Que pense Podemos ? (3/4)


Troisième partie – texte inédit pour le site de Ballast

Les com­men­ta­teurs offi­ciels peinent encore à défi­nir Podemos, que l’on dit pour­tant aux portes du pou­voir. Cet objet poli­tique non iden­ti­fié bous­cule les petites cases de la clique média­tique : popu­listes, euros­cep­tiques, alter-mon­dia­listes ? Et cha­cun d’y aller de son éti­quette ou d’a­gi­ter le tra­di­tion­nel chif­fon rouge : com­mu­nistes, mar­xistes-léni­nistes, cha­vistes, boli­va­riens, cas­tristes, etc. Que pensent, au fond, ses fon­da­teurs ? Quels sont leurs stra­té­gies, leurs réfé­rences, leurs leviers théo­riques ? Qui est à la barre de ce mou­ve­ment qui ne cesse d’ap­pe­ler à cou­per la socié­té en deux : non plus entre la gauche et la droite, mais entre le peuple et les puis­sants. Nous les avons lus, et écou­tés, en langue espa­gnole. Itinéraire d’un mou­ve­ment qui per­turbe échi­quiers et agen­das poli­tiques. 


kkConquérir le pouvoir : le pari Podemos

En plus d’être « petits, par­lant une langue que per­sonne ne com­prend, mino­ri­taires, réfu­giés der­rière nos sym­boles habi­tuels », la gauche radi­cale sous­cri­rait à une théo­rie poli­tique qui ren­voie les len­de­mains qui chantent à un futur éva­nes­cent. Elle consis­te­rait à d’abord accu­mu­ler du pou­voir dans le social – l’entreprise, le quar­tier, les mani­fes­ta­tions, les grèves, les asso­cia­tions – pour s’attaquer dans un second temps au pou­voir d’État, par le biais d’une syn­chro­ni­sa­tion des sou­lè­ve­ments spon­ta­nés. Podemos retourne entiè­re­ment cette pra­tique poli­tique : « Nous fai­sons exac­te­ment l’inverse de ce que disent les manuels. » Selon eux, les Indignés ont posé les bases d’une pos­sible stra­té­gie à voca­tion majo­ri­taire par la prise de pou­voir de l’appareil d’État. Dans une situa­tion de désor­ga­ni­sa­tion à la base et de ter­rains frag­men­tés de lutte, les élec­tions deviennent le moyen par excel­lence d’accumuler du pou­voir en vue de la trans­for­ma­tion sociale. Une fois conquise, le rôle des ins­ti­tu­tions sera alors d’établir les condi­tions de pos­si­bi­li­té d’une démo­cra­ti­sa­tion du social.

Constituer un nou­veau sujet poli­tique : le peuple

« Les gens nor­maux n’ont pas de vil­la pour avoir été maire, les gens nor­maux n’ont pas de compte en Suisse. Non, vous n’êtes pas des gens nor­maux, vous êtes la caste. »

Nos pro­fes­seurs-mili­tants s’inscrivent direc­te­ment dans les recom­man­da­tions théo­riques et stra­té­giques d’Ernesto Laclau. Ils défi­nissent la démo­cra­tie comme ce pro­ces­sus conflic­tuel de redé­fi­ni­tion constante des iden­ti­tés col­lec­tives. Or c’est jus­te­ment la dis­pa­ri­tion du carac­tère conflic­tuel de la fron­tière qui sépare gauche et droite qu’il s’agit de redé­fi­nir, en pro­po­sant un autre axe : peuple contre caste. Néanmoins, pour don­ner corps à une iden­ti­té col­lec­tive méta­pho­rique, il est néces­saire d’avoir à dis­po­si­tion des réfé­rents par­ta­gés qui ren­voient ins­tinc­ti­ve­ment à un nous. Par exemple, la gauche social-démo­crate fran­çaise s’appuie sur des figures (Jean Jaurès, Léon Blum, François Mitterrand), des conquêtes sociales (les 35 heures), des sou­ve­nirs glo­rieux (la vic­toire du 10 mai 1981), un dra­peau, des chants, etc. La nou­velle iden­ti­té à consti­tuer – le nous-peuple – en est, de fait, dépour­vue, mais il existe des « matières sociales et cultu­relles qui, en les arti­cu­lant, [la] pro­duise » (entre­tien d’Inigo Errejon, « Podemos comme pra­tique cultu­relle émer­gente face à l’imaginaire néo­li­bé­ral »). La solu­tion qui s’offre alors aux ini­tia­teurs de Podemos est l’interpellation du peuple en confron­ta­tion anta­go­nique avec ce qu’il n’est pas, son enne­mi, son revers : la construc­tion du nous est impen­sable sans la dénon­cia­tion d’un eux. Au même titre que l’interpellation « Nous sommes les 99 % » d’Occupy Wall Street ne peut fonc­tion­ner que si elle affronte les 1 %, l’appel au peuple n’a pas de réa­li­té sans la caste.

