La guerre contre les enfants


Texte inédit pour le site de Ballast

Un petit gar­çon retrou­vé mort sur une plage turque ; des mineurs qui peuvent désor­mais faire l’ob­jet d’une réten­tion admi­nis­tra­tive en France : par­tout, les enfants subissent de plein fouet les consé­quences des déci­sions des adultes. Une régres­sion par rap­port au tra­vail de l’é­du­ca­teur polo­nais Janusz Korczak, dans les années 1920 — un tra­vail qui a don­né nais­sance aux droits de l’en­fant. Explications. ☰ Par Nicolas Séné


gold1Le petit corps gît face contre terre. Habillé d’un t‑shirt rouge et d’un ber­mu­da bleu, le gar­çon­net est mort sur une plage turque. Son corps vient d’être char­rié par l’océan. Il s’appelait Aylan Kurdi et avait trois ans. Sa famille fuyait la guerre en Syrie pour rejoindre la Grèce. Le 2 sep­tembre 2015, cette pho­to fait le tour du monde et déclenche des réac­tions en chaîne sur les réseaux sociaux : bou­le­ver­se­ment, colère, théo­rie du com­plot ; tout y passe. Le petit Aylan devient le sym­bole des réfu­giés qui se noient en ten­tant de rejoindre l’Europe pour échap­per à la guerre dans leur pays d’origine. Cette pho­to­gra­phie cris­tal­lise alors les pas­sions. Elle doit aus­si ques­tion­ner sur la place des enfants qui, dans des situa­tions extrêmes, se retrouvent les vic­times sinon les plus sym­bo­liques, les plus dépen­dantes des déci­sions des adultes. Au même moment, une vidéo fait le « buzz » sur Internet. Cette fois, la scène se passe à la fron­tière hon­groise. Un gar­çon syrien aux grands yeux clairs lance à un poli­cier : «  Just stop the war, and we don’t want to go to Europe. » Une vidéo de sept secondes où, dans un cri de véri­té enfan­tin, il résume l’absurdité de la situa­tion : s’il n’y avait pas de guerre en Syrie, les réfu­giés ne se mas­se­raient pas aux fron­tières de l’Europe.

Le droit des enfants bafoué

Malheureusement, il n’est nul besoin de vivre des situa­tions de guerre pour qu’une socié­té mal­traite ses enfants. Ainsi, le 23 juillet 2015, La Cimade s’émouvait du fait que « la France léga­lise l’enfermement des enfants der­rière les bar­be­lés ». L’association fait réfé­rence au pro­jet de loi rela­tif au droit des étran­gers en France, débat­tu alors par les dépu­tés. Démontrant les dérives des centres de réten­tion admi­nis­tra­tive, l’association s’inquiétait de « l’amendement 375 por­té par Madame Chapdelaine, dépu­tée socia­liste » qui venait d’être adop­té. Dans l’article 19, la dépu­tée pro­po­sait de « sub­sti­tuer aux mots : “enfant mineur de moins de treize ans“ le mot “mineur“ ». Ainsi est géné­ra­li­sé le fait que « l’étranger qui ne pré­sente pas de garan­ties de repré­sen­ta­tion effec­tives propres à pré­ve­nir le risque men­tion­né au 3° du II de l’article L. 511–1 peut être pla­cé en réten­tion par l’autorité admi­nis­tra­tive dans des locaux ne rele­vant pas de l’administration péni­ten­tiaire, pour une durée de qua­rante-huit heures. » Et La Cimade de pré­ve­nir : « Si le texte reste en l’état, l’article 19 de la loi cou­vri­ra désor­mais les graves abus com­mis par les pré­fets. » Le texte est res­té en l’état et les mineurs étran­gers dont leurs parents sont sans papiers peuvent pas­ser qua­rante-huit heures der­rière les bar­be­lés d’un centre de réten­tion admi­nis­tra­tive avant leur expul­sion.

