Rojava : brisons le silence !


26 mars 2018

Actuellement sous le feu d’une opé­ra­tion mili­taire conduite par l’État turc — avec l’a­val de la Russie, la com­pli­ci­té de l’OTAN et la bien­veillance des États euro­péens —, la popu­la­tion du Rojava résiste et sol­li­cite le sou­tien inter­na­tio­nal. Nous publions donc cette tri­bune, écrite par notre rédac­tion et signée par une soixan­taine d’ac­teurs et de col­lec­tifs du monde syn­di­cal, asso­cia­tif, poli­tique, intel­lec­tuel et cultu­rel, mobi­li­sés en faveur de l’é­man­ci­pa­tion des peuples et des individus.


Version espa­gnole, tra­duite par la CNT


« Il y avait la foi dans la révo­lu­tion et dans l’avenir », écri­vit George Orwell dans son Hommage à la Catalogne. Aux quatre coins du monde, les par­ti­sans de la jus­tice sociale n’en finissent pas d’honorer l’Espagne pro­gres­siste, défaite à la fin des années 1930 par les fas­cismes euro­péens : cette mémoire est nôtre, mais notre époque nous requiert et nous pousse à la jeter, res­sour­cée et vivante, dans la bataille qui se joue sous nos yeux au Rojava, en Syrie.

Un projet d’émancipation

Il faut par­ler des civils, bien sûr, qu’ils soient bom­bar­dés à Afrin par l’État turc et ses alliés jiha­distes comme à la Ghouta par le régime d’Assad et ses sou­tiens. Il faut dénon­cer la « catas­trophe huma­ni­taire » pro­vo­quée au Rojava par l’invasion turque, bien sûr, et écou­ter le Comité inter­na­tio­nal de la Croix-Rouge aler­ter sur les « besoins » des familles et le Croissant rouge du Kurdistan lan­cer « un appel à l’aide ». Mais, pour essen­tielles qu’elles soient, ces inter­pel­la­tions ne suf­fisent pas : ne tai­sons pas l’alternative poli­tique éman­ci­pa­trice pro­po­sée par le Rojava depuis 2012, éten­due depuis à presque tout le nord de la Syrie.

Brisons le silence, comme le demandent aujourd’hui ses par­ti­sans, pour rendre compte d’une pers­pec­tive sin­gu­lière qui tente de se frayer un che­min, dans un pays rava­gé par sept années d’une guerre qui touche aus­si l’Europe, entre l’autocratisme eth­nique d’une République arabe syrienne et la théo­cra­tie louée par trop de ses oppo­sants. Une alter­na­tive anti­fas­ciste por­tée par le Mouvement pour la socié­té démo­cra­tique (TEV-DEM) et pro­té­gée par les uni­tés d’autodéfense YPG/J ain­si que leurs par­te­naires des Forces démo­cra­tiques syriennes. Forts de deux contrats sociaux, éta­blis en 2014 et 2016, le Rojava (et ses trois can­tons auto-admi­nis­trés : Afrin, Kobané et Djézireh) ain­si que la Fédération démo­cra­tique de la Syrie du Nord pro­meuvent la jus­tice sociale, les liber­tés indi­vi­duelles et poli­tiques, la démo­cra­tie directe, la liber­té de croire ou de ne pas croire, l’égalité entre les sexes, l’écologie et l’interdiction de la peine de mort et de la tor­ture. Une alter­na­tive syrienne qui implique à éga­li­té, et dans le res­pect des fron­tières du Moyen-Orient, les Kurdes, les Arabes, les Assyriens, les Syriaques, les Chaldéens, les Turkmènes, les Arméniens et les Tchétchènes — qu’ils soient musul­mans sun­nites ou alaouites, chré­tiens, yézi­dis ou athées.

Brisons le silence, pour que la défense du Rojava ne soit plus, en Occident et plus encore en France, l’otage de quelques avo­cats média­tiques « des Kurdes », essen­tia­listes embar­qués dans on ne sait quelle cam­pagne pour « nos valeurs » : non, la popu­la­tion mosaïque du Rojava et de la Syrie du nord ne se bat pas pour la sau­ve­garde de nos « démo­cra­ties » libérales.

