Jacques Caplat : « Redonner aux sociétés les moyens de leur propre alimentation »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Nous l’a­vions enten­du sur la tri­bune impro­vi­sée au Champ-de-Mars par le col­lec­tif des Engraineurs, à l’oc­ca­sion de la marche contre Monsanto du mois de mai der­nier. Nous avions lu, chez Actes Sud, son mani­feste de 2014 : Changeons d’a­gri­cul­ture — Réussir la tran­si­tion, un plai­doyer qui venait pro­lon­ger et rendre acces­sible à tous la réflexion enga­gée dans L’agriculture bio­lo­gique pour nour­rir l’hu­ma­ni­té, paru deux ans plus tôt. Nous le savions agro­nome, fils de pay­san, long­temps ani­ma­teur à la Fédération natio­nale d’a­gri­cul­ture bio­lo­gique (où il a pris part aux négo­cia­tions des poli­tiques euro­péennes sur le sujet), enga­gé dans le Réseau semences pay­sannes ; nous l’a­vons décou­vert doc­to­rant en eth­no­lo­gie — une longue conver­sa­tion sur le Bénin, où il vécut quelques mois, nous fit oublier la cani­cule de cette après-midi pari­sienne. Nous tenions à l’in­ter­ro­ger, en fin connais­seur des enjeux ins­ti­tu­tion­nels liés à la régle­men­ta­tion agri­cole, sur les impacts poten­tiels du Grand mar­ché trans­at­lan­tique sur l’a­gri­cul­ture autant que sur l’é­pi­neuse ques­tion des OGM


Caplat portraitLe Grand mar­ché trans­at­lan­tique (GMT) appelle à une homo­gé­néi­sa­tion des normes qua­li­té entre les États signa­taires. Craignez-vous qu’il entraîne un nivel­le­ment par le bas ? Avez-vous des exemples de normes qua­li­té qui seraient en dan­ger immé­diat, dans un tel contexte ?

En matière agri­cole, le nivel­le­ment par le bas n’est pas une hypo­thèse mais un pro­jet expli­ci­te­ment reven­di­qué par cer­tains acteurs. Les États-Unis, par exemple, ont l’in­ten­tion de contes­ter les normes appli­quées en Europe en matière d’é­le­vage. Les pre­mières visées sont l’in­ter­dic­tion des hor­mones de crois­sance pour les bovins, le trai­te­ment des car­casses de volailles à l’eau chlo­rée, et les règles de bien-être ani­mal en géné­ral. Le syn­di­cat états-unien d’é­le­vage por­cin pré­voit ain­si de remettre en cause les res­tric­tions sani­taires euro­péennes en matière de confi­ne­ment des ani­maux et d’u­ti­li­sa­tion d’ad­di­tifs ali­men­taires nocifs (comme la rac­to­pa­mine, qui dope la crois­sance des porcs et qui est inter­dite en Europe du fait de sa dan­ge­ro­si­té). Un tel nivel­le­ment signi­fie non seule­ment l’ar­ri­vée d’a­li­ments de qua­li­té dou­teuse (ou pro­duits au prix de la souf­france ani­male et de la des­truc­tion de l’en­vi­ron­ne­ment), mais éga­le­ment une fra­gi­li­sa­tion des pay­sans euro­péens. Face à la concur­rence déloyale d’a­li­ments pro­duits sous des normes laxistes, l’a­gro-ali­men­taire euro­péen n’au­ra d’autre choix que de récla­mer l’a­ban­don des normes euro­péennes (pour­tant abso­lu­ment indis­pen­sables sur le plan sani­taire et envi­ron­ne­men­tal) ou de délo­ca­li­ser les pro­duc­tions dans les pays les moins exi­geants. Il en résul­te­ra une géné­ra­li­sa­tion des crises agri­coles du type de celle que connaît l’é­le­vage actuel­le­ment, avec indus­tria­li­sa­tion, des­truc­tion d’emplois et délo­ca­li­sa­tion maxi­male.

L’Organisation mon­diale du com­merce (OMC) a déjà condam­né l’Union euro­péenne à ver­ser des indem­ni­tés à Monsanto pour sa poli­tique res­tric­tive vis-à-vis des OGM. La signa­ture du GMT ferait dis­pa­raître la pos­si­bi­li­té même de telles mesures de pro­tec­tion. Quelles en seraient les consé­quences pour l’a­gri­cul­ture euro­péenne ?

