Le mythe des « 42 régimes spéciaux »


Texte inédit pour le site de Ballast

La « réforme » va faire bais­ser les pen­sions et aug­men­ter l’âge de départ à la retraite : rai­son pour laquelle il faut la com­battre en bloc, et ce de façon non négo­ciable. Grèves, occu­pa­tions et cor­tèges donnent dès lors du baume au cœur. Seulement voi­là : la nou­veau­té, c’est que cette réforme se fait au nom de la jus­tice et de l’u­ni­ver­sa­li­té. Embêtant, pour la gauche. Le pré­sent texte, signé d’un syn­di­ca­liste et mili­tant du Réseau Salariat, n’en­tend pas décryp­ter la « réforme » : la chose a déjà été faite, et bien faite. Non, il s’a­git bien plu­tôt de sai­sir pour­quoi la gauche (la plus radi­cale com­prise) s’obs­tine à reprendre cer­tains pans du dis­cours gou­ver­ne­men­tal, pour le retourner contre lui, et se borne à pro­po­ser une stra­té­gie uni­que­ment défen­sive. Et ces lignes de pro­po­ser en lieu et place : uni­fier les retraites par le haut, donc mili­ter pour l’ex­ten­sion, dans toutes les pro­fes­sions, de la retraite comme salaire conti­nué sans contre­par­tie des coti­sa­tions pas­sées. ☰ Par Gaston Sardon


« Quand on détri­cote 42 régimes spé­ciaux, quand on veut amé­lio­rer l’é­qui­libre du sys­tème pour pro­té­ger les retraites, pas pour les cas­ser, il faut faire œuvre de péda­go­gie », explique le 30 octobre der­nier Christine Lagarde sur RTL. Les jour­na­listes de RMC s’en vont pour leur part lis­ter les « avan­tages » offerts par ces fameux « 42 » régimes. Quelques jours plus tard, Marianne répond à la pré­si­dente de la Banque cen­trale euro­péenne : « Ils sont fusion­nés en un seul dans le rap­port de Jean-Paul Delevoye [haut-com­mis­saire à la Réforme des retraites, ndlr]. De sorte que les départs anti­ci­pés pré­vus par les régimes spé­ciaux sont pro­gres­si­ve­ment fer­més. »

« Cette stra­té­gie d’opposition à la réforme ne va pour­tant pas sans poser quelques pro­blèmes. D’abord, parce qu’il n’existe pas autant de régimes spé­ciaux. »

Pour contrer le pro­jet gou­ver­ne­men­tal de « sup­pres­sion des régimes spé­ciaux » ain­si que les médias qui s’en font gou­lu­ment le relai, la cause, à gauche, semble enten­due : la seule solu­tion est de reven­di­quer leur main­tien. Il fau­drait, sur ce plan, défendre le sta­tu quo — s’a­joute un argu­ment sup­plé­men­taire : ces régimes spé­ciaux ne concernent de toute façon que peu de monde. Cette stra­té­gie d’opposition à la réforme ne va pour­tant pas sans poser quelques pro­blèmes. D’abord, parce qu’il n’existe pas autant de régimes spé­ciaux. Relayer ce nombre far­fe­lu n’aide pas à ripos­ter aux argu­ments du pou­voir sur la néces­saire « sim­pli­fi­ca­tion » de notre sys­tème de retraite. Ensuite, et sur­tout, cette pos­ture défen­sive nous fait man­quer l’objectif cen­tral de la réforme. C’est qu’il ne s’a­git pas tant d’u­ni­fier le sys­tème de retraite que d’at­ta­quer ce que les régimes spé­ciaux et le régime géné­ral (lequel concerne l’en­semble des salarié·e·s du pri­vé) ont en com­mun : la retraite construite comme une conti­nua­tion du salaire. Ceci pour la rem­pla­cer par une retraite conçue comme reve­nu dif­fé­ré, dont on fait croire qu’elle serait le fruit des coti­sa­tions pas­sées des retraité·e·s.

Mais pourquoi diable 42 ?