Ce terme vient du best-sel­ler de deux jour­na­listes ita­liens (La cas­ta, com­ment les poli­ti­ciens sont deve­nus intou­chables) et désigne une alliance entre les diri­geants poli­tiques natio­naux et euro­péens, le monde des affaires et les médias audio-visuels. Pablo Iglesias pointe à lon­gueur d’apparitions média­tiques « ce sec­teur mino­ri­taire qui gou­verne contre les inté­rêts de la majo­ri­té », qui trempe dans les affaires de cor­rup­tion et prend en otage les ins­ti­tu­tions et charges publiques. Il mul­ti­plie les arti­cu­la­tions dia­lec­tiques entre les tur­pi­tudes dont se rendent cou­pables les membres de la caste et la vie des gens du com­mun. Se consti­tue au fil des dis­cours une iden­ti­té de peuple sur les bases d’une digni­té à récu­pé­rer. Il attaque Esperanza Aguirre, membre du PP, quand elle se reven­dique être une per­sonne nor­male : « Non, vous ne faites pas par­tie des gens nor­maux. Les gens nor­maux n’ont pas de vil­la pour avoir été maire, les gens nor­maux n’ont pas de compte en Suisse, les gens nor­maux n’ont pas de patri­moine décla­ré de plus de 500 000 €. Non, vous n’êtes pas des gens nor­maux, vous êtes la caste. »

podeosban2

Laclau (DR)

Laclau et le populisme

Le porte-parole de Podemos, dans l’émission de débat Fort Apache qu’il anime sur HispanTV, décide de prendre le tau­reau par les cornes en dédiant un pro­gramme au sujet « Podemos et popu­lisme ». Son secré­taire poli­tique et habi­tuel invi­té, Inigo Errejon, répète à l’antenne la leçon dis­pen­sée par le pro­fes­seur Laclau dans La rai­son popu­liste (publié en 2005). Face aux mul­tiples usages média­tiques et aux ten­ta­tives aca­dé­miques de déga­ger un conte­nu popu­liste, Laclau n’en déli­mite qu’un péri­mètre for­mel. Le popu­lisme devient, dans sa réflexion, une forme de construc­tion du poli­tique par « la dicho­to­mi­sa­tion de l’espace social en deux camps anta­go­nistes » – fai­sant ain­si dérailler la poli­tique libé­rale comme simple admi­nis­tra­tion non conflic­tuelle. Il ne pré­sage donc rien sur le conte­nu idéo­lo­gique que la forme popu­liste peut prendre, mais la ren­voie à une méthode de consti­tu­tion des iden­ti­tés poli­tiques. Une méthode à quatre carac­té­ris­tiques majeures.