« En matière agri­cole, le nivel­le­ment par le bas n’est pas une hypo­thèse mais un pro­jet expli­ci­te­ment reven­di­qué par cer­tains acteurs. »

Une auto­ri­sa­tion auto­ma­tique des OGM pour­rait conduire à un désastre. D’abord sur le plan envi­ron­ne­men­tal, avec la bana­li­sa­tion des plantes trans­gé­niques : les OGM résis­tants aux her­bi­cides conduisent à aug­men­ter l’u­sage de ces pes­ti­cides (en par­ti­cu­lier le gly­pho­sate, dont le carac­tère can­cé­ri­gène vient d’être recon­nu par les ins­tances sani­taires inter­na­tio­nales) et à ren­for­cer les méca­nismes de résis­tance chez les plantes indé­si­rables ; les trans­ferts de gènes dans la nature pour­ront avoir des consé­quences incal­cu­lables ; et cer­tains cher­cheurs nord-amé­ri­cains com­mencent même à pro­po­ser des insectes trans­gé­niques dont l’ef­fet sur la chaîne bio­lo­gique risque d’être catas­tro­phique. Ensuite, sur le plan sani­taire, avec une expo­si­tion accrue des consom­ma­teurs aux pro­duits trans­gé­niques et aux pes­ti­cides qui leurs sont liés. Enfin, sur le plan éco­no­mique, avec une accen­tua­tion dra­ma­tique de la dépen­dance des agri­cul­teurs vis-à-vis des mul­ti­na­tio­nales semen­cières et agro-indus­trielles. En par­ti­cu­lier, la géné­ra­li­sa­tion des OGM est incom­pa­tible avec le déve­lop­pe­ment de l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique, à la fois à cause de la dis­sé­mi­na­tion irré­ver­sible de gènes modi­fiés vers les cultures voi­sines et de la perte totale d’au­to­no­mie pay­sanne en matière de semences. La seule démarche semen­cière cohé­rente avec l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique ou l’a­groé­co­lo­gie est celle qui recrée une co-évo­lu­tion entre plantes agri­coles, envi­ron­ne­ment et pra­tiques pay­sannes. Étant à l’exact oppo­sé de cette démarche, les OGM bafouent les fon­de­ments de l’a­groé­co­lo­gie et entravent le déve­lop­pe­ment de la bio­sphère. Or, l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique est plé­bis­ci­tée par les citoyens euro­péens. De ce point de vue, le trai­té trans­at­lan­tique condui­rait à un véri­table « coup de force » anti­dé­mo­cra­tique, impo­sant aux consom­ma­teurs euro­péens un modèle agri­cole dont ils ne veulent pas et, pire, ren­dant impos­sible l’é­vo­lu­tion agri­cole sou­hai­tée par l’im­mense majo­ri­té.

Quels sont les types de mobi­li­sa­tion les plus effi­caces pour résis­ter à la force de frappe des entre­prises trans­na­tio­nales mues par des inté­rêts exclu­si­ve­ment éco­no­miques ? Peut-il exis­ter un « lob­bying » citoyen et posi­tif, suf­fi­sam­ment struc­tu­ré pour for­cer la porte des négo­cia­tions ?

