Contre les licenciements abusifs ; avec Madame Gueffar !


Appel collectif initié par Fakir

« Le 17 décembre der­nier, Madame Gueffar était licen­ciée, après qua­torze années à net­toyer les trains en gare d’Agen. Les mili­tants locaux d’Attac, de la FSU, de Solidaires ain­si que des citoyens ont mon­té loca­le­ment, à Agen, avec la CGT-che­mi­nots, un comi­té de sou­tien et une caisse de soli­da­ri­té. Les dépu­tés socia­listes du coin ont pro­tes­té auprès d’Onet, tout comme le maire UDI auprès de la SNCF. Simple ques­tion d’humanité — mais sans suc­cès jusqu’ici. Nous croyons que ce cas, par sa bru­ta­li­té, peut et doit dépas­ser le cadre d’Agen : il témoigne, par sa vio­lence, de la néces­si­té d’une loi Travail. Mais d’une loi Travail qui vien­drait ren­for­cer les droits des sala­riés, et non les fra­gi­li­ser. Dans la masse des injus­tices, il faut par­fois s’arrêter sur un visage, écou­ter une voix. C’est pour­quoi nous sommes tous une galaxie de sites, de médias alter­na­tifs et de groupes, mili­tants ou non, à publier cet article simul­ta­né­ment. C’est pour­quoi nous fai­sons appel à tous les gra­phistes, faki­riens ou non, pour nous pondre des pro­po­si­tions d’affiches autour de Madame Gueffar et d’Onet. C’est pour­quoi nous orga­ni­se­rons un trac­tage, le même jour, devant les gares du pays. Vous pou­vez vous ins­crire et signer la péti­tion. Qui aime les Madame Gueffar nous suive ! » Ballast relaie donc cette mobi­li­sa­tion.


gueffarvign« Ça fait plus de qua­torze ans que je tra­vaille à la gare d’Agen, je fais le net­toyage des trains. J’ai tou­jours fait bien mon tra­vail, j’ai tou­jours été pré­sente, je m’ab­sente jamais. J’ai tou­jours fait mon tra­vail comme il faut, même quand le contrôle il passe, ils sont tout le temps contents de mon tra­vail. Et un après-midi, j’ai tra­ver­sé les voies pour gagner du temps, et, après, je me suis ren­due compte que j’ai fait une erreur. Cet après-midi là, il y avait beau­coup de trains à faire et je vou­lais faire tous mes trains. Et c’est après que je me suis ren­due compte que j’a­vais fait une erreur. J’ai tra­ver­sé pour gagner du temps. J’ai reçu une lettre recom­man­dée, c’é­tait le 7 décembre, j’ai fait un entre­tien avec M. Loubet, le patron de l’en­tre­prise, et il m’a dit qu’il va réflé­chir et le 17 décembre j’ai reçu un licen­cie­ment. J’étais cho­quée, j’é­tais pas bien du tout, j’ai rien com­pris, j’é­tais per­due. Alors je suis ren­trée chez moi en pleu­rant. » Depuis 2002, Rajae Gueffar net­toie les trains en gare d’Agen, et depuis 2008 pour Onet, numé­ro 1 du net­toyage en France, qui a repris le mar­ché. « Quand elle a com­men­cé, se sou­vient un ancien chef de gare, il y avait quelques ano­ma­lies au niveau de son tra­vail, mais qui ne por­taient pas sur la sécu­ri­té. Et puis c’est deve­nu une de celles qui tra­vaillent le mieux, un être humain, avec des hauts et des bas, mais fiable. » Le 9 novembre 2015, Madame Gueffar tra­verse les voies par le par­quet plan­cher, et non par le sou­ter­rain. La sanc­tion tombe : non pas un aver­tis­se­ment ni une mise à pied, mais direc­te­ment le licen­cie­ment. C’est un choc pour Madame Gueffar, qui tremble, qui ne dort plus, ne mange plus, a ven­du sa voi­ture, doit démé­na­ger, a per­du dix kilos, tourne aux anxio­ly­tiques. Mais c’est un choc éga­le­ment pour les che­mi­nots du coin : « On a enva­hi notre CE régio­nal, à Bordeaux, pour por­ter son cas, raconte Francis Portes, retrai­té che­mi­nots et CGT. Je leur ai dit, aux gars : « Que tous ceux qui ont déjà tra­ver­sé les voies au moins une fois lèvent la main ». Ils l’ont tous levée ! Même les cadres diri­geants ! » Contactée, la SNCF botte en touche : « Nous n’avons pas d’expression sur ce sujet-là. C’est le choix d’une entre­prise qui s’appelle Onet. »

