Révolutionnaires et ouvriers contre la Première Guerre mondiale


Entretien inédit pour le site de Ballast

Guillaume Davranche, né en 1977, est jour­na­liste et cher­cheur indé­pen­dant en his­toire sociale. Avec Trop jeunes pour mou­rir. Ouvriers et révo­lu­tion­naires face à la guerre (1909–1914), une somme de 500 pages édi­tée par Libertalia et L’insomniaque, il donne à lire la mobi­li­sa­tion qui s’en­clen­cha dans les rangs radi­caux contre la Première Guerre mon­diale. Son étude est éga­le­ment l’oc­ca­sion de mettre en lumière la Fédération com­mu­niste anar­chiste : elle n’exis­ta que quatre années mais jura l’in­sou­mis­sion et la déser­tion aux auto­ri­tés qui s’apprêtaient à envoyer les peuples de France et d’Allemagne s’entre-tuer au front. 


dravrancheAprès avoir par­ti­ci­pé, avec d’autres, à l’ambitieux Maitron des anar­chistes, voi­là que vous publiez Trop jeunes pour mou­rir. Qu’est-ce qui vous incite à vous lan­cer dans d’aus­si colos­saux chan­tiers ?

Honnêtement, c’est sur­tout le fait qu’on ne mesure pas du tout, au départ, qu’ils le sont autant ! Plus sérieu­se­ment, mon inté­rêt pour l’histoire du mou­ve­ment liber­taire et révo­lu­tion­naire est, c’est évident, lié à mon enga­ge­ment poli­tique. Pendant long­temps, je me suis conten­té des grands épi­sodes les plus connus du mou­ve­ment liber­taire : la Commune de Paris, la Révolution russe, la Révolution espa­gnole… Sorti de là, géné­ra­le­ment, pour le mili­tant moyen, c’est sou­vent ter­ra inco­gni­ta ! Certes, il y a la somme de Jean Maitron en deux tomes, Le Mouvement anar­chiste en France. C’est une mine d’informations mais, plus de soixante ans après sa pre­mière paru­tion, il faut recon­naître qu’on en sent les limites. À par­tir de 2000, j’ai eu envie d’en savoir davan­tage sur l’his­toire du cou­rant com­mu­niste liber­taire, et j’ai com­men­cé par la période récente (avant tout parce qu’il y avait une cer­taine urgence à recueillir les témoi­gnages d’actrices et d’acteurs déjà âgés). C’est ain­si que j’ai fait la connais­sance d’un cer­tain nombre d’an­ciennes et d’an­ciens de la Fédération com­mu­niste liber­taire, de Noir et Rouge, de l’Organisation révo­lu­tion­naire anar­chiste (ORA)… et que j’ai réa­li­sé des entre­tiens qui ont été publiés ici ou là : avec Georges Fontenis, bien sûr, que j’ai côtoyé dans le groupe tou­ran­geau d’Alternative liber­taire en 1997–1998 ; avec Gil Devillard, un ancien de l’Organisation Pensée Bataille et du groupe Makhno de Renault-Billancourt1Gil Devillard : « Chez Renault, mili­ter dans le groupe Makhno, ce n’était pas de tout repos ! », Gavroche, octobre-décembre 2006. Disponible en ligne sur Alternativelibertaire.org. ; avec Guy Malouvier et Rolf Dupuy, de l’ORA2Rolf Dupuy et Guy Malouvier : « Chacun de ces mots comp­tait : orga­ni­sa­tion ; révo­lu­tion­naire ; anar­chiste », Alternative liber­taire, mai 2008. Disponible en ligne ici. ; avec Patrice Spadoni et Thierry Renard, de l’ORA et de l’Union des tra­vailleurs com­mu­nistes libertaires3Patrice Spadoni et Thierry Renard : « Il y avait toute une mytho­lo­gie qui entou­rait l’ORA », entre­tien de 2005, paru dans Théo Rival, Syndicalistes et liber­taires. Une his­toire de l’Union des tra­vailleurs com­mu­nistes liber­taires (1974–1991), Alternative liber­taire, 2013. ; avec des anciens de Noir et Rouge, comme Jean-Max Claris4Entretien de 2006, qui nour­rit la notice bio­gra­phique parue dans le Maitron des anar­chistes, en 2014. ; et encore, récem­ment, avec Daniel Guerrier5Entretien de 2014, qui a nour­ri une notice à paraître dans le Maitron-en-ligne.… Tout cela m’a, disons, mis en appé­tit. Et m’a don­né le goût d’une his­toire écrite « à hau­teur d’homme », d’une his­toire qui s’ap­proche autant que pos­sible d’une com­pré­hen­sion des acteurs du pas­sé.

« Cela m’a don­né le goût d’une his­toire écrite à hau­teur d’homme, d’une his­toire qui s’ap­proche autant que pos­sible d’une com­pré­hen­sion des acteurs du pas­sé. »