Ce lob­bying citoyen peut exis­ter et être effi­cace ! La mobi­li­sa­tion en France contre les OGM l’a démon­tré : en 2008, un gou­ver­ne­ment et un pré­sident réso­lu­ment pro-OGM ont inter­dit la culture d’OGM sur notre ter­ri­toire. C’était le résul­tat d’une mobi­li­sa­tion mul­ti­forme, incluant des actions de résis­tance civile (les fau­chages), des mani­fes­ta­tions, des expli­ca­tions scien­ti­fiques (rap­pe­lons que les cher­cheurs en géné­tique fon­da­men­tale sont dans leur grande majo­ri­té hos­tile aux cultures OGM), des articles dans la presse et sur Internet, des son­dages édi­fiants prou­vant que 80 % des Français ne veulent pas de cultures trans­gé­niques, des péti­tions, des chaînes sur les réseaux sociaux, etc. Au fil des années, le signal est deve­nu de plus en plus clair et ferme ; même un gou­ver­ne­ment pro-OGM a fini par être obli­gé de l’é­cou­ter. La mobi­li­sa­tion citoyenne ne passe plus par les seules mani­fes­ta­tions ou péti­tions – ce qui ne veut pas dire que ces der­nières soient inutiles, car elles contri­buent à la prise de conscience et à l’ex­pres­sion col­lec­tive. Je suis convain­cu que le « contre­poids » citoyen passe aujourd’­hui par la com­bi­nai­son de plu­sieurs outils, notam­ment Internet en géné­ral et les réseaux sociaux en par­ti­cu­lier. Mais ces der­niers ne sont effi­caces que s’ils sont nour­ris par des asso­cia­tions et des scien­ti­fiques res­pon­sables, et s’ils se com­binent avec des formes plus clas­siques. Quoi qu’il en soit, la mobi­li­sa­tion citoyenne ne peut plus être cen­tra­li­sée et ciblée, elle doit apprendre à « mettre en cohé­rence » des modes d’ac­tion très diver­si­fiés… et des acteurs nom­breux. Ce der­nier point est actuel­le­ment le plus dif­fi­cile à gérer, car il sup­pose un dépas­se­ment des modes d’or­ga­ni­sa­tion actuels et l’ac­cep­ta­tion par les asso­cia­tions de par­ta­ger leurs actions et de ne plus contrô­ler l’en­semble d’une cam­pagne. Les syn­di­cats agri­coles eux-mêmes doivent apprendre à co-éla­bo­rer leur pro­jet avec les citoyens et à faire des conces­sions.

Par J. Messina, Environmental Protection Agency, 1972.

L’un des argu­ments récur­rents des par­ti­sans des OGM, comme de ceux du libre-échange inté­gral, ren­voie à l’a­mé­lio­ra­tion de la situa­tion des pays les plus défa­vo­ri­sés d’un point de vue agri­cole, ou même en déve­lop­pe­ment, au-delà de l’Europe. Or, dans Changeons d’a­gri­cul­ture, vous dites par exemple qu’« il est par­fai­te­ment pos­sible de nour­rir 12 mil­liards d’hu­mains avec l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique, sans défri­cher un seul hec­tare sup­plé­men­taire et même au contraire en recons­ti­tuant des éco­sys­tèmes dégra­dés ». Pouvez-vous nous expli­quer de quelle façon est-il pos­sible d’a­mé­lio­rer dras­ti­que­ment la pro­duc­ti­vi­té d’une exploi­ta­tion, voire de par­ti­ci­per à une sor­tie de la pau­vre­té, sans pour autant en pas­ser par les OGM ou l’agriculture indus­trielle ?

Il faut d’a­bord com­prendre que le modèle agri­cole actuel, que je désigne comme « l’a­gri­cul­ture conven­tion­nelle » (c’est l’a­gri­cul­ture qui fait conven­tion dans les ins­tances inter­na­tio­nales… et cela évite des qua­li­fi­ca­tifs tou­jours limi­tés, voire trom­peurs : elle n’est pas tou­jours inten­sive, elle n’est pas seule­ment indus­trielle ou chi­mique), ne peut abso­lu­ment pas nour­rir le monde à long terme. Cette agri­cul­ture est basée sur une sélec­tion intel­lec­tuelle et « hors-sol » des plantes et des ani­maux, qui conduit ensuite à arti­fi­cia­li­ser les milieux à coup d’en­grais chi­miques, de pes­ti­cides ou d’an­ti­bio­tiques, et qui oblige les agri­cul­teurs à deve­nir dépen­dants d’un sys­tème agro-indus­triel de plus en plus cynique. Contrairement à ce qu’af­firment cer­tains agro­nomes foca­li­sés sur des expé­ri­men­ta­tions conduites dans des condi­tions arti­fi­cielles et théo­riques, ce modèle conven­tion­nel n’est pas per­for­mant. Ces agro­nomes et ces indus­triels ne consi­dèrent que des résul­tats ponc­tuels dans des par­celles contrô­lées – selon leurs normes arti­fi­cielles. Il n’est pour­tant pas com­pli­qué de mesu­rer les ren­de­ments réels dans les fermes réelles à tra­vers le monde ! Cette mesure de la réa­li­té, qui intègre par néces­si­té l’ef­fet de la durée (suc­ces­sion des cultures) et de l’en­vi­ron­ne­ment, démontre qu’au­jourd’­hui, dans les pays non-tem­pé­rés, les ren­de­ments de l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique sont supé­rieurs aux ren­de­ments de l’a­gri­cul­ture conven­tion­nelle. Ainsi, en Inde, les agro­nomes conven­tion­nels affirment, sur la base de leurs par­celles expé­ri­men­tales, que leur modèle per­met des ren­de­ments de riz de 10 tonnes par hec­tare et par an, ce qui serait le double des 5 tonnes obte­nues par l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique. C’est tout sim­ple­ment faux. La mesure des vrais champs dans les vraies fermes (et sur le long terme, alors que les agro­nomes en ques­tion ne prennent en compte que les « bonnes années ») prouve que les ren­de­ments du riz conven­tion­nel en Inde ne sont que de 3 à 4 tonnes par hec­tare et par an en moyenne plu­ri­an­nuelle. Autrement dit, les 5 tonnes du riz bio­lo­gique, qui sont éga­le­ment consta­tées sur le ter­rain, leur sont supé­rieures.