« Il s’agit donc de retour­ner le pro­blème dans le nou­vel espace popu­liste pour rebattre les cartes du jeu poli­tique. »

Nous venons de voir les deux pre­mières : la consti­tu­tion d’un « nous-peuple » et l’édification d’une fron­tière conflic­tuelle avec un « eux ». Troisième point, la force poli­tique popu­liste doit émer­ger en dehors du sys­tème tra­di­tion­nel et refu­ser ses laté­ra­li­sa­tions, ses lignes de frac­ture, ses contours. C’est exac­te­ment ce que fait Podemos lorsqu’il refuse, on l’a com­pris, l’axe gauche-droite, ou, mieux encore, le cli­vage répu­blique-monar­chie. Jorge Lago, un des ini­tia­teurs fran­co­phones de Podemos, explique que « par­ler de répu­blique contre monar­chie, c’était s’inscrire dans des dis­cours tra­di­tion­nels de l’Espagne, des dis­cours fixes qui divi­saient le champ poli­tique pré­éta­blis ». Il s’agit donc de retour­ner le pro­blème dans le nou­vel espace popu­liste pour rebattre les cartes du jeu poli­tique. S’oppose désor­mais l’oligarchie qui gou­verne en dehors de la sou­ve­rai­ne­té popu­laire – des ban­quiers aux tech­no­crates bruxel­lois en pas­sant par le roi d’Espagne – et la pos­si­bi­li­té démo­cra­tique : « Le peuple décide ou ne décide pas » (inter­view pour Mediapart). De même pour l’indépendance de la Catalogne ; Podemos ne s’engage pas dans un débat « pour ou contre », mais trace la nou­velle frac­ture pour ou contre l’auto-détermination des Catalans.

Enfin, ce nous-peuple doit reven­di­quer pour lui-même la légi­ti­mi­té de la com­mu­nau­té natio­nale en dehors des ins­ti­tu­tions. Dit autre­ment, la plèbe réclame être l’unique popu­lus légi­time – ce que les Russes en 1917 résu­maient par « Tout le pou­voir aux Soviets ! ». Cette opé­ra­tion par laquelle une par­ti­cu­la­ri­té assume une signi­fi­ca­tion uni­ver­selle est exac­te­ment ce qu’Antonio Gramsci désigne par hégé­mo­nie. La sub­ti­li­té de la forme popu­liste réside donc, non pas dans l’addition de groupes sociaux déjà consti­tués – les ouvriers + les pay­sans + les sala­riés + petite bour­geoi­sie intel­lec­tuelle, etc. –, mais bien dans l’articulation d’un nou­veau sens com­mun, d’un nou­vel inté­rêt géné­ral, d’un nou­veau bloc his­to­rique qui prend le nom de peuple.

« L’identification à un nous ne peut s’appuyer sur une appar­te­nance eth­nique, cor­po­ra­tive ou natio­na­liste. »

Ainsi, pour Laclau, se com­prend l’existence à la fois d’un conte­nu popu­liste de droite raciste et inéga­li­taire à côté d’un de gauche éman­ci­pa­teur. Si celui de droite construit éga­le­ment son peuple, la « fron­tière tra­cée est celle du pénul­tième [avant-der­nier] contre le der­nier » (Inigo Errejon, article « Possibilités popu­listes dans la poli­tique euro­péenne et espa­gnole ») : le tra­vailleur contre le chô­meur, le smi­card contre l’allocataire au RSA, le bon Français patriote contre les étran­gers, les pre­mières vagues d’immigration (Espagnols, Portugais, Italiens et Polonais) contre les nou­velles (Maghrébins et Sub-saha­riens), l’élite tra­di­tion­nelle fran­çaise contre les tech­no­crates de Bruxelles. « Pour une poli­tique auto­nome des subal­ternes », écrit Errejon : l’identification à un nous ne peut s’appuyer sur une appar­te­nance eth­nique, cor­po­ra­tive ou natio­na­liste. Elle doit par­tir des dou­leurs par­ta­gées par la majo­ri­té.

