François Ruffin : « Camping est un bon film politique »

Notre huitième numéro sort le 19 septembre. Abonnez-vous dès maintenant !


Entretien inédit pour le site de Ballast

François Ruffin a plu­sieurs cas­quettes, bien qu’il ne quitte plus celle qu’il porte en ce moment, affi­chant fiè­re­ment un éton­nant « I ♡ Bernard » (Arnault, soit la pre­mière for­tune fran­çaise) : repor­ter à la radio, jour­na­liste dans la presse, fon­da­teur du pério­dique Fakir, essayiste et, depuis peu, réa­li­sa­teur. Nous le retrou­vons dans une bras­se­rie, exté­nué, au terme d’une « tour­née sac à dos » visant à pré­sen­ter Merci patron ! aux quatre coins du pays. Nous com­man­dons des bières et par­lons ciné­ma, jour­na­lisme, peau de lapin et front des gauches. 


Vous vous refu­sez à employer des termes comme « capi­ta­lisme finan­cier » ou « sys­tème ». Vous pré­fé­rez per­son­ni­fier le com­bat et don­ner « un nom, une adresse » à vos adver­saires. Pourquoi ?

Peut-être parce que je suis inca­pable de vivre dans des abs­trac­tions. C’est un défaut que j’ai ; une fai­blesse, même. J’étais assez fort en maths, notam­ment en pro­ba­bi­li­tés, tant que ça res­tait appli­qué à des exemples concrets, tant que ça ne deve­nait pas des pro­ba­bi­li­tés où il était impos­sible de s’appuyer sur des conte­nus. J’ai une faible capa­ci­té de concep­tua­li­sa­tion sur le plan théo­rique mais, fina­le­ment, j’ai fait de cette fai­blesse une force. Dans la gauche, beau­coup de monde est capable de concep­tua­li­ser et de se bala­der dans des géné­ra­li­tés ; j’ai, pour ma part, d’abord fait des repor­tages. Je donne corps… J’aime les romans, j’en suis un grand lec­teur — et le roman, c’est don­ner corps à des idées, c’est don­ner de la chair. Ce n’est d’ailleurs pas seule­ment l’adversaire que j’aime per­son­ni­fier : il y aus­si ceux pour qui on lutte. Dans le film, il y a des adver­saires qui ont un visage, mais il y a aus­si les Klur [couple et héros de Merci patron !, ndlr] qui en ont un. Il y a une famille. La pau­vre­té et les tra­vailleurs sont incar­nés tout comme l’est l’adversaire. Même s’ils sont là comme repré­sen­tants d’une classe. J’ai fait des for­ma­tions sur l’éducation et sur la fabri­ca­tion de jour­naux mili­tants ; quand je les lisais, c’était : « pré­ca­ri­té, « pré­ca­ri­sa­tion » « néo-pré­ca­riat »… Je leur disais : « Est-ce que vous ne pour­riez pas nous dire, par exemple, qu’une fille de votre lycée est pas­sée par un contrat éco­no­mique d’insertion ? Ou faire un por­trait ? » Ils répon­daient : « Non, c’est vrai, on ne sait pas faire. » C’est un gros pro­blème, car les gens auront davan­tage envie de se mobi­li­ser pour les Klur que contre la « pré­ca­ri­té » en géné­ral. Pour ma part, me bagar­rer contre le « libé­ra­lisme », ça ne me motive pas tel­le­ment.

Dans Les Petits sol­dats du jour­na­lisme, vous dénon­cez l’incapacité de cette pro­fes­sion à retrans­crire une réa­li­té sociale et géo­gra­phique dif­fé­rente de celle qui domine dans les médias, même si cette réa­li­té est majo­ri­taire. Cette inca­pa­ci­té tra­dui­rait un pro­fond « accord au monde ». Alors que vous vous décri­vez comme appar­te­nant à la « petite bour­geoi­sie intel­lec­tuelle », com­ment faites-vous pour pré­ser­ver votre désac­cord au monde ?