Pour Trop jeunes pour mou­rir, tout a com­men­cé par une visite aux archives de la Préfecture de police de Paris, en 2006. J’avais lu quelque part (sans doute dans la par­tie biblio­gra­phique du site de Fabrice Magnone consa­cré au Libertaire) qu’il exis­tait là-bas un car­ton concer­nant la Fédération com­mu­niste anar­chiste — la FCA. Je fai­sais alors des recherches sur l’o­ri­gine du cou­rant com­mu­niste liber­taire qu’on fai­sait, à l’é­poque, com­mu­né­ment remon­ter à la Plate-forme de Makhno et Archinov, datant de 1926. Avant cette date, le grand flou. Et dans ce grand flou : la FCA ! Intrigué par cette mys­té­rieuse orga­ni­sa­tion fuga­ce­ment évo­quée par Maitron, je me suis donc ren­du au musée de la Préfecture de police, dans le Ve arron­dis­se­ment. Derrière ses vitrines, on peut admi­rer, entre autres, un pit­to­resque arse­nal de poi­gnards et de pis­to­lets sai­sis sur des « apaches » des années 1900. Les bras­sards héris­sés de Liabeuf, le « tueur de flics »6Au sujet de l’affaire Liabeuf, lire Trop jeunes pour mou­rir, page 91., y sont éga­le­ment expo­sés. Les archives de la Préfecture de police étaient consul­tables dans des locaux attenants7Elles ont depuis été dépla­cées au 25, rue Baudin, au Pré-Saint-Gervais.. C’est là que j’ai décou­vert l’exis­tence non pas d’un, mais de deux car­tons libel­lés « FCA », par­ti­cu­liè­re­ment volu­mi­neux, et conte­nant des cen­taines de rap­ports de mou­chards : au moins un par semaine pen­dant trois ans ! Un gise­ment d’in­for­ma­tions tota­le­ment inex­ploi­té, com­plé­té par des car­tons annexes — sur la Fédération révo­lu­tion­naire et sur le Comité de défense sociale. Sans trop savoir où j’al­lais, j’ai com­men­cé à dépouiller cette masse désor­don­née. J’ai noir­ci des feuilles de notes, plu­sieurs jours de suite, igno­rant l’é­ten­due de ce qu’il res­tait à décou­vrir. Et plus j’en appre­nais, plus je pei­nais à com­prendre ce qu’il se pas­sait au sein de cette FCA : les rap­ports fai­saient réfé­rence à des per­son­nages, des luttes et des débats, qui m’é­taient lar­ge­ment étran­gers. Je me suis rapi­de­ment ren­du compte qu’il était impos­sible de com­prendre le mou­ve­ment anar­chiste de ces années-là sans com­prendre, en même temps, l’in­fluence de l’her­véisme, la tra­jec­toire de la CGT, et, plus géné­ra­le­ment, le cli­mat mili­ta­riste de l’é­poque. Ça a été le point de départ. J’ai com­men­cé à rédi­ger, tout en défri­chant en paral­lèle, de plus en plus pas­sion­né par ce que je décou­vrais. C’est ain­si que j’ai com­men­cé à tra­vailler les week-ends, la nuit, ou très tôt le matin, pen­dant mes périodes de chô­mage, tout en menant, en paral­lèle, le chan­tier du Maitron des anar­chistes dans lequel je m’é­tais lais­sé entraî­ner, et l’ac­ti­vi­té au sein d’Alternative liber­taire, puisque, par prin­cipe, je ne fais jamais pas­ser la poli­tique au second plan — le pas­sé ne doit pas dévo­rer le pré­sent, ni l’a­ve­nir. Malgré tout, j’é­tais loin d’i­ma­gi­ner que je n’a­chè­ve­rais ce tra­vail que huit ans plus tard !

makhno

Nestor Makhno (DR)

Pourriez-vous, déjà, résu­mer pour nos lec­teurs le pay­sage poli­tique de l’époque, les ten­sions et les enjeux ? 

En 1899, la clô­ture de l’af­faire Dreyfus avait ouvert une période nou­velle : la droite conser­va­trice, natio­na­liste et clé­ri­cale, s’é­tait vue dura­ble­ment affai­blie, et l’Assemblée natio­nale était domi­née par la bour­geoi­sie de gauche (répu­bli­cains, radi­caux, radi­caux-socia­listes…). Las, dix ans plus tard, le cli­vage droite/gauche s’es­tom­pait déjà : sur le plan éco­no­mique, bien sûr, mais aus­si sur celui des valeurs, notam­ment à par­tir d’oc­tobre 1909 et de la poli­tique cen­triste dite de l’« apai­se­ment ». Cet « apai­se­ment », vou­lu par le pré­sident du conseil, Aristide Briand, consis­tait à ama­douer la droite en repre­nant une par­tie de ses thèmes. La gauche au pou­voir mit donc en œuvre une poli­tique de plus en plus réac­tion­naire, par­fois à la stu­pé­fac­tion et sous les applau­dis­se­ments de la droite. Cette dérive réac­tion­naire s’ac­cé­lé­ra après le coup d’Agadir qui, à l’é­té 1911, avait vu la France et l’Allemagne à deux doigts d’en­trer en guerre. À par­tir de février 1912, le nou­veau pré­sident du conseil, Raymond Poincaré, lan­ça la poli­tique de « fer­me­té natio­nale », qui visait au réar­me­ment maté­riel et moral du pays face à l’Allemagne. Son ministre de la Guerre, Alexandre Millerand, aurait alors décla­ré vou­loir remettre l’ar­mée fran­çaise « dans l’état où elle était avant l’Affaire Dreyfus8Témoignage ano­nyme d’« offi­ciers répu­bli­cains et socia­listes » paru dans L’Humanité du 8 juin 1912. ». Pas mal, pour un ex-socia­liste et ex-drey­fu­sard ! Il s’at­ti­ra rapi­de­ment les hom­mages de Maurras qui, dans un édi­to de L’Action fran­çaise, assure que « pour un patriote qui se res­pecte, la ques­tion poli­tique cesse de se poser devant un ministre de la Guerre qui fait son devoir9Charles Maurras, « L’armée sans l’État », L’Action fran­çaise du 11 mars 1912. ». On voit le niveau de confu­sion poli­tique de l’é­poque !

« Malgré ses divi­sions et ses que­relles, ce mou­ve­ment ouvrier se retrou­vait uni sur la ques­tion de la guerre : contre l’a­ven­ture colo­niale au Maroc, contre la mili­ta­ri­sa­tion de la socié­té… »

Face à cela, seul le mou­ve­ment ouvrier démon­trait de la cohé­rence et de la rigueur. À l’é­poque, on admet­tait com­mu­né­ment qu’il se com­po­sait de trois grandes ten­dances : le socia­lisme, l’a­nar­chisme et le syn­di­ca­lisme (consi­dé­ré comme un cou­rant poli­tique à part entière). Malgré ses divi­sions et ses que­relles, ce mou­ve­ment ouvrier se retrou­vait uni sur la ques­tion de la guerre : contre l’a­ven­ture colo­niale au Maroc, contre la mili­ta­ri­sa­tion de la socié­té et pour la dénon­cia­tion des riva­li­tés impé­ria­listes qui fai­saient de l’Europe une véri­table pou­drière…

La période mécon­nue que vous avez mise en lumière (1909–1914) cor­res­pond à une phase de déclin de la CGT avec, en paral­lèle, l’émergence de ladite Fédération com­mu­niste anar­chiste. Comment et pour­quoi cette orga­ni­sa­tion est-elle née ? Quelle fut son influence réelle ? 