hh

Nommer les choses

Comment se consti­tue cette tota­li­té peuple à par­tir de dou­leurs par­ta­gées ? La brèche s’ouvre tou­jours par l’incapacité crois­sante des ins­ti­tu­tions à absor­ber l’accumulation de demandes insa­tis­faites. Au départ, il s’agit seule­ment de demandes dif­fé­ren­tielles : les néces­si­tés sociales sont par­se­mées, irré­duc­tibles (les dif­fi­cul­tés pour se soi­gner sont ren­voyées au sys­tème de san­té, la sai­sie des loge­ments aux banques, la hausse du coût des études au sys­tème uni­ver­si­taire, etc.). Néanmoins, puisque les demandes insa­tis­faites sont tou­jours des­ti­nées à quelqu’un, un être défi­cient de la com­mu­nau­té va être dési­gné comme res­pon­sable et, par voie de consé­quence, cesse d’en être une par­tie légi­time. Une chaîne d’équivalence de com­mune frus­tra­tion s’établit alors entre les reven­di­ca­tions. Ici inter­vient l’importance de la construc­tion par le dis­cours de l’ennemi glo­bal, du eux géné­rique, puisque les luttes par­tielles en pos­sèdent cha­cun un à leur niveau : le patron, le direc­teur d’Université, le Ministère de la Santé, mon ban­quier, mais aus­si le camp de réfu­giés dans mon quar­tier ou les immi­grés dans mon bas­sin d’emploi miné par le chô­mage, etc. C’est dans ce moment sin­gu­lier de cris­tal­li­sa­tion dis­cur­sive des demandes en une chaîne d’équivalence que se construit le peuple du popu­lisme. Là où passe la fron­tière entre le eux et le nous est fon­da­men­tal.

« Là où passe la fron­tière entre le eux et le nous est fon­da­men­tal. »

Podemos se sert des reven­di­ca­tions des Indignés, de ses assem­blées où se débat­taient les ques­tions de repré­sen­ta­tion poli­tique, de chô­mage endé­mique, de loge­ment, de san­té, d’éducation, de trans­ports, d’alimentation, de condi­tions de tra­vail ou encore de droits des femmes pour arti­cu­ler une fron­tière de classe qui ne porte pas son nom. Ce qu’on pour­rait appe­ler l’air du temps est pri­mor­dial dans ce tra­vail. Il devient en effet beau­coup plus ardu lorsque le sens com­mun d’une époque est bom­bar­dé quo­ti­dien­ne­ment par des conflits cultu­rels et des reven­di­ca­tions iden­ti­taires, comme en France. En outre, pour que les reven­di­ca­tions se lient les unes aux autres, il est néces­saire, nous dit Laclau, que l’une d’entre elles assume une cen­tra­li­té. Ainsi, cette der­nière repré­sente la chaîne dans sa tota­li­té : elle assume l’universel tout en res­tant par­ti­cu­lière. Pablo Iglesias en donne un exemple : « Une femme argen­tine se voit refu­ser l’avortement dans une cli­nique, elle retire sa chaus­sure, la lance contre la vitrine et crie : « Viva Peron, hijos de puta ! » ». Dans la confi­gu­ra­tion poli­tique de l’Argentine néo­li­bé­rale, le signi­fiant Juan Domingo Perón, ancien pré­sident popu­laire, se trans­forme en sym­bole de sou­ve­rai­ne­té pour « le chô­meur, syn­di­ca­liste, étu­diant, sec­teurs de la classe moyenne, etc. » (pré­sen­ta­tion de son ouvrage Machiavel face au grand écran). « Viva Peron » ou « Que se vayan todos » (qu’ils s’en aillent tous) endossent le rôle de signi­fiants vides qui arti­culent l’ensemble des reven­di­ca­tions.

