Normand Baillargeon : « Le statut moral des animaux est impossible à ignorer »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Dans les pages de leur fameux Manifeste, Marx et d’Engels avaient assi­mi­lé les mili­tants de la pro­tec­tion ani­male à des bour­geois « réfor­ma­teurs en chambre » : ils furent ailleurs mieux ins­pi­rés. Le pro­fes­seur Normand Baillargeon, auteur du Petit cours d’au­to­dé­fense intel­lec­tuellenous raconte com­ment et pour­quoi il en est venu, en cohé­rence avec ses impli­ca­tions dans le champ anar­chiste, à s’in­té­res­ser à l’é­thique ani­male.


Comment êtes-vous arri­vé à cette ques­tion ?

J’ai été for­mé en phi­lo­so­phie au milieu des années 1970, ce qui cor­res­pond au moment où les idées de Peter Singer com­mencent à être dif­fu­sées — son livre, Animal Liberation, est publié en 1975. Or, il est remar­quable que je n’en ai guère enten­du par­ler à l’époque, même en fré­quen­tant l’université en phi­lo­so­phie. La place que prennent aujourd’hui, en phi­lo­so­phie mais aus­si dans la conver­sa­tion démo­cra­tique, les idées de Singer en par­ti­cu­lier, mais aus­si, plus géné­ra­le­ment, toutes les ques­tions rela­tives à l’éthique ani­male, tout cela nous rap­pelle la grande vitesse avec laquelle ces pré­oc­cu­pa­tions ont pro­fon­dé­ment péné­tré la culture, dans de très nom­breux pays. Pour ma part, j’ai com­men­cé trop long­temps après mes études à m’intéresser d’assez près à ces ques­tions — dans les années 1990, je dirais. J’y suis arri­vé par la lec­ture de cer­tains écrits, essen­tiel­le­ment de phi­lo­sophes : Singer et Regan, en par­ti­cu­lier ; mais j’y suis aus­si arri­vé parce que des gens que j’estime m’ont par­lé de ces choses, et notam­ment de condi­tion ani­male et de végé­ta­risme, des gens qui font par­tie de mon quo­ti­dien, pour certain.e.s., mais aus­si des militant.e.s, de écrivain.e.s, des artistes etc., pour qui j’ai de l’estime. Je pense que de ce point de vue mon par­cours doit res­sem­bler à celui de pas mal de gens qui se pré­oc­cupent aujourd’hui d’éthique ani­male.

« La tra­di­tion occi­den­tale a tenu à consi­dé­rer que les ani­maux avaient été créés pour l’usage et le bon plai­sir des humains. »

Par la suite, j’ai consa­cré un livre aux ani­maux dans la tra­di­tion phi­lo­so­phique, L’Arche de Socrate, en 2012. Il n’y est pas seule­ment ques­tion d’éthique ani­male, puisque j’y parle de tous ces ani­maux qui peuplent la pen­sée et l’imaginaire des phi­lo­sophes depuis tou­jours : mais ce sujet est lui aus­si abor­dé. J’ai aus­si diri­gé un dos­sier de la revue À Bâbord consa­cré à l’éthique ani­male, dans lequel Singer et Regan ont jus­te­ment écrit.

La réflexion sur le sta­tut moral des ani­maux, sur la façon dont on devrait les trai­ter, est-elle impor­tante à vos yeux ?

Elle l’est. Elle l’est en elle-même, intrin­sè­que­ment, sur le plan intel­lec­tuel et sur le plan éthique ; mais elle l’est aus­si par les ques­tions qu’elle nous amène à sou­le­ver — notam­ment sur notre ali­men­ta­tion, sur notre rap­port à la nature, sur les dom­mages cau­sés à l’environnement, sur l’économie sur le mili­tan­tisme et l’action directe. La tra­di­tion occi­den­tale, aus­si bien phi­lo­so­phique que reli­gieuse, a tenu à consi­dé­rer que les ani­maux avaient été créés pour l’usage et le bon plai­sir des humains et à consi­dé­rer que nous sommes si dif­fé­rents d’eux et eux de nous que nous n’avons pas à adop­ter envers les ani­maux les mêmes normes et manières de faire que nous adop­tons envers les êtres humains. Voyez par exemple La Bible : « Dominez sur les pois­sons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout ani­mal qui se meut sur la terre. » (Genèse, I, 28). Je pense donc que la ques­tion du sta­tut moral des ani­maux est impos­sible à igno­rer et que cha­cun de nous doit l’envisager et se posi­tion­ner sur tout cela. Je peux conce­voir que des gens concluent qu’elle n’est pas prio­ri­taire, voire même impor­tante à leurs yeux : mais cette conclu­sion devra être défen­due par de solides argu­ments. Certes, il en est — même si je ne les trouve pas concluants. Ce que je ren­contre le plus sou­vent, pour ma part, ce sont des gens qui recon­naissent l’intérêt et l’importance de ces ques­tions et enjeux, mais qui ont, pour diverses rai­sons, d’autres prio­ri­tés de mili­tance.

animaux

Faites-vous le lien entre cette ques­tion et votre enga­ge­ment liber­taire dans un sens plus glo­bal ?