Repartons du début. 42, c’est le nombre actuel de régimes de retraite selon le rap­port Delevoye, publié au début de l’été 2019 afin de pré­pa­rer la réforme. Pourquoi ce nombre, que ni les rap­ports pré­cé­dents du Conseil d’orientation des retraites, ni la Cour des comptes ne men­tion­naient aupa­ra­vant ? Car il impres­sionne. Et per­met de répé­ter que notre sys­tème est « com­plexe et peu lisible pour les assu­rés1 ». Une info­gra­phie du Parisien inti­tu­lée « Retraites : des dis­pa­ri­tés selon les régimes » est ain­si relayée sur Twitter par la dépu­tée LREM Laurienne Rossi, qui com­mente : « Ce sont ces injus­tices sociales que la réforme des retraites entend sup­pri­mer. Fin des 42 régimes spé­ciaux, éga­li­té des droits et retraite mini­mum à 1 000 €. Que le mou­ve­ment du #5decembre assume ce qu’il défend : le main­tien des inéga­li­tés entre tra­vailleurs. » Ce nombre ne veut pas dire grand-chose : on aurait tout aus­si bien pu avan­cer celui de 20, 25 ou 50. La notion même de « régime de retraite » s’a­vère très floue : elle ren­voie autant aux condi­tions de la retraite (c’est-à-dire à l’âge de départ, au mon­tant de la pen­sion ou encore aux moda­li­tés de coti­sa­tion de telle ou telle caté­go­rie de la popu­la­tion) qu’à l’organisme admi­nis­tra­tif qui reçoit les coti­sa­tions2 et verse les pensions3. Ces deux défi­ni­tions coexistent et se recoupent : c’est bien cette impré­ci­sion sur ce qu’est un « régime » qui explique que le gou­ver­ne­ment axe sa com­mu­ni­ca­tion des­sus.

(Ewelina Karpowiak)

Si on ne sait pas exac­te­ment ce qu’on compte, il est pos­sible d’ajuster le chiffre à ses objec­tifs poli­tiques. En l’occurrence, le Haut-com­mis­saire à la réforme des retraites, qui a tout inté­rêt à pré­sen­ter le sys­tème actuel comme illi­sible, compte comme deux régimes sépa­rés l’Agirc (régime par points des cadres) et l’Arrco (régime com­plé­men­taire par points des salarié·e·s du pri­vé). Ils ont pour­tant fusion­né. Il dis­tingue éga­le­ment le régime de base de la Caisse natio­nale d’assurance vieillesse des pro­fes­sions libé­rales (CNAVPL) de ses régimes com­plé­men­taires, gérés par des sec­tions orga­ni­sées par pro­fes­sions (notaires, pharmacien·ne·s). Voilà qui per­met de comp­ter 11 régimes, là où un seul aurait pu être dénom­bré. La Caisse des dépôts gère six régimes : on pour­rait en réa­li­té n’en comp­ter qu’un seul — 42 cor­res­pond à l’in­té­gra­li­té des régimes de retraite du pays, c’est-à-dire les régimes spé­ciaux, com­plé­men­taires et géné­ral. On y trouve aus­si bien des régimes issus des conquêtes ouvrières que des régimes impo­sés par le patro­nat, des régimes affai­blis par les pré­cé­dentes réformes ou des régimes proches de la dis­pa­ri­tion (comme celui des mineurs).

La gauche s’emmêle les pinceaux

« Le Haut-com­mis­saire à la réforme des retraites a tout inté­rêt à pré­sen­ter le sys­tème actuel comme illi­sible. »

L’enjeu n’est pas de pinailler sur les chiffres. Mais il est inté­res­sant d’a­na­ly­ser la récep­tion et l’usage de ceux-ci à gauche. Alors qu’En Marche, et ses repré­sen­tants de com­merce média­tique, joue sur une série d’amalgames (en asso­ciant « régimes spé­ciaux » et « pri­vi­lèges injustes », en pas­sant de la « fusion des 42 régimes » à la « sup­pres­sion des 42 régimes spé­ciaux »), on aurait pu s’attendre, de la part des opposant·e·s à la réforme, à une franche cla­ri­fi­ca­tion. Non, il n’y a pas 42 régimes spé­ciaux. Oui, cela a pour unique but de divi­ser les salarié·e·s en agi­tant le chif­fon rouge des « pro­fes­sions pri­vi­lé­giées », du « cor­po­ra­tisme » et de leur sta­tut « désuet » qui plom­be­rait les retraites de tous les autres. Ce démon­tage aurait été des plus faciles : il aurait suf­fi de feuille­ter le rap­port Delevoye, lequel contient, page 167, un inven­taire de tous les régimes spé­ciaux. Surprise ! Il y en a 10, selon une liste fixée par décret.

