fi­cile de le chan­ger qu’on ne l’imaginait hier. Mais c’est tou­jours aus­si néces­saire, et sans doute plus urgent, avant qu’il ne nous écrase.

Nous n’allons pas subir sans rien faire l’inquiétante dic­ta­ture des mar­chés finan­ciers. Nous avons cru com­prendre que 68 n’est pas né subi­te­ment, un matin de mai, dans une rose ou dans un chou. L’explosion, l’irruption, le sou­lè­ve­ment étaient annon­cés et pré­pa­rés de plus loin, dans les luttes de soli­da­ri­té de la jeu­nesse avec les luttes de libé­ra­tion dans les pays sou­mis à l’oppression colo­niale ; dans les actions de sou­tien aux pre­mières luttes anti­bu­reau­cra­tiques en Europe de l’Est ; dans les grèves et les émeutes de jeunes tra­vailleurs, à Caen, au Mans, à Besançon.

Nous n’allons pas nous conten­ter de vieillir en rumi­nant les cendres d’un pas­sé révo­lu. Nous vou­lons pré­pa­rer nos Mai 68 inédits, ceux de demain et d’après-demain, par notre enga­ge­ment d’aujourd’hui dans les mou­ve­ments sociaux, aux côtés des chô­meurs et des sans-papiers, pour les droits des femmes et le droit au loge­ment, contre le sida et contre le F‑Haine.

Depuis trente ans, la socié­té a évo­lué. Les pro­blèmes ont chan­gé, les luttes et leurs acteurs aus­si. Mais, comme il y a trente ans, les aspi­ra­tions por­tées par des mino­ri­tés qui agissent peuvent réveiller le plus grand nombre de son cau­che­mar quotidien.

Conjuguer 68 au pré­sent, c’est renouer avec cet esprit de résis­tance, d’insoumission, de rébel­lion, d’où sur­gi­ra un monde soli­daire, où le bien public passe avant l’intérêt pri­vé, les besoins humains avant le pro­fit, le droit à l’existence avant le Cac 40.

Sous les pavés, la plage.
Sur les pavés, la grève.

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 10

Notre dixième numéro est disponible en ligne et en librairie ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Joëlle, dos cassé, coeur révolté (Rémi Larue) ▽ Une papeterie en sursis (Roméo Bondon) ▽ Rencontre avec Pınar Selek ▽ Que faire de la police ? (avec Ugo Bernalicis et Elsa Dorlin) ▽ L’argent ne tombe pas des oliviers (Rosa Moussaoui) ▽ “Si personne ne m’écoute, je n’ai plus rien à dire” ▽ À donner, volcan en éruption, pneus neufs (Marion Jdanoff) ▽ Partout la mer est libre (Maya Mihindou) ▽ Casamance : résister au sel et attendre la pluie (Camille Marie et Prosper Champion) ▽ Quand la littérature justifie la domination (Kaoutar Harchi) ▽ Ernest Cœurderoy : souvenirs d’un proscrit (Tristan Bonnier) En la línea del frente : sur la ligne de front (Laurent Perpigna Iban) ▽ Tout ce qui vit (Élie Marek et Élias Boisjean) ▽ Les foyers ont brûlé (Paul Fer) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.