Notre dixième numéro vient de sortir !
 

CADTM Belgique : « La gestion des biens communs par le privé est un crime »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Partout en Europe, les ser­vices de san­té publics ont été dras­ti­que­ment atta­qués. Nous avions, il y a peu, ren­con­tré deux membres du col­lec­tif belge La san­té en lutte : c’é­tait à la veille d’un appel à mani­fes­ter à Bruxelles pour défendre des soins de qua­li­té, ain­si que leur refi­nan­ce­ment. Pour appro­fon­dir ce der­nier point, nous dis­cu­tons avec Gilles Grégoire, du Comité pour l’a­bo­li­tion des dettes illé­gi­times (CADTM), antenne belge : il vient de publier l’é­tude « Les soins de san­té en Belgique : de la pri­va­ti­sa­tion à la socia­li­sa­tion ? » Ou com­ment mettre au jour la logique capi­ta­liste des finan­ce­ments des soins de santé.


Quel regard por­tez-vous sur la ges­tion de la pan­dé­mie en Belgique ?

Il y a sans doute beau­coup à dire sur la ges­tion de la pan­dé­mie par l’État belge. Certaines choses m’ont par­ti­cu­liè­re­ment frap­pées, telle la déres­pon­sa­bi­li­sa­tion des gou­ver­nants par l’individualisation du pro­blème. Il a été éta­bli dès le début de la pan­dé­mie que le réel pro­blème avec ce virus — outre, évi­dem­ment, son impact direct sur les per­sonnes dites « à risques » — était sa capa­ci­té à satu­rer les ser­vices de san­té et à ain­si créer une sur­mor­ta­li­té, faute de pou­voir prendre en charge adé­qua­te­ment tou·tes les patient·es (qu’elles ou ils soient malades du Covid-19 ou souffrent d’autres pro­blèmes de san­té). L’objectif « d’aplatir la courbe » afin d’éviter un pic d’hospitalisations qui serait ingé­rable était d’ailleurs sans cesse rap­pe­lé pour jus­ti­fier le confi­ne­ment. Dès lors, c’était de fait la res­pon­sa­bi­li­té de l’État qui était en jeu puisque les ser­vices de san­té et de pré­ven­tion sani­taire, qui sont en Belgique prin­ci­pa­le­ment finan­cés par les bud­gets publics, ne pou­vaient plei­ne­ment faire face à la situa­tion, faute de moyens humains et maté­riels. La res­pon­sa­bi­li­té des ministres dans les coupes bud­gé­taires qui ont mené à cette situa­tion était alors flagrante.

« Dès le début de la pan­dé­mie, le réel pro­blème avec ce virus était sa capa­ci­té à satu­rer les ser­vices de san­té et à ain­si créer une surmortalité. »

Depuis, le gou­ver­ne­ment, sui­vi par les grands médias, a réus­si à impo­ser un dis­cours qui indi­vi­dua­lise le pro­blème et reporte les res­pon­sa­bi­li­tés sur cha­cun et cha­cune. La qua­si tota­li­té des mesures qui sont prises aujourd’hui se centrent sur la res­pon­sa­bi­li­té indi­vi­duelle face au risque sani­taire et non sur la capa­ci­té publique d’y répondre. Même au niveau des chiffres com­mu­ni­qués quo­ti­dien­ne­ment, le focus est mis sur le nombre de cas posi­tifs (sans même davan­tage pré­ci­ser s’ils sont symp­to­ma­tiques ou non) et plus sur le nombre d’hospitalisations. Or ça n’a plus aucun sens par rap­port à la nature de la menace qu’on nous décri­vait il y a quelques mois. Le réel enjeu, celui du manque de moyens dans la san­té, est de cette façon com­plè­te­ment occulté.

En plein cœur de la crise sanitaire, l’État belge a déci­dé de se por­ter garant des cré­dits des banques jusqu’à 50 mil­liards d’euros. Qu’est-ce que ça révèle ?