« Cette pho­to­gra­phie cris­tal­lise les pas­sions. Elle doit aus­si ques­tion­ner sur la place des enfants qui se retrouvent les vic­times les plus dépen­dantes des déci­sions des adultes. »

En votant ce texte, les dépu­tés dérogent à la Convention inter­na­tio­nale des droits de l’enfant (CIDE) adop­tée par les Nations unies en 1989 et signée par la France le 26 jan­vier 1990. Dans son article 2, la conven­tion est pour­tant claire : « Les États par­ties s’engagent à res­pec­ter les droits qui sont énon­cés dans la pré­sente Convention et à les garan­tir à tout enfant rele­vant de leur juri­dic­tion, sans dis­tinc­tion aucune, indé­pen­dam­ment de toute consi­dé­ra­tion de race, de cou­leur, de sexe, de langue, de reli­gion, d’opinion poli­tique ou autre de l’enfant ou de ses parents ou repré­sen­tants légaux, de leur ori­gine natio­nale, eth­nique ou sociale, de leur situa­tion de for­tune, de leur inca­pa­ci­té, de leur nais­sance ou de toute autre situa­tion. » Ainsi, les États signa­taires doivent prendre « toutes les mesures appro­priées pour que l’enfant soit effec­ti­ve­ment pro­té­gé contre toutes formes de dis­cri­mi­na­tion ou de sanc­tion moti­vées par la situa­tion juri­dique, les acti­vi­tés, les opi­nions décla­rées ou les convic­tions de ses parents, de ses repré­sen­tants légaux ou des membres de sa famille. »

« Sculpteur de l’âme de l’enfant »

Cette conven­tion, qui confère des droits uni­ver­sels spé­ci­fi­que­ment aux enfants pour leur recon­nais­sance en tant qu’individus à part entière, trouve son fon­de­ment dans la Déclaration des droits de l’enfant. Une décla­ra­tion qui est le tra­vail d’un homme : Henryk Goldszmit, plus connu sous son nom de plume, Janusz Korczak. Né le 22 juillet 1878, ce méde­cin polo­nais a posé les bases de tra­vail pour des géné­ra­tions d’éducateurs d’enfants. Il a mis en place une péda­go­gie révo­lu­tion­naire dans l’orphelinat qu’il a créé deux ans avant la Première Guerre mon­diale. De 1939 à 1942, « il crée, pour ses 240 orphe­lins, un véri­table havre de paix au milieu de l’enfer du ghet­to de Varsovie », explique Stanislaw Tomkiewicz, psy­chiatre et psy­cho­thé­ra­peute, lors d’une confé­rence en 1979. Une révo­lu­tion édu­ca­tive qui sera donc bru­ta­le­ment stop­pée par la bar­ba­rie nazie. Le prin­cipe de Korczak tient en une phrase, qui figure dans sa Déclaration des droits de l’enfant : « Les enfants ne sont pas les per­sonnes de demain, ils sont des per­sonnes d’aujourd’hui1»Puisant dans sa propre enfance sans saveur, Korczak part du pré­sup­po­sé que l’enfant vit sous le joug auto­ri­taire des adultes. « Je m’échappai de ma jeu­nesse comme d’un asile de fous », écri­vait-il. D’après lui, à aucun moment, ni les pen­sées ni la parole de l’enfant ne sont prises en compte comme elles devraient l’être. Partant du prin­cipe qu’« un enfant est quelqu’un qui a besoin de mou­ve­ment », l’oublier c’est l’« étran­gler, le bâillon­ner, bri­ser sa volon­té, consu­mer ses forces, en lui lais­sant seule­ment l’odeur de la fumée. »

korz

Jérusalem – Mémorial de Yad Vashem – sculp­ture en hom­mage à Janusz Korczak (Berthold Werner)

