Maud Alpi : « Esclavage animal : cet aveuglement est aujourd’hui impossible »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Ils s’ap­pe­laient autre­fois « tue­ries » et se trou­vaient, en France, à l’in­té­rieur des villes. Sensibilité à la mort san­glante et hygiène publique obligent, les abat­toirs furent pas à pas sous­traits à la vue des pas­sants et régle­men­tés par les auto­ri­tés. Jusqu’à deve­nir des espaces « clos, des zones de non-droit1Natacha Harry, jour­na­liste vété­ri­naire et pré­si­dente de l’as­so­cia­tion Société pro­tec­trice des ani­maux. » où la vio­lence se déploie en socié­té à son stade le plus ultime. Cette dis­si­mu­la­tion se voit remise en cause depuis quelques années : l’as­so­cia­tion L214, forte de ses lan­ceurs d’a­lerte et de ses camé­ras cachées, éclaire régu­liè­re­ment citoyens et consom­ma­teurs ; une com­mis­sion d’en­quête par­le­men­taire s’est, cette année, sai­sie pour par­tie de la ques­tion ; une ving­taine de mili­tants abo­li­tion­nistes2269Life Libération Animale. ont inves­ti paci­fi­que­ment, la semaine pas­sée, un abat­toir de Corbas, près de Lyon, afin de blo­quer la chaîne d’a­bat­tage une nuit entière — jus­qu’à éva­cua­tion par la police. Le film Gorge Cœur Ventre, réa­li­sé par Maud Alpi, sort aujourd’­hui (16 novembre 2016) en salles. Le récit, entre fic­tion et docu­men­taire, donne à voir un jeune homme, employé dans un abat­toir pour gagner son pain, et son chien, libre, lui, de ses mou­ve­ments. Un film qui tient plus de l’ex­pé­rience sen­sible et poé­tique — le titre est d’ailleurs emprun­té au poète com­mu­niste Pier Paolo Pasolini, « e lì, gola cuore e ventre3Tiré du recueil La Religion de mon temps. » — que de l’œuvre dénon­cia­trice : la réa­li­sa­trice donne d’a­bord à voir des indi­vi­dus, pris dans les mailles d’une liber­té qu’ils cherchent, quêtent, ignorent ou attendent.


Votre film est notam­ment dédié à « tous les ani­maux sans noms morts à l’a­bat­toir ». Le phi­lo­sophe Jacques Derrida écri­vait : « Si je pro­nonce le nom d’un mort, je pense à lui, je l’ap­pelle, je l’in­voque, je désigne une pen­sée qui dépasse la simple mémoire. » Comment pen­ser et dire ceux que l’on ne nomme pas ?

Un film pense en images et en sons. Il peut vous lais­ser l’empreinte d’un détail (la vache au long cil), d’un mou­ve­ment (le cochon qui tente de s’é­chap­per), d’un cri, de la cou­leur ou de la tex­ture d’un pelage. La ques­tion de l’a­no­ny­mat me ren­voie à celle du groupe. La bou­ve­rie d’un abat­toir est un défi­lé de condam­nés, dont il ne reste ensuite que des numé­ros. L’abattoir « traite » des groupes, des trou­peaux, des futurs kilos. C’est d’au­tant plus vrai pour les petits ani­maux. Et vous savez comme moi qu’il y a une équa­tion étrange entre l’empathie et le nombre de vic­times : plus les vic­times sont nom­breuses, plus l’empathie est dif­fi­cile. Les souf­frances d’un indi­vi­du sont plus sus­cep­tibles de déclen­cher l’empathie que les souf­frances d’un peuple. Il me paraît évident aus­si que les souf­frances répé­ti­tives, méca­ni­sées, sont moins sus­cep­tibles d’é­veiller l’empathie que des souf­frances excep­tion­nelles, spec­ta­cu­laires. La réponse du film est de ten­ter d’in­car­ner cha­cun et cha­cune de manière sin­gu­lière, ne pas faire masse. Certaines bêtes passent très fur­ti­ve­ment dans le film. Mais j’ai fait en sorte qu’on n’y voit jamais, ou presque, une masse de bêtes — pour que s’y énu­mèrent, comme les noms d’une prière, des visages et des regards.