« Dans la gauche, beau­coup de monde est capable de concep­tua­li­ser et de se bala­der dans des géné­ra­li­tés ; j’ai, pour ma part, d’abord fait des repor­tages. Je donne corps… »

Être conscient de son milieu social est une pre­mière manière de résis­ter à la pente dans laquelle on se trouve. Si on est incons­cient de la classe à laquelle on appar­tient et de tout ce qui nous sépare de la culture pro­lé­taire — rap­port au bri­co­lage, au foot­ball, etc. —, on sera inca­pable de faire ce pas vers l’autre. Ayant cette conscience, je m’efforce de la don­ner à tous ceux qui passent par Fakir, en disant : voi­là qui on est. On est des petits bour­geois blancs, mâles, sou­vent, et ce n’est pas une rai­son pour se fouet­ter : c’en est une pour cher­cher, à chaque fois que c’est pos­sible, un point d’appui solide afin de ren­trer en contact avec une autre classe, pour racon­ter des his­toires exté­rieures à notre monde. Il faut aus­si avoir une cer­taine résis­tance à ne pas rendre compte, en per­ma­nence, des pro­blèmes des profs et des édu­ca­teurs, sinon on fait un jour­nal qui parle des profs et des édu­ca­teurs, écrit par quelqu’un qui est proche des profs et des édu­ca­teurs, pour les profs et les édu­ca­teurs (je suis entou­ré de gens de ces pro­fils !). La vraie satis­fac­tion de mon film, c’est qu’il va du popu­lo aux intel­los. Des pans du mou­ve­ment ouvrier et de la CGT viennent voir les pro­jec­tions et s’y recon­naissent ! Tout ceci consti­tue­ra un point d’appui pour racon­ter d’autres his­toires.

Vous racon­tez sou­vent celles de gens ano­nymes, croi­sés ici et là, sur une route ou ailleurs…

Oui. Je me sou­viens d’une Lauréline que j’ai prise en stop et qui m’a racon­té son ordi­naire, quand elle va bos­ser chez Cora et qu’elle a du mal à sur­vivre. Elle n’a même pas 25 ans. Ces his­toires, c’est le quo­ti­dien de la plu­part des gens, mais on ne les entend qu’ex­cep­tion­nel­le­ment dans notre milieu. On ne les trouve jamais dans un jour­nal.

Famille Klur, Merci patron ! (© Jour2fête)

Avec Fakir, vous tâchez de ne pas être de simples « pom­piers du social » mais d’interroger les causes macroé­co­no­miques de la vio­lence qui s’abat sur les sala­riés. Vous incri­mi­nez le libre-échange, la dette ou l’euro. Vous vous ins­cri­vez tou­te­fois dans une forme de social-démo­cra­tie assez ins­ti­tu­tion­nelle, type Front de gauche : est-ce par sou­ci prag­ma­tique ou vous sen­tez-vous héri­tier de cette tra­di­tion ?

J’ai tou­jours le même sou­ci : je suis inca­pable de géné­ra­li­ser. Je ne sais pas ce que je veux de manière idéale, j’i­gnore mon hori­zon loin­tain : l’émancipation, la jus­tice, l’égalité ? Je n’ai pas de « grande vision » tant je suis pris dans cet ordi­naire, celui des classes popu­laires qui galèrent. Nous sommes pris dans un sen­ti­ment d’impuissance et de rési­gna­tion. Parvenir à en sor­tir un petit peu, en arri­vant à faire part aux gens de ce sen­ti­ment, c’est déjà pas mal. Comment ima­gi­ner la socié­té idéale ? On en est tel­le­ment loin que j’ai du mal à faire cette démarche ! Il y a tel­le­ment de textes théo­riques qui pro­posent ça et sont assez vains… Des gens me disent : « Écris un pro­gramme. » Mais je n’en ai rien à foutre ! La gauche sait pondre des pro­grammes, elle en a pon­du plein — et quand elle les met en œuvre, ne serait-ce qu’un petit peu, c’est déjà magique ! Alors « social-démo­crate », je blague un peu avec ça. Je ne sais pas si je suis réel­le­ment un « révo­lu­tion­naire ». C’est facile d’être un révo­lu­tion­naire sans révo­lu­tion. C’est à la fois facile et ça n’a pas de sens. Il y a une for­mule de Jean-Pierre Garnier, un vrai anar­chiste, qui dit en gros : « J’aime bien Ruffin parce que je pré­fère les réfor­mistes qui vont jusqu’au bout de leurs idées que les révo­lu­tion­naires en peau de lapin. » Je ne cherche pas à me payer de mots. Par contre, je pense que je suis capable, vu mon niveau d’exigence, de me don­ner pour que mes actes soient en confor­mi­té avec ce que je pense. De mouiller le maillot. Je n’ai pas envie de dire que je vais faire la révo­lu­tion.

