Guatemala : la guerre des classes n’a pas eu lieu


Texte inédit pour le site de Ballast

Malgré quatre mois de grandes mani­fes­ta­tions heb­do­ma­daires exi­geant la démis­sion du pré­sident, la crise poli­tique qui a eu lieu au Guatemala est res­tée rela­ti­ve­ment dis­crète dans les médias fran­çais, peu inté­res­sés par l’Amérique cen­trale. Alors que le pays vient de se don­ner un nou­veau pré­sident, des leçons poli­tiques qui montrent les limites du mou­ve­ment sont à en tirer. Souveraineté natio­nale limi­tée par les inté­rêts géos­tra­té­giques et éco­no­miques des États-Unis, sou­ve­rai­ne­té popu­laire tolé­rée aus­si long­temps que les inté­rêts de l’o­li­gar­chie ne sont pas mena­cés. Le constat est-il celui de l’é­chec à conver­tir un mou­ve­ment d’Indignés en lutte de classes ? Ou ce qu’a semé le mou­ve­ment annonce-t-il la démo­cra­ti­sa­tion de ce pays rava­gé de cor­rup­tion et d’i­né­ga­li­tés ? ☰ Par Mikaël Faujour


PORTRAIT3 juin 2015, Guatemala-Ville. Depuis le podium pré­si­den­tiel, l’am­bas­sa­deur des États-Unis Todd Robinson annonce l’ap­pui de son pays au pré­sident de la République du Guatemala, Otto Pérez Molina. À la droite du diplo­mate, l’an­cien géné­ral, contrit, se tient comme un élève puni. Débordé par une crise poli­tique où son par­ti (le Parti patriote, fon­dé en 2001), son gou­ver­ne­ment et de nom­breux proches font nau­frage à la suite d’une série de scan­dales de cor­rup­tion. Il ne doit son salut qu’au sou­tien des États-Unis et de l’o­li­gar­chie, tan­dis que les mani­fes­ta­tions popu­laires, sans pré­cé­dent depuis 1944, réclament sa démis­sion depuis le mois d’a­vril. Trois mois plus tard, à quelques jours du pre­mier tour de l’é­lec­tion pré­si­den­tielle et après que son impli­ca­tion dans une affaire majeure de fraude fis­cale a été ren­due publique, il finit par démis­sion­ner le 2 sep­tembre – lâché et même pous­sé vers la sor­tie par l’o­li­gar­chie. À pre­mière vue, l’im­mense mobi­li­sa­tion popu­laire, qui n’a pas désem­pa­ré pen­dant plus de quatre mois, a eu rai­son de l’ex-mili­taire et de nom­breux hauts fonc­tion­naires pré­da­teurs et cor­rom­pus, ren­voyés devant la jus­tice. Mais, au-delà du mou­ve­ment popu­laire qui a réel­le­ment fait bou­ger les choses, et alors que le pays vient de se don­ner un nou­veau pré­sident, un exa­men de la situa­tion per­met de com­prendre les enjeux poli­tiques de cette crise.

Le cloaque de la corruption mis à jour

Début mars, le vice-pré­sident état­su­nien Joseph Biden est en visite à Guatemala-Ville. Venu débattre de sécu­ri­té et de la ques­tion migra­toire (enjeux poli­tiques majeurs dans la région et aux États-Unis), il insiste sur l’ur­gence et la prio­ri­té de la lutte contre la cor­rup­tion dans les pays concer­nés : le Guatemala, le Salvador et le Honduras. Ces ques­tions sont arti­cu­lées au pro­jet de déploie­ment du Plan Alliance pour la pros­pé­ri­té dans le tri­angle Nord1 (PAPTN), dont l’ob­jec­tif annon­cé est de créer des oppor­tu­ni­tés éco­no­miques, donc d’emploi, afin d’a­moin­drir les mas­sives migra­tions de la misère en y appor­tant une solu­tion à la racine. Les États-Unis doivent contri­buer finan­ciè­re­ment à ce plan à hau­teur d’un mil­liard de dol­lars2. Or, explique M. Biden, cette par­ti­ci­pa­tion, qui doit être déci­dée au Congrès lors du vote bud­gé­taire pour l’an­née 2016, est condi­tion­née à la lutte contre la cor­rup­tion sys­té­mique qui carac­té­rise le pays. Implicitement, ce que demande le vice-pré­sident est la pro­ro­ga­tion du man­dat de la Commission inter­na­tio­nale contre la cor­rup­tion et l’im­pu­ni­té au Guatemala (Cicig).

« L’immense mobi­li­sa­tion popu­laire a eu rai­son de l’ex-mili­taire et de nom­breux hauts fonc­tion­naires pré­da­teurs et cor­rom­pus. »

En place depuis fin 2006 sous égide des Nations unies, celle-ci avait déjà révé­lé de nom­breuses affaires3, se mon­trant par­ti­cu­liè­re­ment déran­geante pour la classe poli­tique et la bureau­cra­tie. S’il main­tient d’a­bord le refus expri­mé dès le début de sa pré­si­dence en 2012, M. Pérez Molina se trouve pour­tant for­cé à décla­rer le 23 avril la pro­lon­ga­tion du man­dat de l’or­ga­ni­sa­tion. C’est que, entre-temps, fait déci­sif, la Cicig a déclen­ché un scan­dale d’en­ver­gure. Le 16 avril 2015, vingt-quatre per­sonnes liées à un réseau de détour­ne­ment de taxes doua­nières sont arrê­tées, dont le direc­teur géné­ral du Trésor public4 et son pré­dé­ces­seur. Depuis mai 2014, la struc­ture fai­sait l’ob­jet d’une enquête de la part de la Cicig. Nommée la Línea (« la Ligne »), ses ori­gines remontent à la fin des années 1970, lors­qu’elle ser­vait clan­des­ti­ne­ment à finan­cer la contre-insur­rec­tion. Elle avait déjà été par­tiel­le­ment déman­te­lée en 19965. Enfui et pla­cé sous man­dat d’ar­rêt inter­na­tio­nal par Interpol, le coor­di­na­teur du réseau est Juan Carlos Monzón Rojas6, Secrétaire pri­vé de la vice-pré­si­dente Roxana Baldetti Elías, qui l’au­rait elle-même super­vi­sé.

Emportés par la foule, fonctionnaires ripoux et ministres corrompus

Le scan­dale met le feu aux poudres : un appel spon­ta­né est émis sur Facebook pour pro­tes­ter publi­que­ment et, le same­di 25 avril, ce sont plus de 30 000 per­sonnes qui rem­plissent la place de la Constitution dans la capi­tale, et d’autres places du pays. Un fait raris­sime dans son his­toire, cou­tu­mière de l’au­to­ri­ta­risme. Sous pres­sion conjointe des mani­fes­ta­tions popu­laires, de l’or­ga­ni­sa­tion patro­nale de l’o­li­gar­chie (Cacif7) et de l’am­bas­sade état­su­nienne, le Président annonce lui-même la démis­sion de la vice-pré­si­dente le 8 mai. Ce même jour, le minis­tère public et la Cicig font connaître le déman­tè­le­ment d’un réseau d’a­vo­cats dédié à la cor­rup­tion de juges. Au mois de mai, de nom­breux membres du gou­ver­ne­ment démis­sionnent ou sont ren­voyés. Parmi les plus mar­quants, le ministre de l’Intérieur et ex-lieu­te­nant-colo­nel Mauricio López Bonilla, le ministre des Mines et de l’Énergie Érick Archila8 et la ministre de l’Environnement Michelle Martínez, tous bai­gnant dans des affaires de pots-de-vin et de cor­rup­tion. À tous ces « déchus », s’a­joute aus­si Luis Mendizábal9, acteur majeur de la Línea, lui aus­si en cavale et sous man­dat d’ar­rêt Interpol depuis le 18 mai. Personnalité de l’ombre, l’homme est symp­to­ma­tique de l’ar­bo­res­cence mise à jour par la Cicig, tant ses liens avec l’o­li­gar­chie, les par­tis – auto­ri­taires – de pou­voir au Salvador et au Guatemala, mili­taires et esca­drons de la mort, sont repré­sen­ta­tifs des enjeux internes de la crise poli­tique.