Fondamentalement, la FCA est née de la conjonc­tion de deux crises : pri­mo, celle du syn­di­ca­lisme, débu­tée en 1909, qui don­nait à pen­ser que la for­mule « le syn­di­ca­lisme se suf­fit à lui-même » n’é­tait pas si opé­rante ; secun­do, celle de l’a­nar­chisme. Faisant ce constat, une poi­gnée d’a­nar­chistes pari­siens étaient convain­cus que si l’a­nar­chisme ne se dotait pas d’une orga­ni­sa­tion de réfé­rence, qui serve de point de repère, il était condam­né à n’être qu’un sup­plé­tif. Au prin­temps 1910, les élec­tions légis­la­tives avaient été l’oc­ca­sion de mener une grande cam­pagne abs­ten­tion­niste, qui avait mobi­li­sé l’en­semble des frac­tions du mou­ve­ment liber­taire — excep­té les indi­vi­dua­listes —, et même au-delà, puisque cer­tains révo­lu­tion­naires du PS s’y étaient asso­ciés. C’était en fait la pre­mière fois que le mou­ve­ment anar­chiste fran­çais par­ve­nait à mener une cam­pagne natio­nale concer­tée. Après ce rela­tif suc­cès, il est appa­ru que la situa­tion était mûre pour mettre sur pied une véri­table orga­ni­sa­tion révo­lu­tion­naire, qui pour­rait asso­cier les anar­chistes, l’ex­trême gauche du PS, et un cer­tain nombre de syn­di­ca­listes. Cependant, les débats concer­nant l’o­rien­ta­tion qu’on pour­rait don­ner à cette orga­ni­sa­tion furent vifs. Une ques­tion stra­té­gique était celle de son rap­port au PS : d’un côté, l’é­quipe de La Guerre sociale aurait vou­lu un par­ti révo­lu­tion­naire qui ne soit pas stric­te­ment « anti-votard » et qui n’au­rait pas gêné l’ac­tion par­le­men­taire du PS ; de l’autre, l’é­quipe du Libertaire refu­sait cette idée d’une com­plé­men­ta­ri­té des tâches entre réfor­mistes et révo­lu­tion­naires, et mili­tait pour une orga­ni­sa­tion stric­te­ment anar­chiste-com­mu­niste. Au terme de plu­sieurs mois de contro­verses, c’est fina­le­ment la seconde orien­ta­tion qui l’emporta. En décembre 1910 fut fon­dée la Fédération révo­lu­tion­naire com­mu­niste, dont Le Libertaire allait deve­nir l’or­gane offi­cieux. Peu à peu, elle ral­lia à son dra­peau noir la majo­ri­té des groupes liber­taires qui comp­taient, tan­dis que La Guerre sociale amor­çait un virage droi­tier.

« La situa­tion était mûre pour mettre sur pied une véri­table orga­ni­sa­tion révo­lu­tion­naire, qui pour­rait asso­cier les anar­chistes, l’ex­trême gauche du PS, et un cer­tain nombre de syn­di­ca­listes. »

On peut consi­dé­rer qu’à l’é­té 1912, La Guerre sociale avait per­du l’es­sen­tiel du cré­dit dont elle jouis­sait dans la gauche de la CGT, et que la FRC, rebap­ti­sée Fédération com­mu­niste anar­chiste (FCA), consti­tuait le nou­veau pôle révo­lu­tion­naire de réfé­rence. Je pense qu’elle attei­gnit son apo­gée à l’é­té 1913, lors­qu’un congrès natio­nal lui per­mit d’u­ni­fier autour d’elle la plu­part des groupes anar­chistes du pays (dont ceux de la mou­vance des Temps nou­veaux et un cer­tain nombre de groupes locaux). Elle comp­ta alors peut-être les 1 000 adhérent.e.s. Quelle fut son influence réelle ? Comme elle ne se pré­sen­tait pas aux élec­tions, son audience dans « les masses » ne peut se mesu­rer qu’au tirage de ses jour­naux : 10 000 exem­plaires pour Le Libertaire en 1913, 5 000 pour Les Temps nou­veaux, aux­quels il faut ajou­ter les jour­naux régio­naux (prin­ci­pa­le­ment dans le quart nord-est du pays) : les heb­do­ma­daires Germinal (Somme et Oise), La Vrille (Vosges), La Cravache (Marne), Le Combat (Nord), L’Avant-garde (Pas-de-Calais)… Ça peut sem­bler consi­dé­rable aujourd’­hui, mais ce n’est pas tant que ça en ces années 1910 où la presse écrite était reine. Les mee­tings de la FCA en région pari­sienne ras­sem­blaient com­mu­né­ment 200 à 400 per­sonnes, 1 200 quand elle y met­tait de grands moyens. Là aus­si, ça peut sem­bler impres­sion­nant au regard des cri­tères actuels. Mais c’é­tait dans la norme des mee­tings d’une époque où la télé­vi­sion n’exis­tait pas, et où les gens assis­taient aux confé­rences pour s’ins­truire ou se dis­traire. Cette audience res­treinte dans les masses, la FCA la com­pen­sait en exer­çant une influence stra­té­gique au sein du mou­ve­ment ouvrier. Dans plu­sieurs dépar­te­ments indus­triels (Somme, Rhône, Loire, Maine-et-Loire, Finistère…), les anar­chistes pesaient for­te­ment dans la CGT. Dans la Seine10La Seine était le dépar­te­ment qui, avant 1966, regrou­pait Paris, les Hauts-de-Seine, le Val-de-Marne et la Seine-Saint-Denis., il y avait une véri­table conni­vence entre la FCA et cer­tains syn­di­cats du Bâtiment, des Métaux. Avec les Jeunesses syn­di­ca­listes, aus­si. Plusieurs de ses mili­tantes s’ac­ti­vaient dans le syn­di­cat des cou­tu­rières. Certains mili­tants de la FCA (comme Benoît Broutchoux ou Jules Lepetit) étaient de popu­laires ora­teurs syn­di­ca­listes. Enfin, des liens directs et pri­vi­lé­giés exis­taient entre, disons, le « pre­mier cercle » de la FCA et plu­sieurs diri­geants confé­dé­raux de la CGT (notam­ment Léon Jouhaux, Georges Yvetot, Pierre Monatte, Georges Dumoulin, Pierre Dumas et François Marie). Hormis avec Yvetot, ces liens se rom­pirent cepen­dant à par­tir de l’é­té 1913 lors­qu’une vio­lente crise d’o­rien­ta­tion oppo­sa la gauche de la CGT à la direc­tion confé­dé­rale. La FCA, dans sa majo­ri­té, prit le par­ti de la gauche de la CGT.

dreyfus2

Alfred Dreyfus en pri­son, cou­ver­ture du Petit jour­nal (20 jan­vier 1895).

