Rojava : brisons le silence !


26 mars 2018

Actuellement sous le feu d’une opé­ra­tion mili­taire conduite par l’État turc — avec l’a­val de la Russie, la com­pli­ci­té de l’OTAN et la bien­veillance des États euro­péens —, la popu­la­tion du Rojava résiste et sol­li­cite le sou­tien inter­na­tio­nal. Nous publions donc cette tri­bune, écrite par notre rédac­tion et signée par une soixan­taine d’ac­teurs et de col­lec­tifs du monde syn­di­cal, asso­cia­tif, poli­tique, intel­lec­tuel et cultu­rel, mobi­li­sés en faveur de l’é­man­ci­pa­tion des peuples et des indi­vi­dus.


Version espa­gnole, tra­duite par la CNT


« Il y avait la foi dans la révo­lu­tion et dans l’avenir », écri­vit George Orwell dans son Hommage à la Catalogne. Aux quatre coins du monde, les par­ti­sans de la jus­tice sociale n’en finissent pas d’honorer l’Espagne pro­gres­siste, défaite à la fin des années 1930 par les fas­cismes euro­péens : cette mémoire est nôtre, mais notre époque nous requiert et nous pousse à la jeter, res­sour­cée et vivante, dans la bataille qui se joue sous nos yeux au Rojava, en Syrie.

Un projet d’émancipation

Il faut par­ler des civils, bien sûr, qu’ils soient bom­bar­dés à Afrin par l’État turc et ses alliés jiha­distes comme à la Ghouta par le régime d’Assad et ses sou­tiens. Il faut dénon­cer la « catas­trophe huma­ni­taire » pro­vo­quée au Rojava par l’invasion turque, bien sûr, et écou­ter le Comité inter­na­tio­nal de la Croix-Rouge aler­ter sur les « besoins » des familles et le Croissant rouge du Kurdistan lan­cer « un appel à l’aide ». Mais, pour essen­tielles qu’elles soient, ces inter­pel­la­tions ne suf­fisent pas : ne tai­sons pas l’alternative poli­tique éman­ci­pa­trice pro­po­sée par le Rojava depuis 2012, éten­due depuis à presque tout le nord de la Syrie.

Brisons le silence, comme le demandent aujourd’hui ses par­ti­sans, pour rendre compte d’une pers­pec­tive sin­gu­lière qui tente de se frayer un che­min, dans un pays rava­gé par sept années d’une guerre qui touche aus­si l’Europe, entre l’autocratisme eth­nique d’une République arabe syrienne et la théo­cra­tie louée par trop de ses oppo­sants. Une alter­na­tive anti­fas­ciste por­tée par le Mouvement pour la socié­té démo­cra­tique (TEV-DEM) et pro­té­gée par les uni­tés d’autodéfense YPG/J ain­si que leurs par­te­naires des Forces démo­cra­tiques syriennes. Forts de deux contrats sociaux, éta­blis en 2014 et 2016, le Rojava (et ses trois can­tons auto-admi­nis­trés : Afrin, Kobané et Djézireh) ain­si que la Fédération démo­cra­tique de la Syrie du Nord pro­meuvent la jus­tice sociale, les liber­tés indi­vi­duelles et poli­tiques, la démo­cra­tie directe, la liber­té de croire ou de ne pas croire, l’égalité entre les sexes, l’écologie et l’interdiction de la peine de mort et de la tor­ture. Une alter­na­tive syrienne qui implique à éga­li­té, et dans le res­pect des fron­tières du Moyen-Orient, les Kurdes, les Arabes, les Assyriens, les Syriaques, les Chaldéens, les Turkmènes, les Arméniens et les Tchétchènes — qu’ils soient musul­mans sun­nites ou alaouites, chré­tiens, yézi­dis ou athées.

Brisons le silence, pour que la défense du Rojava ne soit plus, en Occident et plus encore en France, l’otage de quelques avo­cats média­tiques « des Kurdes », essen­tia­listes embar­qués dans on ne sait quelle cam­pagne pour « nos valeurs » : non, la popu­la­tion mosaïque du Rojava et de la Syrie du nord ne se bat pas pour la sau­ve­garde de nos « démo­cra­ties » libé­rales.

