Hevrin Khalaf ou la nation démocratique


Texte paru sur Roarmag et traduit pour le site de Ballast

De l’in­va­sion, un visage — par­mi tant d’autres — res­te­ra. Hevrin Khalaf, 34 ans, a été exé­cu­tée aux pre­miers temps de l’of­fen­sive menée contre le Rojava par les armées turques et rebelles. Ingénieure de for­ma­tion, elle avait enca­dré le minis­tère de l’Économie de l’Administration auto­nome et mili­tait, comme secré­taire géné­rale, pour le FSP, le Parti de la Syrie future — se récla­mant du cou­rant pro­gres­siste, il appelle, fort d’une direc­tion ara­bo-kurde, à une Syrie « démo­cra­tique, plu­ra­liste et décen­tra­li­sée ». La mili­tante fémi­niste et anti­ca­pi­ta­liste Azize Aslan, qui étu­die les liens entre les mou­ve­ments zapa­tistes et kurdes, l’a­vait ren­con­trée et inter­viewée en 2018. Nous tra­dui­sons l’hom­mage qu’elle vient de rendre à celle qui aspi­rait à une double révo­lu­tion : fémi­nine et sociale.


« Je m’ap­pelle Hevrin, de Dêrik, une ville du Rojava. J’y ai étu­dié et vécu, mais je tra­vaille désor­mais à Qamişlo. J’ai étu­dié le génie civil à Alep durant cinq ans et j’ai ter­mi­né mes études en 2009. Après avoir tra­vaillé pour le gou­ver­ne­ment pen­dant un an, la révo­lu­tion a com­men­cé. C’était en 2011. C’est à ma famille que revient le mérite de ma par­ti­ci­pa­tion à la révo­lu­tion du Rojava : elle est patriote et s’or­ga­nise depuis des années. Elle m’a tou­jours emme­née aux réunions et aux mobi­li­sa­tions sociales. Disons que je ne me suis jamais trou­vée bien loin de l’or­ga­ni­sa­tion poli­tique et que j’ai tou­jours eu de solides racines au sein de notre socié­té. C’est peut-être le cas par­tout au Moyen-Orient, mais, au Rojava, il a tou­jours exis­té une uni­té et une soli­da­ri­té fortes par­mi notre peuple. Vivre ensemble — ou ce que nous appe­lons la vie en com­mu­nau­té — est, de nos jours, encore vivant et cou­rant. Je fais par­tie inté­grante de cette socié­té com­mu­nau­taire. »

« Elle a été arra­chée de sa voi­ture puis tuée de sang froid sur la route. »

Ce sont là les paroles d’Hevrin Khalaf, lorsque je l’ai ren­con­trée au prin­temps 2018. Le 12 octobre 2019, trois jours après que la Turquie a lan­cé son offen­sive mili­taire dans le nord de la Syrie, elle a été bru­ta­le­ment assas­si­née. Selon les rap­ports de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, elle a été arra­chée de sa voi­ture puis tuée de sang froid sur la route. Son autop­sie révèle qu’on lui a tiré des­sus, qu’on l’a bat­tue avec des objets lourds et qu’elle a été traî­née par les che­veux jus­qu’à ce que la peau de son cuir che­ve­lu se détache. J’ignore com­bien de fois j’ai réécou­té les enre­gis­tre­ments de notre entre­tien depuis que j’ai appris la nou­velle ter­rible de sa mort. Hevrin décrit le Rojava et sa lutte avec tant de fier­té. Je vou­lais entendre à nou­veau ces paroles emplies d’hon­neur car elles expliquent aus­si bien des rai­sons de la guerre menée contre le Rojava et les Kurdes. Cet entre­tien tente de rendre jus­tice au cou­ra­geux tra­vail qu’Hevrin Khalaf a accom­pli pour son peuple ain­si que pour l’en­semble des habi­tants du Rojava1En 2018, la popu­la­tion admi­nis­trée par l’Administration auto­nome du Rojava compte envi­ron 6 mil­lions d’ha­bi­tants — près de 60 % d’entre eux sont kurdes. Le Contrat social du Rojava, né de la révo­lu­tion, s’é­non­çait ain­si : « Nous, peuple des régions auto­nomes démo­cra­tiques d’Afrîn, de Jazîra et Kobanê, confé­dé­ra­tion de Kurdes, Arabes, Assyriens, Chaldéens, Araméens, Turkmènes, Arméniens et Tchétchènes, décla­rons et éta­blis­sons libre­ment et solen­nel­le­ment cette charte rédi­gée confor­mé­ment aux prin­cipes de l’autonomie démo­cra­tique. » Toutes les notes sont de la rédac­tion..