« Le modèle agri­cole actuel ne peut abso­lu­ment pas nour­rir le monde à long terme. Cette agri­cul­ture est basée sur une sélec­tion intel­lec­tuelle et « hors-sol » des plantes et des ani­maux. »

La situa­tion est plus com­plexe en Europe. Chez nous, les règles sur l’a­chat des semences, la fis­ca­li­té du tra­vail, l’ab­sence de tech­niques ances­trales en matière d’agro­fo­res­te­rie ou de cultures asso­ciées (et la fai­blesse des fonds de recherche dédiés à la bio), les aides de la Politique agri­cole com­mune (PAC), etc., créent une ter­rible dis­tor­sion de concur­rence au détri­ment de l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique. Pourtant, même dans notre situa­tion qui est « la plus défa­vo­rable à la bio », il est pos­sible de mon­trer la supé­rio­ri­té des tech­niques bio­lo­giques. Ainsi, en Languedoc-Roussillon, Pascal Poot, un maraî­cher ins­tal­lé sur des terres caillou­teuses et arides, par­vient à obte­nir sans aucune irri­ga­tion des ren­de­ments de 15 kilos par pied de tomate ou d’au­ber­gine, ce qui a même conduit l’INRA (l’Institut natio­nal de la recherche agro­no­mique) à s’y inté­res­ser de près ! Ses « outils » sont à l’exact oppo­sé de l’a­gri­cul­ture conven­tion­nelle ou des OGM. D’abord, Pascal pra­tique une sélec­tion adap­ta­tive à long terme. Cela signi­fie non seule­ment qu’il adapte ses plantes à son milieu (ce qui est le contraire abso­lu des OGM, qui sont for­cé­ment stan­dar­di­sés et qui obligent à adap­ter le milieu aux plantes), mais qu’il le fait en accep­tant d’a­voir une ou deux géné­ra­tions moins pro­duc­tives. Il prend ain­si le contre-pied de la sélec­tion clas­sique, qui sélec­tionne à chaque géné­ra­tion les plantes les plus pro­duc­tives. Ici, accep­ter d’a­voir une ou deux géné­ra­tions peu per­for­mantes per­met à la lignée de s’a­dap­ter au sol et à la séche­resse… et d’ob­te­nir ensuite des plantes bien plus per­for­mantes que celles de la sélec­tion conven­tion­nelle. Ensuite, Pascal a amé­lio­ré la fer­ti­li­té bio­lo­gique de ses sols en sti­mu­lant leur vie micro­bienne et en consti­tuant une myco­rhize dense. La myco­rhize est une sym­biose entre les racines des plantes et les mycé­liums des micro-cham­pi­gnons du sol. Elle s’or­ga­nise géné­ra­le­ment autour des arbres, et per­met de mul­ti­plier par 10 la sur­face d’ab­sorp­tion raci­naire et la force de pom­page de l’eau inter­sti­tielle du sol. Bien évi­dem­ment, la mise en place de cette sym­biose impose de pré­ser­ver les micro-cham­pi­gnons, et donc de pros­crire tout usage de fon­gi­cides ! Plus glo­ba­le­ment, Pascal pra­tique l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique dans sa forme la plus exi­geante, ce qui lui a per­mis de ces­ser de détruire la vie de ses sols (que les pes­ti­cides affai­blissent voire ravagent), et il a enri­chi sa terre en matière orga­nique. Il opti­mise les arbres au lieu de les détruire, pra­ti­quant ce que l’on appelle « l’a­gro­fo­res­te­rie ». Ce genre de tech­niques, com­bi­nant une sélec­tion pay­sanne des plantes et les pra­tiques de l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique (notam­ment l’as­so­cia­tion de plu­sieurs cultures sur la même par­celle), est par­ti­cu­liè­re­ment effi­cace dans les pays non-tem­pé­rés. De nom­breuses asso­cia­tions, comme AgriSud, AVSF (Agronomes et vété­ri­naires sans fron­tières) ou les centres d’a­groé­co­lo­gie ins­pi­rés par Pierre Rabhi, le prouvent quo­ti­dien­ne­ment et redonnent à des com­mu­nau­tés pay­sannes les moyens de leur déve­lop­pe­ment.