Votre film n’est pas san­gui­nolent, mal­gré le décor : la vio­lence se déploie le plus sou­vent hors-champ — ce qui n’at­té­nue d’ailleurs rien à la vio­lence « légi­time », car légale et ins­ti­tu­tion­na­li­sée, que vous don­nez à voir. Comment avez-vous géré cet équi­libre ?

« La bou­ve­rie d’un abat­toir est un défi­lé de condam­nés, dont il ne reste ensuite que des numé­ros. L ’abat­toir traite des groupes, des trou­peaux, des futurs kilos. »

Nous avons fil­mé dans la zone sale, qui va de l’ar­ri­vée des bêtes jus­qu’au moment où on retire la peau du cadavre — et avec la peau, la der­nière trace d’in­di­vi­dua­li­té dis­pa­raît : c’est le début de la viande, et de la zone propre. La vio­lence san­glante est sou­vent hors-champ mais la vio­lence de la contrainte, de l’en­fer­me­ment, de la menace de la mort, sen­tie par tous, cette vio­lence est au centre. Ce sont les émo­tions que je veux appro­cher. Pas seule­ment les émo­tions d’ef­froi, mais aus­si la résis­tance, la conso­la­tion. Ce sont les regards et les mou­ve­ments des bêtes vivantes qui nous amènent à des images san­glantes, par des angles ou des mou­ve­ments de camé­ra qui épousent une per­cep­tion : une vache qui recule en enten­dant une com­pagne se faire tuer à l’ar­rière-plan ; un veau qui crie son désar­roi et nous fait lever le regard vers la tue­rie où défilent les corps de ses frères. Je ne me suis pas sen­tie le droit de mener cette per­cep­tion jus­qu’au moment du coup fatal : on ne voit donc des bêtes se faire tuer qu’à une cer­taine dis­tance. On n’ac­com­pagne jamais une bête dans le piège (cais­son de mise à mort). Je n’en avais de toute façon pas l’au­to­ri­sa­tion — mais même si je l’a­vais eue, je ne l’au­rais pas fait. Autour des pièges, il y a encore moins de points de vue pos­sibles que dans la bou­ve­rie. Par exemple pour les bovins, si on veut fil­mer le visage de celui ou celle qui se fait tuer, on ne peut qu’être au-des­sus, en fil­mant par l’ou­ver­ture où le tueur va poin­ter le mata­dor. Ou bien on est face à la bête, de l’autre côté du piège — là où le chien se pro­mène au début du film. Peut-être que je n’a­vais pas envie que la der­nière chose que les bêtes voient soit notre camé­ra…

Vous décri­vez votre film comme « une expé­rience émo­tion­nelle et sen­so­rielle ». Il est en effet très peu didac­tique et n’a rien d’ex­pli­ci­te­ment mili­tant — « expé­rience » est le mot juste, puis­qu’on ne sait jamais vrai­ment sur quel pied dan­ser : fic­tion ? docu­men­taire ? Pourquoi ce par­ti-pris poreux ?