J’ai, ce prin­temps, ren­con­tré Hevrin Khalaf (Hevrîn Xelef, en kurde) alors qu’elle copré­si­dait le minis­tère de l’Économie de l’Administration auto­nome de la Syrie du Nord et de l’Est — mieux connue sous le nom de « Rojava ». La veille, elle avait per­du son cama­rade Gerdo, aux côtés de qui elle avait lut­té de nom­breuses années durant ; elle reve­nait de son domi­cile, à Tirbespî2Petite ville du nord-est de la Syrie — Al-Qahtaniya, en arabe. ; je me sou­viens de ce moment où elle m’a appe­lé pour me dire qu’elle s’ex­cu­sait pour son retard et qu’elle était en route.

Manbij, avril 2018 (par Loez)

Un combat perpétuel

Tandis que j’at­ten­dais Hevrin dans le jar­din du minis­tère de l’Économie, assise à l’ombre d’un arbre, je dis­cu­tais et fumais avec la femme en charge des Asayişa Jin, les forces de sécu­ri­té fémi­nines du Rojava. Elle sem­blait à ce point forte et auto­nome qu’il me faut bien avouer, à la vue de son alliance, avoir été un peu sur­prise ; je lui ai deman­dé si elle était mariée : « Je suis mariée, mais mon mari tra­vaille pour les forces de sécu­ri­té com­mu­nau­taires dans une autre par­tie du Rojava », a‑t-elle dit. Un peu gênée, elle m’a avoué en riant : « On a oublié qu’on était mariés, une fois la révo­lu­tion arri­vée. »

Au Rojava, les femmes ont tou­jours cher­ché à trans­for­mer la révo­lu­tion — que tout le monde connaît aujourd’­hui comme « la Révolution des femmes » — en une révo­lu­tion sociale. Toute sa vie, Hevrin a lut­té pour cela. Et a été assas­si­née alors qu’elle se bat­tait pour cela. J’avais déjà enten­du par­ler de sa beau­té et de sa digni­té ; lors­qu’elle est arri­vée, sa peine et ses yeux gon­flés d’a­voir pleu­ré Gerdo n’ont pu, en effet, dis­si­mu­ler sa beau­té. Pas plus que sa fatigue n’en­tra­va son hos­pi­ta­li­té. En me saluant, elle a immé­dia­te­ment deman­dé si j’a­vais faim et si j’a­vais de quoi man­ger. Lors de mon séjour au Rojava, je n’ai d’ailleurs jamais eu affaire à l’argent : tous les jours, je man­geais et buvais du thé dans les cui­sines com­munes de l’une des nom­breuses ins­ti­tu­tions locales ou des mai­sons civiles que je ren­con­trais le long du che­min. Là-bas, il est évident que l’argent ne domine pas l’en­semble des rela­tions sociales. Les gens me char­riaient par­fois : ils plai­san­taient en disant que si j’é­tais venue durant la guerre et l’embargo, ils m’au­raient seule­ment don­né de la soupe.

Une société d’assemblées et de communes

« Le Rojava n’est pas seule­ment un ter­ri­toire qui voit se réa­li­ser une révo­lu­tion, c’est un ter­ri­toire où l’i­dée même de révo­lu­tion se redé­fi­nit. »

Parallèlement à la révo­lu­tion, c’est une éco­no­mie sociale qui s’est orga­ni­sée au Rojava. Lorsque je l’ai ren­con­trée, cela fai­sait plus de deux ans qu’Hevrin était la porte-parole et la copré­si­dente de ce minis­tère. « L’organisation d’une éco­no­mie sociale repose sur trois piliers impor­tants [m’a­vait-elle dit]. Le pre­mier, c’est l’é­co­no­mie des besoins sociaux — qui, contrai­re­ment à l’é­co­no­mie capi­ta­liste, n’est pas axée sur la maxi­mi­sa­tion du pro­fit. Le deuxième, c’est l’é­co­lo­gie et la pro­duc­tion éco­lo­gi­que­ment res­pon­sable des besoins de la socié­té. Le troi­sième, c’est la créa­tion et le contrôle d’un mar­ché équi­table. Ces trois piliers sont très impor­tants pour l’é­co­no­mie sociale, et nous vou­lons qu’ils deviennent réa­li­té. »

