Palestine-Israël : voix de femmes (4)


Article inédit pour le site de Ballast – Quatrième et dernière partie

Shimrit Lee, uni­ver­si­taire amé­ri­caine d’o­ri­gine israé­lienne, a lan­cé en 2011 le pro­jet Women’s Voices afin de don­ner la parole à des femmes pales­ti­niennes et israé­liennes. Des mono­logues, uni­que­ment : les récits sont bruts, par­fois ano­nymes, tou­jours por­teurs d’une his­toire qui les dépasse. « Ce pro­jet d’his­toire orale est éga­le­ment, explique Lee, un outil de recherche fémi­niste : il offre aux femmes un espace pour racon­ter leurs his­toires, avec leurs propres mots. » Nous publions ici plu­sieurs de ces témoi­gnages. Aujourd’hui : une ancienne sol­date israé­lienne, Dana Golan, 32 ans, qui milite à pré­sent pour lever le voile sur l’Occupation.


Revenir à Hébron avec Breaking the Silence¹, c’était comme ren­trer chez moi, d’une cer­taine façon. Ce qui est vrai­ment étrange, parce que j’ai souf­fert là-bas. Mais j’y suis retour­née, et à la minute où je suis arri­vée, j’ai com­men­cé à me sou­ve­nir de choses aux­quelles je n’avais pas pen­sé depuis des années… À com­men­cer par mon ser­vice mili­taire. J’ai réa­li­sé que je ne me sou­ve­nais pas de grand-chose. À par­tir de ce moment-là, il était impos­sible de faire marche arrière.

Je fai­sais par­tie de l’unité d’instruction — ce qui signi­fie que j’étais sup­po­sée emme­ner tous les jeunes gens de dix-huit ans, gar­çons et filles, quelque part dans cette grande orga­ni­sa­tion qu’on appelle « Armée », et créer une sorte de base qui leur soit com­mune à tous. Même si les sol­dats venaient de dif­fé­rents hori­zons et pos­sé­daient dif­fé­rents niveaux de for­ma­tion, Tsahal [l’ar­mée israé­lienne] vou­lait les rap­pro­cher de leur tra­di­tion juive et de leur his­toire israé­lienne afin qu’ils puissent trou­ver du sens à leur pré­sence, à faire ce qu’ils fai­saient. Cela fai­sait d’eux de meilleurs sol­dats.

« J’ai réa­li­sé qu’il n’existait qu’un lien très ténu entre ce qu’on m’avait ensei­gné, ou ce pour quoi on m’avait entraî­née, et ce qui se pas­sait en réa­li­té sur le ter­rain. »

Je devais ensei­gner le « code éthique » de Tsahal et ce que nous devions faire dans les ter­ri­toires. C’est ain­si que je suis arri­vée à Hébron et que j’ai réa­li­sé qu’il n’existait qu’un lien très ténu entre ce qu’on m’avait ensei­gné, ou ce pour quoi on m’avait entraî­née, et ce qui se pas­sait en réa­li­té sur le ter­rain (elle secoue la tête). À un moment don­né, des amis à moi, de la base, m’ont dit qu’ils fai­saient des allers-retours dans les maga­sins pales­ti­niens et qu’ils y pre­naient des enceintes et des appa­reils élec­tro­niques qu’ils offraient à leurs amis le week-end, quand ils ren­traient chez eux. Ils entraient tout sim­ple­ment dans les maga­sins, avec leurs armes, et cela suf­fi­sait pour qu’ils puissent se ser­vir ! J’étais cho­quée. Je suis allée voir le com­man­dant de la com­pa­gnie et je lui ai deman­dé s’il était au cou­rant. Il m’a juste répon­du de le lais­ser tran­quille, que cela ne me regar­dait pas. J’avais tout juste dix-huit ans, et j’avais face à moi un adulte qui me fai­sait com­prendre que je l’ennuyais. Je n’ai pas vu ce que je pou­vais faire d’autre, alors je suis par­tie.

Ce que je veux dire, c’est que les pillages étaient inter­dits, évi­dem­ment. Mais sur le ter­rain, on lais­sait les gens faire. Vous savez, les sol­dats devaient éva­cuer leurs frus­tra­tions. La patrouille fron­ta­lière à Hébron, c’est le pire endroit où se trou­ver, tout le monde le sait. La ten­sion est si pal­pable… D’une cer­taine façon, Hébron est le seul endroit de la rive occi­den­tale où les colo­nies juives se trouvent à l’intérieur de la ville pales­ti­nienne. Donc il y a des voi­sins. Et donc des fric­tions per­ma­nentes : c’est la folie. Après un cer­tain temps, on a l’impression que la vie des Palestiniens a moins de valeur que la sienne. C’est étrange parce qu’on le sait, mais on ne culpa­bi­lise pas. Pas à dix-huit ans. On accepte juste cet état de fait, parce qu’il en est ain­si, tout sim­ple­ment. Ensuite, à mesure du temps pas­sé là-bas, dans la ville, on com­mence à ima­gi­ner ses grands-parents arrê­tés au coin de la rue, on com­mence à pen­ser à la façon dont on réagi­rait si ses parents étaient arrê­tés comme ça, ou si un sol­dat péné­trait chez nos parents au milieu de la nuit pour faire une fouille, à la recherche d’armes, par exemple.