Il n’est à l’évidence pas ques­tion de pré­tendre à un miracle ni de bros­ser le por­trait d’un ter­ri­toire enfin affran­chi des domi­na­tions qui, là-bas comme par­tout ailleurs, font rage : les contra­dic­tions abondent au quo­ti­dien et on ne peut qu’évoquer un pro­ces­sus à l’œuvre — une expé­rience concrète « très dif­fé­rente de tout ce qui se trouve en Syrie », estime ain­si Noam Chomsky. Il est en revanche cer­tain que la pos­si­bi­li­té de voir cette révo­lu­tion abou­tir un jour sera écra­sée dans l’œuf si le gou­ver­ne­ment turc et ses alliés théo­crates (groupes rebelles syriens armés, débris de Daech et d’Al-Qaïda) l’emportent dans les mois à venir.

Place aux peuples

Emmanuel Macron a reçu le pré­sident Erdoğan au début du mois de jan­vier 2018. Quand ce der­nier ne mar­chande pas la réten­tion d’environ trois mil­lions de réfu­giés en mena­çant à tout ins­tant l’Union euro­péenne d’ouvrir ses fron­tières, quand il ne rem­plit pas ses pri­sons de jour­na­listes, d’écrivains, d’artistes et de mili­tants démo­crates, fémi­nistes ou LGBT, quand il ne s’illustre pas dans les crimes de guerre, le voi­ci qui parle de « croi­sade », sou­tient le jihad au nord de la Syrie et annonce qu’il entend bien y res­ter. Puis raille les com­bat­tants kurdes qui auraient « fui [Afrin] la queue entre les jambes » — rien n’est moins vrai : la ville a volon­tai­re­ment été éva­cuée afin de pro­té­ger les popu­la­tions, l’État turc ayant déjà assas­si­né plus de 500 civils depuis le lan­ce­ment, il y a deux mois, de l’opération Rameau d’olivier. La résis­tance n’en conti­nue pas moins : ce retrait en garan­tit la réorien­ta­tion stra­té­gique.

Lors de son séjour en France, ce même Erdoğan a appe­lé à ce que les échanges com­mer­ciaux soient por­tés à 20 mil­liards de dol­lars (contre actuel­le­ment 13,4), super­vi­sé l’achat de vingt-cinq Airbus et signé un contrat de défense aérienne et anti-mis­sile. « Une com­mu­nau­té de vues et d’in­té­rêts stra­té­giques », a com­men­té Emmanuel Macron. Avant de se fendre, dans les colonnes du Figaro, d’un vibrant appel à « la pré­cau­tion et à la rete­nue », dans le cadre de l’invasion du Rojava, tout en fai­sant siens les élé­ments de lan­gage de son homo­logue turc en qua­li­fiant les uni­tés YPG/J de « poten­tiels ter­ro­ristes ».

L’Espagne est tom­bée, le Chili de l’Unité popu­laire est tom­bé ; le Rojava tient encore. Brisons le silence, oui, construi­sons ici des soli­da­ri­tés concrètes et fai­sons-nous l’écho des reven­di­ca­tions des popu­la­tions concer­nées : un cou­loir huma­ni­taire et la créa­tion d’une zone d’ex­clu­sion aérienne. Sans quoi, il nous fau­dra encore par­ler de cet espoir au pas­sé.