Le Rojava n’est pas seule­ment un ter­ri­toire qui voit se réa­li­ser une révo­lu­tion, c’est un ter­ri­toire où l’i­dée même de révo­lu­tion se redé­fi­nit. Un lieu où s’ins­taure une révo­lu­tion sociale, où la notion de « révo­lu­tion clas­sique » — fon­dée sur l’i­dée de trans­for­mer la socié­té par la prise du pou­voir — est reje­tée. Le mou­ve­ment kurde au Rojava refuse de prendre le pou­voir ; bien au contraire : il revêt la forme orga­ni­sa­tion­nelle d’un réseau d’as­sem­blées, lequel per­met au peuple de deve­nir sujet de ses pro­ces­sus déci­sion­naires et, grâce à l’i­dée d’au­to­dé­ter­mi­na­tion, œuvre à l’au­to­no­mie géné­rale. En somme, les Kurdes y rejettent un élé­ment fon­da­men­tal de l’État : son pou­voir de prendre et d’ap­pli­quer des déci­sions du som­met vers la base.

Manbij, avril 2018 (par Loez)

[…] La pre­mière chose qui fut entre­prise au Rojava, puis dans l’en­semble de la région du Nord et de l’Est de la Syrie une fois déli­vrée de Daech, a été la créa­tion, avec les popu­la­tions locales, d’as­sem­blées can­to­nales régio­nales : les gens ont ain­si eu le pou­voir de déci­der eux-mêmes. Le Contrat social du Rojava et du Nord de la Syrie a inter­dit aux forces armées de sanc­tion­ner ou de prendre part aux assem­blées. L’objectif de ce sys­tème popu­laire basé sur les assem­blées est d’or­ga­ni­ser un modèle anti­ca­pi­ta­liste et auto­nome : une socié­té sans État, anti­pa­triar­cale et éco­lo­gique. L’au­to­no­mie démo­cra­tique3Il s’a­git de l’un des concepts essen­tiels du confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique. Cette théo­rie poli­tique a été for­mu­lée par Abdullah Öcalan après qu’il a tour­né la page de l’in­dé­pen­dan­tisme léni­niste et décou­vert les tra­vaux du pen­seur éco­lo­giste et com­mu­niste liber­taire Murray Bookchin. Ce cor­pus idéo­lo­gique est pro­mu par l’en­semble des mou­ve­ments révo­lu­tion­naires kurdes qui gra­vitent autour du Koma Civakên Kurdistan (KCK) — en Turquie, en Syrie, en Iran et en Irak., qui se struc­ture autour de la com­mune, n’est pas une for­ma­tion poli­tique ni un gou­ver­ne­ment — bien qu’elle recon­naisse les par­tis poli­tiques. Les com­munes et les assem­blées popu­laires, organes prin­ci­paux de l’or­ga­ni­sa­tion de la socié­té, forment un auto-gou­ver­ne­ment.

La nation démocratique

« Si vous n’a­vez pas d’al­ter­na­tive, ce que vous avez détruit pour­rait se trans­for­mer en quelque chose de pire encore. »

Contrairement aux conflits eth­niques et reli­gieux qui ont trans­for­mé le Moyen-Orient en une zone de guerre, les com­munes offrent l’au­to­no­mie démo­cra­tique à toutes les ins­ti­tu­tions de l’au­to-gou­ver­ne­ment, avec pour socle la nation démo­cra­tique4Il s’a­git là d’un autre concept déve­lop­pé par Öcalan dans le cadre du confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique.. Il était mani­feste, au ton de sa voix, qu’Hevrin avait sai­si en pro­fon­deur l’es­prit de la nation démo­cra­tique, à l’ins­tar de son cama­rade assy­rien Gerdo : « Depuis que le mou­ve­ment s’est orga­ni­sé, [les mili­tants révo­lu­tion­naires kurdes] délivrent la solu­tion [de l’au­to­no­mie démo­cra­tique], sur la base des écrits de pri­son d’Öcalan [cofon­da­teur du PKK et théo­ri­cien révo­lu­tion­naire, ndlr]. Une solu­tion pour l’en­semble du Moyen-Orient et du Rojava. La solu­tion poli­tique est donc déjà là : il suf­fit de la mettre en œuvre. Raison pour laquelle, si le sys­tème est ren­ver­sé, il faut rem­pla­cer ce qui exis­tait par une vision alter­na­tive. Si vous n’a­vez pas d’al­ter­na­tive, ce que vous avez détruit pour­rait se trans­for­mer en quelque chose de pire encore. En d’autres termes, lorsque la révo­lu­tion a com­men­cé et que l’État s’en est allé avec toutes ses ins­ti­tu­tions — il n’est res­té qu’à quelques endroits —, si nous n’a­vions pas eu notre sys­tème alter­na­tif et si notre peuple n’a­vait pas été prêt, il nous aurait été impos­sible d’ac­cé­der à une authen­tique libé­ra­tion par la simple créa­tion d’ins­ti­tu­tions.