Pourquoi parle-t-on de signi­fiants vides ? Cela ren­voie à un débat phi­lo­so­phique qui per­dure depuis Platon : com­ment les mots (les signi­fiants) se mettent en rela­tion avec les choses (les signi­fiés) ? Ernesto Laclau, et donc ceux de Podemos, sup­posent que l’identité et le sens d’un objet est le résul­tat de l’opération de nomi­na­tion : c’est en nom­mant les choses qu’elles font sens pour un indi­vi­du. Ainsi, les mots se réfé­rent aux choses par une sorte de « bap­tême ori­gi­nel », le moment impos­sible à situer où un groupe humain posa par exemple le signi­fiant « arbre » sur cette chose végé­tale. Or, pour les concepts de la poli­tique il est impos­sible de défi­nir pré­ci­sé­ment ce à quoi ils ren­voient : le mot arbre ren­voie direc­te­ment à une image assez pré­cise ; celui d’égalité, beau­coup moins. Si on les dit vides ou flot­tants, c’est donc parce qu’ils ne ren­voient à aucun signi­fié empi­rique évident. Par consé­quent, le pou­voir de nomi­na­tion est total sur les mots du poli­tique : c’est dans l’acte du lan­gage que se condense la signi­fi­ca­tion.

podeosban5

Pablo Iglesias et Alexis Tsipras (DR)

Disputer la démocratie et la patrie

Ce pro­ces­sus de conden­sa­tion des iden­ti­tés popu­laires dans un signi­fiant vide ou flot­tant se trans­met aux autres maillons de la chaîne des reven­di­ca­tions. Le porte-parole de Podemos se lamente de ne pas avoir à sa dis­po­si­tion le signi­fiant vide de la Nation espa­gnole pour consti­tuer une iden­ti­té natio­nale-popu­laire, comme en Amérique latine. En effet, les appar­te­nances régio­nales et l’héritage fran­quiste les empêchent d’articuler le nous-peuple autour d’une his­toire com­mune natio­nale. Il ne reste donc à Podemos que la bataille pour s’approprier ces signi­fiants flot­tants « vécus de manière spon­ta­née comme natu­rels, posi­tifs et apo­li­tiques », qui forment le sens com­mun d’une époque. Inigo Errejon explique que « du fait de leur sur­sa­tu­ra­tion (tous les dis­cours entrent en com­pé­ti­tion sur eux), ils sont vides » (article « Qu’est-ce que l’analyse poli­tique ? ») : liber­té, jus­tice, démo­cra­tie, patrie, ordre, réforme, etc.

« Les appar­te­nances régio­nales et l’héritage fran­quiste empêchent d’articuler le nous-peuple autour d’une his­toire com­mune natio­nale. »

C’est prin­ci­pa­le­ment le signi­fiant de démo­cra­tie qui est appe­lé à endos­ser le rôle de conden­sa­teur des reven­di­ca­tions popu­laires, dans la rhé­to­rique de Podemos : la demande démo­cra­tique assume l’universalité de la chaîne d’équivalence. Elle fit d’ailleurs l’objet d’un essai rédi­gé par Pablo Iglesias et inti­tu­lé Disputer la démo­cra­tie (Disputar la demo­cra­cia) ; titre qui pointe, par son lexique guer­rier, le champ de bataille idéo­lo­gique que sont les signi­fiants flot­tants. Le pro­fes­seur Iglesias fait le constat que les forces radi­cales l’ont depuis trop long­temps déser­té. Elles auraient lais­sé le qua­li­fi­ca­tif de démo­crate à leur adver­saire. Eux, ont impo­sé l’idée qu’une démo­cra­tie serait une pro­cé­dure de sélec­tion épi­so­dique du moindre mal, une alter­nance sans alter­na­tive entre « Pepsi-Cola [le PSOE] et Coca-Cola [PP] », un cor­don sani­taire autour du dan­ger extré­miste ou popu­liste, une rou­tine admi­nis­tra­tive.