Quelle est pour vous l’é­chelle idéale pour le trai­te­ment des ques­tions rela­tives à l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique : est-ce encore un sujet local, natio­nal, ou bien un sujet confé­dé­ral (qui regarde des orga­ni­sa­tions inter-éta­tiques régio­nales) et mon­dial ? Faut-il plus ou moins de sou­ve­rai­ne­té ? Et de coor­di­na­tion inter­na­tio­nale ?

« Les objec­tifs et les moyens doivent être éla­bo­rés à des échelles natio­nales (voire inter­na­tio­nales), tan­dis que les moda­li­tés d’ap­pli­ca­tion peuvent être adap­tées à chaque échelle locale. »

D’un point de vue concret, la ques­tion agri­cole doit être trai­tée à par­tir des réa­li­tés agro­no­miques locales. Aucun « modèle » ne peut être trans­po­sé dans l’en­semble des ter­ri­toires — et c’est d’ailleurs pour cela que l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique se veut d’a­bord une démarche. La sélec­tion adap­ta­tive, la prise en compte des fonc­tion­ne­ments sociaux (notam­ment les rôles des femmes), le choix de plantes capables de se com­bi­ner avan­ta­geu­se­ment, la meilleure manière d’en­ri­chir la fer­ti­li­té bio­lo­gique des sols, l’op­ti­mi­sa­tion des éco­sys­tèmes : tous ces aspects n’ont de sens que dans une ges­tion locale. Mais les poli­tiques de déve­lop­pe­ment ne relèvent pas que de la tech­nique ! Par défi­ni­tion, elles s’in­sèrent dans les dyna­miques ins­ti­tu­tion­nelles et éco­no­miques. Or, l’é­chelle de ces der­nières est natio­nale, voire confé­dé­rale ou mon­diale. Le déve­lop­pe­ment de l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique, par exemple, néces­site que les agri­cul­teurs puissent dis­po­ser d’une visi­bi­li­té à moyen terme sur les aides allouées (com­pa­ra­ti­ve­ment aux aides sou­vent déloyales de la PAC) et sur l’or­ga­ni­sa­tion des mar­chés, et d’un cadre ins­ti­tu­tion­nel stable. Dans l’é­tat actuel des ins­ti­tu­tions et de la gou­ver­nance agri­coles, où le syn­di­cat majo­ri­taire pro­duc­ti­viste et indus­triel règne en maître dans les orga­ni­sa­tions dépar­te­men­tales et régio­nales, et où il exerce une pres­sion à la limite du har­cè­le­ment à l’é­gard des élus ter­ri­to­riaux, aucune poli­tique agri­cole réfor­miste n’est viable si elle est lais­sée à l’ar­bi­traire local. Seules les échelles natio­nale et euro­péenne per­mettent aux citoyens de faire entendre leur voix et de s’ex­traire du cli­mat mal­sain que fait régner l’a­gro-indus­trie sur le ter­rain. Dans un monde idéal, le « bien com­mun » qu’est l’a­gri­cul­ture devrait pou­voir se gérer à l’é­chelle locale ; et les poli­tiques de déve­lop­pe­ment doivent viser à redon­ner aux com­mu­nau­tés pay­sannes les moyens de défi­nir elles-mêmes leurs objec­tifs et d’a­dap­ter leurs pra­tiques sans être for­ma­tées par l’a­gro-indus­trie. Dans le monde actuel, où les mul­ti­na­tio­nales et les syn­di­cats agro-indus­triels acca­parent les pou­voirs locaux et empêchent toute évo­lu­tion vers d’autres démarches agri­coles, les échelles natio­nales et supra­na­tio­nales sont incon­tour­nables pour agir et struc­tu­rer des alter­na­tives. Et, quoi qu’il en soit, l’or­ga­ni­sa­tion des filières ne peut pas se limi­ter au local : dans un monde de plus en plus urbain, les filières « longues » sont une réa­li­té qui impose des stra­té­gies natio­nales et inter­na­tio­nales. Je résu­me­rais en disant que les objec­tifs et les moyens doivent être éla­bo­rés à des échelles natio­nales (voire inter­na­tio­nales), tan­dis que les moda­li­tés d’ap­pli­ca­tion peuvent être adap­tées à chaque échelle locale – à condi­tion que ces adap­ta­tions ne per­mettent en aucun cas de remettre en cause l’ob­jec­tif.