Pour construire ce sys­tème alter­na­tif, nous avons com­men­cé par les Mala Gel [mai­sons du peuple] et les Mala Jin [mai­sons des femmes]. Toutes les ins­ti­tu­tions de la socié­té ont été créées sépa­ré­ment. Si notre socié­té est recon­nue, elle l’est sur­tout pour ses orga­ni­sa­tions fémi­nines. Quand les gens parlent de la révo­lu­tion du Rojava, ils l’ap­pellent la Şoreşa Jin [la Révolution des femmes]. Les femmes ont com­men­cé par construire les mai­sons des femmes pour orga­ni­ser le mou­ve­ment fémi­nin. On les a for­mées pour bâtir une vision com­mune et s’af­fran­chir de la condi­tion à laquelle elles sont bien sou­vent réduites : une condi­tion sinistre, défa­vo­ri­sée. Pour qu’elles deviennent des diri­geantes de la révo­lu­tion sociale, aus­si. Car nous savons que lors­qu’une femme devient diri­geante, c’est la socié­té tout entière qui s’empare de la direc­tion et se trans­forme elle-même. La liber­té des femmes et de la socié­té sont inter­dé­pen­dantes. Lorsque j’ai ral­lié la révo­lu­tion, ma pre­mière place a été à l’a­ca­dé­mie de Nurî Dersîm : c’est ici que la for­ma­tion poli­tique de la socié­té a eu lieu. J’y ai tra­vaillé durant un cer­tain temps. Le gou­ver­ne­ment auto­nome avait été pro­mul­gué. Avant cela, mes cama­rades m’a­vaient sug­gé­ré d’y par­ti­ci­per. Après cette pro­mul­ga­tion, je suis donc deve­nue copré­si­dente du minis­tère de l’Énergie.

Maison des femmes à Manbij, avril 2018 : prise en charge d’une demande de divorce (par Loez)

Durant trois mois, nous avons tra­vaillé avec le pro­fes­seur Gerdo, que nous avons per­du hier. Nous tra­vail­lions avec heval [« cama­rade » en kurde, ndlr] Gerdo depuis le pre­mier jour du gou­ver­ne­ment auto­nome. Il disait sou­vent : Nous avons com­men­cé la lutte ensemble, nous la fini­rons ensemble. C’était notre ami, un Assyrien. Une très bonne per­sonne, sur le plan de la mora­li­té humaine. Lorsque nous dis­cu­tions des moda­li­tés de la nation démo­cra­tique, je lui disais tou­jours : Tu as été le pre­mier de nos amis à com­prendre ce qu’est la nation démo­cra­tique, alors qu’elle ne fai­sait pas encore expli­ci­te­ment par­tie de notre pro­gramme poli­tique. Il l’a­vait com­prise, réa­li­sée ; cela fai­sait par­tie de son carac­tère. Il venait de Tirbespî : les gens vivaient ensemble dans cette ville, en paix. J’observais son carac­tère à tra­vers les rela­tions qu’il avait avec les Arabes et les Kurdes, les musul­mans et les Assyriens. Il a répé­té à plu­sieurs reprises : Serok [sur­nom d’Öcalan, ndlr] nous a fait prendre conscience de tout ça : nous sommes donc très à l’aise vis-à-vis de lui. En tant qu’Assyriens, nous ne savions pas que nous pou­vions pré­tendre à de tels droits. Nous l’a­vions oublié. Maintenant, avec ses écrits de pri­son, nous connais­sons nos droits cultu­rels et poli­tiques. Gerdo a tou­jours esti­mé qu’il fal­lait défendre le pro­jet de l’au­to­no­mie démo­cra­tique. Il l’a fait dans le plus grand calme. Durant plus de quatre ans, nous avons tra­vaillé ensemble dans l’es­prit d’une nation démo­cra­tique. Il le pos­sé­dait véri­ta­ble­ment, cet état d’es­prit. Si ce gou­ver­ne­ment auto­nome pos­sède au moins une qua­li­té, c’est l’u­ni­té du peuple. Un Assyrien tra­vaille avec les Kurdes, un Kurde avec les Arabes. Ce n’é­tait pas quelque chose d’ai­sé­ment réa­li­sable. Rien que ça, c’est une révo­lu­tion. »

