« Amazon applique des méthodes de voyou »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Amazon serait, selon une étude du cabi­net OC & C Strategy consul­tants, l’enseigne pré­fé­rée des Français. Pratique, rapide, effi­cace ; soit. Mais comme le révé­lait le jour­na­liste Jean-Baptiste Malet, auteur de l’en­quête En Amazonie : « Il faut que le consom­ma­teur com­prenne que, si son livre arrive aus­si vite dans sa boîte aux lettres, c’est parce que l’envers du décor est aus­si violent. » Acheter n’est jamais un acte ano­din, sur­tout lorsque l’on sait que la Confédération syn­di­cale inter­na­tio­nale a dési­gné son PDG, cette année, comme « pire patron au monde ». En ces fêtes de fin d’an­née qui s’ap­prochent, un mou­ve­ment de boy­cott a été lan­cé : Amazon Anonymous. Nous nous sommes entre­te­nus avec Renny Aupetit, libraire pari­sien (Le Comptoir des mots) à l’o­ri­gine d’une plate-forme en ligne, « mutua­liste » et sou­cieuse de pré­ser­ver le « lien social »il l’as­sure : « Il est encore temps de résis­ter ».


vign-amaPourquoi avoir pris posi­tion par rap­port à Amazon ?

Je suis quel­qu’un de prag­ma­tique ; je vis dans un monde où on a le droit d’a­voir des concur­rents et Amazon a le droit, comme tout le monde d’exer­cer, son métier. En tant que citoyen, je sais qu’Amazon doit de l’argent à l’État Français, qu’il a sa hol­ding domi­ci­liée au Luxembourg, qu’il contri­bue peu à l’économie fran­çaise et qu’il ne res­pecte pas la légis­la­tion du tra­vail. Et cela m’interpelle. En tant que libraire, je sais qu’Amazon tente de contour­ner la loi sur le prix unique du livre. Je dis donc aux lec­teurs : « à chaque fois que vous en ache­tez un livre, deman­dez-vous à qui vous l’a­che­tez et qui vous avez envie de ren­for­cer ou de sou­te­nir ? » Je donne juste les élé­ments pour que les lec­teurs et les inter­nautes sachent à qui ils ont affaire.

Vous allez tout de même, dans une tri­bune parue dans le jour­nal Le Monde cette année, jus­qu’à le dési­gner comme un « voyou ».

« Amazon incarne un sys­tème capi­ta­lis­tique pous­sé à l’ex­trême, contre lequel une grande par­tie de la pla­nète essaie de lut­ter. »

C’est un voyou qui applique des méthodes de voyou. Mais je ne fais qu’in­ter­pel­ler les lec­teurs en leur disant : main­te­nant que vous connais­sez les méthodes de cet opé­ra­teur, faites comme bon vous semble ! Je veux leur dire : ne regar­dez pas seule­ment votre petit inté­rêt per­son­nel mais aus­si les enjeux sur la socié­té. En ache­tant à Amazon, on ren­force un sys­tème qui n’est pas contri­bu­tif à l’économie du pays. Les gens se plaignent, en France, de payer des impôts, mais plus ils uti­lisent Amazon, plus ils ont de chances d’en payer ! Savez-vous que si vous addi­tion­nez Google, Apple, Facebook et Amazon, en termes de chiffres d’af­faire, on obtient le PIB du Danemark ? C’est-à-dire que ces quatre socié­tés équi­valent au PIB du 35e pays dans le monde. Et tout ça échap­pe­rait à l’im­pôt ? Tout ça, ce sont des écoles ou des hôpi­taux que nous n’aurons pas. Là, ça n’a plus rien à voir avec le monde du livre, c’est un débat de socié­té. Si je sais que mon bou­lan­ger a une hol­ding au Luxembourg, j’ar­rê­te­rai de lui ache­ter du pain !

Et que répon­dez-vous à ceux qui trai­te­raient votre com­bat de « pas­séiste » ou d’hos­tile aux nou­velles tech­no­lo­gies ?