On remarque une fois encore à quel point les prio­ri­tés gou­ver­ne­men­tales sont ali­gnées sur les inté­rêts du monde de la finance. Si une per­sonne ou une entre­prise débi­trice deve­nait insol­vable, l’État garan­tis­sait donc aux banques de leur rem­bour­ser ce prêt lui-même, sans d’ailleurs se sou­cier une seconde de la com­po­si­tion et de l’objet de ces cré­dits ! Il n’était même pas envi­sa­gé que ce devrait plu­tôt être aux banques de prou­ver qu’il était bien indis­pen­sable et légi­time que ces cré­dits leur soit rem­bour­sés coûte que coûte par les débi­teurs et sinon par les contribuables1. En revanche, en ce qui concerne les hôpi­taux qui devaient faire face à une explo­sion de leurs dépenses, l’État s’est conten­té de leur octroyer une avance d’un mil­liard d’euros, qu’ils devront donc rembourser !

[Dominique Botte et Jérôme Peraya, pour le collectif Krasnyi]

Ça a été la même chose par­tout en Europe. Alors que les négo­cia­tions quant à l’aide qui devait être appor­tée aux pays euro­péens les plus tou­chés par la pan­dé­mie ont pris des semaines et ont débou­ché sur un très mau­vais accord2, la Banque cen­trale euro­péenne a quant à elle déci­dé, dès le début de la crise, de por­ter ses opé­ra­tions de rachats de titres aux mar­chés finan­ciers à plus de 1 000 mil­liards d’euros ! Pour le dire clai­re­ment, les gou­ver­ne­ments euro­péens ont encore une fois prou­vé que leur prio­ri­té abso­lue est de sau­ve­gar­der les inté­rêts des grands pro­prié­taires de capi­taux, bien plus que garan­tir les droits fon­da­men­taux de la popu­la­tion tels que l’accès à la san­té et au logement3.

Quelle est l’é­vo­lu­tion récente des dépenses publiques dans la santé ?

« Les années de stag­na­tion bud­gé­taires sont en réa­li­té des années de coupes dans les ser­vices de santé. »

L’analyse que nous avons fait avec le CADTM se base sur les chiffres de la Banque natio­nale de Belgique et d’Eurostat : elle reprend l’ensemble des admi­nis­tra­tions publiques (le finan­ce­ment de la san­té étant très mor­ce­lé en Belgique) et la Sécurité sociale. Ceux-ci montrent que si, depuis 1995, les dépenses pour les soins de san­té en Belgique ont glo­ba­le­ment ten­dance à aug­men­ter d’année en année, elles le font de moins en moins for­te­ment cette der­nière décen­nie. Mais il ne faut pas se lais­ser avoir par cette « ten­dance » à l’augmentation : elle est trompeuse.

En quoi ?

Le bud­get dimi­nue cer­taines années, d’a­bord, comme en 2011 et 2016. Ensuite, parce que les années de stag­na­tion bud­gé­taire (que sont 2015, 2017 et 2018) sont en réa­li­té des années de coupes dans les ser­vices de san­té. Cela est dû au fait que, comme dans tous les sec­teurs, pour un nombre de travailleurs·euses égal, la masse sala­riale — qui repré­sente logi­que­ment le gros des dépenses dans la plu­part des postes bud­gé­taires — aug­mente auto­ma­ti­que­ment d’années en années, notam­ment du fait de la valo­ri­sa­tion de l’ancienneté et de l’allongement des car­rières. Plus les coupes et les stag­na­tions dans les bud­gets publics sont nom­breuses et fortes, plus les aug­men­ta­tions ponc­tuelles sont à rela­ti­vi­ser. Une année d’évolution « posi­tive » quant à son finan­ce­ment qui suit une ou plu­sieurs années néga­tives ou d’augmentation faible peut en réa­li­té cacher des coupes bud­gé­taires qui seraient sim­ple­ment moins fortes que les années précédentes.