SIGNATAIRES

Salah Amokrane, mili­tant asso­cia­tif
Isabelle Attard
, ex-dépu­tée éco­lo­giste
Clémentine Autain
, direc­trice de publi­ca­tion de Regards et dépu­tée France insou­mise
Miguel Benasayag
, phi­lo­sophe et psy­cha­na­lyste
Farid Bennaï
, mili­tant anti­ra­ciste et pour l’é­ga­li­té des droits
Éric Beynel
, porte-parole de Solidaires
Olivier Besancenot
, fac­teur et membre du Nouveau par­ti anti­ca­pi­ta­liste (NPA)
Janet Biehl
, écri­vaine et cher­cheuse indé­pen­dante
Alain Bihr
, socio­logue
Martine Billard
, secré­taire natio­nale à l’é­co­lo­gie du Parti de Gauche
Yves Bonnardel
, essayiste et cofon­da­teur des Cahiers anti­spé­cistes
Bernie Bonvoisin
, chan­teur de Trust
Farid Boudjellal
, auteur de bandes des­si­nées
Breyten Breytenbach
, poète
Carmen Castillo, réa­li­sa­trice
Manuel Cervera-Marzal
, socio­logue
Laurence Cohen
, séna­trice Parti com­mu­niste fran­çais (PCF)
Patrick Chamoiseau
, écri­vain
Noam Chomsky
, lin­guiste
Laurence de Cock
, pro­fes­seure et cher­cheuse en his­toire et sciences de l’é­du­ca­tion
Philippe Corcuff
, socio­logue et membre de la Fédération anar­chiste
Éric Coquerel
, dépu­té France insou­mise
Alain Damasio
, écri­vain
Christine Delphy
, socio­logue et cofon­da­trice de Nouvelles Questions fémi­nistes
Chris Den Hond
, jour­na­liste
Stéphane Enjalran, secré­taire natio­nal de Solidaires
David Graeber, anthro­po­logue
Robert Guédiguian, réa­li­sa­teur
Noredine Iznani, mili­tant et cofon­da­teur du Mouvement de l’im­mi­gra­tion et des ban­lieues (MIB)
Aki Kaurismaki, réa­li­sa­teur
Bastien Lachaud, dépu­té France insou­mise
Aude Lancelin, jour­na­liste
Mathide Larrère, his­to­rienne
Pierre Laurent, séna­teur et secré­taire natio­nal du PCF
Jean-Paul Lecoq
, dépu­té PCF (membre de la com­mis­sion des affaires étran­gères)
Mike Leigh
, réa­li­sa­teur
Ken Loach
, réa­li­sa­teur
Frédéric Lordon
, phi­lo­sophe et éco­no­miste
Michael Löwy
, socio­logue et phi­lo­sophe
Xavier Mathieu
, comé­dien et ancien délé­gué syn­di­cal CGT de l’u­sine Continental AG
Daniel Mermet
, jour­na­liste et cofon­da­teur d’Attac
Miossec
, auteur-com­po­si­teur-inter­prète
Mouss & Hakim
, Zebda-Motivés
Thurston Moore
, ex-chan­teur de Sonic Youth
Corinne Morel Darleux
, conseillère régio­nale et membre du bureau de la Fondation Copernic
Rosa Moussaoui, grand repor­ter à L’Humanité
Marc Nammour
, rap­peur du groupe La Canaille
Danièle Obono, dépu­tée France insou­mise
Mathilde Panot
, dépu­tée France insou­mise
Bruno Poncet, che­mi­not syn­di­ca­liste Sud-Rail
Philippe Poutou
, ouvrier à l’u­sine Ford de Blanquefort et membre du NPA
Christine Prunaud
, séna­trice CRCE-PCF (membre de la com­mis­sion des affaires étran­gères)
Adrien Quatennens, dépu­té France insou­mise
Tancrède Ramonet
, réa­li­sa­teur de docu­men­taires
Mathieu Rigouste, cher­cheur indé­pen­dant
Rocé, rap­peur
Nedjib Sidi Moussa, essayiste
Danielle Simonnet
, élue et coor­di­na­trice natio­nale du Parti de Gauche
Dominique Vidal, his­to­rien et jour­na­liste
Roger Waters, musi­cien et membre fon­da­teur de Pink Floyd
Bénédicte Taurine
, dépu­tée France insou­mise
Eric Toussaint
, mili­tant inter­na­tio­na­liste et membre fon­da­teur du Comité pour l’Abolition des dettes illé­gi­times (CADTM)
Miguel Urbán Crespo
, euro­dé­pu­té Podemos
Marie-Pierre Vieu, dépu­tée euro­péenne GUE-PCF-FDG
Michel Warschawski, pré­sident du Centre d’in­for­ma­tion alter­na­tive de Jérusalem

*

Alternative liber­taire
Compagnie Jolie Môme
Confédération natio­nale du tra­vail
(CNT)
Union syn­di­cale Solidaires


Photographie de vignette : Stéphane Burlot

Sur le même sujet :
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.