Les régimes spé­ciaux dans le rap­port Delevoye (page 167)
Les 10 régimes spé­ciaux (décret n° 2014–1617 du 24 décembre 2014)Nombre de sala­riés affi­liés (envi­ron)
Le régime de retraites des agents de la Banque de France10 600
Le régime de retraites des indus­tries élec­triques et gazières138 000
Le régime de retraites des per­son­nels de l’Opéra natio­nal de Paris2 000
Le régime de retraites des per­son­nels de la Comédie-Française650
Le régime de retraites des clercs et employés de notaire54 500
Le régime de retraites du per­son­nel de la RATP42 000
Le régime de retraites du per­son­nel de la SNCF135 000
Le régime de retraites des marins30 000
Le régime de retraites du per­son­nel du Port auto­nome de Strasbourg160
Le régime de retraites des per­son­nels des mines et entre­prises assi­mi­lées1600

Pourtant, une par­tie des per­son­na­li­tés poli­tiques et des uni­ver­si­taires de gauche entre­tient cette confu­sion entre régimes spé­ciaux et régimes tout court. À les suivre, les « 42 régimes spé­ciaux » ne concernent que 3 % de la popu­la­tion et viennent com­pen­ser les condi­tions de tra­vail spé­ci­fi­que­ment pénibles de cer­taines pro­fes­sions. C’est notam­ment ce qu’af­firme le dépu­té France insou­mise Adrien Quatennens, en par­lant d’une « diver­sion pour faire oublier que tout le monde va pâtir de ce pro­jet de retraites par points ». Même son de cloche du côté de l’é­co­no­miste Thomas Porcher : ces régimes spé­ciaux sont uti­li­sés par le gou­ver­ne­ment « pour oppo­ser les Français et faire pas­ser la retraite à points » (un « piège » qu’il s’a­gi­rait d’é­vi­ter). Conclusion : il ne faut pas y tou­cher. Mais, on l’a vu, les 42 régimes cor­res­pondent à la liste de tous les régimes de retraite détaillés dans le rap­port Delevoye. Conclusion : ils ne concernent pas 3 % des retraité·e·s mais 100 % d’entre elles et eux.

(Ewelina Karpowiak)

Une fois encore, le gou­ver­ne­ment a manœu­vré habi­le­ment. Le terme de « régime spé­cial » désigne les quelques régimes sta­tu­taires non inté­grés au régime géné­ral en 1946, dont les droits sont défi­nis par les conven­tions col­lec­tives cor­res­pon­dantes : les prin­ci­paux — qui sont donc accu­sés de coû­ter trop chers — sont ceux de la SNCF, des élec­tri­ciens-gaziers et de la RATP. À ces 10 régimes sont par­fois ajou­tés les « régimes »4 de la fonc­tion publique. Une stra­té­gie de com­mu­ni­ca­tion gou­ver­ne­men­tale d’autant plus per­ni­cieuse qu’elle a ancré l’idée que le but de la réforme est de sim­pli­fier et d’unifier les régimes exis­tants : là encore, il est un flou sur le sens des mots. Le rap­port Delevoye a fait savoir que « sys­tème uni­ver­sel ne signi­fie pas régime unique »… De fait : la « caisse natio­nale de retraite uni­ver­selle » ne devrait, dans un pre­mier temps, non pas uni­fier les régimes exis­tants mais s’ajouter à eux — afin de pré­pa­rer les futures fusions. Ces der­nières n’auraient pas lieu avant 20255 et devraient mener à un « réseau uni­fié pilo­té au niveau natio­nal ». Bref, la sim­pli­fi­ca­tion et l’unification ne sont pas pour tout de suite. Et les rami­fi­ca­tions infi­ni­ment com­plexes des actuels régimes à points nous laissent pen­ser que la réforme accen­tue­ra plus encore la bureau­cra­ti­sa­tion du sys­tème. Faute d’avoir réel­le­ment com­bat­tu ces approxi­ma­tions séman­tiques, l’idée qu’il faut défendre bec et ongles les 42 régimes spé­ciaux contre les assauts du gou­ver­ne­ment est à pré­sent soli­de­ment ancrée à gauche (enté­ri­nant ain­si le fouillis des régimes spé­ciaux sup­po­sé­ment cor­po­ra­tistes).

Défendre le régime à points ?