Là où les besoins, quant à eux, ne cessent d’augmenter…

Oui. Le sec­teur de la san­té fait face à une aug­men­ta­tion des besoins en finan­ce­ment par­ti­cu­liè­re­ment forte et les aug­men­ta­tions bud­gé­taires sont beau­coup trop faibles pour y répondre. La pre­mière rai­son est la demande tou­jours plus éle­vée en soins. Le vieillis­se­ment de la popu­la­tion est sou­vent rap­pe­lé comme cause de celle-ci, mais limi­ter l’enjeu à ça revient à invi­si­bi­li­ser la res­pon­sa­bi­li­té des poli­tiques éco­no­miques. La pol­lu­tion des sols, de l’eau, de l’air, l’exposition accrue à des agents can­cé­ro­gènes dans l’air ou dans notre ali­men­ta­tion, les acci­dents de la cir­cu­la­tion, le stress intense au tra­vail, etc. sont autant de fac­teurs d’augmentation du besoin en soins ces cin­quante der­nières années. Le nombre total de séjours à l’hôpital a aug­men­té de 21 % entre 2008 et 2017. Le bud­get des hôpi­taux, lui, n’a aug­men­té que de 7,5 % sur cette même période. Celui du maté­riel médi­cal a même bais­sé de 8 %… Il faut men­tion­ner d’autres fac­teurs : la vétus­té des bâti­ments hos­pi­ta­liers (une bonne par­tie ont été construits dans les années 60–70 et néces­sitent aujourd’hui d’importantes remises à niveau) ; la « tech­no­lo­gi­sa­tion » des soins de san­té, qui coûte très cher ; toutes les coupes bud­gé­taires qui sont faites dans les sec­teurs de la pré­ven­tion et qui ont ensuite un impact inévi­table sur le sec­teur des soins cura­tifs, qui vient ramas­ser les pots cas­sés. Globalement, on constate que l’augmentation annuelle (déjà insuf­fi­sante) des finan­ce­ments publics pour la san­té a subit un frei­nage net à par­tir de 2009 et qu’ils n’ont pas été remis à niveau depuis lors. Ces cinq der­nières années, les bud­gets de la san­té publique n’ont aug­men­té que de 0,67 % par an. On peut donc clai­re­ment dire qu’on est dans une situa­tion de grave sous-finan­ce­ment struc­tu­rel qui ne peut se rat­tra­per par des refi­nan­ce­ments ponc­tuels, ni des ajus­te­ments mineurs dans la manière mar­chande de les gérer.

[Dominique Botte et Jérôme Peraya, pour le collectif Krasnyi]

Ce « frei­nage » de l’augmentation des finan­ce­ments de la san­té à par­tir de 2009 cor­res­pon­drait aux pre­mières mesures d’austérité qui ont été prises en Belgique, suite à la crise finan­cière de 2008. Or le motif avan­cé pour jus­ti­fier l’austérité était pré­ci­sé­ment le fait que trop de dépenses publiques auraient été réa­li­sées les années pré­cé­dentes. Qu’en est-il réellement ?

Parler « d’augmentation des dépenses publiques » sans plus de pré­ci­sion pour jus­ti­fier des coupes bud­gé­taires n’a aucun sens. C’est pour­tant, en effet, le dis­cours de bon nombre d’élu·es publiques. D’abord, il fau­drait déjà savoir de quoi on parle. S’agit-t-il de dépenses sociales ? de dépenses d’investissement ? d’autre chose ? Ensuite, d’un point de vue bud­gé­taire, si on veut com­men­ter l’évolution des dépenses, il est évident qu’il faut aus­si regar­der l’évolution des recettes. Et enfin, il s’agit de mettre ces recettes publiques en lien avec leurs sources, c’est à dire les richesses moné­taires pro­duites dans le pays (et que le PIB sert à mesu­rer), et voir com­ment elles évo­luent l’une par rap­port à l’autre. Sans entrer dans les détails ici, si on met tout ceci en lien, on constate plu­sieurs choses. D’abord, que tant le PIB que les dépenses et les recettes publiques ont aug­men­té conti­nuel­le­ment et de manière rela­ti­ve­ment stable de 1995 à 2008. Durant cette période-là, les recettes et les dépenses étaient en géné­ral à l’équilibre et de temps en temps en léger défi­cit. En 2009, le PIB et les recettes se contractent suite à la crise finan­cière et les dépenses aug­mentent. Cet écart entre recettes et dépenses va per­sis­ter de manière mar­quée jusqu’à 2017.