Transformer les relations de genre

« Un Assyrien tra­vaille avec les Kurdes, un Kurde avec les Arabes. Ce n’é­tait pas quelque chose d’ai­sé­ment réa­li­sable. Rien que ça, c’est une révo­lu­tion. »

Hevrin avait appris de sa mère à être forte et révo­lu­tion­naire. C’est ain­si qu’elle a rejoint la résis­tance dès le début de la révo­lu­tion et occu­pé dif­fé­rentes fonc­tions. Lorsque nous par­lions ensemble d’é­co­no­mie sociale, elle me disait qu’elle ne serait bien­tôt plus impli­quée dans le champ éco­no­mique du mou­ve­ment. Après la libé­ra­tion des régions telles que Raqqa et Deir ez-Zor, on lui a pro­po­sé de deve­nir la copré­si­dente du Parti de la Syrie future (FSP) : il entend ins­tau­rer un consen­sus social en faveur de la paix et éli­mi­ner l’hos­ti­li­té que le régime baa­thiste [des Assad, ndlr] a tou­jours engen­drée entre Kurdes et Arabes. Elle me l’a­vait dit de façon spon­ta­née ; j’a­vais sai­si qu’elle ne sou­hai­tait pas quit­ter son emploi d’or­ga­ni­sa­trice de l’é­co­no­mie sociale du Rojava et qu’elle n’as­pi­rait pas à par­ti­ci­per au FSP, mais qu’elle ne refu­se­rait pas l’offre de ses cama­rades. Elle avait ajou­té qu’elle s’é­tait liée aux per­sonnes qui tra­vaillaient dans le champ éco­no­mique et que, ensemble, elles étaient par­ve­nues à résoudre quan­ti­té de pro­blèmes concrets. Mais comme de nom­breuses tri­bus arabes n’a­vaient pas accep­té le sys­tème de copré­si­dence, elle savait qu’il était de son devoir de s’en­ga­ger dans ce par­ti pour lut­ter jus­qu’à ce qu’un tel sys­tème soit accep­té par tout le monde.

Par la pra­tique — avoir un·e coprésident·e ou un·e porte-parole —, ce sys­tème octroie aux femmes et aux hommes des droits égaux en matière d’ex­pres­sion et de prise de déci­sion. Il est à l’œuvre dans chaque ins­ti­tu­tion et struc­ture orga­ni­sa­tion­nelle du mou­ve­ment de libé­ra­tion kurde ; il remonte à une déci­sion prise par une orga­ni­sa­tion fémi­nine kurde dans les années 1990. C’est, de par le monde, une pra­tique inédite au sein des mou­ve­ments de libé­ra­tion. Hevrin a fait savoir que l’a­dop­tion de ce sys­tème n’é­tait pas chose aisée. Qu’il s’a­gis­sait d’une lutte per­ma­nente. « Une fois le gou­ver­ne­ment auto­nome pro­mul­gué, le tra­vail des femmes est deve­nu de plus en plus impor­tant. Si toutes les ins­ti­tu­tions de l’Administration auto­nome accordent une atten­tion par­ti­cu­lière aux ques­tions rela­tives aux femmes, il en est une, tou­jours, qui est exclu­si­ve­ment cen­trée sur elles… Nous n’en­cou­ra­geons pas le fait que les ques­tions fémi­nines prennent le pas sur les ques­tions d’ordre géné­ral, mais nous insis­tons pour que celles-ci soient prises en compte dans chaque ins­ti­tu­tion.

