L’homophobie, ciment de l’extrême droite espagnole


Texte inédit pour le site de Ballast

L’extrême droite fait son grand retour sur la scène poli­tique de l’État espa­gnol : une pre­mière depuis la fin de la dic­ta­ture fran­quiste. Jusque-là très mar­gi­nal, le par­ti Vox béné­fi­cie à pré­sent d’une place dans les ins­ti­tu­tions et d’une impor­tante cou­ver­ture média­tique. Les pro­pos dis­cri­mi­nants du par­ti marquent l’actualité de la presse natio­nale. L’homophobie devient un enjeu de bataille entre les dif­fé­rentes ten­dances de la droite, et les consé­quences ne se font pas attendre : on assiste à une libé­ra­tion de la parole et des actes homo­phobes dans la pénin­sule. ☰ Par Arthur Brault Moreau


Vox est un par­ti très jeune. Fondé en 2013, il n’a ni implan­ta­tion locale, ni réel poids ins­ti­tu­tion­nel. Jusqu’en décembre 2018, le par­ti n’avait obte­nu que quelques postes dans des muni­ci­pa­li­tés, ain­si qu’un siège de séna­teur. Cette situa­tion fai­sait de l’État espa­gnol une excep­tion au niveau euro­péen : l’extrême droite, en tant que force poli­tique, n’y exis­tait qua­si­ment pas — et ce, depuis la fin de la dic­ta­ture fran­quiste. L’extrême droite « man­quait d’une expres­sion poli­tique et se trou­vait diluée jusqu’à aujourd’hui à l’intérieur d’un Parti Populaire hôte », écri­vait en jan­vier l’eurodéputé Miguel Urban Crespo (Podemos) dans la revue Viento Sur. À la sur­prise géné­rale, le par­ti rem­porte 12 sièges aux élec­tions anda­louses de décembre 2018, avec 10 % des voix, et par­ti­cipe, par une alliance avec la droite conser­va­trice (Parti popu­laire, PP) et néo­li­bé­rale (Ciudadanos), à y ren­ver­ser le très implan­té Parti socia­liste (PSOE). Selon Miguel Urban, c’est la crise à l’intérieur du Parti popu­laire, prin­ci­pa­le­ment en matière de cor­rup­tion, et la concur­rence entre les dif­fé­rentes droites (PP et Ciudadanos) qui ont ouvert la voie à Vox. La vague mon­diale de l’extrême droite et les poli­tiques aus­té­ri­taires menées par les gou­ver­ne­ments suc­ces­sifs ont, en outre, favo­ri­sé l’émergence de ce mou­ve­ment. Miguel Urban relève par ailleurs que c’est dans l’électorat du PP et de Ciudadanos que la for­ma­tion d’extrême droite a pui­sé ses voix, tan­dis que la gauche a souf­fert de l’abstention. Quoiqu’il en soit, la très dis­crète voire absente extrême droite a fait son entrée dans le jeu élec­to­ral en com­men­çant par la région la plus peu­plée de l’État espa­gnol.

L’homophobie : un marqueur

« C’est la stra­té­gie de la pro­vo­ca­tion qui pré­vaut : la suc­ces­sion des pro­pos dis­cri­mi­nants génère une polé­mique qui assure aux cadres du par­ti une place dans les médias. »

Encore assez fra­gile, Vox parie sur son récent (et très sur­pre­nant) élan élec­to­ral pour s’imposer sur l’échiquier poli­tique du pays. L’organisation table éga­le­ment sur une forte pré­sence dans les médias. Pour elle, c’est la stra­té­gie de la pro­vo­ca­tion qui pré­vaut : la suc­ces­sion des pro­pos dis­cri­mi­nants génère une polé­mique qui assure aux cadres du par­ti une place dans les médias les plus impor­tants. Ces der­niers finissent, mal­gré une volon­té affi­chée de dénon­cer, par relayer chaque phrase insul­tante issue des rangs de l’organisation. Le cas de Fernando Paz, numé­ro 1 de la liste de Vox à Albacete (Castille), est par­lant : il déve­loppe des théo­ries natio­na­listes, racistes et homo­phobes au cours de confé­rences tenues par la Phalange ou l’Alliance natio­nale — des orga­ni­sa­tions fran­quistes ; il est ensuite invi­té sur des pla­teaux de télé­vi­sion pour s’expliquer. Face aux camé­ras de la popu­laire chaîne poli­tique La Sexta, Paz se déverse volon­tiers : « La famille natu­relle, c’est l’union d’un homme et d’une femme », « Si j’avais un fils gay, je l’aiderais, il y a des thé­ra­pies pour réta­blir sa psy­cho­lo­gie », « Aujourd’hui, il est pos­sible de chan­ger de sexe mais pas d’avoir une thé­ra­pie de réver­sion ».