« Parler d’un excès de dépenses publiques qui sous-entend que les dépenses sociales étaient insou­te­nables, et qui jus­ti­fie­rait l’austérité, c’est un énorme enfumage. »

Quand on fait un zoom dans ces dépenses, on peut consta­ter une chose très impor­tante et pour­tant très peu rap­pe­lée : envi­ron 15 % de celles-ci sont consa­crées au rem­bour­se­ment de la dette. En com­pa­rai­son, la san­té repré­sente seule­ment 13 % et l’enseignement 11 %. Ça repré­sente en moyenne 40 mil­liards d’euros qui sont rem­bour­sés chaque année, dont plus de 10 mil­liards d’intérêts. Le rem­bour­se­ment de cette dette capte donc une part impor­tante des recettes publiques qui n’est dès lors pas consa­crée à d’autres dépenses d’intérêt public. Pourtant, en dehors de ces dépenses consa­crées à rem­bour­ser la dette, les dépenses publiques sont res­tées stables par rap­port au PIB durant les dix années qui ont pré­cé­dé la crise de 2008 et le volume total de la dette par rap­port au PIB n’a ces­sé de dimi­nuer. L’augmentation des dépenses à par­tir de 2009 est en réa­li­té due à l’impact de la crise éco­no­mique, puis de l’austérité qui l’a aggra­vée. Parler d’un « excès de dépenses publiques » qui sous-entend que les dépenses sociales étaient insou­te­nables, et qui jus­ti­fie­rait l’austérité, c’est un énorme enfumage.

La dette, son rem­bour­se­ment, est par­tout : peut-être faut-il rap­pe­ler ici son mécanisme ?

Les tra­vaux du CADTM et de la pla­te­forme d’audit citoyen de la dette en Belgique (ACiDe) ont déjà pro­duit des conte­nus très syn­thé­tiques qui per­mettent de com­prendre les causes de l’endettement public, que ce soit en Belgique ou en France4. Pour résu­mer, on constate quatre causes prin­ci­pales : l’évasion fis­cale et les cadeaux fis­caux, le mode de finan­ce­ment public basé sur les mar­chés finan­ciers à leur seul avan­tage, les sau­ve­tages ban­caires post-crise de 2008 et les consé­quences éco­no­miques de cette crise finan­cière. Ces fac­teurs nous per­mettent de dire que la dette est illé­gi­time et qu’il ne fau­drait pas la rem­bour­ser aux grands créan­ciers qui se sont enri­chis au détri­ment de la popu­la­tion. Mais plus impor­tant encore est le fait que le rem­bour­se­ment de cette dette illé­gi­time sert de pré­texte pour jus­ti­fier la déré­gu­la­tion des mar­chés et la flexi­bi­li­sa­tion des normes du tra­vail (pour soit-disant aug­men­ter « notre com­pé­ti­ti­vi­té » et peu importe les impacts humains et envi­ron­ne­men­taux) ain­si que l’austérité. Cette der­nière per­met que les biens publics soient, soit pure­ment et sim­ple­ment détruits pour lais­ser place aux grandes entre­prises pri­vées, soit pri­va­ti­sés en tout ou en par­tie via des par­te­na­riats public-pri­vé ou de la sous-trai­tance. Cette mar­chan­di­sa­tion des ser­vices publics conduit logi­que­ment à ce qu’ils soient moins acces­sibles aux ménages qui doivent alors s’endetter eux-mêmes davan­tage pour pou­voir répondre à leurs besoins fon­da­men­taux… Ce qui gonfle encore le trans­fert de richesses de la popu­la­tion vers les créan­ciers et ali­mente leurs jeux spéculatifs5.