Kobanê, avril 2018. Ayse Effendi, copré­si­dente du TEV-DEM : « Les com­munes ne sont pas basées sur les liens tri­baux, ni sur ceux du sang. » (par Loez)

Afin de ral­lu­mer le feu éteint de l’his­toire des femmes, nous devons inter­ve­nir et sou­te­nir les orga­ni­sa­tions fémi­nines par tous les moyens pos­sibles. Jusqu’à quand ? Jusqu’à ce que les femmes et les hommes puissent tra­vailler ensemble sur un pied d’é­ga­li­té. Le sys­tème de copré­si­dence n’est pas accep­té dans bien des régions : il n’a pas été suf­fi­sam­ment inté­rio­ri­sé, y com­pris dans les nom­breuses ins­ti­tu­tions que nous avons créées depuis le début de la révo­lu­tion. Se consi­dé­rer comme coprésident·e·s, savoir que les déci­sions doivent être prises ensemble et à éga­li­té, voi­là une idée et une pra­tique qui n’ont pas encore été tota­le­ment mises en œuvre dans notre culture. Cela fonc­tionne très bien dans cer­tains endroits, mais rap­pe­lez-vous qu’il n’est pas pos­sible de chan­ger une men­ta­li­té mil­lé­naire en seule­ment deux ans ! Par exemple, quand on parle des coprésident·e·s, on nous dit aus­si­tôt que ce droit n’est qu’un droit octroyé aux femmes. Le sys­tème de copré­si­dence n’existe pour­tant pas seule­ment pour elles. Lorsque nous par­lons de copré­si­dence dans les régions nou­vel­le­ment libé­rées [de Daech, ndlr], on a l’im­pres­sion que nous fai­sons quelque chose pour les femmes, mais ce n’est pas le cas : la copré­si­dence concerne aus­si les hommes. Il est vrai que la déci­sion d’ap­pli­quer par­tout le sys­tème de copré­si­dence a été conçu dans les espaces et les actions orga­ni­sa­tion­nelles fémi­nins, mais, dès le début, nous avons recon­nu que ce sys­tème serait béné­fique non seule­ment pour les femmes, mais aus­si pour tous les habi­tants du nord de la Syrie. Ainsi, cha­cun a le droit d’a­gir avec son cama­rade.

« Rappelez-vous qu’il n’est pas pos­sible de chan­ger une men­ta­li­té mil­lé­naire en seule­ment deux ans ! »

Parfois, je suis très sur­prise lorsque, par exemple, mes amis mas­cu­lins me disent : Okay, ne dis­cu­tons pas trop : il y a un sys­tème de copré­si­dence et nos amies ici pré­sentes ne doivent pas être offen­sées. Lorsque j’ai enten­du ceci, j’ai répon­du : Ce n’est pas pour ne pas offen­ser les femmes que nous devons accep­ter ce sys­tème, c’est pour que les voix des hommes ne dis­pa­raissent pas dans la socié­té. La copré­si­dence ne signi­fie pas détruire les hommes, mais trans­for­mer les rela­tions de genre au sein de nos ins­ti­tu­tions et de la socié­té. Dans les sys­tèmes à pré­si­dence unique, le pré­sident peut être un homme ou une femme. Dès lors, pour par­ve­nir à une véri­table trans­for­ma­tion du gou­ver­ne­ment auto­nome, il était néces­saire d’ins­tau­rer le sys­tème de copré­si­dence. Lorsque le gou­ver­ne­ment auto­nome a été pro­mul­gué, tous les minis­tères étaient dotés d’un sys­tème pré­si­den­tiel : un président·e et deux vice-président·e·s — il y a désor­mais deux coprésident·e·s et trois vice-président·e·s. Dans les minis­tères, mais éga­le­ment dans toutes les ins­ti­tu­tions.