BANDEAU1

À gauche, Otto Pérez Molina, à la tri­bune Todd Robinson – © Jesús Alfonso/Soy502

Des liens qu’in­carne tout autant Francisco Palomo Tejeda, avo­cat de l’o­li­gar­chie et du géno­ci­daire Efraín Ríos Montt, ancien magis­trat de la Cour consti­tu­tion­nelle, ex-dépu­té du Parlement centre-amé­ri­cain et homme de réseaux de pou­voir éco­no­mique et poli­tique, assas­si­né dans la capi­tale le 3 juin. Dans le contexte d’a­gi­ta­tion poli­tique et d’aug­men­ta­tion signi­fi­ca­tive du nombre d’ho­mi­cides, il pour­rait avoir fait les frais d’un règle­ment de comptes interne à l’é­lite. Le 20 mai, c’est un scan­dale de pots-de-vin concer­nant l’Institut gua­té­mal­tèque de sécu­ri­té sociale (IGSS)10 qui conduit à l’ar­res­ta­tion de seize membres du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion. Parmi eux, son pré­sident, Juan de Dios Rodríguez (par ailleurs ex-secré­taire pri­vé du pré­sident Pérez Molina), le direc­teur géné­ral de la Banque cen­trale, Julio Roberto Suárez Guerra, ain­si que le repré­sen­tant du Cacif auprès du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion, Max Quirín Schöder11.

Accusé d’as­so­cia­tion illé­gale, tra­fic d’in­fluence et encais­se­ment illé­gal de com­mis­sions, un autre impli­qué se dis­tingue : Otto Molina Stalling, fils de la pré­si­dente de la Chambre pénale de la Cour suprême de jus­tice (CSJ), Blanca Stalling, elle-même par ailleurs men­tion­née dans des enre­gis­tre­ments liés à l’af­faire la Línea. En outre, les affaires de gros sous à la racine de ce scan­dale ont cau­sé la mort d’une quin­zaine de patients. Et les affaires qui nour­rissent le feu de la contes­ta­tion n’en res­tent pas là. Le 23 juin, est révé­lé un cas de détour­ne­ments de fonds de fonc­tion­naires de la police natio­nale (52 mil­lions de Quetzales, soit envi­ron 5 mil­lions d’eu­ros). Le 9 juillet, la Cicig rend publique l’af­faire « Redes »12 (« Réseaux »), consis­tant en des cas de cor­rup­tion en faveur de deux entre­prises pro­duc­trices d’élec­tri­ci­té. Cette nou­velle révé­la­tion fait tom­ber le nou­veau ministre de l’Énergie et des Mines, Edwin Rodas, qui n’au­ra exer­cé que du 18 mai au 2 juin, ain­si que l’ex-secré­taire de la Présidence et beau-fils du pré­sident Gustavo Martínez.

« Les affaires d’en­ver­gure qui se suc­cèdent montrent l’é­tat de cloaque des ins­ti­tu­tions d’État, le carac­tère cen­tral de la cor­rup­tion et de l’im­pu­ni­té. »

Le 15 juillet, à moins de deux mois du pre­mier tour de l’é­lec­tion, les liens du can­di­dat à la vice-pré­si­dence du par­ti Liberté démo­cra­tique réno­vée (Lider) avec une struc­ture de blan­chi­ment d’argent issu du nar­co­tra­fic sont mis en évi­dence dans un rap­port sur le finan­ce­ment des par­tis poli­tiques que publie la Cicig13. Edgar Barquín, ex-pré­sident de la Banque du Guatemala sous le gou­ver­ne­ment d’Álvaro Colom (2008–2012), ain­si que son frère et d’autres dépu­tés de son par­ti, sont accu­sés d’a­voir blan­chi quelque 937 mil­lions de Quetzales (90 mil­lions d’eu­ros, approxi­ma­ti­ve­ment) pour le finan­ce­ment de par­tis poli­tiques. C’est un coup de plus por­té à la can­di­da­ture de Manuel Baldizón, le « Berlusconi du Petén » (le dépar­te­ment au nord du pays dont il est ori­gi­naire et où il est puis­sant). Celui qui avait ter­mi­né deuxième à la pré­cé­dente élec­tion et que tout le monde consi­dé­rait favo­ri quelques mois plus tôt fait face à une contes­ta­tion crois­sante : des « indi­gnés » sabotent ses mee­tings et dénoncent sur Internet ses fal­si­fi­ca­tions et sa dan­ge­ro­si­té, à tra­vers une cam­pagne sous le hash­tag #NoTeToca14. Le 31 juillet, est annon­cée la mise en déten­tion de Rudy Baldemar Villeda Vanegas, ex-direc­teur du Trésor public (2008–2012), en rai­son de son impli­ca­tion pré­su­mée dans l’exo­né­ra­tion d’im­pôts aux bou­tiques de l’aé­ro­port natio­nal de la capi­tale15.

Scandale après scan­dale, les Guatémaltèques, déjà bien conscients de la cor­rup­tion tant elle est per­cep­tible au quo­ti­dien, assistent à la mise à nu de l’État en tant qu’ou­til, non d’ad­mi­nis­tra­tion des deniers publics, mais de cap­ta­tion de ceux-ci et de mise à sac du pays. Jusqu’à la nau­sée, les affaires d’en­ver­gure qui se suc­cèdent témoignent de l’é­tat de cloaque des ins­ti­tu­tions d’État, de la cen­tra­li­té de la cor­rup­tion, de l’im­pu­ni­té16 et des liens sys­té­miques entre monde poli­tique, appa­reil judi­ciaire, nar­co­tra­fic17, ex-mili­taires et oli­gar­chie. Le tout se déroule sur fond de sai­sie des pro­prié­tés mul­ti­mil­lion­naires de la vice-pré­si­dente et de son secré­taire pri­vé, de gel de comptes ban­caires… et de mani­fes­ta­tions, qui ne désem­plissent pas. Lorsque, pour finir, le 21 août, une écoute télé­pho­nique de la Cicig ren­due publique démontre l’im­pli­ca­tion directe du pré­sident Pérez Molina dans le cas la Línea, les mani­fes­tants sont ren­for­cés dans leur légi­ti­mi­té, qui demandent sa démis­sion depuis avril.

BANDEAU2

Otto Pérez Molina et Roxana Baldetti Elías – (DR)

Perdant sou­dain ses der­niers sou­tiens par­mi l’é­lite, se trou­vant désor­mais seul face à la mobi­li­sa­tion popu­laire, il est iso­lé. Le 27 août, une grève géné­rale est orga­ni­sée. Le pré­sident qui, jouis­sant de son aura d’an­cien géné­ral, avait été élu sur un pro­gramme de mano dura (« main de fer ») quatre ans plus tôt, démis­sionne le 2 août. Il est rem­pla­cé par le vice-pré­sident Alejandro Maldonado Aguirre, qui avait suc­cé­dé à ce poste à Mme Baldetti le 14 mai. Ancien membre du par­ti d’ex­trême droite anti­com­mu­niste qui fut l’axe cen­tral de la poli­tique offi­cielle du pays durant la guerre civile, le Mouvement de libé­ra­tion natio­nale, l’homme est à maints égards l’in­car­na­tion des maux qui affligent le pays depuis des décen­nies18.

Vingt ans après les accords de paix, la guerre de classes continue

Ceux-ci s’ex­pliquent en effet, en bonne par­tie, par la guerre civile qui, de 1960 à 1996, a stop­pé le pro­ces­sus de démo­cra­ti­sa­tion du pays enga­gé de 1944 à 1954, qui avait mar­qué un effort plus éga­li­taire dans le pays. Après la signa­ture des accords de paix fin 1996, le pays a accé­lé­ré les réformes néo­li­bé­rales, sous l’im­pul­sion d’une oli­gar­chie sor­tie ren­for­cée et qui put même pla­cer deux des siens à la pré­si­dence : Álvaro Arzú Irigoyen (1996–2000) et Óscar Berger Perdomo (2004–2008). Ravagé par la guerre civile, le pays a vu se ren­for­cer les inéga­li­tés éco­no­miques, la cor­rup­tion et la délin­quance, aggra­vées par une situa­tion d’a­no­mie et d’im­pu­ni­té. En 2014, Transparency International pla­çait le Guatemala à la 115ème place de son clas­se­ment annuel de la cor­rup­tion20. Au som­met de la socié­té, une oli­gar­chie puis­sante et orga­ni­sée poli­ti­que­ment autour du Cacif, qui compte de nom­breux mul­ti­mil­lion­naires et a su diver­si­fier ses acti­vi­tés et s’a­dap­ter à l’é­co­no­mie mon­dia­li­sée. Ou encore, autre indice, l’en­trée du pre­mier mil­liar­daire gua­té­mal­tèque21 au clas­se­ment Forbes, début 2015.