À l’intérieur du mou­ve­ment syn­di­cal, vous dis­cer­nez deux sen­si­bi­li­tés liber­taires. D’une part, ceux que vous qua­li­fiez d’« anar­chistes syn­di­ca­listes », comme Broutchoux ; d’autre part, ceux que vous nom­mez les « syn­di­ca­listes liber­taires », comme Émile Pouget ou Pierre Monatte…

… Mais il me faut com­men­cer par sou­li­gner que cette dis­tinc­tion n’a jamais été for­mu­lée à l’é­poque. C’est moi qui l’o­père, et qui la sou­mets au débat his­to­rio­gra­phique. Elle s’ins­pire en par­tie de Jacques Julliard — un des meilleurs his­to­riens du syn­di­ca­lisme révo­lu­tion­naire, dans une autre vie — qui, dans son Autonomie ouvrière11Jacques Julliard, Autonomie ouvrière. Études sur le syn­di­ca­lisme d’action directe, Gallimard-Le Seuil, 1988., évo­quait deux types de syn­di­ca­listes révo­lu­tion­naires : les « ultras » et les « poli­tiques ». Comme Julliard ne pro­po­sait pas de défi­ni­tion de ces caté­go­ries, je me suis per­mis de le faire. Pour moi, la sen­si­bi­li­té « poli­tique » regrou­pait ces mili­tants issus des vieilles écoles socia­listes — blan­quiste, alle­ma­niste et anar­chiste — dont la coa­li­tion avait engen­dré, entre 1903 et 1906, le syn­di­ca­lisme révo­lu­tion­naire. Mais on y trou­vait aus­si des mili­tants sans éti­quette, purs pro­duits de la CGT. Les « ultras », eux, étaient presque exclu­si­ve­ment des anar­chistes ou des jusqu’au-boutistes qua­li­fiés d’« anar­chi­sants » par les modé­rés. Mais dis­si­pons tout de suite une équi­voque : les « poli­tiques » n’é­taient pas néces­sai­re­ment d’habiles stra­tèges pré­pa­rant minu­tieu­se­ment des grèves vic­to­rieuses, et les « ultras » n’é­taient pas néces­sai­re­ment de brouillons braillards appe­lant à la grève géné­rale à tout bout de champ. On trou­vait, dans chaque sen­si­bi­li­té, de tenaces bâtis­seurs de l’organisation ouvrière.

« La sen­si­bi­li­té anar­chiste syn­di­ca­liste por­tait des posi­tions bien à elles : pour un syn­di­ca­lisme ouver­te­ment anti-éta­tiste, pour la rota­tion du per­ma­nen­tat… »

On peut néan­moins noter, chez les « poli­tiques », une pru­dence que n’avaient pas les « ultras », plus habi­tés par la théo­rie des mino­ri­tés agis­santes. En appli­quant cette caté­go­ri­sa­tion politiques/ultras aux anar­chistes actifs à la CGT, je dis­tingue donc les syn­di­ca­listes liber­taires et les anar­chistes syn­di­ca­listes. Pour sché­ma­ti­ser, le syn­di­ca­liste liber­taire aura ten­dance — il faut se gar­der de toute sys­té­ma­ti­sa­tion — à faire pré­va­loir l’unité ouvrière sur ses propres pré­fé­rences par­ti­sanes et même idéo­lo­giques. C’est en cela qu’il est « poli­tique ». Par sou­ci d’unité, il se dit sim­ple­ment « syn­di­ca­liste révo­lu­tion­naire », même s’il ne fait pas mys­tère de ses convic­tions anar­chistes. L’anarchiste syn­di­ca­liste, lui, aura ten­dance à faire pré­va­loir ses pré­fé­rences idéo­lo­giques et par­ti­sanes, par­fois au risque d’affaiblir l’unité ouvrière. Et en cela, c’est un « ultra ». Il appar­tient éga­le­ment au cou­rant syn­di­ca­liste révo­lu­tion­naire de la CGT, mais n’hésite pas à s’enorgueillir de l’épithète d’anarchiste. Il s’autocensure moins. Il laisse volon­tiers libre cours à son aver­sion pour le PS, quitte à pro­vo­quer des conflits, voire des scis­sions, dans la struc­ture syn­di­cale. L’un n’est pas moins liber­taire que l’autre. Il est impor­tant de le pré­ci­ser, car si le pre­mier choi­sit tac­ti­que­ment de ne pas mettre en avant son éti­quette anar­chiste, cela ne veut aucu­ne­ment dire qu’il a renon­cé à ses idées. Cela signi­fie sim­ple­ment qu’il juge plus conforme à la poli­tique anar­chiste de pré­ser­ver l’unité ouvrière.

Peut-on y voir les pré­mices de la dif­fé­ren­cia­tion entre anar­cho-syn­di­ca­listes et syn­di­ca­listes révo­lu­tion­naires ?