« D’où viennent ces erreurs et ces inco­hé­rences ? En pre­mier lieu : d’une perte de la culture mili­tante sur nos ins­ti­tu­tions de Sécurité sociale. »

Regardons de plus près encore ces 42 régimes tels qu’ils sont lis­tés dans le rap­port. Il appa­raît que la plu­part sont inter­pro­fes­sion­nels et que tous ne méritent pas d’être défen­dus. On y trouve, par exemple, des régimes com­plé­men­taires qui fonc­tionnent par points (Agirc-Arrco pour les cadres et non-cadres du pri­vé, Ircantec pour les non titu­laires du public, etc.), et même un régime par capi­ta­li­sa­tion (le régime de retraite addi­tion­nelle de la fonc­tion publique). Un régime par point, c’est pré­ci­sé­ment ce que le gou­ver­ne­ment veut impo­ser à tout le monde. Pour s’opposer à cette réforme, la reven­di­ca­tion du main­tien des régimes actuels s’a­vère trop contra­dic­toire pour être tenable : on ne s’oppose pas à un régime à points en reven­di­quant le main­tien des régimes à points exis­tants… D’où viennent ces erreurs et ces inco­hé­rences ? En pre­mier lieu : d’une perte de la culture mili­tante sur nos ins­ti­tu­tions de Sécurité sociale6 et sur l’histoire de leur mise en place par le mou­ve­ment ouvrier. Les retraites appa­raissent désor­mais comme un « sujet éco­no­mique com­plexe » qui requiert l’avis de quelques éco­no­mistes spé­cia­listes (et atter­rés), au détri­ment d’une réflexion pro­pre­ment syn­di­cale. En second lieu : d’un renon­ce­ment syn­di­cal à toute pers­pec­tive offen­sive d’ampleur pour les retraites. De défaites (19937, 20038) en défaites (20109), nous avons enté­ri­né une par­tie des reculs impo­sés par les gou­ver­ne­ments suc­ces­sifs. Nous ne par­ve­nons plus à sor­tir de cette pers­pec­tive défen­sive, qui, pour­tant, nous mène irré­mé­dia­ble­ment à l’échec — mal­gré des niveaux de mobi­li­sa­tion par­fois très éle­vés.

Pas de statu quo : unifier par le haut

Tous ces élé­ments peuvent expli­quer la stra­té­gie actuelle de défense des régimes spé­ciaux (et en par­ti­cu­lier celui de la SNCF) au nom de la péni­bi­li­té spé­ci­fique de cer­tains métiers. Revenir sur l’histoire de ces régimes per­met­trait pour­tant de nuan­cer le rôle qu’a joué la péni­bi­li­té dans leur construc­tion. Concernant la SNCF, puis les élec­tri­ciens-gaziers, ils sont le fruit de libé­ra­li­tés patro­nales au début du XXe siècle : une com­pen­sa­tion, toute pater­na­liste, des condi­tions de tra­vail dif­fi­ciles. Relayées par d’importantes mobi­li­sa­tions syn­di­cales cor­po­ra­tives, les mobi­li­sa­tions sociales ont abou­ti à ce que les cheminot·e·s aient une retraite ver­sée en répar­ti­tion, conçue comme la conti­nua­tion de leur salaire — une mesure ensuite éten­due aux autres salarié·e·s. Les retraites des pro­fes­sions à sta­tut (cheminot·e·s, électricien·n·es, gazier·e·s…) que le gou­ver­ne­ment veut atta­quer s’inscrivent bien davan­tage dans une dyna­mique d’exten­sion des droits à la retraite (enten­due comme conti­nua­tion du salaire et expli­ci­te­ment ins­pi­rée des retraites de la fonc­tion publique basées sur la pour­suite du der­nier traitement10) que dans une logique de com­pen­sa­tion des risques du métier11.

(Ewelina Karpowiak)

Si cette stra­té­gie argu­men­ta­tive reste mobi­li­sa­trice à l’intérieur des entre­prises concer­nées, elle montre vite ses limites dès lors qu’il s’agit de convaincre en dehors — par­ti­cu­liè­re­ment pour mobi­li­ser des per­sonnes encore peu enga­gées. L’argument de la péni­bi­li­té spé­ci­fique de ces métiers se heurte à la triste réa­li­té de la dégra­da­tion actuelle des condi­tions de tra­vail dans d’autres sec­teurs. Le mana­ge­ment et la réduc­tion des moyens ont su rendre de nom­breux emplois pénibles, voire invi­vables : la plu­part des autres salarié·e·s ne peuvent rece­voir ces argu­ments autre­ment que comme une défense de pri­vi­lèges cor­po­ra­tistes, dont les syn­di­cats s’ef­forcent de démon­trer l’inexistence. Plus pro­blé­ma­tique encore : cet axe de défense fait man­quer un objec­tif cen­tral de la réforme. Ce qui est atta­qué dans les régimes spé­ciaux, au nom de leur coût, pour être rem­pla­cé par un sys­tème à points, c’est la retraite comme salaire conti­nué. Car la pen­sion n’est rien d’autre qu’une conti­nua­tion du salaire.