« Après un cer­tain temps, on a l’impression que la vie des Palestiniens a moins de valeur que la sienne. »

J’ai par­ti­ci­pé aux recherches d’armes, juste par curio­si­té : je vou­lais savoir com­ment cela se pas­sait. J’entrais chez les gens en plein milieu de la nuit. Je fai­sais des fouilles au corps sur les femmes, même si cela ne fai­sait pas par­tie de mes attri­bu­tions et que je n’étais pas sup­po­sée le faire (elle marque une longue pause). Parfois, en tant que femme dans l’unité, on doit se mon­trer plus agres­sive envers les Palestiniens, plus vio­lente, parce qu’on doit prou­ver aux hommes qu’on a autant de valeur qu’eux. D’une cer­taine façon, je pense que c’est d’abord pour cela que j’ai par­ti­ci­pé à cette recherche d’armes, parce que je vou­lais faire par­tie de l’environnement glo­bal. Avant cette recherche, j’aurais pu me dire que je ne fai­sais pas par­tie de tout cela, que je n’étais pas une sol­date com­bat­tante, que je ne… pre­nais pas de plai­sir à mal­trai­ter les Palestiniens. Mais cette nuit-là, pour moi, voir des livres jetés à terre, par exemple, je savais que c’était mal.

La plu­part des gens jus­ti­fient ce qu’ils ont fait au nom de la sécu­ri­té, du genre : « Nous fai­sons vrai­ment cela pour sau­ver notre peuple chez nous etc., etc. » Et à dix-huit ans, on ne se l’explique abso­lu­ment pas autre­ment à soi-même. C’était à mes yeux insen­sé d’aller à Hébron et de réa­li­ser qu’il y avait des cen­taines et des cen­taines de sol­dats et de poli­ciers pour envi­ron 700 colons. C’était de la folie ! Il était clair que je n’étais pas en train de sau­ver Tel Aviv, que je n’étais pas en train de pro­té­ger ma famille ou mes amis de la ter­reur ! Je ne fai­sais que pro­té­ger ces colons ! Parce qu’ils veulent res­ter là, et que le pays les auto­rise à le faire. Mais c’est assez cho­quant, à dix-huit ans, on ne com­prend pas ça. Ce n’est qu’après avoir vécu de plus en plus d’expériences de ce type qu’on se demande : « Qu’est-ce que tout cela signi­fie ? À quoi ai-je par­ti­ci­pé ? »

Aujourd’hui, je suis très active au sein de Breaking the Silence. J’œuvre en vue d’une publi­ca­tion de témoi­gnages de sol­dates qui, comme moi, ont ser­vi dans les Territoires occu­pés et veulent révé­ler la réa­li­té de la vie quo­ti­dienne au public israé­lien. J’ai enten­du tel­le­ment de femmes qui ne veulent pas s’exprimer ouver­te­ment ! D’une cer­taine façon, nous étions déjà habi­tuées à consti­tuer une mino­ri­té silen­cieuse dans l’armée. Et il est très clair qu’au sein de la base mili­taire, nous l’é­tions. Donc nous nous sen­tions plus faibles, nous avions l’impression de ne pas avoir le droit d’exprimer la moindre cri­tique concer­nant le sys­tème. J’essaie de com­battre cela en don­nant des confé­rences, en deman­dant aux femmes de don­ner des confé­rences, pour racon­ter leurs his­toires.

« Cela m’est égal que cer­tains disent que nous sommes des traî­tresses. Et cela m’est égal que les gens pensent que ce que je fais, c’est une sorte de « haine de soi ». »

Cela m’est égal que cer­tains disent que nous sommes des traî­tresses. Et cela m’est égal que les gens pensent que ce que je fais, c’est une sorte de « haine de soi » ou que sais-je. Je sais aus­si que nous com­bat­tons quelque chose d’énorme et puis­sant. Breaking the Silence seul ne peut pas chan­ger l’opinion de quelqu’un du tout au tout. Mais nous conti­nuons à encou­ra­ger les gens à obte­nir de plus en plus d’informations, à ne pas se conten­ter de nos infor­ma­tions en se disant « OK, ça me suf­fit », mais à en obte­nir encore et encore et encore. Et c’est la chose la plus impor­tante pour moi : si je peux par­ve­nir ne serait-ce qu’à créer une petite brèche dans la conscience de quelqu’un, je sais que c’est ce que je peux faire de mieux.


NOTES

1. Breaking the Silence est une orga­ni­sa­tion d’anciens com­bat­tants vété­rans, qui ont ser­vi dans les forces armées israé­liennes depuis le début de la deuxième Intifada et ont pris l’initiative de révé­ler au public israé­lien la réa­li­té de l’Occupation.

Shimrit Lee
Shimrit Lee

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Notre neuvième numéro est disponible en ligne et en librairie à partir du 9 juin ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Marie et Thierry : le pain et la terre (Roméo Bondon) ▽ Les ouvriers sacrifiés de l'industrie du verre (Léonard Perrin) ▽ Rencontre avec Aminata Traoré ▽ Émancipation socialiste et religions (avec Stéphane Lavignotte et Nedjib Sidi Moussa) ▽ Le pouvoir chinois en quête du nouvel Homme (Wang Daoxiu) ▽ Une grève de femmes de chambre (Louis Rocabert) ▽ L'eau est si belle que je m'y suis baignée (Magali Cazo) ▽ Animaux de laboratoire : voir la réalité en face (Audrey Jougla) ▽ Quand on sabote la montagne (Élie Marek et Lucas Guazzone) ▽ Suprématie mâle : histoire d'un concept (Francis Dupuis-Déri) ▽ La Nouvelle Métisse : paroles de Gloria Anzaldúa (Maya Mihindou) ▽ Hirak algérien, An I (Awel Haouati) ▽ Drôle de temps, ami (Awel Haouati) ▽ Déplacements (Laëtitia Ajanohun) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.