Bien qu’ap­par­te­nant à la même majo­ri­té syn­di­ca­liste révo­lu­tion­naire, ces deux sen­si­bi­li­tés anar­chistes n’a­vaient pas tout à fait les mêmes prio­ri­tés, et pou­vaient donc avoir des diver­gences. Ce fut le cas au congrès d’Amiens, en 1906, sur la ques­tion de l’an­ti­pa­trio­tisme, et, de façon très vio­lente, dans la polé­mique sur l’o­rien­ta­tion qui déchi­ra la CGT à par­tir de l’é­té 1913. La sen­si­bi­li­té anar­chiste syn­di­ca­liste por­tait des posi­tions bien à elles : pour un syn­di­ca­lisme ouver­te­ment anti-éta­tiste, pour la rota­tion du per­ma­nen­tat, pour la limi­ta­tion du rôle des fédé­ra­tions au béné­fice des unions régio­nales… En cela, elle fut bien la matrice du cou­rant anar­cho-syn­di­ca­liste qui devait voir le jour dans les années 192012Parler d’anarcho-syndicalisme avant 1922 est un ana­chro­nisme., et pré­fé­re­ra façon­ner sa propre cen­trale syn­di­cale — la CGT-SR en 1926, la CNT‑F en 1946 — quitte à ce qu’elle soit sque­let­tique. Un autre cou­rant liber­taire fit le choix inverse et, au fil des décen­nies, mili­te­ra là où il lui sem­ble­ra qu’il est le plus utile à la lutte de classes : à la CGT dans les années 1930, à la CGT-FO dans les années 1950, à la CFDT dans les années 1970, à SUD dans les années 1990… Mais, avant 1914, la ques­tion se posait dans un contexte radi­ca­le­ment dif­fé­rent puis­qu’il n’y avait qu’une unique confé­dé­ra­tion syn­di­cale en France, et que tout le monde s’y retrou­vait, dont les deux sen­si­bi­li­tés liber­taires évo­quées.

L’époque, c’était aus­si La Guerre sociale, ce jour­nal qui mêlait anar­chistes, socia­listes insur­rec­tion­nels et syn­di­ca­listes « ultras », sous la hou­lette de Gustave Hervé. Ce der­nier allait virer natio­na­liste et sera même, en 1919, un des fon­da­teurs du fas­cisme fran­çais, avec son Parti socia­liste natio­nal. Peut-on y voir le début de ce logi­ciel « confu­sion­niste », alliant « natio­nal » et « social », qui rem­porte aujourd’­hui un suc­cès cer­tain à l’extrême droite ?

« À mesure qu’il a per­du confiance dans l’action auto­nome du pro­lé­ta­riat, Gustave Hervé a adop­té les codes de la poli­tique bour­geoise, de façon de plus en plus assu­mée et arro­gante. »

En réa­li­té, ce logi­ciel « socia­liste natio­nal » exis­tait bien avant Hervé. Il avait mar­qué un pro­fond mou­ve­ment popu­laire : le bou­lan­gisme, entre 1887 et 1889. On le retrou­va ensuite dans La Libre Parole d’Edouard Drumont et dans le syn­di­ca­lisme jaune de Pierre Biétry. L’historien Zeev Sternhell a dit l’es­sen­tiel sur cette question13Zeev Sternhell, La Droite révo­lu­tion­naire, 1885–1914. Les ori­gines fran­çaises du fas­cisme, Le Seuil, 1978., même s’il en a pro­fi­té pour écrire de grosses bêtises sur le syn­di­ca­lisme révolutionnaire14Sternhell a déce­lé, dans l’antiparlementarisme du syn­di­ca­lisme révo­lu­tion­naire, un germe de fas­cisme (!). Or, celui-ci oppo­sait au par­le­men­ta­risme la démo­cra­tie ouvrière directe, nul­le­ment un État dic­ta­to­rial et mili­ta­ri­sé… Sternhell ne l’a pas com­pris, ou a fait sem­blant de ne pas le com­prendre.. À par­tir de 1911, on voit ce logi­ciel « socia­liste natio­nal » res­sur­gir dans Terre libre, le jour­nal d’Emile Janvion. L’antisémitisme était, à l’é­poque, un élé­ment indis­so­ciable de ce logi­ciel. À ce sujet, il faut noter que Gustave Hervé aura tou­jours tenu l’an­ti­sé­mi­tisme en hor­reur (ce qui sera une vraie sin­gu­la­ri­té dans l’ex­trême droite de l’entre-deux-guerres). Le pro­blème que l’on a com­mu­né­ment avec Hervé, c’est qu’on est par­fois ten­té de lire ses posi­tions de 1910–1912 à la lumière de sa tra­jec­toire ulté­rieure : le socia­lisme réfor­miste, l’u­nion sacrée, le natio­na­lisme, le pro­to-fas­cisme, le pétai­nisme. Or, il ne faut pas com­mettre d’er­reur de pers­pec­tive : on ne peut pas prendre l’Histoire à rebours. Le Hervé de 1912 s’ex­plique par celui de 1901, de 1905 et de 1910… pas par celui de 1914, 1919 ou 1940 !

herve2

Gustave Hervé (DR)

Dans mon livre, je me suis effor­cé d’être hon­nête avec Gustave Hervé. J’ai vrai­ment cher­ché à com­prendre son évo­lu­tion. Le direc­teur de La Guerre sociale n’a en effet nul­le­ment atten­du 1914 pour révi­ser ses idées et se faire huer par l’extrême gauche. C’est dès la fin de 1910 que, par glis­se­ments suc­ces­sifs, s’est amor­cé un recen­trage qui le condui­sit, en un peu plus de deux ans, de la gauche anti­par­le­men­taire du PS à sa droite « blo­carde » — c’est-à-dire par­ti­sane du « bloc » élec­to­ral avec le Parti radi­cal. Comment l’ex­pli­quer ? Jusqu’à preuve du contraire, Hervé n’a jamais été un « ven­du ». Toute sa vie, il aura défen­du ses propres convic­tions dans son jour­nal, en toute indé­pen­dance. L’ambition per­son­nelle ne l’au­ra gui­dé que dans la mesure où il avait un besoin vis­cé­ral de pro­vo­quer, de par­ler haut et de n’en faire qu’à sa tête. Mais il y a un point de départ à son recen­trage : sa dés­illu­sion vis-à-vis du syn­di­ca­lisme révo­lu­tion­naire. Printemps 1909, pre­mière décep­tion : crise de direc­tion à la CGT, puis échec lamen­table d’une ten­ta­tive de grève géné­rale. Automne 1910, seconde décep­tion, très dou­lou­reuse : l’é­chec de la grève des che­mi­nots, qui avait sou­le­vé un immense espoir. Dans les semaines sui­vantes, Hervé com­men­ça à révi­ser ses idées. C’est la clef de tout. Personnellement, je pense qu’à mesure qu’il a per­du confiance dans l’action auto­nome du pro­lé­ta­riat, Gustave Hervé a adop­té les codes de la poli­tique bour­geoise, de façon de plus en plus assu­mée et arro­gante.