Le cré­neau homo­phobe est éga­le­ment repris par le séna­teur de Vox, Francisco José Alcaraz. Ce der­nier s’est récem­ment fait remar­quer en empê­chant l’approbation d’une mesure pour favo­ri­ser la diver­si­té dans le sport et la lutte contre l’homophobie. Malgré l’accord de l’ensemble des séna­teurs, la mesure1« El sena­dor de Vox se estre­na vetan­do una decla­ra­ción contra la homo­fo­bia en el deporte », El País, 21 février 2019. est reje­tée faute d’unanimité totale. De son côté, le fon­da­teur et diri­geant de Vox, Santiago Abascal Conde, s’oppose sans détour au mariage éga­li­taire et fait de son abro­ga­tion une pro­messe élec­to­rale2« Santiago Abascal, sin más­ca­ras : Vox dice no al matri­mo­nio gay », Shangay, 5 décembre 2018.. L’homophobie affi­chée est deve­nue un mar­queur de l’organisation. Dans un com­mu­ni­qué, le par­ti dénonce la Gay Pride comme une « impo­si­tion idéo­lo­gique, nui­sant aux droits des habi­tants, aux normes muni­ci­pales et pro­fi­tant des biens et fonds publics » — l’écrivain Modesto Garcia a recen­sé sur son compte Twitter pas moins de 22 prises de posi­tion homo­phobe de la part de per­son­na­li­tés ou de proches de Vox.

Santiago Abascal Conde, fon­da­teur et diri­geant de Vox (Efe)

Instrumentaliser la lutte LGBTQI+

Les prin­ci­pales forces de la droite espa­gnole (Parti Populaire, Ciudadanos et, à pré­sent, Vox) ont trou­vé dans la lutte contre le gou­ver­ne­ment du « socia­liste » Pedro Sanchez un ter­rain d’union et d’entente. Le dimanche 10 février 2019, elles ont appe­lé à « prendre la rue » pour s’opposer au gou­ver­ne­ment en place : l’événement don­ne­ra lieu à une pho­to réunis­sant les trois pans de la droite natio­nale. Mais, en dépit de cette image uni­taire, les médias font état du malaise de Ciudadanos : un rap­pro­che­ment trop fort risque en effet de brouiller les fron­tières entre les dif­fé­rentes for­ma­tions. Qu’à cela ne tienne, Albert Rivera, diri­geant de Ciudadanos, pro­fite de la mani­fes­ta­tion pour s’afficher avec des dra­peaux LGBTQI+ et trans ; encore récem­ment, il s’est décla­ré en faveur de la ges­ta­tion pour autrui3« Albert Rivera vuelve a defen­der la ges­ta­cion subro­ga­da », La Sexta, 30 mars 2019.. Le recours est assez gros­sier : pour ten­ter de don­ner une image plus « pro­gres­siste » que son allié d’extrême droite, le par­ti de Rivera joue la carte du LGBT-friend­ly.

« Pour ten­ter de don­ner une image plus pro­gres­siste que son allié d’extrême droite, Ciudadanos joue la carte du LGBT-friend­ly. »

La manœuvre du 10 février sera vite dénon­cée par la gauche et notam­ment par le dépu­té de l’Assemblée de Madrid, Eduardo Fernández Rubiño (Podemos). « Vous avez insul­té un sym­bole qui signi­fie la mémoire et la lutte de tout un col­lec­tif qui a lais­sé sueur et sang pour ses droits […]. Vous faites ça pour vous blan­chir des pactes que vous faites avec l’extrême droite […]. Si réel­le­ment vous vous enga­gez pour les droits LGBTI, dites ici et main­te­nant que vous ne ferez pas d’alliance avec Vox aux pro­chaines légis­la­tives ! », lance le jeune dépu­té aux élus de Ciudadanos. Avant de rap­pe­ler cette prise de posi­tion de leur lea­der, Albert Rivera, qui affir­mait que « par­ler de mariage pour une union homo­sexuelle génère des ten­sions non néces­saires et évi­tables ». Si Ciudadanos tente de pré­ser­ver une image plus pro­gres­siste que le reste de la droite, la concorde entre ces dif­fé­rentes for­ma­tions pro­met d’autres accords pour les élec­tions géné­rales du 28 avril et les élec­tions euro­péennes, muni­ci­pales et régio­nales du 26 mai pro­chain.