Au Guatemala, les « chan­ceux » qui touchent le salaire mini­mum, gagnent 250 € par mois (que l’o­li­gar­chie vou­drait abais­ser encore) ; tan­dis que, par­mi les Indigènes en situa­tion d’ex­trême pau­vre­té, les plus misé­rables doivent sur­vivre avec 500€ l’an. Le tra­vail non décla­ré et le chô­mage concernent envi­ron 60 à 70 % de la popu­la­tion active. Le pays affiche, en outre, le cin­quième taux de sous-nutri­tion infan­tile le plus éle­vé au monde. Christian Skoog, repré­sen­tant du Guatemala à l’Unicef, sou­li­gnait d’ailleurs en 2014 que les sta­tis­tiques n’ont pas pré­sen­té de chan­ge­ments signi­fi­ca­tifs en vingt ans. Développé dans un pays aux struc­tures sociales décom­po­sées par la misère et le ter­ro­risme d’État, le néo­li­bé­ra­lisme n’a fait qu’ag­gra­ver, en déré­gu­lant l’é­co­no­mie, les maux déjà pro­fonds qui l’af­fectent et où la vio­lence existe à tous les niveaux : vio­lences éco­no­mique, domes­tique, poli­cière, mais aus­si nar­co­tra­fic et délin­quance, vio­lence rou­tière (dont les chiffres dépas­se­raient ceux des homi­cides, pour­tant par­mi les plus hauts du monde). À tel point que le pays doit sa répu­ta­tion autant au tou­risme (le site maya de Tikal, la ville colo­niale Antigua Guatemala) qu’aux bandes de jeunes voyous ultra­vio­lents et armés qui sévissent prin­ci­pa­le­ment à la capi­tale (maras).

La puis­sance poli­tique de l’o­li­gar­chie réside dans son impor­tant pou­voir d’in­fluence sur l’État, où les siens occupent régu­liè­re­ment des postes clés ou influencent la vie par­le­men­taire, pro­duisent des intel­lec­tuels orga­niques, notam­ment à l’uni­ver­si­té libé­rale-liber­ta­rienne Francisco Marroquín. Et leur puis­sance est d’au­tant plus effi­cace que leurs visages et leurs noms sont mécon­nus de la majo­ri­té. Si bien que le pro­ces­sus néo­li­bé­ral a favo­ri­sé l’a­bais­se­ment des taxes doua­nières à l’im­por­ta­tion et à l’ex­por­ta­tion, mul­ti­plié les conces­sions minières sans consul­ta­tion popu­laire, vu aus­si, en par­ti­cu­lier sous l’ad­mi­nis­tra­tion Otto Pérez Molina, une répres­sion bru­tale de mou­ve­ments démo­cra­tiques et paci­fiques, sou­vent dans les zones rurales à majo­ri­té indi­gène – à qui la popu­la­tion urbaine et métisse est his­to­ri­que­ment indif­fé­rente.

BANDEAU3

Alejandro Maldonado Aguirre – (DR)

« D’après une décla­ra­tion de la pro­cu­reure de la République en octobre 2014, plus de 1,1 mil­lion de dos­siers juri­diques demeurent non-trai­tés. »

Ce pro­ces­sus, qui se résume en bonne par­tie à l’ac­cu­mu­la­tion du capi­tal au pro­fit des élites éco­no­miques, est, en outre, aidé par une classe poli­tique hau­te­ment cor­rom­pue, sou­vent for­mée d’en­tre­pre­neurs et d’a­vo­cats qui voient dans les man­da­tures la pos­si­bi­li­té de s’en­ri­chir vite et abon­dam­ment. Cela est faci­li­té par l’im­pu­ni­té : d’a­près une décla­ra­tion de la pro­cu­reure de la République en octobre 2014, plus de 1,1 mil­lion de dos­siers juri­diques demeurent non-trai­tés21, faci­li­tant donc le sen­ti­ment d’im­pu­ni­té à tous les niveaux de la socié­té. La poli­tique est donc, de façon qua­si décom­plexée, une acti­vi­té d’a­bord lucra­tive où maires et dépu­tés courent au plus offrant, pou­vant être élus pour un par­ti et en chan­ger durant leur man­da­ture. Les par­tis, entend-on sou­vent, sont des entre­prises élec­to­rales ; leur durée de vie est de quelques années et ils sont à peu près dépour­vus d’os­sa­ture idéo­lo­gique affir­mée – l’é­ven­tail des grands par­tis ne pro­po­sant que des varia­tions plus ou moins auto­ri­taires et bigotes au néo­li­bé­ra­lisme.

Au total, loin du lieu com­mun qui consiste à qua­li­fier le pays d’Estado fal­li­do (État en déli­ques­cence), l’État gua­té­mal­tèque est, à la véri­té, d’une redou­table effi­ca­ci­té pour ceux qui le servent et s’en servent. Si la guerre civile en a consti­tué une ver­sion anté­rieure, ouverte et bru­tale comme l’é­taient les conflits au temps de la guerre froide, la lutte de classes qui en consti­tuait la clé… se pour­suit encore. Vingt ans après la signa­ture des accords de paix, la vio­lence poli­cière et mili­taire est volon­tiers la réponse de l’État aux mani­fes­ta­tions contre les pro­jets miniers… et la moyenne annuelle de morts vio­lentes est supé­rieure, en temps de paix, à celle qu’a connu le pays durant la guerre civile.

« Un néocolonialisme où il n’y a pas besoin de troupes »22

Si les mani­fes­ta­tions ont réus­si à mobi­li­ser durant quatre mois des foules de citoyens, c’est en par­tie en rai­son du rejet par­ta­gé qu’elles por­taient : celui de la cor­rup­tion, en par­ti­cu­lier des élus (maires, dépu­tés, pré­sident). Néanmoins, çà et là, des pan­cartes dénon­çant le rôle de l’am­bas­sade état­su­nienne dans cette crise ont mon­tré la conscience de ce pro­blème d’une par­tie des citoyens. Il faut dire que, en 2014, un tra­vail mémo­riel avait eu lieu à l’oc­ca­sion des anni­ver­saires de la Révolution d’oc­tobre 1944 et du ren­ver­se­ment du pré­sident Jacobo Árbenz Guzmán par un coup d’État mili­taire orches­tré par la CIA et l’am­bas­sade état­su­nienne, en 1954. La figure du héros déchu a d’ailleurs un peu pla­né sur ces mani­fes­ta­tions et le sou­ve­nir de l’in­gé­rence état­su­nienne a éveillé des inquié­tudes.

BANDEAU4

Jacobo Árbenz Guzmán – (DR)

Pourtant, en exi­geant notam­ment une réforme de la loi élec­to­rale et des par­tis poli­tiques, la mobi­li­sa­tion citoyenne a paru, un temps, rejoindre les inté­rêts des États-Unis, dont le rôle dans la crise poli­tique en cours ne fait aucun mys­tère, leur impli­ca­tion ayant sur­tout de clairs motifs éco­no­miques et géos­tra­té­giques. Pour le com­prendre, il faut reve­nir en arrière. En novembre 2014, était dévoi­lé, à la Banque inter-amé­ri­caine de déve­lop­pe­ment, le PAPTN, conçu selon un « pro­ces­sus opaque et excluant […] favo­rable aux pro­jets des sec­teurs pri­vés entre­pre­neu­riaux », d’a­près une étude de l’Institut centre-amé­ri­cain des études fis­cales (Icefi). Prévu pour se déployer au Guatemala, au Honduras et au Salvador, trois pays minés par la vio­lence, la cor­rup­tion et le nar­co­tra­fic, il doit mobi­li­ser plu­sieurs mil­liards de dol­lars. À cela, quatre objec­tifs majeurs annon­cés : dyna­mi­ser le sec­teur pro­duc­tif grâce à l’in­ves­tis­se­ment public dans les infra­struc­tures (éner­gie et trans­ports), déve­lop­per le capi­tal humain (édu­ca­tion), amé­lio­rer la sécu­ri­té citoyenne et l’ac­cès à la jus­tice et for­ti­fier les ins­ti­tu­tions (donc les finances publiques). Les États par­te­naires doivent donc garan­tir, par un assai­nis­se­ment struc­tu­rel, l’ef­fi­ca­ci­té des finan­ce­ments — donc lut­ter contre la cor­rup­tion, l’im­pu­ni­té et le nar­co­tra­fic — ain­si que ren­for­cer les appa­reils judi­ciaire et fis­cal, préa­lables indis­pen­sables pour déga­ger des fonds. Officiellement, il est ques­tion de « créer des oppor­tu­ni­tés de tra­vail »« faci­li­ter le com­merce régio­nal », « atti­rer l’in­ves­tis­se­ment pri­vé » et « l’in­ves­tis­se­ment étran­ger direct » en « mini­mi­sant leur coût fis­cal »23.