[Dominique Botte et Jérôme Peraya, pour le collectif Krasnyi]

Vous décri­vez trois étapes dans la des­truc­tion de la Sécurité sociale et des ser­vices de santé…

En plus d’assurer le finan­ce­ment des allo­ca­tions de chô­mage, les pen­sions et les allo­ca­tions fami­liales, la Sécurité sociale est, comme on le sait, un des socles prin­ci­paux du finan­ce­ment des soins de san­té. C’est donc un méca­nisme à la fois essen­tiel et une somme d’argent en cir­cu­la­tion consi­dé­rable (qui se chiffre à plus de 90 mil­liards d’euros de coti­sa­tions sociales en Belgique). Il est donc tout à fait logique qu’elle attise les convoi­tises des rapaces des mar­chés finan­ciers et que, dès lors, l’État joue son rôle habi­tuel d’huis­sier du bien social pour le capi­ta­li­ser. Et si la créa­tion de la Sécurité sociale n’est pas un récit idyl­lique, au vu de son poten­tiel d’émancipation sociale, il est extrê­me­ment triste (mais pas irré­ver­sible) d’avoir lais­sé l’opportunité à l’État de s’en sai­sir pour la livrer au pri­vé. Tel que je le vois, cela s’est effec­ti­ve­ment fait en trois étapes. Dans un pre­mier temps, l’État s’est ren­du indis­pen­sable dans le finan­ce­ment de la Sécurité sociale. Alors que les caisses de grève, mutuelles, de chô­mage et par­fois syn­di­cales (mais pas que !) exis­taient et se mul­ti­pliaient avant la Première Guerre mon­diale et le krach de 1929, les effets de ces deux évé­ne­ments vont créer une détresse sociale telle que l’État et le patro­nat n’auront d’autre choix, pour main­te­nir la pro­duc­tion, que de par­ti­ci­per à finan­cer ce sys­tème. Après la Seconde Guerre mon­diale, l’Europe est dévas­tée et les mou­ve­ments de résis­tance, majo­ri­tai­re­ment des ouvriers et des ouvrières, sont tou­jours lar­ge­ment armés en Belgique et en France. Sous la pres­sion des résistant·es, la Sécurité sociale est géné­ra­li­sée et une coti­sa­tion patro­nale est créée. En Belgique, dans la ges­tion de la sécu, l’État prend alors un rôle d’arbitre entre le patro­nat et les syn­di­cats qui se posi­tionnent alors en repré­sen­tants des travailleurs·euses.

« La Sécurité sociale attise les convoi­tises des rapaces des mar­chés financiers. »

40 ans plus tard, soit dans les années 1980–90, arguant d’une nou­velle crise, les coti­sa­tions patro­nales vont être for­te­ment réduites. Cette ten­dance à bais­ser régu­liè­re­ment les coti­sa­tions patro­nales en jouant la carte de la « com­pé­ti­ti­vi­té » per­siste encore aujourd’hui. Bien sûr, ça va créer un « trou » dans la sécu, qui va être aggra­vé par l’explosion du chô­mage, dû — rap­pe­lons-le — aux phé­no­mènes propres à la finan­cia­ri­sa­tion du capi­ta­lisme (délo­ca­li­sa­tions, auto­ma­ti­sa­tion, plans de licen­cie­ments mas­sifs et créa­tion d’oligopoles qui détruisent les PME pour­voyeuses d’emploi). Le finan­ce­ment que l’État est cen­sé four­nir en tant que roue de secours va donc être de plus en plus indis­pen­sable pour main­te­nir le sys­tème à flot. Le contrôle éta­tique va s’accroître en consé­quence, bien sûr. Les normes aus­té­ri­taires euro­péennes (votées par les États-membres rap­pe­lons-le aus­si) vont pour­tant ensuite pous­ser les gou­ver­ne­ments à se dés­in­ves­tir de la Sécurité sociale.

Dans quelle mesure ?

En chiffres, cette valse de l’État s’illustre par une part de sub­sides qui passe de 20–25 % dans les années 1950 à 1970 à 33 % en 1980 puis s’effondre à 10 % dans les années 2000 et à 6,6 % en 2018. Un « finan­ce­ment alter­na­tif » basé essen­tiel­le­ment sur la TVA va être mis en place sans pour autant com­bler le trou béant. L’État va donc exi­ger de plus en plus de coupes dans les dépenses et de res­tric­tions dans les condi­tions d’accès aux droits sociaux.