Dans son orphe­li­nat, Janus Korczak engage un réel tra­vail d’observation de l’enfant au quo­ti­dien (au lever, aux repas, dans les temps de loi­sirs, au cou­cher, etc.). Son objec­tif : réa­li­ser un grand livre où serait regrou­pé ce tra­vail scien­ti­fique avec les résul­tats des expé­riences sociales qu’il a menées. Un autre regard por­té sur les enfants prend alors forme : « Les jeux des enfants ne sont pas fri­voles. Découvrir un secret, trou­ver un objet caché, se prou­ver qu’il n’y a rien qu’on ne puisse retrou­ver — tout est là. » Son action fait le tour du monde de l’éducation et dans les années 1920, il est le péda­gogue en vogue qui applique les méthodes actives propres à l’éducation popu­laire. La péda­go­gie active, c’est « apprendre en fai­sant »l’apprenant est mis en situa­tion pour mobi­li­ser ses com­pé­tences et les faire évo­luer au cours de la for­ma­tion. L’enfant est non seule­ment pré­ser­vé dans son inté­gri­té mais est appe­lé à s’organiser, se confron­ter, réflé­chir, en un mot s’émanciper : « Blesser le cœur d’un poète, c’est écra­ser un papillon. » Pour Korczak, les papillons doivent s’envoler libre­ment. Entre autres méthodes sub­ver­sives auprès des jeunes délin­quants qu’il recueille, Korczak décide de ne pas empê­cher la vio­lence de cer­tains de ses pen­sion­naires mais de l’apprivoiser. Ainsi, il met en place une boîte aux lettres dans l’orphelinat. Chaque enfant qui veut se battre contre un de ses cama­rades doit ain­si lui écrire qua­rante-huit heures avant pour le pré­ve­nir et lui don­ner ren­dez-vous. Avec cette méthode, Korczak fait en sorte que l’enfant intel­lec­tua­lise ses émo­tions et pense à ses actes. Pour lui, « tout comme un méde­cin diag­nos­tique une mala­die à par­tir des plaintes du malade, l’éducateur doit prendre conscience de l’état d’esprit de son élève : « ce qu’une fièvre, une toux ou une nau­sée est pour le méde­cin, un sou­rire, une larme ou une rou­geur doit l’être pour l’éducateur » ». Docteur Korczak applique le diag­nos­tic au champ social : « Et si la méde­cine visait essen­tiel­le­ment à soi­gner un enfant malade, le but de la péda­go­gie était d’éduquer l’enfant dans sa tota­li­té. En tant qu’éducateur, Korczak se voyait comme « le sculp­teur de l’âme de l’enfant. » ». « C’est dans une âme folle que nous for­ge­rons une âme sen­sée », écri­vait encore celui qui a fait le « ser­ment de faire res­pec­ter l’enfant et de défendre ses droits ». Son ana­lyse des causes des pro­blé­ma­tiques des enfants était liée à l’examen minu­tieux du contexte social. Un enfant n’est pas mau­vais par nature mais l’environnement dans lequel il évo­lue influe sur ce qu’il devient. Alors, « quand diable arrê­te­rons-nous de pres­crire de l’aspirine contre la pau­vre­té, l’exploitation, l’illégalité et le crime ? », s’enflammait Korzcak pour qui chaque atteinte à un enfant le bles­sait tout aus­si per­son­nel­le­ment.

La République des enfants

« L’enfant est non seule­ment pré­ser­vé dans son inté­gri­té mais est appe­lé à s’organiser, se confron­ter, réflé­chir, en un mot s’émanciper. »

Considérant les enfants comme une classe sociale à part entière, dans son labo­ra­toire social, Korczak met en place la République des enfants pour qu’ils s’organisent : « La phi­lo­so­phie de base de la répu­blique des enfants était : les enfants ne sont pas les per­sonnes de demain, mais ce sont des per­sonnes d’aujourd’hui. Ils ont le droit d’être pris au sérieux ; d’être trai­tés par les adultes avec ten­dresse et res­pect, comme des égaux pas comme des esclaves que leurs maîtres com­mandent. On devrait lais­ser croître en eux ce pour quoi ils sont faits, quelque soit la direc­tion prise par leur désir : l’espoir du futur, pour cha­cun d’entre eux, c’est leur « per­sonne incon­nue ». » Korczak, qui se défi­nit comme « méde­cin de for­ma­tion, péda­gogue par hasard, écri­vain par amour et psy­cho­logue par néces­si­té », com­mence alors l’ébauche de la Déclaration des droits de l’enfant. Cette auto­ges­tion donne nais­sance, par exemple, à un sys­tème judi­ciaire au sein même de l’institution. Le tri­bu­nal se tient tous les same­dis matins. Les enfants élisent par­mi eux qui seront avo­cats, juge, pro­cu­reur. Devant cette cour offi­cielle recon­nue par tous, les accu­sés défilent suite à un délit et peuvent faire l’objet d’une peine. Tout un arse­nal légis­la­tif per­met de répondre aux infrac­tions du quo­ti­dien. L’originalité de ce tri­bu­nal est que les adultes peuvent être jugés comme l’a déjà été Korczak lui-même. Le rap­port adulte-enfant est ain­si réta­bli.