L’anarchisme est pour moi plus un archi­pel qu’un conti­nent : on y trouve de nom­breuses familles, sen­si­bi­li­tés, pers­pec­tives théo­riques, espé­rances — et en bout de piste il est bien qu’il en soit ain­si. Mais une ten­dance lourde, consti­tu­tive et fon­da­men­tale des divers anar­chismes est le refus de l’autorité illé­gi­time. Or cette atti­tude anti­au­to­ri­taire, cette volon­té de débus­quer des formes illé­gi­times d’autorité rend, me semble-t-il, sen­sible aux ques­tions sou­le­vées par l’éthique ani­male. Il n’est donc pas éton­nant qu’historiquement, les anar­chistes aient été des pré­cur­seurs sur ces ques­tions, qu’il existe un « green anar­chism » qui pose cer­taines d’entre elles dans le cadre de l’anarchisme ou que l’œuvre d’un auteur comme Murray Bookchin leur fasse une place impor­tante dans son éco­lo­gie. Plus près de nous, Brian Dominick, un anar­chiste amé­ri­cain, a créé le néo­lo­gisme véga­nar­chisme pour sou­li­gner le rap­pro­che­ment, à ses yeux natu­rel, entre végé­ta­risme et anar­chisme.

Vous avez inter­viewé Peter Singer, l’un des prin­ci­paux théo­ri­ciens de l’an­tis­pé­cisme pour la revue Philosophie maga­zine. Est-ce un auteur qui vous a influen­cé ?

« Il n’est pas éton­nant qu’historiquement, les anar­chistes aient été des pré­cur­seurs sur ces ques­tions. »

Pour une part, on doit les chan­ge­ments sur­ve­nus à pro­pos de la ques­tion ani­male à Darwin et à sa révo­lu­tion­naire idée qu’il n’y a pas de fos­sé infran­chis­sable entre les ani­maux humains et les ani­maux non-humains — on parle d’ailleurs aujourd’hui plus volon­tiers en ces termes, ce qui est révé­la­teur. On doit aus­si le dras­tique chan­ge­ment de men­ta­li­té aux uti­li­ta­ristes du XIXe siècle, notam­ment à Jeremy Bentham, des gens qui pen­saient que c’est sa capa­ci­té de souf­frir qui devait être prise en compte pour déci­der ce qui pou­vait être fait ou non à un être vivant. Puis vient Singer, comme je le disais plus haut, et ce qu’il a accom­pli (avec d’autres, bien sûr, mais il a été le grand ini­tia­teur de tout cela) est remar­quable et on trouve dans la culture contem­po­raine mille traces de cette nou­velle sen­si­bi­li­té envers les ani­maux qui aurait bien éton­né nos ancêtres. En vrac : la chasse (spor­tive ou autre) semble à plu­sieurs indé­fen­dable ; les zoos ont bien mau­vaise répu­ta­tion, tout comme les cirques, s’ils pos­sèdent des ani­maux non-humains ; leur uti­li­sa­tion comme sujets d’expérimentations semble pro­blé­ma­tique à bien des gens, plus encore s’il s’agit de véri­fier la non-toxi­ci­té de cos­mé­tiques ou de pro­duits domes­tiques ; por­ter un vison est une pro­vo­ca­tion ; les com­bats de coqs ou autres répugnent à de nom­breuses per­sonnes qui voient même d’un très mau­vais œil les courses de che­vaux ; quant à l’animal domes­tique cou­rant, passe encore, mais cer­tains sug­gèrent qu’il devrait être végé­ta­rien : il existe d’ailleurs de la nour­ri­ture végé­ta­rienne pour Toutou et Minou. Je ne suis pas uti­li­ta­riste en éthique — pour ne rien vous cacher, je me sens plu­tôt proche d’Aristote et des éthiques de la ver­tu. Mais sans adhé­rer à son uti­li­ta­risme, on doit, je pense, recon­naître à Singer le grand mérite d’avoir sou­le­vé ces ques­tions et d’en avoir fait des thèmes désor­mais incon­tour­nables, pour un nombre sans cesse crois­sant de per­sonnes, de la conver­sa­tion col­lec­tive. Avec Chomsky, il est un sérieux can­di­dat au titre de plus influent phi­lo­sophe vivant…

À quels autres cou­rants de l’é­thique ani­male ou autres auteurs vous inté­res­sez-vous ?

J’ai aus­si lu — et publié, comme je le disais plus haut — Tom Regan. J’ai éga­le­ment lu un auteur conser­va­teur (Roger Scruton) qui pense que l’élevage inten­sif des ani­maux que nous consom­mons est une abo­mi­na­tion, mais qui rejette les thèses de Singer et de Regan au pro­fit d’une posi­tion plus proche de la phi­lo­so­phie spon­ta­née de bien des gens. Ce débat m’interpelle et m’intéresse, comme celui entre défen­seurs wel­fa­ristes des ani­maux et abo­li­tion­nistes — je pense à Gary Lawrence Francione.

