Notre onzième numéro est disponible en librairie !
 

« Terrains désignés » [portfolio]


Photoreportage inédit pour le site de Ballast

Au mot de « gitan », les cli­chés du « mous­ta­chu à la gui­tare » ou de « l’enfant pieds nus à la ciga­rette1 » sur­gissent. C’est sur ce ter­rain que de nom­breux artistes comme Koudelka, Mathieu Pernot ou Alain Keller ont fait leurs armes. Le pho­to­graphe Valentin Merlin a choi­si d’en prendre le contre-pied : per­sonne sur les pho­tos. Des murs, des palis­sades, des bar­rières, du bar­be­lé, du béton : c’est ce qui consti­tue les « aires d’accueil ». Il nous dit par ce tra­vail, avoir « vou­lu construire une archive de l’encampement des gens du voyage en France, mais aus­si fabri­quer des preuves ». Preuves que l’administration assigne à rési­dence des citoyens fran­çais dans des lieux hos­tiles à toute forme de vie. Si la pho­to peut accom­pagner les luttes voya­geuses, c’est en mon­trant que les auto­ri­tés locales de Petit-Quevilly, de Saint-Germain-en-Laye et de Marseille forcent des familles à vivre dans des zones à haut risque indus­triel. Au fil de cette série com­men­cée en 2015, on peut sai­sir pour­quoi cer­tains voya­geurs appellent ces aires d’accueil des « ter­rains dési­gnés ». Subissent-ils pour autant ces lieux ? Il n’en est pas ques­tion : ils les appri­voisent et les com­battent aus­si. Parfois, on aper­çoit le « bureau » — le lieu du pou­voir — brû­lé. Ou encore des restes de mor­ceaux de bar­ri­cades. Luttes silen­cieuses, mais visibles. 


[lire le pre­mier volet]


[La Souterraine, Creuse]

[Usine Borealis. Grand-Quevilly, Seine-Maritime]

[Guéret, Creuse]

[Feytiat, Haute-Vienne]

[Florac, Lozère]

[Plaisir, Yvelines]

[Terrain rénové. Givors, Rhône]

[En signe de contestation, le bureau du terrain a été brûlé. Gerzat, Puy-de-Dôme]

[Lezoux, Puy-de-Dôme]

[Riom, Puy-de-Dôme]

[Emplacement temporaire imposé par la commune de Figeac, Lot]

[Usine Seine Aval exploitée par le SIAAP (Syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne). Saint-Germain-en-Laye, Yvelines]

[Derrière se trouve l'usine d'incinération Valtom. Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme]

[Usine d'incinération Enoris. Massy, Essonnes]

[Entouré des Carrières du Bassin Rhonalpin et autres producteur de granulats. Saint-Bonnet-de-Mure, Rhône]


[lire le troi­sième et der­nier volet]


  1. André Barthélémy, Routes de Gitanie, Le Centurion, 1982, p. 11.

REBONDS

☰ Voir notre port­fo­lio « Mossoul : la vie après Daech », Sylvain Mercadier, avril 2021
☰ Voir notre port­fo­lio « Gilets jaunes : deux ans debout », novembre 2020
☰ Voir notre port­fo­lio « Bolivie : le retour du socia­lisme », Rosa Moussaoui, octobre 2020
☰ Voir notre port­fo­lio « Liban : quand la rue se sou­lève », Laurent Perpiga Iban, février 2020
☰ Voir notre port­fo­lio « Gilets jaunes : un an de lutte », Stéphane Burlot, novembre 2019
☰ Voir notre port­fo­lio « Rojava, sous le feu », Laurent Perpigna Iban et Sylvain Mercadier, octobre 2019

Valentin Merlin
Valentin Merlin

Photographe. Depuis 2015, il documente l'encampement des « gens du voyage » sur les aires d'accueil en France.

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.