Dans votre livre sur le pro­tec­tion­nisme, vous pre­nez vos dis­tances avec les cou­rants inter­na­tio­na­listes « trots­kystes ». Vous n’êtes pas sans savoir que cer­tains mili­tants taxent Fakir, et vous-même, de « social-chau­vi­nisme » : vieux débats inutiles ou fruc­tueuses que­relles poli­tiques ?

« Croire que ça va se pas­ser à l’échelle de la pla­nète et qu’il y aura des révo­lu­tions syn­chro­ni­sées qui amè­ne­ront au ren­ver­se­ment du capi­tal, c’est impen­sable. »

Ça peut être utile. Quelle est l’échelle qu’on envi­sage pour la trans­for­ma­tion ? Je ne peux, là, que me conten­ter d’une d’esquisse. L’échelle natio­nale reste l’échelle du temps poli­tique. Croire que ça va se pas­ser à l’échelle de la pla­nète et qu’il y aura des révo­lu­tions syn­chro­ni­sées qui amè­ne­ront au ren­ver­se­ment du capi­tal, c’est impen­sable. Et même au niveau euro­péen, les temps poli­tiques ne sont pas syn­chro­ni­sés. Si on veut qu’il y ait des avan­cées sociales, fis­cales ou envi­ron­ne­men­tales, c’est impos­sible en éco­no­mie ouverte — c’est l’une des démons­tra­tions de mon bou­quin. Et, au-delà, on ne peut rien faire sans fier­té. Il faut une fier­té de soi, une fier­té de la com­mu­nau­té pour qu’on ait envie de faire quelque chose ensemble. C’est mon sen­ti­ment. Je me sou­viens qu’au Venezuela, les gens étaient vache­ment fiers le jour de cer­taines élec­tions. Dans la queue devant les urnes, ils mon­traient le dra­peau véné­zué­lien qu’ils por­taient sur leur T‑shirt. Et même sur leurs chaus­settes, avec les trois bandes ! C’est indis­so­ciable pour com­prendre ce qu’il s’est pro­duit là-bas. La popu­la­tion par­lait de la poli­tique de son pays. Il ne peut pas y avoir de mou­ve­ment poli­tique sans ça. La honte de soi n’est pas béné­fique — ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas regar­der en face les pages noires de notre Histoire. N’être en per­ma­nence que dans la honte de soi, renier ou ne pas s’appuyer sur toutes les belles périodes de l’histoire de France (pour par­ler de notre cas), dire qu’on n’est qu’un pays de merde avec une popu­la­tion de merde et des gens de merde, ce n’est pas ça qui per­met de créer un col­lec­tif. Ça ne mène à rien. Si on veut que les gens d’une ville fassent des choses ensemble, il faut qu’ils aient une petite fier­té d’appartenir à cette ville. Le pre­mier pas vers l’action, c’est de nour­rir la confiance en soi. Le dra­peau fran­çais et La Marseillaise sont liés à notre Histoire ; ce sont deux sym­boles liés à des moments pour les­quels on doit éprou­ver une cer­taine fier­té. Je n’ai pas envie, et je l’ai tou­jours dit, qu’ils passent sous la main­mise du Front natio­nal.

Vous asso­ciez une défense assez tra­di­tion­nelle des sala­riés contre l’exploitation éco­no­mique avec une ligne plus neuve de cri­tique du mythe de la crois­sance et du pro­duc­ti­visme. Avez-vous le sen­ti­ment que la jonc­tion de ces tra­di­tions est en train de deve­nir majo­ri­taire ?