Que pen­sez-vous du rejet dont fait l’ob­jet l’an­tis­pé­cisme en France ? Et plus spé­ci­fi­que­ment dans cer­taines orga­ni­sa­tions anar­chistes1Mimmo Pucciarelli, un des fon­da­teurs des Ateliers de créa­tion liber­taire, écrit à ce pro­pos : « Des anti­spé­cistes sont ain­si arri­vés à trai­ter les anar­chistes man­geurs de viande de fas­cistes. Et de leur côté, les anars ont cher­ché à ridi­cu­li­ser les anti­spé­cistes : ils leur fai­saient des bras d’hon­neur si ces végé­ta­riens convain­cus insis­taient un peu trop sur cette his­toire de souf­france des ani­maux. […] Ce qui a com­pli­qué encore davan­tage les liens entre les anar­chistes man­geurs de viande et ces liber­taires qui non seule­ment s’in­té­ressent aux pro­blèmes de la souf­france des ani­maux, mais se pré­oc­cupent aus­si de vivre des rap­ports de non-domi­na­tion entre eux ». Extrait de Rupture anar­chiste et tra­hi­son pro-fémi­niste, Léo Thiers-Vidal, Bambule, 2013. ?

Je ne connais pas en pro­fon­deur ce débat, mais j’en ai eu des échos. Vivant en Amérique du Nord, je dois avouer que ce que j’en sais m’étonne puisque des thé­ma­tiques comme l’éthique ani­male, l’antispécisme sont, chez nous, sinon tou­jours très répan­dues, du moins très pré­sentes, res­pec­tées, recon­nues comme légi­times dans biens des milieux mili­tants, et pas seule­ment chez les liber­taires. Cette « excep­tion fran­çaise », si tou­te­fois cette expres­sion est jus­ti­fiée, est intri­gante. Singer, si ma mémoire ne me fait pas trop défaut, l’expliquait par l’alimentation, l’amour de la cui­sine, etc. Je pense, en tout res­pect pour un homme bien plus savant que moi sur tout cela, que c’est un peu court et qu’on pour­rait tout aus­si bien (aus­si mal…) invo­quer les idées de Descartes sur les ani­maux-machines. En bout de piste, je ne m’explique pas bien cette situa­tion. Mais je suis ten­té de dire qu’elle est triste et regret­table, comme le serait tout refus de débattre de ques­tions que bien des gens jugent impor­tantes.

Avez-vous des cri­tiques à for­mu­ler contre cer­taines ten­dances, théo­riques ou pra­tiques, de la pro­tec­tion ani­male et de l’é­thique ani­male ?

Il y a un an ou deux, j’ai pré­fa­cé un livre d’une mili­tante végé­ta­rienne, Élise Desaulniers, consa­cré au lait. Elle m’avait peut-être deman­dé ce texte parce que j’avais par­lé de manière très élo­gieuse de son livre pré­cé­dent, consa­cré à l’alimentation. Ce qui me frap­pait et me frappe encore sur­tout chez elle, c’est cette manière non dog­ma­tique, non doc­tri­naire, non accu­sa­trice, d’aborder ces sujets. Je pense qu’elle donne là une pré­cieuse leçon et qu’on devrait en prendre acte. Et cette leçon vaut aus­si, il me semble, pour par­ler d’anarchisme et de chan­ge­ment social radi­cal à des per­sonnes qui ne connaissent pas nos idées. Trop sou­vent, il me semble, nos idées passent mal parce que nous les pré­sen­tons de manière exces­si­ve­ment accu­sa­trice, mora­li­sa­trice, déni­grante : ce qui n’est pas la meilleure manière de convaincre.

NOTES   [ + ]

1.Mimmo Pucciarelli, un des fon­da­teurs des Ateliers de créa­tion liber­taire, écrit à ce pro­pos : « Des anti­spé­cistes sont ain­si arri­vés à trai­ter les anar­chistes man­geurs de viande de fas­cistes. Et de leur côté, les anars ont cher­ché à ridi­cu­li­ser les anti­spé­cistes : ils leur fai­saient des bras d’hon­neur si ces végé­ta­riens convain­cus insis­taient un peu trop sur cette his­toire de souf­france des ani­maux. […] Ce qui a com­pli­qué encore davan­tage les liens entre les anar­chistes man­geurs de viande et ces liber­taires qui non seule­ment s’in­té­ressent aux pro­blèmes de la souf­france des ani­maux, mais se pré­oc­cupent aus­si de vivre des rap­ports de non-domi­na­tion entre eux ». Extrait de Rupture anar­chiste et tra­hi­son pro-fémi­niste, Léo Thiers-Vidal, Bambule, 2013.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.
Nous déménageons notre site ! Les commandes et abonnements sont temporairement indisponibles, nos articles restent accessibles.
+