Il n’est à l’évidence pas ques­tion de pré­tendre à un miracle ni de bros­ser le por­trait d’un ter­ri­toire enfin affran­chi des domi­na­tions qui, là-bas comme par­tout ailleurs, font rage : les contra­dic­tions abondent au quo­ti­dien et on ne peut qu’évoquer un pro­ces­sus à l’œuvre — une expé­rience concrète « très dif­fé­rente de tout ce qui se trouve en Syrie », estime ain­si Noam Chomsky. Il est en revanche cer­tain que la pos­si­bi­li­té de voir cette révo­lu­tion abou­tir un jour sera écra­sée dans l’œuf si le gou­ver­ne­ment turc et ses alliés théo­crates (groupes rebelles syriens armés, débris de Daech et d’Al-Qaïda) l’emportent dans les mois à venir.

Place aux peuples

Emmanuel Macron a reçu le pré­sident Erdoğan au début du mois de jan­vier 2018. Quand ce der­nier ne mar­chande pas la réten­tion d’environ trois mil­lions de réfu­giés en mena­çant à tout ins­tant l’Union euro­péenne d’ouvrir ses fron­tières, quand il ne rem­plit pas ses pri­sons de jour­na­listes, d’écrivains, d’artistes et de mili­tants démo­crates, fémi­nistes ou LGBT, quand il ne s’illustre pas dans les crimes de guerre, le voi­ci qui parle de « croi­sade », sou­tient le jihad au nord de la Syrie et annonce qu’il entend bien y res­ter. Puis raille les com­bat­tants kurdes qui auraient « fui [Afrin] la queue entre les jambes » — rien n’est moins vrai : la ville a volon­tai­re­ment été éva­cuée afin de pro­té­ger les popu­la­tions, l’État turc ayant déjà assas­si­né plus de 500 civils depuis le lan­ce­ment, il y a deux mois, de l’opération Rameau d’olivier. La résis­tance n’en conti­nue pas moins : ce retrait en garan­tit la réorien­ta­tion stratégique.

Lors de son séjour en France, ce même Erdoğan a appe­lé à ce que les échanges com­mer­ciaux soient por­tés à 20 mil­liards de dol­lars (contre actuel­le­ment 13,4), super­vi­sé l’achat de vingt-cinq Airbus et signé un contrat de défense aérienne et anti-mis­sile. « Une com­mu­nau­té de vues et d’in­té­rêts stra­té­giques », a com­men­té Emmanuel Macron. Avant de se fendre, dans les colonnes du Figaro, d’un vibrant appel à « la pré­cau­tion et à la rete­nue », dans le cadre de l’invasion du Rojava, tout en fai­sant siens les élé­ments de lan­gage de son homo­logue turc en qua­li­fiant les uni­tés YPG/J de « poten­tiels ter­ro­ristes ».

L’Espagne est tom­bée, le Chili de l’Unité popu­laire est tom­bé ; le Rojava tient encore. Brisons le silence, oui, construi­sons ici des soli­da­ri­tés concrètes et fai­sons-nous l’écho des reven­di­ca­tions des popu­la­tions concer­nées : un cou­loir huma­ni­taire et la créa­tion d’une zone d’ex­clu­sion aérienne. Sans quoi, il nous fau­dra encore par­ler de cet espoir au passé.