Ce qui va ouvrir la voie à toute une série de privatisations.

Tout à fait, et c’est la troi­sième étape : la conquête par le pri­vé de tout ce qui est ren­table dans la sécu. La mul­ti­pli­ca­tion des assu­rances pri­vées dites « com­plé­men­taires » qui fonc­tionnent par capi­ta­li­sa­tion est l’expression du drai­nage par les mar­chés finan­ciers des reve­nus des per­sonnes qui y cotisent. Ça repré­sente une énorme manne de pro­fit pour les pre­miers et une prise de risque tout aus­si grande pour les secondes qui n’ont sou­vent pas d’autres choix si elles veulent pré­ser­ver leur accès aux soins, à la pen­sion, etc. Pour ce qui est des soins de san­té en par­ti­cu­liers, les phé­no­mènes de dés­in­ves­tis­se­ment de l’État et de pri­va­ti­sa­tion ne s’arrêtent bien sûr pas là. Toute une éco­no­mie du care est ain­si en plein essor. Que ce soit dans les hôpi­taux avec la sous-trai­tance qui se mul­ti­plie et l’émergence d’une méde­cine à deux vitesses selon que la ou le patient·e soit riche ou pauvre ou, de manière encore plus fla­grante dans les mai­sons de repos où la « sil­ver eco­no­my » (comme l’appelle avec un cynisme incroyable les conseillers en pla­ce­ments) devient un busi­ness tel que plu­sieurs mai­sons de repos bruxel­loises sont aujourd’hui rache­tées par des entre­prises cotées en bourse. Le lien entre cette mar­chan­di­sa­tion des mai­sons de repos et le véri­table mas­sacre de masse qui y a eu lieu durant le gros de la crise du coro­na­vi­rus crève les yeux et démontre que la ges­tion des biens com­muns par le pri­vé encou­ra­gée par l’État est un véri­table crime.

[Dominique Botte et Jérôme Peraya, pour le collectif Krasnyi]

Peut-on par­ler d’État dans l’ab­so­lu ou faut-il nom­mer l’État pour ce qu’il est actuel­le­ment : bour­geois et capitaliste ?

Je pense que c’est une erreur de croire qu’il y ait une nuance qu’il serait néces­saire de faire entre les deux. Il faut bri­ser le mythe de l’État social si on veut réel­le­ment pré­ser­ver et étendre l’accès aux droits fon­da­men­taux. Est-ce qu’il y a une dif­fé­rence entre l’État dynas­tique et l’État bureau­cra­tique ? Oui, bien sûr. Y a‑t-il des États dans le monde qui sont plus ou moins sous la domi­na­tion des déten­teurs de capi­taux ou plus ou moins enclins à assu­rer des ser­vices sociaux à leur popu­la­tion ? Oui, sans doute. Mais, quoiqu’il en soit, la fonc­tion même de l’État est d’être un outil qui sert à défendre les inté­rêts d’une classe sociale domi­nante. On peut dis­cu­ter sur l’utilité de l’État dans ses fonc­tions réga­liennes mais ce n’est pas là le sujet. Ce qui est sûr, c’est qu’on ne manque pas de méthodes déjà expé­ri­men­tées pour gérer les biens com­muns et la vie sociale en dehors du cadre de l’État. On peut faire du social sans l’État. La classe capi­ta­liste, elle, a besoin de l’État pour s’accaparer l’enjeu social. Et jusqu’ici tout démontre que l’État a avant tout ser­vi à livrer le social au capi­tal plu­tôt que de l’en pro­té­ger. En témoigne encore la répres­sion poli­cière incroyable subie par les per­sonnes qui étaient à la mani­fes­ta­tion de la san­té en lutte ce dimanche 13 sep­tembre. Même dans la meilleure vision qu’on peut s’en faire, il est évident qu’on ne peut pas comp­ter sur l’État pour être un outil qui serve à gérer de manière infaillible et sur le long terme le bien-être de la popu­la­tion sans que ceux aux com­mandes ne cèdent jamais à des inté­rêts par­ti­cu­liers. Or c’est bien de l’accès à des droits fon­da­men­taux qu’on parle. Conclusion : arrê­tons de comp­ter sur l’État pour gérer le social et gérons-le autrement.