« Un enjeu géos­tra­té­gique dans la région, où la pré­sence crois­sante d’in­té­rêts éco­no­miques et mili­taires russes et chi­nois a de bonnes rai­sons d’in­quié­ter. »

Confrontés à la ques­tion migra­toire, les États-Unis ont inté­rêt à l’ac­com­plis­se­ment d’un plan se pro­po­sant de lut­ter contre le chô­mage de masse. Se pose aus­si la ques­tion d’une lutte contre le nar­co­tra­fic, dans laquelle le pays a déjà enga­gé des dizaines de mil­lions de dol­lars depuis des années, notam­ment, depuis 2013, pour la for­ma­tion des forces de sécu­ri­té gua­té­mal­tèques spé­ci­fiques. En jeu, les inté­rêts état­su­niens d’une plus grande sta­bi­li­té régio­nale, car l’a­no­mie poli­tique et les pro­blèmes de migra­tions, de cir­cu­la­tion d’armes, de gangs et de nar­co­tra­fic ont atteint des pro­por­tions telles que les États sont dépas­sés… et mêlés à ces sales affaires.

Surtout, il faut com­prendre les dis­crètes manœuvres des États-Unis, via leur ambas­sade, selon un enjeu géos­tra­té­gique dans la région, où la pré­sence crois­sante d’in­té­rêts éco­no­miques et mili­taires russes et chi­nois a de bonnes rai­sons d’in­quié­ter. Car, comme le résume l’é­cri­vain Mario Roberto Morales, « [t]out ceci [les mani­fes­ta­tions popu­laires] obéit réel­le­ment à la grande stra­té­gie impli­quée par le Plan de l’al­liance pour la pros­pé­ri­té dans le tri­angle nord, un plan des États-Unis non seule­ment des­ti­né à conte­nir l’in­fluence chi­noise au Nicaragua avec le grand canal inter­océa­nique qu’ils y construisent et l’in­fluence russe qui est au Costa Rica et au Nicaragua ; mais c’est aus­si la manière de mili­ta­ri­ser la zone pour sécu­ri­ser les inves­tis­se­ments du capi­tal cor­po­ra­tif trans­na­tio­nal dans cet espace de l’Amérique cen­trale »24.

BANDEAU5

Joe Biden et Otto Pérez Molina – © AP Photo

L’importance éco­no­mique et géos­tra­té­gique de ce plan, lui-même rejoi­gnant d’autres accords éco­no­miques25, a inclus et doit inclure l’ex­ten­sion, sous cou­leur de coopé­ra­tion et de conseil, de formes diverses d’in­gé­rence. C’est ce qu’a mis en évi­dence, de façon anec­do­tique, le finan­ce­ment par l’am­bas­sade des États-Unis de tech­ni­ciens du dépar­te­ment d’État afin de faire pas­ser au détec­teur de men­songes des fonc­tion­naires gua­té­mal­tèques voués à rem­pla­cer ceux qui, cor­rom­pus, sont tom­bés dans l’af­faire sus­men­tion­née IGSS-Pisa. Le sou­lignent éga­le­ment, entre autres, le vote par le Sénat état­su­nien du finan­ce­ment d’une com­mis­sion contre l’im­pu­ni­té au Honduras ou le déploie­ment d’une force mili­taire état­su­nienne dans ce même pays. Dans la conti­nui­té du vote du finan­ce­ment, à hau­teur de 675 mil­lions de dol­lars, du PAPTN (soient deux tiers de la somme deman­dée par le pré­sident Barack Obama), le Sénat a annon­cé qu’au mini­mum 2 mil­lions de dol­lars allaient être mis à dis­po­si­tion « en tant que contri­bu­tion des États-Unis à une com­mis­sion inter­na­tio­nale contre l’im­pu­ni­té au Honduras, au cas où une telle com­mis­sion serait éta­blie ».

Cette ini­tia­tive a d’ailleurs vu le jour tout récem­ment, lorsque Luis Almagro, secré­taire géné­ral de l’Organisation des États amé­ri­cains (OEA) a annon­cé le 28 sep­tembre la créa­tion de la Mission de sou­tien contre la cor­rup­tion et l’im­pu­ni­té au Honduras (Maccih)26, sous man­dat de l’OEA et non de l’ONU. L’initiative répond aux inté­rêts à la fois du peuple hon­du­rien, qui avait deman­dé la créa­tion d’un équi­valent à la Cicig après qu’eut écla­té un scan­dale de cor­rup­tion lié à la Sécurité sociale, ain­si qu’aux inté­rêts état­su­niens. Seul manque le Salvador, dont le pré­sident se refuse à une telle com­mis­sion, mais qui devra cer­tai­ne­ment plier tôt ou tard. En der­nière ana­lyse, comme l’é­nonce le site El Socialista cen­troa­me­ri­ca­no, « l’in­tel­li­gent­sia de la classe moyenne, les ONG et autres naïfs oublient que la Cicig est un orga­nisme créé et impul­sé par l’im­pé­ria­lisme nord-amé­ri­cain et l’Union euro­péenne pour garan­tir le bon fonc­tion­ne­ment des ins­ti­tu­tions de l’État bour­geois au Guatemala. »27

Une oligarchie renforcée ?

Le Cacif, dès le début de la crise, conscient de la por­tée de la demande popu­laire, avait ten­té de conte­nir le mou­ve­ment. C’est pour­quoi, dès qu’a écla­té l’af­faire la Línea, l’or­ga­ni­sa­tion du grand patro­nat a deman­dé et obte­nu la démis­sion de la vice-pré­si­dente. Mais, tout en vou­lant cal­mer l’as­pi­ra­tion popu­laire en obte­nant la démis­sion de Mme Baldetti28, le Cacif a aus­si main­te­nu son sou­tien au pré­sident, sup­po­sé garant d’une rela­tive sta­bi­li­té. Mais, lorsque le 21 août est ren­du public l’en­re­gis­tre­ment de la Cicig prou­vant qu’Otto Pérez Molina était à la tête du réseau la Línea, le Cacif demande sa démis­sion. Acculé par les mani­fes­ta­tions heb­do­ma­daires, lâché par le Cacif, le pré­sident vit ses der­niers jours de chef d’État. Dans l’une de ses der­nières inter­ven­tions, il déclare à la télé­vi­sion : « il n’y a pas une « Ligne » ; il y en a deux ! Et, jus­qu’à pré­sent, est appa­rue celle qui reçoit, mais pas celle qui paye » (dis­cours pré­si­den­tiel télé­vi­sé du 23 août), rap­pe­lant que, si les cor­rom­pus sont désor­mais connus… les noms des cor­rup­teurs (entre­prises et per­sonnes pri­vées : en tout une cen­taine de noms serait concer­née) n’ont tou­jours pas été révé­lés par la Cicig, qui avait pour­tant pro­mis de le faire dès avril.

Or, là se trouve un des enjeux majeurs d’une crise poli­tique dont l’é­chec aura consis­té à des­ti­tuer des pan­tins cor­rom­pus, à défaut de s’o­rien­ter contre leurs ven­tri­loques de l’o­li­gar­chie, c’est-à-dire faute de s’être conver­tie en lutte de classe. Car la deuxième « Ligne » dénon­cée par le pré­sident, celle des cor­rup­teurs, est consti­tuée d’en­tre­prises liées aux acti­vi­tés d’im­port-export et vou­lant échap­per à l’im­pôt. Or, ce type d’en­tre­prise appar­tient à divers membres de l’o­li­gar­chie, dont le Cacif est le lob­by prin­ci­pal.

BANDEAU9

Hillary Clinton – © AP Photo/Charlie Neibergall

« La crise poli­tique risque de s’a­vé­rer un échec pour n’a­voir pas su défi­nir l’en­ne­mi et s’at­ta­quer aux struc­tures mêmes du sys­tème éco­no­mique et poli­tique. »

Comme ses voi­sins d’Amérique cen­trale, le Guatemala est his­to­ri­que­ment un pays de très faible niveau d’im­po­si­tion29, effet d’une action orga­ni­sée de l’o­li­gar­chie pour que l’État favo­rise l’ac­cu­mu­la­tion du capi­tal et, au besoin, socia­lise les pertes. Comme l’a­na­lyse un cher­cheur de l’Icefi dans un livre paru cette année30, un des « objec­tifs des élites centre-amé­ri­caines a consti­tué à influen­cer et mani­pu­ler la poli­tique fis­cale pour pour­voir aux frais de son expan­sion, de sa trans­for­ma­tion ou de sa moder­ni­sa­tion, afin de s’in­sé­rer avec les condi­tions les plus avan­ta­geuses pos­sibles au sein de l’é­co­no­mie mon­dia­li­sée, dans les meilleurs cas. Dans d’autres cas, lorsque les élites centre-amé­ri­caines ont subi des pertes, elles ont cher­ché à mani­pu­ler la poli­tique fis­cale afin d’y pour­voir avec les res­sources publiques, trop de fois issues de régimes fis­caux régres­sifs ». À tel point que la secré­taire d’État Hillary Clinton, guère mar­xiste-léni­niste, pou­vait décla­rer en 2011, lors de l’an­nonce d’un prêt de 40 mil­lions de dol­lars contre le nar­co­tra­fic, que « les riches de chaque pays doivent payer des impôts justes ; ce n’est pas aux pauvres de finan­cer la sécu­ri­té »31.