Le jeu poli­tique s’inverse lorsque Podemos pointe qu’eux, la caste, défendent la dic­ta­ture des mar­chés finan­ciers, des grandes entre­prises ou de la Troïka, et se trouve face à nous, les démo­crates. La démo­cra­tie se trans­forme « en la per­ma­nente répar­ti­tion du pou­voir », en la réa­li­sa­tion de l’ensemble des condi­tions néces­saires à la prise de déci­sion sou­ve­raine. Ainsi, « il n’y a pas de démo­cra­tie sans droits sociaux, sans sou­ve­rai­ne­té popu­laire, sans édu­ca­tion et san­té publique, etc. ». En plus de tra­duire la reven­di­ca­tion des Indignés quant à la non-repré­sen­ta­ti­vi­té du sys­tème poli­tique espa­gnol, la demande démo­cra­tique encode toute la chaîne des autres reven­di­ca­tions pour une vie digne : la san­té, l’éducation, de meilleurs salaires, et ain­si de suite.

« Un dis­cours qui, en toute logique, irrite et heurte les oreilles plus anar­chistes de l’Espagne. »

Enfin, le signi­fiant de patrie doit être réap­pro­prié. Comme pour celui de démo­cra­tie, Pablo Iglesias retourne son usage en dis­qua­li­fiant ceux de la caste qui se reven­diquent patriotes espa­gnols ou cata­lans. Face à une défi­ni­tion iden­ti­taire et pure­ment sym­bo­lique – « La cou­leur du dra­peau sur le bâti­ment public ou être dans les tri­bunes d’un stade de foot » –, il y oppose une dimen­sion concrète. Déléguer la sou­ve­rai­ne­té à Bruxelles, s’enrichir grâce aux ins­ti­tu­tions publiques, pri­va­ti­ser le patri­moine col­lec­tif que sont les ser­vices publics, obli­ger les jeunes à émi­grer pour trou­ver un tra­vail : « Il faut les appe­ler par leur nom, ce sont des traîtres à la patrie » (dis­cours à New-York). Par consé­quent, aimer sa patrie conduit à la défense de l’éducation, du sys­tème de san­té public et « l’indignation devant les familles qui doivent man­ger dans des can­tines sociales ». Et non plus « por­ter un bra­ce­let de cou­leurs » (dis­cours à Seville). L’amour des siens plu­tôt que celui des figures, la défense de la digni­té plu­tôt que celle des cou­leurs. Un dis­cours qui, en toute logique, irrite et heurte les oreilles plus anar­chistes de l’Espagne ou celles, plus lar­ge­ment, des mili­tants radi­caux de l’Hexagone – pour qui toute réfé­rence à la patrie, Mélenchon le jaco­bin mis à part, est géné­ra­le­ment asso­ciée à la droite, voire à l’ex­trême droite.

oo

Soutiens lon­do­niens (DR)

Les affects du politique

Podemos ne pou­vait pas­ser à côté du rôle des affects dans la consti­tu­tion des iden­ti­tés col­lec­tives. Rompre avec la lec­ture mar­xiste de groupes sociaux déjà consti­tués dans l’économie implique logi­que­ment de se dépar­tir d’une double forme de ratio­na­lisme et d’utilitarisme. En effet, la gauche radi­cale par­tage, pense-t-il, l’idée que les gens se mettent en mou­ve­ment par la force de la rai­son ou des inté­rêts : en plus d’être miné de contra­dic­tions (il est rai­son­nable de le ren­ver­ser), le capi­ta­lisme va contre nos inté­rêts (cela amé­lio­ra mes condi­tions d’existence). En outre, l’aspect pas­sion­nel de la poli­tique est ren­voyé à une mécon­nais­sance des rap­ports sociaux objec­tifs et à une dérive fas­ciste poten­tielle.

« Il s’agit donc d’assumer l’am­bi­guï­té entre rai­son et pas­sion des phé­no­mènes col­lec­tifs. »