Que ce n’est pas le sujet ! Je vends des livres sur Internet, je vends des livres numé­riques. Il n’y a pas « le moderne » qui s’af­fran­chit de toutes les lois et « le rin­gard »… Je res­pecte un éco­sys­tème, je vis dans un monde régu­lé, avec des lois, une légis­la­tion, avec des accords entre pays. Pourquoi dire « moderne = Amazon » ? Et pour le dire d’une manière moins polé­mique, oui, Amazon a un peu révo­lu­tion­né la manière d’a­che­ter des pro­duits cultu­rels, et des livres en par­ti­cu­lier. Mais ils le font sans aucun res­pect des équi­libres — même aux États-Unis, les États cherchent à contrer leur déve­lop­pe­ment. Amazon incarne un sys­tème capi­ta­lis­tique pous­sé à l’ex­trême, contre lequel une grande par­tie de la pla­nète essaie de lut­ter. Sauf que la machine s’est tel­le­ment embal­lée, que ces socié­tés-là sont tel­le­ment puis­santes qu’au­cun État – que ce soit la France, ou en Europe ou aux États-Unis – n’ar­rive à frei­ner cette dyna­mique folle.

amazon

Entrepôt Amazon

Donc quand le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, explique que « rendre les livres acces­sibles est bon pour la culture », cela vous fait dou­ce­ment rigo­ler ?

Il peut dire ce qu’il veut. Mais si je prends l’exemple de la France, là où Amazon est le plus puis­sant, c’est essen­tiel­le­ment dans les zones urbaines. Donc c’est men­son­ger et mani­pu­la­teur.

Pour réagir de façon concrète, vous avez lan­cé Lalibrairie.com. Quelle était l’i­dée de départ ?

« Ce n’est pas poli­ti­cien, c’est poli­tique. C’est un enjeu de socié­té. »

La démarche est toute simple : c’est du com­merce connec­té. C’est-à-dire que der­rière Lalibrairie.com, il y a des vraies librai­ries. Nous ne sommes pas des « pas­séistes », nous sommes « modernes » comme Amazon : j’ai bien com­pris qu’il était plus pra­tique pour tout le monde de pou­voir se ren­sei­gner, com­man­der et réser­ver des livres de chez soi, bien au chaud, à par­tir d’Internet. Simplement, je dis : vous pou­vez pas­ser votre com­mande puis la reti­rez chez un com­mer­çant cultu­rel – que ce soit un libraire ou un mar­chand de jour­naux. Donc je déve­loppe un réseau : aujourd’­hui 1 800 l’an­née pro­chaine 3 000. Je pro­pose aux libraires, qui n’en ont pas for­cé­ment les moyens, de vendre éga­le­ment des livres via Internet. C’est quand même incroyable : on est en France, les livres sont écrits par des auteurs fran­çais, édi­tés par des édi­teurs fran­çais, lu par des Français, et l’o­pé­ra­teur qui pour­rait deve­nir le pre­mier libraire de France est une struc­ture domi­ci­liée au Luxembourg !

Sur la charte de votre site, vous met­tez en avant le lien social, le com­merce de proxi­mi­té et les acteurs locaux. Vous reven­di­quez-vous d’une démarche poli­tique ?

Oui. Au sens noble du terme. Ce n’est pas poli­ti­cien, c’est poli­tique. C’est un enjeu de socié­té. Je suis géné­ti­cien et je pense que chaque inno­va­tion tech­no­lo­gique est un pro­grès poten­tiel : l’élec­tri­ci­té, le nucléaire, Internet… Après, tout dépend de l’utilisation que l’on fait de ces décou­vertes. Si demain on en vient à favo­ri­ser une socié­té où cha­cun com­mande chez lui et se fait tout livrer, un grand nombre de gens n’auront fina­le­ment adres­sé la parole à per­sonne dans la jour­née. Cette socié­té où l’humain ne serait pas au centre, je n’ai pas envie d’y vivre. Je pense que c’est extrê­me­ment impor­tant de sor­tir de chez soi et d’al­ler récu­pé­rer la com­mande qu’on a effec­tuée chez un vrai com­mer­çant. Je ne veux pas impo­ser mon modèle à tout le monde, mais je suis très content, par exemple, d’avoir dans notre réseau des maga­sins qui sont le der­nier com­mer­çant du vil­lage, celui qui fait le grand écart entre la Poste, le dépôt de jour­naux, la sta­tion-ser­vice et un peu d’é­pi­ce­rie…

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.