Plus encore que les faits de cor­rup­tion ou détour­ne­ments des res­sources de l’État de plus ou moins grande enver­gure, c’est la fis­ca­li­té qui explique à la fois la médio­cri­té des infra­struc­tures, de l’é­du­ca­tion, des équi­pe­ments de san­té, de la jus­tice, de la police – et toutes leurs gra­vis­simes consé­quences. Or, si divers incul­pés font par­tie de l’é­lite et devraient être condam­nés, la crise poli­tique risque de s’a­vé­rer un échec pour n’a­voir pas su défi­nir l’en­ne­mi et s’at­ta­quer aux struc­tures mêmes du sys­tème éco­no­mique et poli­tique d’un pays par­mi les plus inéga­li­taires du conti­nent.

« L’incidence du sec­teur entre­pre­neu­rial dans la conduite du Plan Alliance pour la pros­pé­ri­té, sous influence des think tanks des États-Unis et du Guatemala, est déter­mi­nante. »

Le sou­tien des États-Unis au ren­for­ce­ment ins­ti­tu­tion­nel des États centre-amé­ri­cains dans le cadre du PAPTN n’ap­porte, de fait, aucune menace struc­tu­relle à la domi­na­tion de l’o­li­gar­chie. Pour cette der­nière, elle appelle seule­ment à pen­ser une nou­velle stra­té­gie dans ses rap­ports à l’État, qui ne consti­tue qu’un moment dans une conti­nui­té his­to­rique où « la ques­tion n’est pas si l’État a dis­pa­ru, mais bien plu­tôt le type d’État que le contexte de la mon­dia­li­sa­tion est en train de créer », explique Aaron Schneider dans Construcción del Estado y regí­menes fis­cales en Centroamérica. Il pré­cise aus­si que l’ini­tia­tive du bas­sin des Caraïbes ou l’accord de libre-échange d’Amérique cen­trale, qui ont ouvert l’ac­cès aux mar­chés état­su­niens, ont conduit « les entre­prises d’Amérique cen­trale à s’in­té­res­ser aux nou­velles acti­vi­tés d’ex­por­ta­tion et atti­ré dans la région les inves­tis­seurs des États-Unis et des tiers pays, fomen­tant la créa­tion et le ren­for­ce­ment des élites émer­gentes qui ont pu s’al­lier avec eux pour avan­cer dans les pro­ces­sus de pro­duc­tion trans­na­tio­nale »32.

D’après le jour­na­liste Luis Solano, « [l]e rôle cen­tral [dans la conduite du Plan Alliance pour la pros­pé­ri­té] revient à la Fondation pour le déve­lop­pe­ment (Fundesa), le prin­ci­pal think tank de l’é­lite entre­pre­neu­riale gua­té­mal­tèque [lié au Cacif, ndr] et lien prin­ci­pal avec les think tanks état­su­niens (…) [L]’incidence du sec­teur entre­pre­neu­rial dans la conduite du Plan Alliance pour la pros­pé­ri­té, sous influence des think tanks des États-Unis et du Guatemala, est déter­mi­nante »33. Et c’est un fait que l’é­lite gua­té­mal­tèque se pré­pare au lan­ce­ment de ce plan régio­nal. Ainsi, le 9 octobre 2014, Fundesa consa­crait son annuel sym­po­sium34 à la ques­tion de la sécu­ri­té. Au fil de la jour­née, dans le cadre de laquelle était inter­ve­nu l’an­cien maire de New York connu pour sa poli­tique de la « main dure », Rudy Giuliani, il fut ques­tion de ren­for­ce­ment de l’État en matière de jus­tice, de sécu­ri­té et d’é­du­ca­tion, mais aus­si de trans­pa­rence et de lutte contre l’im­pu­ni­té.

BANDEAU7

Manuel Baldizón – (DR)

Dans ce contexte, les inté­rêts du grand patro­nat convergent avec les exi­gences de réforme de la socié­té civile, en par­ti­cu­lier la réforme de la loi élec­to­rale et des par­tis poli­tiques (LEPP), devant don­ner une indé­pen­dance réelle au Tribunal suprême élec­to­ral, évi­ter la migra­tion de par­ti à par­ti durant une même man­da­ture ou per­mettre une trans­pa­rence réelle des finan­ce­ments de par­tis ou du patri­moine des élus. Le pré­sident du Cacif, Jorge Briz Abularach, a d’ailleurs décla­ré : « Le sens de faire aujourd’­hui une réforme poli­tique, c’est de répondre à l’ap­pel des Guatémaltèques à mettre fin à une struc­ture de clien­té­lisme dans le sys­tème des par­tis poli­tiques au Guatemala. Toute réforme doit tour­ner autour de mesures spé­ci­fiques et concrètes qui assurent la trans­pa­rence et le ren­for­ce­ment de la démo­cra­tie »35. C’est que, enga­ger un grand ménage dans les ins­ti­tu­tions publiques, sur­tout en matière de lutte contre la cor­rup­tion, de jus­tice et d’ef­fi­ca­ci­té fis­cale, convient aux inté­rêts de l’o­li­gar­chie. Outre qu’elle offre les garan­ties atten­dues par les États-Unis pour le finan­ce­ment du Plan Alliance pour la pros­pé­ri­té, elle encou­ra­ge­rait une chasse aux cor­rup­teurs et cor­rom­pus qui, à terme, pour­raient for­mer une nou­velle élite éco­no­mique, enri­chie par la mise à sac de l’État et les conflits d’in­té­rêt non-péna­li­sés, et qui pour­rait repré­sen­ter une menace à ses inté­rêts bien gar­dés.

« Avec des bas coûts de main d’œuvre et la proxi­mi­té géo­gra­phique, les pays d’Amérique cen­trale se sont conver­tis en zones franches. »

Joe Biden énon­çait que le PAPTN a pour objec­tif d’« aider l’Amérique cen­trale à deve­nir par­tie pre­nante de l’es­sor remar­quable que connait l’hé­mi­sphère Ouest – et non pas une excep­tion à la règle »36. Mais la véri­té est à cher­cher plus sûre­ment sous le dis­cours de Jorge Briz, selon qui il s’a­git de « conver­tir la région en un pôle de déve­lop­pe­ment, qui encou­rage les meilleures poten­tia­li­tés que pos­sède chaque pays en par­ti­cu­lier ». Un dis­cours qui, expri­mé d’une façon plus lim­pide par Aaron Schneider, se tra­duit ain­si :  « avec des bas coûts de main d’œuvre et la proxi­mi­té géo­gra­phique, les pays d’Amérique cen­trale se sont conver­tis en zones franches, impor­tant les maté­riaux pour l’as­sem­blage et la réex­por­ta­tion, sou­vent en direc­tion des États-Unis. Les entre­prises de la région ont iden­ti­fié des oppor­tu­ni­tés dans les pro­ces­sus trans­na­tio­naux, qui incluent la manu­fac­ture d’as­sem­blage pour l’ex­por­ta­tion, l’a­gri­cul­ture non tra­di­tion­nelle, le tou­risme et les ser­vices finan­ciers et autres ser­vices, en plus d’ab­sor­ber les envois d’argent [reme­sas] des Centre-Américains qui vivent hors de l’isthme mais envoient de l’argent aux leurs. »37

Tel est l’ob­jec­tif 2.10 du PAPTN, pré­voyant la créa­tion de « zones éco­no­miques spé­ciales où l’on offri­ra un trai­te­ment dif­fé­ren­cié aux nou­veaux inves­tis­se­ments ». Objectif dont la réa­li­sa­tion res­semble à l’ac­tion auto­ri­taire de l’État ces trois der­nières années, qui a mili­ta­ri­sé sa réponse aux mobi­li­sa­tions contre les méga­pro­jets capi­ta­listes, notam­ment miniers, et les a cri­mi­na­li­sées, tout en créant des zones franches « avan­ta­geuses ». C’est dire que l’Icefi a rai­son de s’in­quié­ter de ce que « les grandes lignes de ce plan ne se pro­posent pas d’a­gir pour que dans le Triangle Nord soient atteints des stan­dards pour assu­rer l’ac­cès à un tra­vail décent, avec une rému­né­ra­tion juste, une cou­ver­ture et des pres­ta­tions de sécu­ri­té sociale »38. En décembre 2014, le pré­sident Pérez Molina inau­gu­rait trois zones franches où les salaires étaient abais­sés à 1500 Quetzales par mois (en deçà, donc, du mini­mum légal de Q2600, déjà faible)39. Précédemment, il s’en était fal­lu de peu que le Honduras voi­sin essuyât les plâtres du rêve anar­cho-capi­ta­liste de « villes libres »40. Mais le même péril libé­ral-liber­ta­rien conti­nue à tour­ner au-des­sus de la région. Et le man­dat du nou­veau pré­sident du Guatemala, Jimmy Morales Cabrera, acteur comique popu­laire et sans aucune expé­rience de la poli­tique (il doit sa vic­toire pré­ci­sé­ment au fait d’être quel­qu’un de « vierge » de toute cor­rup­tion), entou­ré d’ex-mili­taires, d’o­li­garques et de liber­ta­riens, pour­rait repré­sen­ter un pas en avant, à mi-che­min de l’a­nar­cho-capi­ta­lisme et de l’au­to­ri­ta­risme mili­taire.