Agriculture inten­sive, DR.

N’y a‑t-il pas un para­doxe dans le fait d’établir des normes au niveau euro­péen afin de se défendre contre les pro­duits, notam­ment étran­gers, de mau­vaise qua­li­té et le fait que cer­taines de ces normes sont aus­si une par­tie du pro­blème pour l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique – comme, par exemple, celle qui a inter­dit à l’as­so­cia­tion Kokopeli de com­mer­cia­li­ser cer­taines graines de varié­tés anciennes ?

Je n’y vois pas néces­sai­re­ment de para­doxe, car il ne faut pas confondre l’ou­til et son usage ! L’outil « norme » reste par­fai­te­ment indis­pen­sable, car il est le seul garant de la prise en compte de l’in­té­rêt col­lec­tif et des exter­na­li­tés envi­ron­ne­men­tales. La loi du mar­ché ne peut, par défi­ni­tion, pas inté­grer le long terme ni les pol­lu­tions. Les normes euro­péennes sur les OGM, les pra­tiques d’é­le­vage, les pro­duits de trai­te­ment, etc., sont une abso­lue néces­si­té pour que la conscience col­lec­tive (la démo­cra­tie) contrôle les pra­tiques égoïstes indi­vi­duelles, poten­tiel­le­ment dan­ge­reuses, voire dra­ma­tiques. Je parle ici de conscience plu­tôt que d’in­té­rêt col­lec­tif, même si la plu­part des acteurs réduisent la démo­cra­tie à cette dimen­sion : au-delà des rai­sons « objec­tives » en matière de san­té publique, ces normes relèvent éga­le­ment d’une dimen­sion éthique et d’une onto­lo­gie (d’un rap­port au monde) qui sont tout autant légi­times et indis­pen­sables que le seul « inté­rêt à long terme ». Même les grands pen­seurs liber­taires ne font pas l’im­passe sur ces régu­la­tions col­lec­tives, qui sont au fon­de­ment de toute socié­té humaine. Il se trouve, bien sûr, que ces normes sont le résul­tat de com­pro­mis, de lob­bying, de trac­ta­tions par­fois dou­teuses, d’i­déo­lo­gies poli­tiques, etc. Elles sont aus­si le résul­tat d’une his­toire que l’on oublie tou­jours de revi­si­ter : ain­si, cer­taines normes en matière de semences sont légi­times (garan­tir à l’a­che­teur que les graines ger­me­ront et cor­res­pon­dront à la plante ache­tée), tan­dis que d’autres, qui ont été mises en place en paral­lèle pour des rai­sons his­to­riques, n’ont plus aucune jus­ti­fi­ca­tion sérieuse dans le monde actuel (l’o­bli­ga­tion pour un agri­cul­teur de recou­rir à des varié­tés ins­crites sur un cata­logue nor­mé, inadap­té pour l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique, notam­ment). Il est éga­le­ment impor­tant de ques­tion­ner le cadre de pen­sée, sou­vent uti­li­sé méca­ni­que­ment. Il n’y a rien d’a­nor­mal à ce que le com­merce des semences, qu’il s’a­gisse ou non de varié­tés anciennes, fasse l’ob­jet d’une régu­la­tion col­lec­tive pour évi­ter les escro­que­ries ou les mani­pu­la­tions (sans régu­la­tion, il serait impos­sible d’in­ter­dire les OGM !). En revanche, la ques­tion à poser est celle de la forme de cette régu­la­tion (com­ment faci­li­ter le tra­vail des semen­ciers arti­sa­naux qui gèrent de nom­breuses varié­tés en petite quan­ti­té ?) et celle des échanges gra­tuits de gré à gré. Ce qui est scan­da­leux, c’est sur­tout que les échanges gra­tuits de petites quan­ti­tés de semences ne soient pas auto­ri­sés : ici, la régu­la­tion est tacite et directe, sans tran­sac­tion finan­cière, et ne devrait pas rele­ver d’in­ter­dic­tions régle­men­taires (autre que le res­pect élé­men­taire des règles sani­taires).