On peut se deman­der pour­quoi lais­ser la fic­tion conta­mi­ner une matière aus­si vio­lente, aus­si irré­ver­sible. Qu’est-ce qui peut tenir, poé­ti­que­ment, devant ça ? Dans les faits, c’est le docu­men­taire qui, entre l’é­cri­ture et la fin du mon­tage, a fait table rase de tout élé­ment de fic­tion dont il n’é­tait pas la matrice. Je n’ai pour­tant jamais pen­sé faire un docu­men­taire, je n’ai jamais eu cette hési­ta­tion-là. Je vou­lais mettre en scène un per­son­nage de vaga­bond, très jeune comme toutes les bêtes qui meurent à l’a­bat­toir ; il y tra­vaille de pas­sage et paie de quelques mois en enfer sa liber­té. Il vit avec un chien qu’il aime par-des­sus tout. Peut-être que j’au­rais pu faire un film de ciné­ma vécu : pro­po­ser à Virgile de se faire employer dans la bou­ve­rie d’un abat­toir et fil­mer ce qui se passe le temps de cette expé­rience, sans rien sug­gé­rer d’autre que « Va là-bas et tra­vaille ». L’espace ouvert par cette pro­po­si­tion aurait déjà été de la fic­tion. Peut-être qu’a­lors la par­tie humaine de l’in­trigue aurait déri­vé vers un autre enjeu, l’i­mage de soi : l’i­mage que les humains veulent ren­voyer d’eux, la manière dont ils se mettent en scène — et ma ten­ta­tive d’al­ler au-delà. Il y a de toute façon plein de films pos­sibles, mais je crois qu’il n’y a pas un de ces pos­sibles qui soit « bon » ; pas de bon film au milieu des ani­maux qui vont mou­rir. Ce qui m’a pré­oc­cu­pée, là, dans le pétris­sage de la matière irré­ver­sible et de la matière réver­sible, c’é­tait de trou­ver une forme d’in­ti­mi­té qui cir­cule. Et une cer­taine véri­té des rap­ports de pou­voir, aus­si. Les humains acteurs et les vaches sacri­fiées « pour de vrai », et le chien au milieu, domi­né mais pri­vi­lé­gié, c’est une manière — il y en a d’autres — d’ex­pri­mer une véri­té sur les rap­ports de domi­na­tion. Ces gouffres dans la dis­tri­bu­tion des rôles sont un reflet du monde. J’ai beau­coup pen­sé « conta­gion » en fai­sant le film, mais « poro­si­té » me parle aus­si. Rester poreux, c’est res­ter atten­tif, en plus fort, plus près du sol, plus vei­né. Recevoir dans notre chair les émo­tions des autres, se lais­ser enva­hir par elles, et les trans­mettre à d’autres par le tou­cher, le contact, la dou­ceur.

Par Maya Mihindou

Le per­son­nage prin­ci­pal confie à son chien : « Aucun ani­mal peut sor­tir d’i­ci vivant. » C’est faux : son chien le peut. Tout le film paraît tra­ver­sé par cette contra­dic­tion non-dite. Le chien n’est plus un « ani­mal », du moins un ani­mal comme les autres, puisque l’homme a déci­dé de le pro­té­ger…

Oui. Et lui aus­si le peut. Les ani­maux humains le peuvent, de même que les oiseaux et les arai­gnées… Les rats, s’ils se cachent bien… La règle « Aucun ani­mal ne peut sor­tir d’i­ci vivant » dit tout l’ar­bi­traire de cette domi­na­tion qui par­tage le monde en zones de vie libre, zones d’emprisonnement et zones de mort, selon votre espèce, votre sous-espèce, votre âge, vos capa­ci­tés et l’en­droit où vous avez le mal­heur de vous aven­tu­rer.

On songe à la réflexion de la psy­cho­logue Mélanie Joy, à pro­pos du « car­nisme4Le car­nisme est une idéo­lo­gie, un « ensemble de dis­cours offi­ciels visant à jus­ti­fier mora­le­ment et même à encou­ra­ger la consom­ma­tion de pro­duits d’o­ri­gine ani­male, au nom de prin­cipes reli­gieux, phi­lo­so­phiques, médi­caux ou éco­lo­gique » — défi­ni­tion don­née par l’es­sayiste Renan Larue. ». « Pourquoi aimer les chiens, man­ger les cochons et se vêtir de vaches ? », demande-t-elle dans un livre du même titre. Quel est votre rap­port à la pen­sée anti­spé­ciste5L’antispécisme s’op­pose au spé­cisme : « Le spé­cisme est à l’es­pèce ce que le racisme et le sexisme sont res­pec­ti­ve­ment à la race et au sexe : la volon­té de ne pas prendre en compte (ou de moins prendre en compte) les inté­rêts de cer­tains au béné­fice d’autres, en pré­tex­tant des dif­fé­rences réelles ou ima­gi­naires mais tou­jours dépour­vues de lien logique avec ce qu’elles sont cen­sées jus­ti­fier. » — défi­ni­tion don­née par Les Cahiers anti­spé­cistes. ?