Déjà : est-ce que ce mou­ve­ment existe, de nos jours ? On régresse. Le Front de gauche était déjà consti­tué quand nous n’é­tions pas encore au cœur de la crise — contrai­re­ment à l’Espagne, l’Italie, le Portugal et la Grèce. On avait bâti une force poli­tique qui pou­vait être le récep­tacle d’une colère popu­laire, mal­gré toutes ses imper­fec­tions (le Front de gauche n’était pas pro­tec­tion­niste, etc.). Mais on ne chi­pote pas quand on s’engage. Je n’ai jamais été membre d’une orga­ni­sa­tion du Front de gauche, mais j’ai tou­jours consi­dé­ré que j’étais un de leurs com­pa­gnons de route. Or, en Grèce ou en Espagne, ça a mis des années pour lan­cer Syriza et Podemos — et dans des situa­tions sociales beau­coup plus dra­ma­tiques que la nôtre ! En France, on avait un temps d’avance, mais aujourd’­hui, on en est à espé­rer que naisse un mou­ve­ment « citoyen­niste » à la manière des « Indignés », c’est-à-dire un mou­ve­ment pré-Podemos ! Politiquement, c’est un net recul.

(Pierre-Philippe Marco – AFP)

J’appartiens à cette gauche mais j’en ai honte. J’étais fier qu’on soit aus­si nom­breux dans les rues durant la cam­pagne de 2012 (ce n’est pas la figure de Mélenchon en soi qui compte), qu’on soit ensemble, qu’on porte quelque chose et qu’on pèse dans le pays. Je me sou­viens de ce finan­cier — Nicolas Doisy — que j’avais inter­ro­gé le len­de­main de la manif’ à Bastille, où il y avait eu cent mille per­sonnes. Il m’a répon­du : « Le pro­gramme de Hollande, on va le balayer. » À la fin de l’entretien, je lui ai dit : « Mais avec Mélenchon qui est don­né à 15 % dans les son­dages, avec la manif d’hier… Déjà que ça pose pro­blème quand la Grèce bouge, alors si c’est la France… » Ça fai­sait plai­sir de pou­voir, même un peu, leur faire peur. On n’a plus rien, là, on est lamen­tables… On avait au moins un lieu où on pou­vait poten­tiel­le­ment dis­cu­ter, c’est-à-dire un lieu où on pou­vait faire avan­cer les gens. Quand je fai­sais des débats sur le pro­tec­tion­nisme, l’ambiance n’était pas la même au début et à la fin. J’ai vu l’idée avan­cer dans la gauche, dans notre gauche. Prenons l’écosocialisme : est-ce que ça pro­gresse dans la gauche ? Il n’y a même pas un lieu où ça pour­rait avan­cer ! Fakir se situe tou­jours là : où peut-on peser et sur quelles orga­ni­sa­tions ? Je me sou­viens d’une image de Mélenchon, qui disait : « Nous, on n’est qu’un mous­tique, mais si quelqu’un conduit une bagnole et qu’un mous­tique vient le piquer, hop ! ça fait dévier le volant ! » On n’est peut-être qu’un mous­tique, mais il faut trou­ver un endroit où piquer. On ne l’a plus, en dehors de la CGT.

Vous dites vou­loir œuvrer à la jonc­tion de trois pôles : le monde du tra­vail (sym­bo­li­sé en ce moment par les Goodyear), la jeu­nesse citoyenne et éco­lo­giste (Notre-Dame-des-Landes) et les intel­lec­tuels (vous pre­nez Lordon comme figure). Quelles pistes, pour lan­cer la machine ?

« Non seule­ment les classes popu­laires étaient dans la merde socia­le­ment, mais on leur a rajou­té des stig­mates poli­tiques et cultu­rels : le vote Front natio­nal, le béret, les boules de pétanque, la picole… »

La méca­nique sociale est un tra­vail extrê­me­ment com­pli­qué. À la Bourse du Travail [le 23 février 2016, ndlr], j’ai essayé de les faire se ren­con­trer. Il y a eu la Confédération pay­sanne, les NDDL, Hervé Kempf, la CGT. Lordon était de la par­tie. C’est un début. Nous, à Amiens, avec « Le réveil des bet­te­raves », on y arrive tem­po­rai­re­ment ; on a des orga­ni­sa­tions éco­lo­gistes cou­plées à des mou­ve­ments ouvriers. Mais ce serait pos­sible à un niveau natio­nal. Il fau­drait pour ça des struc­tures plus puis­santes que Fakir pour appe­ler à cette conver­gence. On va se coor­don­ner après la Bourse. Mais quand tu entends trois per­sonnes d’affilée dire qu’il faut faire la grève géné­rale, ça me gonfle. Je ne suis pas d’accord. C’est bien d’appeler à la grève géné­rale et illi­mi­tée, mais quelles manettes tu as ?