Quelles pro­po­si­tions concrètes, d’ailleurs, faites-vous pour faire face à la crise sani­taire et sociale ?

« Il faut bri­ser le mythe de l’État social si on veut réel­le­ment pré­ser­ver et étendre l’accès aux droits fondamentaux. »

Les pre­mières reven­di­ca­tions à suivre sont celles des per­sonnes sur le ter­rain. Je vous ren­voie à celles lis­tées par le col­lec­tif La san­té en lutte, que nous sou­te­nons entiè­re­ment. Dans l’immédiat, nous avons lis­té, de notre côté, une série de mesures6 qui reprend entre autres la néces­si­té d’investir immé­dia­te­ment dans les soins de san­té et les autres pre­mières lignes et l’instauration d’un mora­toire sur le paye­ment de la dette publique. Si l’on peut pen­ser qu’il est déjà trop tard pour prendre des mesures qui auraient pu évi­ter de nom­breux drames tels que la réqui­si­tion du maté­riel vital, le pla­fon­ne­ment des prix, l’annulation des loyers pen­dant le confi­ne­ment, il est tou­jours temps de le faire pour en évi­ter de nou­veaux. Pour le reste, il est indis­pen­sable de prendre des mesures struc­tu­relles qui vont vers une ges­tion de la san­té qui cor­res­ponde enfin à son sta­tut de droit fon­da­men­tal. Comme on l’a vu, le sec­teur est dans une situa­tion de grave sous-finan­ce­ment struc­tu­rel qui ne peut se rat­tra­per par des refi­nan­ce­ments ponc­tuels mais qui néces­site un refi­nan­ce­ment mas­sif et, sur­tout, un chan­ge­ment radi­cal du sys­tème de ges­tion des soins pour que ces fonds puissent être réel­le­ment utiles sur le ter­rain. À cet égard, les pro­messes de refi­nan­ce­ments qui ont soit été votées fin 2019, soit négo­ciées der­niè­re­ment par les syn­di­cats sont bien enten­du une très bonne chose mais on est loin d’un « finan­ce­ment struc­tu­rel et pérenne pour le sec­teur » comme certain·es le prétendent.

De nom­breux enjeux extrê­me­ment impor­tants res­tent entiers pour assu­rer cette péren­ni­té et arri­ver à une ges­tion cen­trée sur l’humain et plus sur la logique mar­chande. On pense notam­ment à la ques­tion de la dette des hôpi­taux puisqu’en 2020, 100 % des hôpi­taux belges pré­sen­te­ront un bilan dans le rouge. Alimenter un puits sans fond ne sert à rien ! En plus des refi­nan­ce­ments néces­saires, le fédé­ral doit reprendre à sa charge toute la dette des hôpi­taux et en annu­ler les parts illé­gi­times. Il y a l’enjeu des coti­sa­tions patro­nales et de la ges­tion de la Sécurité sociale par les travailleurs·euses dont on a dis­cu­té et aus­si celui de prio­ri­ser les dépenses de san­té sur le rem­bour­se­ment de la dette publique. Il y a bien sûr d’autres choses comme la fin du finan­ce­ment à l’acte et le ren­for­ce­ment des métiers de la pré­ven­tion. Globalement on en revient à la ques­tion de la ges­tion du sec­teur en tant que bien com­mun en le sor­tant des mains du capi­tal pri­vé et de l’État, autre­ment dit, en le socia­li­sant. Comme le reste des « com­muns » (loge­ment, ali­men­ta­tion, édu­ca­tion, éner­gie, etc.), le sec­teur de la san­té doit être géré direc­te­ment par les travailleurs·euses du sec­teur, les usager·es et des représentant·es des citoyen·nes. C’est à notre sens la meilleure façon d’en assu­rer une ges­tion qui soit struc­tu­rel­le­ment réel­le­ment pérenne et humaine.