« Nous sommes encore spé­cistes. Nous sommes obli­gés de l’être un peu, tant que cet ordre domine le monde, puisque nous sommes ce monde. »

J’ai d’a­bord, comme nous tous, une his­toire avec la vio­lence à l’en­contre des ani­maux : une classe de pêche à l’é­cole, à ouvrir les bran­chies des truites pour les faire étouf­fer ; la visite d’un pou­lailler indus­triel avec ses pri­son­nières sous néons ; une tête de mou­ton flot­tant dans une bas­sine de sang sur la place de mon vil­lage ; démé­na­ger en ville et voir les chats avec qui nous vivions se faire écra­ser ou enfer­mer, bref, décou­vrir la vio­lence d’un envi­ron­ne­ment qui ne cor­res­pon­dait pas à leurs besoins vitaux. Plus tard, mon incom­pré­hen­sion face aux étu­diants culti­vés qui déclarent « détes­ter les ani­maux » ou les mili­tants éga­li­ta­ristes qui méprisent la cause ani­male… Et, tou­jours, la tris­tesse face à la viande, car je sais que les cochons hurlent à la mort et qu’on abat les agneaux pour Pâques — le bou­cher du vil­lage voi­sin les abat lui-même, c’est un « gage de qua­li­té ». J’y pense depuis l’en­fance, et puis j’ou­blie. Et, un jour, je décide de ne pas oublier : j’ar­rête défi­ni­ti­ve­ment de man­ger les ani­maux et je mets un nom sur ce qui me sou­lève le cœur : il y a une idée qui me per­met de retour­ner le miroir vers la norme, vers moi aus­si, donc, et cette idée est le spé­cisme. C’est un évé­ne­ment inté­rieur, une anamnèse6Du grec anam­nê­sis, action de rap­pe­ler à la mémoire. bru­tale qui me ramène vers un ter­ri­toire pri­mi­tif, tou­jours connu, peut-être déser­té par peur de la soli­tude. Et j’y découvre une com­mu­nau­té de sen­si­bi­li­té, de lutte et de pen­sée.

On peine vrai­ment à ima­gi­ner cer­taines séquences, appa­rem­ment non « jouées », fil­mées si les « figu­rants » avaient été humains : com­ment se sent-on, lorsque l’on par­tage vos convic­tions, face à des « acteurs » dont on sait qu’ils ne jouent pas et qu’ils meurent « pour de vrai » ?