Élu dimanche 25 juillet haut la main (près de 70 % des scru­tins, mal­gré un taux d’abs­ten­tion dépas­sant les 50 %), sa vic­toire est très pro­ba­ble­ment due, davan­tage encore qu’à sa popu­la­ri­té, à sa vir­gi­ni­té poli­tique (n’ayant exer­cé aucune fonc­tion, il ne peut être cor­rom­pu) et au rejet mar­qué de la cor­rup­tion qu’ont accu­sé les mani­fes­ta­tions popu­laires. Sa cam­pagne, d’ailleurs, a lar­ge­ment insis­té sur la volon­té de lut­ter contre la cor­rup­tion. Reste à voir ce que peut faire un pré­sident dont le par­ti ne dis­pose pas d’ap­pui au Parlement et qui devra donc négo­cier des alliances. Lorsque les inté­rêts du grand capi­tal et de l’o­li­gar­chie sont mena­cés, l’ar­mée n’est jamais loin. Elle en a fait très sou­vent la démons­tra­tion à tra­vers l’his­toire centre-amé­ri­caine et le coup d’État au Honduras en 2009 l’a assez rap­pe­lé, de même que la tue­rie de mani­fes­tants indi­gènes de Totonicapán (Guatemala) en octobre 2012. Le ter­ro­risme d’État demeure un res­sort réel, der­rière les faux-sem­blants de répu­blique par­le­men­taire et la farce de la « démo­cra­tie libé­rale », cet oxy­mo­ron.

BANDEAU6

Jimmy Morales Cabrera – © Luis Soto/AP/SIPA

La lutte des classes n’aura pas lieu

Semblable à la sur­prise que cau­sèrent les Printemps arabes, le sou­lè­ve­ment de foules de citoyens contre la cor­rup­tion a pro­vo­qué un enthou­siasme et une admi­ra­tion qui ont excé­dé les fron­tières natio­nales41. Pour le pays, qui semble n’exis­ter dans la géo­gra­phie men­tale de la presse que pour ses taux d’ho­mi­cide extrê­me­ment éle­vés, ces mani­fes­ta­tions ont été l’oc­ca­sion de ren­ver­ser le sen­ti­ment de dépos­ses­sion poli­tique. Mais, pas­sé le temps de l’i­vresse et des démis­sions, le bilan se pose, alors que le pays vient d’é­lire un nou­veau pré­sident… dont le pro­fil des col­la­bo­ra­teurs laisse à pen­ser que l’ac­tion poli­tique de la nou­velle man­da­ture res­sem­ble­ra à la pré­cé­dente.

« Si le mou­ve­ment popu­laire a contri­bué à redon­ner une fier­té popu­laire bafouée, il a échoué à consti­tuer en enne­mi la classe qui est à la source des maux du pays : l’é­lite éco­no­mique. »

Comme le résume l’é­di­to­rial de Plaza Pública paru à la veille du second tour de la pré­si­den­tielle, « le Guatemala a chan­gé… mais pas nous [les Guatémaltèques] ». Car, si le Guatemala a été tra­ver­sé depuis des années par de pro­fondes muta­tions éco­no­miques, sociales, poli­tiques, qui vont y com­pris jus­qu’à favo­ri­ser l’é­mer­gence de nou­velles élites deve­nant mena­çantes pour l’o­li­gar­chie éta­blie, « dans quelle mesure a chan­gé éga­le­ment la façon que nous avons de pen­ser et voir les choses ? Selon le Projet d’o­pi­nion publique en Amérique latine, entre 2012 et 2014, le nombre de Guatémaltèques qui croient que l’État ne doit pas réduire l’i­né­ga­li­té entre riches et pauvres a aug­men­té de 7 %. Quelque 66,2 % pensent qu’il doit le faire. Le chiffre le plus bas de l’é­tude, si l’on excepte les États-Unis, le Venezuela et le Panama. Se sont éga­le­ment appro­fon­dis notre pas­sion auto­ri­taire, notre mépris pour la démo­cra­tie et ses ins­ti­tu­tions et notre into­lé­rance poli­tique »45.

Si les mani­fes­ta­tions ont sou­vent exi­gé des réformes, elles ont sur­tout été orien­tées contre cer­taines « figures du mal » et des maux du pays : les deux figures prin­ci­pales de l’exé­cu­tif (la vice-pré­si­dente Baldetti et le pré­sident Pérez Molina), les dépu­tés, le can­di­dat à la pré­si­dence Manuel Baldizón, favo­ri au début de l’an­née… et qui n’a pas accé­dé au second tour, se ren­dant pathé­tique en recou­rant au Tribunal suprême élec­to­ral46. Ce fai­sant, même si le mou­ve­ment popu­laire a contri­bué ample­ment à la fois à redon­ner une fier­té popu­laire bafouée et à poli­ti­ser un grand nombre de citoyens, il a échoué à consti­tuer en enne­mi la classe qui est à la source des maux du pays : l’é­lite éco­no­mique, c’est-à-dire l’o­li­gar­chie tra­di­tion­nelle et une classe crois­sante issue de négoces licites et illi­cites, qui a émer­gé depuis le pro­ces­sus de démo­cra­ti­sa­tion du pays, puis la paix. Un ensemble social plu­riel, dont il reste à déter­mi­ner dans quelle mesure il a su orga­ni­ser une conscience de classe et une stra­té­gie de cohé­sion pour affron­ter l’an­cienne élite oli­gar­chique, ou s’y inté­grer. Et c’est peut-être un des enjeux clés du main­tien de la Cicig et du PAPTN, que de consti­tuer un outil de lutte entre élites émer­gentes et élites éta­blies.

Dans l’im­mé­diat, les quatre mois de mani­fes­ta­tions paraissent donc un échec poli­tique et stra­té­gique, même si l’a­dop­tion éven­tuelle de cer­taines réformes pour­rait en limi­ter la gra­vi­té, voire appor­ter de super­fi­cielles amé­lio­ra­tions struc­tu­relles (réformes). En outre, si les orga­ni­sa­tions indi­gènes et rurales se sont jointes au mou­ve­ment, celui-ci a d’a­bord eu pour moteur une classe urbaine, édu­quée et métisse (les Ladinos), tra­di­tion­nel­le­ment raciste à l’en­contre des indi­gènes et qui ne rejoignent pas ceux-ci dans leurs luttes contre le grand capi­tal, en par­ti­cu­lier contre les méga­pro­jets miniers. Cette ligne de frac­ture d’un racisme pro­fond, his­to­ri­que­ment et cultu­rel­le­ment enra­ci­né, marque une divi­sion carac­té­ris­tique du pays et un frein poli­tique à la conver­gence des reven­di­ca­tions. Il est pos­sible – et même sou­hai­table – que ces mois de débats, de ren­contre, de cir­cu­la­tion d’i­dées, auront éveillé de nom­breux esprits, engen­dré des ini­tia­tives de soli­da­ri­té, per­mis de faire fleu­rir diverses actions insuf­flant de la poli­tique dans son sens le plus lit­té­ral, serait-ce à une échelle locale. À titre d’exemple, dans la seconde ville du pays, Quetzaltenango, les mobi­li­sa­tions qui dénon­çaient aus­si la très cor­rom­pue admi­nis­tra­tion muni­ci­pale de Jorge Rolando « Mito » Barrientos ont réus­si à mettre celui-ci en échec pour un qua­trième man­dat.