Korczak s’est tou­jours consi­dé­ré comme un édu­ca­teur et non pas comme un pro­fes­seur. « Un pro­fes­seur était une per­sonne payée à l’avance pour faire entrer quelque chose dans la tête de l’enfant, alors qu’un édu­ca­teur fai­sait sor­tir quelque chose de l’enfant. » Il peut appa­raître comme évident au regard de son tra­vail et de son huma­nisme que son enga­ge­ment poli­tique pen­chait à gauche. Sur ce plan aus­si, Korczak était « à la croi­sée des che­mins ». « Je res­pecte l’idée du com­mu­nisme », écrit-il « mais comme la pure eau de pluie, quand elle des­cend le long des gout­tières, elle se pol­lue. » Son ana­lyse de la situa­tion de l’époque est une pho­to­gra­phie des failles du sys­tème qui se des­sine alors : « Pendant la révo­lu­tion, comme tou­jours dans la vie, les malins et les pru­dents atteignent tou­jours les som­mets, tan­dis que les naïfs et les fidèles sont balayés. » Korczak qui lut­ta sa vie entière contre toute forme d’autoritarisme ne goûte pas au modèle révo­lu­tion­naire dont « les pro­grammes […] n’étaient pas seule­ment pha­ri­saïques au point d’être ennuyeux, ils étaient une ten­ta­tive san­gui­naire et tra­gique pour trans­for­mer et restruc­tu­rer la socié­té – un amal­game de folie, de vio­lence et d’audace qui révé­lait un mépris catas­tro­phique de la digni­té humaine. »

ghetto6

Ghetto de Varsovie (DR)

Un îlot dans le ghetto

La bar­ba­rie, Korczak et ses orphe­lins la subi­ront de plein fouet quand les nazis enva­hirent la Pologne et que l’établissement se retrou­va en plein ghet­to de Varsovie. La faim, la ver­mine et la sur­po­pu­la­tion dété­riorent les condi­tions sani­taires à une vitesse hal­lu­ci­nante. Les corps et les esprits souffrent. « C’était deux mondes dis­tincts — avant le ghet­to et après le ghet­to. Seulement une rup­ture abso­lue, sou­daine. On ne peut pas s’attendre à ce qu’un demi mil­lion de per­sonnes entas­sées les unes sur les autres dans un espace res­treint, clos de murs, mènent une vie nor­male. Au début, vous pou­viez vous sen­tir nor­mal, mais au bout d’un moment vous n’étiez plus sain d’esprit. Le ghet­to était un monde fou et nous nous com­por­tions comme des fous », témoigne Misha Wroblewski, la seule pro­fes­seure à l’orphelinat de Korczak à avoir sur­vé­cu. Tout ce contre quoi le péda­gogue avait lut­té, il le retrouve alors chaque jour sur le trot­toir. Des enfants des rues qui errent, grap­pillent ce qu’ils peuvent auprès d’adultes zom­bies. Quand un enfant pous­sait ses der­niers râles sur la chaus­sée, Korczak s’agenouillait à côté de lui. Quelques mots tendres, une caresse sur les che­veux, il l’accompagnait dans ces der­niers moments. Il eut même l’idée de conce­voir des petites caisses en bois pour que les enfants des rues passent leurs der­nières heures à l’abri. Mais cela ne sera jamais réa­li­sé. Quoiqu’il en soit, Korczak est le pre­mier à prendre en compte la mort des enfants. Il consacre d’ailleurs un article de sa décla­ra­tion des droits de l’enfant au sujet : « L’enfant a le droit de mou­rir pré­ma­tu­ré­ment » — « Le pro­fond amour de la mère pour son enfant doit lui lais­ser le droit de mou­rir pré­ma­tu­ré­ment, d’avoir un cycle de vie de un ou deux prin­temps seule­ment… Tous les arbris­seaux ne deviennent pas des arbres. » 

« La bar­ba­rie, Korczak et ses orphe­lins la subi­ront de plein fouet quand les nazis enva­hirent la Pologne et que l’établissement se retrou­va en plein ghet­to de Varsovie. »