SIGNATAIRES

Salah Amokrane, mili­tant associatif
Isabelle Attard
, ex-dépu­tée écologiste
Clémentine Autain
, direc­trice de publi­ca­tion de Regards et dépu­tée France insoumise
Miguel Benasayag
, phi­lo­sophe et psychanalyste
Farid Bennaï
, mili­tant anti­ra­ciste et pour l’é­ga­li­té des droits
Éric Beynel
, porte-parole de Solidaires
Olivier Besancenot
, fac­teur et membre du Nouveau par­ti anti­ca­pi­ta­liste (NPA)
Janet Biehl
, écri­vaine et cher­cheuse indépendante
Alain Bihr
, socio­logue
Martine Billard
, secré­taire natio­nale à l’é­co­lo­gie du Parti de Gauche
Yves Bonnardel
, essayiste et cofon­da­teur des Cahiers anti­spé­cistes
Bernie Bonvoisin
, chan­teur de Trust
Farid Boudjellal
, auteur de bandes dessinées
Breyten Breytenbach
, poète
Carmen Castillo, réa­li­sa­trice
Manuel Cervera-Marzal
, socio­logue
Laurence Cohen
, séna­trice Parti com­mu­niste fran­çais (PCF)
Patrick Chamoiseau
, écri­vain
Noam Chomsky
, lin­guiste
Laurence de Cock
, pro­fes­seure et cher­cheuse en his­toire et sciences de l’éducation
Philippe Corcuff
, socio­logue et membre de la Fédération anarchiste
Éric Coquerel
, dépu­té France insoumise
Alain Damasio
, écri­vain
Christine Delphy
, socio­logue et cofon­da­trice de Nouvelles Questions féministes 
Chris Den Hond
, jour­na­liste
Stéphane Enjalran, secré­taire natio­nal de Solidaires
David Graeber, anthro­po­logue
Robert Guédiguian, réa­li­sa­teur
Noredine Iznani, mili­tant et cofon­da­teur du Mouvement de l’im­mi­gra­tion et des ban­lieues (MIB)
Aki Kaurismaki, réa­li­sa­teur
Bastien Lachaud, dépu­té France insoumise
Aude Lancelin, jour­na­liste
Mathide Larrère, his­to­rienne
Pierre Laurent, séna­teur et secré­taire natio­nal du PCF
Jean-Paul Lecoq
, dépu­té PCF (membre de la com­mis­sion des affaires étrangères)
Mike Leigh
, réa­li­sa­teur
Ken Loach
, réa­li­sa­teur
Frédéric Lordon
, phi­lo­sophe et économiste
Michael Löwy
, socio­logue et philosophe
Xavier Mathieu
, comé­dien et ancien délé­gué syn­di­cal CGT de l’u­sine Continental AG
Daniel Mermet
, jour­na­liste et cofon­da­teur d’Attac
Miossec
, auteur-com­po­si­teur-inter­prète
Mouss & Hakim
, Zebda-Motivés
Thurston Moore
, ex-chan­teur de Sonic Youth
Corinne Morel Darleux
, conseillère régio­nale et membre du bureau de la Fondation Copernic
Rosa Moussaoui, grand repor­ter à L’Humanité
Marc Nammour
, rap­peur du groupe La Canaille
Danièle Obono, dépu­tée France insoumise
Mathilde Panot
, dépu­tée France insoumise
Bruno Poncet, che­mi­not syn­di­ca­liste Sud-Rail
Philippe Poutou
, ouvrier à l’u­sine Ford de Blanquefort et membre du NPA
Christine Prunaud
, séna­trice CRCE-PCF (membre de la com­mis­sion des affaires étrangères)
Adrien Quatennens, dépu­té France insoumise
Tancrède Ramonet
, réa­li­sa­teur de documentaires
Mathieu Rigouste, cher­cheur indépendant
Rocé, rap­peur
Nedjib Sidi Moussa, essayiste
Danielle Simonnet
, élue et coor­di­na­trice natio­nale du Parti de Gauche
Dominique Vidal, his­to­rien et journaliste
Roger Waters, musi­cien et membre fon­da­teur de Pink Floyd
Bénédicte Taurine
, dépu­tée France insoumise
Eric Toussaint
, mili­tant inter­na­tio­na­liste et membre fon­da­teur du Comité pour l’Abolition des dettes illé­gi­times (CADTM)
Miguel Urbán Crespo
, euro­dé­pu­té Podemos
Marie-Pierre Vieu, dépu­tée euro­péenne GUE-PCF-FDG
Michel Warschawski, pré­sident du Centre d’in­for­ma­tion alter­na­tive de Jérusalem

*

Alternative liber­taire
Compagnie Jolie Môme
Confédération natio­nale du tra­vail
(CNT)
Union syn­di­cale Solidaires


Photographie de vignette : Stéphane Burlot

Sur le même sujet :
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.