« Renouer avec une ambi­tion cen­te­naire de la CGT : uni­fier la Sécurité sociale. Donc la classe des tra­vailleurs et des tra­vailleuses. Donc, ce fai­sant, faire bloc face au patro­nat. »

Grâce aux luttes ouvrières des années 1950 à 1980, celle-ci s’est vue, tou­jours un peu plus, décon­nec­tée des aléas de la car­rière. Contre ces régimes où la retraite est cal­cu­lée comme pour­cen­tage du salaire (ten­dant peu à peu vers les 100 %), la retraite à points vient sup­pri­mer toute réfé­rence à celui-ci, pour ne fon­der les pen­sions que sur des mon­tants de coti­sa­tion. C’est cette ins­ti­tu­tion des retraité·e·s comme tra­vailleurs et tra­vailleuses, titu­laires d’un salaire, que vient contrer la réforme Macron — dans la pleine conti­nui­té des réformes pré­cé­dentes. Il s’agit de pré­sen­ter les pen­sions de retraites comme le fruit des coti­sa­tions pas­sées, les­quelles seraient accu­mu­lées sur un compte à points : en réa­li­té, le sys­tème reste plei­ne­ment en répar­ti­tion. Les coti­sa­tions col­lec­tées un jour sont immé­dia­te­ment trans­for­mées en pen­sions, via l’ac­cu­mu­la­tion de points. La réforme géné­ra­lise donc les régimes à points exis­tants pour en finir avec la retraite conçue comme salaire12. Ce n’est pas pour rien que le rap­port (page 102) pré­voie de s’attaquer d’abord aux régimes « de base » et non aux régimes à points exis­tants, dont les caisses devraient res­ter sépa­rées des autres au niveau local, au moins jusqu’en 2030 (page 101).

Soyons clairs : notre pro­pos n’est pas de plai­der pour l’abandon de la défense des régimes spé­ciaux (déjà bien dimi­nués par les réformes pré­cé­dentes), mais plu­tôt de renouer avec une ambi­tion cen­te­naire de la CGT : uni­fier la Sécurité sociale. Donc la classe des tra­vailleurs et des tra­vailleuses. Donc, ce fai­sant, faire bloc face au patro­nat — qui ne cherche qu’à remettre la main sur ces institutions13. Cette uni­fi­ca­tion a échoué en 1946, lors de la créa­tion du régime géné­ral (les régimes spé­ciaux ne devaient conti­nuer à exis­ter que pro­vi­soi­re­ment pour ensuite rejoindre ce régime unique, mais en conser­vant leurs acquis14), mais il est plus que temps de la remettre à l’ordre du jour. Il n’est, de nos jours, plus aucun sens à batailler pour le sta­tu quo. L’intégration de la tota­li­té des régimes exis­tants dans le régime géné­ral peut deve­nir une pers­pec­tive mobi­li­sa­trice pour un mou­ve­ment social qui se contente de se battre contre, réforme après réforme.

(Ewelina Karpowiak)