Toutefois, en Espagne nos pro­fes­seurs se retrouvent pris dans un mou­ve­ment de masse d’« indi­gnés » et non d’« anti­ca­pi­ta­listes ration­nels ». Il s’agit donc d’assumer l’am­bi­guï­té entre rai­son et pas­sion des phé­no­mènes col­lec­tifs. C’est ce que tente de faire Podemos par la tra­duc­tion poli­tique d’une décence com­mune chère à George Orwell, comme « expres­sion affec­tive et immé­diate d’un cer­tain dégoût social, plu­tôt réac­tive qu’active, néga­tive que posi­tive » (De la décence ordi­naire, Bruce Bégout). Les affaires de cor­rup­tion et le train de vie des diri­geants espa­gnols ne sont pas seule­ment liés à leurs inté­rêts : ils deviennent immo­raux, injustes, indé­cents. Pablo Iglesias prend l’habitude de conter dans ses débats télé­vi­sés les mes­sages qu’il reçoit d’Espagnols du com­mun : « Ricardo, trois ans au chô­mage, ma femme est infir­mière et elle touche 900 €. Nous payons 875 € d’hypothèques. Mes enfants étu­dient à l’Université et ont per­du la bourse », puis enchaîne : « Le nombre de mil­lion­naires à aug­men­ter de 13 % en 2013 ».

Jouer sur l’indignation et ré-enchan­ter la poli­tique. « Depuis com­bien de temps n’as-tu pas voté avec espoir ? », demande Pablo Iglesias lors de ses mee­tings. Pour les plus anciens, il leur rap­pelle l’enthousiasme que fut la vic­toire de Felipe Gonzalez en 1982 (pre­mière élec­tion après Franco, rem­por­té par un socia­liste) et ce qu’est deve­nu le PSOE depuis. Pour les plus jeunes, cette « gene­ra­cion sin futu­ro », il leur pré­sente un par­ti et des repré­sen­tants enfin à leur image, après les alter­nances uniques des diverses for­ma­tions espa­gnoles au pou­voir.

podeosban9

Pablo Iglesias (Andrea Comas/Reuters)

Le leader unificateur : fin de l’horizontalité ?

Ernesto Laclau revient sur la cri­tique d’une des carac­té­ris­tiques du popu­lisme dans la lit­té­ra­ture clas­sique : la cen­tra­li­té du lea­der. Ces ana­lyses se placent tou­jours du côté de l’intentionnalité du lea­der – un mani­pu­la­teur en puis­sance –, mais sont inca­pables d’expliquer le lien consub­stan­tiel de ce der­nier avec la forme popu­liste. Le poli­tiste argen­tin pose que le mode de consti­tu­tion de l’identité peuple requiert qu’une demande par­ti­cu­lière assume la repré­sen­ta­tion de la tota­li­té. On a donc affaire à un ensemble hété­ro­gène main­te­nu uni par un signi­fiant, un mot, un nom sin­gu­lier – comme démo­cra­tie. Or, la forme extrême de la sin­gu­la­ri­té n’est rien d’autre que l’individualité ; ce qui fait dire à Laclau que « l’unification sym­bo­lique du groupe autour d’une indi­vi­dua­li­té est inhé­rente à la for­ma­tion du sujet poli­tique peuple » (La rai­son popu­liste).

« L’exemple d’Hugo Chavez témoigne idéa­le­ment du rôle d’un nom propre qui se conver­tit en nom com­mun. »

Cela ren­voie encore à l’absence de réfé­rents com­muns (chants, dra­peaux, figures his­to­riques, etc.) pour les forces popu­listes émer­gentes. Inigo Errejon expose la dif­fi­cul­té d’adopter un nom comme sym­bole pour les mou­ve­ments de culture de gauche, de mettre en avant la per­sonne du lea­der et non l’identité du groupe. Néanmoins, il per­met, nous dit-il, d’élaborer une figure comme réfé­rent col­lec­tif, de pal­lier ce vide ini­tial. L’exemple d’Hugo Chavez témoigne idéa­le­ment du rôle d’un nom propre qui se conver­tit en nom com­mun. Pablo Iglesias met les pieds dans le plat en s’emparant du thème lati­no-amé­ri­cain du cau­dillisme, cette forme de repré­sen­ta­tion ultime de la com­mu­nau­té par un chef auto­ri­taire. « Il n’y a pas de sau­veur ! Personne qui, par sa per­son­na­li­té, son style, puisse ser­vir pour chan­ger le cours de l’Histoire ! », assène-t-il à des mili­tants s’offusquant de la cen­tra­li­sa­tion de Podemos autour de sa per­sonne. Il file la méta­phore foot­bal­lis­tique des postes sur le ter­rain pour convaincre « qu’il n’y a que des tac­tiques » et assu­rer que, tôt ou tard, il devra se faire rem­pla­cer par un coéqui­pier.