gueff2

Chez Onet, Philippe Lhomme – direc­teur délé­gué au réseau France – épluche pour nous le dos­sier de Madame Gueffar. Il passe en revue les cour­riers adres­sés depuis son embauche, il y a quinze ans : « Sacs sur le quai », « prise de poste à 9 heures », « tenue de tra­vail », « port de la tenue », etc. Depuis 2008, depuis qu’Onet est son employeur, une seule lettre de reproche : « Explication sur un train non fait » (18/11/08). Et dans tout ce tas de papiers, le seul man­que­ment à la sécu­ri­té, une « tra­ver­sée de la voie », remonte à plus de dix ans (26/04/04). Bref, guère d’antécédents. Philippe Lhomme, lui, se fait grave : « J’ai eu un acci­dent mor­tel. Un agent, un père de cinq enfants, qui s’est retrou­vé cou­pé en deux. On n’a pas com­pris, il a ripé, il est pas­sé sous le train. Faut le vivre, après, aller l’annoncer à la famille. » D’où son mot d’ordre, qu’il répète à l’envi : « On ne peut pas avoir de demi-mesure en matière de sécu­ri­té. » C’est ce qui nous sur­prend, pré­ci­sé­ment, cette absence de « demi-mesure » : « Imaginez qu’on lui mette une mise à pied, nous répond Philippe Lhomme, et un mois après, elle passe sous un train. Là, quelles accu­sa­tions on subi­rait de sa famille, de ses col­lègues ! » En fait, en la licen­ciant, Onet lui a sau­vé la peau ! « Le pic­to rouge était allu­mé, elle a failli perdre sa vie ! », dra­ma­tise-t-il. Et de pour­suivre : « Comment ima­gi­ner une mise à pied, alors qu’il n’y a rien qui l’arrête ? – Pourquoi dites-vous que « rien ne l’arrête » alors que, jus­te­ment, depuis son embauche, elle n’a reçu aucun aver­tis­se­ment pour la sécu­ri­té, aucune mise à pied ? Humainement, vous ne pour­riez pas la réin­té­grer ?  Mais com­ment réin­té­grer quelqu’un qui met sa vie en jeu ? ». À croire qu’elle a cou­ru devant un TGV ! »

« Dans la masse des injus­tices, il faut par­fois s’arrêter sur un visage, écou­ter une voix. »

Le DRH, lui, Antoine Recher, est moins sen­ti­men­tal : « Madame Gueffar peut faire appel de cette déci­sion, je la com­pren­drai. Remettons-nous en aux juges. » On essaie, encore, de faire vibrer la corde d’humanité : « Pas sur le plan juri­dique, mais si on vous dit que cette femme, qui est votre sala­riée depuis des années, va très très mal, que quand on la voit elle tremble, qu’elle a deux fils au chô­mage, vous ne pou­vez pas envi­sa­ger une solu­tion moins dure, plus indul­gente ? » – Qu’elle se pré­sente aux prud’hommes, et peut-être que ça lui don­ne­ra droit à des indem­ni­tés. » Comme si elle atten­dait seule­ment un chèque : « J’aimais mon tra­vail… Maintenant, l’avenir, je vois pas. » De retour à Agen, on ques­tionne à nou­veau les che­mi­nots. Notamment sur le pic­to au rouge : « Mais il peut res­ter au rouge toute la jour­née ! Il suf­fit que le signal demeure en posi­tion d’ouverture. » Et Samira de pour­suivre : « J’ai bos­sé au poste 4, à l’aiguillage : j’en ai vu, des agents d’Onet, qui traî­naient sur les voies sans avoir deman­dé la pro­tec­tion. Mais pas Madame Gueffar. Et là, d’un coup, on lui tombe des­sus. » Et un train est-il pas­sé juste après ? « Il fau­drait avoir une copie du rap­port d’incident, estime Victor Guerra, pour la CGT, mais ça m’étonnerait, parce que sinon, le méca­no serait inter­ve­nu. Là, y a rien. C’est un licen­cie­ment abu­sif : on aurait com­pris un blâme, ou une mise à pied, pas plus. Surtout pour quelqu’un qui a quinze ans de boîte. Qu’ils fassent ça à un agent de la SNCF, et tout le sec­teur est blo­qué, plus un train ne passe. Mais chez les sous-trai­tants, les sala­riés sont en situa­tion de fra­gi­li­té. » Un cadre de la SNCF confirme : « Ça méri­tait une sanc­tion, une petite mise à pied, d’un jour ou deux, avec rete­nue du salaire, pour mar­quer le coup, et bas­ta. Là, c’est com­plè­te­ment exces­sif, tota­le­ment dis­pro­por­tion­né. »



En sou­tien :

Pétition
Caisse de soli­da­ri­té

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.