Oui, c’est très dif­fi­cile, voire impos­sible, d’i­ma­gi­ner ce que serait le film avec des humains der­rière les bar­reaux… Il faut essayer de se repré­sen­ter une socié­té où une par­tie des humains, consi­dé­rée et éle­vée comme une sous-classe, serait mise en escla­vage et tuée pré­co­ce­ment pour nour­rir les autres. Une socié­té où une telle orga­ni­sa­tion serait consi­dé­rée comme nor­male, depuis des mil­lé­naires, par la majo­ri­té des citoyens. Et cette socié­té ne serait pas une excep­tion, ce serait un modèle uni­ver­sel, décli­né en dif­fé­rentes variantes dans le monde entier. La trans­gres­sion ori­gi­nelle se serait bana­li­sée au point de paraître inévi­table. L’architecture sépa­ra­trice et humi­liante de la bou­ve­rie de l’a­bat­toir est une broyeuse à empa­thie (comme j’i­ma­gine que l’est la pri­son) : vous, vous pou­vez ouvrir les bar­rières, entrer et sor­tir. Vous pou­vez mar­cher dans le cou­loir de la mort, et reve­nir. Tout vous rap­pelle sans cesse que vous ne faites pas par­tie des condam­nés, que vous êtes de l’autre côté. Vous appar­te­nez à la com­mu­nau­té qui cir­cule et qui ordonne. J’essayais de ne pas m’en­dur­cir, de res­ter faible, atten­tive, poreuse aux émo­tions des bêtes. Bien sûr, j’ai res­sen­ti de l’empathie, de la tris­tesse, de la colère — ces émo­tions, je les connais­sais bien, je les atten­dais, et je pour­rais dire même que je les cultive. Mais l’é­mo­tion la plus pesante, c’é­tait de me sen­tir traître. Traître à mon espèce. Et traître vis-à-vis des bêtes, peut-être à cause de la faci­li­té qu’il y a à fil­mer des ani­maux enfer­més. À l’is­sue d’une pro­jec­tion, le cri­tique de ciné­ma Camille Brunel nous a dit : « Ce film ne devrait pas exis­ter et nous ne devrions pas pou­voir le regar­der. » Je pense que si nous par­ve­nons à regar­der ces images, et si nous avons pu les tour­ner, c’est parce que nous sommes encore spé­cistes. Nous sommes obli­gés de l’être un peu, tant que cet ordre domine le monde, puisque nous sommes ce monde. En fait, ce n’est peut-être pas du spé­cisme, mais un égoïsme vital, qui nous pro­tège psy­cho­lo­gi­que­ment, le même égoïsme qui nous per­met de regar­der les images des guerres contem­po­raines sans deve­nir lit­té­ra­le­ment fous de dou­leur.

Par Maya Mihindou

Le cinéaste Luc Dardenne estime que « pour dénon­cer vrai­ment une injus­tice sociale, le docu­men­taire est plus effi­cace ». L’envie de « dénon­cer », c’est-à-dire de por­ter une parole direc­te­ment poli­tique, fait-elle par­tie de vos inten­tions, par-delà l’am­bi­tion artis­tique ?

Filmer là, en accor­dant autant d’at­ten­tion aux non-humains, c’est un geste poli­tique assu­mé. Je ne suis pas cer­taine qu’il soit du registre de la dénon­cia­tion, parce que si la dénon­cia­tion est l’an­ti­chambre d’un pro­cès, il me semble que mon film n’ap­porte pas beau­coup de pièces au dos­sier — contrai­re­ment à ce que pour­rait faire un film plus didac­tique, qu’il soit docu­men­taire ou de fic­tion (même si, à didac­tisme égal, le docu­men­taire est sans doute un avo­cat plus effi­cace). Ce qui est poli­tique à mes yeux est de se conten­ter de ça pour faire un film : les visages, les voix et les gestes de celles et ceux que per­sonne n’a envie de voir.
Mon film ne convoite pas l’ef­fi­ca­ci­té d’un film mili­tant. Les images, les liens entre les images, res­tent ouverts aux inter­pré­ta­tions. Qu’est-ce ce qui cir­cule entre le chien, les cochons, le monde exté­rieur… Beaucoup de spec­ta­teurs pro­jettent sur le chien l’empathie qu’eux-mêmes éprouvent, mais on peut y voir aus­si un mélange de curio­si­té et d’ef­froi. Le chien n’est pas Spartacus, et pas plus que son humain il ne fait preuve d’une conduite exem­plaire. Le film reste ouvert, il rêve, il dérive.

La seule musique pré­sente dans votre film est une chan­son de Léonard Cohen. On y entend le mot « slave » : esclave. En France, la Convention a abo­li l’es­cla­vage en 1794, esti­mant qu’il était un « crime de lèse-huma­ni­té » — peut-on ima­gi­ner, un jour, un nou­veau décret d’une future Convention ?