Ce débat sur la forme ins­ti­tu­tion­nelle que doit prendre Podemos s’est cris­tal­li­sé lors de l’affrontement de deux textes : celui de Pablo Iglesias, plu­tôt cen­tra­liste (un Secrétaire géné­ral unique dési­gnant lui-même son équipe), contre celui de Pablo Echenique, avec une plus grande répar­ti­tion du pou­voir (trois porte-paroles, une dose de tirage au sort, l’au­to­no­mie des cercles locaux). Pour la pre­mière motion gagnante, Podemos doit se concen­trer sur une unique ques­tion : com­ment gagner les élec­tions géné­rales ? Puis mettre Podemos au ser­vice de cet objec­tif. Iglesias place au pied du mur ses cama­rades : « Ou nous construi­sons des dis­po­si­tifs orga­ni­sa­tion­nels capables de lut­ter sur des ter­rains que nous n’avons pas choi­sis, ou ils nous bat­tront » (pré­sen­ta­tion de son ouvrage Disputar la demo­cra­cia).

« La machine élec­to­rale, entend-on, aurait rem­pla­cé l’ambition de répar­tir le pou­voir des pre­miers jours. »

D’aucuns, à Izquierda Anticapitalista (IA), par­ti enga­gé dans l’aventure Podemos, y voient une dérive plé­bis­ci­taire, par les votes et pla­te­formes Internet diluant le rôle des « cercles Podemos ». Au départ, Podemos se pré­sente comme un outil poli­tique dans les mains des gens « pour tra­duire l’indignation en force poli­tique » (Iglesias, pré­sen­ta­tion inau­gu­rale de Podemos). Ouverte à tous ceux qui luttent contre l’austérité autour d’un trip­tyque mini­ma­liste (démo­cra­tie-sou­ve­rai­ne­té-droits sociaux), l’initiative fait souf­fler un vent nou­veau sur l’action poli­tique col­lec­tive. Les repré­sen­tants, prin­cipes poli­tiques et codes éthiques sont choi­sis par des votes sur Internet, les élus s’engagent à ne pas tou­cher plus de trois fois le salaire mini­mum espa­gnol ni à cumu­ler des fonc­tions, à ne pas faire de leur charge publique un métier afin d’éviter la concen­tra­tion du pou­voir, à adop­ter un finan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif des cam­pagnes (sans argent public ni prêt ban­caire) et à offrir une trans­pa­rence totale sur leurs dépenses. De plus, ces fameux cercles Podemos, géo­gra­phiques et thé­ma­tiques, se consti­tuent sur le mode des assem­blées citoyennes des Indignés, où cha­cun est prié de lais­ser à l’entrée sa cha­pelle, son sigle et son dra­peau… pour le retrou­ver à la sor­tie. Ils entendent rompre avec les dis­cus­sions inter­mi­nables entre cou­rants afin de se cen­trer sur la rédac­tion de pro­po­si­tions concrètes.

La motion de Pablo Iglesias, en inter­di­sant la double appar­te­nance poli­tique, mar­gi­na­li­se­rait ces concur­rents d’IA. En outre, le choix de délé­guer la rédac­tion du pro­gramme éco­no­mique à deux éco­no­mistes-experts dépos­sé­de­rait encore un peu plus le pou­voir à la base. La machine élec­to­rale, entend-on, aurait rem­pla­cé l’ambition de répar­tir le pou­voir des pre­miers jours.

Alexis Gales
Alexis Gales

Enseignant en lycée, amateur de foot et de théorie politique, quelque part entre Orwell et Chávez.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.