Quel internationalisme ? Rencontre Lordon-Besancenot


L’Internationale, on le sait depuis la chan­son, sera le genre humain. Oui, mais com­ment ? Et tout se gâte, sinon s’enraie, ici. Nul n’oublie, depuis la bou­che­rie de 1914, que les pro­lé­taires eurent pour­tant une patrie : des Français et des Allemands s’entretuèrent. Le camp de l’émancipation bran­dit haut l’idéal inter­na­tio­na­liste, de l’Espagne anti­fas­ciste des années 1930 au Che lan­çant, du Congo à la Bolivie, que « tout être humain véri­table doit sen­tir dans son visage le coup don­né au visage d’un autre être humain ». Mais l’internationalisme induit-il le dépas­se­ment des nations ou la coopé­ra­tion soli­daire de ces der­nières ? La ques­tion fâche et char­rie son lot d’injures et de mal­en­ten­dus. Pour en débattre et tâcher d’en cla­ri­fier les enjeux, nous avons orga­ni­sé cet échange entre le phi­lo­sophe Frédéric Lordon et l’un des porte-paroles du NPA, Olivier Besancenot. Le pre­mier jure qu’il n’est d’internationalisme que « de la conta­gion » et déplore l’abstraction d’une frange de la gauche radi­cale à ce sujet ; le second s’inquiète de la « grande régres­sion » à laquelle nous assis­tons, celle de l’éloge des fron­tières ou de l’État, fût-ce à des fins socia­listes. Une urgence plus qu’une ques­tion, donc.


Une ren­contre Lordon-Bensancenot sur l’internationalisme : rien qu’à voir l’étiquette, déjà tout le monde salive. Les deux com­pères sont d’excellents ora­teurs, d’authentiques pen­seurs, ils che­minent ensemble dans le ter­ri­toire d’une gauche radi­cale exi­geante avec juste assez d’écart entre eux pour que leur débat soit à la fois néces­saire et pos­sible. Pour Besancenot, l’internationalisme est la condi­tion de toute poli­tique, et la réfé­rence à la nation ouvre tou­jours le risque d’un repli sus­cep­tible de nous pri­ver des contacts avec ce qu’on appe­lait jadis le « pro­lé­ta­riat », caté­go­rie vaste où l’on pou­vait se retrou­ver par-delà les fron­tières. Pour Lordon, l’inter-nationalisme ne se conçoit qu’avec un tiret qui recon­naît qu’il faut bien, pour qu’elles inter­agissent, qu’il y ait des nations, c’est-à-dire des péri­mètres d’exercice réel de la sou­ve­rai­ne­té. On voit dès lors où se joue la dis­cus­sion : sur la ques­tion de ce péri­mètre, celui de ce « nous » à par­tir duquel peut se bâtir un pro­jet social éman­ci­pa­teur.

Mais au-delà du fond, pas­sion­nant, que les deux débat­teurs explorent avec opi­niâ­tre­té, il y a la forme que prend cette ren­contre, infi­ni­ment réjouis­sante. Elle tient un peu d’un consen­te­ment réci­proque à l’épreuve : le phi­lo­sophe à l’épreuve du poli­tique, le poli­tique à l’épreuve du phi­lo­sophe, l’un et l’autre jouant le jeu avec plus que de la sin­cé­ri­té — une sorte de gour­man­dise. Et c’est bien­tôt comme un dia­logue socra­tique qui s’esquisse sous nos yeux : Lordon fait Socrate, aiguillon mali­cieux, intrai­table dans l’exigence concep­tuelle, mais géné­reux dans la manière, et même un peu far­ceur — « Tu vas voir, c’est exprès pour te taqui­ner. » Et Besancenot, dans cette expé­rience maïeu­tique, est le plus sti­mu­lant des dis­ciples : recon­nais­sant à la fois le trouble (« il est déran­geant, Fred, il me dérange ») et ses ver­tus heu­ris­tiques (« on est là pour réflé­chir, pour appro­fon­dir »), il sou­met le phi­lo­sophe à des cas limites, teste la per­ti­nence des concepts sur ses propres pré­oc­cu­pa­tions de ter­rain, fait venir des consi­dé­ra­tions que Lordon n’avait pas prises en compte — se récla­mer de la nation ne pro­duit pas les mêmes effets selon qu’on est une nation domi­née (colo­ni­sée) ou domi­nante (impé­ria­liste) ; et la France est bien de cette deuxième caté­go­rie, qui rend très pro­blé­ma­tique qu’on consente à faire corps avec des domi­nants haïs­sables qu’il s’agit au contraire de neu­tra­li­ser, voire d’évincer. Sur ce point d’orgue, les ora­teurs, par­tis de lieux dis­sem­blables, s’accordent à l’unisson : comme le dit Lordon, « cha­cun est dans sa ligne mélo­dique, et ça ne fait pas une caco­pho­nie pour autant ».

Encore un motif de réjouis­sance, pour conclure : les condi­tions dans les­quelles cet entre­tien arrive à votre connais­sance consti­tuent la réa­li­sa­tion par­faite de la coopé­ra­tion entre par­te­naires dis­tincts et voi­sins à la fois. C’est la revue Ballast qui a orga­ni­sé la ren­contre : Hors-Série, Durango Studio, Agiti Films ont per­mis qu’il soit fil­mé, mon­té, dif­fu­sé ; Radio Parleur en a cap­té le son (déjà dis­po­nible depuis quelques jours sur la toile)… Et c’est tous ensemble que nous sommes fiers et heu­reux de vous l’offrir.

Judith Bernard, de Hors-Série


Première par­tie

Deuxième par­tie : Questions


Photographies de cou­ver­ture : Cyrille Choupas


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Olivier Besancenot : « Le récit natio­nal est une impos­ture », octobre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Frédéric Lordon : « L’internationalisme réel, c’est l’organisation de la conta­gion », juillet 2016

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.