Au prin­temps 1914, la CGT s’est inquié­tée d’une vague d’im­mi­gra­tion mas­sive, alors qu’elle pei­nait déjà à orga­ni­ser les tra­vailleurs étran­gers. Les syn­di­ca­listes crai­gnirent des réac­tions xéno­phobes dans cer­taines cor­po­ra­tions expo­sées à la concur­rence de la « main d’œuvre étran­gère ». Pouvez-vous reve­nir là-des­sus ?

« L’émissaire de la CGT était accueilli avec des cailloux ! Il lui fal­lait payer des tour­nées au café pour faire pas­ser son dis­cours sur la néces­saire soli­da­ri­té de classe. »

Avant 1914, la CGT avait une acti­vi­té non négli­geable en direc­tion du pro­lé­ta­riat immi­gré (essen­tiel­le­ment ita­lien, espa­gnol ou belge). Les fédé­ra­tions les plus confron­tées à la ques­tion étaient les mineurs, les métaux et le bâti­ment — notam­ment la cor­po­ra­tion des ter­ras­siers, car leur tra­vail, non qua­li­fié, atti­rait beau­coup les migrants. Rappelons qu’à l’époque, il n’existait pas de salaire mini­mum garan­ti, et que le patro­nat sous-payait sys­té­ma­ti­que­ment les étran­gers : par­lant mal la langue, pri­vés de droits, vivant avec l’épée de Damoclès d’une expul­sion du ter­ri­toire, ils se défen­daient peu. L’enjeu, pour la CGT, était donc de les aider à arra­cher de meilleures condi­tions de tra­vail, pour empê­cher la baisse géné­rale des salaires. Les syn­di­cats déployaient tout un réper­toire d’ac­tions pour s’a­dres­ser aux migrants. Ils pou­vaient édi­ter des publi­ca­tions en langue étran­gère, faire venir de l’é­tran­ger un ora­teur syn­di­ca­liste pour les aider… Ils pou­vaient sala­rier un mili­tant, pen­dant une ou plu­sieurs années, pour aider les migrants à orga­ni­ser leurs propres syn­di­cats. C’est ce qu’ont fait Boudoux, Alphonse Merrheim et Marius Blanchard, en Lorraine (entre 1905 et 1907), ou Frago et Roueste, sur le lit­to­ral médi­ter­ra­néen (en 1913). Ils allaient de mine en usine, d’u­sine en chan­tier, à pied, pour implan­ter des syn­di­cats. Ils s’a­dres­saient aux mil­liers d’Italiens et d’Espagnols exploi­tés dans des condi­tions misé­rables. Il leur fal­lait d’a­bord trou­ver un inter­lo­cu­teur par­lant fran­çais, puis for­mer un pre­mier noyau d’ou­vriers dési­reux d’a­gir, mon­ter un petit syn­di­cat, enfin lan­cer une grève, sou­te­nir la répres­sion, le har­cè­le­ment des jaunes, ten­ter de main­te­nir le syn­di­cat en vie…

Cela res­semble beau­coup à la pra­tique des orga­ni­zers déve­lop­pée aux États-Unis depuis les années 1930 (et que Ken Loach a mis en scène dans son film Bread and Roses. En France, la presse bour­geoise les avait sur­nom­més les « gré­vi­cul­teurs ». Il y avait éga­le­ment des pra­tiques, aujourd’­hui oubliées, comme la « tour­née hiver­nale », que la Fédération du bâti­ment expé­ri­men­ta en 1912–1913 (en s’ins­pi­rant de son homo­logue alle­mande) : deux hivers de suite, un pro­pa­gan­diste ita­lo­phone était envoyé dans les zones d’émigration de la pénin­sule, pour sen­si­bi­li­ser les tra­vailleurs à la ques­tion sociale avant leur migra­tion prin­ta­nière. La tâche était ardue : dans cer­tains vil­lages anal­pha­bètes et pétris d’obscurantisme, l’émissaire de la CGT était accueilli avec des cailloux ! Il lui fal­lait payer des tour­nées au café pour faire pas­ser son dis­cours sur la néces­saire soli­da­ri­té de classe. Loin de tout pro­tec­tion­nisme, la CGT avait donc inven­té des pra­tiques inter­na­tio­na­listes très concrètes pour lut­ter avec les tra­vailleurs migrants. La situa­tion se com­pli­qua à par­tir du 2semestre 1913, en rai­son de l’al­lon­ge­ment du ser­vice mili­taire à trois ans, qui mobi­li­sa une classe d’âge sup­plé­men­taire à la caserne. Pour com­pen­ser cette perte de main d’œuvre, le patro­nat impor­ta mas­si­ve­ment des ouvriers étran­gers, enca­drés par ce qu’on appe­lait des mer­can­tis (ou « mar­chands d’hommes »), char­gés de recru­ter dans les régions pauvres. On n’a évi­dem­ment pas de chiffres fiables, mais La Bataille syn­di­ca­liste évo­qua à l’é­poque 300 000 immi­grés liés à la loi de trois ans (dont 200 000 rien qu’en région pari­sienne). La nou­veau­té, c’est que le patro­nat recru­ta bien au-delà des tra­di­tion­nels pays limi­trophes : Russes, Arabes, et même Chinois, firent leur appa­ri­tion.