Ses orphe­lins, Korczak ne les lais­se­ra jamais tom­ber et c’est jusqu’au bout qu’il résiste pour leur offrir le meilleur. Son prin­cipe est clair : « Comme on n’abandonne pas un enfant malade dans la nuit, on n’abandonne pas des enfants dans une époque comme celle-ci. » Ainsi, quelques jours avant l’évacuation du ghet­to, il refuse l’exil qu’on lui pro­pose. Au matin du 6 août 1942, les nazis encerclent la zone. Irena Sendlerowa qui a par­ti­ci­pé au sau­ve­tage de 2 500 enfants juifs du ghet­to, a été spec­ta­trice de cette marche vers la mort. Elle témoigne le 6 février 1997 auprès de l’Académie des Sciences2 sur ce jour funeste : « J’ai vu Korczak mar­cher avec les enfants, de l’orphelinat Dom Sierot (« Ma Maison ») vers leur mort ! Il était alors déjà très malade, mais il se tenait encore droit comme un « i », le visage impas­sible, appa­rem­ment maître de lui-même. Ouvrant ce tra­gique cor­tège, il por­tait le plus jeune enfant sur un bras et en tenait un autre par la main. Cette scène a été rap­por­tée à maintes reprises, et chaque fois d’une manière dif­fé­rente, mais il n’y a pas néces­sai­re­ment contra­dic­tion entre ces des­crip­tions : n’oublions pas que la route qui menait de l’orphelinat à la Umschlagsplatz était longue. Je les ai aper­çus lorsqu’ils tour­naient à l’angle de la rue Zelazna pour emprun­ter la rue Leszno. Les enfants étaient sur leur trente et un dans leurs beaux uni­formes de toile bleue. Le cor­tège avan­çait quatre par quatre, avec entrain, en rythme et digne­ment vers la Umschlagsplatz – vers le camp de la mort ! » Ils seront tous gazés à leur arri­vée au camp de Treblinka.

Aujourd’hui, la force du mes­sage de Janusz Korczak n’a pas bais­sé en inten­si­té. Il per­met même de mesu­rer la grande régres­sion qui s’est effec­tuée ces der­nières années en matière de droit des enfants. À l’instar du mineur délin­quant. Fin 2005, Nicolas Sarkozy pro­po­sait un « dépis­tage pré­coce des enfants pré­sen­tant des troubles du com­por­te­ment » dans son pro­jet de loi sur la pré­ven­tion de la délin­quance. Un « dépis­tage » qui sera fina­le­ment aban­don­né dans le texte défi­ni­tif en février 2007. Cette concep­tion semble pour­tant avoir impré­gné les esprits. Un sché­ma de pen­sée qui per­met d’éluder tota­le­ment la ques­tion sociale. « L’enfant délin­quant est encore un enfant… Malheureusement les souf­frances engen­drées par la pau­vre­té se pro­pagent comme des poux : sadisme, crime, gros­siè­re­té et bru­ta­li­té se nour­rissent d’elle », écri­vait encore Korczak. De son côté, le psy­chiatre Boris Cyrulnik, connu pour avoir vul­ga­ri­sé le concept de rési­lience (renaître de sa souf­france) a pour­sui­vi l’analyse de l’éducateur polo­nais : « Grâce à la tech­no­lo­gie des armes et des trans­ports, le XXe siècle a décou­vert une bar­ba­rie que ni l’Antiquité ni le Moyen Âge n’a­vait connue, la guerre contre les enfants. » Hier comme aujourd’hui, dans ces guerres contre les enfants, gar­dons à l’esprit Korczak pour qui « il est heu­reux pour le genre humain que nous soyons inca­pables de for­cer les enfants à céder aux coups por­tés à leur bon sens et à leur huma­ni­té. »


NOTES

1. Betty Jean Lifton, Janusz Korczak – Le roi des enfants, Éditions Robert Laffont, 1989. Sauf men­tion contraire, les cita­tions sont issues de cette bio­gra­phie.
2. Conférences Korczak – Janusz Korczak, Le droit de l’enfant au res­pect« J’ai vu Korczak mar­cher avec les enfants vers leur mort » – Commissaire aux droits de l’homme, Conseil de l’Europe

Nicolas Séné
Nicolas Séné

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.