En défi­ni­tive, le GMT n’in­ter­vient pas en ter­rain vierge : depuis des années, poli­tiques com­mer­ciales et agri­coles sont sans cesse en « col­li­sion » poten­tielle, puisque les objec­tifs de l’une et de l’autre ne sont ni par­ta­gés, ni hié­rar­chi­sés. Comment conce­vez-vous l’ar­ti­cu­la­tion des deux ? Peut-on échan­ger plus et mieux tout en main­te­nant ou en ins­tau­rant des normes de qua­li­té suf­fi­sante ? Quelles pos­sibles garan­ties ins­ti­tu­tion­nelles de cette com­pa­ti­bi­li­té entre des objec­tifs appa­rem­ment diver­gents (le plus bas prix ver­sus la plus haute qua­li­té) ?

Il n’existe pas d’in­com­pa­ti­bi­li­té « par essence » entre des prix ali­men­taires bas et la qua­li­té envi­ron­ne­men­tale, sani­taire et sociale. L’actuelle contra­dic­tion entre les deux pro­vient d’une sédi­men­ta­tion de poli­tiques publiques, elle est le fruit d’une his­toire que l’on omet de revi­si­ter. Dès lors qu’il existe une orga­ni­sa­tion sociale (ce qui est une pré­cau­tion rhé­to­rique : l’ap­pa­ri­tion même d’ho­mo sapiens pré­sup­po­sait une orga­ni­sa­tion sociale, elle est donc intrin­sèque à l’hu­ma­ni­té), il existe des choix col­lec­tifs, qui créent des dis­tor­sions de concur­rence. La « loi de l’offre et de la demande » n’existe que dans les livres, ou à la rigueur dans des socié­tés fer­mées basées sur le troc à très courte dis­tance. Le moindre « échange au loin », la moindre orga­ni­sa­tion éco­no­mique, implique l’in­tro­duc­tion d’in­té­rêts indi­vi­duels et col­lec­tifs. C’est logique, nor­mal et inévi­table. Ces inté­rêts et ces dis­tor­sions peuvent être égoïstes (acteurs éco­no­miques qui cherchent à aug­men­ter leurs béné­fices) ou altruistes (poli­tiques publiques des­ti­nées à régu­ler ou sou­te­nir les échanges dans l’in­té­rêt com­mun).

« Il n’existe pas d’in­com­pa­ti­bi­li­té « par essence » entre des prix ali­men­taires bas et la qua­li­té envi­ron­ne­men­tale, sani­taire et sociale. »

J’insiste sur ce point : la régu­la­tion de l’a­gri­cul­ture (et des échanges en géné­ral) a tou­jours exis­té, même si elle n’est pas direc­te­ment visible. Lorsque l’Empire romain entre­te­nait des routes pavées, il créait une dis­tor­sion de concur­rence (finan­cée par l’im­pôt pour l’en­tre­tien des routes) au béné­fice des échanges agri­coles par chars-à-bœufs. Lorsque la Politique agri­cole com­mune finance les céréa­liers, elle crée une dis­tor­sion de concur­rence au béné­fice de l’a­gri­cul­ture conven­tion­nelle basée sur des cultures pures et la concen­tra­tion des terres. Lorsque la fis­ca­li­té sociale pèse sur le Travail et non pas sur le Capital, elle crée une dis­tor­sion de concur­rence au béné­fice de la méca­ni­sa­tion… qui contri­bue donc à l’aug­men­ta­tion du chô­mage. Les pro­duc­tions agri­coles pol­luantes (éle­vage hors-sol, céréales indus­trielles, etc.) ne sont pas réel­le­ment moins chères que l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique — bien au contraire. Même en lais­sant de côté les coûts médi­caux (sans doute consi­dé­rables) liés aux pol­lu­tions géné­ra­li­sées de l’air, de l’eau et des éco­sys­tèmes, il suf­fit de prendre en compte les coûts de trai­te­ment de l’eau pour démon­trer… que l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique coûte moins cher que l’a­gri­cul­ture conven­tion­nelle ! Un rap­port du Commissariat géné­ral au déve­lop­pe­ment durable, fin 2011, a éta­bli que les coûts de dépol­lu­tion des eaux dus aux seules pol­lu­tions agri­coles (en ciblant stric­te­ment cette dimen­sion agri­cole) sont supé­rieurs à 800 euros par hec­tare dans les zones d’a­li­men­ta­tion de cap­tage, qui concernent l’es­sen­tiel des espaces agri­coles fran­çais. Or, si les agri­cul­teurs rece­vaient 800 euros par hec­tare pour pro­duire en agri­cul­ture bio­lo­gique, les ali­ments bio pour­raient être ven­dus à un prix infé­rieur à celui des pro­duits les plus bas de gamme des maga­sins de dis­count… Le prix appa­rent de l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique est dû au fait que cette pro­duc­tion souffre de dis­tor­sions de concur­rence déloyale. Le fait que les prix de dépol­lu­tion de l’eau engen­drés par l’a­gri­cul­ture conven­tion­nelle ne soient pas comp­ta­bi­li­sés dans le prix de vente des ali­ments est un choix poli­tique, qui crée une dis­tor­sion de concur­rence. Le fait qu’une agri­cul­ture à forte main-d’œuvre comme l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique soit défa­vo­ri­sée par l’as­siette actuelle de la fis­ca­li­té sociale crée une autre dis­tor­sion de concur­rence. Etc.