De la parole aux agressions

Le regain des dis­cours homo­phobes s’accompagne d’attaques claires envers les mino­ri­tés, enjeux de véri­tables pro­messes élec­to­rales. Sur son site, Vox défend un pro­gramme ouver­te­ment sexiste, en s’opposant au droit à l’avortement, et fran­che­ment raciste, en stig­ma­ti­sant très for­te­ment des per­sonnes musul­manes. À l’instar du pré­sident amé­ri­cain, le diri­geant de Vox appelle à construire un mur à la fron­tière de Ceuta et Melilla, finan­cé par le Maroc, pour empê­cher des « vagues d’immigrés clan­des­tins4« Santiago Abascal pro­pone que mar­rue­cos pague el muro que Vox pide en las fron­te­ras de Ceuta y Melilla », La Sexta, 29 mars 2019. ». Le nou­veau diri­geant du Parti popu­laire, le très conser­va­teur Pablo Casado5« Las ideas de Vox sobre abor­to, homo­sexua­li­dad y vio­len­cia de géne­ro : la vuel­ta de tuer­ca a lo que ya intentó el PP », El Diario, 4 décembre 2018., marche sur les pas de Vox et parle de remettre en cause le droit à l’avortement, de réduire les dépenses des pro­grammes de lutte contre les vio­lences sexuelles et sexistes, tout en condam­nant le mariage éga­li­taire et en tenant un dis­cours hos­tile6« Los inmi­grantes respon­den a la sofla­ma racis­ta de Casado », El Plural, 26 novembre 2018. à l’endroit les per­sonnes migrantes. Diffusés sur les chaînes d’information en conti­nu et dans la presse natio­nale, ces dis­cours génèrent un cli­mat favo­rable aux prises de posi­tions dis­cri­mi­nantes et aux vio­lences au sein de la socié­té civile. Si les prin­ci­pales études s’arrêtent à 2017, les chiffres attestent que les actes homo­phobes sont en hausse ces der­nières années ; selon les don­nées de l’Observatoire des vio­lences homo­phobes, la Catalogne a connu une aug­men­ta­tion de 30 % des actes homo­phobes ; de son côté, l’Observatoire madri­lène contre l’homophobie compte une aug­men­ta­tion de 34 % des actes homo­phobes en 2017, avec 321 agres­sions. Plus récem­ment, dif­fé­rentes agres­sions ont mar­qué l’actualité, avec notam­ment l’agression7« Salvaje agre­sión homó­fo­ba en el metro de Barcelona : Había gente en el vagón y nadie hizo nada », La Sexta, 12 jan­vier 2019. d’un jeune gay début jan­vier 2019 ou l’attaque8« Atacan la sede del cen­tro LGTBI de Barcelona, inau­gu­ra­do hace una sema­na », El Diario, 27 jan­vier 2019., quelques semaines plus tard, du nou­veau local LGBTI de Barcelone.

Manifestation à Madrid durant la jour­née inter­na­tio­nale contre l’homophobie et la trans­pho­bie (Getty)

Présente au ras­sem­ble­ment de sou­tien au local, la maire de Barcelone, Ada Colau, lance un mes­sage clair : « L’attaque du Centre LGBTI n’est pas une agres­sion ano­dine. C’est une attaque lâche d’une mino­ri­té, c’est une attaque contre les droits de tous et toutes, de celles et ceux qui défendent une Barcelone libre, diverse et fémi­niste. La mai­rie de Barcelone mène­ra la bataille pour que les res­pon­sables répondent devant la jus­tice9Intervention d’Ada Colau, 28 jan­vier 2019.. » Plus récem­ment, c’est un bar LGBT de Badajoz (Estrémadure), El Silencio, qui a été la cible de tags indi­quant le mot… « Vox » — ceci en écho à l’événement lan­cé à Badajoz par Abascal, le diri­geant du par­ti d’extrême droite. En réponse, la com­mu­nau­té LGBT a mani­fes­té same­di 16 mars devant El Silencio. C’est à cette occa­sion que Pablo Iglesias Fernandez, une figure de l’activisme LGBT local, a été agres­sé par des insultes et des cris « ¡Viva España ! ». Dans un com­mu­ni­qué, le col­lec­tif LGBT Commission du 19 Mars condamne ces faits et dénonce que « cette situa­tion est la consé­quence d’un cli­mat de cris­pa­tion géné­ré par la légi­ti­ma­tion des dis­cours de haine issus des droites, sans oublier les tags en faveur de Vox et l’événement à Badajoz avec le Secrétaire géné­ral de ce par­ti ». Le phé­no­mène ne se limite pas aux par­tis poli­tiques. Très récem­ment, la presse espa­gnole a révé­lé l’existence au sein de l’Église catho­lique de cours de « puri­fi­ca­tion spi­ri­tuelle » pour « soi­gner l’homosexualité10« La Conferencia Episcopal apoya los cur­sos del obis­po para « curar » a los homo­sexuales », El mun­do, 5 avril 2019. », déli­vrés par l’évêque Juan Antonio Reig Plá ; les jours sui­vants, des mili­tants LGBTQI+ ont pro­tes­té en s’embrassant devant et à l’intérieur de l’église11« Manifestantes LGTBI irrum­pen con gri­tos y besos en la cate­dral de alca­la de henares para pro­tes­tar contra el obis­pa­do », La Sexta, 2 avril.. Pour sa part, la Conférence épis­co­pale espa­gnole a réaf­fir­mé son sou­tien à l’évêque comme à ses « cours »…