En quoi la classe moyenne plus ou moins « intel­lec­tuelle » est-elle utile à votre démarche ?

Lénine disait : « Une situa­tion pré-révo­lu­tion­naire éclate lorsque ceux d’en haut ne peuvent plus, ceux d’en bas ne veulent plus et ceux du milieu bas­culent avec ceux d’en bas. » Il y a un gros tra­vail à faire sur la classe inter­mé­diaire pour la faire bas­cu­ler avec ceux d’en bas. Sans pré­ten­tion, j’es­time que c’est sur ce point que je suis le meilleur. Faire une jonc­tion de classes. Avec Merci patron !, j’ai fait un film trans­classe. Je me méfie de l’« édu­ca­tion popu­laire » et des expres­sions où il y a « popu­laire » dedans. Je ne pré­tends pas faire quelque chose de « popu­laire » car, en géné­ral, il y a neuf chances sur dix pour que ça ne le soit pas du tout. Est-ce que le peuple a besoin d’être édu­qué ? Peut-être, mais la petite bour­geoi­sie aus­si. Depuis 30 ans, nous vivons un grand moment de dis­jonc­tion de classes ; la petite bour­geoi­sie s’est fou­tue de la manière dont vivaient les classes popu­laires. Elle leur fai­sait des bras d’honneur. Non seule­ment les classes popu­laires étaient dans la merde socia­le­ment, mais on leur a rajou­té des stig­mates poli­tiques et cultu­rels : le vote Front natio­nal, le béret, les boules de pétanque, la picole… Dans les années 1990, le vote FN était vrai­ment un vote popu­laire : c’était même un mar­queur social de ne pas voter Front natio­nal, dans la petite bour­geoi­sie. Aujourd’hui, si on suit les ana­lyses de Todd, le vote popu­laire pour le FN serait plu­tôt en résorp­tion et le par­ti de Marine Le Pen gagne­rait du ter­rain chez les profs.

(Eric Gaillard – REUTERS)

Le film Dupont-Lajoie est une incar­na­tion de ce stig­mate. Il est encore applau­di par des gens de gauche comme un grand film poli­tique, de nos jours… L’histoire se passe dans les années 1970. Les classes popu­laires sont pré­sen­tées à tra­vers un patron de bis­trot qui va tous les ans au cam­ping, au même endroit. Le mec est con et raciste ; il viole une fille et dit que ce sont « les bou­gnoules » qui l’ont fait. La chasse aux « bou­gnoules » est menée dans le cam­ping. Voilà la vision des classes popu­laires par un grand réa­li­sa­teur de gauche ! En bon popu­liste, je pré­fère Camping. C’est un bon film poli­tique. Et c’est l’inverse qui se pro­duit : le bour­geois (Gérard Lanvin) arrive et c’est lui qui doit s’in­té­grer à la socia­bi­li­té popu­laire. Avant le film, j’avais fait un papier pro-cam­ping, favo­rable à la socia­bi­li­té qui s’y crée, alors que la petite bour­geoi­sie qui tient les médias se moque de ce mode de vacances. Ce papier avait bien fonc­tion­né et cer­taines per­sonnes m’avaient dit avoir chan­gé de regard sur les cam­pings. Si un jour­nal comme Fakir est sans doute essen­tiel­le­ment lu par la petite bour­geoise intel­lec­tuelle (mais je n’ai pas fait d’étude socio­lo­gique sur le sujet), on fait notre pos­sible pour essayer de faire com­prendre la manière de pen­ser et de voter des classes popu­laires, même quand elle ne nous convient pas. Et com­pa­ré aux autres médias alter­na­tifs, je pense qu’on a une bonne frange qui est plus popu­laire que les autres.

Toujours sur l’ar­ti­cu­la­tion des luttes : le com­bat pour l’égalité femmes-hommes est peu pré­sent, sinon absent, dans vos écrits. Ce n’est pas mobi­li­sa­teur, pour vous ?