Cette uni­fi­ca­tion par le haut cou­pe­rait l’herbe sous le pied à ceux qui dépeignent la mobi­li­sa­tion comme une défense de privilégié·e·s immo­bi­listes qui ne tiennent qu’à leurs avan­tages cor­po­ra­tistes. La lutte des salarié·e·s rat­ta­chés à un régime spé­cial n’en trou­ve­rait que plus de légi­ti­mi­té par­mi le reste de la popu­la­tion : il s’agirait enfin de se battre ensemble pour l’extension à toutes et tous des avan­cées res­tantes dans les régimes « spé­ciaux ». La pré­sente grève risque d’être écla­tée par les négo­cia­tions sec­to­rielles annon­cées par le gou­ver­ne­ment et l’ap­pli­ca­tion dif­fé­rée de la réforme selon les pro­fes­sions. Avec l’u­ni­fi­ca­tion des régimes comme reven­di­ca­tion, elle trou­ve­rait un hori­zon com­mun : l’extension, dans toutes les pro­fes­sions, du salaire conti­nué, qui recon­naît comme du tra­vail l’activité de retraité·e·s libé­rés du mar­ché de l’emploi (tout en reven­di­quant le main­tien du meilleur salaire lors du pas­sage à la retraite). C’est sans doute une telle pers­pec­tive mobi­li­sa­trice qui nous a man­qué en 2003 et en 2010. Malgré les mobi­li­sa­tions mas­sives, nous avons per­du. Cette pro­po­si­tion, notam­ment por­tée par le Réseau Salariat, offre une voie reven­di­ca­tive qui ne se contente pas de frei­ner la dégra­da­tion de nos condi­tions de vie par un capi­ta­lisme tou­jours plus débri­dé, mais nous place à l’offensive, tant sur le plan de l’amélioration immé­diate de notre exis­tence que sur celui de la pré­pa­ra­tion de l’émancipation inté­grale. Tous les ingré­dients pour un mou­ve­ment social de nou­veau vic­to­rieux, en somme.


Illustration de ban­nière : Kacper Kiec
Illustration de vignette : Ewelina Karpowiak


REBONDS

« Étudier, c’est tra­vailler », juillet 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Bernard Friot : « La gauche est inau­dible parce qu’elle ne poli­tise pas le tra­vail », juin 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Maud Simonet : « Travail gra­tuit ou exploi­ta­tion ? », février 2019
☰ Lire notre article « Le salaire à vie : qu’est-ce donc ? », Léonard Perrin, mars 2018

  1. On trou­ve­ra cette for­mule, ain­si que le sché­ma détaillant ces 42 régimes, à la page 158 du rap­port super­vi­sé par J.-P. Delevoye : « Pour un régime uni­ver­sel de retraite ».
  2. « La coti­sa­tion, une ambi­tion à rani­mer », Manuel d’é­co­no­mie cri­tique, Le Monde diplo­ma­tique, 2016.
  3. Selon cette concep­tion, la retraite de base des fonc­tion­naires d’État ne consti­tue pas un régime, puisque c’est l’État qui leur verse direc­te­ment leur pen­sion.
  4. Comme dans le code de la Sécurité sociale, article R711‑1.
  5. Selon le calen­drier du rap­port Delevoye, qui devrait être retar­dé.
  6. Lire Bernard Friot, « Une autre his­toire de la Sécurité sociale », Le Monde diplo­ma­tique, décembre 2015.
  7. Réforme Balladur : pas­sage à 40 années de coti­sa­tions, cal­cul de la retraite basé sur les 25 meilleures années de salaire au lieu des 10 meilleures.
  8. Réforme Fillon : aug­men­ta­tion de la durée de coti­sa­tion pour les fonc­tion­naires, inci­ta­tion à prendre sa retraite le plus tard pos­sible.
  9. Passage de l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans, et recul de l’âge à par­tir duquel on peut par­tir à taux plein sans qu’une par­tie de sa retraite ne soit reti­rée.
  10. C’est-à-dire du der­nier salaire dans la fonc­tion publique. Le der­nier point d’in­dice obte­nu donne le niveau de salaire, lequel sera conti­nué jus­qu’à ce que mort s’en­suive.
  11. Voir à ce pro­pos le tra­vail de recherche de Nicolas Castel, « La retraite che­mi­note : mener le train du salaire conti­nué », La nou­velle revue du tra­vail, n° 15, 2019.
  12. Nicolas Castel, « Poursuite du salaire ou contri­bu­ti­vi­té ? », Les notes de l’IES, 2009 ; Mickaël Zemour, « Les deux réformes des retraites : chan­ge­ment de sys­tème et chan­ge­ment de tra­jec­toire », Alternatives Économiques, 28 novembre 2019.
  13. Sur ces enjeux, lire la bro­chure Pour une Sécurité sociale syn­di­ca­liste, Éditions syn­di­ca­listes, 2018
  14. Voir le compte-ren­du de la table ronde « Histoire des régimes spé­ciaux de retraites », orga­ni­sée le 22 novembre 2007 par la revue Le mou­ve­ment social, ain­si que l’ordonnance du 22 mai 1946 por­tant géné­ra­li­sa­tion de la Sécurité sociale.
Gaston Sardon
Gaston Sardon

Syndicaliste, militant à Réseau Salariat et sociologue.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.