« Mon film ne convoite pas l’ef­fi­ca­ci­té d’un film mili­tant. Les images, les liens entre les images, res­tent ouverts aux inter­pré­ta­tions. »

Et main­te­nant ? On peut se racon­ter beau­coup de « un jour »… Mais main­te­nant ? Nous dis­po­sons depuis long­temps des idées et des valeurs néces­saires à la construc­tion de rap­ports paci­fiés, et la ques­tion de la légi­ti­mi­té de la mise à mort des ani­maux non-humains remonte à l’Antiquité. Il est triste que nous ayons eu besoin de recherches scien­ti­fiques pour prou­ver que les ani­maux ont des émo­tions, une conscience d’eux-mêmes. Qu’ils tiennent à leur vie. Nous pou­vions faire confiance à nos sens, à notre expé­rience, comme d’autres l’ont fait avant nous. Si de telles études existent, c’est mal­heu­reu­se­ment pour répondre à un aveu­gle­ment volon­taire d’une par­tie du monde phi­lo­so­phi­co-scien­ti­fique qui, à une époque, a faci­li­té l’es­cla­vage ani­mal et son indus­tria­li­sa­tion. Cet aveu­gle­ment est aujourd’­hui impos­sible. En outre, éco­no­mi­que­ment et éco­lo­gi­que­ment, nous n’a­vons plus d’ex­cuses. Mais les rap­ports de pou­voir sont là, pesants. La pro­duc­tion de mort conti­nue, elle s’am­pli­fie même, alors que, psy­chi­que­ment, ce monde de pro­duc­tion de mort est en train de s’ef­fon­drer. Il conti­nue de pro­duire une quan­ti­té énorme de souf­france tout en s’ef­fon­drant. Ça peut durer des décen­nies comme des siècles.

Par trois fois, votre héros répète qu’il n’aime pas voir son chien dans sa plus stricte inti­mi­té — on le voit éga­le­ment gêné lorsque sa com­pagne se retrouve nue face à lui. Dans un film où la parole est rare, ce n’est pas un hasard… Dans L’Animal que donc je suis, Derrida raconte sa gêne à se trou­ver nu devant son chat et y réflé­chit : cette « honte » serait celle « d’être nus comme une bête ». Que dit votre film des rôles et des assi­gna­tions entre espèces ?

Simplement la dif­fi­cul­té pour nous, humains, d’être des ani­maux heu­reux… L’ambiguïté qu’il y a à par­ta­ger son inti­mi­té avec un chien, aus­si. Ce demi-humain est convié à la table du déjeu­ner, comme un com­parse de la même espèce, et Virgile lui parle comme à un enfant. Mais lorsque la sexua­li­té de Boston se fait trop pré­gnante, cette impu­deur tran­quille semble gêner Virgile. J’y vois aus­si un peu de jalou­sie à l’en­contre de la joie du chien, une joie spon­ta­née, entière — alors que Virgile est rat­tra­pé par les empreintes de ses nuits en enfer. L’été ne peut plus être léger et joyeux pour lui. Le sen­ti­ment humain domi­nant dans le film est la honte. La honte qui se forge dans la vio­lence, dans la sépa­ra­tion vio­lente et meur­trière opé­rée avec les autres espèces, les frères ani­maux.

Une scène, par­ti­cu­liè­re­ment belle, donne à voir un lieu — que l’on croi­rait sor­ti d’un film post-apo­ca­lyp­tique — rem­pli de chiens en liber­té. Les cyniques de l’Antiquité grecque s’en­tou­raient de chiens, notam­ment Diogène, que l’on trai­tait jus­te­ment de « chien » au regard de son mode de vie et de la liber­té qu’il reven­di­quait. Ce désir de liber­té, auquel paraît aspi­rer éga­le­ment votre héros, est-il un motif de votre film fina­le­ment proche du huis-clos ?

« Il pour­rait se faire trai­ter de chien, et il pour­rait sans doute aus­si le reven­di­quer. »

Oui. Une liber­té essen­tielle, pri­mi­tive : ne pas être enca­gé ni atta­ché. Être libre de ses mou­ve­ments. Pouvoir res­pi­rer le grand air de jour comme de nuit. Le per­son­nage humain, aus­si, vit comme un chien, errant, squat­tant une mai­son sans vitres. Il pour­rait se faire trai­ter de chien, et il pour­rait sans doute aus­si le reven­di­quer, mais ça, le film ne le raconte pas.