BANDEAU8

Rigoberta Menchú Tum, Prix Nobel de la Paix 1992, par­ti­ci­pant à une mani­fes­ta­tion – © Reuters

« Impossible de dire si le mou­ve­ment aura été essen­tiel­le­ment l’é­cla­te­ment d’une révolte d’« indi­gnés » sans suite ou bien s’il y a là le ferment de mou­ve­ments futurs. »

Mais les maux qui frappent le pays sont nom­breux, pro­fonds et, avec le temps, ont fini par deve­nir un éche­veau com­plexe que le can­cer géné­ra­li­sé de la cor­rup­tion aggrave. La puis­sance crois­sante du nar­co­tra­fic, d’une bureau­cra­tie et d’une fonc­tion publique cor­rom­pues à tous les niveaux, l’ex­trême vio­lence de la délin­quance (dans un pays où, après la guerre, des dizaines de mil­liers d’armes sont en cir­cu­la­tion et où l’on peut acqué­rir un pis­to­let au mar­ché noir pour quelques dizaines de dol­lars), la puis­sance poli­tique des élites, la fai­blesse orga­ni­sée des res­sources fis­cales de l’État et une sou­ve­rai­ne­té natio­nale déli­bé­ré­ment affai­blie : voi­là les maux qui affligent le pays.

À ce stade des évé­ne­ments, il est impos­sible de dire si le mou­ve­ment aura été essen­tiel­le­ment l’é­cla­te­ment d’une révolte d’« indi­gnés » sans suite ou bien s’il y a là le ferment de mou­ve­ments futurs réel­le­ment mar­qués par une pen­sée idéo­lo­gique et une stra­té­gie poli­tique. Mais il est cer­tain que, dans un pays où le vote des misé­rables s’a­chète contre quelques tôles ondu­lées, t‑shirts ou sacs de nour­ri­ture, et où les par­tis ren­floués par le blan­chi­ment d’argent ou l’ap­pui de l’o­li­gar­chie peuvent convoyer ceux-ci par bus entiers jus­qu’au bureau de vote, l’ad­ver­si­té semble trop forte pour tout mou­ve­ment réfor­miste et léga­liste. À plus forte rai­son encore, en l’ab­sence de figures cha­ris­ma­tiques capables d’in­car­ner et cris­tal­li­ser les aspi­ra­tions de la mul­ti­tude.

Le rap­port de forces étant net­te­ment favo­rable aux élites – oli­gar­chiques et émer­gentes –, l’a­ve­nir semble plu­tôt pen­cher de ce côté que de celui des aspi­ra­tions expri­mées dans la rue. Surtout, la socio­lo­gie des mani­fes­tants, essen­tiel­le­ment urbaine, édu­quée, occi­den­ta­li­sée, pour­rait conti­nuer de se mon­trer indif­fé­rente au sort des ruraux (en majo­ri­té indi­gènes au Guatemala) et à l’ag­gra­va­tion de ses condi­tions d’exis­tence, à la source de la plu­part des maux. Sans pré­tendre dire ici la véri­té, toute la véri­té, au sujet de cette crise poli­tique pas­sée presque tota­le­ment inaper­çue en France, nous tâche­rons dans les mois à venir d’y appor­ter quelques élé­ments d’in­ter­pré­ta­tion à tra­vers des entre­tiens. Car, en ana­ly­sant les évé­ne­ments qui s’y sont dérou­lés, l’ob­jec­tif est moins d’a­jou­ter un sur­croît d’« infor­ma­tion » à un Internet qui en sur­abonde que de com­prendre les enjeux réel­le­ment uni­ver­sels de la lutte poli­tique dans ses rap­ports à l’État , des erreurs stra­té­giques d’autres mou­ve­ments, de la lutte de classes et des stra­té­gies de l’o­li­gar­chie. Au-delà de ses nom­breuses par­ti­cu­la­ri­tés irré­duc­tibles, le Guatemala est un cas d’é­cole de vio­lence his­to­rique de classe et de néo­li­bé­ra­lisme, éclai­rant en ceci les enjeux des luttes du temps.