« La nou­veau­té, c’est que le patro­nat recru­ta bien au-delà des tra­di­tion­nels pays limi­trophes : Russes, Arabes, et même Chinois, firent leur appa­ri­tion. »

Pour les cégé­tistes, c’é­tait un véri­table défi : ils avaient déjà du mal à orga­ni­ser les Espagnols, les Italiens ou les Belges. Avec des immi­grés venus de pays non indus­tria­li­sés, où le syn­di­ca­lisme était incon­nu, de même que la pra­tique du fran­çais, ils se sen­tirent dépas­sés. En mars 1914, la CGT dési­gna une com­mis­sion d’étude pour plan­cher sur la ques­tion. Ce fut un des débats impor­tants du congrès fédé­ral du bâti­ment, en avril 1914, et il était éga­le­ment ins­crit à l’ordre du jour du congrès confé­dé­ral de sep­tembre 1914, pré­vu à Grenoble. L’irruption de la guerre et le retour de cen­taines de mil­liers de tra­vailleurs immi­grés dans leurs foyers ren­dit cette ques­tion pro­vi­soi­re­ment obso­lète.

En août 1914, quand la guerre écla­ta avec l’Allemagne, ce fut la « trêve des par­tis » (bien­tôt rebap­ti­sée « union sacrée » contre l’en­ne­mi com­mun). L’idéologie de la défense natio­nale devait faire des dégâts jusque dans les rangs liber­taires. Quelle fut alors l’at­ti­tude de la FCA ?

Raconter l’at­ti­tude mili­tante de la FCA pen­dant la Grande Guerre, ce serait amor­cer un nou­veau livre qui racon­te­rait la déses­pé­rance, les renie­ments, mais aus­si la résis­tance à la guerre et à l’u­nion sacrée, en sui­vant les per­son­nages de Trop jeunes pour mou­rir sur la période 1914–1919. Je le ferai peut-être un jour, d’au­tant qu’il y aurait bien des épi­sodes épiques à racon­ter. Je pense par exemple aux réunions secrètes des Amis du Libertaire ; au groupe des ter­ras­siers révo­lu­tion­naires de Longjumeau qui consti­tua un des pre­miers foyers de contes­ta­tion de ligne majo­ri­taire de la CGT ; à la contro­verse qui déchi­ra l’an­cienne rédac­tion des Temps nou­veaux ; à l’a­ven­ture de l’heb­do­ma­daire paci­fiste CQFD, avec un Sébastien Faure lou­voyant en per­ma­nence pour évi­ter la cen­sure ; à la confé­rence de Zimmerwald, à laquelle le mili­tant de la FCA Henri Bécirard fut empê­ché d’as­sis­ter par la police ; à l’ac­tion avant-gar­diste et presque déses­pé­rée d’un noyau de mili­tants de la FCA autour de Louis Lecoin ; à la créa­tion du Comité de défense syn­di­ca­liste (avec Jules Lepetit), pour regrou­per les syn­di­cats mino­ri­taires ; au congrès irré­gu­lier de Saint-Étienne qu’ils ont tenu ; à la ten­ta­tive de grève géné­rale pour la paix en mai 1918 ; à la grève de la métal­lur­gie pari­sienne en juin 1919… Il y a là tout un pan de l’his­toire du mou­ve­ment ouvrier révo­lu­tion­naire qui n’a jamais été racon­té, même pas par Alfred Rosmer. Un peu parce qu’il n’en a pas eu le temps — il est mort avant de rédi­ger le tome III de son livre15Alfred Rosmer, Le Mouvement ouvrier pen­dant la guerre, tome I, Librairie du tra­vail, 1936 ; tome II, Mouton & Co, 1959. —, un peu parce que les anar­chistes com­mu­nistes n’é­taient pas vrai­ment ses amis.

somme

Somme, 19 juillet 1916 (« The Great War : A Photographic Narrative », édi­té par Mark Holborn, publié par Jonathan Cape et l’Imperial War Museum).

Vous racon­tez la peur qui s’abattit sur la CGT en juillet 1914 : la crainte du Carnet B, du fos­sé d’exé­cu­tion. Raymond Péricat rela­te­ra, plus tard, l’ambiance qui régnait au comi­té confé­dé­ral du 28 juillet : « Beaucoup de délé­gués suent la peur. […] Certaines faces blêmes sont déjà mar­quées du stig­mate du renie­ment ». Cette peur d’une répres­sion impi­toyable explique-t-elle l’i­nac­tion de la CGT durant la crise euro­péenne ?

La peur est un élé­ment expli­ca­tif, mais il ne faut pas l’i­so­ler de son contexte si on veut com­prendre l’at­ti­tude des mili­tants de la CGT. Je pense que, fon­da­men­ta­le­ment, c’est sur­tout l’i­dée de faire en vain le sacri­fice de sa vie qui les a para­ly­sés. Appeler à la grève géné­rale, si per­sonne ne sui­vait, à quoi cela ser­vi­rait-il… hor­mis à se faire col­ler au poteau pour tra­hi­son natio­nale ? Entrer dans les livres d’his­toire comme mar­tyr de la cause ? Avec un mini­mum d’empathie, on peut com­prendre l’hé­si­ta­tion des mili­tants de la CGT, et évi­ter de les juger avec une condes­cen­dance mal pla­cée. Comme je le montre dans le livre, les res­pon­sables de la CGT étaient d’au­then­tiques révo­lu­tion­naires, qui assu­maient leurs actes et leurs paroles, jus­qu’en pri­son s’il le fal­lait. Quand ils prô­naient la grève géné­rale en cas de guerre, cela n’a­vait rien d’une pos­ture rhé­to­rique. Cependant, leur per­sé­vé­rance en la matière n’a­vait guère été récom­pen­sée. Pendant quinze ans, ils avaient fait la pro­pa­gande de cette idée dans les masses (et ils l’a­vaient fait avec une ardeur renou­ve­lée à par­tir de l’é­té 1911). Cependant, ils ne se racon­taient pas d’his­toires : ils savaient que seule une avant-garde, au sein de la classe ouvrière, adhé­rait à cette idée. Cela leur fut confir­mé en décembre 1912, pen­dant le conflit bal­ka­nique, avec la grève géné­rale d’a­ver­tis­se­ment qu’ils orga­ni­sèrent contre la guerre. Son bilan miti­gé rame­na à sa juste mesure l’in­fluence réelle de la CGT. Autre pro­blème, et de taille : l’at­ti­tude de la social-démo­cra­tie, qui tenait le syn­di­ca­lisme alle­mand entre ses mains. Pendant dix ans, les cégé­tistes avaient deman­dé que les ques­tions de l’an­ti­mi­li­ta­risme, de la guerre et de la grève géné­rale soient ins­crites à l’ordre du jour des congrès syn­di­caux inter­na­tio­naux — une demande sys­té­ma­ti­que­ment reje­tée par leurs homo­logues alle­mands.