Par Maya Mihindou

« Je déteste les gros plans car c’est une manière d’être dénu­dée. Un gros plan est l’i­mage qu’on a quand on embrasse quel­qu’un. C’est l’é­qui­valent d’un bai­ser », a un joué décla­ré l’ac­trice Sandrine Bonnaire. Vous fil­mez les regards ani­maux avec une atten­tion par­ti­cu­lière. Que mettent à nu tous vos gros plans ?

Je ne sais pas. Ils ne mettent pas à nus. Ils sont nus, aus­si nus que pos­sible. Quand ils ne le sont pas, je les trouve ratés. J’aime la nudi­té, phy­sique, émo­tion­nelle… Je la trouve impor­tante, même. Les gros plans du film cherchent la caresse, l’é­treinte. Les épi­cu­riens pen­saient que la vue était une moda­li­té du tou­cher, que lors­qu’on regarde une chose, elle émet de très fines par­ti­cules qui viennent vers notre rétine et occa­sionnent ain­si la vision de cette chose. J’essaie de m’ap­pro­cher d’une manière suf­fi­sam­ment douce pour pou­voir tou­cher, rece­voir tout ce qui tra­verse les regards : peur, incom­pré­hen­sion, rési­gna­tion, colère… Je n’ai pas le sen­ti­ment que cette approche révèle quelque chose de caché, de trop intime ou qui serait vilain à regar­der — comme cette his­toire de bai­ser qui va scru­ter la peau de trop près. La seule chose qui peut nous cacher les émo­tions des bêtes, ce sont nos pré­ju­gés.


Toutes les pho­to­gra­phies (à l’ex­cep­tion de l’i­mage de cou­ver­ture, tirée du film) sont de Maya Mihindou, pour Ballast.


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Les Cahiers anti­spé­cistes : « Sortir les ani­maux de la caté­go­rie des mar­chan­dises », sep­tembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Vincent Message : « Accomplir le pro­jet inache­vé des Lumières », juin 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Renan Larue : « Boucheries et pois­son­ne­ries dis­pa­raî­tront pro­gres­si­ve­ment », mars 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Ronnie Lee : « Mettre un terme à l’exploitation ani­male », jan­vier 2016
☰ Lire notre entre­tien avec L214 : « Les ani­maux ? C’est une lutte poli­tique », novembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Aurélien Barrau : « Le com­bat ani­ma­lier est frère des com­bats d’émancipation et de libé­ra­tion », sep­tembre 2015

NOTES   [ + ]

1.Natacha Harry, jour­na­liste vété­ri­naire et pré­si­dente de l’as­so­cia­tion Société pro­tec­trice des ani­maux.
2.269Life Libération Animale.
3.Tiré du recueil La Religion de mon temps.
4.Le car­nisme est une idéo­lo­gie, un « ensemble de dis­cours offi­ciels visant à jus­ti­fier mora­le­ment et même à encou­ra­ger la consom­ma­tion de pro­duits d’o­ri­gine ani­male, au nom de prin­cipes reli­gieux, phi­lo­so­phiques, médi­caux ou éco­lo­gique » — défi­ni­tion don­née par l’es­sayiste Renan Larue.
5.L’antispécisme s’op­pose au spé­cisme : « Le spé­cisme est à l’es­pèce ce que le racisme et le sexisme sont res­pec­ti­ve­ment à la race et au sexe : la volon­té de ne pas prendre en compte (ou de moins prendre en compte) les inté­rêts de cer­tains au béné­fice d’autres, en pré­tex­tant des dif­fé­rences réelles ou ima­gi­naires mais tou­jours dépour­vues de lien logique avec ce qu’elles sont cen­sées jus­ti­fier. » — défi­ni­tion don­née par Les Cahiers anti­spé­cistes.
6.Du grec anam­nê­sis, action de rap­pe­ler à la mémoire.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.