« Dans mes tra­vaux, j’admets que je déve­loppe avant tout un regard de classe. C’est une bonne chose car c’est un regard qui n’est pas très cou­ru dans la presse. »

J’en parle peu car il me semble que cette éga­li­té va de soi. Fakir est un jour­nal assez fémi­niste, mais pas sur le plan théo­rique. Beaucoup de femmes y sont mises en valeur. Ceux qui écrivent sont sur­tout des hommes, c’est vrai. Mais il y a des articles sur l’histoire des droits des femmes ou sur le congé mater­ni­té. Nous allons voir les cais­sières d’Alberville, Marie-Hélène Bourlard (la syn­di­ca­liste de Merci patron !), les sama­ri­taines… La ques­tion ne s’est pas vrai­ment posée ain­si. Dans mes tra­vaux, j’admets que je déve­loppe avant tout un regard de classe. C’est une bonne chose car c’est un regard qui n’est pas très cou­ru dans la presse, mais ça l’est peut-être moins car il fau­drait le com­bi­ner avec d’autres grilles de lec­ture.

Vous veillez, dans vos textes, dans Fakir ou dans Merci patron !, à faire œuvre de péda­go­gie, à écrire sans ver­biage, à faire la part belle à l’hu­mour. Pas besoin d’être un moine-sol­dat pour mili­ter, alors ?

Je dis tou­jours que « mili­tant » ne doit pas rimer avec « chiant » ! Pourquoi, dès qu’on voit un papier qui vend des piz­zas, il nous fait tout de suite sali­ver alors que beau­coup de tracts sont moches ? Il faut être acces­sible et pré­sen­ter des for­mats qui mettent en appé­tit de lec­ture ; le style, la nar­ra­tion, ce sont des choses impor­tantes ! Avec Merci patron !, on a fait un film parce que le média popu­laire, désor­mais, c’est l’image. Ça ne veut pas dire que le jour­nal ne soit pas néces­saire dans la bataille idéo­lo­gique. Il construit un groupe et il amène des idées. Mais pour tou­cher de manière large, il faut l’image. Il serait néces­saire d’inventer une télé de gauche — mais il fau­drait qu’elle ne soit pas chiante…

Marie-Hélène Bourlard (DR)

Mais de manière plus géné­rale, jus­qu’où l’hu­mour est-il mobi­li­sa­teur sur le ter­rain poli­tique ? À quel moment verse-t-il dans la déri­sion ou le rica­ne­ment ?

L’humour n’est pas le cynisme. Le cynisme serait de décrire des injus­tices et de ne pas se mobi­li­ser autour. Fakir n’est pas un jour­nal de blagues, même s’il est nar­ré sur un ton simple et ludique. C’est un jour­nal d’action. Peut-être que nous rions de l’ordre du monde, mais nous invi­tons à sa trans­for­ma­tion et nous y pre­nons part. Nous met­tons régu­liè­re­ment les mains dans le cam­bouis. Les revues, à gauche, ça ne manque pas. D’ailleurs, si on vou­lait réus­sir sur le plan édi­to­rial, je pense qu’il fau­drait créer une revue de droite… Il y a un public tel­le­ment large pour si peu de paru­tions ! Tandis qu’à gauche, pour huit mille mili­tants, il y a 8 000 revues ! (rires) Il faut pous­ser les revues de gauche à entrer dans la concré­tude des choses, à ne pas res­ter dans la géné­ra­li­té et à aller voir l’adversaire autant que pos­sible. Mon plai­sir est d’aller voir l’adversaire. C’est d’abord parce que la mise en page et le style sont ludiques que les gens vont nous lire. Fakir n’est peut-être pas encore assez acces­sible (rai­son pour laquelle nous lan­çons une nou­velle ver­sion). Ensuite, il faut des pos­si­bi­li­tés d’action pour le lec­to­rat. Pourquoi les gens liraient des papiers sur la Thaïlande s’ils n’ont aucun moyen de trans­for­mer l’ordre des choses ? Dans les années 1980, les réunions de cel­lule du Parti com­mu­niste com­men­çaient par un point d’information, au niveau local, natio­nal puis inter­na­tio­nal. À tra­vers l’organisation PC, les gens avaient le sen­ti­ment de pou­voir peser, éga­le­ment, sur l’ordre inter­na­tio­nal. Aujourd’hui, si on informe les gens mais qu’ils se sentent ensuite pris dans une fata­li­té, on ne peut pas les inté­res­ser. J’essaie de mon­trer qu’il y a des pistes pour la trans­for­ma­tion. Nous ne sommes pas seule­ment un jour­nal de dénon­cia­tion, contrai­re­ment à beau­coup d’autres, qui ne font par là que pous­ser les gens à la rési­gna­tion.