La copré­si­dence a d’a­bord com­men­cé dans le can­ton de Cizîr5Dans le sud-est de la Turquie., puis à Kobanê6Aïn al-Arab, en arabe.. Ce sys­tème a désor­mais cours à Afrîn éga­le­ment — même si l’as­sem­blée can­to­nale d’Afrîn avait de fac­to mis en place le sys­tème de copré­si­dence. Je m’ex­plique, car c’é­tait bizarre : le pre­mier pré­sident du can­ton de Cizîr était un homme7Abdulkerim Saruhan. ; de même à Kobanê8Enver Muslim. ; mais à Afrîn, c’é­tait une femme9Hevi Mustafa.. Cette der­nière avait à ses côtés un copré­sident, alors même que le gou­ver­ne­ment auto­nome n’a­vait pas encore ins­tau­ré le sys­tème de copré­si­dence. Mais puis­qu’elle était une femme, le sys­tème de copré­si­dence avait été adop­té de fac­to… alors qu’il n’é­tait pas offi­ciel­le­ment à l’œuvre à cette époque. En clair : si le pré­sident était un homme, on pou­vait conti­nuer avec le sys­tème pré­si­den­tiel ; si le pré­sident était une femme, elle n’a­vait pas le droit de le res­ter sans un copré­sident mas­cu­lin à ses côtés ! »

J’ai ri, et elle aus­si — à ce moment-là, j’ai vu le beau sou­rire d’Hevrin. Sans nul doute, celles et ceux qui l’ont vu le gardent en mémoire.

Manbij, avril 2018 : cours de langue kurde (par Loez)

Même après sa mort, l’im­por­tance de sa lutte a une fois de plus été sou­li­gnée : Hevrin n’a pas été recon­nue comme copré­si­dente de la direc­tion du Parti de la Syrie future mais comme secré­taire géné­rale. Elle ne l’é­tait pas moins dans sa pra­tique quo­ti­dienne, copré­si­dente. Je n’ai aucun doute quant au fait qu’elle a pour­sui­vi sa lutte, dans ce même esprit de résis­tance, jus­qu’au jour de son assas­si­nat. Hevrin Khalaf avait sou­ri face à moi : c’é­tait à n’en pas dou­ter le sou­rire de la vic­toire, celui que j’ai vu dans les yeux et sur le visage de toutes les femmes du Rojava. Ce sou­rire hono­rable qui a détruit le patriar­cat. Défendre le Rojava, oui, c’est défendre l’hon­neur de ce sou­rire !


Traduit de l’an­glais par Ballast ; texte ori­gi­nal : « Hevrin Khalaf and the spi­rit of the demo­cra­tic nation », 24 octobre 2019, Roarmag.
Toutes les pho­to­gra­phies sont de Loez.


REBONDS

☰ Lire notre abé­cé­daire de Murray Bookchin, sep­tembre 2018
☰ Lire notre dos­sier sur le Rojava

NOTES   [ + ]

1.En 2018, la popu­la­tion admi­nis­trée par l’Administration auto­nome du Rojava compte envi­ron 6 mil­lions d’ha­bi­tants — près de 60 % d’entre eux sont kurdes. Le Contrat social du Rojava, né de la révo­lu­tion, s’é­non­çait ain­si : « Nous, peuple des régions auto­nomes démo­cra­tiques d’Afrîn, de Jazîra et Kobanê, confé­dé­ra­tion de Kurdes, Arabes, Assyriens, Chaldéens, Araméens, Turkmènes, Arméniens et Tchétchènes, décla­rons et éta­blis­sons libre­ment et solen­nel­le­ment cette charte rédi­gée confor­mé­ment aux prin­cipes de l’autonomie démo­cra­tique. » Toutes les notes sont de la rédac­tion.
2.Petite ville du nord-est de la Syrie — Al-Qahtaniya, en arabe.
3.Il s’a­git de l’un des concepts essen­tiels du confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique. Cette théo­rie poli­tique a été for­mu­lée par Abdullah Öcalan après qu’il a tour­né la page de l’in­dé­pen­dan­tisme léni­niste et décou­vert les tra­vaux du pen­seur éco­lo­giste et com­mu­niste liber­taire Murray Bookchin. Ce cor­pus idéo­lo­gique est pro­mu par l’en­semble des mou­ve­ments révo­lu­tion­naires kurdes qui gra­vitent autour du Koma Civakên Kurdistan (KCK) — en Turquie, en Syrie, en Iran et en Irak.
4.Il s’a­git là d’un autre concept déve­lop­pé par Öcalan dans le cadre du confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique.
5.Dans le sud-est de la Turquie.
6.Aïn al-Arab, en arabe.
7.Abdulkerim Saruhan.
8.Enver Muslim.
9.Hevi Mustafa.
Sur le même sujet :
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.