(DR)

Je ne vou­drais pas lais­ser pen­ser qu’il y aurait ici un machia­vé­lisme d’État ou un contrôle des poli­tiques par un groupe de mani­pu­la­teurs. Les dis­tor­sions de concur­rences sont inévi­tables et néces­saires… à condi­tion qu’elles soient conçues pour le bien com­mun et qu’elles soient révi­sées lorsque le contexte évo­lue. Le pro­blème de notre agri­cul­ture est que ces dis­po­si­tifs ont été éta­blis dans un contexte où ils sem­blaient logiques (l’a­près-guerre, quand la main-d’œuvre man­quait, quand l’éner­gie sem­blait abon­dante, quand les infra­struc­tures étaient finan­cées par le méca­nisme glo­bal de recons­truc­tion), et qu’ils sont deve­nus inadap­tés et scan­da­leux — voire cri­mi­nels, dans le contexte actuel. Il est par­fai­te­ment pos­sible d’é­la­bo­rer des sys­tèmes ali­men­taires mon­diaux, avec des échanges de den­rées, en construi­sant d’autres sché­mas d’in­té­rêt col­lec­tif, pre­nant en compte l’en­vi­ron­ne­ment, l’ef­fet de serre, l’au­to­no­mie des socié­tés pay­sannes, l’emploi, etc. Mais cela demande un cou­rage poli­tique et, avant tout, une remise à plat lucide et sans conces­sions des pesan­teurs his­to­riques des poli­tiques actuelles. Quoi qu’il en soit, le temps de la glo­ri­fi­ca­tion de l’é­change « pour l’é­change » est révo­lu. Les filières de demain devront retrou­ver un lien ter­ri­to­rial, car c’est à l’é­chelle des ter­ri­toires que se gère l’in­te­rac­tion avec l’en­vi­ron­ne­ment… et la prise en compte des attentes sociales. Des échanges inter­na­tio­naux ou à longue dis­tance res­te­ront néces­saires (pour les grandes villes) et utiles (pour les den­rées dont la pro­duc­tion est loca­li­sée, tel le cacao qu’il est impos­sible de culti­ver en France), mais ils devront être cir­cons­crits et ne pour­ront plus être un but en soi. Je ne pense pas qu’il soit néces­saire, et encore moins sou­hai­table, d’é­chan­ger « plus » de pro­duits agri­coles à l’é­chelle inter­na­tio­nale. Il faut au contraire redon­ner aux socié­tés les moyens de leur propre ali­men­ta­tion (moyen­nant, le cas échéant, des cir­cuits régio­naux), et recen­trer les échanges longue dis­tance sur des pro­duits de pre­mière néces­si­té (aide d’ur­gence) ou de valo­ri­sa­tion mutuelle (cacao ou café dans le cadre d’un com­merce équi­table et d’une pro­duc­tion bio­lo­gique, en asso­cia­tion avec des cultures vivrières).


REBONDS 

☰ Lire notre entre­tien avec Paul Ariès, « La poli­tique des grandes ques­tions abs­traites, c’est celle des domi­nants », mars 2015

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.
Nous déménageons notre site ! Les commandes et abonnements sont temporairement indisponibles, nos articles restent accessibles.
+