« Le jour­na­lisme dis­si­dent est un sport de com­bat, par­fois. Mais le plus sou­vent, d’endurance », dites-vous. Malgré tous les échecs dont vous par­lez dans vos livres — de plans sociaux en délo­ca­li­sa­tions —, qu’est-ce qui, depuis la créa­tion de Fakir en 1999, ali­mente votre moteur per­son­nel ?

« Nous ne sommes pas seule­ment un jour­nal de dénon­cia­tion, contrai­re­ment à beau­coup d’autres, qui ne font par là que pous­ser les gens à la rési­gna­tion. »

Il y a d’abord un goût de l’aventure. Quand j’étais jeune, j’étais per­sua­dé que j’allais m’ennuyer dans la vie, que je devien­drais prof et que ce serait ter­rible. Là, au moins, je ne m’ennuie pas. Il y a aus­si des moments où j’ai un sen­ti­ment d’utilité. Dans le cas des Klur, c’est évident. Quand on est le nez sur une injus­tice qui n’est pas géné­ra­li­sable, cela donne une grande éner­gie. On se dit qu’on doit se battre, qu’on doit le faire et qu’on doit réus­sir. On tente des choses que l’on n’aurait pas ten­tées si cette injus­tice n’avait pas eu une voix et un visage. Quand on sait que des gens sont dans la merde et que la semaine pro­chaine, tout peut bas­cu­ler pour eux, ça donne une grande vita­li­té pour agir.

Quand Michael Moore tente dans ses films « d’arrêter » les ban­quiers et les grands res­pon­sables des crises sociales aux États-Unis, il parle « d’arrestation citoyenne ». Avec l’idée que le citoyen lamb­da, s’il n’a pas de pou­voir judi­ciaire, dis­pose quant à lui du bon sens. Vous rejoi­gnez cette démarche ?

Je suis vrai­ment un élève de Michael Moore. Même si j’ai par­fois le sen­ti­ment qu’il est un peu seul… Il a du culot, mais moi, le culot m’est offert par les gens. Prenons mon invi­ta­tion chez Europe 1, avec Jean-Michel Apathie : savoir que ces cinq minutes d’an­tenne ont été conquises par les gens qui se sont mobi­li­sé sur les réseaux sociaux et qui, ensuite, se sont retrou­vé devant les stu­dios, ça m’a fait me sen­tir inves­ti d’une mis­sion. Là, le rap­port de force s’est construit en amont de mon arri­vée à la radio. De la même manière que pour les Klur : j’étais inves­ti, ils m’avaient qua­si­ment don­né un pou­voir de repré­sen­ta­ti­vi­té. Je ne me repré­sen­tais pas moi-même, François Ruffin. En tant que citoyen lamb­da, je suis quelqu’un de timide, mais, là, je par­lais de l’in­jus­tice qu’ils subis­saient. Un dépu­té est man­da­té ; il y a quelques moments où j’ai le même sen­ti­ment.


Photographies de ban­nière et por­trait de François Ruffin : Stéphane Burlot


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Usul : « Réinventer le mili­tan­tisme », février 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Emmanuel Daniel : « L’émancipation ne doit pas être réser­vée à ceux qui lisent », jan­vier 2016
☰ Lire « Appel à un mou­ve­ment socia­liste et popu­laire — par George Orwell » (Memento), jan­vier 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Daniel Mermet : « On est tom­bé en panne de futur », juillet 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Franck Lepage : « L’école fabrique des tra­vailleurs adap­tables et non des esprits cri­tiques », juin 2015
☰ Lire notre série d’ar­ticles « Mélenchon, de la Gauche au Peuple », Alexis Gales, mars 2015

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.