NOTES

1. Guatemala, Honduras et Salvador sont com­mu­né­ment réunis sous l’ap­pel­la­tion de « Triangle Nord (de l’Amérique cen­trale) ».
2. Le finan­ce­ment plu­ri­par­tite pré­voit une par­ti­ci­pa­tion de la Banque inter­amé­ri­caine de déve­lop­pe­ment et des États-Unis. D’un mon­tant de 5 mil­liards de dol­lars (un mil­liard par an), ce finan­ce­ment repré­sente 20 % du total, le reste reve­nant aux par­te­naires cen­tra­mé­ri­cains : les gou­ver­ne­ments, la banque mul­ti­la­té­rale de déve­lop­pe­ment et le sec­teur pri­vé entre­pre­neu­rial.
3. Fiche Wikipedia de la Comisión Internacional Contra la Impunidad en Guatemala.
4. Superintendencia de la admi­nis­tra­ción tri­bu­ta­ria, (SAT).
5. Il s’a­gis­sait du « réseau Moreno », du nom d’Alfredo Molina Moreno, qui le cha­peau­tait. Celle-ci était consti­tuée d’an­ciens mili­taires de haut rang (géné­raux et colo­nels), magis­trats du minis­tère public, avo­cats, notaires, comp­tables, poli­ciers, etc.
6. La vie de M. Monzón, ex-mili­taire ren­voyé de l’ar­mée, est émaillée de faits de délin­quance et de cor­rup­tion. En moins de trois ans, sa for­tune a dépas­sé les Q20 mil­lions (envi­ron 2 mil­lions d’eu­ros), incluant véhi­cules de luxe et biens immo­bi­liers. Lire à ce sujet « La for­tu­na de Juan Carlos Monzón », enquête El Periódico, 6 octobre 2015.
7. Comité des asso­cia­tions com­mer­ciales, indus­trielles et finan­cières (Cacif). Constituée des repré­sen­tants du grand capi­tal, ce lob­by jouit d’un pou­voir consul­ta­tif et déci­sion­naire cen­tral dans la vie poli­tique et éco­no­mique du Guatemala. Il est com­pa­rable au Medef en France.
8. « Pérez apues­ta por depu­rar gabi­nete frente a crí­ti­cas », Paola Albani, Siglo 21, 16 mai 2015.
9. Lire à ce sujet « Luis Mendizábal y la bou­tique de las conspi­ra­ciones », Sebastián Escalón, Plaza Pública, 24 mai 2015.
10. Le scan­dale ren­du public par la Cicig conduit à l’ar­res­ta­tion de seize membres du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de l’Institut gua­té­mal­tèque de Sécurité sociale (IGSS). En cause : un contrat frau­du­leux de 116 mil­lions de quet­zales avec l’en­tre­prise PISA ayant entraî­né la mort de 15 patients. Celle-ci a obte­nu le contrat à la condi­tion de payer une com­mis­sion de 15 ou 16 % aux fonc­tion­naires de la Sécurité sociale.
11. Solidarité de classe oblige, le Cacif a émis le 21 mai un com­mu­ni­qué selon lequel ses repré­sen­tants au sein des diverses ins­ti­tu­tions ont tou­jours été choi­sis d’a­près leur com­por­te­ment éthique. La Chambre de l’a­gri­cul­ture, le jour sui­vant, a rap­pe­lé les charges exer­cées par Max Quirín, au sein de diverses ins­ti­tu­tions du com­merce du café, natio­nales et inter­na­tio­nales. Le 23 mai, l’Association des expor­ta­teurs de café (Adec) a publié à son tour un com­mu­ni­qué louant la pro­bi­té de M. Quirín. Tous convergent en une défense de son inno­cence et en appellent à un exer­cice de la jus­tice res­pon­sable et sérieux. Source : « Caso IGSS : se tocó al poder econó­mi­co », CMI Guate, 23 mai 2015.
12. Pour les grandes lignes de l’af­faire, consul­ter la fiche Wikipedia Caso Redes en Guatemala.
13. Voir la fiche Wikipedia El finan­cia­mien­to de la polí­ti­ca en Guatemala.
14.  #NoTeToca, soit #CestPasTonTour, en réac­tion à son slo­gan de cam­pagne Guatemala, te toca (soit « Guatemala, c’est ton tour »).
15. « Guatemala : Cae exfun­cio­na­rio por eva­sión de impues­tos a tien­das del Aeropuerto », EstrategiaYNegocios.net, 31 juillet 2015.
16. Le 4 mai, la juge Carol Patricia Flores, qui s’é­tait mon­trée favo­rable à l’an­cien géné­ral Efraín Ríos Montt lors de son pro­cès pour géno­cide, est mise en cause par la Cicig pour enri­chis­se­ment illi­cite.
17. Le 4 mai, la nar­co­tra­fi­quante Marllory Chacón Rossell, dite « la Reine du Sud », en pro­cès en Floride, signale des liens avec Roxana Baldetti et le finan­ce­ment, avec de l’argent du nar­co­tra­fic, de la cam­pagne pré­si­den­tielle de 2012 du Parti patriote au pou­voir de 2012 à 2015. Les liens avec l’argent du nar­co­tra­fic ont été signa­lés par ailleurs, en par­ti­cu­lier d’Otto Pérez Molina avec le par­rain Joaquín « El Chapo » Guzmán : « Otto Pérez reci­bió sobor­no de “El Chapo”, tam­bién lo trai­cionó », Gladys Ramírez, Guatevision.com, 8 sep­tembre 2015. L’ex-pré­sident avait éga­le­ment recon­nu en 2007 avoir été en rela­tion avec les frères Mendoza, eux aus­si nar­co­tra­fi­quants au cœur d’une struc­ture déman­te­lée par la Cicig : « El final del proyec­to polí­ti­co del Partido Patriota », Martín Rodríguez Pellecer, Nómada. 17 avril 2015.
18. « Alejandro Maldonado : el anti­co­mu­nis­ta pru­dente », Sebastián Escalón, Plaza Pública, 12 octobre 2015.
19. Classé 115e(sur 175 pays) par Transparency International en 2014, selon son indice de per­cep­tion de la cor­rup­tion. Source : https://www.transparency.org/country/#GTM
20. Mario López Estrada, pro­prié­taire de la com­pa­gnie télé­pho­nique Tigo, fai­sait son entrée le 2 mars 2015 dans le clas­se­ment des 290 nou­veaux riches dont la for­tune per­son­nelle excède le mil­liard de dol­lars. Source : « El pri­mer cen­troa­me­ri­ca­no en la lis­ta de “billo­na­rios” es gua­te­mal­te­co », Otto Ángel, Guatevision.com, 3 mars 2015.
21. Déclaration de Thelma Aldana, à l’oc­ca­sion d’Enade 2014.
22. « Il y a une nou­velle forme de colo­nia­lisme, où il n’y a pas besoin de troupes ou de manœuvres mili­taires. Il suf­fit de désor­ga­ni­ser, de fomen­ter la conflic­ti­vi­té dans un pays pour le pla­cer dans une situa­tion telle que celle que nous tra­ver­sons ou telle que celle du Honduras depuis un moment », Gustavo Porras, inter­view pour Plaza Pública (« EE.UU. y su nue­va for­ma de colo­nia­lis­mo en la que no hay nece­si­dad de tro­pas »), 17 juin 2015.
23. « Lineamientos del Plan de la Alianza para la Prosperidad del Triángulo Norte, Plan Regional de El Salvador, Guatemala y Honduras », Banque inter­amé­ri­caine de déve­lop­pe­ment, sep­tembre 2014.
24. « ¿Una revo­lu­ción de colores ? », La Hora, 18 sep­tembre 2015.
25. Citons en par­ti­cu­lier l’Alliance du Pacifique. Lire « La Alianza del Triángulo Norte ¿Acaso hay agen­da ocul­ta ? », Javier Suazo, ALAI.net, 24 février 2015, et « Le libé­ra­lisme revient en force en Amérique latine », Anne Denis, Slate.fr, 5 jan­vier 2015.
26. Mission de sou­tien contre la cor­rup­tion et l’im­pu­ni­té au Honduras (Misión de Apoyo contra la Corrupción y la Impunidad en Honduras).
27. « GUATEMALA.- ¡¡Que renun­cie YA el gobier­no del Partido Patriota!! », El Socialista cen­troa­me­ri­ca­no, 29 avril 2015.
28. Il faut, pour s’i­ma­gi­ner ce qu’a repré­sen­té la vice-pré­si­dente Baldetti Elías, conce­voir une per­sonne dont l’a­mour pour l’argent et le luxe, l’ar­ro­gance, le par­ler vul­gaire et l’om­ni­pré­sence exhi­bi­tion­niste média­tique com­binent ces aspects que les Français ont connu chez Nicolas Sarkozy, Rachida Dati et Nadine Morano tout à la fois.
29. Les impôts repré­sen­taient, d’a­près l’OCDE, un peu plus de 10 % du PIB du Guatemala en 2010 et, d’a­près la Banque mon­diale, 10,8 % en 2012. Une rela­tive constante his­to­rique. À titre indi­ca­tif, l’im­po­si­tion moyenne des 30 membres de l’OCDE était de 35,9 % du PIB en 2005 et celle de la France de 44,2 % en 2006.
30. Política fis­cal : expre­sión del poder de las élites cen­troa­me­ri­ca­nas, Icefi/Center for Latin American & Latino Studies, édi­tions F&G, février 2015, p. 12.
31. « Clinton pide a empre­sa­rios de C.A. que paguen impues­tos », El Faro, 23 juin 2011.
32. Construcción del Estado y regí­menes fis­cales en Centroamérica, Aaron Schneider, édi­tions F & G, avril 2014, pp. 58–59.
33. « Un proyec­to de la elite empre­sa­rial », Luis Solano, Plaza Pública, 6 mars 2015.
34. Rencontre natio­nale des entre­pre­neurs, 2014 (Encuentro nacio­nal de empre­sa­riosENADE 2014).
35. « CACIF : Proyecto de refor­mas a Ley Electoral no resuelve la cri­sis », Virginia Contreras, La Hora, 21 octobre 2015.
36. A Plan for Central America, tri­bune de Joseph R. Biden, Jr., dans New York Times, 29 jan­vier 2015.
37. Construcción del Estado y regí­menes fis­cales en Centroamérica, op. cit., p. 24.
38. « Posición ante el Plan de la alian­za para la pros­pe­ri­dad del Triángulo Norte », Icefi, mars 2015.
39. « En Guatemala se reduce el sala­rio bási­co en cua­tro muni­ci­pios », El Universo, 23 décembre 2014.
40. Lire à ce sujet « Villes pri­vées dans la jungle », Maurice Lemoine, Le Monde diplo­ma­tique, juin 2011 ; « Honduras : Le para­dis néo­li­bé­ral des « villes modèles » ne ver­ra pas le jour », Guillaume Beaulande, Le Monde diplo­ma­tique, 29 novembre 2012 ; « “Libertarios” están detrás de “ciu­dades mode­lo” », ElHeraldo.hn, 18 sep­tembre 2012 ; « Los liber­ta­rios capi­ta­lis­tas y la nue­va colo­ni­za­ción de Honduras », Otramérica, 2 août 2012. Sans sur­prise, les fana­tiques du site Contrepoints, qui vivent face aux idées davan­tage que face au réel et ignorent tout du Honduras, se sont enthou­sias­més pour le pro­jet : « Villes libres au Honduras », 19 jan­vier 2011, et « Le Honduras lance le Hong Kong du 21e siècle ». Lire aus­si « Los liber­ta­rios capi­ta­lis­tas y la nue­va colo­ni­za­ción de Honduras », Otramérica, 7 sep­tembre 2011.
41. Les mani­fes­ta­tions ont pro­vo­qué un écho régio­nal et des com­men­taires élo­gieux des pays voi­sins : le Mexique, le Salvador, le Honduras, où des citoyens ont défi­lé pour deman­der l’ins­tal­la­tion d’une com­mis­sion anti-cor­rup­tion sur le modèle de la Cicig. Cela a été par­ti­cu­liè­re­ment fort au Honduras.
42. « #GuateYaCambió (pero noso­tros no) », édi­to­rial de Plaza Pública, 24 octobre 2015.
43. Manuel Baldizón, dont la richesse est d’au­tant plus sus­pecte que le dépar­te­ment dont il vient (Petén) est un cou­loir d’ac­cès du nar­co­tra­fic, a mul­ti­plié les irré­gu­la­ri­tés et vio­la­tions à la loi, notam­ment – comme les autres can­di­dats – en fai­sant cam­pagne hors de la période légale, s’est ridi­cu­li­sé en dénon­çant de pos­sibles irré­gu­la­ri­tés au scru­tin et en fai­sant appel au Tribunal suprême élec­to­ral. Outre l’im­pli­ca­tion démon­trée par la Cicig de son vice-pré­sident Edgar Barquín dans le blan­chi­ment d’argent au pro­fit du par­ti qu’il dirige, Lider, des témoi­gnages pho­to­gra­phiques démontrent que son par­ti a affré­té des bus pour convoyer des misé­rables depuis des zones recu­lées pour voter en sa faveur, en l’é­change de biens maté­riels. Des enre­gis­tre­ments audio témoignent de ce qu’il a encou­ra­gé ce type de pra­tiques sur le ter­rain de la part des élus de son par­ti.

Mikaël Faujour
Mikaël Faujour

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.