« Appeler à la grève géné­rale, si per­sonne ne sui­vait, à quoi cela ser­vi­rait-il… hor­mis à se faire col­ler au poteau pour tra­hi­son natio­nale ? »

En juillet 1914, la situa­tion n’é­tait donc pas brillante : la CGT était affai­blie — elle avait sans doute per­du un tiers de ses effec­tifs depuis trois ans —, elle tra­ver­sait une crise morale, et sor­tait à peine d’un an de vio­lentes polé­miques internes. Ses diri­geants pen­saient qu’elle était, moins qu’en 1912, capable de mobi­li­ser. Et ils avaient la convic­tion qu’outre-Rhin, les syn­di­cats alle­mands ne ten­te­raient nul­le­ment de lan­cer une grève géné­rale dont ils n’a­vaient jamais vou­lu dis­cu­ter. Simultanément, le gou­ver­ne­ment pro­fé­rait des menaces de mort expli­cites : appli­ca­tion du Carnet B (cette liste noire des mili­tants à arrê­ter en cas de guerre), guillo­tine pour les plus dan­ge­reux, camp de concen­tra­tion ou envoi en pre­mière ligne pour les autres… Tout cela pesa sur les épaules des res­pon­sables de la CGT pen­dant la très brève semaine de crise euro­péenne qui pré­cé­da la guerre — un laps de temps trop court pour leur lais­ser le temps de faire grand-chose. Pas éton­nant, dans ces cir­cons­tances, qu’ils se soient retran­chés der­rière une inter­pré­ta­tion stricte de la motion du congrès de Marseille (1908) : la grève géné­rale contre la guerre devait par­tir de la base, la res­pon­sa­bi­li­té ne leur en incom­bait pas. Après-guerre, notam­ment au congrès confé­dé­ral de 1919, la ques­tion de l’at­ti­tude de la CGT en 1914 sera lon­gue­ment débat­tue. La mino­ri­té révo­lu­tion­naire, par la voix de Pierre Monatte et de Jules Lepetit, recon­naî­tra elle-même qu’appeler à la grève géné­rale en juillet 1914 n’au­rait pas eu de sens. Que l’é­chec aurait été san­glant. Ce qu’ils repro­che­ront, en revanche, à Léon Jouhaux et à la majo­ri­té de la CGT, c’est d’a­voir par la suite ver­sé dans l’u­nion sacrée, la col­la­bo­ra­tion de classe, et le patrio­tisme. Ils auraient pu, au pire, s’abs­te­nir de par­ler, se conten­ter de faire pro­fil bas en atten­dant des jours meilleurs. Mais non, au lieu de cela, ils avaient pla­cé la CGT sous la tutelle du gou­ver­ne­ment, par­ti­ci­pé à l’ef­fort de guerre et au bour­rage de crâne, et même refu­sé d’ap­prou­ver les timides ini­tia­tives paci­fistes menées dans les pays neutres. Là était leur vraie faillite, leur véri­table tra­hi­son, et c’est ce sur quoi la mino­ri­té révo­lu­tion­naire de la CGT devait refu­ser de pas­ser l’é­ponge, après guerre.

NOTES   [ + ]

1.Gil Devillard : « Chez Renault, mili­ter dans le groupe Makhno, ce n’était pas de tout repos ! », Gavroche, octobre-décembre 2006. Disponible en ligne sur Alternativelibertaire.org.
2.Rolf Dupuy et Guy Malouvier : « Chacun de ces mots comp­tait : orga­ni­sa­tion ; révo­lu­tion­naire ; anar­chiste », Alternative liber­taire, mai 2008. Disponible en ligne ici.
3.Patrice Spadoni et Thierry Renard : « Il y avait toute une mytho­lo­gie qui entou­rait l’ORA », entre­tien de 2005, paru dans Théo Rival, Syndicalistes et liber­taires. Une his­toire de l’Union des tra­vailleurs com­mu­nistes liber­taires (1974–1991), Alternative liber­taire, 2013.
4.Entretien de 2006, qui nour­rit la notice bio­gra­phique parue dans le Maitron des anar­chistes, en 2014.
5.Entretien de 2014, qui a nour­ri une notice à paraître dans le Maitron-en-ligne.
6.Au sujet de l’affaire Liabeuf, lire Trop jeunes pour mou­rir, page 91.
7.Elles ont depuis été dépla­cées au 25, rue Baudin, au Pré-Saint-Gervais.
8.Témoignage ano­nyme d’« offi­ciers répu­bli­cains et socia­listes » paru dans L’Humanité du 8 juin 1912.
9.Charles Maurras, « L’armée sans l’État », L’Action fran­çaise du 11 mars 1912.
10.La Seine était le dépar­te­ment qui, avant 1966, regrou­pait Paris, les Hauts-de-Seine, le Val-de-Marne et la Seine-Saint-Denis.
11.Jacques Julliard, Autonomie ouvrière. Études sur le syn­di­ca­lisme d’action directe, Gallimard-Le Seuil, 1988.
12.Parler d’anarcho-syndicalisme avant 1922 est un ana­chro­nisme.
13.Zeev Sternhell, La Droite révo­lu­tion­naire, 1885–1914. Les ori­gines fran­çaises du fas­cisme, Le Seuil, 1978.
14.Sternhell a déce­lé, dans l’antiparlementarisme du syn­di­ca­lisme révo­lu­tion­naire, un germe de fas­cisme (!). Or, celui-ci oppo­sait au par­le­men­ta­risme la démo­cra­tie ouvrière directe, nul­le­ment un État dic­ta­to­rial et mili­ta­ri­sé… Sternhell ne l’a pas com­pris, ou a fait sem­blant de ne pas le com­prendre.
15.Alfred Rosmer, Le Mouvement ouvrier pen­dant la guerre, tome I, Librairie du tra­vail, 1936 ; tome II, Mouton & Co, 1959.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.