À chaque nou­velle agres­sion homo­phobe, la réponse des forces de la gauche espa­gnole est immé­diate, mais ponc­tuelle. Les ques­tions LGBTQI+ ne consti­tuent pas un axe cen­tral en période de cam­pagne, bien qu’elles appa­raissent expli­ci­te­ment dans les pro­grammes et les reven­di­ca­tions des dif­fé­rentes formations12Voir notam­ment la posi­tion de Podemos en faveur d’un « plan de lutte contre l’homophobie ».. Face à la remise en cause de droits tenus pour acquis et au recours à l’homophobie comme mar­queur iden­ti­taire et outil média­tique, reste à voir si les ques­tions fémi­nistes, LGBTQI+ et anti­ra­cistes se dépla­ce­ront vers le centre des reven­di­ca­tions de la gauche espa­gnole.


Photographie de ban­nière : octobre 2018 (DR)


REBONDS

☰ Lire notre tra­duc­tion « La police contre Pasolini, Pasolini contre la police », Wu Ming, mars 2019
☰ Lire notre abé­cé­daire de Daniel Guérin, novembre 2018
☰ Lire notre entre­tien : « Guerre d’Espagne : la parole aux femmes », juillet 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Anna Gabriel : « Combattre la car­to­gra­phie du pou­voir », juillet 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Couleurs Gaies : « Nos droits ne sont jamais acquis », mars 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « Antiracisme et lutte contre l’homophobie : retour aux conver­gences », Noel Halifax, juillet 2015

NOTES   [ + ]

1.« El sena­dor de Vox se estre­na vetan­do una decla­ra­ción contra la homo­fo­bia en el deporte », El País, 21 février 2019.
2.« Santiago Abascal, sin más­ca­ras : Vox dice no al matri­mo­nio gay », Shangay, 5 décembre 2018.
3.« Albert Rivera vuelve a defen­der la ges­ta­cion subro­ga­da », La Sexta, 30 mars 2019.
4.« Santiago Abascal pro­pone que mar­rue­cos pague el muro que Vox pide en las fron­te­ras de Ceuta y Melilla », La Sexta, 29 mars 2019.
5.« Las ideas de Vox sobre abor­to, homo­sexua­li­dad y vio­len­cia de géne­ro : la vuel­ta de tuer­ca a lo que ya intentó el PP », El Diario, 4 décembre 2018.
6.« Los inmi­grantes respon­den a la sofla­ma racis­ta de Casado », El Plural, 26 novembre 2018.
7.« Salvaje agre­sión homó­fo­ba en el metro de Barcelona : Había gente en el vagón y nadie hizo nada », La Sexta, 12 jan­vier 2019.
8.« Atacan la sede del cen­tro LGTBI de Barcelona, inau­gu­ra­do hace una sema­na », El Diario, 27 jan­vier 2019.
9.Intervention d’Ada Colau, 28 jan­vier 2019.
10.« La Conferencia Episcopal apoya los cur­sos del obis­po para « curar » a los homo­sexuales », El mun­do, 5 avril 2019.
11.« Manifestantes LGTBI irrum­pen con gri­tos y besos en la cate­dral de alca­la de henares para pro­tes­tar contra el obis­pa­do », La Sexta, 2 avril.
12.Voir notam­ment la posi­tion de Podemos en faveur d’un « plan de lutte contre l’homophobie ».
Arthur Brault Moreau
Arthur Brault Moreau

Membre du syndicat Solidaires étudiant.e.s et militant.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.