Photographies de ban­nière et de vignette : Dominique Botte et Jérôme Peraya, pour le col­lec­tif Krasnyi | www.krasnyicollective.com

REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec le col­lec­tif La san­té en lutte : « Le déla­bre­ment des soins de san­té a été pré­pa­ré », sep­tembre 2020
☰ Lire notre témoi­gnage « Récit de grève : une vic­toire à l’hôpital du Rouvray », juillet 2018
☰ Lire notre témoi­gnage « Prendre soin de nos anciens », mai 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Sabrina Ali Benali : « La ministre de la Santé met en place une poli­tique du Mc Drive hos­pi­ta­lier », jan­vier 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Chahr Hadji : « Remettre en ques­tion ce que peut sup­por­ter une socié­té », février 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Sofia Tzitzokou, phar­ma­cienne grecque dans un dis­pen­saire auto­gé­ré, juillet 2015
  1. Lire sur ce sujet la série de trois articles « Se défaire de la toute-puis­sance du cré­dit hypo­thé­caire » du col­lec­tif Action loge­ment Bxl.
  2. D’une part, les mon­tants qu’il pré­voit sont très modestes vu la gra­vi­té de la situa­tion et les moyens réels dont dis­posent les pays de l’UE : le plan est de 750 mil­liards d’euros alors que le PIB total de l’UE est de 16 000 mil­liards d’euros. Ensuite, sur ces 750 mil­liards, 360 mil­liards sont en réa­li­té des prêts aux pays affec­tés. Or, les ver­se­ments suc­ces­sifs de ces prêts sont condi­tion­nés à l’approbation par les pays créan­ciers de plans de « réforme struc­tu­relle » pré­sen­tés par les pays débi­teurs. Il s’agit donc, encore une fois, de pré­ten­dus « plans de sau­ve­tages » qui sont en réa­li­té des plans d’austérité et de pri­va­ti­sa­tion. Enfin, notons que sur ces 750 mil­liards, à peine plus d’un mil­liard sera consa­cré à la san­té.
  3. Lire l’article d’Aline Fares « Le plan de sau­ve­tage ban­caire mas­sif qui se cache der­rière les mesures contre le Coronavirus ».
  4. Voir notam­ment la vidéo « À qui pro­fite la dette ? » de la pla­te­forme ACiDe. Un résu­mé de ces causes est éga­le­ment fait dans l’étude du CADTM sur le finan­ce­ment des soins de san­té.
  5. Voir l’ar­ticle « Destituer la dette pour construire la démo­cra­tie ».
  6. Voir l’article du CADTM « Série Covid-19 mise à jour (3/4) : Propositions de mesures à prendre » et celui d’ACiDe « COVID-19 et dette publique : Comment évi­ter que le sce­na­rio de 2008 ne se repro­duise ? ».
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 10

Notre dixième numéro est disponible en ligne et en librairie ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Joëlle, dos cassé, coeur révolté (Rémi Larue) ▽ Une papeterie en sursis (Roméo Bondon) ▽ Rencontre avec Pınar Selek ▽ Que faire de la police ? (avec Ugo Bernalicis et Elsa Dorlin) ▽ L’argent ne tombe pas des oliviers (Rosa Moussaoui) ▽ “Si personne ne m’écoute, je n’ai plus rien à dire” ▽ À donner, volcan en éruption, pneus neufs (Marion Jdanoff) ▽ Partout la mer est libre (Maya Mihindou) ▽ Casamance : résister au sel et attendre la pluie (Camille Marie et Prosper Champion) ▽ Quand la littérature justifie la domination (Kaoutar Harchi) ▽ Ernest Cœurderoy : souvenirs d’un proscrit (Tristan Bonnier) En la línea del frente : sur la ligne de front (Laurent Perpigna Iban) ▽ Tout ce qui vit (Élie Marek et Élias Boisjean) ▽ Les foyers ont brûlé (Paul Fer) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.